Vous êtes sur la page 1sur 48

Conception d’un système

d’information
Ce que l'on conçoit bien s'énonce
clairement,
Et les mots pour le dire arrivent
aisément.
L'Art poétique - Nicolas Boileau
(1636-1711)
• Introduction:
– Systèmes d’Information

• Méthode MERISE:
– Historique : Une évolution permanente.
– Les principes de bases de Merise : Cycles et modèles.
– La démarche Merise : Une approche progressive.
• Modélisation des données
• Modélisation des traitements
• Etudes de cas

JAKJOUD Widad 2
Système d’Information (SI)
Késko??
• Ensemble organisé de ressources (personnel, données, procédures,
matériel, logiciel, …) permettant d’acquérir, de stocker, de structurer et de
communiquer des informations sous forme de textes, images, sons, ou
données codées dans des organisations.
• Ensemble des éléments participant à la gestion, au stockage, au
traitement, au transport et à la diffusion de l'information au sein d'une
organisation.
• Ensemble des éléments matériels ou immatériels (hommes, machines,
méthodes, règles) qui interagissent pour la transformation des éléments
en entrées en d'autres éléments en sortie via des processus.
• Réseau complexe de relations structurées où interviennent hommes,
machines et procédures afin d’engendrer des flux d’informations
pertinentes destinées , entre autre, à l’aide de décision.

JAKJOUD Widad 3
Système d’Information (SI)
Késko??
• Assure dans l’organisation les fonctionnalités
suivantes:

JAKJOUD Widad 4
Système d’information Informatisé (SII)
Késko??
• Partie du SI qui peut être automatisée grâce à l’outil informatique:
– SI : coordonne, grâce à l'information, les activités de l'organisation afin
d'atteindre ses objectifs. Cette coordination se fait via des traitements sur
l’information
– Certains traitements peuvent être automatisés grâce à l’outil informatique,
c’est la partie du SI qui peut être informatisée.
– D’autres concernent plutôt l’aspect managérial et relévent des sciences de la
gestion.
SI

SII

JAKJOUD Widad 5
Approche systémique et Systèmes
d’Information
• La conception des Sis s’est inspirée de plusieurs approches ainsi que de l’evolution technique
de l’informatique en général:
• Au départ … l’approche cartésienne (démarche scientifique, mathématique) :
– Traite avec les systèmes compliqués (caractérisés par un nombre important d'éléments).
– Permet la décomposition du problème à résoudre en plusieurs morceaux (sous
problèmes) plus facile à aborder. Mais cette approche ne marche que si le problème est
décomposable d’une manière descendante. Si les éléments sont imbriqués et corrélés,
alors il faut une vision d'ensemble, une approche systémique.
• Puis l’approche systémique:
– Traite avec les systèmes de grande complexité ( caractérisé par un nombre important de
relations entre les éléments qui le constituent)
– Vise le problème dans sa globalité et non par décomposition en sous problèmes. Les
différentes parties du problèmes sont reliées via des relations de dépendance
réciproque

JAKJOUD Widad 6
Approche systémique et Systèmes
d’Information
• La conception des Sis s’est inspirée de plusieurs approches ainsi que de l’evolution technique
de l’informatique en général:
• Au départ … l’approche cartésienne (démarche scientifique, mathématique) :
– Traite avec les systèmes compliqués (caractérisés par un nombre important d'éléments).
– Permet la décomposition du problème à résoudre en plusieurs morceaux (sous
problèmes) plus facile à aborder. Mais cette approche ne marche que si le problème est
décomposable d’une manière descendante. Si les éléments sont imbriqués et corrélés,
alors il faut une vision d'ensemble, une approche systémique.
• Puis l’approche systémique:
– Traite avec les systèmes de grande complexité ( caractérisé par un nombre important de
relations entre les éléments qui le constituent)
– Vise le problème dans sa globalité et non par décomposition en sous problèmes. Les
différentes parties du problèmes sont reliées via des relations de dépendance
réciproque

JAKJOUD Widad 7
Approche systémique et Systèmes
d’Information
Quelques définitions
Système
• Ensemble d'éléments en interaction dynamique d’une manière organisée et
coordonnée en vue d'atteindre un objectif, qui évolue dans un environnement.
[Joël de Rosnay (1975)]
• Quelque chose (n'importe quoi d'identifiable) qui fait quelque chose (activité,
fonction) et qui est doté d'une structure, qui évolue dans le temps, dans quelque
chose (environnement), pour quelque chose (finalité). [J.J. Le Moigne (1977)]
• Exemple : Une entreprise dont les éléments sont les services, les départements...
les buts sont "produire", vendre", "faire du profit"... ; l'interaction est concrétisée
par la coopération interne, les relations avec la clientèle et les fournisseurs...
Organisation: Une organisation peut être vue comme l’interconnexion de trois
systèmes qui collaborent afin d’atteindre les objectifs

