Vous êtes sur la page 1sur 737

Objectifs du cours

 Le parcours en droit commercial vise à former des praticiens


du conseil juridique et du contentieux judiciaire, qui
disposeront à la fois d’un bagage académique de haut niveau
et d’une expérience pratique importante. Le parcours se
fonde sur un apprentissage pratique du droit commercial.
 Les étudiants seront ainsi reconnus non seulement pour
l’étendu de leurs savoirs académiques mais aussi pour leurs
savoir faire juridique. En effet, à partir de cas concrets,
exposés par des professionnels du droit ou des particuliers, les
étudiants seront amenés à apporter des réponses précises et
adaptées.
Objectifs du cours
 L’ étude du droit commercial apporte à l'étudiant une approche
globale et critique des rapports que les individus entretiennent
en société.
 Elle développe l'esprit d'analyse, le sens de la précision ainsi
que les capacités de rédaction, des qualités considérées comme
indéniables atouts dans les secteurs juridiques de la vie
professionnelle.
Objectifs du cours
 Comprendre la nature et le cadre légal des actes de commerce ;
commerçant, fonds de commerce….;
 Étudier la qualité de commerçant et les personnes auxquelles
elle est conférée ; leur droit; réglementation; obligation…;
 Déterminer et circonscrire les différents types de sociétés
,création, organisation, dissolution, transaction …;
Les qualités requises pour étudier le droit
commercial
 Pour réussir il vous faudra :

 Un travail régulier et fourni tout au long de l’année.


 De l’organisation .
 Un esprit de synthèse, rigueur et analyse.
 Un esprit des lois qui facilite la mémorisation .
 Une bonne maîtrise de l’expression écrite ou orale.
 Une bonne méthodologie nécessaire pour conduire un bon
raisonnement (acquise par la pratique).
Méthode (supports didactiques proposés aux
étudiants):
 Prise de notes lors du cours
 Travailler avec plusieurs manuels
 Travail individuel et en groupe
Méthodologie:
Renforcer chez les étudiants:
 L’esprit de l’observation scientifique;
 L’esprit de description;
 L’esprit de typologie et de classification;
 L’esprit d’expérimentation d’hypothèses;
 L’esprit de théorisation de l’analyse comparative;

Modalité d’évaluation : Examen écrit


‫‪Quelques références bibliographiques:‬‬
‫‪ Machichi (A): « Droit commercial fondamental au Maroc ». Dar‬‬
‫‪Al Kalam, 2006‬‬
‫‪ Machichi (A): « Redressement et liquidation judiciaires ». Litec‬‬
‫‪2000‬‬
‫‪ Cherkaoui (H): « Droit commercial ».Najaha,2001‬‬

‫عزالدين بنستي ‪ :‬دراسة في القانون التجاري المغربي الجزء األول النظرية العامة للتجارة‬
‫والتجار"مطبعة النجاح‪2001‬‬
‫دراسات في القانون التجاري المغربي الجزء الثاني األصل التجاري‬
‫مطبعة النجاح‪2001‬‬
‫عبد العزيز توفيق ‪ :‬القانون التجاري دار الثقافة ‪1990‬‬
‫مجموعة النصوص القانونية المتعلقة بالتجارة و التجارسلسلة نصوص تشريعية و تنظيمية‬
‫‪ 2003‬منشورات المجلة المغربية لقانون األعمال و المقاوالت‬
Plan :
Chapitre 1: les catégories des activités commercial
Chapitre 2: la qualité de commerçant
Chapitre 3: le fonds de commerce
Chapitre 4: les sociétés commerciales
Chapitre 5: les transactions commerciales
Droit Commercial
Professeur : faraj Adil
INTRODUCTION GENERALE A
L’ETUDE DU DROIT COMMERCIAL

12/10/2019 10
Définition du droit commercial
 Le droit commercial est la branche du droit privé, qui
réglemente les rapports juridiques qui naissent à
l'occasion de l'exercice du commerce.

12/10/2019 11
Qu’ englobe le vocable commerce?
 Le vocable commerce englobe trois grands secteurs de
l'économie :

12/10/2019 12
-Le commerce proprement dit:
 C'est-à-dire la distribution et la circulation des biens
économiques.
 Ce secteur est dominé par des opérations d'échange
qui se traduisent essentiellement par les opérations
d'achat et de vente.

12/10/2019 13
L'industrie :
 C'est-à-dire la production et la transformation des
biens.
 Sur le plan juridique, un industriel est un commerçant
(le secteur industriel fait partie du commerce).

12/10/2019 14
Les finances :
 C'est-à-dire les opérations de banque, de crédit,
d'assurance et de bourse .

12/10/2019 15
En somme :
 Le droit commercial régit la majeure partie de
l'activité économique.
 Article premier : La présente loi régit les actes de
commerce et les commerçants
 Dahir n° 1-96-83 du 15 rabi 1417 (1er août 1996) portant promulgation de la loi n° 15-
95 formant code de commerce

12/10/2019 16
TOUTEFOIS
 Ce n'est pas le droit de l'économie dans la mesure où,
certaines activités économiques importantes restent
ou demeurent en dehors du droit commercial.

12/10/2019 17
EXEMPLE
 L'agriculture.
 Certaines professions libérales.
 La production littéraire et artistique.
 Des activités subordonnées (c'est le cas des salariés).

12/10/2019 18
Contenu du droit commercial

 Ce contenu est très large il comprend:


 En premier lieu, un noyau dur qui constitue la
substance même du droit commercial.
 En second lieu, des matières qui tout en faisant partie
de ce droit, se sont détachées de lui et sont devenues
autonomes.
 En troisième lieu, des matières qui sont liées à l'étude
du droit commercial même si elles relèvent d'autres
disciplines.

12/10/2019 19
Le noyau dur
 Les contrats commerciaux
 Les sociétés commerciales
 Le commerçant
 La propriété commerciale
 Qui recouvre les baux commerciaux et les fonds de
commerce
 Le droit financier
Comprend l'étude des titres et de la bourse.

12/10/2019 20
 Le droit cambiaire
 Relatif aux effets de commerce (chèques, lettres de
change, billets à ordre)
 - le droit bancaire
Banques et opérations de banque.
 les difficultés de l'entreprise

12/10/2019 21
Les matières détachées
 Le droit maritime
 Le droit aérien
 La propriété industrielle
 Le droit des assurances
 Le droit de la concurrence

12/10/2019 22
Les matières liées
 Le droit comptable
 Le droit pénal des affaires
 La fiscalité des entreprises

12/10/2019 23
12/10/2019 24
Introduction
 Définissez l'objectif de la discussion:
Déterminer le domaine d’application du droit commercial
double point de vue:

Le point de vue objectif Le point de vue subjectif

12/10/2019 25
Le point de vue objectif

 Le droit commercial est l’ensemble des règles qui


s’appliquent aux actes de commerce et ce quelle que
soit la personne qui les accomplit .

12/10/2019 26
Critiques:

-Il serait aberrant d’appliquer certaines règles du droit


commercial à des personnes qui accomplissent des actes
de commerce isolés;
- il faut tenir compte de la finalité des actes qui sont
passés pour déterminer la nature de l’activité exercée

12/10/2019 27
Le point de vue subjectif

 Le droit commercial peut être considérer comme


l’ensemble des règles particulières auxquelles est
soumise une catégorie de personnes à savoir les
commerçants
 Le droit commercial serait ainsi le droit des
professionnels de commerce.

12/10/2019 28
Critique:

 Les actes passés par les commerçants ne se rattachent


pas tous à son activité commerciale et ne présentent
pas un caractère professionnel
 ( actes de la vie privée )

12/10/2019 29
 Le droit positif marocain a pris une
position médiane:

 « La qualité de commerçant s’acquiert par


l’exercice habituel ou professionnel des
activités commerciales »
( arts 6,7 & 8 du c-c )

12/10/2019 30
En somme:
Le commerçant

Acte de commerce

12/10/2019 31
Conclusions
 En définitive le droit commercial marocain est à la fois
le droit des actes de commerce et le droit des
commerçants .

12/10/2019 32
12/10/2019 33
Objectif
 Pourquoi le législateur marocain a-t-il procédé à une
énumération des activités commerciales ?

12/10/2019 34
Sujets de discussion
 Y a –t-il une définition de l’activité commerciale ou
pas?
 Comment distinguer entre l’acte de commerce et l’acte
civil ?
 Les tentatives de distinction.

12/10/2019 35
QUESTION 1:

Comment distinguer entre l’acte de commerce et l’acte


civil ?

12/10/2019 36
 Les auteurs ont dégagé plusieurs critères permettant la
distinction.

 Question 2:
 Quels sont ces critères?

12/10/2019 37
LES CRITRES DE DISTINCTION

LES CRITERS ECONOMIQUES

L’intention de spéculation

L’entremise dans la circulation


Des richesses

12/10/2019 38
spéculation L’entremise

Le commerçant est
Tout acte ayant
Celui qui joue le rôle
pour but la recherche
d’intermédiaire entre
du profit est
le producteur et
considéré acte
le consommateur
Commercial
et qui s’interpose
dans le circuit de la
circulation et de
l’échange
( achat & vente )

12/10/2019 39
LE CRITERE JURIDIQUE

La théorie de
l’entreprise

Les activités
Commerciales sont
celles qui sont
Exercées en entreprise

12/10/2019 40
constat
 Aucun des trois critères n’est satisfaisant, aucun d’eux ne
couvre tout le secteur commercial

12/10/2019 41
Conclusions
 Le législateur marocain, et devant l’impossibilité de
distinguer entre l’acte de commerce et l’acte civile, a
procédé à une énumération des activités commerciales et
cela dans les articles 6 & 7 du code de commerce.

12/10/2019 42
Article 6 : Sous réserve des dispositions du chapitre II du titre IV ci-
après, relatif à la publicité au registre du commerce, la qualité de
commerçant s'acquiert par l' exercice habituel ou professionnel

des activités suivantes:


1) l' achat de meubles corporels ou incorporels en vue de les
revendre soit en nature soit après les avoir travaillés et mis en œuvre
ou en vue de les louer;
2) la location de meubles corporels ou incorporels en vue de leur
sous-location;
3) l' achat d' immeubles en vue de les revendre en l' état ou après
transformation;
4) la recherche et l' exploitation des mines et carrières;
5) l' activité industrielle ou artisanale;
6) le transport;
7) la banque, le crédit et les transactions financières;
8) les opérations d' assurances à primes fixes;
9) le courtage, la commission et toutes autres opérations d' entremise;
10) l' exploitation d' entrepôts et de magasins généraux;
11) l' imprimerie et l' édition quels qu'en soient la forme et le support;
12) le bâtiment et les travaux publics;
13) les bureaux et agences d' affaires, de voyages, d' information et de
publicité;
14) la fourniture de produits et services;
15) l' organisation des spectacles publics:
16) la vente aux enchères publiques;
17) la distribution d' eau, d' électricité et de gaz;
18) les postes et télécommunications.
Article 7 : La qualité de commerçant s'acquiert
également par l' exercice habituel ou professionnel
des activités suivantes:
1) toutes opérations portant sur les navires et les
aéronefs et leurs accessoires;
2) toutes opérations se rattachant à l' exploitation
des navires et aéronefs et au commerce maritime
et aérien.
 Article 8 : La qualité de commerçant s'acquiert
également par l' exercice habituel ou
professionnel de toutes activités pouvant être
assimilées aux activités énumérées aux articles 6
et 7 ci-dessus.

12/10/2019 46
 Article 11 : Toute personne qui, en dépit d' une
interdiction, d' une déchéance ou d' une
 incompatibilité, exerce habituellement une activité
commerciale, est réputée commerçant.

12/10/2019 47
 Article 9 : Indépendamment des dispositions des articles 6
et 7 ci-dessus, sont réputés actes de commerce:
 - la lettre de change;
 - le billet à ordre signé même par un non-commerçant,
lorsqu'il résulte d' une transaction commerciale.

12/10/2019 48
Objectif du cours :
Savoir les catégories d’activités qui existent

12/10/2019 49
Introduction
 Il n’existe pas de classement juridique des activités
commerciales il y a simplement une liste de ces
dernières.
 De ce fait il y a deux classement:

12/10/2019 50
Classements existants
Classement Économique Classement Administratif

•Les Entreprises de production; -les activités industrielles.


•Les entreprises de distribution; - les activités commerciales
•Les entreprise par leur taille: ( on y intègre
PME, PMI, grande entreprise les opérations financières

12/10/2019 51
Les activités commerciales
Les A-C peuvent être classées en trois catégories

A-C par Les actes


A-C par accessoire mixtes
A-C par nature la forme

12/10/2019 52
Définitions
PAR
ACCESSOIRE:
A -C par PAR ACTES
Ce sont des actes
nature: LA MIXTES:
civiles par nature
Ce sont des FORME: Actes qui
Aux quels on
activités Se sont des ne présentent
Confère le caractère
commerciales activités Un caractère
Commercial
où seule Commerciale
même lorsqu’ils
indépendamment Sont accomplis par la forme que
de la qualité compte pour l’une
un commerçant
de leurs auteurs des parties
pour le besoin
de son commerce
12/10/2019 53
Les catégories énumérées dans les articles 6 & 7
Elles sont au nombre de 20 et se re groupent en 6 rubriques

Actes
de Actes
Distrib- de
ution Produ-
tion Actes Actes
financiers De
Actes Actes
services
D’inter- Maritimes
médiation &
aériens
12/10/2019 54
Les actes mixtes
 Cette catégorie d’actes présente un double intérêt sur
le plan pratique:

Au niveau de la compétence Au niveau de la preuve

12/10/2019 55
Au niveau de la compétences
 Le non commerçant peut assigner le commerçant à son
choix soit devant le tribunal de commerce soit devant les
juridictions de droit commun en revanche le
commerçant ne peut citer le non-commerçant que
devant les tribunaux de droit commun.

12/10/2019 56
 Article 4 : Lorsque l' acte est commercial pour
un contractant et civil pour l' autre, les règles du
droit commercial s'appliquent à la partie pour
qui l' acte est commercial; elles ne peuvent être
opposées à la partie pour qui l' acte est civil, sauf
disposition spéciale contraire

12/10/2019 57
Au niveau de la preuve
 Si elle incombe au commerçant
La preuve doit être rapportée selon les règles du droit
civil acte écrit au delà de 250 dhs
Si la charge de la preuve incombe au non-commerçant la
preuve est libre.

