Vous êtes sur la page 1sur 58

Economie de la Protection Sociale

Réaliser par : Encadré par :

Mr HBIHIB Said Mr FEZZARI Ilyass Mr. BAIDANE


Mlle Kaoutar ZAID Mr Soufiane ZAIM
Mr Abdellah ELMANSOURI Mr BAMANZI Innocent
1
Groupe de travail

Parties Intervenant
Concepts et logiques de la protection sociale Mr. HBIHIB Said

Marché du travail et protection sociale


Mr. FEZZARI Ilyass
(Système de retraire)
Marché du travail et protection sociale Mr. BAMANZI Innocent
et
(Flexibilité du marché du travail) Mr. ZAIM Soufiane
Financement de la protection sociale Mlle Kaoutar ZAID
Conclusion :
Mr Abdellah ELMANSOURI
la protection sociale face à la mondialisation

Economie Publique _ Master MFEA & DEIP_ Economie de la Protection Sociale _ G10 2
Introduction

Economie Publique _ Master MFEA & DEIP_ Economie de la Protection Sociale _ G10 3
Le système de protection sociale est la
manifestation concrète de la notion de solidarité
dans les sociétés modernes. En définissant un
ensemble de droits sociaux assurés à chacun par la
collectivité, elle constitue un facteur d'intégration
permettant de renforcer la cohésion sociale.

Economie Publique _ Master MFEA & DEIP_ Economie de la Protection Sociale _ G10 4
La protection sociale émane d'un processus
historique qui a conduit au développement de l'État-
providence. Elle permet également d'associer
progrès social et dynamisme économique : la
recherche du plein emploi et le système de
protection sociale participent au soutien de la
demande et à l'entretien de la force de travail tout
en répondant aux besoins sociaux.

Economie Publique _ Master MFEA & DEIP_ Economie de la Protection Sociale _ G10 5
La protection sociale constitue un secteur encore
largement dépendant de l’État qui exerce une tutelle
sur les différents organismes de ce domaine et
finance en partie la protection sociale par des
impôts et taxes affectés ou des subventions
budgétaires.

Economie Publique _ Master MFEA & DEIP_ Economie de la Protection Sociale _ G10 6
Problématiques

Economie Publique _ Master MFEA & DEIP_ Economie de la Protection Sociale _ G10 7
 Quel système de retraite adéquat à une protection
sociale équitable ?

 Comment la sécurité sociale peut-elle offrir une


protection efficace face à la flexibilisation du
marché du travail ?

 Comment se finance la protection sociale au


Maroc ?

Economie Publique _ Master MFEA & DEIP_ Economie de la Protection Sociale _ G10 8
Concept de la Protection Social

Economie Publique _ Master MFEA & DEIP_ Economie de la Protection Sociale _ G10 9
Au XIXème Siècle, les Etats libéraux inventes Le
terme « Etat providence » qui le considéraient
comme nuisible. Dans l'approche libérale, on estime
que l‘Etat doit intervenir en dernier recours lors des
carences du système de marché.
L'approche Keynésienne justifie l'intervention au
delà des carences du marché, en soutenant la
consommation, éventuellement par le biais de la
redistribution. Cela pourrait expliquer l'intervention de
l‘Etat.

Economie Publique _ Master MFEA & DEIP_ Economie de la Protection Sociale _ G10 10
La protection sociale est l'ensemble des moyens mis
en œuvre par l’Etat pour protéger ses citoyens contre
un certain nombre de risques de l'existence. Il s'agit
donc, selon une approche de type économique, de
transferts sociaux.

Economie Publique _ Master MFEA & DEIP_ Economie de la Protection Sociale _ G10 11
La protection sociale est définie par tous les
mécanismes de prévoyance collective qui permettent
aux ménages de faire face financièrement aux
conséquences des risques sociaux qu’ils rencontrent.

Economie Publique _ Master MFEA & DEIP_ Economie de la Protection Sociale _ G10 12
Accidents du Travail
Origine Professionnelle
Maladies professionnelles

