Vous êtes sur la page 1sur 108

RENFORCEMENT DE CAPACITE DES

ENSEIGANTS POUR LE 3MC


ELABORATION ET GESTION DE PROJETS
DU 01 AU 05 SEPTEMPRE 2018
MODULE
MODULE I:I: ESPRIT
ESPRIT
ENTREPRENEURIAL
ENTREPRENEURIAL ET ET ETUDE
ETUDE D’UN
D’UN
PROJET
PROJET

ONFP
2

OBJECTIFS DU MODULE
 OBJETCTIFS PEDAGOGIQUES
 Objectif général :
 Aider les chefs d’entreprises à réussir dans le lancement ou l’am élioration celles –ci.

 Objectifs spécifiques :
 Permettre aux participants de présenter leurs idées de projets
 Montrer aux participants les principales caractéristiques d’un bon entrepreneur
 Aider les participants à identifier chacun son potentiel d’entrepreneur
 maîtriser les principes et la pratique de la construction d'un business plan ;
 chiffrer les développements futurs attendus de l'entreprise par cet outil essentiel de gestion et de
communication financière ;
 justifier les hypothèses et les chiffres avancés ;
 appréhender les spécificités de certaines activités ;
 se forger une opinion sur la fiabilité et la validité d'un business plan construit par d'autres ;
 préparer leur projet et à prendre une décision quant au mode de financement ;
 identifier les clés de réussite ainsi que les facteurs de risque li és au projet ;
 engager des relations avec d'éventuels partenaires, investisseurs et institutions financi ères.
3

OBJECTIFS DU MODULE
 METHODE PEDAGOGIQUE
 Démarche participative
 Méthode interactive (exposé de l’intervenant, brainstorming, étude
de cas, exercices, questionnaire d’auto diagnostic, échanges
d’expériences, débats)
 Exercices de groupe : ils sont les moments privilégiés d’échanges
et de partage sur la résolution des thèmes ou exercices proposés
4

PLAN DU MODULE
 I- Généralités sur l’étude de projets

 II- Elaboration de projets

 III- Etude de marché

 IV- Etude technique, Financière et économique de projets


5

I- GENERALITES SUR L’ETUDE DE PROJET

 PLAN
1. Qu’est ce que l’entrepreneuriat, l’entreprise,
l’entrepreneur et le projet?

2. Le cycle de vie d’un projet

3. Avantages et limites de l’évaluation de projets


6

1- Qu’est ce qu’un projet?


Définition 1

Un projet consiste à vouloir réaliser une IDEE


ayant un caractère NOUVEAU

 Cette réalisation est UNIQUE


 Elle est EPHEMERE
 Il faut un CERTAIN TEMPS pour la réaliser
7

1- Qu’est ce qu’un projet?


Définition 1

 COMMENT TRADUIRE UNE IDEE EN PROJET


1. Transformer l’IDEE en OBJECTIFS:

 TECHNIQUE: Ce qu’on veut FAIRE


 DE DELAI: En combien de TEMPS?
 DE COÛT: Avec quel BUDGET?

2. Définir les MOYENS nécessaires


3. Prévoir l’ORGANISATION et la GESTION du projet
8

1- Qu’est ce qu’un projet?


Définition 1
CARACTERISTIQUES D’UN PROJET
 TAILLE (Budget, Nombre d’heures de travail, Durée, …)
 NATURE (Industriel, Artistique, Sportif, Humanitaire, …)
 CARACTERISTIQUES NOVATRICES: (Mise en œuvre de nouveaux
concepts, Implantation spécifiques de principe connus, …)
 COLLECTIF ou INDIVIDUEL
 PLURI-DISCIPLINAIRE ou SPECIALISE
 OUVERT (Etudes de Méthodes, de Conception,…) ou FERME
(Application très précise)
 Objectif UNITAIRE ou NON (Développement d’un produit destiné à être
fabriqué en série)
 Projet PRINCIPAL ou SOUS-PROJET
9

1- Qu’est ce qu’un projet?


Définition 2
 Un projet est un ensemble clairement identifié
 de moyens:
 humains,
 naturels,
 financiers et
 économiques
 et de dispositions institutionnelles,
 de politiques d’intervention et
 d’activités.
 Un projet est conçu pour supprimer ou atténuer divers contraintes physiques,
institutionnelles, financières ou autres, de façon à réaliser une série hiérarchisée
d’objectifs mesurables, comme l’augmentation de la production, en vue de
fournir un flux continu d’avantages (durables) à des bénéficières clairement
déterminés tout au long d’une période de temps donnée.
10

1- Qu’est ce qu’un projet?

Définition 3
 Un projet est un ensemble d'actions et d'interventions : infrastructures; équipement, services;
personnel, etc.,
 défini dans l'espace et dans le temps suivant un calendrier et un programme établis d'avance,
 faisant intervenir des opérateurs multiples, autonomes l'un par rapport à l'autre,
 qui vise un objectif d'amélioration des conditions de vie voulu par les bénéficiaires
participants,
 au travers de l’obtention de résultats;
 dans le cadre d'une (de plusieurs) institution(s) responsable(s) du projet adéquatement
organisée(s), chargée(s) de coordonner l'ensemble des activités nécessaires (actions et
interventions),
 sur base d’une estimation du coût total de l’ensemble des actions et interventions,
 avec une répartition de ce coût total en un plan de financement explicitant les apports de tous
les opérateurs,
 dont les avantages, qu'ils soient mesurables en termes monétaires ou non, sont jugés
supérieurs aux coûts consentis (RENTABILITE),
11

1- Qu’est ce qu’un projet?


Définition 4
 Un projet est un ensemble d’activités et d’opérations qui consomment des Ressources
limitées (facteurs de production, consommations intermédiaires) = COUTS et dont on
attend des revenus ou des AVANTAGES monétaires ou non monétaires
 Comment faire faire une Analyse Financière?:
I. Analyse coûts – avantages
II. Analyse coûts - efficacité (définir un indicateur)
 Comment faire faire une Analyse Economique?:
I. Méthode des effets
II. Méthode du “shadow - pricing”
12

1- Qu’est ce qu’un projet?

Typologie des projets


2 types de projets

Projets a produits Projets a produits non


valorisables valorisables
monetairement monetairement

Projet industriels de Projet social, projet


production d’un bien routier, projet educatif,
commercialisable projet institutionnel
1- Qu’est ce que l’entreprise et
l’entrepreneur ?
 L’entreprise : L’entreprise peut être définie comme une
organisation dotée de moyens, dont elle assure la mise en œuvre et
l’utilisation optimale, afin d’atteindre des objectifs qu’elle s’est fixés,
pour produire et commercialiser les biens ou les services qui justifient
son existence.
 Cette définition peut être applicable à l’ensemble des entreprises,
quelles que soient leur taille, leur activité, leur finalité, leur statut.

