Vous êtes sur la page 1sur 184

JOHN ZINK INTERNATIONAL LUXEMBOURG SARL

KOCH CHEMICAL TECHNOLOGY GROUP

John Zink
Séminaire de Combustion

Luxembourg
26 & 27 Septembre 2006

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 1
Agenda du premier jour
09.00 Présentation O.Tridon
09.20 Théorie sur la Combustion E.Battistella
10.10 Fours procédé J.Langjahr
10.40 Pause
10.55 Technologie des brûleurs au gaz E.Battistella
12.00 Déjeuner
13.45 Présentation d’une veilleuse brûleur M.Him
installé sur notre centre d’essais C.Strupp
Visite de notre unité de production
15.30 Technologie des brûleurs au fuel C.Strupp
16.15 Pause
16.30 Optimisation des Fours de Procédé J.Langjahr
17.30 Conclusion - Fin de la première journée
19.00 Dîner

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 2
Agenda du deuxième jour
08.20 Résumé de la première journée O.Tridon
08.30 Résolution des problèmes fréquemment rencontrés O.Tridon
Maintenance des principaux éléments
09.30 Pause
09.45 Résolution des problèmes fréquemment rencontrés O.Tridon
Maintenance des principaux éléments
10.30 Amélioration de la sécurité, EN 746-2 J.Langjahr
11.15 Forum de discussion
12.00 Déjeuner
13.45 Systèmes de Torchères / Nouvelles technologies P.Orsini
15.15 Compte rendu de la formation
15.30 Fin

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 3
JOHN ZINK INTERNATIONAL LUXEMBOURG SARL
KOCH CHEMICAL TECHNOLOGY GROUP

Théorie sur la Combustion

Eric Battistella

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 4
Théorie sur la Combustion
Qu’est ce qu’un brûleur ?

1.) Un brûleur contrôle le mélange


et la réaction des composants
(fuel et air [oxygène]).

2.) Un brûleur a sa propre source d’allumage stable.

3.) Un brûleur a une forme de flamme définie

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 5
Théorie sur la Combustion
QU’EST CE QU’UNE FLAMME ?

Définition 1:
Combustion non terminée,
λ=1.0. (Stoichiométrie)
Définition 2:
La flamme est la zone visible de
la réaction.
Composants:
- Vapeur d’eau (H2O)
- Dioxyde de carbone (CO2)
- Azote (N2)
+ Monoxyde de carbone (CO)
+ Hydrocarbones (CxHy) umbrulés
+ Suies (C)

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 6
Théorie sur la Combustion
Qu’est ce qui rend une flamme jaune ?
2,7 µm 6,3 µm 71 µm
Vapeur d’eau
4,3 µm 15 µm
OH radicaux 0.308 nm
CH radicaux 0.428 nm

CO2

Visible
0.38-
0.74
nm Suie 0,7 to 8 µm

infra rouge

1 µm 10 µm 100 µm

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 7
Théorie sur la Combustion
Type de flamme (hydrocarbones gazeux):

Diffusion de flamme: Pré-mélange :


Fuel avide d’oxygène (air) Fuel et air pré-mélangés

Laminaire: Turbulente: Laminaire: Turbulente:

Les flammes jaunes émettent de fortes radiations et transmettent plus de


chaleur dans la section radiante.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 8
Théorie sur la Combustion
Diffusion de la flamme:
La surface d’échange du mélange
gouverne la réaction.

Fuel Air
pur pur

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 9
Théorie sur la Combustion
Pré-mélange
Le fuel et l’air sont pré-mélangés avant
combustion
Transition à une flamme non-luminescente

Front de flamme:
Les gaz sont chauffés à la température
d’allumage.
Dimension typique: 1 mm d’épaisseur
Le changement de couleur dépend du
ratio d’air:
. pauvre: couleur bleue / violette
. riche: couleur verdâtre
Cœur sombre avec gaz imbrulé

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 10
Théorie sur la Combustion
Longueurs de flamme laminaires et turbulentes:

LAMINAIRE TURBULENT
Longueur de flamme 

Longueur de flamme constante

extinction

décrochement

Vélocité de sortie du gaz aux nez du brûleur 

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 11
Théorie sur la Combustion
Récapitulatif des Définitions **

Combustion:
Réaction chimique entre un combustible et un comburant (habituellement
de l’oxygène, O2) générant des produits de combustion et de la chaleur.
PCI ou LHV (Pouvoir calorifique inférieur ou “lower heating value” ):
Chaleur totale obtenue lors de la combustion du fuel excluant la chaleur
latente produite par la vaporisation de l’eau.
PCS ou HHV (Pouvoir calorifique supérieur ou “higher heating value”):
Chaleur totale obtenue lors de la combustion du fuel.
Combustion stœchiométrique:
Combustion complète et parfaite (pas d’ O2 dans le produit de la
combustion).
Ratio Air (λ):
Ratio d’air à la stœchiométrie (Combustion stœchiométrique λ = 1)

** Pour plus d’information, voir aussi API 535 & 560

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 12
Théorie sur la Combustion
Récapitulatif des Définitions **
Fuel Riche:
λ < 1; en dessous de la quantité d’air stœchiométrique.
Fuel Pauvre:
λ > 1; au dessus de la quantité d’air stœchiométrique.
Excès d’air (λ-1) * 100% (excès d’air) :
Pourcentage d’air non consommé.
Température d’auto-inflammation :
C'est la température minimale pour laquelle un mélange combustible, de
pression et de composition données, s'enflamme spontanément sans contact
avec une source d’allumage .
Température adiabatique de flamme :
Température de la flamme résultant d’une combustion parfaite , sans aucune
perte de chaleur.

** Pour plus d’information, voir API 535 & 560

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 13
Théorie sur la Combustion
Chaleur de combustion

D’ou vient la chaleur ?


CH4 + 2 O2 → CO2 + 2 H2O

La chaleur provient de l’excès d’énergie généré


par l’interaction atomique des composants durant
la réaction de combustion.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 14
Théorie sur la Combustion
Libération de chaleur d’un brûleur:

Energie produite par un fuel au cours de la réaction de combustion en


unité de temps.
Libération de chaleur = Débit de Fuel * Pouvoir calorifique du fuel

A l’origine, la libération de chaleur des brûleurs était mesurée en calories ou en


BTU (British Thermal Unit).
Une calorie équivaut à l’énergie nécéssaire pour réchauffer d’un Degré C,
1 g d’eau.
Un BTU équivaut à l’énergie nécéssaire pour réchauffer d’un
Degré F,1 lb d’eau. 100 Watt
85.6 kcal/h = 100 J/s = 100 W
341 BTU/h = 100 W

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 15
Théorie sur la Combustion
Exemple de pouvoir calorifique inférieur pour différents fuels:

Energie dégagée par différents fuels par unité de masse ( /kg) et par
unité de volume ( /m3):

1 m3 Hydrogène 1 m3 Méthane 1 m3 Propane


= 10.8 MJ = 35.8 MJ = 91.2 MJ

1 kg Hydrogène 1 kg Méthane 1 kg Propane


= 120 MJ = 50.1 MJ = 46.4 MJ

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 16
Théorie sur la Combustion
Quelques exemples de PCI et PCS de différents fuels:

Formula Name MJ/m3 MJ/k g MJ/m3 MJ/k g


CH4 Méthane 35.80 50.12 39.77 55.67
C2H6 Ethane 63.71 47.57 69.66 52.01
C3H8 Propane 91.22 46.44 99.14 50.47
C4H10 Butane 118.56 45.79 128.47 49.62
C5H12 Pentane 146.01 45.43 157.54 49.01
C6H14 Hexane 173.43 45.17 187.31 48.79
C2H4 Ethylène 59.04 47.23 63.00 50.40
C3H6 Propylène 85.96 45.85 91.91 49.02
C4H8 Butène 113.40 45.36 121.33 48.53
C5H10 Pentène 140.80 45.06 150.72 48.23
C6H6 Benzène 141.41 40.61 147.36 42.32
C7H8 Toluène 160.06 38.97 167.55 40.79
C8H10 Xylène 185.18 39.13 194.57 41.12
C2H2 Acétylène 56.02 48.26 58.00 49.97
CO Monoxyde de carbone 12.62 10.10 12.62 10.10
H2 Hydrogène 10.80 120.00 12.76 141.86
H2S Sulfure d'Hydrogène 23.16 15.26 25.09 16.53

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 17
Théorie sur la Combustion
Calcul du pouvoir calorifique d’un mélange de différents fuels (exemple):

Composition (Vol%) Pouvoir calorifique (MJ/Nm3)

Hydrogène 65 / 100 * 10.8


Méthane + 20 / 100 * 35.8
Propane + 15 / 100 * 91.2

= Mixture 27.9

D
© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl
Page 18
Théorie sur la Combustion
Composition de l’air et stœchiométrie :
78.084 Vol% d’azote

20.948 Vol% d’oxygène

0.934 Vol% d’argon


0.003 Vol% de néon,
d’hélium, de méthane, de
dioxyde de soufre,
d’hydrogène et autres

En règle générale, on considère 21 Vol% d’O2 et 79 Vol% de N2.