JAKJOUD Widad 8
Approche systémique et Systèmes
d’Information
Décomposition systémique d’une organisation en systèmes:

JAKJOUD Widad 9
Représentation empruntée à Le Moigne
Approche systémique et Systèmes
d’Information
Décomposition systémique d’une organisation en systèmes:

le système opérant :
Réalisation des tâches d'exécution (chaîne de
montage d'automobiles, actions de
représentants de commerce, établissement de
documents administratifs...).

le système de pilotage :
Prise de décision, fixation des objectifs et des
moyens (peut exister à tous le niveaux de
l'entreprise : le directeur, le chef de service, le
responsable d'une unité de production …),

JAKJOUD Widad 10
Approche systémique et Systèmes
d’Information
Décomposition systémique d’une organisation en systèmes:

le système d'information :
Intermédiaire entre les deux précédents, il est
chargé de véhiculer l'information interne et externe:
Il informe, après analyse, le système de pilotage des
performances du système opérant, et transmet à ce
dernier les instructions du système de pilotage. Son
rôle est de:
• Stocker, traiter l’information (rapprochements,
calculs, comparaisons), diffuser l’information.
• Déclencher les décisions programmées
• Fournir des informations aux décideurs pour aider à
la prise de décisions non programmées
• Coordonner les tâches en assurant les
communications entre les deux autres systèmes
JAKJOUD Widad 11
MERISE : Méthode d’analyse
• Historique
• Cycle de vie logiciel
• Cycle d’abstraction
• Modélisation des données
• Modélisation des traitements

JAKJOUD Widad 12
MERISE : Historique
• Merise : Méthode d’Etude et de Réalisation Informatique pour les Systèmes
d’Entreprise
• Méthode dont les bases théoriques ont été établies entre 1974 et 1978 par une
équipe d’ingénieurs et de chercheurs. (le ministère de l’industrie Français).
• Méthode formalisée, complète, détaillée:
– Formalisée : utilisation d’outils logiques (graphes, règles)

– Complète : de la décision d’informatisation à la mise en œuvre effective

– Détaillée : de la technique d’interview jusqu’au commentaires des programmes

• Méthode qui analyse le problème en séparant les données des traitements même
si les interactions entre les deux sont profondes et s'enrichissent mutuellement
(validation des données par les traitements et réciproquement).
– Les données - un schéma de base de données
– Les traitements les différentes fonctionnalités à programmer par la suite.
JAKJOUD Widad 13
MERISE et Cycle de vie
• Décrire la vie du SI à partir de l’idée de base jusqu'à
l’implantation en passant par une succession d’étapes :

Besoin
Partie conception
Schéma directeur

Cycle de vie logiciel


Cahier de charge
MERISE
Etude préalable
Cahier de charge fonctionnel

Etude détaillée
Solution opérationnelle

Partie réalisation
Etude technique et
réalisation

Maintenance
JAKJOUD Widad 14
MERISE et Cycle de vie
• Décrire la vie du SI à partir de l’idée de base jusqu'à l’implantation en passant par
une succession d’étapes :
– Schéma directeur :
• Description de l’approche globale du projet en termes d’objectifs et de contraintes.

• Définition des domaines d’études

• Planification du développement de chaque domaine

• Evaluation des moyens en personnel et matériel

– Etude préalable :
• Recensement et évaluation des différentes solutions possibles. L’étude doit être suffisamment
complète pour permettre une évaluation raisonnable et pour en retirer la solution adéquate à
l’organisation.

• Détermination du système de l’étude afin de donner aux responsables les moyens de prendre
des décisions sur les solutions possibles en fonction des objectifs globalement définis
précédemment (schéma directeur).