 L’entrepreneur : l'entrepreneur se distinguerait des autres


citoyens par des traits spécifiques : fort besoin d'accomplissement
personnel, sentiment de contrôle de son environnement, propension au
risque, orientation vers l'action, etc. Le bon entrepreneur est :
OPPORTUNISTE, JOUEUR, ORGANISATEUR et MOTIVE.
L’entrepreneur par excellence est le VISIONNAIRE
14
2 – Le cycle de vie d’un projet

Diagramme circulaire
Programmation

Évaluation: Identification
Evaluation ex-post

Mise en œuvre: Instruction:


Implantation Préparation et analyse

Financement:
Evaluation ex-
ante
15

2 – Le cycle de vie d’un projet

VIE DU PROJET
PHASE « CADRAGE » PHASE « PREPARATION » PHASE « D’EXECUSION »
M
A
N Idée Décision de Début des
A lancement travaux
G
E Préparation Constitution Préparation
M Pragmatique Suivi du Projet
E de l’équipe du Projet
N du Projet de Projet
T
Dossier Dossier Dossier
Dossier Dossier
E Avanc. 1 Avanc. n Bilan
synthèse Référence
X
É
C
U Exécution du Projet
T
I
O
N Fin du
Projet
16

2 – Le cycle de vie d’un projet


Phase d’identification
C’est l’étude de préfaisabilité ou l’identification des projets
potentiels
Elle comprend:
 L’analyse du secteur et de la politique sectorielle
 L’analyse du contexte local
 L’insertion du projet dans la politique sectorielle
 L’analyse des partenaires pressentis (capacité d’action, ancrage,
représentativité et stratégie)
 L’analyse participative de la situation problématique et la recherche de
solution possibles (y compris la recherche de dynamiques positives)
 La phase d’identification se termine par une première esquisse du
projet ( concept note)
17
2 – Le cycle de vie d’un projet
Phase d’identification
 Où trouver mon idée de projet?
 Les suggestions des résultats de la recherche appliquée ;
 Les dirigeants politiques peuvent de par leur volonté à développer, une région
donnée, inciter les investisseurs sur les tendances dans des domaines de production
déterminés,
 Les résultats des enquêtes sur les tendances d’un marché spécifique (croissance de
la population et de la demande, baisse de la production, nécessite de relancer les
exportations etc.),
 Le plan national de développement et les plans sectoriels de développement
économique et social : on y trouve en effet les secteurs ou des incitations existent
pour attirer des investissements.
 votre milieu de travail et votre environnement social
 la situation économique nationale ou étrangère (identifier des produits ou services
pour lesquelles l’offre est inexistante ou insuffisante)
 l’idée d’autres personnes…
18

2 – Le cycle de vie d’un projet


Phase d’identification
 Mon idée de projet est-elle pertinente?
 Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises idées ; il y a juste des projets bien ou
mal conçus.
 Pour mieux cerner et mûrir l’idée de projet, vous pouvez vous poser les
questions suivantes :
 quels sont les services ou produits que je veux vendre ?
 quel sera le mode d’utilisation du produit ou du service ?
 à qui est-ce que je veux vendre mes produits ou services ?
 à quel besoin répond précisément le produit ou la prestation que je
veux vendre, quelle est son utilité pour le client potentiel ?
 qu’est que mon produit ou service aura de neuf par rapport à ce qui est
proposé actuellement sur le marché ?
 quels sont les points forts et les points faibles de mon produit ou
service ?
19
2 – Le cycle de vie d’un projet
Phase d’identification
 Comment savoir que mon idée de projet est pertinente
 Exploiter quelques sources d’informations qui permettront de vérifier rapidement la
pertinence de vos premières réflexions. Pour ce faire, vous pouvez :
 en discuter avec des clients potentiels
 en jauger la pertinence lors des rencontres familiales ou amicales lors des
rencontres de tontines ou tours de familles
 vérifier l’existence d’une demande en discutant avec les vendeurs au marché où
vous faites habituellement vos courses, ou avec vos bons voisins
 en discuter avec votre entourage familial
 vous renseigner à la chambre de commerce ou à la chambre des métiers de votre
localité
 visiter et observer les entreprises qui exploitent la même idée
 vous entretenir avec les professionnels du secteur
 vous imprégner du processus de fabrication, de distribution et se renseigner sur les
fournisseurs et les éventuels sous – traitants
2 – Le cycle de vie d’un projet 20

La phase d’instruction
 La phase de formulation est restituée dans une étude de faisabilité qui comprend:
 Les études de faisabilité: technique, sociale, organisationnelle, institutionnelle,
environnementale, financière et économique
 La description de l’ensemble des activités du projet
 L’organisation et le fonctionnement du projet
 Le coût total sur sa durée
 Le plan de financement
 L’estimation de la variabilité et de la rentabilité économique et financière du projet
et son insertion dans le contexte économique spécifique
 La vérification de l’intégration des critères transversaux et de la politique du pays
ou de la localité
 Sur la base de l’étude de faisabilité, une décision est prise quant à l’intérêt de mener
le projet et d’en rechercher le financement
21
2 – Le cycle de vie d’un projet

La phase d’évaluation ex-ante


 Elle est le fait des partenaires financiers
du projet.
 Il s’agit d’une révision critique des calculs
qui ont été faits, des hypothèses qui ont été
posées avant que des montants élevés
d’argent ne soient décaissés.
22

2 – Le cycle de vie d’un projet

La phase d’implantation
 C’est l’étape la plus critique du cycle du projet. Elle dépend des
phases précédentes ; des prévisions miraculeuses donnent en effet
lieu à un projet difficilement exécutable. Cette étape comprend sous-
étapes :
 La période d’investissement encore appelée période de
construction : réalisation des constructions et aménagements,
mise en place des équipements etc.
 La période d’exploitation ou de développement du projet : c’est la
période qui couvre l’exploitation à proprement parler.
23
2 – Le cycle de vie d’un projet

La phase d’évaluation ex-post


 Il s’agit de recalculer les indicateurs obtenus dans l’étude de
faisabilité en se fondant non plus sur des données réelles.

 Dans l’étude de faisabilité, en effet, les données utilisées étaient


prévisionnelles et ne sont pas forcément celles qui vont prévaloir au
moment de l’implantation du projet.

 Dans l’évaluation ex-post, on va traiter des données réelles. Le but


visé est de mettre en évidence d’éventuelles déviations par rapport
aux prévisions initiales et de corriger le cas échéant .
24
3 – Avantages et limites de l’analyse de projets

Les avantages
 L’étude du projet permet à des spécialistes d’origines diverses de se
retrouver pour la collecte des informations et pour la formulation des
hypothèses qui fondent les prévisions à faire.
 Elle donne une idée des coûts prévisionnels et facilite l’établissement
d’un plan financier ;
 Elle permet au futur gestionnaire du projet d’avoir un meilleur
jugement sur les problèmes qu’il va rencontrer dans sa tâche ;
 Elle donne au futur gestionnaire des critères d’évaluation des progrès
réalisés dans l’exécution du projet.
25
3 – Avantages et limites de l’analyse de projets