Donc pour un volume donné, le rapport O2 / N2 = 3.76
(pour une molécule d’O2 nous avons 3 .76 molécules de N2 )

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 19
Théorie sur la Combustion
Ratio Stœchiométrique:

Le Ratio Stœchiométrique est le ratio volumique


d’air nécéssaire à la combustion
d’un volume donné de fuel.
Ratio d’air λ
(A/F)actual
λ=
Air (A/F)stœch

λ= 1 Stœchiométrique
Fuel
Azote λ<1 fuel riche

λ>1 fuel pauvre


Oxygène

Chaleur

D
© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl
Page 20
Théorie sur la Combustion
Ratio Stœchiométrique de quelques fuels choisis:

Fuel O2 N2 (A/F)stœch

Hydrogène 0.5 1.88 2.38


Méthane 2.0 7.53 9.52
Propane 5.0 18.82 23.82
Acétylène 2.5 9.41 11.91

D
© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl
Page 21
Théorie sur la Combustion
Calcul du ration stœchiométrique d’air à la combustion du
méthane:

CH4 + a (O2 + 3.76 N2) b H2O + c CO2 + a 3.76 N2

O balance Volume méthane =1


2a = b + 2c Combien d’air?
3 équations Volume O2 =2
C balance
3 inconnus Volume N2 = 2 * 3.76
1=c
a=2 Air Stœchiométrique= 9.52
H balance
4 = 2b

Volume air (stœch) x+y/4


=
Volume Cx Hy 0.21

D
© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl
Page 22
Théorie sur la Combustion
Exemple du méthane – Libération de chaleur 3 MW = 3 MJ/s:

Fuel nécéssaire ?
Libération (MJ/s) * 3600 (s/h) 3 * 3600
3
= = 301 Nm3 / h
Pouvoir calorifique (MJ/Nm ) 35.8

Ratio Stœchiométrique d’air nécéssaire ?


(A/F)stœch x (fuel) = 9.52 x 301 Nm3 / h = 2865 Nm3 / h

Quantité d’air nécéssaire avec 10% d’excès d’air ?


(Volume Stœchiométrique d’air) x 1.10 = 2865 Nm3 / h x 1.10=3152 Nm3/h

D
© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl
Page 23
Théorie sur la Combustion
Correlation entre excès d’air et teneur en oxygène dans les fumées:
CH4 + 1.1 x 9.52 x Air y H2O + z CO2 + 8.3 N2 + x O2

(0.21 x O2 + 0.79 x N2) Quantité d’Oxygène


2 x 2.2 = y + 2z + 2x
2.2 8.3 Quantité C
1=z 3 équations
3 inconnues
Quantité H x = 0.2
4 = 2y

O2 0.2
c (O2) = x 100 = humide: = 1.74 %
H2O + CO2 + N2 + O2 2 + 1 + 8.3 + 0.2
0.2
sec: = 2.11 %
0 + 1 + 8.3 + 0.2

D
© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl
Page 24
Théorie sur la Combustion
Analyse des fumées sèches et humides:

Mesures d’oxygène dans les


fumées
Fumées
Mesure O2
(humide)

Analyseur
O2 Mesure O2
(sec)

Analyseur
O2
Séparation
de l’eau

D
© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl
Page 25
Théorie sur la Combustion
Variation de mesures des composants entre les fumées sèches et humides :

Fuel: Gaz Naturel


10
O2 (Sec)
8

6
% Excès O2

O2 (Humide)

2 10% XSair = 2.10% O2 sec


et 1.74% O2 humide
0
0 10 20 30 40 50 60
% Excès d’air

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 26
Théorie sur la Combustion
Vitesse des flammes laminaires:
350

Vitesse de propagation de
300
la flamme
250

Vitesse de flamme [cm/s]


200 Méthane
Propane
La vitesse de flamme est Acétylène
150
critique avec les fuels type Hydrogène

H2 et C2H2 . Elle augmente 100

aussi considérablement
50
a des régimes turbulents
(non montré sur le graphique) 0
0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6
Air ratio [-]

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 27
Théorie sur la Combustion
Injection D’HYDROGENE

FUEL

AIR

Injection de METHANE

FUEL

AIR Vélocité Fuel/Air = Vélocité Flamme

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 28
Théorie sur la Combustion

Qu’est ce qu’un retour de flamme (Flashback)?


Le retour de flamme apparait lorsque la vélocité de la
flamme est supérieure à la vélocité du mélange
fuel/air Air

Fuel

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 29
Théorie sur la Combustion
Limites d’inflammabilité (allumage) de quelques gaz :

Limite inférieure d’inflammabilité (pauvre) Limite supérieure d’inflammabilité (riche)

Hydrogène 4 74.2

CO 12.5 74.2

Méthane 5 15

Propane 2.0 9.5

Acétylène 2.5 81

Ammoniac 16 25

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Mixture fuel et air [Vol.-%]

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 30
Théorie sur la Combustion
Température de flamme:
Fumée
Température adiabatique de flamme (AFT):
Température de combustion théorique
avec un ration air/fuel sans perte de
chaleur .
L’AFT peut être calculée de la manière
suivante:
Enthalpieproduits = Enthalpiecomposants + chaleur
radiation

Température de voute:
C’est la température des fumées à la sortie
de la section de radiation du four , après
perte de chaleur.
Les températures réelles des fours sont en dessous des températures
adiabatiques de flamme.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 31
Théorie sur la Combustion
TEMPERATURES DE FLAMME THEORIQUES POUR UNE MIXTURE STŒCHIOMETRIQUE

Fuel Deg. C Deg. F

CH4 1918 3484

C3H8 1967 3573

CO 1950 3542

H2 2045 4010

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 32
Théorie sur la Combustion
NOx, SOx, UHC,CO,VOC…..
H2O
NO(2) + hv + O2 + UHC + VOC SO2 + NO· + O2  H2SO4(aq)
 PAN + O3 + NO2
Pluies acides
Brouillards
photochimiques

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 33
Théorie sur la Combustion
Dans le cas d’une réaction de combustion idéale (réaction Stœchiométrique) d’un
hydrocarbone commun, les produits de la combustion sont :
O2, CO2, N2, H2O
L’oxygène présent est l’excès d’air pour assurer une combustion complète des
produits.
En réalité , comme les compositions de fuel ne sont généralement pas limitées à de
simples atomes de carbone (C) ou d’hydrogène (H), et que nous sommes en
présence des réactions de combustion immédiates incomplètes , nous retrouverons
aussi les produits suivants :
SOx, NOx, UHC, Particules, VOCs, Autres

Les émissions les plus communes sont :


• Oxydes de souffre : SO2 & SO3 (généralement mesurés comme SO2)
• Oxydes d’azote : NO, NO2, N2O4 etc. (généralement mesurés comme NO2)
• Hydrocarbones imbrulés UHC (généralement mesurés comme CH4)
• Poussières (particules solides)
• Autre : Dioxines, Mercaptans, Aromatiques

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 34
Théorie sur la Combustion
Paramètres de Combustion:

Flux turbulent
Mélange Fuel et Air

Transfert de chaleur
Chaleur radiante
Hautes temperatures
Formation de suies

Cinétique de combustion
Composition de fuel
Formation des NOx

Beaucoup de paramètres influent sur le fonctionnement des brûleurs

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 35
Théorie sur la Combustion
La formation des oxydes d’azote est le résultat d’une série complexe de réactions et
d’équilibres chimiques entre les atomes d’azote et d’oxygène.
D’autres réactions encore plus complexes prennent aussi place, cela est dû aux autres
différents types de composés entrant dans la réaction :
NO2, N2O,N2O2, N2O4, et autres

Il y a 3 types de formation des NOx :

NOx Thermiques: dûe à la température de flamme (Méchanisme de


Zeldovich)
NOx immédiats: dûe à la réaction complexe des radicaux
intermédiares et des atomes d’oxygène / azote
NOx dans les Fuels: dûe à la réaction de l’azote contenu dans le fuel et
l’oxygène de l’air

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 36
Théorie sur la Combustion
La formation des NOx est fonction de:
La température adiabatique de flamme
La température du four (température de voute)
La température de l’air de combustion
L’excès d’air
Composition de Fuel (H2 dans les gaz et N dans les liquides)

Les émission NOx augmentent avec:


L’augmentation de la température de voute.
L’augmentation de l’excès d’air.
L’augmentation de la température d’air.
L’augmentation des N dans les fuels liquides ou dans les gaz.
L’augmentation de la concentration d’hydrogène dans le gaz.
L’augmentation de la température de flamme.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 37
Théorie sur la Combustion
Actions pour réduire la formation des NOx

Réduire la température de flamme

Réduire l’excès d’air (augmentation du rendement)

Réduire les hautes températures d’air de combustion (réduit le rendement)

Le contrôle de la composition du fuel (H2, gaz inertes, azote dans les


fuels)

Réduire au maximum les fuites dans les fours

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 38
Théorie sur la Combustion
Quelles techniques pour réduire les émissions NOx d’un brûleur ?

En “refroidissant” la flamme en utilisant la technique de l’étagement de l’air

En “refroidissant” la flamme en utilisant la technique de l’étagement du gaz

En se rapprochant au plus près de l’excès d’air minimum imposé.

En limitant les températures d’air de combustion

En faisant recirculer les fumées dans la zone de flamme

(par l’intérieur ou par l’extérieur du four)

Par la combinaison des techniques énoncées ci-dessus

En utilisant le “meilleur” fuel que possible

Par une bonne maintenance des fours et des brûleurs

En installant la meilleure technologie disponible

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 39
Théorie sur la Combustion
NOx = f (excès d’O2 ). Brûleurs : diffusion typique

Oil
Gas

0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4 4,5

Dans les zones pertinentes, le pourcentage d’O2 a une forte


influence sur la formation des NOx.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 40
Théorie sur la Combustion
NOx = f ( Température de combustion dans le four ), cas typique:

Combustion
au gaz

800 900 1000 1100 1200 1300

Les NOx augmentent avec la température du four.