12/10/2019 58
Objectif:
Savoir jusqu’à quel point
le régime juridique de l’acte de commerce
diffère de celui de l’acte civil

12/10/2019 59
Introduction
 Le régime de l’acte de commerce diffère de celui de l’acte
civil dans plusieurs domaine:
 Sur le plan des règles de compétences
 Sur le plan des règles de preuve.
 Sur le plan des règles de fond

12/10/2019 60
Sur le plan des règles de compétence
 Il s’agit de déterminer quel est le tribunal compétent

On distingue ainsi:

La compétence
La compétence territoriale
d’attribution

12/10/2019 61
La compétence La compétence
d’attribution territoriale

Elle permet de
déterminer la nature
et le degré de En règle générale
la juridiction : la compétence appartient
Contentieux commercial: Au tribunal de commerce
Le tribunaux Dans le ressort duquel
de commerce Est domicilié le défendeur
&
la cour d’appel
De commerce
12/10/2019 62
Sur le plan des règles de preuve
 En matière civil l’acte écrit est généralement exigé pour
la preuve des obligations dont le montant dépasse 250
dhs.
 En matière commerciale la preuve est libre, elle peut
être rapportée par n’importe quel moyen en particulier
le témoignage .
 N-B: cette liberté de preuve se justifies par la rapidité
des transactions commerciales qui empêchent souvent
la rédaction d’un écrit.

12/10/2019 63
Sur le plan des règles de fond
La clause
La solidarité
compromissoire

En droit civil Elle joue C’est la stipulation par laquelle


Elle ne de plein Les parties dans un contrat
joue Que droit en matière Décident à l’avance de recourir à
lorsqu’elle est commerciale l’arbitrage pour régler les litiges
Expressément sauf Susceptibles de naître à
Stipulée dans Disposition l’occasion de l’exécution de
Le contrat 164DOC contraire leur contrat 309/308DOC
12/10/2019 64
Sur le plan des règles de fond
Le droit pénal La prescription

Il existe un véritable droit pénal


des affaires qui sanctionne
La violation de certaines règles En droit En droit
du droit commercial civil Commercial
Ex : la banqueroute; la contrefaçon la Prescription La prescription
Textes spéciaux : la loi sur les SA est de 15 ans Est de 5 ans
Législation bancaire; 387DOC 5CC
législation et boursière
12/10/2019 65
 Article 335 : En matière d' obligations commerciales, la
solidarité se présume.
Sur le plan des règles de fond
La prescription:
 Cette différence de régime au niveau de la prescription
s’explique par le fait qu’on a voulu permettre aux commerçants
de se libérer plus vite de leur engagement en contrepartie du
traitement rigoureux qui leur est réservé .

12/10/2019 67
Les obligations nées, à l' occasion de leur
 Article 5 :
commerce, entre commerçants, ou entre
commerçants et non commerçants, se prescrivent
par cinq ans, sauf dispositions spéciales contraires.

12/10/2019 68
Le commerçant
Dans l’exercice de son activité le
commerçant est soumis à deux obligations

La publicité commerciale La comptabilité


commerciale

12/10/2019 70
 Outre la titularité d’un compte bancaire ou postal cc18
 Le commerçant est tenu d’établir une facture lorsqu’il
contracte avec un professionnel

12/10/2019 71
La publicité commerciale
 La première obligation qui pèse sur le commerçant est
l’immatriculation au registre du commerce R-C
 L’art 27 du c-c stipule : « le registre de commerce est
constitué par des registres locaux et un registre
central ».
 N-B: l’organisation du R-C repose sur une architecture
qui couvre tout le territoire marocain

12/10/2019 72
LA PUBLICITE STATUTAIRE
 Le registre de commerce:
 C’est un support de publicité destiné à faire connaitre
l’existence, les caratéstiques et le devenir des établissement de
commerce ,en fournissant tous renseignement par voie de
copie ou d’extrait certifie des inscriptions qui y sont portées

12/10/2019 73
Les registres locaux
 Le registre local est tenu auprès du secrétariat-greffe du
tribunal compétent 28CC.
 Il est placé sous la surveillance du président du
tribunal.
 Ainsi l’inscription au registre local doit être requise au
secrétariat- greffe du tribunal du lieu de situation de
l’établissement principal du commerçant ou du siége
de la société
( art 30 du C-C )

12/10/2019 74
Article 27 : Le registre du commerce est constitué par des registres locaux et un
registre central
Article 28 : Le registre local est tenu par le secrétariat-greffe du tribunal compétent.
La tenue du registre du commerce et l' observation des formalités prescrites pour les
inscriptions qui doivent y être faites sont surveillées par le président du tribunal ou
par un juge qu'il désigne chaque année à cet effet.
Article 29 : Toute personne peut se faire délivrer une copie ou un extrait certifié des
inscriptions qui sont portées au registre du commerce ou un certificat attestant qu'il
n'existe point d' inscription ou que l' inscription existante a été rayée.
Les copies, extraits ou certificats sont certifiés conformes par le secrétaire-greffier
chargé de la tenue du registre.
Article 30 : Toute inscription au registre du commerce d' un nom de commerçant ou
d' une dénomination commerciale doit être requise au secrétariat-greffe du tribunal
du lieu de situation de l‘ établissement principal du commerçant ou du siège de la
société.
Dans la première semaine de chaque mois, un exemplaire de l' inscription sera
transmis par le
secrétaire-greffier au service du registre central pour y être transcrit..
La répartition du registre local
(art 7 du décret du 18-01-1997)
1ère partie 2ème partie

Le registre chronologique Le registre analytique

Y Sont reportées les demande et les


Déclaration d’inscription faites par
Il prend les différents
le commerçant qui sont enregistrées renseignements
Dans l’ordre est constatée modificatifs qui interviennent
par un récépissé délivré pendant la durée
au demandeur et qui de l’exploitation
précise la date,l’heure
et le n° de dépôt.

12/10/2019 76
Le registre analytique contient deux
recueils

Recueil pour les personnes Recueil pour personnes


physiques auxquelles morales auxquelles
on attribue des n° pairs on attribue des n° impairs

12/10/2019 77
Le registre central
 Il se compose de deux registres distincts: un pour les
personnes physiques, l’autre pour les personnes
morales
 Le secrétaire –greffier du tribunal de commerce ou de
1ère instance, selon les cas, transmet au registre central
un exemplaire des déclarations qu’il a enregistré au
cour du mois précédent aux fins d’immatriculation ou
de modification.

12/10/2019 78
Les missions du registre central
 Centraliser pour l’ensemble du royaume les
renseignements mentionnées dans les différents registres
locaux.

Délivrer les certificats relatifs aux inscriptions des


noms des commerçants ainsi que les dénominations
commerciales et les certificats et copies relatifs aux
autres inscriptions qui y sont portées.

12/10/2019 79
Article 31 : Le registre central du commerce est tenu par les soins de l' administration.
Article 32 : Le registre central du commerce est public. Toutefois, sa consultation ne peut avoir lieu
qu'en présence du préposé à la tenue de ce registre.
Article 33 : Le registre central est destiné:
1) à centraliser, pour l' ensemble du Royaume, les renseignements mentionnés dans les divers
registres locaux;
2) à délivrer les certificats relatifs aux inscriptions des noms de commerçants, dénominations
commerciales et enseignes ainsi que les certificats et copies relatifs aux autres inscriptions qui y sont
portées;
3) à publier, au début de chaque année, un recueil donnant tous renseignements sur les noms de
commerçants, les dénominations commerciales et les enseignes qui lui sont transmis.
Article 34 : Le registre central doit transcrire sans délai les mentions qui lui sont transmises par le
secrétaire-greffier, avec une référence au registre du commerce local sous lequel le commerçant ou la
société commerciale est immatriculé.
Article 35 : La transcription prévue à l' article 30 vaut protection, soit dans toute l' étendue du
Royaume, si les intéressés le requièrent, soit dans la localité ou le ressort judiciaire spécialement
désigné par eux.
Toutefois le dépôt d' un nom de commerçant ou d' une dénomination commerciale appelé à servir en
même temps de marque, doit, pour valoir protection de cette marque, être effectué suivant la
législation relative aux marques
 Publier au début de chaque année un recueil qui reprend
des renseignements sur les noms des commerçants et les
dénominations commerciales qui lui sont transmis

12/10/2019 81
Fonctionnement du registre de commerce
 Les inscriptions au registre de commerce ont pour but
de donner une idée précise sur la situation des
assujettis.
 Les inscriptions comprennent:
- l’immatriculation;
- les inscription modificatives;
- les radiations.
Il permet le contrôle,les statistiques ,et la publicité

12/10/2019 82
Modalité d’immatriculation
 La déclaration d’immatriculation au registre de
commerce doit être présentée par l’assujetti ou son
mandataire au secrétariat-greffe du tribunal compétent
en triple exemplaire sur des formulaires définis par
arrêté du ministre de la justice. Elle est accompagnée
des actes et pièces justificatifs dont la liste est fixée dans
le même arrêté. Elle est revêtue de la signature de
l’assujetti ou de son mandataire dûment muni d’une
procuration, la signature légalisée du mandat.

12/10/2019 83
 L'obligation de se faire immatriculer au registre du commerce
dans les trois mois de l’ouverture de l’ établissement
commercial ou de l’acquisition du fond de commerce Art 75
 L’immatriculation ayant un caractère personnel, nul ne peut
être inscrit à titre principal dans plusieurs registre locaux ou
dans le même sous plusieurs numéro
 Tous commerçant et tenue de mentionner sur ses factures,
lettres, commande, tarif, prospectus, destinés au tiers le
numéro, le lieu de son immatriculation ,

12/10/2019 84
Les changements et modifications
intervenues dans les mentions qui
figurent dans la déclaration
d’immatriculation doivent faire
l’objet d’une inscription
modificatives

12/10/2019 85
Quand le secrétaire-greffier doit-t-il- procéder à
des mentions modificatives

Tous les faits intéressant les


Les décisions commerçants n’ayant pas leur
prononçant établissement principal au Maroc,
L’interdiction mais y possédant une succursale ou
du une agence, ainsi que les décisions
commerçant judiciaires rendues à l’étranger à
ainsi que celles l’encontre des mêmes Commerçants
Ordonnant et déclarées exécutoires par un
mainlevée Tribunal marocain
12/10/2019 86
Cette inscription modificative peut se
faire quand il s’agit de :
 Nantissement du fond de commerce et le renouvellement
et la radiation de l’inscription du privilège du créancier
gagiste.
 Les brevets d’invention exploitée et les marques de
fabrique ou de commerce ou de service déposées par le
commerçant.

12/10/2019 87
Pour les sociétés commerciales
des modifications d’office interviennent quand il
s’agit :

 Des décisions judiciaires prononçant la dissolution ou la


nullité de la société
 Des décisions judiciaires en matière de redressement ou
de liquidation judiciaire

12/10/2019 88
La radiation
 Elles sont fixées soit à la demande de l’assujetti ou
d’office
Assujetti D’office

-Cessation d’activité C-à-d la radiation est


- décès ordonnée par le président
- Dissolution de la sté Du tribunal

12/10/2019 89
La radiation d’office
 Lorsqu’un commerçant est décède depuis un an
 Lorsqu’il est frappé d’une interdiction d’exercer une
activité commerciale
 S’il est établi que la personne immatriculée a cessée
effectivement depuis plus de trois ans l’exercice de
l’activité pour laquelle il a été inscrit.

12/10/2019 90
La raison de commerce
 La raison commerciale désigne la dénomination sous
laquelle est exercée une activité commerciale, l’exploitant
d’un établissement de commerce peut choisir d’exercer sous
son nom patronymique et de l’inscrire au registre de
commerce, comme raison commercial
 La raison commerciale, inscrite, appartient exclusivement à
son titulaire

12/10/2019 91
La comptabilité commerciale
La c-c constitue cette partie des sciences économiques
qui consiste à enregistrer les mouvements qui affectent
constamment le patrimoine de l’entreprise, ainsi que la
détermination des résultats globaux de son exploitation
au cours d’une période déterminée.

12/10/2019 92
La tenue d‘une c-c présente
un intérêt pour:

État tiers

Elle permet de déterminer Elle procure


Elle permet de déterminer
L’assiette Des impôts Entreprise L’information
L’assietteCalculés
Des impôtssur
À toutes les
le Chiffre
Calculés d’affaire
sur le Chiffre d’affaire
Personnes
Elle permet de contrôler En relation
la situation de la caisse à Avec
savoir l’évolution L’entreprise
des dettes, créances et prix
12/10/2019 93
L’organisation de la c-c

Les commerçants sont tenus d’enregistrer les mouvements


affectant les actifs et les passifs de l’exploitation.
Ces mouvements sont enregistrés chronologiquement,
opération après opération et jour après jour.
 Les enregistrement sont portés sur des livres

12/10/2019 94
Les livres comptables

Le livre journal Le livre d’inventaire

Le grand livre
Les états de synthèse

12/10/2019 95
Le livre journal
Il donne une image fidèle et précise sur la situation
financière de l’entreprise, lois 9_88
Il reprend toutes les opérations effectuées ou jour le jour.
• En cas de diversité d’activités et d’impossibilité
d’inscription de toutes les opérations le commerçant à la
possibilité de tenir des livres annexes à condition qu’il
reporte leur contenu à la fin du moi sur le grand livre

12/10/2019 96
Le livres d’inventaires

Se fait à la fin de chaque fin d’année


Les états de synthèse annuels

Le commerçant procède à la fin de chaque fin d’année


à l’élaboration de synthèses annuels sur la base de ce
qui est contenu dans les livres .Ils comportent le bilan;
le compte de produits et charges ; l’état des Soldes de
gestion; tableau de financement; états des informations
complémentaires.
12/10/2019 97
Ces informations ont pour bute d expliquer
et de préciser le contenu des états
de synthèse annuels

12/10/2019 98
12/10/2019 99
 Pour s’assurer de l’exactitude des contenues dans les
livres, le législateur a prévu quelques règles dans la loi
n° 9-88 (art 8 ).