Les limites
 La possibilité de faire des hypothèses irréalistes, quant au rendement,
à l’évolution des prix, à la part du marché qu’on va occuper et à la
qualité du gestionnaire du projet.
 Dans le cas d’un environnement technique changeant, l’obsolescence
des machines peut rendre erronés les choix d’investissement
antérieurement effectués.
 L’évaluation du projet ne permet pas de prévoir tous les risques et
incertitude du futur : changement de régime politique, tremblement de
terre et autres catastrophes naturelles.
26

II-ELABORATION DES PROJETS


 PLAN
1. Le plan d’affaires
2. La fiche signalétique
3. Contexte et justification
4. Introduction générale
5. Objectifs du projet
6. Résultats attendus
7. Présentation du promoteurs
8. Forme juridique du projet
9. Présentation générale des activités du projet
27

1- Le plan d’affaires
 Le business plan doit être à la fois concret et cohérent.
 Il doit présenter :
 l'ensemble des actions qui seront conduites par l'entreprise ,
 les moyens utilisés pour y parvenir
 et la période estimée pour atteindre les objectifs fixés.
 Le Business plan doit être personnalisé . Il n’existe pas de type de business plan.
 A mi-chemin entre vision marketing et projection comptable, le business-plan doit avant
tout séduire et convaincre son lecteur.
 Premier principe : le business-plan doit être simple et compréhensif. L'entrepreneur
doit afficher clairement quelles sont les ambitions de son projet à trois ou cinq ans,
notamment sur le chiffre d'affaires.
 Concrètement, votre business-plan doit comporter quatre points cruciaux :
 la description des ressources humaines du moment ;
 le positionnement concurrentiel ;
 le budget prévisionnel ;
 la description du besoin vital auquel répond votre projet (offre de produits ou de services).
28

1- Le plan d’affaires
 Le Business plan doit faire ressortir l’analyse financière et économique du projet.
 Analyse...
 « Opération qui consiste à comprendre puis à expliquer autant qu’à mesurer et calculer…
des flux …en termes de coûts et avantages que l’on valorise (dans la mesure du
possible), puis que l’on compare et combine ».
 financière et …
 du point de vue d'un agent particulier…
 ...économique de…
 du point de vue de la collectivité
 …projets (de développement)
 Une série d’activités visant à atteindre un objectif spécifique grâce à des:
 moyens mis en œuvre (coûts) pour entreprendre des
 activités qui débouchent sur des
 résultats (avantages) qui visent à réaliser l'objectif spécifique.
29

2- La fiche signalétique
 La fiche signalétique est un résumé du projet qui comprend :
 Nom du projet ou intitulé du projet,
 Domaine d’activité,
 Lieu d’implantation,
 Budget total du projet,
 Fonds propres,
 Emprunt sollicité :
 taux d’intérêt,
 durée de remboursement,
 délai de grâce,

 Indicateurs de rentabilité
 VAN,
 TRI,
 DRC

 Prénoms et nom du promoteur


 Adresse physique du promoteur,
 Téléphone
 Email.
30

3- Contexte et justification
 Contexte : Présenter le cadre dans lequel le
projet va s’exécuter. Il est physique, social
et économique. Faut être focus et éviter les
généralités. Mettre la situation en lien avec
votre projet.
 Justification : présenter les problèmes que
le projet se propose de résoudre et dire
comment ils pourraient être résolus.
31

4- Introduction générale
 Il s’agit ici de faire un bref résumé du projet
en décrivant les différents éléments du
projet.
 Il faut annoncer de façon sommaire le
contenu du projet (localisation, durée,
bénéficiaire). Il est important aussi dans
cette introduction de décrire les buts visés
et les différentes actions à mener.
32

5- Objectifs du projet
 Il s’agit de projeter votre entreprise dans l’avenir en définissant vos
objectifs à travers une chronologie :
 A court terme, c’est à dire dans un an
 A moyen terme, c’est à dire dans trois ou cinq ans
 A long terme, c’est à dire dans plus de cinq ans
 Ces derniers doivent être mesurables et clairement définis.
 Les objectifs seront alors définis de manière claire, réaliste, quantifiée
et mesurable sur plusieurs critères :
 Le nombre de clients que vous voulez avoir
 Le chiffre d’affaire que vous voulez réaliser en FCFA
 Les bénéfices que vous voulez atteindre en F CFA
33

5- Objectifs du projet
 Les objectifs de votre projet doivent être MALINS :
 M.esurables et M.otivants
 A.tteignables
 L.isibles et L.ogiques / Hommes / Potentiel / Moyens /
Impératifs Entreprise
 I.ndividualisés, donc I.mpliquants
 N.égociés / Compétences / Moyens / Calendrier
 S.uivis

 Ainsi, devez-vous préciser ce que vous voulez atteindre.


34

6- Résultats attendus
 Faire ressortir :
 les résultats physiques
 la valeur ajoutée du projet : c'est-à-dire les
avantages additionnels véhiculés par les
activités du projet mais surtout par rapport
aux objectifs déjà définis
 préciser l’impact de ces activités sur les
bénéficiaires en particulier et sur la
communauté en général.
35

7- Présentation du promoteur

 Cas d'un promoteur individuel


– L'engagement et la maîtrise du projet du
promoteur sont des facteurs essentiels dans
la réussite du projet. La présentation fera
ressortir:
– sa motivation
– sa formation
– son expérience professionnelle
36

7- Présentation du promoteur

 Cas d'un promoteur collectif


 S'il s'agit d'une société ou d'une autre
structure, il faut le présenter ainsi:
 le capital
 le Conseil d'Administration
 présentation du Directeur Général
 situation financière (apports...)
37

8- Forme juridique
A- Description de la forme juridique
a-Typologie
 Enterprise individuelle
 Société à responsabilité limitée (SARL)
 Société anonyme (SA)
 Société en nom collectif (SNC)
 Société en commandite simple (SCS)
 Société unipersonnelle à responsabilité limitée (SURL)
 Société en Participation (SP)
 Société de fait (SF)
 Groupement d'intérêt économique (GIE)
38

8- Forme juridique
A- Description de la forme juridique
b-Caractéristiques
 Société à responsabilité limitée (SARL)
 Les associés ne sont responsables qu'à
concurrence de leurs apports
 les droits sont représentés par des parts
sociales
 le capital social doit être supérieur ou égal à
100 000 F CFA et divisé en parts sociales
39

8- Forme juridique
A- Description de la forme juridique
b-Caractéristiques
 Société Anonyme (SA)
 Les actionnaires ne sont responsables des dettes sociales
qu'à concurrence de leurs apports
 les droits des actionnaires représentés par des actions
 Capital social minimum : 10 000 000 F CFA divisé en actions
supérieures ou égales à 10000 F

 Depuis l’avènement de la nouvelle loi portant harmonisation du droit des affaires


en Afrique (OHADA) une seule personne peut constituer une société anonyme
40

8- Forme juridique
A- Description de la forme juridique
b-Caractéristiques
 Société en nom collectif (SNC):

 Tous les associés sont commerçants. Ils


répondent indéfiniment et solidairement des
dettes sociales.
41

8- Forme juridique
A- Description de la forme juridique
b-Caractéristiques

 Société en commandite simple (SCS)