Le CO diminue avec la température du four. (Négligeable au dessus de 750°C)

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 41
Théorie sur la Combustion
NOx en fonction des # paramètres
(API 535, Figs 8-11, conventional burners)

Air préchauffé temp/100,


2.0 low range
Air préchauffé temp/100,
1.9
high range
1.8
O2, teneur haute
1.7
NOx ratio

1.6
O2, teneur basse
1.5
H2
1.4

1.3

1.2

1.1
Temp. de voute/1000
1.0
1 2 3 4 5 6 7 8
O2 [% ], APH [°F/100], BWT [°F/1000-10], H2 [% /10]

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 42
JOHN ZINK INTERNATIONAL LUXEMBOURG SARL
KOCH CHEMICAL TECHNOLOGY GROUP

Fours de Procédé

Jean Langjahr

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 43
Fours de Procédé
La fonction principale du Four de Process est d’augmenter la température d’un fluide

Cette opération doit être faite en tenant compte des paramètres et des contraintes
suivants:
• Les fours doivent être conduits avec précaution.
• Répondre aux besoins de l’unité.
• Minimiser les consommations de fuel.
• Fonctionner dans les meilleures conditions de securité possibles.
• Minimiser les émissions.
• Limiter les bruits de combustion.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 44
Fours de Procédé
Transfert de chaleur dans un Four de Process:

• Radiation (Portion principale du transfert, constituée par la radiation de la


flamme et les fumées)
Q = Chaleur échangée
A = Unité de surface  4  4 
 T  
T1, T2 = Température absolue d’un corps  1   T  
σ = Constante de Stefan-Boltzmann
Q/A  σ ε     2  
 100   100  
  
ε = Emission de la surface   

• Convection Q = U*A* LMTD


Q = Chaleur échangée
A = Surface extérieure totale
U = Coefficient global de transfert de chaleur.
LMTD = (Logarithmic Mean Temp) = Différence entre la température des
fumées et celle du fluide du procédé (Δτm)

• Conduction (Perte de chaleur non désirée)

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 45
Fours de Procédé
Comment la chaleur est-elle transmise aux faisceaux de tubes ?

L’échange global de température est divisé entre les sections de radiation et de


convection du four:
• 60 à 80 % aux faisceaux radiants
• 40 à 20 % aux faisceaux de convection
Le partage se faisant en fonction de la configuration des fours.

Tubes
La distance brûleur – faisceaux est importante.
La radiation de flamme est inversement proportionnelle
au carré de la distance (approx.).
x
Lorsque il y a une faible distance entre les
brûleurs et les faisceaux de tubes, la flamme
risque de toucher les tubes, provoquant des points
chauds et des problèmes de dégradation rapide
des tubes

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 46
Fours de Procédé
43

Profil de transfert de chaleur „Heat Flux“:


42
Flux Profile
41
40
39
Identification: Cas testé 38
37

Four de test No: 14 36


35
Température voute 2100 F 34
Four

33
Température préchauffe air 77 F 32
31
O 3.1 %
2 30
29
Pression Fuel 25.0 psig 28
27
H2 50.0 %
Fuels

26
25
TNG 50.0 % 24

Elevation, ft
23
C3H8 0.0 % 22

Inerts 0.0 % 21
20

Ld (voir calculateur Ld) 50.0 in2 19

Brûleur 18

Partage (voir calculateur Ld ) 7.5 % 17


16
15
14
13
12
11

Le transfert de chaleur est donné par la 10


9

géométrie du brûleur et la répartition de 8


7

la libération de chaleur dans le four 6


5
4
(Répartition entre la sole et les parois du four). 3
2
1
0
Flux, % of Max Flux
60 70 80 90 100

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 47
Fours de Procédé
Four vertical avec Four vertical avec Four tunnel:
section de convection: serpentin :

Tubes de
Convection

Tubes
Radiants

Brûleur

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 48
Fours de Procédé
Four type “End fired” Four avec brûleurs de sole: Four avec brûleurs de
paroi:

Tubes de Tubes de
Convection Convection
Tubes Tubes
Radiants Radiants

Brûleur Brûleur

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 49
Fours de Procédé
Simple rangée de tubes verticaux, Four avec 2 cellules:
Double rangée de brûleurs:

Tubes de
Tubes de
Convection
Convection
Tubes
Radiants Tubes
Radiants

brûleur

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 50
Fours de Procédé
Réchauffage simple de tubes en U: Réchauffage double de tubes en U: :

Brûleurs

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 51
Fours de Procédé
Four terrasse type Foster Wheeler : Réformeur avec flammes brûleurs
orientées vers le bas:

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 52
Fours de Procédé
Données et paramètres principaux d’un four de process:

Service Flux radiant Vitesse massique


[BTU/h/sq.ft] [kW / m2] [lb/s/sq.in] [kg / s / m2 ]

Brut 12,000 38 250 - 350


Sous vide 12,000 38 125 - 350
Réchauffeurs 12,000 38 250 - 350
Asphalt 6,000 19 250 - 350
Réformeur catal. 12,000 38 35 - 200 vap.
Visbreaker 8-12,000 29-38 600 - 900

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 53
Fours de Procédé
Pertes sèches Pertes humides
dans la
cheminée

Chaleur transmise
à la Charge

Pertes du four

Chaleur transmise Chaleur apportée


Rendement =
Chaleur apportée

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 54
Fours de Procédé
Efficacité thermique:

chaleur tr ansmise
Brut : ε th, HHV [%] 
chaleur apportée [PCS]
chaleur tr ansmise
Net : ε th, LHV [%] 
chaleur apportée [PCI]

Pertes humides:
Chaleur perdue dans la vapeur d’eau produite lors de la combustion des
hydrocarbones.
Pertes humides [%]  ε th, PCS  ε th, PCI
Pertes dans la cheminée:
Chaleur perdue dans les fumées.

Pertes four:
Chaleur perdue dûe à la conductivité des parois du four.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 55
Fours de Procédé
Fonctions de la cheminée du four:

• Fournir le tirage nécéssaire à l’équipement de combustion.

• Garder une dépression en tout point de l’intérieur du four

• Rejeter les produits de la combustion à l’atmosphère et garder le contrôle des


émissions.

La plupart des fours utilisent un tirage naturel pour l’apport d’air de combustion
dans les brûleurs.
Une cheminée correctement dimensionnée permet de fournir le tirage
nécessaire aux brûleurs.

Dans un four à tirage forcé, la cheminée n’est pas la source d’apport d’air
principale aux brûleurs, mais elle permet de conserver la dépression à la sole
du four.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 56
Fours de Procédé
Tirage du four:
• Cette force est créée par la différence de température ( # densités )
entre les gaz chauds dans le four et l’air plus frais de l’atmosphère.
• En se dilatant , les gaz chauds permettent d’une part, de créer le tirage
nécessaire à l’introduction de l’air frais dans le four, et d’autre part de
contrecarrer les pertes de charge du four.
• L’effet du tirage est proportionnel à la hauteur de la colonne de gaz (hauteur de
la cheminée) et à la différence de température.

• Tirage typique au dessus de la section de radiation: -2 à -3 mm de C.E.


• Tirage typique à la sole, (Fct de la hauteur de radiation) : -5 à -12 mm C.E.
• Tirage typique à l’intérieur de la section de radiation: 0.9 mm / 1 m de hauteur
• Tirage Minimum. constaté: En été avec une basse pression atmosphérique
• Tirage Maximum. constaté : En hiver avec une haute pression atmosphérique

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 57
Fours de Procédé
Augmentation du tirage en fonction de la hauteur de la section de radiation,
Température de l’air à l’entrée du four 15°C :

1
[mmCE par m de hauteur de la section de radiation]

0.9

0.8
Tirage du four

0.7

0.6

0.5

0.4

0.3
100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000 1100 1200 1300
Température à la sortie de la section de radiation [°C]

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 58
Fours de Procédé
Profile de tirage typique d’un four
à tirage naturel:
Cheminée

Section de convection

Section de radiation

Brûleurs

-1.0 -0.8 -0.6 -0.4 -0.2 0


mbar

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 59
JOHN ZINK INTERNATIONAL LUXEMBOURG SARL
KOCH CHEMICAL TECHNOLOGY GROUP

Technologie des brûleurs au


gaz

Eric Battistella

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 60
Technologie des brûleurs au gaz

Ce que l’on est en droit d’attendre d’un brûleur c’est :

1.) Le contrôle du mélange du fuel et de l’air de combustion [oxygène].

2.) Une source d’allumage propre et stable.

3.) Une forme de flamme définie

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 61
Technologie des brûleurs au gaz

Nez de gaz Nez de gaz Nez de gaz


secondaires Nez de gaz secondaires
primaires
primaires

Passage d’air
dans le réfractaire

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 62
Technologie des brûleurs au gaz
Stabilisation avec un cône Stabilisation avec un ouvreau

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 63
Technologie des brûleurs au gaz
En général , les brûleurs sont
composés de:

 Ouvreau Réfractaire
 Nez de gaz
 Connexion et collecteur gaz
 Caisson d’air
 Registre de contrôle de l’air
 Silencieux
 Pilote ou veilleuse

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 64
Technologie des brûleurs au gaz
Données nécéssaires pour le dimensionnement d’un brûleur :
Température de l’air de
combustion Excès
Pression fuel et
d’oxygène
température
Type de fuel et
Espacement entre composition
les brûleurs
Géométrie de la flamme
Type d’installation
(diamètre, longueur)
(sol, parois … )

Tirage et pression d’air


Emissions NOx

Niveau de bruit requis Température dans le four


Plage de Libération
régulation souhaitée

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 65
Technologie des brûleurs au gaz
Spécificités des brûleurs :

• Les brûleurs sont dimensionnés pour un seul type d’opération.


(Exemple: une plage de régulation de 10:1 veut dire approx. 100:1 de la
pression de gaz)
• La conduite des brûleurs hors des plages calculées ne donne pas un résultat
optimal.
• Pour définir un type de brûleur , il est essentiel de tenir compte des paramètres
d’utilisation les plus fréquents et de la charge .
(Exemple fréquent: brûleurs dimensionnés avec des paramètres rarement
utilisés)
• Les limites d’utilisation sont données par le fournisseur de brûleurs.
La co-ordination des opérations doit être faite en accord avec les deux
parties (fournisseur de brûleurs et l’exploitant du site).