JAKJOUD Widad 15
MERISE et Cycle de vie
• Décrire la vie du SI à partir de l’idée de base jusqu'à l’implantation en passant par
une succession d’étapes :
– Etude détaillée :
• Une spécification fonctionnelle complète du futur SI à partir des choix retenus à
l’issue de l’étude préalable :
• Permet d aboutir à un accord sur la conception générale de la nouvelle solution.
• Ensuite, la conception détaillée sera mise en œuvre. Au niveau des données et des
traitements on procède à une description complète (MCD, MCT, MLD, MOT).
• Chacune des phases est complètement décrite en spécifiant les données en entrée,
les traitements et les données en sortie.

JAKJOUD Widad 16
MERISE et Cycle de vie
• Décrire la vie du SI à partir de l’idée de base jusqu'à l’implantation en passant par
une succession d’étapes :
– Etude technique et réalisation
• la traduction informatique des spécifications issues de l’étude détaillée.
– Définition de la structure de la base de données.
– Construction du logiciel
– Ecriture des programmes dans un langage de programmation.
– Génération des fichiers de la base de données.
– Installation et déploiement des programmes
– Formation des utilisateurs et vérification du bon fonctionnement du système

– Maintenance :
• Corrections ; adaptation aux évolutions de l’entreprise.
JAKJOUD Widad 17
MERISE et Cycle d’abstraction
• MERISE propose un cycle d’abstraction de trois niveaux :
• La méthode propose un modèle pour chaque niveau d’abstraction et pour chaque
volet (Données, traitements).

JAKJOUD Widad 18
MERISE et Cycle d’abstraction
• MERISE propose un cycle d’abstraction de trois niveaux :
• La méthode propose un modèle pour chaque niveau d’abstraction et pour chaque
volet (Données, traitements).
– Niveau conceptuel : Représentation des informations et des traitements sans
tenir compte de l’organisation des données ou bien des moyens matériels. On
répond à la question QUOI ? en termes de données et de traitements.
– Niveau organisation : Définition de l’organisation des ressources humaines et
matérielles. On intègre les détailles de l’organisation en termes de ressources
humaines (postes de travail), de lieu et de temps. On répond aux questions :
QUI fait QUOI ? QUAND et OU ?
– Niveau physique : On intègre les moyens COMMENT avec leurs
caractéristiques techniques.
• Le schéma de la base de données (relationnel, hiérarchique ou réseau) : les caractéristiques du mode de gestion des
données :
• La répartition des Données sur les différentes unités de stockage :
• Les fichiers, les programmes
• L’implantation physique des données et des traitements

JAKJOUD Widad 19
La méthode MERISE
• Principes
– Une vue globale sur l’objet modélisé.
– La séparation des données et des traitements
– Une approche par niveaux
a) Le niveau conceptuel
b) Le niveau organisationnel
c) Le niveau technique

JAKJOUD Widad 20
Historique
• 1977 Le ministère de l’industrie lance une
consultation pour définir une méthode de
conception
• Les composants de cette méthode :
• CORIG décomposition du projet en étapes
– approche systémique
– modélisation entités/relations Chen
• Le début des années 80 boude MERISE
• L’approche des années 90 en fait un
indispensable

JAKJOUD Widad 21
Conception d’une base de données
Quatre phases :
1. Analyse du problème
2. Modèle conceptuel des données (MCD)
3. Modèle logique des données (MLD)
4. Modèle physique (réalisation dans le SGBD)

JAKJOUD Widad 22
1. Analyse du problème
Analyse des besoins des utilisateurs :
- Quels sont les données à traiter ?
- Quels traitements à effectuer ?

Analyse de l’existant, interviews, étude des documents, mise


en évidence des règles de gestion…

JAKJOUD Widad 23
2. Modèle Conceptuel des Données

Quatre phases :
1. Repérer les entités du problèmes
2. Construire les entités, en choisissant leurs propriétés
3. Établir les relations entre les différentes entités
4. Trouver les cardinalités de chaque relation

JAKJOUD Widad 24
Modèle Conceptuel des Données
les entités
Une entité est la représentation d’un type d’objet ou d’un concept
conforme aux choix de gestion de l’entreprise
(ex : l’entité Livre) ;
Une occurrence d’une entité est une instance (un représentant) de
l’entité dans le monde réel
(ex : le livre « Frankenstein ») ;
Une propriété (ou attribut) : donnée élémentaire qui caractérise une
entité
(ex : le titre du livre) ;
L’identifiant (la clé) : propriété unique qui caractérise chaque occurrence
(ex : l’ISBN d’une édition)

JAKJOUD Widad 25
1. Repérer les entités
Un libraire gère des œuvres littéraires :
• Une œuvre est une création littéraire
• Une œuvre a au moins un auteur et est dans une édition (un livre)
• Une édition possède un ISBN unique et a un unique éditeur. Elle peut
contenir plusieurs œuvres.
• On veut mémoriser pour chaque édition le nombre d’exemplaires en
stock et pour chaque exemplaire son état.

