Vous êtes sur la page 1sur 18

Cours 4-b

Méthode des éléments finis 2D

• Notion d’élément de référence


• Notion de patch-test
• Notion de convergence
• Application à la mécanique des fluides :
calcul d’un écoulement plan 2D par la fonction de Courant

Version 09/2006 ( NF04 - Automne - UTC 1


Rappels

 La forme intégrale associée à l’équation de la chaleur est décomposée :

 Sur des éléments triangulaires


 Sur des éléments barre pour Neumann et Cauchy

W = �WTe3 + �WNeu
e
+ �WCau
e
+ WDir = 0
e e e

Où l’intégrale élémentaire pour un élément T3 s’écrit :


r r
�y ( x, y ) k �T ( x, y ) dxdy - �
y ( x, y ) f dxdy
T
WT 3 = �
e
� �
Ae Ae

Version 09/2006 ( NF04 - Automne - UTC 2


Constats

 Il y a autant de fonctions Ni à
calculer que d’éléments T3

 Impossibilité de généraliser le
calcul du vecteur sollicitation
avec les Ni calculées sur
l’élément réel (difficulté de
définir les bornes d’intégration)

Idée : utiliser un élément de


référence unique avec des
bornes d’intégrations simples

Version 09/2006 ( NF04 - Automne - UTC 3


Illustration de l’élément de référence

Coordonnées (réf°)

Coordonnées réelles

Elément de référence unique Eléments « réels »

Version 09/2006 ( NF04 - Automne - UTC 4


Approche généralisable à d’autres topologies

Elément barre :

Elément quadrilatère :

Version 09/2006 ( NF04 - Automne - UTC 5


Changement de variables

 Le passage d’un élément « réel » vers un élément de « référence »


implique un changement de variables pour les calculs d’intégrations. De
manière générale, on a :


�f ( x, y ) dx dy = �
�f ( x ( x ,h ) , y ( x ,h ) ) J dx dh
x, y x ,h

-h

 Les bornes d’intégrations sont : x �[ 0, 1 - h ] , h �[ 0, 1]

Version 09/2006 ( NF04 - Automne - UTC 6


Définition du « jacobien »

 Définition : |J | est appelé le jacobien de la transformation.


Il correspond au déterminant de la matrice jacobienne [ J ].

La matrice jacobienne est définie par la relation mathématique suivante :


��T � ��x �y ��
�T � ��T�
�� � �� x ��
�� � �� �
�x � � x � x� � x�
� � = ���T �= [ J ] ��T �
��T � ��x �y� � � � �
��h� �
��� h
� h �
� � �
��y� ��y�

Cette matrice traduit les relations entre les dérivées partielles en espace
entre (x,y) et (x,h).

Pour la calculer, il est alors nécessaire de disposer d’une approximation


pour les variables x et y !

Version 09/2006 ( NF04 - Automne - UTC 7


Calcul des Ni

Le calcul des fonctions d’approximation consiste à :

1. Choisir une forme d’approximation pour les Ni


N i ( x ,h ) = ai + bix + cih , i = 1,2,3

2. Poser les systèmes d’équations associés


�N1 ( 0,0 ) = 1 = a1 �N 2 ( 0,0 ) = 0 = a2 �N 3 ( 0,0 ) = 0 = a3
� � �

� �
� �

�N1 ( 1,0 ) = 0 = a1 + b1 , �N 2 ( 1,0 ) = 1 = a2 + b2 , �N 3 ( 1,0 ) = 0 = a3 + b3
� � �
� � �
�N1 ( 0,1) = 0 = a1 + c1 �N 2 ( 0,1) = 0 = a2 + c2 �N 3 ( 0,1) = 1 = a3 + c3

3. Résoudre ! N1 ( x ,h ) = 1 - x - h , N 2 ( x ,h ) = x , N 3 ( x ,h ) = h

Version 09/2006 ( NF04 - Automne - UTC 8


Calcul de la matrice jacobienne [J ]
��x �y�
��x x�

 Rappel : la matrice jacobienne est définie par : [ ]
J = � �
��x �y�
�h
� h�

� �
 Les variables x et y sont approximées au sens des éléments finis :
�x1 � �y1 �
� � � �
x ( x ,h ) = N1 N 2 N 3 �x2 �, y ( x ,h ) = N1 N 2 N 3 �y2 �
�x � �y �
��3 3

x2 - x1
� y2 - y1 � � x21 y21 �
Soit : [ ] �
J = =
x3 - x1
� y3 - y1 �
� �
� x31 y31 �

J = 2 Ae = x21 y31 - x31 y21
On définit aussi :
1 �y31 - y21 �
[ j] = [ J ]
-1
= �
2 Ae �- x31 x21 ��
Version 09/2006 ( NF04 - Automne - UTC 9
Calcul des intégrales élémentaires