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 66
Technologie des brûleurs au gaz
Géometrie de flamme :

Formes de flamme communes:


• Flammes rondes
( Four circulaire, four de distillation, chaudières, surchauffeur de vapeur)
Applications spéciales:
• Flammes “plates”
(Four de craquage, réformeur hydrogène type UOP, etc...)
• Flammes radiantes (sur les parois du four)
(Four de craquage, réformeur hydrogène , production d’ammoniac, etc…)
• Flammes orientées vers le bas
(Réformeur d’hydrogène , production d’ammoniac, etc...)
La forme de flamme est définie par la forme et la position des nez de gaz
mais aussi grâce l’ouvreau réfractaire.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 67
Technologie des brûleurs au gaz
Brûleur à flamme “ronde” :

Exemple de brûleur standard PVYD

Libération de chaleur :0,5-8 MW


Plage de Fct :10:1
Pression gaz :1,5 bar(g)
NOx (800°C, Gaz.nat): >250 mg/Nm3
Tirage: naturel / forcé Air

Gaz Pilote ou
veilleuse

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 68
Technologie des brûleurs au gaz
Brûleur flamme ronde :
Exemple : brûleur standard PVYD-14M

Fuel : 30% H2
70% Gaz.Nat +Propane

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 69
Technologie des brûleurs au gaz
Brûleur flamme ronde :
Exemple brûleur ultra low-NOx- PSMR

Libération de chaleur: 1-6 MW


Plage de Fct :5:1
Pression gaz :1,5-2,0 bar(g)
NOx (800°C, Gaz Nat.):45 mg/Nm3
Tirage: naturel Recirculation
interne des
fumées

Injection gaz
Injection gaz secondaire
primaire

Entrée gaz Entrée d’air

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 70
Technologie des brûleurs au gaz
Brûleur flamme ronde :

Exemple: PSMR-18RM

Libération de chaleur :2,96 MW


Gaz :55% H2
45% Nat.gas

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 71
Technologie des brûleurs au gaz
Brûleur à flamme orientée vers le bas :
Exemple: brûleur Ultra-Low NOx PDSMR

Libération de chaleur : 1-2.5 MW


Plage de Fct : 5:1
Pression gaz : 1,5-2,0 bar(g)
NOx (800°C, Gaz.Nat): 80 mg/Nm3
Tirage: naturel / forcé

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 72
Technologie des brûleurs au gaz
Brûleur de sole à flamme dite “plate”

Exemple brûleur low-NOx-PSFFG

Libération de chaleur : 0,5-4,0 MW


Plage de Fct : 5:1
Pression gaz : 1,5-2,0 bar(g)
NOx (800°C, Gaz Nat) : 80 mg/Nm3
Tirage : naturel /forcé

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 73
Technologie des brûleurs au gaz
Flammes dites “plates”, brûleurs de sole :

Exemple : brûleur PSFFG-30M

Libération de chaleur : 0,92 MW


Gaz : 55% H2
45% Nat.gas
Tirage: naturel

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 74
Technologie des brûleurs au gaz
Nouvelles Stratégies pour les fours de craquage éthylène :

Traditionellement , les fours de craquage éthylène fonctionnaient à 100% avec des


brûleurs installés sur leurs parois.

Aujourd’hui, un concept différent est employé:


• 100% de la charge au sol (plus de brûleurs radiants sur les parois)
• 40%-80% de la charge au sol + 1-3 rang de brûleurs radiants
• Brûleurs de sole + 1 rang de brûleurs radiants

Objectif:
La minimisation des investissements et des coûts de maintenance

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 75
Technologie des brûleurs au gaz
Brûleurs radiants:
Exemple de brûleur standard type PMS
Libération de chaleur : 0,15-0,5 MW
Plage de fct : 3:1
Pression gaz : 1,5-3,0 bar(g)
NOx (1200°C,Gaz Nat): 160-200 mg/Nm3
Tirage : naturel

Gaz
Entrée d’air
Nez type “Premix”

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 76
Technologie des brûleurs au gaz
Brûleur de type Radiant :
Libération de chaleur : 0,11 MW
Exemple PMS-4 Gaz : Gaz Nat

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 77
Technologie des brûleurs au gaz
Brûleurs radiants: Libération de chaleur : 0,15-0,5 MW
Plage de Fct : 3:1
Exemple: LPM-W Pression gaz : 2-3,0 bar(g)
NOx (1200°C, Gaz nat): 30 mg/Nm3
Tirage : naturel

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 78
Technologie des brûleurs au gaz
Gaz secondaire
Brûleur de sole :
Exemple: brûleur Ultra Low Nox PXMR
Gaz primaire

Libération de chaleur : 1-3 MW


Plage de Fct : 5:1
Pression gaz : 1,5-2.5 bar(g)
NOx (1200°C,Gaz Nat): 90 mg/Nm3
Tirage : naturel

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 79
Technologie des brûleurs au gaz
Brûleur de sole:
Nouvelle technologie LPM-F

Libération de chaleur : suivant demandes


Plage de Fct : 3:1
Pression de gaz : > 3,0 bar(g)
NOx (1000°C,Gaz Raf): < 30 mg/Nm3
Tirage : naturel

Gaz tertiaire avec recirculation


des fumées

Gaz secondaire

Gaz primaire + 100% Air

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 80
Technologie des brûleurs au gaz
Brûleur de sole :
LPM-F

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 81
Technologie des brûleurs au gaz
Brûleurs radiants à air forcé :
brûleur Ultra Low NOx : FPMR

Libération de chaleur : 0.2-1 MW


Plage de Fct : 5:1
NOx (1200°C,Gaz Nat): 80 mg/Nm3
Tirage : forcé

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 82
Technologie des brûleurs au gaz
Charge maximum Charge minimum

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 83
Technologie des brûleurs au gaz
Réduction des NOx : Historique

Etagement de l’air
avec 3 Vol-% O2 dans les fumées

400 Etagement de l’air et du fuel


350
NOx sec, [mg/Nm3]

Recirculation interne des fumées


300
250 Recirculation interne des
fumées et pré-mélange air gaz
200
NOx
150
Reconnus
100 comme
polluants
50
0
1930s - 1970s 1980s 1990s 2000s
1960s

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 84
JOHN ZINK INTERNATIONAL LUXEMBOURG SARL
KOCH CHEMICAL TECHNOLOGY GROUP

Présentation d’une veilleuse


brûleur installé sur notre
centre d’essais

Christoph Strupp
Marco Him

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 85
Présentation d’une veilleuse brûleur
installé sur notre centre d’essais
Les fours de test à Luxembourg :

 Gaz: Gaz naturel, H2 , propane, N2/CO2


 Fuels: Fuel lourd , Fuel léger
 Four de test No1:
• Capacité maximum: 4.5 MW
• Dimensions de la chambre de combustion: 6mx3mx2m
• Orientation possible des brûleurs: horizontale, verticale, horizontale sur le mur

 Four de test No 2:
• Capacité maximum : max. 0.8 MW
• Dimensions de la chambre de combustion: 2 m x 3 m x 1.5 m
• Orientation possible des brûleurs : horizontale sur le mur

 Four de test No 3: (en construction)


• Libération de chaleur : max. 10 MW
• Dimensions de la chambre de combustion: 12 m x 3.6 m x 3.6 m
• Orientation possible des brûleurs: horizontale, verticale, horizontale sur le
mur, vers le bas

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 86
Présentation d’une veilleuse brûleur
installé sur notre centre d’essais
Pilot type ST-1S:

Modèle: ST-1S
Libération: 35 kW
Pression gaz: 0.7 bar(g) - max 1 bar (g)
Gaz utilisés: Gaz Naturel, Hydrogène
Application: Tous types de brûleurs

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 87
JOHN ZINK INTERNATIONAL LUXEMBOURG SARL
KOCH CHEMICAL TECHNOLOGY GROUP

Technologie des brûleurs au


fuel

Christoph Strupp

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 88
Technologie des brûleurs au fuel
Les fuels couramment utilisés sont:

 Le Naphtha
 Le Diesel, les Fuels légers
 Les Fuels lourds
 Les Résidus de distillation sous vide
 Les Résidus liquides

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 89
Technologie des brûleurs au fuel
Pour définir un brûIeur correctement , les informations nécessaires au
dimensionnement sont les suivantes:

 Viscosité / température (<20 cSt)


 Courbe de pression de vapeur (composants volatiles)
 Teneur en Vanadium (ouvreaux réfractaires)
 Teneur en cendre et composants solides (érosion)
 Teneur en azote (NOx)
 Pouvoir calorifique (gaz d’assistance?)
 Pression du fuel

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 90
Technologie des brûleurs au fuel
Brûleur fuel typique (MA)

 Canne à huile
 Registre d’air
 Stabilisateur (ouvreau
primaire)
Air Air
 Ouvreau réfractaire
principal
 Veilleuse ou pilote.
 Lancettes gaz

Gaz

Gaz Pilote
Vapeur
Fuel Oil

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 91
Technologie des brûleurs au fuel
Canne à huile et atomisation

 Atomisation de fuel par la pression


Construction simple
Faible plage de fonctionnement (2:1)
Pression de fuel importante (> 30 bar(g))
Seulement pour fluide propre et ayant une basse viscosité

 Atomisation de fuel avec support


Support d’atomisation possible : Vapeur, air comprimé ou gaz
Plage de fonctionnement plus importante (3:1)
Pressions de fuel nécessaires comprises entre 6-10 bar(g)
Atomisation possible avec des fluides haute viscosité suivant le support utilisé.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 92
Technologie des brûleurs au fuel
Atomisation par émulsion (MEA)