Vieillesse,

Invalidité,
Origine Non Professionnelle Maladie,
Les Risques
Maternité,

Décès

Origine Economique Chômage

Economie Publique _ Master MFEA & DEIP_ Economie de la Protection Sociale _ G10 13
Une logique

de protection universelle
Une logique

d’assistance

Une logique

d’assurance sociale
Les modèles de référence
Système Bismarck :
C’est un système qui permet aux travailleurs
d’avoir à une protection sociale en échange de leur
activité professionnelle. Les assurances sociales sont
financées par des cotisations partagées entre salariés
et employeurs. Elles sont contrôlées par l'État mais
gérées par les partenaires sociaux.
Système Beveridge :
C’est un système universel chargé de protéger tout
citoyen, quelle que soit sa situation professionnelle.
Les prestations sont les mêmes pour tous. Le
système est financé par l'impôt et placé sous
l'autorité de l'État.
Le système Beveridge prolonge et élargit le
système Bismarck en reposant sur trois principes
nouveaux :
 l'universalité,
l'unicité,
l'égalité.
Les enjeux de la P.S sont considérables et sont
inséparables des questions liées à l’emploi et au
salaire.
Marché de travail et protection social
Système de Retraite
Vieillesse,

Invalidité,

Secteur public Maladie,


Régime Marocain
Maternité,
de la P.S
Secteur privé Survie

Décès

Chômage
Le système de retraite marocain se caractérise par la
coexistence de plusieurs régimes de retraites,
différents les uns des autres quant à leur statut
juridique, leur mode de gestion, leurs ressources, et
leurs modalités de prestations. Quatre grands caisse
dominent le système de retraite au Maroc.
Le Maroc bénéficient d’un dispositif varié de
régimes de retraite composée des caisses
obligatoires et facultatives, publiques et privées.
Régimes publics obligatoires

Le régimes de fonctionnaire et des militaires : géré


par la caisse marocaine des retraites (CMR)
Le régime des salariés du secteur privée , géré par la
caisse nationale de sécurité social (CNSS)

Régime de répartition
Le régimes collectif d’allocation de retraite (RCAR)

Régime de capitalisation
Régime facultatives géré par le secteur
privée

Le régime volontaire des salariés du secteur privée ,


géré par la caisse interprofessionnelle marocaine de
retraite (CIMR)

Régime par répartition


Système de Retraite
Système de Répartition

Ce système fondé sur la solidarité entre les


générations est tributaire du maintien d'un équilibre
entre le nombre d'actifs et le nombre de retraités :
les retraites versées aux retraités sont financées
annuellement par les cotisations versées par les
actifs. C'est le système si cher à notre pays.
Système de Capitalisation

Les cotisations versées par une population servent à


assurer les retraites de cette même population. Ces
cotisations, mises en réserve au moment où elles
sont réglées, sont investies pour créer des produits
financiers et utilisées à payer les retraites après la
cessation d'activité. Donc les pensions servaient à la
retraite dépendent de la cotisation et de la
performance du gérant de ces fonds a rentabiliser le
portefeuille.
Marché de travail et protection social
Flexibilité du marché du travail
1. Lexique :
Le marché du travail est le lieu de rencontre de
l'offre et de la demande du travail (un des facteurs
de production) et le lieu où se fixe le montant de la
rémunération du travail (son prix).
2. Définitions du mot Marché du travail :
Le marché du travail, plus communément appelé
marché de l'emploi, désigne un endroit théorique où
se rencontrent les offres et les demandes d'emploi.
Deux acteurs sont indissociables du marché du
travail : les employeurs et les salariés. Les premiers
sont à l'origine de l'offre, les seconds de la demande.
C'est sur ce marché du travail qu'est régulée
l'activité professionnelle contre rémunération. Le
droit du travail encadre d'un point de vue législatif le
marché du travail. )
2. Définitions du mot Marché du travail :
Le marché du travail est le lieu de rencontre de
l'offre et de la demande du facteur de production
travail et où se fixe la rémunération du travail.