12/10/2019 100
 Au moment de l’ouverture de l’entreprise, le livre journal et
le livre d’inventaire doivent être présentés au tribunal. Le
greffier cote les feuilles, il les paraphe en y apposant le signe
qui va permettre de les identifier chaque livre reçoit un
numéro répertorié par le greffier sur son registre spécial

12/10/2019 101
La preuve comptable
 L’ un des intérêts d’une comptabilité régulièrement tenue est
de pouvoir être admise en justice, pour faire preuve entre
commerçants à raison des faits de commerce, et même en
faveur de celui qui le tient
 En revanche les tiers peuvent faire valoir contre le
commerçant le contenu de sa comptabilités même
irrégulièrement tenue Art20

12/10/2019 102
12/10/2019 103
LE FONDS DE COMMERCE
 Définition: le fonds de commerce est un ensemble
d’éléments mobiliers corporels (matériels, marchandises…)
et incorporels (nom, enseigne, droit au bail…) regroupés
par un commerçant pour répondre aux besoins de sa
clientèle.
 Article 79 : Le fonds de commerce est un bien meuble incorporel constitué par l'
ensemble de biens mobiliers affectés à l' exercice d' une ou de plusieurs activités
commerciales.

12/10/2019 104
Identification du fonds de commerce
 Le concept de la clientèle:
Elle désigne les personnes attirées par les qualités personnelles du
commerçant .

Le concept d’achalandage :

Ce sont des personnes attirées par l’implantation de l’établissement


commercial

Article 80 : Le fonds de commerce comprend obligatoirement la clientèle et l' achalandage.

12/10/2019 105
N-B :la clientèle est l’âme du fonds de commerce, la
présence des autres éléments est insuffisante sans la
clientèle . En outre elle doit être commerciale réelle et
personnelle et elle est transférée par le fonds en cas de
vente par exemple

12/10/2019 106
Identification du fonds de commerce
 Les éléments du fonds de commerce:
Corporels :
matériels & marchandise;
Incorporels:
nom commercial, monopole
d’exploitation, autorisation administrative, droit au bail...

12/10/2019 107
Le nom et l’enseigne
 Le nom commercial : désigne de façon générale toute
appellation sous laquelle un commerçant, personne physique ou
morale, exerce son commerce

L’enseigne : un signe extérieur qui permet d’individualiser un


établissement et le signaler aux tiers. Elle peut être constituée
par une dénomination de fantaisie ( Au chic, au bon marché ) ou
par un emblème (animal ).

12/10/2019 108
N-B
 La liberté de choix de l’enseigne est limitée par les
impératif d’une concurrence déloyale; il n’est pas
permis de choisir une enseigne créant la confusion
avec une autre.
( la sanction est civile, art 184 D.O.C )
 Le nom commercial et l’enseigne sont protégés par
l’action en concurrence déloyale

12/10/2019 109
Monopoles d’exploitation: propriété
industrielle.

 Les brevets d’inventions, les marques de fabriques, les


dessins et modèles dont un industriel ou un
commerçant a la propriété font partie du fonds C.

12/10/2019 110
ELEMENTS CORPORELS

 Matériels et outillage:
 Ces deux mots ont le même sens; par matériel on
vise l’outillage comme les appareils de manutention ou
les véhicules.

12/10/2019 111
Le matériel
 Désigne les objets mobiliers servant à l’exploitation.

12/10/2019 112
N-B
 Il a plus d’importance dans l’industrie que dans le
commerce
Lorsque le propriétaire est seulement locataire du
matériel ce dernier n’est pas considéré comme élément
du fonds de commerce.

12/10/2019 113
LES MARCHANDISES

 Ce sont tous les objets destinés à la vente.


 Quand il s’agit d’industrie, on distingue les matières
premières des objets fabriqués

12/10/2019 114
Le local affecté au commerce
 Lorsque le commerçant est locataire des locaux dans lesquels il
exerce le commerce, il se fait toujours consentir un bail de
longue durée.
 Ce droit constitue un élément très important du fonds ,
 Le propriétaire du fonds de commerce peut céder le local
contre le gré de son propriétaire.

12/10/2019 115
L'EXPLOITATION DU FONDS DE
COMMERCE
 Le fonds de commerce est exploité par:

 Le PROPRIETAIRE

 LE GERANT LIBRE

12/10/2019 116
Exploitation du fonds de commerce par le
propriétaire
 Il peut être le fait d’un entrepreneur individuel, qui
doit posséder à ce titre la qualité de commerçant.

12/10/2019 117
 S’il s’agit d’une société ce sont les organes sociaux:
gérant dans la société en nom collectif et dans la
S.A.R.L, le conseil administratif ou directoire dans la
société anonyme qui agissent en son compte.

12/10/2019 118
 L’exploitation reste personnelle et directe lorsque le
propriétaire la confie à un tiers, tel qu’un gérant salarié ou un
gérant mandataire, dans ces deux cas le gérant n’a pas la
qualité de commerçant; il agit au nom et pour le compte du
propriétaire du fonds.

12/10/2019 119
Exploitation du fonds par le gérant
libre :
699/627DOC 152/158CC
«la gérance libre »

12/10/2019 120
 Le gérant libre est un locataire qui exploite le fonds de
commerce pour son compte moyennant un loyer
verser au propriétaire du fonds.
 Article152………….un fonds de commerce en concède totalement ou
partiellement la location à un gérant qui l' exploite à ses risques et périls est
régi par les dispositions ci-après.

12/10/2019 121
 L’exploitant devient commerçant (art 153 al.1), tandis
que le propriétaire, qualifié de bailleur de fonds par la
loi, cesse d’avoir cette qualité.

 Article 153 : Le gérant libre a la qualité de commerçant et il est soumis à


toutes les obligations qui en découlent.
 Tout contrat de gérance libre est publié dans la quinzaine de sa date, sous
forme d' extrait au Bulletin officiel et dans un journal d' annonces légales.
 Le bailleur est tenu, soit de se faire radier du registre de commerce, soit de
faire modifier son inscription personnelle avec la mention expresse de la
mise en gérance libre.
 La fin de la gérance libre donne lieu aux mêmes mesures de publicité.

12/10/2019 122
Utilité du contrat :

• Ce contrat permet à un incapable, par exemple à un


mineur, de conserver la propriété du fonds dont il
hérité et qu’il ne peut gérer personnellement.

12/10/2019 123
• Utile pour le commerçant qui veut se retirer des
affaires et qui veut améliorer sa pension de retraite par
des redevances qui peut retirer.

12/10/2019 124
• La gérance libre est une technique de redressement
des entreprises en difficulté.

12/10/2019 125
Conditions de la gérance libre
 Conditions de fond:
 Condition d’activité:
 le propriétaire du fonds doit avoir exercer l’activité
commerciale pour une longue durée;
 le propriétaire du fonds doit avoir exploité le fonds
pour une durée de deux ans.

12/10/2019 126
Condition de moralité:

 Lorsque le propriétaire est frappé par une sanction


l’interdisant d’exercer l’activité commerciale, dans ce
cas il n’a pas le droit de faire louer son fonds de
commerce en attendant à ce que la sanction soit
tombée.

12/10/2019 127
CONDITION DE FORME:

 Mesures de publicité:
 Tout contrat de gérance libre est publié dans la
quinzaine de sa date, sous forme d’extrait, au bulletin
officiel et dans un journal d’annonce légale
 (art 153 al 2).
 La fin de la location doit également être publiée

12/10/2019 128
 Le bailleur doit, soit se faire radier du registre de
commerce, soit modifier son inscription personnelle
avec mention de la gérance libre

12/10/2019 129
 L’art 154 prescrit au gérant, sous peine d’amande,
l’obligation d’indiquer sur tous ses documents
commerciaux, ainsi que sur tous les pièces signées par
lui ou en son nom, sa qualité de gérant, son numéro
d’immatriculation au registre de commerce.

12/10/2019 130
12/10/2019 131
Effets sur le statut des parties:

 D’abord, le loueur, dans la plupart des cas, était


commerçant et cesse de l’être du fait de la mise en
gérance libre.

12/10/2019 132
 Le locataire – gérant, il exploite le fonds à ces risques
et périls ainsi que le précise l’art 152 al .1. En effet le
code donne au gérant la qualité de commerçant et le
soumet à toutes les obligations qui en découlent (art
153 al 1)

12/10/2019 133
N-B
 Le bailleur, bien qu’il soit assujetti à l’I.R. pour les
redevances qu’il tire de la location, il n’est pas
commerçant

12/10/2019 134
Effets sur les dettes:

 Responsabilité du bailleur au début du contrat:

12/10/2019 135
 Le code de commerce (art 55)admet la responsabilité
solidaire du bailleur au passif commercial du gérant pour
les dettes contractées par ce dernier à l’occasion de
l’exploitation du fonds jusqu’à la publication du contrat de
gérance libre et pendant un délai de six mois à compter
de cette publication.

12/10/2019 136
 Cette obligation du solidarité du bailleur se justifie par
l’idée que les fournisseurs qui traitent avec le gérant
peuvent ignorer sa véritable qualité, croire qu’il est le
propriétaire du fonds de commerce ou bien le préposé de
celui-ci

12/10/2019 137
Responsabilité du gérant en fin de contrat:

 La fin de la location rend immédiatement exigible les


dettes Contractées par le gérant pour l’exploitation du
fonds (art 157).

12/10/2019 138
LES OPERATIONS RELATIVES AU FONDS
DE COMMERCE

LE FONDS DE COMMERCE PEUT


FAIRE L’OBJET DE :

Apport en
vente nantissement
société

12/10/2019 139
12/10/2019 140
 La vente d’un fonds de commerce peut porter, selon les
cas, sur tout ou une partie des éléments.

12/10/2019 141
 Toutefois l’achalandage et la clientèle formant les
éléments essentiels du fonds doivent toujours être
compris dans une vente du fonds de commerce .

12/10/2019 142
 La vente du fond de commerce est régie par des règles
de droit commun et sur certains points, par des
normes particulières.
 (618/478DOC )
 (21/103CC)

12/10/2019 143
CONDITIONS DE FOND:

 Elles sont destinées à protéger les parties


 La vente de fonds du commerce est soumise aux
conditions générales de validités des contrats et aux
exigences propres au contrat de vente; le prix doit être
déterminé ou déterminable.

12/10/2019 144
Capacité des parties :
• En raison de l’importance de l’opération, la vente du
fonds appartenant au mineur est soumise à des
conditions rigoureuses. Le fonds du mineur ne peut
être vendu par le tuteur qu’avec l’accord du juge de
tutelles.

12/10/2019 145
Prix de vente :

• le prix doit être déterminé ou déterminable. Lorsque le


prix n’est pas payé comptant, il faut fixer trois prix
distincts, l’un pour les éléments incorporels, l’autre
pour le matériel, le dernier pour les marchandises.

12/10/2019 146
LES CONDITIONS DE VALIDITE DE LA
VENTE DU FONDS DE
COMMERCE

12/10/2019 147
LES CONDITIONS DE
FORME

12/10/2019 148
 Ces conditions et leur sanctions, sont rigoureuses
parce qu’il s’agit de protéger l’acquéreur par une
information aussi large et loyale que possible.

12/10/2019 149
les exigence formelles :
 Le contrat de vente du fonds de commerce doit être
écrit. Cet écrit peut être authentique ou privé et doit,
de plus, être enregistré. Cet écrit doit comporter un
certain nombre de mentions obligatoires .

12/10/2019 150
Les mentions sont :
 Le nom du précédent vendeur, la date et la nature de
son acte d’acquisition et le prix de cette acquisition
pour les éléments corporels, les marchandises et le
matériel;
 L’état des privilèges et nantissement grevant le fonds ;

12/10/2019 151
Le chiffre d’affaire réalisé au cours des trois dernières
années d’exploitation, ou depuis l’acquisition s’il n’a
pas été exploité depuis plus de trois années;
Les bénéfices commerciaux réalisés pendant le même
temps;
Le bail, sa date, sa durée, le nom et l’adresse du
bailleur.

12/10/2019 152
12/10/2019 153
En cas d’omission :
 L’acquéreur peut demander la nullité de l’acte de vente
( art 82 ).
 La sanction consiste donc dans la nullité relative
enfermée dans un délai d’un an.
 Ce délai est un préfixe qui n’est susceptible ni
d’interruption, ni de suspension

12/10/2019 154
En cas d’inexactitude :

 L’acquéreur est autorisé à demander, dans l’année, une


réduction du prix à condition que l’inexactitude lui ait
causé un préjudice.
 Mais si l’inexactitude est telle que s’il en avait eu
conscience il n’aurait pas contracté, il pourra solliciter
l’annulation de la vente, d’où une restitution du prix
contre une restitution du fonds

12/10/2019 155
PROTECTION DES TIERS

 La vente intervient alors que les créanciers du vendeur


ont des droits sur le fonds de commerce en garantie du
paiement de leur créance.
 Il en est ainsi du vendeur précédent non encore payé et
qui a fait inscrire son privilège, du banquier qui a un
nantissement sur le fonds de commerce pour garantie du
prêt consentie au vendeur…

12/10/2019 156
 La publicité de la vente est imposée par la loi pour
protéger les créanciers du vendeur, notamment ceux
qui ne disposent d’aucune garantie de leur créance, en
leur permettant de faire opposition pour empêcher le
vendeur de toucher le prix.

12/10/2019 157
Opposition et surenchère des créancier
 Une fois avertis par la publicité, les créanciers du
vendeur ont un droit exceptionnel :
 Faire opposition pour empêcher le vendeur de toucher
le prix ( art 84)
 Faire une surenchère du 1/6 du prix s’ils estiment que
le fonds a été vendu à un prix trop bas (art 94 ).

12/10/2019 158
 L’opposition permet aux premier opposants de :
 Demander au juge de séquestrer la partie du prix
correspondant à leur créance;
 L’opposition peut débaucher sur la surenchère.

12/10/2019 159
L’OPPOSANT DOIT REMPLIR DEUX
 Exigence de forme :
EXIGENCE:
l’opposition au paiement du prix doit être faite par
l’envoi d’une lettre recommandée avec accusé de
réception au secrétariat greffe du tribunal qui a reçu
l’acte de vente, soit par le dépôt de l’opposition
auprès dudit secrétariat contre récépissé.

12/10/2019 160
 Exigence de délai :
Opposition dans les 15 jours de la seconde insertion
faite par l’acquéreur au bulletin officiel et au journal
d’annonces légales.