Vapeur

fuel

Libération: 1.5 - 6 MW

Plage de fonctionnement: 3:1

Consommation vapeur : 0.3-0.4 kg/kg


Pression différentielle vapeur / fuel 2 bar

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 93
Technologie des brûleurs au fuel
Atomisation en Y (PM)

vapeur

fuel

Libération: 5.5 - 75 MW
Plage de Fct: 4:1
Consommation vapeur: 0.1 kg/kg
Pression vapeur 4-6 bar(g) constant

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 94
Technologie des brûleurs au fuel
Atomisation en Y + Atomisateur à émulsion (HERO®)

fuel

Vapeur

Libération: 1.5 - 8 MW
Plage de Fct: 4:1
Consomation vapeur: 0.2 kg/kg
Pression différentielle fuel/vapeur 1.5 -2 bar

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 95
Technologie des brûleurs au fuel
Atomisation en Y + Atomisateur à émulsion (HERO®)

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 96
Technologie des brûleurs au fuel
Média d’atomisation / plage de fonctionnement
1.2
 La vapeur doit être légèrement
PM surchauffée (ca. 20 ºC)
1
 Trop de vapeur destabilise la
flamme
0.8  Pas assez de vapeur provoque
MEA une mauvaise atomisation et
Ratio Vapeur / fuel

entraine la formation de suies


0.6

0.4
HERO®
0.2

0
Libération [%]
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3
© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl
Page 97
Technologie des brûleurs au fuel
Cône de stabilisation

• Ancienne méthode de stabilisation


• Principalement utilisé pour les fuels
basse viscosité

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 98
Technologie des brûleurs au fuel
Stabilisation type Swirl

• Pour brûleur à air forcé


(Pression d’air >10 mbar)

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 99
Technologie des brûleurs au fuel
Flamme stabilisée avec système Swirl (PSFRC)

Fuel lourd à charge min.4:1 Fuel lourd au max. de la charge

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 100
Technologie des brûleurs au fuel
Flamme stabilisée avec système Swirl

Flamme instable: Flamme stabilisée


Causes principales

• Pression différentielle fuel / vapeur


• Position de la canne à huile
• Position du registre d’air primaire

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 101
Technologie des brûleurs au fuel
Stabilisation de la flamme avec un réfractaire primaire

• brûleur à tirage naturel ou


forcé
(Pression d’air <10 mbar)

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 102
Technologie des brûleurs au fuel
Stabilisation de la flamme avec un réfractaire primaire
(DEEPStar™)

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 103
Technologie des brûleurs au fuel
NOx engendrés par les fuels

• L’azote contenu dans les fuels est partiellement transformé


en NOx.
• Plus la concentration en azote dans le fuel est faible, plus le
pourcentage de transformation en NOx est élevé.
• La technique de l’étagement de l’air est en général la
meilleure stratégie de réduction des émissions NOx.
• La recirculation des fumées n’est pas vraiment efficace.
L’étagement du fuel est en général trop compliqué.
• Pour une fuel lourd typique (~0.3 wt.-% N), la quantité de
NOx produite par celle-ci domine la quantité totale des
émissions NOx produites par le brûleur.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 104
Technologie des brûleurs au fuel
Emissions NOx- (typiques)

Gaz Naturel Fuels légers Fuels lourds


(0.001%N) (0.3% N)

PMA 250 310 650


PSFC 65 300 500
PSFRC (air forcé) 65 250 470
PFMRC (air forcé) 50 250 450
PLNC 175 220 450
DEEPStar™ 100 120 350

Base: 800°C, air ambient


Unités en mg/Nm3 @ 3% O2 dry

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 105
JOHN ZINK INTERNATIONAL LUXEMBOURG SARL
KOCH CHEMICAL TECHNOLOGY GROUP

Optimisation des fours de


Procédé

Jean Langjahr

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 106
Optimisation des fours de Procédé
Paramètres principaux sujets à optimisation :

- Tirage du four
- Excès d’oxygène
- Forme de flamme
- Emissions

Le but principal est d’améliorer :

- La sécurité des opérations


- Un fonctionnement économique des systèmes

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 107
Optimisation des fours de Procédé
Le contrôle du tirage est très important:
• Avec un tirage trop faible:
- Les brûleurs risquent de fonctionner en sub stœchiométrie
- La pression de la section radiante peut devenir positive et engendrer un
fonctionnement non sécurisé
- La cheminée peut fumer
- Les émissions risquent de dépasser les normes habituelles.
• Avec un tirage trop important:
- L’excès d’air devient aussi trop important.
- L’efficacité du four diminue
- La consommation de fuel augmente
- Les possibilités de fuites d’air dans le four augmentent
→ Contrôler l’excès d’air.
→ Conserver une dépression constante dans le four
→ Avoir des émissions correctes .
→ Evacuer les fumées dans de bonnes conditions.
© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl
Page 108
Optimisation des fours de Procédé
Conditions préalables pour un fonctionnement optimum du four:

+ Tirage à la sortie de la section de radiation:


Dans tous les cas, en tirage naturel ou forcé, nous
devons avoir 2 mm C.E. (0,2 mbar) de tirage.
+ Il est recommandé de faire fonctionner tous les
brûleurs en mode combiné sauf pour quelques
exceptions :
- Les fours multi-cellules ou l’on peut contrôler
le fuel et l’air séparément

L’optimisation du four demande une attention particulière et permanente


des opérateurs.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 109
Optimisation des fours de Procédé

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 110
Optimisation des fours de Procédé
Ajustement du tirage (four à tirage forcé)

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 111
Optimisation des fours de Procédé
Ajustement du tirage (four à tirage induit)

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 112
Optimisation des fours de Procédé
Ajustement du tirage (four à tirage balancé ou équilibré)

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 113
Optimisation des fours de Procédé
Optimisation des valeurs d’émission: NOx = f (O2, BWT)

1.6
1.200 1.1 1.2 1.4 1.5
ln (NOx)
1.100

Temperature de voute, °C
1.000
1.0 = Basis
900

800

700

600

0 1 2 3 4 5
Vol % O2 dans les fumées sèches

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 114
Optimisation des fours de Procédé

Repartition typique des énergies dans un four de process :

Energie (entrée): Chaleur de fuel (gas, oil) approx. 100%


Supports (vapeur)
Puissance (ventilateurs, pompes)

Energies utilisées : Chaleur procédé 75-90%


Pertes des fumées 10-25%
Pertes dues aux radiations 0,5-2%

Rendement calorifique simplifié ε = Chaleur utilisée / chaleur produite par le fuel

L’optimisation du rendement thermique d’un four passe par la réduction


des pertes concentrées dans les fumées.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 115
Optimisation des fours de Procédé
Influences des pertes concentrées dans les fumées :

Rendement:
• Augmentation des surfaces de convection
• Amélioration du transfert de chaleur sur les surfaces de convection:
Modification du flux thermique (privilégier les flux croisés plutôt que les flux
parallèles),
Augmentation de la différence de température.
• La sélection du fuel et du brûleur a une influence sur le transfert de chaleur

Quantité:
• Réduction de l’excès d’air.

Les pertes engendrées par les fumées peuvent être réduites d’une manière
significative en réduisant l’excès d’air.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 116
Optimisation des fours de Procédé
Fuites d’air :

Fuite d’air importante dans


cette zone

Les fuites d’air diminuent considérablement le rendement du four et


affectent le fonctionnement du brûleur en faussant les paramètres reçus
par les systèmes de contrôle de l’oxygène du four.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 117
Optimisation des fours de Procédé

Excès d’oxygène : limites inférieures


Gaz : 10% (2 % O2 dans les fumées)

Fuel Oil : 15% (3 % O2 dans les fumées)

Ces limites sont valides pour les brûleurs et doivent être maintenues grâce à un contrôle
approprié du brûleur, de la distribution d’air et de gaz.
Pour un brûleur à air forcé, un excès d’oxygène légèrement inférieur peut être maintenu.
Les besoins en oxygène doivent être disponibles au brûleur et non à travers les fuites
engendrées par le four.

Même avec un excès d’air mesuré, la formation de CO et une post -combustion


sont possibles.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 118
Optimisation des fours de Procédé
Potentiel économique du contrôle de la réduction de l’excès d’air:
Même en tenant compte des limites basses, il y a toujours un potentiel important
de diminution des coûts d’opération en réduisant l’excès d’air sur les fours
anciens .
Exemple:
Moyenne de la chaleur absorbée
Rendement du four (constant)
% O2 contenu dans les fumées
:20 MW
:75%
:5%
} Objectif
4%

Fuel :Fuel lourd


Pourcentage de fuite du four :1%
Prix du fuel :4,80 € / GJ [GJ = 1000 MWs]
Nb Heure d’opération du four :8.000 h / a

En réduisant de 1% l’O2 ~ (5% d’air) :


~20 MW · 0,25 · 0,05 ·0,0048 €/MWs ·3.600 s/h ·8.000 h/a = 34.600,-- € / a

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 119
Optimisation des fours de Procédé
Potentiel économique du contrôle du pourcentage d’excès d’oxygène:

Au minimum du fonctionnement, l’excès d’oxygène augmente.

Utiliser un système d’ouverture-fermeture automatique des registres permet un


contrôle facile et précis de l’O2. . Par conséquent, cela réduit les pertes de
chaleur engendrées par les fumées.
Pour estimer les gains possibles, il faut enregistrer les valeurs des charges
(chaleurs libérées) et l’excès d’air sur une longue période (environ 1 an).