Si l'on parle du marché du travail en général, il en


existe en réalité de nombreux selon le lieu, le type
de qualification, etc. (voir la notion marché
interne/externe du travail)
Pour les économistes néoclassiques, si le marché du
travail fonctionne librement (sans intervention de
l'Etat ou de syndicats), il permet l'équilibre entre
offre (provenant des travailleurs) et demande
(provenant des employeurs). Plus concrètement, si
les salaires réels peuvent baisser en cas d'excès
d'offre de travail (de la part des travailleurs), les
employeurs augmenteront leur demande, les
offreurs baisseront la leur et le chômage disparaîtra
3. Indicateurs :
Il n'existe pas d'indicateur du marché du travail mais
seulement des indicateurs de sa situation. Ainsi, le taux de
chômage (nombre de chômeurs/ nombre d'actifs) mesure le
déséquilibre existant entre offre et demande de travail. Un
autre indicateur complémentaire est la durée du chômage
donnée en mois ou en années ; cet indicateur est très
important car un taux de chômage élevé mais avec une durée
faible est sans doute moins problématique individuellement
que l'inverse Avec des frontières peu nettes entre emploi et
chômage, l'importance des emplois précaires est un
indicateur là aussi complémentaire avec les précédents sur la
situation du marché du travail.
4. Problematique:
Avantages et inconvénients d'un rééquilibrage du marché du
travail par les variations des salaires. L'avantage est en
théorie de réduire le chômage. Mais est-ce que cela ne
nécessitera pas une baisse des salaires réels à des niveaux
trop faibles pour être acceptés ? Dès lors ne pourrait-on pas
réduire les cotisations sociales ? Mais comment financer alors
le système de protection sociale ?
Des économistes keynésiens vont jusqu'à remettre en cause
l'existence d'un marché du travail. En effet, les variations du
salaire à la baisse se traduisent par une baisse de la demande
donc de la production et finalement de l'embauche. Il n'existe
pas de mécanisme régulateur du marché du travail donc pas
de marché du travail au sens plein du terme.
Marché du travail et protection sociale
(Flexibilité du marché du travail)
1. Activité, emploi et chômage

Parallèlement aux réformes institutionnelles, juridiques et


réglementaires du marché du travail, le Maroc a mené des réformes
sectorielles afin de tirer le meilleur profit de son potentiel humain.

Notamment, en termes du maintien d’un niveau de croissance


soutenue, d’une création d’emplois décents et d’une réduction des
inégalités, notamment, celles du genre.
Marché du travail et protection sociale
(Flexibilité du marché du travail)

L'accès à l'emploi ressort de manière systématique dans les sondages d’opinions,


comme l'un des principaux besoins de la population et la première priorité d'un chef
de ménage sur cinq.

Pour donner un nouvel élan à la politique de promotion de l’emploi, l’année 2015 a été
marquée par la préparation d’une nouvelle stratégie nationale de l’emploi à l’horizon
2025.
Marché du travail et protection sociale
(Flexibilité du marché du travail)
Cette stratégie, à pour l’objectif :

 d’élaborée une approche participative impliquant tous les acteurs


institutionnels publics, les partenaires sociaux et les acteurs du
secteur privé, pour

 faire ressortir les défis auxquels fait face le secteur de l’emploi :

chômage des diplômés et des jeunes dans le milieu urbain.

 Ainsi, cette nouvelle stratégie sera axée autour des objectifs suivants :
Marché du travail et protection sociale
(Flexibilité du marché du travail)
 Une meilleure prise en compte de l’emploi dans les politiques
transversales et sectorielles nationales, ainsi que le renforcement de
la création d’emplois productif et décent ;

 La valorisation du capital humain à travers des actions en amont pour


améliorer les performances des systèmes de formation initiale,
(fondamentale, technique, professionnelle et supérieure) et renforcer
l’employabilité de la main d’œuvre ;

 Le suivi des dispositifs cibles de la politique active de l’emploi et


l’amélioration du fonctionnement du marché du travail à travers la
valorisation des programmes d’appui aux micros entreprises et
l’appui à l’auto emploi, aux activités génératrices de revenus et aux
travaux publics ;
Marché du travail et protection sociale
(Flexibilité du marché du travail)
 L’amélioration de la gouvernance du marché de travail, à travers
l’institutionnalisation de la stratégie Nationale de l’Emploi.

A cet effet, une commission interministérielle de l'emploi a été


décrétée au 23 septembre 2015:

 pour mission de déterminer les orientations générales des politiques


d'emploi et de suivre leur mise en œuvre

 Affiner les mesures pratiques pour la promotion de l'emploi, de


promouvoir les opportunités d'emploi et d'améliorer les programmes
actifs de l'emploi
Activité
L’analyse des indicateurs du marché du travail au Maroc depuis 2000 fait
ressortir une évolution marquée par une baisse tendancielle des taux
d’activité et d’emploi, une disparité de la répartition spatiale et
sectorielle, ainsi que la précarité qui en caractérise une large partie.

Selon les données des enquêtes nationales sur l’emploi du HCP, l’offre
de travail, mesurée par la population active âgée de 15 ans et plus, est
évaluée à près de 11,8 millions de personnes en moyenne durant la
période 1999-2015.

La part moyenne des femmes dans cette population a avoisiné durant la


même période près de 27,2% (22,3% en milieu urbain et 32,3% en
milieu rural en 1999-2015).
ACTIVITE

La population active a connu un accroissement continu à raison de 96,8


mille actifs nets additionnels annuellement, passant de 10,278 à 11,827
millions d’actifs en 2015.

