Vous êtes sur la page 1sur 24

Cours 3-b

Méthode des éléments finis 1D

• Notion de maillages : connectivité


• Notion d’élément de référence
• Technique d’assemblage
• Résolution et post-traitement
• Algorithme général

Version 09/2006 (E.L.) NF04 - Automne - UTC 1


Cas général : plusieurs éléments
 Exemple de maillage : 3 éléments finis à deux noeuds

4 noeuds

 Un maillage éléments finis est décrit à l’aide de deux tables :

 … des coordonnées : vcor   x1 x2 x3 x4 


1 2
 … des connectivités : conec   2 3
 
 3 4 

Version 09/2006 (E.L.) NF04 - Automne - UTC 2


Remarques sur le maillage
Remarque 1 : la numérotation des nœuds peut être aléatoire.
Un maillage éléments finis est dît non structuré !
1 2
conec   2 3 
 3 4 

2 4
conec   4 1 
1 3 

4 1
conec  1 3 
 3 2 

Remarque 2 : les éléments peuvent être de longueurs différentes

Version 09/2006 (E.L.) NF04 - Automne - UTC 3


Discrétisation de la forme intégrale

La forme intégrale (thermique 1D) s’écrit (voir précédent cours) :

L
d  x  dT  x  L
W    x k dx    x  f dx   L  h T  L   Text     0  q  0   0
0 dx dx 0
W
Wint CL

Le découpage du domaine en un maillage se traduit par un découpage


du signe intégral :
L N 1 xi 1

 ... dx  
0 i 1
x ... dx avec x1  0 et xN  L
i

intégrale élémentaire
Soit :
nelt
W  Wint  WCL  Winte  WCL  0, où nelt  nbred'éléments.
e 1

Version 09/2006 (E.L.) NF04 - Automne - UTC 4


Notion d’élément de référence

 Chaque intégrale « élémentaire » est définie par des bornes distinctes,


d’où :
 des fonctions d’approximation N1 et N2 différentes d’un élément à un
autre.

Nécessité de recalculer les fonctions pour chaque élément !

 Pour pallier à cette hétérogénéité, on définit un élément de référence


commun sur lequel effectuer l’intégration.

Version 09/2006 (E.L.) NF04 - Automne - UTC 5


Notion d’élément de référence

 Méthode : changement de variables x   xi , xi 1   s  0, Le  , où Le  xi 1  xi

xi 1 Le
dx dx
 ... dx   ... ds ds
xi 0
avec x  s   s  xi d'où
ds
1

soit : N xi 1 nelt L
e

  ... dx    ... ds
i 1 x e 1 0
i

 Les fonctions d’approximation sur l’élément de référence sont linéaires


et définies par :
 N1  0   1
  N2  0  0

 et 

 N1  Le
  0 
 N 2  Le
 1
s s
soit : N1  s   1  , N 2  s  
Le Le
Version 09/2006 (E.L.) NF04 - Automne - UTC 6
Solution globale : reconstruction élémentaire

 La superposition des approximations locales conduit à une approximation


GLOBALE de la solution par éléments finis

Version 09/2006 (E.L.) NF04 - Automne - UTC 7


Discrétisation des intégrales élémentaires

 Le calcul des matrices et vecteurs « élémentaires » est alors analogue à


celui d’un seul élément de longueur Le (voir précédent cours).
On retrouve ainsi la démarche suivante :

 Approximation par éléments finis :


T1   1 
T  s   N1  s  N2  s      s   N1  s  N 2  s   
T2   2 
k  1 1 T1  Le 1
 Calculs élémentaires : Winte   1 2 e      1  2  f
L  1 1  T2  2 1
  1  2  K e    1  2 F e 

 [Ke ] : matrice de rigidité élémentaire


 {Fe } : vecteur des sollicitations élémentaire

Version 09/2006 (E.L.) NF04 - Automne - UTC 8


Phase d’assemblage

Après calcul de toutes les contributions élémentaires, nous obtenons :


e
e  1
F   W
nelt T nelt
W   1  2  K       1  2 0
e e e
CL
e 1 T2  e 1

3. La phase d’assemblage consiste à « assembler » :


 toutes les matrices élémentaires en une seule
matrice globale [K]
 tous les vecteurs élémentaires en un seul vecteur
global {F}

  T1  
   
tels que : W   1 N   K      F    R 0
 N  N T  
  N N 1

Deux techniques d’assemblage possibles !
Version 09/2006 (E.L.) NF04 - Automne - UTC 9
Assemblage par extension (peu utilisé)

 Le principe est simple : augmenter les dimensions des matrices et


vecteurs élémentaires aux dimensions de la matrice global et du
vecteur global.

