Vous êtes sur la page 1sur 43

Calcul des Fuites

La libération d’un produit à l’atmosphère peut


conduire à la formation d’un nuage de gaz qui
se disperse dans l’environnement.
Les différents mécanismes conduisant à la
formation de ce nuage constituent le terme
« source »
La source
La source peut être:
 La rupture de confinement
 Vaporisation du liquide dans l’atmosphère
 Évaporation d’une flaque de liquide dans le
sol
Causes des accidents
• Défaillance des équipements
Rupture de canalisation
Fuite sur pompe
Défaillance des vannes
• Défaillance d’instrumentation
Mauvaise mesure d’un paramètre physique
Mauvaise régulation ou défaillance de système de
coupure ou d’alarme
• Erreurs humaines
Sur-remplissage
Erreurs lors d’un montage ou d’une opération de
maintenance
Autres sources:
 impact mécanique
 Effet domino (accident à proximité qui génère des
agressions physiques
 Conditions météorologiques (gel, sécheresse,
ensoleillement…)
Modes de rejet
Deux grandes catégories

Rejets instantanés Rejets continus


1. Rejets instantanés
 Ruine de confinement
2. Rejets continus
 Brèches sur une parois du réservoir (ras de
parois)
 Rupture de canalisation (rupture guillotine)
 Fuites sur joints de bride
 Brèches sur une canalisation
Rejets continus

Rejets Non Stationnaires


Rejets Stationnaires sur canalisation de grande
(Brèches de petits longueur (rupture guillotine
diamètres ) d’un pipeline)

Le débit de fuite varie lentement Le débit de fuite évolue


rapidement

Équilibre thermodynamique maintenus déséquilibre thermodynamique


Etat du fluide
Etat physique:
– Liquide
– Gazeux
– Biphasique
Pour chaque état physique:
• L’état initial:
C’est l’état du fluide dans son contenant avant
confinement.

• L’état final:
C’est l’état physique dans les conditions ambiante
de pression et de température, après rupture de
confinement.
Grandeurs caractéristiques du terme source

Caractériser un terme source consiste à évaluer:


1.La masse totale de substance libérée pour les
rejets instantanés ou le débit massique pour
les rejets continus
2.La vitesse finale de la substance rejetée
(gouttes de liquide et molécules de l’air)
3.La température de rejet
Paramètres influençant les Caractéristiques
du terme source

1. Le mode de rejet(instantané ou continus


2. Les conditions de stockage ou de mise en
œuvre du procédés
3. Les propriétés physiques du rejet
4. Interactions physiques et mécaniques avec
l’environnement (dispersion atmosphérique)
Le mode de rejet

Le type de rejet a une influence sur


• le débit
• La quantité de mouvement
• La vitesse d’expansion du rejet
Exemple:
Cas de la brèche
Le phénomène de circulation du fluide du
contenant jusqu’à la sortie de la brèche est
régi par la pression du fluide.
C’est P entre P initiale de stockage du fluide
et P du milieu de sa dispersion qui est la force
motrice de l’écoulement.
Q: d’où provient P fluide?
• La Pvap sat
• La température de stockage
• La pression hydraulique liée à la hauteur du liquide
dans le contenant
• Autre :
• Pompe et équipement en amont de la fuite
La perte de pression ou perte de charge
1)Perte régulières (en ligne)
Elle sont dues au frottement du fluide sur les
parois internes de la canalisation.
Elle dépendent de :
 Diamétre de la canalisation
 Rugosité des parois internes
 La viscosité et la vitesse d’écoulement du fluide
2) Perte singulières
Elle sont dues à la géométrie du réseau
(jonction, changement de , soupape,
vanne…)
3) Perte de charge induite par l’orifice de sortie
(la brèche)
L’influence de la forme de l’orifice dans une
capacité est traduite par un coefficient de
décharge (0<Cd<1)
2) Les propriétés physiques du rejet et Les
conditions de stockage ou de mise en œuvre du
procédés
Les conditions de stockage:
La pression
La température du fluide

Les propriétés physiques:


Liquide
Fluide monophasique
Gaz
Fluide diphasique Liquide et gaz
MODÉLISATION
FUITE DE GAZ EVAPORATION

GAZ aérosol

LIQUIDE FLAQUE

Gouttelette
A) DEBIT MONOPHAISQUE LIQUIDE
1) brèche en ras de paroi d’un réservoir
• Le débit massique d’un rejet accidentel de
liquide se calcule à partir de la formule de
Bernouilli: P Entre le
réservoir et l’air
ambiant (Pa)
2P
Qliquide    Cd  S  v    Cd  S  2 gH 
Débit de 
fuite Hauteur du liquide au-
dessus de la fuite