Dans la plupart des applications, la mesure du niveau d’oxygène dans la


cheminée peut être utilisée pour le contrôle des registres d’air.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 120
Optimisation des fours de Procédé
Gains sur médium d’atomisation (brûleurs Fuel oil):

Les nouvelles générations de canne à huile diminuent les consommations de


vapeur

Exemple:
Moyenne de la chaleur absorbée : 20 MW
Rendement du four : 75%
Fuel: Fuel lourd
Prix de la vapeur: 8,00 € / t } 0,4 kg/kg Target
Consommation vapeur: 0,6 kg / kg
Nombre d’heures d’opération: 8.000 h / a

Gains pouvant être obtenus:


20 MW : 0,75 :39,6 MWs/kg ·0,2 ·0,008 €/kg ·3.600 s/h ·8.000 h/a = 31.033,-- € / a

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 121
Optimisation des fours de Procédé
En résumé:

Avec un contrôle optimisé des brûleurs , nous pouvons obtenir des gains
majeurs.
Les nouvelles générations de canne à huile économisent les consommations de
vapeur.
Il faut aussi considérer:
La modification et l’optimisation des surfaces de chauffe ainsi qu’un contrôle
précis des opérations contribuent aussi à l’amélioration des procédés.

Le mode d’opération le plus économique ne peut être obtenu qu’en étroite


collaboration avec les opérateurs et l’exploitant .

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 122
Optimisation des fours de Procédé
Exemple:

Chaleur moyenne dégagée: 25 MW Fuel, 2MW Gaz


Rendement du four: 74% -----------> 76.5%
% actuel d’O2 dans les fumées: 5% ------------> 4Vol%
Fuels: Fuel lourd et gaz
Prix du fuel: 4,80 € / GJ de gaz
4,40 € / GJ de fuel
Prix de la vapeur: 10 € /t
Nombre d’heures d’opération: 8.000 h / a

Total économisé (incluant le fuel, le gaz et la vapeur ): 126.800,-- € / a

D
© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl
Page 123
JOHN ZINK INTERNATIONAL LUXEMBOURG SARL
KOCH CHEMICAL TECHNOLOGY GROUP

Résolution des problèmes


fréquemment rencontrés
Maintenance des principaux éléments

Olivier Tridon

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 124
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Problèmes liés à la combustion gaz
Indication de défaillance
Problème Causes Solutions
Perte de la flamme  Brûleur en manque d’air  Ajuster la concentration d’ O2
 Pression gaz trop faible  Eteindre le brûleur
 Nez de gaz endommagés  Changer les nez de
gaz
Flamme inclinée  Nez de gaz cokés ou bouchés  Nettoyer ou remplacer
 Nez de gaz pas correctement positionnés  Contrôler et ajuster
 Stabilisateur ou réfractaires endomagés  Contrôler ou réparer si nécessaire

Formation de coke  Liquides entrainés dans les conduites  Contrôler le traçage et l’isolation des ligne
 Pression trop basse  Eteindre le brûleur , contrôler le design
 Vannes manuelles à moitié ouvertes  Eteindre le brûleur , contrôler le design

Mauvaise forme de flamme  Mauvaise distribution d’air  Regler le registre d’air


dans le four
 Flux de fuel inégal  S’assurer de la bonne distribution
de fuel sur tout les Brûleurs
 Nez de gaz endommagés  Changer les nez de gaz

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 125
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Problème liés à la combustion du fuel oil
Indication de défaillance
Problème Causes Solutions
Flamme trop courte  Conduit fuel bloqué  Nettoyer ou remplacer
 Atomisateur endommagé  Remplacer
 Gicleur bouché  Nettoyer
 Pression vapeur trop haute  Réduire la pression

Flamme inclinée  Nez de fuel endomagé  Remplacer


 Atomisateur endomagé  Remplacer
 Nez de fuel bouché  Nettoyer
 Cone de stabilisation endomagé  Remplacer

Suie dans la flamme  Manque d’air  Ajuster le niveau d’ O2


 Canne a fuel encrassée  Nettoyer
 Pression vapeur trop basse  Augmenter la pression
 Atomisateur endomagé  Remplacer
 Gicleur endomagé  Remplacer

Formes de flamme inégales  Distribution d’air inégale  contrôler les registres d’air
Dans le four  Distribution inégale du fuel  S’assurer que les Brûleurs recoivent tous la même
quantité de fuel
 Canne a fuel endomagée ou bouchée  Nettoyer ou remplacer

Etincelles  Pression vapeur trop faible  Ajuster la pression


 Atomisateur endomagé  Remplacer
 Gicleur endomagé  Remplacer
 Vapeur saturée  contrôler le traçage des ligne et l’isolation
Utiliser de la vapeur surchauffée
 Fuite sur la vannes de by pass  Fermer correctement la vanne

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 126
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Diagnostique: Pulsation de la flamme

Problème:
Les pulsations peuvent être entendues dans le four
Forme de flamme : flamme décrochée, instable dans le four
Flammes visibles à l‘extérieur du four.

Impact sur les opérations:


Baisse de production
Réfractaires du four et des brûleurs endommagés

Causes:
- Brûleurs en manque d‘air - Formation Importante de CO
- Le four est en pression .

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 127
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Diagnostique: Pulsation de la flamme

Solution:

→ Diminuer la capacité jusqu‘à ce que le brûleur ait assez d‘air de combustion


→ Augmenter le tirage dans la chambre de combustion (ouvrir le registre de
cheminée).
→ Après que le niveau oxygène soit rétabli et que le tirage soit correctement ajusté,
augmenter la capacité jusqu‘à obtention de la charge désirée.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 128
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Diagnostique: empiètement de la flamme sur les tubes du four

Problème:
Les flammes touchent les tubes de procédé

Impacts sur les opérations:


Surchauffe des tubes de procédé
Formation de coke à l‘intérieur des tubes (rupture des tubes possible)

Causes:
- Nez de gaz ou réfractaires encrassés ou obstrués par des débris,
- Brûleurs en manque d‘air,
- Nez de gaz ou de fuel: Perçages élargis suite à une abrasion,
- Mauvaise position des réfractaires, des nez de gaz ou des nez de fuel,
- Combustion fuel: Pression différentielle incorrecte entre le fuel et la vapeur,
- Distribution d‘air irrégulière.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 129
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Diagnostique: empiètement de la flamme sur les tubes du four

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 130
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Diagnostique: empiètement de la flamme sur les tubes du four

La destruction du réfractaire
bloque le passage de l’air
de combustion et à une
incidence importante sur la
forme de la flamme.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 131
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Diagnostique: empiètement de la flamme sur les tubes du four

Réfractaires asymétriques:

- Les réfractaires primaires et


secondaires ne sont pas
concentriques.
- Le réfractaire secondaire n’est pas
positionné correctement par
rapport à l’ouverture faite dans le
four .
- Conséquences: Possibilité d’un
défaut d’air de combustion

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 132
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Diagnostique: empiètement de la flamme sur les tubes du four

Solutions:

→ Nettoyer les Brûleurs


→ Ajuster le niveau d‘oxygène
→ Remplacer les nez de gaz quand les diamètres de percage sont 5%
supérieurs à la dimension d‘origine
→ Contrôler les réfractaires
→ Contrôler la position et l‘orientation des nez de fuel et de gaz
→ Ajuster la pression différentielle entre le fuel et la vapeur
→ Contrôler la distribution de l‘air de combustion.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 133
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Installation / Maintenance : Installation des réfractaires

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 134
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Installation / Maintenance : Installation des réfractaires

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 135
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Diagnostic: Formes de flamme irrégulières.

Problèmes:
Brûleurs : Les flammes sont plus longues sur un côté
Fours : Certains brûleurs ont des flammes plus grandes que les autres.

Impacts sur les opérations:


Baisse de l‘efficacité / Mauvais rendement
Empiètement de la flamme, haute température
à la convection
Emissions CO importantes.

Causes:
- Nez de gaz ou nez de fuel bouchés.
- Réglage irrégulier des registres d‘air.
- Percages élargis suite à une abrasion
- Perte de pression importante dans le réseau gaz

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 136
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Diagnostic: Formes de flamme irrégulières.

Accumulation
de coke

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 137
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Diagnostic: Formes de flamme irrégulières.

Solutions:

→ Nettoyer ou remplacer les nez de fuel et de gaz


→ Régler les registres d‘air de la même façon
→ Contrôler les diamètres de percage
→ Ajuster le tirage du four
→ Contrôler la position et l‘orientation des nez
→ Contrôler la boucle gaz et s‘assurer de la bonne distribution du gaz à chaque
brûleur (faire un contrôle de la pression de gaz à l‘arrivée de chaque brûleur si
possible)

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 138
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Maintenance: ajustement des nez de gaz.

La position et l’orientation des nez de gaz sont très importantes car elles permettent une utilisation
économique des brûleurs.

La bonne position est indiquée sur le plan d’ensemble (habituellement montrée au niveau du
réfractaire ou du cône de stabilisation).L’orientation est également stipulée sur le plan d’ensemble.

Les tolérances de montage sont aussi indiquées sur les plans


(généralement +/- 3mm) :

Type 1 Type 2 Type 3

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 139
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Maintenance: ajustement des nez de gaz.

Nez Primaires:
Trous d’allumage au centre du trou du réfractaire
Nez secondaires:
Trous d’allumage parallèles à la surface du réfractaire

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 140
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Diagnostic: flammes asymétriques.

Problème:
Inclinaison de la flamme.

Impact sur les opérations:


Empiètement de la flamme sur les tubes
Formation de coke dans les tubes
Causes:
- Problème de recirculation dans le four
- Nez gaz ou fuel bouchés
- Mauvais positionement ou alignement des
nez gaz ou fuel
- Mauvaise distribution d‘air dans le brûleur

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 141
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Diagnostic: flammes asymétriques.