 Deux types d'associés:
 un ou plusieurs associés indéfiniment et solidairement
responsables des dettes sociales : associés commandités
 un ou plusieurs associés responsables des dettes sociales
dans la limite de leurs apports : associés commanditaires ou
associés en commandite
 le capital social est divisé en parts sociales
42

8- Forme juridique
A- Description de la forme juridique
b-Caractéristiques
 Société Unipersonnelle à Responsabilité Limitée
(SURL)
 un associé unique
 capital minimum exigé: 100 000
 droits sociaux ou des membres: parts sociales
 valeur minimale de 5 000
43

8- Forme juridique
A- Description de la forme juridique
b-Caractéristiques

 Société de participation (SF)


 pas d'immatriculation au registre du commerce et
du crédit mobilier
 pas de personnalité morale
 pas de publicité
 preuve par tous les moyens
44

8- Forme juridique
A- Description de la forme juridique
b-Caractéristiques

 Société de fait (SF)


 deux ou plusieurs personnes (physiques ou morales) se
comportent comme les associés sans avoir constitué une
société ou ayant constitué une société non reconnue
 lorsque l'existence est reconnue par le juge on applique aux
associés les règles de la société en nom collectif
 preuve de l'existence par tous moyens
45

8- Forme juridique
A- Description de la forme juridique
b-Caractéristiques

 Groupement d'Intérêt Economique


(G.I.E.)
 mis en œuvre pour une durée déterminée de moyens pour
développer l'activité économique des membres
 pas de réalisation et partage de bénéfice
 le capital n‘ est pas obligatoire
46

8- Forme juridique
B- Modes d’administration

 Pour les SA
 Le mode d’administration de la société anonyme est déterminé
de manière non équivoque par les statuts qui choisissent entre :
 SA avec Président du Conseil d’Administration et Directeur
Général
 SA avec Conseil d’Administration et Président Directeur Général
 SA avec Administrateur Général si le nombre des
administrateurs est inférieur à 3
 Les dirigeants tirent l’essentiel de leurs de l’Assemblée
Générale, qui représente l’organe suprême.
47

8- Forme juridique
B- Modes d’administration

 Pour la SARL
 La SARL est dirigée par un ou plusieurs gérants .Un gérant est une
personne physique associé ou non.
 Le gérant peut être nommé dans les statuts ou dans l’assemblée
générale constitutive.
 La durée de son mandat est indéterminée ou déterminé par les statuts.
 En l’absence de dispositions statutaires, le gérant est nommé pour
quatre et, est rééligible.
 La tenue d’une assemblée générale ordinaire annuelle est une
obligation dans les six (6) mois qui suivent la clôture de l’exercice à
l’effet d’approuver :
 Le rapport de gestion
 L’inventaire et les états financiers de synthèse
48

8- Forme juridique
B- Modes d’administration

 Pour le GIE
 Au sens de l’OHADA, le GIE peut être dirigé par une ou plusieurs
personnes physiques ou morales.
 Les membres peuvent organiser librement l’administration du GIE
par la tenue de l’assemblée générale ou le prévoir dans les statuts.
L’administrateur désigné assure la représentation du GIE à l’égard
des tiers.
49

8- Forme juridique
C- Tableau comparatif de la forme juridique
Statut juridique Entreprise SARL SA GIE
Exigences individuelle

Associés Min 01 01 01 02
Capital 0 0 10 000 000 CFA  0
minimum minimum, libération 
démarrage du ¼ à la 
constitution et du 
solde dans les 3ans
Crédibilité Très faible Importante Très importante Faible
auprès des tiers

Responsabilité Illimitée (élargie  Limitée aux  Limitée aux apports Illimitée et solidaire 


associé aux biens  apports (sauf convention 
personnels de  contraire avec les 
l’entrepreneur) tiers
50

8- Forme juridique
C- Tableau comparatif de la forme juridique
Statut Entreprise SARL SA GIE
juridique individuelle
Exigences
Eligibilité au Oui Oui Oui Oui
CI ou EFE
Commissaires Sans Pas  obligatoire Sans
aux comptes obligatoire**

Direction Entrepreneur Gérant (associé  Directeur Général  Président


ou non) nommé  ou Administrateur 
par les associés Général
Imposition Contribution Globale Unique  Impôt sur les  Impôt sur les  Impôt sur les sociétés (IS) 
des bénéfices jusqu’à 50 millions de CA pour  sociétés(IS) 30%  sociétés pour le GIE ou impôt sur 
les services et les commerces 
du bénéfice net 30% du bénéfice  le revenu (IR) pour les 
de marchandises IS sur option
net membres sur option

Impôt minimum 0 IMF : c’est le minimum du si  0,5% du chiffre  0,5% du chiffre  0


forfaitaire le résultat est déficitaire d’affaires avec un  d’affaires avec un 
minimum de  minimum de 500 000 
500 000 et un  et un maximum de 
maximum de  25 000 000
25 000 000
51
9 – Présentation générale des activités du projet

 Cette partie nous permettra de faire une présentation générale du projet. Nous
évoquerons ainsi:
 L'objet du projet
 sa localisation ou son emplacement
 situation géographique
 superficie
 accessibilité du site
 modalités d'acquisition du site
 les produits
 les matières premières
 les procédés de fabrication
 les capacités de production ou de vente
 la construction
 l'utilité (disponibilité du site en énergie et eau)
 les équipements
 l'assistance technique
 le planning de réalisation
 le personnel
 l'environnement économique et fiscal
52
9 – Présentation générale des activités du projet

 Le choix des activités doit être déterminé par ordre de priorité par rapport à :
 L’accessibilité de chaque activité en tenant compte de :
 votre savoir faire
 votre disponibilité
 les infrastructures actuellement disponibles
 le cout des facteurs de production (matières premières, rémunération,
machines, investissements …)
 La disponibilité des aides ou soutiens matériels, financier sou techniques
 Ainsi que la réglementation et l’environnement
 La compatibilité avec : vos objectifs, vos autres activités et contraintes
actuelles
 Le potentiel par rapport à : la capacité de votre future activité d’attirer
rapidement des clients en grand nombre et de générer une croissance et une
rentabilité durable.
53
9 – Présentation générale des activités du projet

 Vous devez répondre aux questions suivantes :


 Quel produit devrais-je produire?
 Quelle sera sa conception, le modèle, l'apparence et son style ?
 Quel sera son nom de marque ?

 Peux-je produire un produit d'une meilleure qualité que mes concurrents ?