JAKJOUD Widad 26
1. Repérer les entités
Un libraire gère des œuvres littéraires :
• Une œuvre est une création littéraire
• Une œuvre a au moins un auteur et est dans une édition (un livre)
• Une édition possède un ISBN unique et a un unique éditeur. Elle peut contenir
plusieurs œuvres.
• On veut mémoriser pour chaque édition le nombre d’exemplaires en stock et pour
chaque exemplaire son état

Entités :
Œuvres, auteurs, éditions, éditeur, exemplaires.

JAKJOUD Widad 27
2. Choix des propriétés
Propriétés : éléments caractérisant une entité

Règles sur les propriétés (de bon sens…)


1. Toute propriété est élémentaire
2. Une propriété ne doit pas être « instable » ou « calculable »
3. Toute entité doit posséder un identifiant (clé)
4. Toute propriété dépend directement de l’identifiant
5. Une propriété (y compris l’identifiant) ne dois pas dépendre d’une propriété
autre que l’identifiant

JAKJOUD Widad 28
2. Choix des propriétés
Œuvres Auteurs
NoOeuvre NoAuteur
Titre Nom
Prénom

Editeurs
Editions
NoEditeur
ISBN
Nom
Titre

Exemplaires
Id_livre
Etat

JAKJOUD Widad 29
3. Choix des relations
• Une relation (ou association) est un lien entre deux ou
plusieurs entités (ex : une œuvre est écrite par un auteur)

• Une occurrence d’une association est une instance de


l’association dans le monde réel
(ex : Frankenstein est écrit par Mary W. Shelley).

• Une relation peut posséder des propriétés.

JAKJOUD Widad 30
3. Choix des relations
Œuvres écrit Auteurs
NoOeuvre NoAuteur
Titre Nom
Prénom
édition

Editions Editeurs
ISBN édite NoEditeur

Titre Nom

Exemplaires
Stocks Id_livre
Etat

JAKJOUD Widad 31
3. Choix des relations
Autre exemple : des clients passent des commandes.

Clients Commandes
Noclient NoCommande
Effectue
Nom
xxx
Adresse

Code postal

ville Produits

NoProduit
Contient
Libellé quantité

Prix unitaire
JAKJOUD Widad 32
4. Trouver les cardinalités
La cardinalité d’une entité par rapport à une relation s’exprime sous
forme d’un couple :
(cardinalité minimale ; cardinalité maximale)

Cardinalité minimale : nombre minimal de fois où une occurrence de


l’entité participe à une relation de ce type vaut 0 ou 1 en général.

Cardinalité maximale :nombre maximal de fois où une occurrence de


l’entité participe à une relation de ce type vaut 0, 1 ou « n » (pour «
plusieurs fois »)

JAKJOUD Widad 33
4. Trouver les cardinalités
Auteurs Min1:Max1 Min2:Max2 Œuvres
NoAuteur écrit NoOeuvre
Nom Titre
Prénom

Min1 : « étant donné un auteur, combien d’œuvres sont écrit par


lui au minimum ? »
Max1 : « et au maximum ? »
Min2 : « et pour une œuvre, combien d’auteur participent à son
écriture au minimum ? »
Max2 : « et au maximum ? »

JAKJOUD Widad 34
4. Trouver les cardinalités
Auteurs 1:n 1:n Œuvres
NoAuteur écrit NoOeuvre
Nom Titre
Prénom

Min1 : « étant donné un auteur, combien d’œuvres sont écrit par


lui au minimum ? »
Max1 : « et au maximum ? »
Min2 : « et pour une œuvre, combien d’auteur participent à son
écriture au minimum ? »
Max2 : « et au maximum ? »

JAKJOUD Widad 35
4. Trouver les cardinalités
1:n 1:n
Œuvres écrit Auteurs
NoOeuvre NoAuteur
1:n
Titre Nom
Prénom
édition
1:n
Editions 1:n Editeurs
1:1
ISBN édite NoEditeur

Titre Nom

0:n
Exemplaires
1:1
Stocks Ref_livre
Etat

JAKJOUD Widad 36
Conseils
• Limiter la taille, factoriser si cela a du sens (ex
: plusieurs personnes habitent à la même
adresse : faut-il ajouter une entité adresse ?)
• Limiter les redondances !! (pas d’informations
présente deux fois)