12/10/2019 161
EFFTS DE L’OPPOSITION
 Pendant le délai de 15 jours donné aux créanciers,
l’acquéreur ne peut pas payer valablement son prix au
vendeur. En effet, tout paiement d’une partie ou de la
totalité qui sera fait par l’acquéreur ne sera pas
opposable aux créanciers qui se sont fait connaître
pendant le délai d’opposition.

12/10/2019 162
LE DROIT DE SURENCHERE
 Ce droit permet au créancier ayant fait opposition de
demander la vente publique du fonds avec une mise à
prix supérieur de un sixième du prix de la vente
initiale.

12/10/2019 163
 Le matériel et les marchandises ne sont pas compris ;
la surenchère se calcule donc uniquement sur la valeur
des éléments incorporels ( art 94 ).

12/10/2019 164
Formalités:
Pendant un délai de 30 jours suivant la dernière date
des publications, une expédition de l’acte de vente est
tenue, au domicile élu, c’est à dire le secrétariat greffe
du tribunal qui a reçu l’acte,à la disposition de tous les
créanciers opposants ou inscrits.

12/10/2019 165
L’apport à la société d’un fonds de
commerce
12/10/2019 166
L’apport et la vente:

 Ils sont deux opérations de même nature ; dans les


deux cas la propriété du fonds est transmise à titre
onéreux . Mais il existe une différence qui porte sur le
mode de rémunération :

12/10/2019 167
La vente suppose le paiement d’un prix alors que
l’apport est rémunéré par l’attribution de parts sociales
ou d’actions au profit de l’apporteur.
Les biens doivent être susceptibles d’une évaluation
pécuniaire et doivent pouvoir être exploités
commercialement

12/10/2019 168
Le nantissement du fonds de
commerce
 Le nantissement du fonds de commerce a été crée
comme une hypothèque mobilière, c.à.d, un gage sans
dépossession du débiteur.
 Cette garantie confère au banquier prêteur un privilège
sur le fonds.

12/10/2019 169
Formes et publicité
 Le nantissement doit être constitué par un acte écrit,
car il est nécessaire de déposer l’acte au greffe du
tribunal .
 Cet acte peut être authentique ou sous seing privé

12/10/2019 170
 Comme le privilège du vendeur il doit être inscrit dans
les 15 jours de sa date au registre du commerce .
 Cette inscription doit être faite pas les soins du
créancier gagiste et elle n’est pas soumise à la
publication dans les journaux

12/10/2019 171
Les effets du nantissement

12/10/2019 172
 Le nantissement permet au commerçant d’obtenir plus
facilement des crédits, des fournisseurs ou du
banquier, et ces derniers protègent leur créance par la
sûreté qui leur est consentie.

12/10/2019 173
 Le débiteur propriétaire du fonds continue d’exploiter
celui-ci et sa gestion n’est pas entravée par l’existence
du nantissement, le créancier n’a aucun regard sur
l’exploitation .

12/10/2019 174
Cependant !!!
 Il a un droit de préférence et un droit de suite, d’où
l’obligation de l’informer des changements juridiques
affectant le fonds.

12/10/2019 175
LE DROIT DE PREFERENCE
 Il s’agit d’un droit au profit du créancier nanti inscrit
sur le registre de commerce et qui lui permet de se
faire payer sur le prix du fonds avant les créanciers
bénéficiaires d’un nantissement postérieur.

12/10/2019 176
 L’article 110 précise que
« le rang des créanciers gagistes entre eux est déterminé
par la date de leur inscription au registre du
commerce. Les créanciers inscrits le même jour
viennent en concurrence »

12/10/2019 177
Pour que les droits des créanciers soient
opposables:
 L’inscription doit être antérieur au jugement déclaratif
de la faillite ou de la liquidation .
 Le privilège du revendeur, tout comme celui du trésor
public, du bailleur d’immeuble et des frais de justice,
priment néanmoins celui du créancier nanti.

12/10/2019 178
Spécificité
 Le droit de préférence est indivisible.

12/10/2019 179
COMMENT ?
 La totalité du prix du fonds de commerce grevé
garantit la totalité de la créance,

12/10/2019 180
Contrairement…
 A celui du revendeur du fonds de commerce qui
exerce son privilège distinctement sur les prix respectifs
du matériel, des marchandises et des éléments
incorporels.

12/10/2019 181
DROIT DE SUITE
 C’est un droit qui permet au créancier nanti de suivre
leur droit sur le fonds et les défendre ,

12/10/2019 182
Si le fonds de commerce est entre les
mains de quelqu’un?
 Peu importe qu’il soit entre les mains du :
Débiteur;
Propriétaire de l’immeuble;
Acquéreur ;

12/10/2019 183
SI LE FONDS DE COMMERCE EST DONNE OU
VENDU ?
 Peu importe que l’actuel propriétaire l’ait reçu :
Par achat;
Par donation;
Par héritage.

12/10/2019 184
12/10/2019 185
 Les contrats s’ordonnent autour de trois activités
économiques auxquelles s’applique le droit des affaires:
- LA PRODUCTION;
- LA DISTRIBUTIION;
- LES SERVICES.

12/10/2019 186
CONTRAT DE PRODUCTION
CONTRATS DE FABRICATION
D’UN PRODUIT;
CONTRATS DE TRANSFERT DE
TECHNOLOGIE

12/10/2019 187
CONTRATS DE
FABRICATION D’UN
PRODUIT

12/10/2019 188
Fabrication d’un produit fini ou semi fini.
 Il s’agit de l’industriel qui achète des matières
premières et procède à la transformation de produits.

12/10/2019 189
 Cette transformation implique le recours à des énergies
et des services extérieurs.

12/10/2019 190
 Le producteur utilise l’invention d’autrui grâce à des
cessions ou des licences de brevet.

12/10/2019 191
Distinction par rapport au contrat
d’entreprise
 Le contrat de fabrication d’un produit n’est pas le
contrat par lequel un acheteur déterminé demande la
fabrication d’un produit répondant à des
caractéristiques déterminées et spécifiques.

12/10/2019 192
De quel contrat s’agit- t- il ?
 Ici le produit n’est pas fabriqué et stocké; mais fabriqué
et livré dés sa finition .
 Il s’agit d’un contrat qui s’analyse comme une vente
d’une chose future (exp: vente d’un navire).

12/10/2019 193
Il s’agit donc d’un contrat
d’entreprise,

 C’est-à-dire un louage d’ouvrage selon le D.O.C (art 723


al.2), qui consiste à exécuter un travail déterminé pour
autrui.

12/10/2019 194
En somme
 Le contrat d’entreprise se distingue du contrat de
fabrication parce qu’il comporte une obligation de faire
pour l’entrepreneur et non une obligation de donner .

12/10/2019 195
12/10/2019 196
DEFINITION
 La sous-traitance englobe toute activité consistant à
fabriquer ou façonner un produit pour le compte
exclusif d’un donneur d’ordre, en fonction du résultat
industriel qu’il recherche

12/10/2019 197
Que couvre la sous-traitance ?
 La sous-traitance peut couvrir tous les champs
d’activité (bâtiment, industrie, service,...)
 Exemple : les constructeurs de voitures automobiles
font fabriquer de nombreuses pièces en sous-
traitance.

12/10/2019 198
Acception restreinte de la sous-traitance
 La sous-traitance est une variété de sous-contrat
comportant l’exécution par un tiers de tout ou
partie des obligations prévues par le contrat
principal

12/10/2019 199
Sous-traitance et mandat
La sous-traitance ne se confond pas
avec le mandat !!!

12/10/2019 200
Pourquoi ?
 Le sous-traitant ne représente pas l’entrepreneur principal, ce
dernier demeurant responsable vis à vis du maître d’ouvrage.

12/10/2019 201
La sous-traitance et contrat de travail
 On ne peut confondre la sous-traitance avec le contrat
de travail !!!

12/10/2019 202
Pourquoi ?
 Il n’y a pas de subordination juridique

12/10/2019 203
Toutefois!!!
 La subordination est surtout économique car
l’entrepreneur principal abuse souvent de cette
dépendance lors de la fixation de la rémunération du
sous-traitant

12/10/2019 204
Pis !!!
 Le sous-traitant n’échappe pas au risque de
banqueroute de l’entrepreneur principal.

12/10/2019 205
12/10/2019 206
Ces contrat résultent de :

 Des cession des licences de propriétés industrielle;


 Des contrats de savoir-faire;
 Du contrat d’ingénieries.

12/10/2019 207
12/10/2019 208
Qui conclut ce type de contrat?
 L’entreprise qui dispose de connaissance
technologique conclut ce contrat en monnayant la
révélation de ce savoir

12/10/2019 209
Quel l’intérêt pour le preneur?
Le gain de temps

12/10/2019 210
Qu’est ce qu’un « savoir-faire » ?
 C’est une invention non brevetable ou une simple
méthode d’organisation de l’entreprise ou de
formation du personnel.

12/10/2019 211
Comment protéger le savoir-faire?
 La protection du savoir-faire est purement
contractuelle;
 Le receveur de ce savoir-faire s’engage à ne pas le
divulguer;

12/10/2019 212
Résultat
 Le savoir-faire ne tombe pas dans le domaine public
comme le brevet d’invention

12/10/2019 213
12/10/2019 214
définition
 C’est un contrat par lequel les ingénieurs réalisent
tout ou partie de certaines opérations

12/10/2019 215
Exemple :
 La conception d’un projet technique d’établissement
(usine ou clinique) qui peut être complété par un plan
de financement et une étude de marché.

12/10/2019 216
12/10/2019 217
LES DISTRIBUTEURS
 Les distributeurs sont des intermédiaires qui pratiquent
l’acte de commerce par excellence: l’achat pour
revendre.

12/10/2019 218
Les principaux contrats de
distributions

 Le contrat de vente ;
 Le contrat de transport ;
 La concession ;
 La franchise.

12/10/2019 219
12/10/2019 220
LA VENTE COMMERCIALE
 Remarque:
Ce sont les règles du code des obligations et contrats
(D.O.C ) qui sont applicable à la vente commerciale
car le code de commerce ne consacre dans aucune de
ces disposition ce type de contrat

12/10/2019 221
L’étude de la vente commerciale sera examinée par
rapport aux règles générales du D.O.C et par rapport
aux règles internationales .

12/10/2019 222
Règles générales de la vente

12/10/2019 223
définition
 La vente est la convention par laquelle l’une des
parties s’oblige à transmettre la propriété d’une
chose ou d’un droit et l’autre à en payer le prix
 ( art 478 du C.O.C)

12/10/2019 224
Formation du contrat
L’accord des volontés:
La plupart des commerçants sont en état d’offre
permanente vis-à-vis du public (par l’exposition à un
étalage,l’envoi de catalogues)

12/10/2019 225
 Le contrat est formé par la seule déclaration de volonté
de l’acquéreur, à la condition que le prix ait été fixé à
l’avance par le vendeur.

12/10/2019 226
Protection du consentement
 Le consentement nécessaire à la validité du contrat
doit réunir les conditions prévues par le D.O.C ;
 L’accord doit se faire sur l’objet et sur le prix (art
488 du D.O.C);
 La vente est parfaite dés ce moment et n’est soumise
à aucun formalisme.

12/10/2019 227
En matière commerciale
 La preuve de la vente se fera par tous les moyens (art
334 du c.com).
 L’exigence d’une facture ou d’un écrit n’est pas
sanctionnée par la nullité

12/10/2019 228
L’objet de la vente
 Il doit être dans le commerce (art 484 du D.O.C);
 La loi peut soumettre la vente de certains objets à
certaines conditions ou certains contrôles
 Exemple: vente d’armes ou de certains produits
importés tel que le blé)

12/10/2019 229
On distingue:

12/10/2019 230
Les ventes en disponible et les ventes à
livrer
 Dans la vente en disponible la marchandise existe déjà
et est transférée immédiatement à l’acheteur;
 Dans la vente à livrer la propriété ne sera transférée
que lorsque le vendeur aura acquis ou fabriqué la
chose.

12/10/2019 231
Les ventes de choses de genre et les
ventes de corps certains
 Les choses de genres sont fongibles (céréales) et ne
peuvent être déterminées que par leur quantité (art 486
du D.O.C)
 Les corps certains sont déterminés en eux-mêmes et ne
sont pas, en principe, interchangeables.
 Le transfère de propriété est immédiat .

12/10/2019 232
Ventes sur échantillon
 L’acheteur subordonne le transfère de le chose à un
essai concluant (art 494 D.O.C)
 La marchandise livrée doit être conforme à
l’échantillon
 Dans le cas contraire l’acheteur peut demander
l’annulation du contrat avec dommages-intérêts (art
263 du D.O.C )

12/10/2019 233
Obligations du vendeur
 Le vendeur doit livrer la chose vendue, c’est-à-dire,
permettre à l’acheteur d’en prendre possession (art 499
et suit D.O.C);

12/10/2019 234
On parle endroit de l’obligation de
« délivrance »
 Elle ne se résout pas à l’obligation matérielle de livrer
la chose, mais comporte une obligation juridique qui se
traduit par la remise du titre de propriété ou par la
mise à disposition en magasin d’une chose vérifiée et
prévue dans la commande de l’entreprise.

12/10/2019 235
En somme !
 La délivrance inclut la conformité.

12/10/2019 236
Les circonstances de la
délivrance
 La délivrance s’effectue au lieu où se trouve la
marchandise c’est-à-dire chez le vendeur;

12/10/2019 237
Elle se faire dans un certain délai.
 Ce délai est convenu au contrat ou déterminé par les
usages.
 Le délai de livraison peut être fixé dans le cas d’une
livraison dans le même pays;
 Sur le plan international, il faut se reporter aux règles et
usages du transport par mer ou par air.

12/10/2019 238
REMARQUE !!!
 Tout manquement à l’obligation de délivrance peut
ouvrit droit à des dommages-intérêts pour le préjudice
subi et aussi pour le manque à gagner.

12/10/2019 239
Garantie des vices
 Cette garantie est légale, mais elle peut aussi être
conventionnelle.

12/10/2019 240
Garantie légale
 Elle comprend la garantie d’éviction et celle des vices
cachés:
 la garantie d’éviction prévue par l’article 534 du
D.O.C.
 La garantie des vices cachés prévue par l’article 459 du
D.O.C.