 Le changement de variables conduit à :


r r
� ( ) T ( x, y ) dx dy - � y ( x, y ) f dx dy
T
WTe3 = �� y x , y k � �
Ae Ae
r r
� ( ) T ( x, y ) J dx dh - �y ( x, y ) f J dx dh
T
=�� y x , y k � �
x ,h x ,h

 Les termes de gradient se discrétisent par :

��T� ��T�
� � �T1 �
r �
�� � �x 1 �y - y �-
�1 1 0 �
{ } �
x�
T
-1 � �
�T = � �= [ J ] � �= e �
-x
31 21
�� �
-1 0 1 � �
��
T2 �

� � ��T � 2A � x
1 4 4 431 44 221 4��4 4 4 43� T3
��y � ��h � �
� � � � �B
��

Version 09/2006 ( NF04 - Automne - UTC 10


Suite

La forme élémentaire s’écrit donc :

1 1-h
T1 �
� 1 1-h �N1 �
�� e � �
[ ] [ ]
T
WTe3 = � � y 1 y 2 y 3 B k B T
�2 �2 A d x dh - � � y 1 y 2 y 3 �N 2 � f
{ 2 A e
d x dh
0 0 �
T3 � 0 0 �N �supposé
�� 3 constant

�T1 �
��
Soit : T2 �- y 1 y 2 y 3 { F e }
WTe3 = y 1 y 2 y 3 [ K e ] �

T3 �

e
1
��
A ��
[ B] [ B] , { F e}
T
Avec : �
K e
� � �= kAe
= f 1
��
3 ��
1

Version 09/2006 ( NF04 - Automne - UTC 11


Notion de convergence

Illustration autour
d’un problème de mécanique :
Nombre d’inconnues

Tracé de la courbe de convergence

Objectif : Rechercher l’indépendance de la solution par rapport au maillage


Version 09/2006 ( NF04 - Automne - UTC 12
Application T3 : écoulement plan 2D

 Application valable dès que le fluide remplit les conditions suivantes :

 Incompressible :
 Eau

 Air si Mach < 0.3 (vitesse < 300-400 km/h)

 Non visqueux : aucun fluide n’est visqueux mais hypothèse réaliste si le


domaine est grand et que l’on ne s’intéresse pas à ce qui se passe
précisément au voisinage des parois.

 Stationnaire : constant en tout point du domaine dans le temps.

Version 09/2006 ( NF04 - Automne - UTC 13


Modèle mathématique y
Frontières

r
V
 Un écoulement incompressible se traduit par : v
u
r r r �
u � v
divV = div ( u i + v j ) = + =0 eq (1) x
�x �y

où u et v sont les composantes de la vitesse du fluide

 Un écoulement non visqueux est dit irrotationnel, soit :


uuu
rr r r r �� u �v �r r
rotV = ��( u i + v j ) = � - � z =0 eq (2)
��
y �x�
j
� j

 On introduit la fonction de Courant définie par : u= , v=-
�y �x

… dans eq(2) pour aboutir à : Dj ( x , y ) = 0

Cette équation est identique à l’équation de la chaleur en 2D avec k =1


et en l’absence de terme de production !
Version 09/2006 ( NF04 - Automne - UTC 14
Interprétation

Une différence de la fonction j entre deux points A et B, traduit un débit


perpendiculaire entre ces deux points :
jA A �j j - jB
j j A - jB
� v=- �- A
u= � jA �x x A - xB
�y y A - yB jB
A B

B
jB

De manière générale, on a :
jA A j A - jB
V�
H
H B

jB

Version 09/2006 ( NF04 - Automne - UTC 15


Condition de frontière imperméable
 Une frontière « imperméable » est donc définie par : j = cste

j2

j - j1
V�2
H
j1

 Il en résulte que pour tracer les lignes de courant (= trajectoires en


stationnaire), il suffit de tracer les lignes d’isovaleurs de j

Version 09/2006 ( NF04 - Automne - UTC 16


Exemples d’application (mini-projet)

Calcul de l’écoulement autour Calcul du champ de vitesse


d’un profil porteur stationnaire dans un lac

Version 09/2006 ( NF04 - Automne - UTC 17


Mise en œuvre informatique
 Génération d’un maillage composé de T3

 Préparation du fichier de données :

 Aucune propriété physique particulière : k = 1

 Annulation du terme source : f = 0

 Identification des nœuds associés aux conditions de Dirichlet : kcond, vcond

 Assemblage du système et résolution : script Matlab « blin.m »

Affichage des iso-valeurs : script Matlab « isoval.m »

(Prochaine séance TP sous Matlab)

Version 09/2006 ( NF04 - Automne - UTC 18