Solution:
→ Contrôler la recirculation des fumées dans le four
→ Si nécéssaire, installer un Reed Wall (mur de protection) pour dévier les
recirculations des fumées
→ Nettoyer les nez de gaz ou de fuel
→ Contrôler la position et l‘orientation des nez
→ Contrôler la distribution de l‘air dans le brûleur, installer des déflecteurs dans la
gaine de ventilation si nécessaire

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 142
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Diagnostic: Haute pression fuel ou gaz
Problème:
La pression gaz est supérieure aux limites indiquées sur la courbe de capacité.

Impact sur les opérations:


Réduction de production
Formes de flamme irrégulières
Empiètement des flammes sur les tubes

Causes:
- Nez ou atomiseur obstrués
- Tirage non approprié

Solution:
→ Nettoyer les nez de gaz , de fuel et les atomiseurs.
→ Ajuster le tirage en fonction de la charge du brûleur

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 143
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Diagnostic: Haute température dans la cheminée

Problème:
La température dans la cheminée approche celle de la chambre de combustion
Impact sur les opérations:
Mauvais rendement
Consommation de gaz ou de fuel élevée

Causes:
- Excès d‘ O2 mal ajusté
- Tirage dans le four mal ajusté
- Cokage des tubes de convection
- Accumulation de suies sur les tubes du four
Solutions:
→ Ajuster l‘excès d‘ O2
→ Ajuster le tirage du four
→ Nettoyer les tubes de convection

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 144
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Diagnostic: Flammes longues et fumeuses
Problème:
Des flammes longues et fumeuses atteignent la section de convection

Impact sur les opérations:


Formation de suies sur les tubes
Perte de production
Combustion incomplète

Causes:
- Pression differentielle fuel / vapeur incorrecte
- Canne à huile obstruée
- Tirage du four incorrect
- Mauvaise distribution de l‘air dans les brûleurs

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 145
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Diagnostic: Flammes longues et fumeuses

Solutions:

→ Ajuster la pression différentielle fuel / vapeur


→ Nettoyer les nez et atomiseurs. Remplacer si nécessaire
→ Ajuster la température du fuel
→ Ajuster la position de la canne dans le brûleur
→ Ajuster le tirage dans le four
→ Contrôler la distribution d‘air dans les brûleurs

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 146
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Diagnostic: Coulures de fuel dans le brûleur

Problème:
Coulures de fuel le long de la canne d‘injection

Impact sur les opérations:


Impact sur la sécurité
Mauvais rendement
Formation de coke dans le réfractaire primaire
Encrassement des nez de fuel , de la veilleuse
Formation de suies dans la zone de convection.
Causes:
- Viscosité trop haute
- Canne à huile mal positionnée dans le réfractaire.
- Pression différentielle fuel vapeur incorrect
- Nez de fuel et atomiseur obstrués
- Vapeur saturée

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 147
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Diagnostic: Coulures de fuel dans le brûleur

Solutions:
→ Ajuster la température de fuel pour atteindre
une viscosité inférieure à 100SSU (20 cSt)
→ Repositionner la canne dans le réfractaire.
→ Ajuster la pression différentielle fuel vapeur.
→ Nettoyer la canne.
→ Utiliser de la vapeur surchauffée.

Accumulation de particules
dans les trous d’injection
de vapeur dans une canne
fuel HERO

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 148
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Maintenance des cannes fuel: les éléments principaux

Nez Atomiseur Gicleur


Manchon
Boîtier
Assurez-vous que la canne à huile ait réfroidie avant de la démonter.
Si ce n’est pas le cas, il y a risque de dégradation des filets.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 149
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Maintenance des cannes fuel : l‘atomisation du fuel

Causes de détérioration
Le Blocage
L’érosion
L’utilisation

HERO® EA
MEA MEA

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 150
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Diagnostic: Bruit de moteur dans un brûleur fuel

Problème:
Le brûleur génère beaucoup de bruit pendant les opérations (bruit de moteur)

Impact sur les opérations:


Flammes instables
Décrochement de la flamme dans le brûleur
Arrêt du four
Perte de production

Causes:
- Fuite sur la vanne de purge vapeur
- Eau dans le fuel
Solution:
→ Contrôler la vanne de purge vapeur
→ Contrôler si le fuel ne contient pas d‘eau.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 151
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Diagnostic: Le brûleur ne s‘allume pas
Problème:
Le brûleur ne s‘allume pas.

Impact sur les opérations:


Perte de production

Causes:
- Pas de source d‘ allumage
- Mauvaise position de la veilleuse
- Pas de gaz dans la veilleuse
- Ouverture du registre d‘air trop importante
- Mauvaise position ou orientation des nez de gaz ou de fuel
Solutions:
→ Repositionner la veilleuse correctement
→ Ouvrir la vanne de gaz de la veilleuse
→ Ajuster le registre d‘air de 15 à 25% de son ouverture totale
→ Repositionner les nez gaz et fuel correctement.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 152
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Le brûleur ne s‘allume pas: ajustement des différents éléments

DI AGR AM
CU STOM FI LLS

Exemple : Bruleur type HEVD Exemple: Bruleur type VYD


Nez en ligne avec la sole La rangée inférieure de trous de
du four fonctionnement doit être en ligne
avec la partie haute du cône de
stabilisation
© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl
Page 153
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Diagnostic: Décrochement de la flamme

Problème:
La flamme se stabilise bien au dessus du nez

Impact sur les opérations:


Impact sur la sécurité
Perte de production

Causes:
- Nez mal positionné ou mal orienté
- Stabilisateur de flamme détérioré ou mal positionné
- Registre primaire mal ajusté

Solution:
→ Contrôler la position et l‘orientation des nez
→ Contrôler le stabilisateur de flamme.
→ Ajuster le registre primaire.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 154
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Décrochement de la flamme : Maintenance et réglage du brûleur
Positionnement du nez d’injection d’huile

Trop haut Trop bas Position correcte

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 155
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Décrochement de la flamme : Maintenance et réglage du brûleur

25-35mm

Le jet de fuel doit être situé entre 25-35mm


du bord supérieur du réfractaire primaire.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 156
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Diagnostic: La veilleuse s‘éteint ou ne veut pas s‘allumer
Problème:
La veilleuse ne veut pas s‘allumer ou s‘éteint rapidement.

Impact sur les opérations:


Impact sur la sécurité
Perte de production

Causes:
- Tirage trop important dans le four
- Mauvais ajustement des registres d‘air du brûleur
et / ou de la molette de réglage d‘air de la veilleuse
- Pression de gaz non appropriée
- Electrode d‘allumage humide

Solutions:
→ Ajuster le tirage dans le four
→ Ajuster les registres et la molette de réglage
d‘air de la veilleuse
→ Ajuster la pression de gaz
→ Sécher l‘électrode d‘allumage

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 157
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Diagnostic: Emissions NOx élevées

Problème:
Hautes émissions NOx dans la cheminée du four.

Impact sur les opérations:


Les teneurs maximum permises sont dépassées.

Causes:
Mauvais ajustement des paramètres de combustion.

Solutions:
→ Ajuster la position des registres d‘air
→ Contrôler les nez primaires et secondaires (en cas d‘étagement du gaz).
Les remplacer si nécessaire.
→ Ajuster l‘excès d‘air O2
→ Contrôler et colmater les éventuelles fuites d‘air du four
Appeler le fournisseur des brûleurs

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 158
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Diagnostic: Flashback

Problèmes:
- Bruits inhabituels dans le Venturi
- Flamme visible dans le Venturi
- Venturi Surchauffé
- La couleur du nez est rouge intense
Impact sur les opérations
Venturi endommagé
Le brûleur ne peut fonctionner à la
capacité maximum

Causes:
- Nez endommagés, débris à l‘intérieur
- Pression gaz trop faible

Solution:
→ Nettoyer / remplacer le nez
→ Augmenter la pression de gaz (et éteindre
quelques brûleurs si nécessaire)

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 159
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Maintenance : En Résumé

En Résumé : Quelles parties des brûleurs doivent être entretenues ?

1) Les nez de gaz


2) Les cannes fuel
3) Les veilleuses
4) Les ouvreaux réfractaires
5) Les registres d’air

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 160
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Maintenance : Les Nez de Gaz

Présentation de différents types


de nez utilisés sur les brûleurs

Nez Primaires Nez Secondaires Nez central type Nez type Low Mass
pour brûleurs flamme standards “Bullnoze” pour réduire les
dite “plate”
problèmes de
cokage

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 161
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Maintenance : Les cannes à fuel
Contrôler l’érosion et la corrosion des trous.
S’assurer qu’il n’y a pas de débris dans les
trous.
Mesurer les diamètres de trou avec précision
(utiliser une queue de foret par exemple).
Changer la pièce lorsque le diamètre des trous
est supérieur à 5% de la valeur d’origine
ou lorqu’ils sont ovals.
Nettoyer le nez correctement.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 162
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Maintenance : Les veilleuses

Nez avec jupe


Venturi

Ventelle
Electrode
d’allumage

Gicleur

Bougie

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 163
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Maintenance : Les ouvreaux réfractaires

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 164
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Maintenance : Les registres d‘air

Maintenance des registres :


Nettoyer, graisser, ajuster, enlever les éventuels débris qui pourraient bloquer les
registres

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 165
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Maintenance : Les registres d‘air

Ce registre d’air a
besoin d’un entretien.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 166
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Maintenance : Les audits / pré inspection avant arrêt d‘unité

Avantages :

- Actualisation de la liste des pièces détachées recommandées.