12/10/2019 241
Garantie conventionnelle
 Le contrat contient le plus souvent des clause qui
limitent la garantie légale.
 On limitant la garantie légale, elle ont pour effets de
limiter l’obligation du vendeur, notamment la durée de
la garantie.

12/10/2019 242
N-B
 Les clauses limitatives ne sont admises que si le
vendeur et l’acheteur sont des professionnels de la
même spécialité.

12/10/2019 243
Obligations de l’acheteur
 Le paiement du prix (art 576 D.O.C);
 Le paiement se fait immédiatement dans la vente au
comptant;
 Il est payable à terme dans la vente à crédit.

12/10/2019 244
Garantie légale du vendeur non payé
 Le vendeur non payé a un droit de rétention sur la
chose objet de la vente et ce droit dure tant que le prix
n’est pas payé (art 291 du D.O.C.) dans le cas de vente
au comptant et même dans la vente à terme.

12/10/2019 245
COMMENT ?
 « lorsque le débiteur a suspendu ses payement ou est en
état d’insolvabilité déclarée» art 298 D.O.C.

12/10/2019 246
 Cette garantie est complétée par un droit de
revendication de la chose lorsqu’elle a été déplacée à
son insu ( art 297 D.O.C.)

12/10/2019 247
Délai pour l’exercice de ce droit
 Trente jours à compter du jour où le vendeur a eu
connaissance du déplacement de la chose.

12/10/2019 248
Obligation de prendre livraison

 L’acheteur est obligé de prendre livraison de la chose


si le contrat n’a fixé aucun délai pour l’enlèvement.
 S’il ne se présente pas pour retirer sa marchandise, il
appartient au vendeur de la mettre en demeure de
prendre livraison ( art 580 D.O.C.)

12/10/2019 249
 La sanction est la résolution de plein droit sans que
cette résolution soit demandée en justice (art 581
D.O.C.)

12/10/2019 250
Règles internationales de vente

12/10/2019 251
LA CONVENTION DE VIENNE
SUR LA VENTE
INTERNATIONALE DE
MARCHANDISE

12/10/2019 252
LA CONVENTION DE VIENNE SUR LA VENTE
INTERNATIONALE DE MARCHANDISE

 Signée le 11.04.1980
 Elle a concilié les quatre grandes familles du droit
contemporain comment ?
 Plus de 40 pays l’ont déjà adoptée
 c’est un instrument unique d’unification et
harmonisation de la pratique contractuelle internationale

12/10/2019 253
Caractéristique de la convention de vienne

 Le pragmatisme; Caractère supplétif de ses


règles
 Souplesse;
 Grande flexibilité. La part importante laissée
aux
usages du

commerce

international
12/10/2019 254
Caractéristiques de la convention de vienne
La part importante laissée aux usages du commerce
international donnent la possibilité aux vendeurs
et acheteurs non seulement d’écarter totalement son
application ou d’exclure de ses disposition, mais aussi
d’adapter des règles uniformes et universelles à leurs
besoin particuliers

12/10/2019 255
La portée de la convention de vienne
 La portée de la convention de vienne va au delà des
pays qui l’ont ratifiée, comment ?

12/10/2019 256
 Ses disposition s’appliquent automatiquement sur:
 l’État de l’une des parties a ratifié la convention, même
si l’autre pays ne l’a pas reconnue;
 Contractants aux pays non signataires qu’ils y font
expressément référence.

12/10/2019 257
LE CHAMP D’APPLICATION DE LA
CONVENTION.
 Il sera examiné sous deux angles:

GEOGRAPHIQUE
&
JURIDIQUE

12/10/2019 258
CHAMP D’APPLICATION GEOGRAPHIQUE
DE LA CONVENTION
 L’article 1 de la convention stipule:
« la présente convention s’applique aux contrats de
vente de marchandises entre des parties ayant leur
établissement dans des États différents, lorsque des
États sont des États contractants ou lorsque les règles
du droit international privé mènent à l’application de
la loi d’un État contractant »

12/10/2019 259
Explication de l’article 1 de CVIM
 La convention ne s’applique que dans les circonstances
suivantes:

 Aux ventes quand l’État de l’une des deux parties a


ratifié la convention;

12/10/2019 260
 Aux ventes quand les juges retiennent le droit d’un État
contractant signataire, en application des règles du droit
international, en cas d ’absence de désignation du droit
applicable dans le contrat;

12/10/2019 261
 Aux contractants de pays non signataires quand ils y
font expressément référence; il est souhaitable que le
contrat de vente précise lui-même si l’opération est
soumise ou non à la convention de Vienne.

12/10/2019 262
Champ d’application juridique

 La délimitation du champ juridique de la convention


est beaucoup plus restrictive. Pourquoi ?

12/10/2019 263
Elle exclut de son application certaines:
 marchandises;
Contrats;
Aspects juridiques de la vente internationale

12/10/2019 264
Exclusion de certaines marchandises
 La vente de:
 Marchandises achetés pour un usage personnel, familial ou
domestique;
 Sur saisie ou de quelque autre matière par l’autorité de justice;
 de valeurs mobilières, effets de commerce et monnaies;
 De navires, bateaux, aéroglisseurs et aéronefs;
 D’électricité.

12/10/2019 265
EXCLUSION DE CERTAINS CONTRATS
 Les contrats dont la part prépondérante de l’obligation
de la partie qui fournit les marchandises consistes en
une fourniture de main-d’œuvre ou d’autres services

12/10/2019 266
Exemple:
 Si le contrat de vente porte sur la livraison d’une
machine en plus de l’entretien et la formation du
personnel de l’acquéreur et si le prix de la
machine est de 1000 et celui des prestations de
services est de 500, la convention s’applique . Si,
le bilan est renversé, la convention ne s’applique
pas.

12/10/2019 267
Conseil !
 Dans un cas pareil, il est conseillé d’établir deux
contrats, l’un porte sur la vente de biens corporels dont
les dispositions de la convention seront applicables, et
l’autre aura pour objet la prestation de services auquel
il convient d’appliquer d’autres règles juridiques

12/10/2019 268
Exclusion de certains aspects juridiques de la
vente internationale
 La convention de vienne ne traite ni la validité du
contrat, ni des effets du contrat sur la propriété des
marchandises vendues.

12/10/2019 269
 L’article 4 est très clair sur ce point:
« sauf disposition expresse contraire de la convention,
celle-ci ne concerne pas:
- la validité du contrat ni celle d’aucune de ses clauses
non plus que celle des usages;
- Les effets que le contrat peut avoir sur la propriété des
marchandises vendues ».

12/10/2019 270
 Les rédacteurs de la convention aient voulu, à travers
cette disposition, préserver les législations nationales et
les règles étatiques ayant trait à l’ordre public (
interdiction de certaines ventes telles que les fourrures
ou peaux d’animaux dont la chasse est prohibée, objets
d’art ou d’antiquité etc….

12/10/2019 271
La formation de la vente
 La formation d’un contrat de vente débute par une
offre ferme et se termine par l’acceptation de l’offre.
 De la rencontre des deux consentements va naître le
contrat de vente.

12/10/2019 272
* L’OFFRE
 L’offre est une proposition de conclure un contrat de
vente adressée à une ou plusieurs personnes
déterminées.
 La convention ne distingue pas entre l’offre émanant
du vendeur de celle de l’acheteur.

12/10/2019 273
L’ARTICLE 14 DE LA CVIM
 « une proposition de conclure un contrat adressée à
une ou plusieurs personnes déterminées constitue une
offre si elle est suffisamment précise et si elle indique la
volonté de son auteur d’être lié en cas d’acceptation.
Une proposition est suffisamment précise lorsqu’elle
désigne les marchandises et, expressément ou
implicitement, fixe la qualité et le prix ou donne des
indications permettant de les déterminer. »

12/10/2019 274
Différence entre l’offre et l’invitation:
 L’offre est adressée à une ou plusieurs personnes
déterminées;
 Invitation c’est lorsque l’offre est adressée à des
personne indéterminées par voie de publicité.

12/10/2019 275
EXEMPLE/

 Le cas des appels d’offre internationaux si fréquents


pour l’exécution des grands projets ou la fourniture
d’approvisionnements

12/10/2019 276
A quel moment une offre prend- elle effet ?

 La réponse de la convention est claire:


L’article 5 stipule: « une offre prend effet lorsqu’elle
parvient au destinataire »

12/10/2019 277
 L’offre peut être révoquée si la révocation parvient au
L’offre peutdeelle
destinataire l’offreêtre
avant rétractée,révoquée?
que celui ci ait expédié son
acceptation.

12/10/2019 278
 L’offre peut être rétracter si la rétractation parvient
avant ou en même temps que l’offre arrive chez le
destinataire, même si l’offrant avait stipulé que son offre
était irrévocable.

12/10/2019 279
Une offre ne peut être révoquée:
L’article 16
 Si elle indique, en fixant un délai déterminé pour
l’acceptation, ou autrement qu’elle est irrévocable;
 S’il était raisonnable pour le destinataire de considérer
l’offre comme irrévocable et s’il agit en conséquence.

12/10/2019 280
L’ACCEPTATION

 C’est la réponse positive du destinataire de l’offre à la


proposition qui lui est faite de conclure une vente. Elle
se manifeste par une déclaration ou un comportement
du destinataire de l’offre.

12/10/2019 281
L’ARTICLE 18 DU CVIM

 « Une déclaration ou autre comportement du


destinataire indique qu’il acquiesce à une offre
constitue une acceptation »

12/10/2019 282
Comment interpréter le silence du
destinataire?
 La convention dispose que le silence ou l’inaction,à eux seuls,
ne peuvent valoir acceptation.

L’acceptation doit être exprimée


soit:
 Expressément
 Par des actes qui impliquent
un accord.

12/10/2019 283
Exceptions !!!
 Le silence peut valoir acceptation lorsque le vendeur et
l’acheteur entretiennent des rapports anciens et
répétitifs selon les usages du commerce international

12/10/2019 284
Exemple
 Le cas d’un acheteur grossiste qui a l’habitude d’acheter
chaque année de son fournisseur traditionnel des articles au
moment des fêtes de Noël. Une non-réponse à une
commande similaire sera comme une acceptation

12/10/2019 285
Quelles positions adopter quand l’acceptation
est assortie de réserves ou comporte des contre-
propositions ?
 L’art 19 apporte une réponse très claire:
« une réponse qui tend à être l’acceptation d’une offre,
mais qui contient des additions, des limitations ou
autres modifications, est un rejet de l’offre et constitue
une contre offre ».

12/10/2019 286
La CIVM et la distinction entre les
modifications substantielles et celles
qui ne le sont pas

12/10/2019 287
 Lorsque le destinataire de l’offre répond en apportant une
modification non substantielle, sa réponse constitue une
véritable acceptation, et les propositions qu’elle contient
sont incluses dans le contrat de vente définit.

12/10/2019 288
Qu’est qu’une modification substantielle ?
 Selon l’art 1963,les modifications substantielles celles
qui portent sur le prix, le paiement du prix, la qualité
de la marchandise, les quantités à livrer, le lieu et le
moment de la livraison, l’étendue de la responsabilité
de l’une des deux parties, le règlement des différends

12/10/2019 289
La conclusion de la vente
 Il est utile de poser deux questions:
A quel moment précis et en quel lieu les parties sont
définitivement liées par un contrat ?
Quelles formes peut revêtir la conclusion d’un contrat?
L’écrit est-il indispensable pour engager juridiquement
les partis ?

12/10/2019 290
LA DATE ET LE LIEU DE LA
CONCLUSION.

 Lorsque les parties sont physiquement présentes dans


un lieu déterminé l’acceptation peut être donnée sur
place et le contrat est conclu sur le champ.

12/10/2019 291
Quand les choses se compliquent –elles?
 Lorsque la vente est conclue entre absents. Dans ce
cas, se pose le problème du délai de réponse du
destinataire de l’offre.

12/10/2019 292
 Si, le précise l’art 18, l’acceptation prend effet au
moment où elle parvient à l’auteur de l’offre, il
convient de distinguer deux situations

12/10/2019 293
Première situation !!!

 Un délai d’acceptation est fixé par l’auteur de l’offre.


Auquel cas, le contrat est conclu si l’acceptation
parvient à l’auteur de l’offre à l’intérieur de ce délai.

12/10/2019 294
Deuxième situation !!!
 Aucun délai n’a été fixé.dans ce cas, le destinataire de
l’offre doit manifester son acceptation dans un délai
raisonnable. Or, le concept de délai raisonnable peut
prêter à confusion. Il suppose l’avis des professionnels.

12/10/2019 295
LA FORMATION DU CONTRAT DE
VENTE
 L’art 11 stipule:
« le contrat de vente n’a pas à être conclu ni constaté par
un écrit et n’est soumis à aucune condition de forme. Il
peut être prouvé par tout les moyens, y compris par
témoins. »

12/10/2019 296
Le dénouement du contrat de vente
 Le dénouement C.V.I nous conduit à examiner :
Les obligations du vendeur;
Les obligations de l’acheteur;
Les sanctions en cas de contravention au contrat

12/10/2019 297
Les obligations du vendeur :
 L’article 30 stipule: ’’le vendeur s’oblige, dans les
conditions prévues au contrat et par la présente
convention, à livrer les marchandises, à transférer la
propriété et, s’il y a lieu, à remettre les documents s’y
rapportant. ’’

12/10/2019 298
La livraison de la marchandise
 La livraison est l’opération qui consiste , pour le
vendeur, à mettre la marchandise à la disposition de la
personne qui doit la prendre en charge: l’acheteur ou
un transporteur ou même un tiers.
 Il s’agit d’un acte matériel de transfère de propriété à
un moment et en un lieu déterminé

12/10/2019 299
Le lieu de livraison
 Ce lieu de livraison est désigné par référence à des
conditions générales ou des normes. Les plus connues
actuellement sont celle de chambre de commerce
internationale, les Incoterms

12/10/2019 300
Le délai de livraison
 La date est généralement fixée par une stipulation dans
le contrat.
 Si la date n’est pas indiquée, la marchandise doit être
livrée dans un délai raisonnable à partir de la date de la
conclusion du contrat.

12/10/2019 301
la conformité de la marchandise

Conformité Conformité
matérielle juridique

12/10/2019 302
Conformité matérielle

 L’article 35 stipule:’’ le vendeur doit livrer des


marchandises dont la qualité, la quantité et le type
répondent à ceux qui sont prévus au contrat, dont
l’emballage ou le conditionnement correspond à celui
qui est prévu au contrat.’’