 Exemple :   1 1 0 0  T1  1 
  1 1 0 0  T2  (1)  
1 
 4  (1)
k    f L
Wint  Wint1  Wint2  Wint3   1  2  3  
L 0 0 0 0  T3  2 0 
  
 0 0 0 0  T4  0 

0 0 0 0  T1  0  0 0 0 0  T1  0  
(3)   

k 0 1 1 0  T2  L(2)  
 1  k 0 0 0 0  T2  L 0  
  f         f  
L(2) 0 1 1 0  T3  2 1  L(3) 0 0 1 1 T3  2 1  
     
0 0 0 0  T4  0   0 0 1 1  4
T 
 
1 

Version 09/2006 (E.L.) NF04 - Automne - UTC 10


Assemblage par projection

Principe : il consiste à localiser la « zone » de la matrice globale où sera


projetée la matrice élémentaire.

Constat : cette « zone » possède les mêmes dimensions que la matrice


élémentaire.

Outil de mise en œuvre : la table des connectivité « conec »

1 2
conec   2 3  N° ligne = numéro de l’élément
 3 4 

Contenu des colonnes = liste des nœuds de l’élément


= liste des lignes et colonnes de la
matrice globale !
Le procédé est identique pour l’assemblage d’un vecteur élémentaire !
Version 09/2006 (E.L.) NF04 - Automne - UTC 11
Technique d’assemblage par projection
Démarche générale :

 On boucle sur tous les éléments :

1. Calcul de [Ke] et {Fe}

2. Extraction de la connectivité de l’élément (numéros des nœuds)

3. On isole dans [K] et {F} les lignes et colonnes correspondantes

1. On y « projette » [Ke] dans [K]

2. On y « projette » {Fe} dans {F}

Retour de boucle

 Introduction des conditions aux limites

Version 09/2006 (E.L.) NF04 - Automne - UTC 12


Applications : maillage à 3 éléments
1 2 3 4

 1 1 0 0  T1  1 

1
Assemblage de l’élément 1 : 
k  1 1 0 0  T2  e  
    f  
 1

2
L
 Conec(1,[1 2])=[1 2] Le  0 0 0 0  T3  2 0 

3
 
0 0 0 0  T4  0

4
N° d’élément Liste des noeuds
1 2 3 4
N° des colonnes  1 1 0 0  T1   1 

1

k  1 1  1 1 0  T2  e 
 1  1
Assemblage de l’élément 2 :    f L

2
 
Le  0 1 1 0  T3  2 1 
 Conec(2,[1 2])=[2 3]  
3 0 0 0 0  T4   0 
4

1 2 3 4

 1 1 0 0  T1   1 
1

    
k  1 2 1 0  T2  Le  2 
2

 Assemblage de l’élément 3 :   f  
Le
 0 1 1  1 1 T
  2  1  1
Conec(3,[1 2])=[3 4]
3
  
3


 0 0 1 1  T4   1 
4

Remarque : pour simplifier L(1) = L (2) = L (3) = Le


Version 09/2006 (E.L.) NF04 - Automne - UTC 13
Prise en compte des conditions aux limites (1/3)

 Traitement de la condition de Dirichlet (1/2) : T ( x  0)  T  30


1

Méthode du terme unité sur la diagonale

 1 0 0 0   T   30 
    
1

 k k k    e 
 e 2  0  T   fL 
 L Le Le    
2
 N+1 opérations !
 k k k    
 0  e 2 e  e  T   fL 
e

 L L L  3  
 k k    L  e

 0 0  e T   f 
L Le   4   2 

Remarque : à l’issue de cette phase, le vecteur des réactions vaut {R }={0 } et


n’apparaît donc plus !

Version 09/2006 (E.L.) NF04 - Automne - UTC 15


Prise en compte des conditions aux limites (2/3)

 Traitement de la condition de Dirichlet (2/2) : T ( x  0)  T  30 1

Méthode du terme diagonal dominant


k 
0  T1  Grand  30 
k
 Le  Grand 
Le
0
 
    
 k k k    e
2 e  0 T2   fL 
 Le L Le     2 opérations !
     