 Peux-je donner une garantie sur mes produits ?
 Est le design de mon produit mieux que ce de mes concurrents ?
 Est-ce que je peux utiliser des matières premières de qualité ?
54

III- ETUDE DE MARCHE


 PLAN
1. Définitions
2. Analyse du secteur projet de produits
3. Analyse du sous secteur et des produits
4. Analyse de la demande et de la clientèle
5. Analyse de l’offre et de la concurrence
6. Adéquation de l’offre et de la demande
7. Stratégie marketing du projet
55

1- Définition – Marché- Economique


 Un marché est caractérisé par des échanges
volontaires entre des acheteurs (demande) et des
vendeurs (offre). L’interaction entre acheteurs et
vendeurs détermine un prix et une quantité
d’équilibre. Les contours d’un marché :
 géographie: marché de l’automobile au
Sénégal ou à Dakar?
 type de produit: marché de la berline ou de la
mini fourgonnette?
56

1- Définition – Marché- Economique


 Un marché peut se définir comme le lieu de rencontre
entre une offre et une demande. Cette rencontre
déterminée une quantité échangée (de bien et de services,
de travail, de monnaie, de titres financiers) et un prix de
vente (prix des biens pour le marché des biens et des
services, cours boursier pour le marché des titres
financiers, salaire pour le marché du travail, taux d'intérêt
pour le marché monétaire, etc...).
 L'offre désigne l'ensemble des biens et services proposés
à la vente en échange d'un prix déterminé.
 La demande désigne l'ensemble des biens et services que
sont prêts à acheter les agents pour un prix donné.
57

1- Définition – Marché- Marketing


 Le mot « marché » est utilisé par les gens du Marketing dans deux sens différents,
bien que complémentaires: au sens étroit, on désigne par ce terme un ensemble
de données chiffrées sur l’importance, la structure et l’évolution des ventes d’un
produit, au sens large on appelle marché l’ensemble des « publics » susceptible
d’exercer une influence sur les ventes d’un produit.
 Dans l’ensemble plusieurs vocables sont utilisés pour qualifier un marché:
 Marché potentiel

 Marché actuel

 Marché principal

 Marché environnant

 Marché support

 Marché générique

 Il existe différent type de marché suivant le nombre de vendeurs. On


distingue ainsi : le monopole, le duopole, l’oligopole et le marché
concurrentiel.
58

1- Définition – Etude de marché


 L’étude de marché est une technique de
collecte d’information. Elle s’effectue à
partir de procédés différents, suivant
qu’elle porte sur des informations de type
quantitatifs ou de type qualitatifs.

 L’étude de marché vise à rassembler des


informations nécessaires à l’entreprise
pour répondre à des objectifs précis.
59

1- Définition – Etude de marché


 L’étude de marché est une technique de collecte d’information relative
à un sujet donné dont l’exploitation implique la détermination et la
mise en oeuvre d’actions.
 En fonction de ses besoins l’entreprise s’interroge sur 3 points
principaux:
 L’offre
 La demande
 L’environnement
 L’étude de marché est l’observation, la collecte, l’analyse et la
synthèse occasionnelle ou permanente, tout au point de vue qualitatif
et quantitatif des éléments constitutifs de marché pour permettre au
responsable de l’entreprise de définir les opportunités, les objectifs,
les stratégies et d’évaluer les actions déjà entreprises ou à
entreprendre. Dans ce sens, il s’agit d’un outil d’aide à la prise de
décision.
60

1- Définition – Etude de marché


L’ETUDE DE MARCHE : OJECTIFS
 L’objectif principal de l’étude de marché est de réunir des informations pour
établir des conclusions indispensables à la prise de décision. Dans ce ses il
s’agit d’un outil d’aide à la prise de décision.

 Les objectifs spécifiques peuvent concernés:


 La connaissance des caractéristiques et des besoins de la clientèle
 La modification d’un produit existant
 La conception d’un nouveau produit
 Le test d’un produit nouveau
 La connaissance des contraintes et des opportunités du marché
 L’analyse des ventes en rapports avec la concurrence
 L’evaluation de la notoriété et l’image de marque de l’entreprise
61

2- Analyse du secteur projet de produit

 Déterminez le secteur dans lequel vous


classez l’entreprise :
 bio alimentaire,
 Agriculture, élevage, pêche
 forestier,
 manufacturier,
 technologie,
 transport,
 environnement,
 commerces et services,
 tourisme,
 culture,.
62

2- Analyse du secteur projet de produit

 Quelles sont les tendances de votre


secteur d'activité :
 marché en développement,
 marché en stagnation
 Marché en expansion ou en maturité
63

3- Analyse du sous secteur et des produits

 Décrivez le sous secteur d’activité puis


énumérez les forces et les faiblesses du
sous secteur d'activité que vous convoitez
et expliquez les raisons qui vous portent à
croire qu'il y a un besoin pour ce que vous
voulez offrir.
64

3- Analyse du sous secteur et des produits

 Vous devez spécifier pour les produits :


 Leurs caractéristiques : formes, couleurs, contenu, qualité, emballage,
conditionnement
 Les services associés au produit : garanties, maintenances, livraisons, installation,
reprise en cas de défectuosité …
 La répartition des produits par famille d’appartenance ou de consommation si les
produits sont divers et variés (gammes)

 Vous devez spécifier pour les services :


 Les services de base : ce que vous proposez concrètement (coiffure par exemple)
et dans quelles conditions
 Les services facilitateurs : l’accueil, le paiement et les conseils
 Les services différenciateurs : « les plus proposés aux clients » (personnalisation,
valeur ajoutée, mise en relation pour le paiement ….)
65

4- Analyse de la demande et de la clientèle

 L’étude de la demande consiste en quelque sorte à la


définition de la clientèle potentielle ou existante et va
s’articule autour des points suivants :
 la segmentation de la demande
 l’échelle d’évolution globale de la demande sur le
marché
 l’analyse des attitudes et des comportements des
clients potentiels
 La connaissance de la clientèle est fondamentale dans le
processus de maturation du projet, et sert d’orientation
pour les choix stratégiques
66

4- Analyse de la demande et de la clientèle


 Il faut répondre à :
 Y a t-il des clients qui seraient intéressés par mon produit ?
 Qui sont-ils (âge, adresses, sexe, …) ?
 Qu’est ce qu’ils achètent (produits ou services) et pourquoi ?
 Où et quand font – ils leurs achats ? Combien de fois renouvellent – ils l’achat par jour,
semaine, mois ou année ?
 Quels sont les médias qu’ils lisent, regardent ou écoutent ?
 Quels sont les manifestations, cadeaux et marques d’attentions auxquels ils sont
sensibles ?
 Qui les conseille, ou a une influence dans leur décision d’achat ?
 Quel est leur revenu, à quels prix achètent – ils souvent les produits ou services
concernés ?
 Quelles sont leurs croyances et pratiques culturelles liées à l’utilisation et la
consommation des produits ou services ?
 Est-ce que le nombre de clients va augmenter ou diminuer dans le futur ?
 Quelle sera l’incidence de l’arrivée de nouvelles entreprises, l’évolution de la législation,
de l’économie, de la population, de la modernité, de la mode et de la technologie sur le
nombre de clients potentiels dans le futur ?
67

5- Analyse de l’offre et de la concurrence

 Il s’agit d’identifier les entreprises qui ont les mêmes produits ou


services identiques à ceux que vous voulez vendre (concurrence
directe) ou qui, même différents, peuvent être substitués à ceux que
vous voulez vendre (concurrence indirecte).
 Il faut s’informer et analyser :
 Leur dénomination, localisation, part de marché et stratégie
 Leurs produits et clients actuels, et leurs avantages concurrentiels
 Leurs prix de vente, leurs distributeurs et les services proposés à leur
clientèle
 Leur politique de communication et de fidélisation de la clientèle
 Leurs partenaires commerciaux, techniques, financiers ainsi que leur
capacité de lobbying
 A la suite, il convient de résumer leurs principales forces et faiblesses
sur le marché.
68