JAKJOUD Widad 37
Construction d’un MCD
FAQ (Frequently Asked Question)
• Cardinalité (0:n) ou (1:n) ?
Répondre à « mon entité doit-elle obligatoirement apparaître dans une relation de ce
type ? ». En pratique peu d’importance…
• Les cardinalités sont toujours 0, 1 ou n ?
En pratique, il peut y avoir d’autre valeurs, mais c’est très rare (exemple du tiercé : un
pari concerne exactement 3 chevaux cardinalité 3:3)
• Est-ce une entité ou une relation ?
Si une relation contient de nombreuses propriétés, envisagez une entité…
• Puis-je utiliser des relations entre plus de deux entités ?
Oui, mais à éviter… Exemple : Vendeurs, Lieux et Acheteurs reliés par vente. N’est-ce
pas plus clair avec une entité ActesDeVente ?

JAKJOUD Widad 38
Exercice : réalisation de MCD
Une banque désire posséder un SGBD pour
suivre ses clients. Elle désire ainsi stocker les
coordonnées de chaque client (nom, prénom
adresse), et les comptes dont elle dispose
ainsi que leur solde (sachant par ailleurs que
certains compte ont plusieurs bénéficiaires).
On stockera également les opérations relatives
à ces comptes (retrait et dépôt, avec leur date
et le montant).

JAKJOUD Widad 40
Exercice
1:n 1:n 0:n
bénéficie Comptes
Clients
NoClient Code

Nom
Solde
Prénom
Adresse Concerne

Opérations
Id_op 1:1

Type

Date

montant
JAKJOUD Widad 41
Modèle Logique des données
(MLD)
• Plus proche du modèle physique.
• Ne contient que des tables qui possèdent des
propriétés et une ou plusieurs clés primaires.
• Toutes les tables ont un nom unique.

JAKJOUD Widad 42
Passage du MCD au MLD
Pour les entités. Toute entité devient une table
et conserve ses propriétés et sa clé.
Pour les associations. Dépend des cardinalités.
Deux grand cas possibles :
• Relation 1:1 ?:?

la relation est matérialisée par l’ajout d’une clé étrangère

• Relation ?:n ?:n

la relation donne lieu à la création d’une table

JAKJOUD Widad 43
Passage du MCD au MLD
EntitéA EntitéB
0:n relation
IdA 1:1 IdB
propriétéR
PropriétéA propriété
B

devient
TableA
TableB
IdA IdB
PropriétéA PropriétéB
RefA
PropriétéR

JAKJOUD Widad 44
Passage du MCD au MLD
EntitéA EntitéB
IdA 0:n relation 1:n IdB

PropriétéA propriétéR propriété


B

devient
TableA RelationAB TableB
IdA IdB
RefA
PropriétéA RefB PropriétéB
PropriétéR

JAKJOUD Widad 45
Passage du MCD au MLD
cas particuliers
• Une relation ternaire devient une table si les cardinalités sont 1:n sur
toutes les branches, sinon on place les références dans la table reliée à une
cardinalité 1:1
• Si plusieurs relations existent entre deux entités, on les traite séparément
• Les cardinalités k:k sont à traiter comme k relations 1:1
• Si deux entités sont reliés par une relation de type

1:1 les fusionner1:1


il faut probablement en une table.
• Supprimer les tables inutiles ! (tables à un seul champ)

JAKJOUD Widad 46
Passage du MCD au MLD : exercice
1:n 1:n
Œuvres écrit Auteurs
NoOeuvre NoAuteur
1:n
Titre Nom
Prénom
édition
1:n
Editions 1:n Editeurs
1:1
ISBN édite NoEditeur

Titre Nom

0:n
Exemplaires
1:1
Stocks Ref_livre
Etat

Question : Trouvez le MLD équivalent…


JAKJOUD Widad 47
Solution
Ecriture Auteurs
Œuvres RefOeuvre NoAuteur
NoOeuvr Nom
e RefAuteur
Prénom
Titre

Liste_oeuvres
RefOeuvre
Editeurs
ISBN
Editions NoEditeur
ISBN Nom
Titre

RefEditeur Exemplaires
Ref_livre
Etat

ISBN
JAKJOUD Widad 48
Exercices
Dans le poly…

JAKJOUD Widad 49

Vous aimerez peut-être aussi