Masse volumique Section de l’orifice en m²


La vitesse du fluide à la
(kg/m3)
Coeff de décharge sortie de l’orifice
m/s
2) Fuite dans un réseau
hydraulique
• Lorsque la fuite n’a pas lieu en ras de paroi, le
fluide s’écoule dans un réseau hydraulique
( succession de canalisation, de coude ,
variation de diamètres…) avant d’ être émis à
l’air libre.
• Donc, les interactions du fluide avec les
éléments du réseau ralentissent l’écoulement
et cela créer une perte de charge et une perte
de pression qu’il faut intégrer dans
l’équation.
2) Fuite dans un réseau hydraulique

P Entre le
réservoir et l’air
ambiant (Pa)
2P
Qliquide    Cd  S  v    Cd  S  2 gH 
Débit de 
fuite Hauteur du liquide au-
dessus de la fuite

Masse volumique Section de l’orifice en m²


La vitesse du fluide à la
(kg/m3)
Coeff de décharge sortie de l’orifice
m/s
Les pertes de charges son négligées
B) DEBIT MONOPHASIQUE GAZEUX
En ras de paroi d’un réservoir ou dans un réseau
hydraulique, le calcul s’effectue en deux étapes:
 La première étape consiste à vérifier si l’écoulement
est choqué (vitesse du son atteinte)
L’écoulement est choqué lorsque le critère de
criticité suivant est vérifié:
  
 
Pres    1   1 

Pa  2 
Avec =Cp/Cv Pres: pression de stockage dans le réservoir
Pa : la pression ambiante

En pratique la majorité des gaz ayant un  entre 1.1 et 1.4


L’écoulement est critique pour  > 1.9
• La seconde étape consiste à calculer le débit
massique de la fuite:
g +1
é 2 ùg -1
qg = Cd ´ S ´ Y ´ rg ´ Prés ´ g ´ ê ú
ëg +1û
Avec:
Ψ=1 si l’écoulement est choqué

é g +1 g -1 ù
2
2 ég +1ù é Pa ù ê é Pa ù g ú
g -1 g
Y= ´ê ú ´ ê ú ´ ê1- ê ú ú
g -1 ë 2 û ë Prés û ê ë Prés û ú
ë û
si l’écoulement n’est pas choqué
GAZ LIQUIIFIÉ
FUITE DIPHASIQUE
PRINCIPAUX PHÉNOMÈNES PHYSIQUES

Pour les produits diphasiques, une attention


particulière doit être portée à la determination
de l’état thermodynamique du produit à la
brèche
• Rupture de canalisation contenant la phase
liquide d’un fluide diphasique

Détente du liquide

Vaporisation à l’intérieure des tuyauteries


En amont de l’orifice
(fragmentation interne)
L’écoulement deviens diphasique

Jet diphasique après la brèche

Zone d’expansion Zone d’entrainement Zone de dispersion


1) Zone d’expansion
•Le fluide se détend de la pression à la brèche à la pression
atmosphérique

Brusque dépressurisation

La phase liquide est surchauffée

Une fraction est vaporisée


(Flash thermodynamique)
• Vitesse phase gazeuse > vitesse liquide
(car densité du gaz plus faible)

1. Cette différence de vitesse provoque


l’entrainement du liquide et sa fragmentation
en fines gouttelettes
(fragmentation thermique)
• 2. Fractionnement des gouttelette par effet
mécanique dû au déplacement du liquide
dans l’air (fragmentation mécanique)

Formation de l’aérosol

Le jet (phase liquide et gaz) se trouve à la


température d’ébullition du produit rejeté
2) Zone d’entrainement
Le jet provoque l’entrainement de l’air ambiant

L’énergie apportée par cet air généralement plus


chaud que le jet provoque l’évaporation des
gouttelettes de liquide

Le mélange air/aérosol se comporte comme un


gaz lourd
3) La zone de dispersion atmosphérique
Avec l’entrainement de l’air la vitesse du jet
décroit progressivement jusqu’à atteindre la
vitesse du vent.
modélisation
• Qdiphasique

2DP
Cd ´ S ´ rliquide ´ 2gDH +
rliquide
Qdiphasique =
a

a: coefficient de fuite diphasique (a= 2,5)