 0
k
 e
k
2 e
k   
 e T3 fLe

 L L L    
    L e 
 k k    
0 0  e e  4
T

f

 L L  2

avec Grand = 1012 x max(K)

Remarque : à l’issue de cette phase, le vecteur des réactions {R } est


négligeable et n’apparaît donc plus !
Version 09/2006 (E.L.) NF04 - Automne - UTC 16
Prise en compte des conditions aux limites (3/3)

 Traitement de la condition de Cauchy :

  L  h T  L   Text    4hT4  4hText

Attention au signe !

 1 0 0 0  T1   30 
    
 k k k    
 e 2  0  T   fLe 
 L Le Le    
2

 k k k    
 0  e 2 e  e  T   fL e

 L L L  3  
    L 
e
k k
 0 0  e  h  T4   2
f  hText 
L Le 

Version 09/2006 (E.L.) NF04 - Automne - UTC 17


Cas particulier d’assemblage :
liste des nœuds non consécutives
 Exemple : conec(e, [1 2]) = [ 1 3]

 k k
 Le 
 K    Le 
e
 1 2 3 4
 k k 
 Le Le    1
 
 
  2
 
  
K  
  3
 
 
  4
 

Technique : on « dispatche » en conservant les positions relatives respectives !


Version 09/2006 (E.L.) NF04 - Automne - UTC 18
Cas particulier d’assemblage :
liste des nœuds inversée
 Exemple : conec(e, [1 2]) = [ 4 2]

 k k
 Le 
 K    Le 
e
 1 2 3 4
 k k 
 Le Le    1
 
 
  2
 
  
K  
  3
 
 
  4
 

Technique : on « dispatche » en inversant les lignes et les colonnes !


Version 09/2006 (E.L.) NF04 - Automne - UTC 19
Analyse de la validité des résultats

 Vérifications de base : programmation, préparation des données


 Conditions aux limites de Dirichlet

 Condition de Neumann et Cauchy


Requiert le calcul du gradient

 Calcul des réactions


Permet de vérifier :
 l’équilibre statique en mécanique
 La conservation des flux en thermique : flux entrants=flux sortants

 Calcul de convergence :
Parvenir à l’indépendance de la solution par rapport au maillage

Version 09/2006 (E.L.) NF04 - Automne - UTC 20


Post-traitement : calcul du gradient
 Utile pour :
dT
 Calculer un flux thermique : q  k n
dx
du
 Calculer un effort de traction mécanique : N  EA
dx
e e
T1  T 
1  1  T2  T1
e e
Méthode : dT dT   1
   N1'  s  N 2'  s      e   
dx ds ds T  L Le   Le
si
dx
1
 2 T2 

Question : comment choisir une valeur de flux au nœud « i » ?


Version 09/2006 (E.L.) NF04 - Automne - UTC 21
Calcul du gradient aux noeuds

 Constat : une approximation linéaire de la solution :

 Assure la continuité de la solution inter-éléments ;

 N’assure pas la continuité des dérivées de la solution !

 Solutions envisageables :

 Utiliser un élément fini à 3 nœuds d’approximation quadratique ! (hors NF04)

 Moyenner la solution aux nœuds !

1 i q (e)
 Ae
qi   q(e) ou encore qi  e  i 1
i
avec noeud i  2,.., N  1.
A
2 e  i 1 e

e  i 1

Version 09/2006 (E.L.) NF04 - Automne - UTC 22


Post-traitement : calcul des réactions externes
 Utile pour :
 Calculer la valeur du flux thermique externe sur une condition de Dirichlet et
vérifier l’équilibre des flux entrants et sortants (seulement si f=0).
 Calculer un effort de réaction mécanique externe et vérifier l’équilibre global du
système

 Méthode : R   K  T solution  F 


Réaction liaison
sans Dirichlet !

 Exemple : colonne sous effet de gravité


(sera traité lors du TD3)

On doit vérifier : F  R  P  0 Poids

soit : R  P

Modèle réel Modèle éléments finis


La solution éléments finis le vérifie t’elle ?
Version 09/2006 (E.L.) NF04 - Automne - UTC 23
Calculs de convergence
 Objectif :

Vérifier qu’il existe une taille de maillage minimale à partir de laquelle,


la solution devient indépendante du maillage.

Version 09/2006 (E.L.) NF04 - Automne - UTC 24


Cas particulier :
solutions élément finis et analytiques confondues !
Valeur convergée
Température
Flux

Valeur non convergée !

Solutions confondues sur la variable T mais pas sur la variable flux !

Version 09/2006 (E.L.) NF04 - Automne - UTC 25