- Conseils et recommandations sur les opérations.
- Recommandations sur le stock de pièces détachées.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 167
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Maintenance : Les audits / pré inspection avant arrêt d‘unité

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 168
Résolution des problèmes fréquemment rencontrés
Maintenance : Les audits / pré inspection avant arrêt d‘unité

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 169
JOHN ZINK INTERNATIONAL LUXEMBOURG SARL
KOCH CHEMICAL TECHNOLOGY GROUP

Amélioration de la sécurité
EN 746-2

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 170
Amélioration de la sécurité
EN 746-2
EN 746: „Industrial Thermoprocessing Equipment“

Part 2: Niveau de sécurité requis pour la combustion et les systèmes utilisant des
combustibles.

Ce chapitre de la norme EN 746 s‘applique aux équipements et aux systèmes


utilisant des combustibles installés sur les sites industriels.Ce document est lié à la
section 3.1 de la directive machine EN 292-1:1991, „équipment“ .
Cette norme spécifie le niveau de protection à atteindre par les fabricants pour
assurer la sécurité des personnes, ceci durant l‘installation , le démarrage,
l‘utilisation, l‘arrêt et la maintenance du matériel ou lors de problèmes de
disfonctionnements.
Ce document spécifie le niveau de sécurité devant être assuré par les matériaux au
cours de leurs utilisations.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 171
Amélioration de la sécurité
EN 746-2
Termes Definition
Brûleurs Brûleurs utilisant un système d‘allumage, de détection de flamme , d‘arrêt ou
Automatiques d‘ajustement de capacité automatique .
Brûleurs Groupe de brûleurs de faible capacité thermique unitaire utilisés sur un seul et même
Multiples équipement ou sur une même zone.
Défaillance de Perte ou mouvement de flamme entrainant la fermeture des vannes automatiques de
flamme sécurité

Appareil sensible aux propriétés de la flamme étant capable de détecter sa présence,


d‘informer et de mettre en action le système de sécurité en cas de défaillance.
Sauvegarde de Nous entendons par système de sauvegarde de flamme, les détecteurs type UV-IR ou
la flamme système de détection par ionisation (pour les veilleuses) et leurs accessoires associés
(relais , amplis)

Flamme Flammes autres que celles produites lors de démarrage ou produites par les
Principale veilleuses
Site Haute Site opérant à des températures supérieures à 750 °C dans les chambres de
Temp. combustion .
Site Basse Site opérant à des températures inférieures à 750 °C dans les chambres de
Temp. combustion .

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 172
Amélioration de la sécurité
EN 746-2
Termes Definition
Processus d’arrêt réagissant immédiatement au signal transmis par un élément de
Arrêt de sécurité
sécurité tel que les détecteurs UV-IR
Temps de securité Période de temps maximum acceptable à l’allumage d’un brûleur. L’absence de flamme
pour l‘allumage après cette période de temps déterminée, entraine l’arrêt instantané du système.
Temps de sécurité Temps défini entre la perte ou l’extinction de la flamme et la fermeture de l’arrivée de
d‘extinction combustible.
Fermeture automatique des vannes fuel ne pouvant être effectuée que par un
Fermeture
déclanchement ou une intervention manuelle.
Equipement
Thermique Equipement comportant au moins une partie soumise à une énergie thermique

Operateur de Opérateur ayant un contrôle et une surveillance continue de l’unité. Cet opérateur peut
supervision stopper les opérations à tout moment en cas d’urgence.
Redémarrage Procédé permettant , après Arrêt d’urgence, un redémarrage par séquences automatiques
Brûleur d‘allumage Brûleur permettant l‘allumage d‘autres brûleurs.
Démarrage de la combustion d‘une mixture fuel / air par l‘application d‘une petite source
Allumage
d‘énergie.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 173
Amélioration de la sécurité
EN 746-2

Equipements obligatoires pour les veilleuses de brûleurs:

FI PI

...

{
Brûleurs multiples

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 177
Amélioration de la sécurité
EN 746-2
Allumage de brûleurs:
• Tout équipement, source d‘allumage ou système d‘allumage combiné de
l‘allumeur et du brûleur (sur des installations automatiques), doit faire partie
intégrante du brûleur.
• La construction et la position du système d‘allumage doivent être calculées de
façon à ce que la flamme de cette source d‘allumage soit stable dans toutes les
phases de fonctionnement du brûleur: allumage et opérations
• Le système d‘allumage doit être fiable et de capacité suffisante pour faciliter
l‘allumage du brûleur.
• Lors d‘utilisation de gaz ou de combustibles aux caractéristiques incertaines,
une veilleuse permanente doit être installée séparément sur l‘équipement et doit
être alimentée avec un gaz propre et de qualité constante.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 178
Amélioration de la sécurité
EN 746-2
Equipement obligatoire pour les brûleurs gaz:

Un système de protection basse pression


du gaz doit être installé là où les brûleurs
ne possèdent pas de système de sécurité
de flamme.
Un système de protection haute pression
du gaz doit être installé lorsque les
pressions dépassent les 100 mbar(g).
PS PI

...

{
Brûleurs multiples

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 179
Amélioration de la sécurité
EN 746-2
Equipement obligatoire pour les brûleurs fuel:
Des systèmes de protection hautes
et basses pressions doivent être installés.
Un système de contrôle de la pression du médium
d‘atomisation (vapeur , air comprimé...etc..)
ajustable doit également être installé.
PS
Vapeur

...

PI

Fuel PS PI

{
...

Brûleurs multiples
© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl
Page 180
Amélioration de la sécurité
EN 746-2
Démarrage, pré-purge, allumage:
Le démarrage ne doit pas pouvoir être initialisé avant d’avoir franchi les
différentes étapes permettant de s’assurer qu’aucun mélange de combustibles ne
soit présent dans les fours, les échangeurs de chaleur ou les extracteurs de
fumées. Une période de pré-purge du système doit être effectuée avant
allumage.
Exceptions :
Si le brûleur s‘arrête dû à des problèmes de contrôle, la pré-purge n‘est pas
nécessaire:
- Quand il est prouvé que la température de la chambre de combustion est
supérieure à 750 °C .
- Quand le brûleur est équipé d‘une veilleuse indépendante contrôlée.
- Quand le brûleurs possèdent un système de contrôle du fluide équipé de
2 vannes de sécurité à fermeture simultanée et une vanne de sécurité
équipée d‘un système de fermeture sécurisée.
- Quand un ou plusieurs brûleurs sont encore en fonctionnement dans la
même chambre de combustion.
© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl
Page 181
Amélioration de la sécurité
EN 746-2
Allumage, temps de sécurité :
L‘allumage doit être initialisé immédiatement après la purge du système
Quand le brûleur principal est allumé par un brûleur auxiliaire (veilleuse), les vannes de gaz du
brûleur principal doivent être fermées lors de la purge du système mais aussi pendant
l‘allumage du brûleur auxiliaire.
Les vannes automatiques d‘ouverture de l‘arrivée de gaz au brûleur principal ne doivent s‘ouvrir
que lorsque la flamme du brûleur auxiliaire est parfaitement établie.

brûleurs gaz à tirage naturel


(*) La capacité du brûleur
Capacité Temps Temps d’allumage doit être d’environ 10 %
Brûleur d’allumage d’extinction de la capacité maximum du brûleur
[kW] sécurisé [s] sécurisé [s] principal (avec une limite maximum
Allumage brûleur principal par brûleur auxiliare de 350 kW ).
≤ 2,5 60 45 (**) Lors du démarrage, le brûleur
> 2,5 (*) 10 10 doit être ajusté à environ 33 % de sa
capacité maximum (avec une limite
Allumage direct du brûleur principal maximum de 350 kW ).
≤ 70 10 10
> 70 ≤ 350 10 3
> 350 (**) 5 3

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 182
Amélioration de la sécurité
EN 746-2
Brûleurs gaz à tirage forcé
(*) Lors du démarrage, le
Capacité brûleur Temps d’allumage Temps d’extinction brûleur doit être ajusté à
[kW] sécurisé [s] sécurisé [s] environ 33 % de sa capacité
maximum (avec une limite
≤ 70 5 3 (*)
maximum de 350 kW )
> 70 (*) 3 (*) 3

Brûleurs huile
Capacité brûleur Temps d’allumage Temps d’extinction
[kW] sécurisé [s] sécurisé [s]
≤ 350 10 10
> 350 (*) 5 3
NOTE: Pour les combustibles liquides , le temps sécurisé d‘allumage
commence lors de la libération du fuel dans la chambre de combustion

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 183
Amélioration de la sécurité
EN 746-2
Temps Temps
Sécurisé d’allumage Sécurisé d’extinction

Contrôleur
de flamme

Vanne sur ligne


gaz veilleuse

Allumage

Pré-purge

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 184
Amélioration de la sécurité
EN 746-2
Contrôleur de flamme:
• La flamme principale (si applicable) et la flamme d‘allumage doivent être
détectées par un contrôleur de flamme.
• Si les deux flammes sont contrôlées séparément, la flamme d‘allumage ne doit
pas influencer le système de contrôle de la flamme principale.
• Si la flamme principale ne peut pas être contrôlée séparément, alors le flux d‘air
et de gaz de la flamme d‘allumage doit être contrôlé en permanence afin que le
système allume le brûleur principal en toute circonstance. Dans ce cas , le
contrôle seul du système d‘allumage est suffisant.
• Quand le brûleur fonctionne en permanence , le système de détection de flamme
doit être muni d‘un système d‘auto-contrôle ou contrôlé régulièrement.
Les intervalles de contrôle ne doivent pas excéder une semaine.

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 185
JOHN ZINK INTERNATIONAL LUXEMBOURG SARL
KOCH CHEMICAL TECHNOLOGY GROUP

Systèmes de Torchères
Nouvelles technologies

Patrick Orsini

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 187
JOHN ZINK INTERNATIONAL LUXEMBOURG SARL
KOCH CHEMICAL TECHNOLOGY GROUP

Compte rendu de formation

© 2006 John Zink International Luxembourg Sarl


Page 188