Vous êtes sur la page 1sur 19

La phrase complexe

Phrases complexes
Une phrase formée de deux phrases :
• Phrases coordonnées :
Pierre aime la musique et Marc aime la peinture
Pierre aima la musique et la peinture

• Phrase qui contient une subordonnée :


L’étudiante que tu as rencontrée est ma nièce
Je pense qu’il viendra demain
Grammaire traditionnelle : Plusieurs types de
subordonnées, selon leur sens :
temporelles, de cause, hypothétiques, de
conséquence, de but, etc.

Critère notionnel de classement


En suivant de critères purement formels, on
peut distinguer trois types de subordonnées :

1. les relatives – phrases GA


2. les complétives et – phrases GN
3. les circonstancielles – phrases Gadv ou Gprep
Critère formel : Leur fonction syntaxique
La phrase subordonnée est un des constituants
de la phrase principale.
La phrase subordonnée (phrase enchâssée) est
insérée dans
la phrase principale (phrase matrice).
Subordonnée relative
Je regarde l'étudiant qui écrit une composition
L’étudiant que je regarde écrit une composition

Fonction : expansion du nom.


La relative s'insère sous le nœud Nexp.
Elle se comporte comme un adjectif épithète.
Relatives
Je regarde le livre rouge =
Je regarde le livre qui est rouge
Je regarde l'étudiant qui écrit une composition

L’étudiant polonais est parti =


L’étudiant que tu as rencontrée hier est parti.
Relatives
La phrase complexe représente la structure de
surface. Dans la structure profonde nous avons
deux phrases distinctes :
Je regarde le (un) étudiant (phrase matrice)
L'étudiant écrit une composition (phrase
enchâssée)
Structure profonde
Structure de surface
Transformations

Chomsky, 1965, Aspects of the theory of syntax


Relatives
Je regarde l'étudiant qui écrit une composition
La phrase complexe représente la structure de
surface. Dans la structure profonde nous avons
deux phrases séparées:
Je regarde le (un) étudiant (phrase matrice)
L'étudiant écrit une composition (phrase
enchâssée)
La transformation de relativisation

1. La phrase enchâssée est insérée dans la


phrase matrice comme expansion du N, sous
le nœud NExp.
Elle est symbolisée par le symbole P΄ qui
signifie phrase subordonnée :
P΄-> Comp P
Le nœud Complémenteur (Comp) représente
tous les mots de subordination : qui, que,
dont, etc.
La transformation de relativisation
2. Le GN qui est répété est effacé (l'étudiant)
3. Le complémenteur prend la forme : qui, parce
que l'élément effacé a la fonction de sujet.
S'il avait la fonction de complément du verbe, il
aurait la forme : que, etc.
La phrase participiale
Les oiseaux mangeant des guêpes sont des
animaux utiles
Phrase relative sans Complémenteur.
Le verbe de la phrase enchâssée est au participe
présent (forme non-finie du verbe, sans indices
morphologiques de personne, temps, nombre)
Relatives ambigües
Les invités qui étaient fatigués sont partis
Relatives ambigües
• Relative restrictive : Seuls les invités fatigués
sont partis.
• Relative appositive : Tous les invités sont
partis.
La complétive
Paul a appris que Pierre est malade.
Elle a la fonction de complément du verbe. Elle
s'insère sous le nœud VExp.
Elle se comporte comme un GN complément
sélectionné par le verbe.
Paul a appris une chose =
Paul a appris que Pierre est malade
La complétive
Dans la structure profonde il y a deux phrases :
Paul a appris une chose (phrase matrice)
Pierre est malade (phrase enchâssée)
La phrase enchâssée s'insère dans la phrase
matrice sous le nœud Vexp, à la place de : 'une
chose'.
Le complémenteur des phrases complétives est
le plus souvent que.
La phrase infinitive
Paul espère venir
Elle s'analyse comme une phrase complétive.
Les sujets des deux phrases coïncident, ils sont
coréférentiels :
Le sujet de la phrase enchâssée est effacé, le
verbe est à l'infinitif (forme non-finie du verbe).
Il n'y a pas de complémenteur.
Les circonstancielles
Elles ont a la fonction de complément circonstanciel.
Elle s'insèrent sous le nœud P.
Il est venu hier = Il est venu quand je partais.
Phrase enchâssée P΄: Je partais
Phrase matrice : Il est venu

La phrase enchâssée est insérée dans la phrase matrice


sous le noeud P, à l'aide du complémenteur Quand.