6- Adéquation de l’offre et de la demande

 La confrontation de l’offre et de la demande sur le marché


permet de faire ressortir un gap (écart) où d’identifier une
niche.
 S’il y a un gap (un besoin de la clientèle non satisfaite par
l’offre présente), la logique voudrait que le projet vienne
résorber ce dernier.
 S’il s’agit d’une niche (un segment de marché non encore
couvert par l’offre présente), les produits ou services offerts
par le projet devaient couvrir cette niche.
69

IV- ETUDE TECHNIQUE , ECONOMIQUE ET FINANCIERE

 PLAN
1. Choix techniques et processus de production
2. Procédés de production et évaluation des infrastructures
3. Techniques d’approvisionnements
4. Techniques d’évaluation du personnel et choix organisationnel
5. Evaluation des investissements
6. Evaluations des besoins en fonds de roulements
7. Schéma de financement d’un projet et techniques de remboursement des
emprunts
8. Compte d’exploitation prévisionnelle
9. Indicateurs de rentabilité
70
1- Choix techniques et processus de production

 Il est utile de suivre entièrement le processus de


production
– identifier comment les matières premières sont réceptionnées et
étape par étape, transformées à travers divers processus (la coupe,
le mixage, l’assemblage, la finition, l’emballage etc.) en un produit
fini.

 La description du processus ne nécessite pas de longues


explications mais doit couvrir les opérations principales.
 Un diagramme de fabrication est un outil permettant de
schématiser le processus de production, de connaître le
nombre de travailleurs nécessaires à chaque étape et les
compétences requises.
71
2- PROCÉDÉS DE PRODUCTION ET ÉVALUATION DES INFRASTRUCTURES

 Le processus de fabrication est composé de toutes les tâches à réaliser pour


transformer les divers intrants en produits finis. Ce sont donc les étapes de la
production dont la succession et la complexité dépendent de la technologie de
fabrication choisie et des produits à réaliser.
 A ce stade de l’analyse technique, vous devez fixer le processus global de
production et décider :
 Si votre future entreprise fabrique entièrement le produit et certains intrants
 Si elle achète certaines composantes du produit pour ne faire que le
conditionnement ou la finition
 Si elle doit sous - traiter une partie de la production

 Dans le cas d’une entreprise de distribution, le choix du processus de


production ne se pose pas, mais vous devrez choisir minutieusement
vos fournisseurs de produits prêts à l’usage.
72

3- Techniques d’approvisionnements

Pour l’acquisition de votre équipement et des matières premières,


demander d’abord des factures proforma. Il est souhaitable de
comparer au moins les offres d’au moins 3 fournisseurs. Ainsi vous
pourrez choisir la meilleure offre et renseigner le tableau suivant par
exemple
Conditions :
Produits Fournisseurs*
Délai de livraison
Coûts de transport
% des achats
(approximatif)
Conditions de
paiement
73

3- Techniques d’approvisionnements
On pourra par la suite renseigner le tableau suivant :

Désignations A1 A2 … An
Q PU V Q PU V Q PU V Q PU V
Matières 
premières
Energie
Maintenance
Loyer
Assurances
Emballages
Autres
Total
74
4- Techniques d’évaluation du personnel et
choix organisationnel
 Le choix du personnel qui va participer à la mise en œuvre du projet est
d’une importance capitale, car ce sont des critères suivants que dépend
le succès ou l’échec du projet :
 Sa compétence

 Sa motivation et son implication


Son intégrité morale et sa loyauté

 Chaque personne recrutée doit l’être sur la base d’une fiche


de poste défini à l’avance. Cette fiche de poste doit décrire
les compétences de l’employé qu’on veut avoir, son niveau
d’éducation ou diplôme, ses qualités et caractéristiques
personnelles mais aussi les tâches qu’elle aura à exécuter
dans l’entreprise ou le projet.
75
4- Techniques d’évaluation du personnel et
choix organisationnel
 Les erreurs de choix du bon collaborateur sont fatales, c’est
pourquoi il faut déterminer le plus précisément possible :
 Quelles sont les tâches qui seront exécutées ?
 Quelles sont les responsabilités qui leurs seront confiées ?
 Quelles sont les compétences nécessaires ?
 Quelles sont les qualités humaines, psychologiques,
physiques, relationnelles et morales nécessaires ?

 La réponse à ces questions permet de déterminer


le profil de chaque collaborateur en termes de :
 Formation ou savoir
 Expérience ou savoir faire
 Qualités personnelles ou savoir être
76
4- Techniques d’évaluation du personnel et
choix organisationnel

 Pour le recrutement, il faudra tenir compte de :


 Du respect scrupuleux de la législation du travail et des conventions en vigueur
dans la branche professionnelle correspondant au secteur d’activités de
l’entreprise au plan des rémunérations, des horaires et des conditions de travail
 L’élaboration d’un contrat de travail respectant la législation en vigueur
 En période de démarrage d’activités, il peut être prudent de privilégier
l’établissement de Contrats à Durée Déterminée et les transformer
ultérieurement en Contrat à Durée Indéterminée dès que l’évolution favorable
des activités de l’entreprise le permet. Il faut cependant souligner que les
contrats à durée déterminée ne peuvent être renouvelées plus de deux fois
 De l’âge des collaborateurs en raison de la législation interdisant le travail des
enfants.
 La vérification des antécédents professionnels et des motivations réelles des
candidats aux postes
77
4- Techniques d’évaluation du personnel et
choix organisationnel
 Consulter le Code du Travail, se renseigner à la Direction
de l’Emploi, s’adresser à des conseillers juridiques en Droit
du Travail ou recourir à des entreprises d’intérim ou
agences de recrutement...

 Il faut faire un organigramme où toutes les personnes


recrutées ont un poste. Cet organigramme doit monter la
responsabilité de tout un chacun et les liens hiérarchiques
qui unissent les employés.
78
4- Techniques d’évaluation du personnel et
choix organisationnel
Postes Nombre Rémunérati Rémunératio A1 … An
on par mois n par année
Directeurs 1 à n
Ingénieurs
Techniciens
Comptables
Travailleurs qualifiés
Travailleurs non qualifiés
Gardiens
Mains d’œuvre saisonnière
Secrétaires
Autres
Charges patronales liées aux 
salariés
Total rémunération du personnel
79

5- Evaluation des investissements

 Il s’agit de retracer l’ensemble des investissements et renouvellement à


réaliser pendant toute la durée de vie du projet
 Les charges immobilisées: ce sont des charges de pré exploitation.
 frais de constitution (frais notariés, inscription au registre de
commerce,...)
 les intérêts intercalaires qui sont des intérêts payés sur emprunt
contracté avant démarrage de l'activité.
 Terrain et aménagement: prix d'achat du terrain, viabilisation, autres
dépenses allant dans ce sens.
 Construction: coût de construction des locaux, installations...
 Dépôt et cautionnement: SENELEC, SDE, SONATEL... matériel et
mobilier de bureau: chaises, ordinateurs...
 Matériel roulant: voitures...
80

