Vous êtes sur la page 1sur 10

Essai de résilience

Le moyen le plus classique pour caractériser la fragilisation du métal sous l’action


d’un choc est l’essai de résilience (Essai Charpy) sur éprouvette entaillée.

I- Principe de l’essai:
L’essai consiste à rompre d’un seul coup de mouton pendule, une éprouvette
entaillée en son milieu reposant sur deux appuis. On détermine l’énergie W
absorbée dont on déduit la résilience.

La résilience (ou Ténacité) est l’énergie absorbée et exprimée en Joules par cm2 ,
nécessaire pour produire la rupture de l’éprouvette.

Résilience =

1
2
-couteau à sa hauteur h0:
énergie potentielle W0

W0 = mg x h0 .

-h1 hauteur de remontée


du pendule:
énergie non absorbée W1

W1 = mg x h1 .

Énergie absorbée par la rupture: W = W0 – W1 (en N.m = J)

W = mg (h0 – h1)

Ténacité (énergie absorbée)


3
KCV: résilience avec une éprouvette entaillée en V (J / cm2)
KV: énergie W absorbée par la rupture (Joules)

-éprouvette normalisée, la section au droit de l’entaille est = 0,8 cm2.

KCV (J / cm2 ) = 1,25 x W

Sur le plan international, il a été décidé d’exprimer les résultats des essais
en énergie (joules), en faisant abstraction de la section au droit de l’entaille.

4
II- Courbe de résilience : KV = f (T°C)

● à basse Tre, l’énergie est


faible (< 20 J) et la rupture
est fragile ( peu ou pas de
déformation plastique).

● à haute Tre, l’énergie est


plus élevée et la rupture est
ductile (associée à une
déformation plastique).

● entre ces 2 zones, on


définit une température de
transition ductile-fragile.
(TTDF)

5
Wd : énergie de l’état ductile
(plateau supérieur)

Wf : énergie de l’état fragile


(plateau inférieur)

TTDF = (Wd + Wf) / 2

6
♦ Définitions

▪ Rigidité: La rigidité est fonction de l’intensité des liaisons qui existent entre les
atomes ou les molécules constitutifs d’un matériau. On mesure la rigidité par la
valeur des divers modules d’élasticité, en particulier par le module d’Young E.

▪ Résistance: La résistance caractérise la contrainte maximale qu’un matériau peut


supporter avant de se rompre.

▪ Ductilité: La ductilité est la propriété grâce à laquelle un matériau peut se


déformer de façon permanente avant de se rompre. La ductilité facilite donc la
mise en forme du matériau à l’état solide. Dans les solides cristallins, la
ductilité est due au déplacement des dislocations.

▪ Ténacité: Elle est caractérisée par la résistance d’un matériau à la propagation


brutale de fissures. On peut mesurer cette ténacité par l’énergie requise pour
entrainer la rupture.

7
III- Mesure de la ténacité:

La ténacité peut être définie comme le travail nécessaire par unité de volume pour
provoquer la rupture. Ainsi, l’aire sous la courbe de traction représente l’énergie
dépensée (ténacité), par unité de volume de matériau, pour que l’éprouvette se
rompe.
L’énergie est le produit scalaire d’une force et d’un déplacement, ce qui peut
s’écrire:
dW = . = F . dl or σ = et ε = et V0 = S0l0 , le

volume soumis à la charge on a :

L’intégrale représente la surface (aire) sous la courbe de traction

8
Énergie élastique emmagasinée dans le volume V0 [c.à.d par unité
de volume] : m J/mm3 ou J/m3 . 9
▪Ténacité = aire sous la courbe de traction:

-matériau III le plus tenace


-matériau II plus tenace que le matériau I

▪Rigidité = mesure de module d’Young E


qui est la pente dans le domaine élastique.

Rigidité I > Rigidité III > Rigidité II

10