12/10/2019 303
Remarques :
 Le conditionnement est un des éléments de la
conformité. Un emballage insuffisant rendrait la
marchandise non conforme;
 La marchandise doit correspondre à l’échantillon ou
au modèle présenté initialement par le vendeur à
l’acheteur.

12/10/2019 304
Conformité juridique
 Cette conformité repose sur l’obligation faite au
vendeur de transférer une marchandise qui ne doit
faire l’objet d’aucune sûreté réelle au profit d’un
créancier ( gage )

12/10/2019 305
 Selon l’article 36 le vendeur est responsable sur tout défaut
de conformité qui existe au moment du transfert des risques
à l’acheteur, même si ce défaut n’apparaît qu’ultérieurement.

12/10/2019 306
 L’art 38 énonce: « l’acheteur doit examiner les
marchandises ou les faire examiner dans un délai aussi
bref que possible eu égard aux circonstances.si le
contrat implique un transport des marchandises,
l’examen peut être différé jusqu’à leur arrivée à
destination. »

12/10/2019 307
Les obligations de l’acheteur
 L’article 53 de CIVM stipule :
« l’acheteur s’oblige, dans les conditions prévues au
contrat et par la présente convention, à payer le prix et
à prendre livraison des marchandises. »

12/10/2019 308
 De l ‘article 53 on comprend que l’acheteur à deux
obligation:
- Payer le prix;
- Prendre livraison des marchandises.

12/10/2019 309
LE PAIEMENT DU PRIX
 La convention ne s’applique que lorsque le prix est
fixé d’après le poids des marchandises, c’est le poids
net qui sert de base de calcul (art 56)

12/10/2019 310
Le cas où le prix n’est pas fixé
dans le contrat:
 Les parties sont réputées se référer au prix habituellement
pratiqué au moment de la conclusion du contrat dans la
branche commerciale considérée, pour les mêmes
marchandises vendues dans des circonstances comparables
(art 55).

12/10/2019 311
 Il s’agit donc du prix mondial pratiqué dans la branche
professionnelle considérée, car la convention de
vienne est une convention transnationale

12/10/2019 312
Le prix mondial:
 Il est assez fréquent dans le commerce de produit de
base

12/10/2019 313
En cas d’absence d’un prix mondial
 Le prix pratiqué par les professionnels du pays du
vendeur semble le plus approprié;

12/10/2019 314
Pourquoi?
 Parce que c’est dans le pays du vendeur que
s’établissent les coûts de production, élément de base
du prix de vente.

12/10/2019 315
Éléments faisant partie du prix:
 Sauf convention contraire, l’emballage et le
conditionnement font partie du prix principal;

12/10/2019 316
 Les frais accessoires (fret,assurances…)peuvent
éventuellement entrer en ligne de compte en fonction
de l’INCOTERM convenu.

12/10/2019 317
LA PRISE DE LIVRAISON
 L’acheteur doit participer à l’exécution matérielle de la
vente en prenant livraison des marchandises.

12/10/2019 318
Selon l’art 60 de la convention
 « l’obligation de l’acheteur de prendre livraison:
- à accomplir tout acte qu’on peut raisonnablement
attendre de lui pour permettre au vendeur d’effectuer
la livraison; et
- À retirer les marchandises ».

12/10/2019 319
12/10/2019 320
Définition
 La franchise ou “franchisage”, également connue sous
le nom de “franchising”, consiste essentiellement en
l’utilisation par le franchisé d’un savoir-faire du
franchiseur et de certains éléments de ralliement de la
clientèle.

12/10/2019 321
Caractéristiques
 Elle se caractérise par trois éléments:
Le droit d’utiliser une enseigne, un nom commercial
ou une marque;
La communication d’un savoir-faire;
Une assistance technique permettant la mise en œuvre
de ce savoir-faire.

12/10/2019 322
 La franchise est un système de commercialisation de
produits, services ou technologies reposant sur une
étroite collaboration entre 2 entreprises juridiquement et
financièrement indépendantes l'une de l'autre

12/10/2019 323
Régime juridique
 Information préalable du candidat franchisé :

12/10/2019 324
 Cette information préalable n'est obligatoire que lorsque
le franchiseur met à la disposition du franchisé un nom
commercial, une marque ou une enseigne en exigeant de
lui un engagement d'exclusivité ou de quasi-exclusivité

12/10/2019 325
 20 jours au moins avant la signature du contrat ou
précontrat de franchise ou 20 jours au moins avant la
remise d'une somme d'argent, le franchiseur doit
remettre au candidat franchisé

12/10/2019 326
 Le projet de contrat ou pré-contrat,

 Un document d'information pré- contractuel comportant


un certain nombre d'informations "sincères" sur son
entreprise et son réseau, notamment :

12/10/2019 327
 le nom de l’entreprise, la forme juridique, le capital social,
l'adresse du siège, l'identité du chef d'entreprise, le numéro
d'immatriculation au Registre de Commerce ainsi que des
indications sur la date et le numéro d'enregistrement ou de
dépôt de la marque, et les éventuels contrats de licence et
leur durée,

12/10/2019 328
 Les cinq principales domiciliations bancaires du
franchiseur,

 La date de création de l'entreprise, son historique ainsi


que des informations sur l'expérience professionnelle
des
principaux dirigeants,

12/10/2019 329
 Un état général du marché national et local du secteur
d'activité concerné (ainsi que ses perspectives de
développement). Il ne s’agit pas d’une étude de
marché.

12/10/2019 330
 Les comptes annuels des deux derniers exercices,

 La liste des succursales et filiales,

12/10/2019 331
 Une présentation du réseau comprenant, en
particulier, la liste des franchisés ou des 50 franchisés
les plus proches du lieu d'implantation prévu par le
candidat,
 Le nombre de contrats venus à expiration, annulés ou
résiliés au cours de l'année écoulée;
 La liste des établissements situés dans la zone
concernée, qui vendent les mêmes produits ou services
avec l'accord exprès du franchiseur.

12/10/2019 332
 La durée du contrat;
 Ses conditions financières (redevance initiale, droit
d'entrée, dépenses et investissements spécifiques à
l'enseigne ou à la marque que le franchisé devra
engager avant de commencer l'exploitation...);
 Ses conditions d'exclusivité, de résiliation, de cession,
de renouvellement ;
 Le montant des investissements spécifiques à la
marque;

12/10/2019 333
 Si le franchisé ne remplit pas l'une de ces obligations,
le franchiseur devra payer des amendes

12/10/2019 334
 En outre, le franchisé pourra demander l'annulation du
contrat, le remboursement du droit d'entrée ainsi que
des dommages et intérêts

12/10/2019 335
Précontrat de franchise
 Le contrat de franchise peut être précédé d'un
précontrat, également appelé contrat de "réservation",
lorsque le versement d'une somme est exigé
préalablement à la signature du contrat définitif,
notamment pour réserver une zone géographique.

12/10/2019 336
 Les prestations assurées en contrepartie de cette
somme doivent être précisées par écrit, ainsi que les
obligations des deux parties en cas de dédit.

12/10/2019 337
 Il est conseillé d’insérer une clause prévoyant le
remboursement total ou partiel du franchisé au cas où
l'affaire ne pourrait se réaliser pour une raison
indépendante de sa volonté.

12/10/2019 338
 Le contrat de franchise n'est pratiquement pas soumis à
une réglementation particulière. Il obéit, pour l'essentiel,
au droit commun des contrats commerciaux, aux règles
dégagées par la jurisprudence ainsi qu'à certains textes de
droit européen et de droit de la concurrence.

12/10/2019 339
La forme et le contenu
 Sa forme et son contenu sont en principe librement fixés
par les 2 parties. En pratique, la rédaction du contrat
échappe presque totalement au franchisé.

12/10/2019 340
Conseil !!!
 Le recours à un professionnel pourra donc s'avérer
indispensable afin d'examiner le projet élaboré par le
franchiseur.

12/10/2019 341
Exemples de clauses figurant
généralement dans un contrat de
franchise :

 Types de produits ou services distribués

12/10/2019 342
 Modalités de transmission du savoir-faire (notamment par
la remise de manuels) : c’est un élément essentiel du
contrat. Le savoir-faire doit être secret, écrit (identifié) et
substantiel (c'est-à-dire apporter véritablement quelque
chose au franchisé).

12/10/2019 343
 Marques et enseignes : la marque est-elle protégeable
? A-t-elle été déposée et enregistrée ? Le franchiseur
est-il propriétaire ou titulaire d'un contrat de licence ?

12/10/2019 344
 Durée du contrat : le contrat n’est presque jamais à
durée indéterminée.

12/10/2019 345
Question ?
 La durée est-elle suffisamment longue pour que le
franchisé puisse amortir complètement ses
investissements ?

12/10/2019 346
 Étendue des exclusivités (territoriales,
d'approvisionnement, de vente, d'activité)

12/10/2019 347
Obligations des 2 parties
 Pour le franchiseur :

12/10/2019 348
 Fournir au franchisé un savoir-faire commercial et
technique, un soutien publicitaire, un conseil dans le choix
de l'emplacement du futur établissement, une formation
adaptée avant l'ouverture du magasin puis pendant toute la
durée du contrat...

12/10/2019 349
 Assister le franchisé en permanence dans la gestion de
son affaire en matière de vente, d'actions de promotion
ou de publicité, d'organisation et de services mais aussi
de recrutement de personnel...

12/10/2019 350
Pour le franchisé
 S'approvisionner exclusivement ou quasi exclusivement en
marchandises, services... auprès de son franchiseur et/ou
des fournisseurs référencés par lui.

12/10/2019 351
 Ne pas vendre dans son territoire des produits ou services
qui pourraient concurrencer ceux du franchiseur...

12/10/2019 352
 Respecter les normes fixées par celui-ci, ainsi que les
conditions d'exploitation nécessaires au maintien de
l'image de marque du produit et du réseau.

12/10/2019 353
 Ne pas exploiter la franchise en dehors de la zone
géographique délimitée, ni transférer son lieu
d'exploitation.
 Prix des articles livrés par le franchiseur et/ou des
fournisseurs référencés :

12/10/2019 354
 Conditions financières;

12/10/2019 355
Obligations de non-concurrence
 D’après l’arrêt de la Cour européenne, certaines
clauses sont nécessaires au bon fonctionnement de la
franchise et ne constituent donc pas une restriction à la
libre concurrence ; d’autres, au contraire, restreignent
cette liberté.
Clauses nécessaires: le savoir-faire et la protection du
réseau

12/10/2019 356
La clause protégeant le savoir-faire
transmis:
 Elle ne fait que garantir le franchiseur que les connaissances
qu’il fournit au franchisé ne profiteront pas à ses concurrents.
C’est une clause de “non-concurrence”, qu’il ne faut pas
confondre avec la clause de “non-rétablissement” que l’on
trouve dans les contrats de vente de fonds de commerce.

12/10/2019 357
La clause de “non-concurrence”
 Interdit au franchisé de vendre des produits concurrents
pendant et après l’expiration du contrat sans
détermination, alors que la clause de “non-rétablissement”
prévoit seulement que, pendant une période déterminée,
le vendeur ne s’installera pas dans un territoire
géographique donné.

12/10/2019 358
 Concrètement, la première interdit au franchisé d’ouvrir
un autre commerce, alors que la seconde concernant le
“non-rétablissement” n’interdit même pas d’exploiter le
même commerce, mais exige qu’il le soit dans un autre
territoire que le fonds vendu et pour une période limitée.

12/10/2019 359
 Il est bien évident que la clause de “non-concurrence”
est une atteinte à la liberté du commerce, qui est une
liberté constitutionnelle, ne peut être écartée par la
volonté et la loi peut seulement la limiter sans l’exclure.

12/10/2019 360
LA JURISPRUDENCE
 La jurisprudence en France a donc été amenée à décider que
cette clause doit être limitée dans le temps ou dans l’espace,
mais non dans les deux à la fois.

12/10/2019 361
QULE EST LE BUT DE CETTE
CLAUSE ?
 Il faut bien comprendre que le but de cette clause est
de maintenir le franchisé dans le réseau et d’assurer sa
dépendance à l’égard du franchiseur.
 N-B : C’est sa première finalité.

12/10/2019 362
 En effet, une fois pris dans le système, le franchisé n’a
d’autre solution que de renouveler indéfiniment le
contrat de franchise en se trouvant forcément placé
dans un état d’infériorité lors de la négociation des
conditions de ce renouvellement.

12/10/2019 363
 Ou bien il accepte ou bien il disparaît, puisqu’il perd
son fonds de commerce. Il se trouve donc enchaîné au
contrat de franchise et aura même des difficultés à
vendre le fonds de commerce parce qu’il sera obligé de
rappeler la clause de “non concurrence” dans le
contrat de vente.

12/10/2019 364
la validité de cette clause en fonction de
situations concrètes.
 la jurisprudence en France a eu l’occasion de décider
que la clause de “non-concurrence” n’est pas
opposable aux héritiers du franchisé au motif qu’elle a
été prévue pour “le cas de rupture du contrat du fait du
franchisé”.
 En effet, on ne pouvait pas assimiler le décès du
franchisé à une rupture de son fait.

12/10/2019 365
Clause compromissoire
 C'est-à-dire l'arbitrage

12/10/2019 366
Clause attributive de juridiction
 Une fois le terme arrivé, le franchisé n'a aucun droit au
renouvellement du contrat. Il peut seulement prétendre à des
dommages et intérêts si le refus de renouvellement est abusif.
Ex : le franchiseur lui a laissé croire qu'il renouvellerait le
contrat.

12/10/2019 367
Financement
 Lors de son installation, le franchisé doit financer :
 L’acquisition de son fonds de commerce ou de son
droit au bail.
 L’agencement et le matériel conseillé ou imposé par
le franchiseur.

12/10/2019 368
 En contrepartie de l'enseigne, du savoir-faire transmis et
de l'ensemble des prestations fournies par le franchiseur,
le franchisé doit, le plus souvent, acquitter :

12/10/2019 369
 Une redevance initiale forfaitaire : droit d'entrée pour
adhérer au réseau augmenté du coût des services fournis par
le franchiseur préalablement et à l'occasion de l'ouverture du
magasin.