5- Evaluation des investissements

Désignations A1 A2 … An
Nombre Prix  Total Q P V Q P V Q P V
Unitaire
U U U
1-Coûts de pré-
exploitation
2-Actifs immobilisés
Terrains
Bâtiments
Machines et matériel 
d’exploitation
Machines et mobiliers de 
bureau
Matériels de transport
3-Fond de roulement
Total
81

5- Evaluation des investissements


 Toutes les immobilisations doivent faire l’objet d’amortissements.
Désignations Valeur  Taux Annuité Durée de  Valeur 
d’origine remplacement  résiduelle

Bâtiment 2-5% 20-50 ans


Machine et matériel  8-10% 10-13 ans
d’exploitations
Matériels et mobilier de  15- 5-7 ans
bureau 20%
Matériel de transport 20- 4-5 ans
25%
Total

 La valeur résiduelle d’un actif à un moment donné est la différence entre sa


valeur d’origine et la somme cumulée des amortissements faites sur cet actif
jusqu’à cette date.
82

6- Evaluation du BFR
 Le fond de roulement est une proportion des charges
annuelles d’exploitation.
 Il est destiné à financer ces charges jusqu’à ce que les
premières recettes du projet puissent le faire.
 Ainsi, la durée pour la détermination du besoin en Fonds
de Roulement dépend du type d’activité qu’on veut mener.
 Il est préférable de considérer les dépenses de
fonctionnement des trois premiers mois de démarrage du
projet au moins.
83
7- Schéma de financement d’un projet et les
techniques de remboursement d’un crédit

 Il existe plusieurs mode de financement d’un projet


 Si le financement prévu est l'apport personnel et l'emprunt,
il faut alors établir un tableau d’amortissement de cet
emprunt ou tableau de remboursement. Différentes
techniques existent.
 Les techniques de remboursements des emprunts varient
et dépendent énormément des conditions d’octroi de prêt
(taux d’intérêt, différé de paiement, modalités de paiement
et autres). Nous ne retiendrons ici que les méthodes
standards de remboursements des emprunts.
84
7- Schéma de financement d’un projet et les
techniques de remboursement d’un crédit
1. LES METHODES DE BASE
A. Il est supposé qu’une annuité constante est payée au titre du principal et que les
intérêts sont calculés sur le solde du principal rentant dû.
 Exemple : considérons un emprunt de 10 000 F CFA contracté au taux de 10% pour
une durée de 8 ans. Le tableau de remboursements des emprunts sera :

Solde du principal en  Principal  Intérêts  Repaiem


Années  début de période échu échus ent
1 10 000 1 250 1 000 2 250
2 8 750 1 250 875 2 125
3 7 500 1 250 750 2 000
4 6 250 1 250 625 1 875
5 5 000 1 250 500 1 750
6 3 750 1 250 375 1 625
7 2 500 1 250 250 1 500
8 1 250 1 250 125 1 375
Total   10 000 4 500 14 500
85
7- Schéma de financement d’un projet et les
techniques de remboursement d’un crédit
B. Il est supposé que le remboursement du principal et des intérêts se fait selon une
annuité constante en supposant qu’il n’y a pas de période de grâce, ni de
capitalisation d’intérêts.
 Exemple : considérons un emprunt de 10 000 F CFA contracté au taux de

10% pour une durée de 8 ans. Le tableau de remboursements des


emprunts sera :
Année SPDP Principal échu Intérêts échus Repaiements
1 10 000 874 1 000 1874
2 9 126 961 913 1874
3 8 165 1 058 816 1874
4 7 107 1 163 711 1874
5 5 944 1 280 594 1874
6 4 664 1 408 466 1874
7 3 256 1 548 326 1874
8 1 708 1 708 171 1879
Σ 10 000 4 997
86
7- Schéma de financement d’un projet et les
techniques de remboursement d’un crédit
2. INTRODUCTION D’UNE PERIODE DE GRACE
 Dans ce cas, seuls les intérêts sont payés durant la période de grâce. Les remboursements au titre du principal n’intervenant que durant la
période de repaiement.
 Exemple : considérons un emprunt de 3000 contracté pour 6 ans aux taux de 12% et avec un différé de paiement de 2 ans.
A. Considérons le cas où une annuité constante est payée au titre du principal et les intérêts calculés sur le
solde du restant dû.

Principal  Intérêts  Repaiem


Année SPDP échu échus ent
1 3 000 0 360 360
2 3 000 0 360 360
3 3 000 750 360 1 110
4 2 250 750 270 1 020
5 1 500 750 180 930
6 750 750 90 840
Total   3 000 1 620 4 620
87
7- Schéma de financement d’un projet et les
techniques de remboursement d’un crédit
2. INTRODUCTION D’UNE PERIODE DE GRACE
B. Considérons le cas où ce montant constant de service de la dette
est payée chaque année.
 on considère uniquement les 4 années de repaiement

Principal  Intérêts 
Année SPDP échu échus Repaiement
1 3 000 0 360 360
2 3 000 0 360 360
3 3 000 628 360 988
4 2 372 703 285 988
5 1 669 788 200 988
6 881 881 106 987
Total   3 000 1 671 4 671
88
7- Schéma de financement d’un projet et les
techniques de remboursement d’un crédit
3. PERIODE DE GRACE ET CAPITALISATION DES INTERETS
 Si les intérêts sont capitalisés, alors l’assiette n’est plus constante et on considère que le capital placé s’accroît chaque année du montant
qu’il a produit. Lorsqu’on introduit dans un schéma de prêts une période de grâce assortie de capitalisation d’intérêts, on suppose que ni le
principal, ni les intérêts ne sont échus pendant la période de grâce. En revanche, les intérêts sont capitalisés et augmentent la valeur du
capital en début de la période de remboursement.
 Exemple : soit un emprunt de 12 000 F CFA contracté aux taux de 15% pour une durée de 8 ans dont
3 ans de différé de paiement.