Cet accroissement demeure inférieur à celui de la population en âge


d’activité qui a augmenté de 319 mille personnes annuellement durant
la même période, ce qui s’est traduit par une baisse du taux d’activité de
54,4% en 1999 à 47,4% en 2015.
Emploi
Avec une création nette annuelle moyenne de 122 mille postes
d’emploi, le volume de l’emploi au Maroc est passé de 8,845 à 10,679
million entre les années 2000 et 2015.
Sur les 1,834 million d’emplois créés au niveau national:
 milieu urbain: 1,312 million (71,5% du total des emplois créés)
 milieu rural 522 mille ( 28,5 %).
Les actifs de sexe masculin: qui ont le plus bénéficié de ces nouvelles
créations avec 91 mille emplois par année (74,4%) contre 31 mille pour
les femmes (25,6%).
Côté qualification, en 2015 : environ 4 actifs sur 10 (38,8%) détenaient
un diplôme contre 3 sur 10 (31,3%) en 2000.
Le secteur d’activité : les actifs occupés n’ayant aucun diplôme dans le
secteur primaire (83,5%) que les BTP (63,4%),
l’industrie (51,2%) ou encore les services (42%).
EMPLOI
La répartition sectorielle de la population active occupée a connu en
2000-2015,d’importants changements par une tertiarisation
progressive de l’emploi et l’émergence de certains secteurs dynamiques.
Le premier employeur dans le monde rural: l’agriculture, forêt et pêche
observé, sur les 14 années une baisse:
 Au niveau national de 45,9% en 2000 à 39% en 2015.
 En milieu rural: passé de 80,9% à 74,9% en 2015.
L’industrie à baissier que l’agriculture: de 11,3% en 2015 contre 13,2%
en 2000.
Ce repli est étroitement lié au recul des activités traditionnelles et à la
modernisation du mode de production de certaines activités.
Le BTP a accru sa part dans l’emploi total appuyé par l’impulsion des
grands projets d’infrastructure et d’expansion des activités
immobilières.
CHOMAGE
Le taux de chômage est passé de 13,4% en 2000 à 9,7% en 2015.
Par milieu de résidence:
 milieu urbain: et de 5% à 4,1% milieu rural.
Le chômage reste encore élevé parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans
 niveau national: 20,8% et 39% en milieu urbain.

Plus élevé parmi les diplômés: 15,6% parmi les diplômés de niveau
moyen 21,2% au niveau supérieur, 8 ponts depuis 2000.
Par sexe, sont les actifs masculins: la baisse du chômage de 13 635
chômeurs en moins contre mille pour les femmes.

Les bénéficiaires: âgés de 15 à 29 ans avec, 15 000 chômeurs


annuellement, suivis de ceux âgés de 30 à 39 ans avec 3 000 chômeurs
en moins.
 les adultes âgés de 40 à 59 ans: augmenter de 4 000 annuellement.
CHOMAGE
 En 2015, le chômage marque un petit recul: 9,9% à 9,7%
Au niveau national:
 milieu urbain: 14,8% à 14,6%
 milieu rural: 4,2% à 4,1%

 Création d’emploi, l’économie marocaine a créé 33.000 postes


d’emploi:
 milieu urbain: 29.000 et 4.000 en milieu rural, contre 21.000 en2014.

 Par secteur, des services 32.000 emplois:


 les BTP :18.000;
 l’industrie y compris l’artisanat : 15.000
 le secteur de l’agriculture, forêt et pêche en a perdu 32.000.
Comment se finance la protection
sociale au Maroc?
Salariés du régime
public et étudiants Salariés du régime privé

Caisse Nationale des Caisse Nationale de


Organismes de Prévoyance Sécurité Sociale (CNSS)
Sociale (CNOPS)
Les régimes de financement de la
protection sociale au Maroc

Contribution Contribution
Patronale Salariale
Les logiques de cotisations sociales

Cotisations
Cotisations due aux
d’assurance prestations
sociales

Plafond fixé à Sans limitation de


6000DH plafond
Les cotisations au Maroc
Risques Part Part salariale Plafond Total
patronale
Maladie, 0,67% 0,33% 6000DH 1%
Maternité,
Décès
Pension 7,93% 3,96% 6000DH 11,89%
Prestation 6,50% - Pas de 6,50%
Familiale Plafond
Solidarité 1% Pas de 1%
AMO Plafond
obligatoire
AMO de base 2% 2% Pas de 4%
Plafond
Total 18,10% 6,29% 24,39%

Source: Site du Centre des Liaisons Européennes et Internationales de Sécurité Sociale