12/10/2019 370
 Des royalties;
 Des redevances publicitaires : sommes versées au
franchiseur et affectées au budget publicitaire de
l'enseigne

12/10/2019 371
Responsabilités

 Le franchisé est un commerçant indépendant : il est


responsable à part entière de son entreprise.
 En cas d'échec, c'est lui seul, qui doit payer les factures,
sauf s'il peut prouver que le franchiseur s'est immiscé
dans la gestion de son entreprise et en a été "gérant de
fait".

12/10/2019 372
 Afin d'éviter toute confusion dans l'esprit des
consommateurs, le franchisé doit donc les informer de
sa qualité d'entreprise indépendante, de manière lisible
et visible :

12/10/2019 373
 Sur l'ensemble de ses documents
d'information (publicités, factures ou bons de
commande),

 A l'intérieur et à l'extérieur du lieu de vente (porte


d'entrée, vitrine, caisse, enseigne...).
 Exemples de mentions : "SARL X entreprise
indépendante", "M. X commerçant indépendant"

12/10/2019 374
12/10/2019 375
Définition
 « une convention liant le fournisseur à un nombre limité
de commerçants auxquels il réserve la vente d’un produit
sous condition qu’ils satisfassent à certaines obligations ».

12/10/2019 376
 Le contrat de concession va unir un fabriquant et un
revendeur dans le cadre d'un réseau de distribution.

12/10/2019 377
 Le fournisseur, ou concédant, distribue ces produits
en exclusivité au concessionnaire.
 Celui-ci est un commerçant indépendant qui va acheter
les biens du fabriquant pour les revendre.

12/10/2019 378
Le contrat de concession a trois
caractéristiques :
12/10/2019 379
 Contrat impliquant une activité d’achat et de vente ;
 Exclusivité de fourniture;
 Exclusivité d’approvisionnement.

12/10/2019 380
 Le contrat de concession intervient le plus souvent
dans la commercialisation de biens de consommation
durable comme, les produits de marque.

12/10/2019 381
 La nature particulière de ces biens demande une
aptitude professionnelle pour répondre aux exigences
de la clientèle.

12/10/2019 382
 C’est dans ce but que le fabriquant va effectuer le choix
des revendeurs.

12/10/2019 383
 Le concédant a la possibilité de fixer des exigences
pour la vente de ces produits comme pour le prix
auquel ils seront vendus.
 Il peut en effet établir des tarifs de vente au détail, il
s’agit de maxima ne pouvant être dépassés par le
concessionnaire.

12/10/2019 384
 Cependant, pour que le contrat soit valable, le
revendeur dispose de la possibilité de diminuer le prix,
notamment dans le cas de rabais à certains clients.

12/10/2019 385
 Cette liberté de modification des prix est essentielle car
à défaut, le contrat ne serai pas valable en raison de
l’interdiction des prix imposés faîte par le droit de la
concurrence.

12/10/2019 386
Concernant l’exclusivité de fourniture
 Également appelée exclusivité territoriale, elle repose
sur le concédant.
 Celui-ci doit approvisionner exclusivement le
concessionnaire avec ces produits dans le secteur
géographique qui a été attribué au revendeur.

12/10/2019 387
 Le secteur géographique du vendeur doit être défini
précisément dans le contrat de concession.

12/10/2019 388
LE SECTEUR GEOGRAPHIQUE
 Il s’agit d’une zone d’exclusivité territoriale, les
concurrents ne peuvent pas intervenir sur le territoire
des autres membres du réseau.

12/10/2019 389
 L’exclusivité de clientèle se limite pour les différents
revendeurs, à l’interdiction de faire de la prospection
hors de son secteur.
 Mais, ils conservent la possibilité d’accepter les
commandes émanent de clients hors secteur qui se
présentent spontanément.

12/10/2019 390
L’exclusivité d’approvisionnement
 Elle incombe au concessionnaire.
 Il s’engage à n’acheter certains produits qu’a un seul
fournisseur, le concédant.
 De ce fait, il ne peut pas vendre des produits similaires
au sein de son commerce.

12/10/2019 391
Des Garanties Réciproques
 Le concédant acquiert une garantie de vente de sa
marchandise et, le concessionnaire, est garantie sur
l’approvisionnement des marchandises.

12/10/2019 392
Fin du contrat
 le concessionnaire pourra obtenir réparation du
préjudice.
 Par exemple, si le concédant fait croire qu’il va
renouveler le contrat.
 La preuve de l’abus incombe au concessionnaire.

12/10/2019 393
 Le concédant doit respecter ces engagements jusqu'à la
fin du contrat, notamment les dispositions
contractuelles prévoyant le préavis.

12/10/2019 394
contrat à durée indéterminée
 La rupture du contrat à durée indéterminée peut
intervenir avant l’arrivée du terme dans certains cas. Il
faut qu’elle soit justifiée

12/10/2019 395
 La rupture anticipée sera possible si, le concessionnaire après
que le concédant lui ait fourni de faux renseignements sur la
situation financière sur l’entreprise par exemple.

12/10/2019 396
 Ou, si le concédant invoque l’insuffisance de trésorerie et
le montant excessif des dettes du concessionnaire à son
encontre.
 Également, si le revendeur ne respecte pas les quotas de
vente ou d’achats imposés dans le contrat.

12/10/2019 397
 Le contrat de concession peut avoir prévu des clauses
de tacite reconduction ou de renégociation du contrat.
Si un des contractant souhaite ne pas renouveler le
contrat à son terme, il doit prévenir l’autre partie
suffisamment tôt.

12/10/2019 398
Les effets de la rupture
 La rupture du contrat met fin aux relations commerciales
entre les co-contractants.
 Le concessionnaire ne peux plus commercialiser les
produits et la marque du fournisseur.
 Il est mis en dehors du réseau de distribution.
 Le revendeur a l’obligation de restituer le matériel qui a
pu lui être prêté par le concédant.

12/10/2019 399
12/10/2019 400
Introduction
 La propriété industrielle fait partie d’un ensemble plus
vaste nommé propriété intellectuelle.
 Cette propriété intellectuelle comprend des droits de
propriété industrielle, des droits d’auteur et du savoir-
faire.
 Ces droits consistent dans des monopoles
d’exploitation, grâce auxquels le commerçant attire et
retient la clientèle.

12/10/2019 402
Introduction
 Comme ces propriétés ont un caractère incorporel,
elles ne peuvent être protégées comme les propriétés
corporelles.
 c’est pourquoi il a fallu créer une action spécifique, en
contrefaçon, pour permettre aux détenteurs de ces
propriétés d’assurer le monopole qu’elles leurs
confèrent.

12/10/2019 403
Nature de la propriété industrielle
 La propriété industrielle comprend principalement les
brevets d’invention, les dessins et modèles, les marques
de fabrique, de commerce et de service.

12/10/2019 404
Nature de la propriété industrielle
 On distingue entre:
Créations industrielles Signes distinctifs

 inventions brevetables  marques de fabrique


 dessins  nom commercial
 modèles  enseigne
 Appellation d’origine

12/10/2019 405
Nature de la propriété industrielle

 Tous les droits de propriété industrielle ont une nature


juridique identique:
ce sont des droits de propriété incorporelle qui donnent
à leur titulaire un monopole d’exploitation

12/10/2019 406
12/10/2019 407
Le brevet d’invention
1-Réglementation:
 Le brevet d’invention est régit par la loi n°17/97 qui a
remplacé les dahir vieillies du 23 juin 1916 et du 4
octobre 1938.
 Le brevet d’invention est un titre de propriété qui a
pour objet de protéger l’invention découverte par
l’inventeur.

12/10/2019 408
Le brevet d’invention
 Cette protection accordée par les pouvoirs publics, n’a
qu’un caractère national.
 Un brevet déposé au Maroc n’empêche pas la
fabrication et la commercialisation du produit breveté
dans un Etat étranger, à moins d’obtenir un brevet
également dans cet état.
 Mais cette protection serait très onéreuse puisqu’il
faudrait déposer et faire breveter l’invention dans de
nombreux Etats.

12/10/2019 409
Le brevet
 Plusieurs d’invention
conventions internationales ont précisément
pour objet de remédier à cette situation.
 Le texte fondamentale en la matière est la convention
d’union de Paris du 20 mars 1883, qui a été révisée à
plusieurs reprises, en dernier lieu à Stockholm en 1967.
 Cette convention a été perfectionnée par un traité de
coopération en matière de brevet (P.C.T) signé à
Washington le 19 juin 1970

12/10/2019 410
Le brevet d’invention
 la protection de l’invention au profit de son titulaire est de 20
ans.
 C’est la contre partie accordée à ce dernier en échange de la
divulgation de celle-ci au public.

12/10/2019 411
Le brevet d’invention
2- Condition de brevetabilité:
 Est brevetable l’invention nouvelle; la condition de
nouveauté fait défaut si l’invention est déjà accessible
au public avant le dépôt de la demande de brevet au
Maroc.
 L’invention doit être en second lieu le fruit d’une
activité inventive.
 L’invention doit être susceptible d’application
industrielle. (ex: loi physique ou chimique ne sont pas
brevetables)
12/10/2019 412
Le brevet d’invention
 Il suffit que l’invention puisse être fabriqué ou utilisé dans
tout genre d’industrie, y compris l’agriculture.
 L’invention ne doit pas être contraire à l’ordre public et aux
bonnes mœurs.

12/10/2019 413
Le brevet d’invention
Un certain nombres de découvertes sont donc exclues:
 Les théories scientifiques et les méthodes
mathématiques.
 Les créations esthétiques qui sont exclusivement
ornementales.
 Les plans, principes et méthodes dans l’exercice
d’activités intellectuelles, en matières de jeu ou dans le
domaine des activités économiques, ainsi que les
programmes d’ordinateur.
 Les présentations d’informations.
 Les méthodes de traitements chirurgical ou
thérapeutique du corps humain ou animal et les
méthodes de diagnostic appliquées au corps humain ou
animal.
12/10/2019 414
Le brevet d’invention
Perfectionnement du brevet:
 La loi prévoit qu’un inventeur peut compléter son brevet
par un perfectionnement ou une addition pendant toute la
durée du brevet et d’obtenir un certificat d’addition qui
produira les mêmes effets que le brevet principal.

12/10/2019 415
Le brevet d’invention
3- délivrance du brevet:
 La demande:
- la demande est déposée normalement par l’inventeur,
mais elle peut l’être aussi par un tiers désigné par
l’inventeur.
- la demande peut émaner d’une personne physique ou
morale, de nationalité marocaine ou étrangère.
- les étrangers sont admis à former une telle demande s’ils
ont leur domicile ou un établissement au Maroc ou bien
s’ils bénéficient de la Convention d’Union de Paris.

12/10/2019 416
le brevet d’invention
- la demande est déposée à l’Office Marocain de la Propriété Industrielle et
Commerciale (O.M.P.I.C).
- le dossier doit contenir:
a) une description précise de l’invention, suffisante pour qu’un homme de
métier puisse l’exécuter, indiquant ce qu’elle apporte de nouveau à l’état actuel de
la technique dans le secteur, le résultat à obtenir, les possibilités d’application
industrielle.

b) les revendications, c’est-à-dire les éléments précis de l’invention


dont la protection est demandée. La rédaction de ces revendications est
essentielle puisqu’elle fixe les prétentions de l’inventeur et définit le cadre
d’une éventuelle action en contrefaçon.
c) un abrégé du contenu de l’invention.

12/10/2019 417
Le brevet de l’invention
- un contrôle limité à la nouveauté de l’invention:
Ce contrôle consiste à établir les antériorités susceptibles d’affecter la validité du brevet.
Cette recherche s’effectue par rapport aux brevets déposés au Maroc.
une véritable recherche de nouveauté doit être établie sur le plan international en
utilisant les informations offertes par l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle
(OMPI) à Genève.

L’OMPIC rejette la demande si:


1° les formes prescrites n’ont pas été respectées
2° les revendications ne se fondent pas sur la description
3° l’insuffisance de la description
12/10/2019 418
- Examen et publication de la demande:
L’OMPIC est chargé du contrôle de la demande de
brevet.
Ce contrôle comporte 3 aspects:
- un contrôle formel
- un contrôle limité à la nouveauté de
l’invention
- un examen des conditions de brevetabilité de
l’invention
- un examen des conditions de brevetabilité de
l’invention:
 C’est un contrôle qui consiste à vérifier si l’invention
est brevetable selon les conditions citées avant.
Le brevet d’invention
Les services de la défense nationale peuvent prendre
connaissance de la demande avant que son contenu
soit divulgué.
La demande de brevet est rendue publique à l’expiration
d’un délai de 18 mois.
La délivrance du brevet est inscrite au registre national
des brevets tenu par l’OMPIC.
L’OMPIC assure la publication au catalogue officiel des
brevets d’inventions délivrés.

12/10/2019 420
Le brevet d’invention
 Délivrance du titre:
- Le brevet est délivré par l’OMPIC au nom du
gouvernement.
- Mais, ce brevet n’offre aucune garantie au breveté et aux
tiers quant à:
* la réalité de l’invention
* la fidélité de l’invention
* l’exactitude de la description
* le mérite de l’invention

12/10/2019 421
Le brevet d’invention
 Protection internationale du brevet:
Pour l’application du droit marocain des brevets, 2
conventions internationales sont prises en compte:

* la convention de Paris de 1883


* le traité de Washington de 1970 (PCT)

12/10/2019 422
Le brevet d’invention
 La convention de Paris:
2 principes à retenir:
- le droit de priorité
- l’assimilation de l’unioniste au national

La publication d’un brevet dans un état de l’union n’empêche pas


la délivrance du même brevet dans un autre état de l’union.
l’unioniste dispose d’un délai de 12 mois, à partir du dépôt de la
demande initiale, pour déposer ce brevet dans les autres pays de
l’union.
- l’assimilation de l’unioniste au national
12/10/2019 423
- l’assimilation de l’unioniste au national

 tout unioniste bénéficie par conséquent, dans


chacun des pays membres de la convention, des
mêmes droits de brevet que les nationaux.

12/10/2019 424
Le brevet d’invention
 Le Patent Cooperation Treaty: Le PCT
- Il organise une procédure internationale unique de dépôt et
examen des brevets.
permettant ainsi de centraliser les demandes pour éviter les
doubles emplois
facilitant aussi le traitement des demandes de brevet, pour
les PVD

12/10/2019 425
 - Le PCT permet donc un examen unique de la
brevetabilité.
 - mais la souveraineté des états reste entière quant à la
délivrance des brevets.