Principal  Intérêts 
Année SPDP échu échus Repaiement
1 12 000 0 0 0
2 13 800 0 0 0
3 15 870 0 0 0
4 18 251 2 707 2 738 5 445
5 15 543 3 113 2 332 5 445
6 12 430 3 580 1 865 5 445
7 8 850 4 117 1 328 5 445
8 4 733 4 733 710 5 443
Total    18 251 8 971 27 222
89
8- Analyse finacière de projet et compte
d’exploitation prévisionnel - METHODE

Analyse financière

Valoriser en termes
Valoriser en termes monétaires les coûts
monétaires les avantages du projet
et les bénéfices du projet
90
8- Analyse finacière de projet et compte
d’exploitation prévisionnel - METHODE

 Durée de l’analyse financière


91

Coûts d’investissement
Designation Annee Annee Annee … … Annee n
1 2 3
1 - couts de préexploitations
2 – Actifs immobilisés
• Terrains
• Bâtiments
• Machines et matériels
d’exploitation
• Matériels et mobiliers de
bureau
• Matériels de transport
3 – Fonds de roulement
Total
92

Tableau des amortissements

Désignation Valeur Taux Annuité Année de Valeur


d’origine remplacement résiduelle
Bâtiments 2 – 5% 20 – 50 ans
Machines et 8– 10 – 13 ans
Matériels 10%
d’exploitation
Matériels et 15 – 5 – 7 ans
Mobilier de 20%
bureau
Matériel de 20 – 4 – 5 ans
Transport 25%
Total
93

Tableau des charges de personnel


Postes Nbre Rémunération Rémunération Année … Année n
par mois par année 1
Directeurs
Ingénieurs
Techniciens
Comptables
Travailleurs qualifiés
Travailleurs non qualifiés
Gardiens
Main-d’œuvre saisonnières
Secrétaires
Autres
Charges patronales liées
aux salariés
Total rémunération du
personnel
Tableau de remboursement des 94

emprunts

Années Solde du Principal Intérêt échu Repaiement


principal en échu
début de
période

1
2
3

N
Total
95

Tableau des dépenses d’exploitation


Designation A1 A2 … An
s Q PU V Q PU V Q PU V Q PU V

Matières
premières
Energie
Loyers
Maintenance
Assurances
Emballages
Autres
Total
96

Tableau des recettes d’exploitation

Désignation Année 1 Année 2 … Année n

Ventes

Reprise sur
valeur
résiduelle

Reprise
fonds de
roulement

Total
97
Compte d’exploitation prévisionnel simplifié

Annees A 1 A2 A3 A4 …… A n

1- Recettes d’exploitation
2- Charges d’exploitation
( frais de vente + frais de
personnel)
3-Amortissements

4-Interets des emprunts

5- Total des charges (2+3+4)

6- Bénéfices avant impôts (1-


5)
7- Impôts sur le bénéfice

8- Bénéfice après impôts (6-


7)
98
Compte d’exploitation prévisionnel complexe

Années A1 A2 … An
Chiffres d'affaires TTC        
Consommations totales        
Valeur Ajoutée (VA)        
Charges de personnel        
Charges totales        
Excédent brut d'exploitation
(EBE)        
Ration EBE /CA        
Amortissement d'exploitation        
Résultat d'exploitation        
Impôts sur les sociétés 30%        
Résultat Net        
Résultat Net /CA        
Cash Flow net        
Cash Flow net Cumulé        
99

La capacité maximale d’autofinancement

Annees A1 A2 … An
Bénéfice aprés
impôts
Amortissements
Capacité maximale
d’autofinancement
Capacité maximale
d’autofinancement
cumulée
100

Tableau de la trésorerie prévisionnel


Annees A1 A2 A3 … A4
Fonds propres

Emprunts a LT

Emprunts a CT

Recettes d’exploitation

Autres ressources

a- Total ressources

Investissements

Charges d’exploitation

Services de la dette

Dividentes

Autres emplois

Total emplois

Flux net de trésorerie


101

Échéancier des flux financiers


Annees A1 A2 … A3
Recettes d’exploitation

Emprunts

a- Total inflows

Investissements

Charges d’exploitation

Services de la dette

b- Total outflows

Cash flows net (a-b)


102
Critères de rentabilité de l’analyse couts-
avantages
 1. Le délai de récupération du capital est le temps nécessaire pour récupérer
l'investissement (non actualisé)

 2. La VAN est la Valeur Actuelle Nette du projet, après application d’un taux d'actualisation
(le coût d’opportunité du capital). La VAN du projet est exprimée en valeur absolue et peut
ainsi être comparée à la VAN d'autres investissements de même montant.
 Si les variantes au projet nécessitent des investissements de montants différents, il est
recommandé de diviser la VAN de chaque variante par l'investissement actualisé, afin de
permettre la comparaison de ces projets.

 3. Le TRI est le Taux de rentabilité interne. Il s’agit du taux d’actualisation qui annule la
VAN. Le TRI doit au moins être supérieur au coût d’opportunité du capital dans le pays où
le projet est réalisé.
 Tant le TRI que la VAN doivent être calculés puisqu'ils ne fournissent pas les mêmes
informations.
103

Le principe de l’actualisation
 Actualisation
 Procédé qui permet de déterminer la valeur actuelle (N0) d'une somme future (Nt) (et vice versa)
 Valeur actuelle : N0= Nt x 1/(1+i)t
 i = taux d'actualisation
 t = l'année
 Coefficient d'actualisation : 1/(1 + i) t
 Taux d’actualisation (i)
 Il est essentiel d'actualiser au MÊME TAUX les projets ainsi que les variantes parmi lesquelles il faut
choisir :
 a) Investissements dans le secteur privé: coût du capital pour une entreprise privée; souvent le taux
directeur réel des banques pour les entreprises privées, éventuellement majoré d'une prime de risque
 b) Investissements dans le secteur public:
 taux de rentabilité sur le meilleur investissement alternatif possible dans la branche, l'économie, ou sur
des placements financiers à l'étranger, soit coût moyen déflaté de la dette publique extérieure
 taux d'intérêt réel que doit payer l'Etat sur sa dette publique.
 C'est le coût d'opportunité du capital pour le secteur public
104

Calcul de la VAN
annees A1 A2 A3 … An
Cash flows nets
Facteur
d’actualisation
Valeur Actuelle
Valeur actuelle
cumulée
105

Remarque sur la VAN


 Un projet est rentable du point de vue financier si sa VAN est positive

 Avantages:
 classement correct des variantes
 facile à comprendre
 Désavantages:
 requiert la détermination d'un taux d'actualisation exogène
 ne classe pas correctement des projets soumis à une contrainte budgétaire (utiliser VAN /
Investissement actualisé comme instrument de mesure alternatif)
106

Taux de rentabilité interne


 TRI = taux d'actualisation qui annule la Valeur Actuelle Nette (VAN) = taux d'actualisation
où les valeurs actuelles des recettes sont égales aux valeurs actuelles des dépenses
 Le taux de rentabilité « interne » signifie le taux intrinsèque au projet, c'est-à-dire en
dehors de toute considération fiscale et financière.
 Il existe trois méthodes de calcul :
 graphique
 arithmétique
 informatique (itération)
 Méthode arithmétique

 Mathématiquement, le TRI correspond à la racine d'une équation au nième degré difficile à


calculer. On procède par approximations successives.
107

Analyse Coûts-Avantage XVIII

 Méthode graphique
108

Remarques sur le TRI

 Le TRI mesure l'efficience de l'utilisation des capitaux


 Critère de décision:
 comparer le TRI au taux d'intérêt réel
 accepter des projets dont le TRI est supérieur au coût d'opportunité du capital/taux
d'actualisation de référence
 Avantages:
 ne requiert pas la détermination d'un taux d'actualisation exogène
 facilement compris et accepté
 Désavantages:
 ne mesure pas le montant en valeur absolue du profit
 favorise les projets à récupération rapide (même s'ils ne perdurent pas longtemps)