12/10/2019 426
Le brevet d’invention
- La demande de brevet fait l’objet d’un traitement sur le
plan international avant la délivrance du brevet par l’office
récepteur pour les demandes PCT. (l’OMPIC au Maroc)
- Cette procédure protectrice, consiste dans le dépôt d’une
demande de type international qui sera soumise ensuite à
une recherche internationale de nouveauté.

12/10/2019 427
Le brevet d’invention
- Si le déposant le souhaite, un examen préliminaire
international est institué à sa demande par une
administration de son choix, chargé de l’examen
international.
- Après, il y aura ouverture de la phase nationale auprès des
pays désignés dans la demande de recherche du déposant.

12/10/2019 428
Le brevet d’invention
- La protection internationale est transmise par l’OMPIC,
avec les pièces exigées lors du dépôt, au bureau
international de l’OMPI à Genève.
- Elle est aussi transmise à l’administration chargée de la
recherche internationale.
- Dans le cadre du PCT, le Maroc a désigné 4
administrations pour cette recherche:
* l’office européen des brevets
* l’office suédois
* l’office autrichien
* l’office russe
12/10/2019 429
Le brevet d’invention
 Le rapport de recherche est établi sur la base des
revendications déposées par le demandeur.
 Le rapport est notifié au demandeur vers le 6ème mois à
compter de la date de dépôt national.
 Le demandeur dispose alors d’un délai d’un mois pour
modifier ses revendications, ou retirer son dépôt des pays
dans lesquels l’invention est similaire.

12/10/2019 430
Le brevet d’invention
 Le rapport de recherche est alors rendu public par le
bureau international de Genève au terme d’un délai de 18
mois.
 Au début du 20ème mois, intervient la phase nationale et la
demande fait l’objet d’une délivrance d’un brevet national,
dans chaque pays désigné selon la procédure nationale.

12/10/2019 431
Le brevet d’invention
 L’examen de l’invention:
- le déposant peut étendre le délai de protection de son
invention en soumettant celle-ci à un examen international.
- dans ce cas, l’ouverture de la phase nationale est différée
d’une durée 18 mois pendant laquelle le déposant
bénéficie d’une priorité supplémentaire sur le plan
international.

12/10/2019 432
Le brevet de l’invention
 Le PCT permet ainsi de bénéficier d’une recherche et d’un
examen de la brevetabilité.
 Cependant, chaque office national, comme l’OMPIC,
applique les dispositions de sa propre législation.
 La délivrance des brevets ne se fait que sur le plan national.

12/10/2019 433
Le brevet de l’invention
4- Les effets du brevet:
 A compter du jour du dépôt de la demande, le brevet
procure au titulaire et à ses ayants droit, un droit exclusif
d’exploitation de 20 ans.
 La loi accorde ce monopole au premier déposant.
 En cas de plusieurs inventeurs, il y a lieu de faire jouer le
régime de copropriété.

12/10/2019 434
Le brevet d’invention
 Pour les inventions des salariés, on distingue entre
invention de service et autres.
 L’invention de service est définie comme celle faite dans
l’exécution:
- soit d’un contrat de travail comportant une mission
inventive.
- soit d’études et de recherches qui lui sont explicitement
confiées.

12/10/2019 435
Le brevet d’invention
 L’invention de service appartient à l’employeur.
 Une rémunération supplémentaire doit être prévue par les
conventions collectives et les contrats individuels de travail
au bénéfice de l’inventeur.
 Pour les autres inventions, elles appartiennent au salarié.

12/10/2019 436
Le brevet d’invention
 Mais, l’employeur peut se faire attribuer la propriété ou la
jouissance de tout ou partie des droits attachés au brevet :
- si cette invention est faite dans le cours de l’exécution
des ses fonctions.
- soit par la connaissance ou l’utilisation des techniques
ou des moyens spécifiques à l’entreprise.

12/10/2019 437
Le brevet d’invention
 Le titulaire du monopole peut exploiter lui même son
invention.
 Il peut aussi céder ses droits à un tiers ou les apporter en
société.
 Il peut également concéder une ou plusieurs licences
d’exploitations contre paiement de redevances.
 Il peut aussi donner le brevet en nantissement.

12/10/2019 438
Le brevet d’invention
 Si le propriétaire du brevet n’exploite pas son brevet, dans
les 3ans de délivrance du brevet ou 4ans de la date de
dépôt, toute personne peut demander la délivrance d’une
licence obligatoire de ce brevet.
 C’est au tribunal de déterminer les conditions de cette
licence (durée, montant des royalties..)
 En tout état de cause, elle ne peut avoir un caractère
exclusif.

12/10/2019 439
Le brevet de l’invention
 L’état bénéficie d’un régime de licence d’office:
- en cas d’exploitation insuffisante ou anormale de
médicaments.
- en cas de tout autre brevet, lorsque la carence porte
gravement préjudice au développement éco ou à l’intérêt
public.
- en cas d’inventions concernant la défense nationale.

12/10/2019 440
Le brevet d’invention
 La contrefaçon engage la responsabilité civile de son
auteur.
 Est considérée comme telle:
- la fabrication
- l’utilisation
- l’offre D’un produit breveté
- l’importation sans l’accord de son
- la détention propriétaire.

12/10/2019 441
Le brevet d’invention
 L’action en contrefaçon peut être exercée par le
titulaire du brevet mais aussi par le titulaire d’une
licence exclusive.
 Elle se prescrit par 3ans à compter des faits de
contrefaçon.
 Le tribunal condamne le contrefacteur à indemniser le
titulaire du brevet.
 Lors du procès en contrefaçon, on interdit
provisoirement l’activité litigieuse, en attendant la
décision du tribunal.
12/10/2019 442
le brevet d’invention
 La demande d’interdiction n’est admise que si l’action en
contrefaçon a été engagé dans un délai maximum d’un mois à
compter du jour où le breveté a eu connaissance des faits sur
lesquels elle est fondée.
 Le président peut subordonner l’interdiction à la constitution
par le demandeur de garanties destinées à assurer
l’indemnisation éventuelle de préjudice subi par le défendeur
si l’action en contrefaçon est ultérieurement jugée non
fondée.

12/10/2019 443
Le brevet d’invention
 Sanctions pénales:
Elles peuvent *être portées à:
2 à 6 mois d’emp.
* 50 000
* 6 mois à 2 àans
500d’emp.
000 DH d’am.
en cas de récidive les peines sont doublées.
* 100 000 à 500 000 DH d’amm.
* ou l’une des deux
si le contrefacteur est un salarié ayant travaillé
dans les ateliers ou dans l’établissement du
breveté.
12/10/2019 444
Le brevet d’invention
 Déchéance des droits du titulaire du brevet:
- chaque année des taxes doivent être payés à l’OMPIC
- le défaut de paiement entraîne la déchéance des droits
attachés au titre
- toutefois, un délai de 6 mois est accordé.
- le breveté peut être restauré dans ses droits s’il justifie
d’une excuse légitime

12/10/2019 445
12/10/2019 446
Les dessins et modèles
1- La protection:
 Sont protégés par les articles 104 à 132 de la loi relative
à la propriété industrielle.
 Se sont des formes nouvelles:
dessins de tissus
modèles de bouteilles
modèles de carrosseries
modèles de chapeaux
moulages…

12/10/2019 447
Les dessins et modèles
 Comme pour le brevet, la loi confère un monopole
d’exploitation au créateur.
 Mais la création ici a pour objet l’agrément et non l’utilité.
 C’est pourquoi le créateur peut également invoquer en sa
faveur la législation relative à la protection de la propriété
littéraire et artistique.

12/10/2019 448
les dessins et modèles
 L’auteur est donc dans le droit de cumuler 2 protections.

 Mais, si ces créations sont indissociables d’une invention


brevetable, c’est la réglementation sur les brevets
d’invention qui prime.

12/10/2019 449
Les dessins et modèles
 la protection légale suppose l’existence d’une œuvre
nouvelle, originale, impliquant un effort de création et
portant l’empreinte de son auteur.
 Ceci étant basé sur les définitions:

Le dessin Le modèle
C’est une combinaison de C’est une combinaison de
lignes ou de couleurs qui formes associée ou non à
présente une configuration des lignes et couleurs.
distincte et reconnaissable.
12/10/2019 450
Les dessins et modèles
2- Conditions de la protection:
 Le dessin ou modèle doit être déposé à l’OMPI.
 Le dépôt doit être présenté selon les modalités prescrites.
 Ne pas porter atteinte à l’ordre public ou bonnes mœurs.

12/10/2019 451
Les dessins et modèles
3- Étendue de la protection:
 La protection écoulant du dépôt a une durée minimale de
5ans.
 Le déposant peut demander deux prorogations successives
qui donnent lieu aux mêmes conditions et formalités que le
premier dépôt.
 La contrefaçon de dessins ou modèles constitue une faute
civile et un délit pénal.

12/10/2019 452
Les dessins et modèles
Exploitation des dessins et modèles:
 Le déposant peut exploiter lui même le dessin ou modèle.
 Il peut également céder les droits qui en résultent ou
concéder sur eux une licence d’exploitation.
 Ces actes doivent être inscrites au registre national des
dessins et modèles industriels tenu par l’OMPI

12/10/2019 453
12/10/2019 454
Marques de fabrique, de commerce et de
service

1- protection de la marque:
 Définitions:
Marque
La marque
De fabrique
C’est un signeDesusceptible
commercede représentation
De service
Sigraphique
les produits Ceux diffusés
qui permet par Les
de distinguer prestations les
et d’identifier de
sont fabriqués
produits ou les un commerçant,
services servicesetfournies
d’une entreprise d’attirer
par un grossiste, grande par un hôtelier,
la clientèle.
industriel surface ou un transporteur,
détaillant un teinturier,…
12/10/2019 455
Marques de fabrique, de commerce et de
service
 Les marques peuvent revêtir des formes très variées:

dénominations Signes figuratifs

Combinaisons ou
Mots Dessins
nuances de couleurs
Noms patronymiques, Étiquettes
ou géographiques Cachets
Pseudonymes Logos
Lettres, chiffres, sigles Images de synthèse
12/10/2019 456
Marques de fabrique, de commerce et de
service
 Conditions de validité de la marque:
les signes énumérée peuvent être utilisés comme marques
Le caractère distinctif est définie par la loi par
s’ils ont un caractère distinctif.
trois conditions:
- l’illicéité de la marque
- originalité de la marque
- disponibilité de la marque

12/10/2019 457
Marques de fabrique, de commerce et de
- Le signeservice
choisi ne doit pas être contraire à l’ordre public ou aux bonnes mœurs.
- le signe ne doit pas être frauduleux ou déceptif:
ne doit pas tromper la clientèle
ne doit pas induire le public en erreur
(nature, qualité subst., composition, espèces ou origines du produit ou du service)

 L’illicéité de la marque:
l’image du roi
l’image d’un membre de la famille royale
le drapeau
les armoiries
des emblèmes (anneaux olympique, croissant rouge..)
12/10/2019 458
Marques de fabrique, de commerce et de
service
 Originalité de la marque:
l’appellation doit être suffisamment différente des autres
produits.
le signe ne doit pas être générique ou descriptif .

générique descriptif
Il constitue l’appellation Il ne fait qu’énoncer la
habituelle du produit ou qualité essentielle du
du service produit

12/10/2019 459
Marques de fabrique, de commerce et de
service
 La disponibilité de la marque:
- la marque est disponible lorsqu’elle n’est pas
antérieurement utilisée sur le territoire national pour
désigner un produit identique.
- mais 2 marques peuvent parfaitement exister sur le
territoire national si elles identifient deux produits
différents.
- une exception est faite pour les marques notoires.

12/10/2019 460
Marques de fabrique, de commerce et de
service
- La notoriété s’apprécie soit par rapport à l’ancienneté de la
marque, soit par rapport à l’importance de la diffusion des
produits ou des services qui la soutiennent.
- Le titulaire d’une marque notoire peut réclamer
l’annulation d’une marque susceptible de créer une
confusion avec la sienne.

12/10/2019 461
Marques de fabrique, de commerce et de
service
 Il est interdit aussi d’adopter comme marque un signe
portant atteinte à:
* une marque antérieurement enregistrée
* une dénomination ou raison sociale
* une appellation d’origine protégée
* des droits d’auteurs
* des droits de la personnalité d’un tiers

12/10/2019 462
Marques de fabrique, de commerce et de
service
 L’acquisition de la marque:
- elle s’acquiert par l’enregistrement qui donne lieu à la
délivrance d’un titre de propriété industrielle appelé:
certificat d’enregistrement de marque de fabrique,
de commerce ou de service

12/10/2019 463
Marques de fabrique, de commerce et de
service
- L’enregistrement produit ses effets à compter de la date de
dépôt pour une période de 10 ans indéfiniment
renouvelable.
- Par exception, la marque notoire est protégée en l’absence
d’enregistrement.

12/10/2019 464
Marques de fabrique, de commerce et de
service
 Marques collectives:
- marque collective proprement dite:
elle appartient à plusieurs entreprise
elle peut être exploité par toute personne
respectant un règlement d’usage établi par le titulaire
de l’enregistrement.
- marque collective de certification:
elle est destinée à garantir qu’un produit ou un
service présente des caractères précisés dans son
règlement.
12/10/2019 465
Marques de fabrique, de commerce et de
service
 La marque collective de certification ne peut faire l’objet ni
de cession, ni de gage, ni d’aucune mesure d’exécution
forcée.
 Toutefois, au cas de dissolution de la personne morale qui
en est titulaire, elle peut être transmise à une autre
personne morale si cette dernière se charge du contrôle
effectif de l’emploi de la marque.

12/10/2019 466
Marques de fabrique, de commerce et de
service
2- droits et obligations du titulaire:
 Droit de propriété.
 Le droit d’utiliser sa marque et l’obligation de l’exploiter.
 Est déchu de ses droits: Le propriétaire qui, sans juste
motifs, n’en a pas fait un usage sérieux, pour les produits et
services couverts par l’enregistrement pendant une période
ininterrompue de cinq ans.

12/10/2019 467
Marques de fabrique, de commerce et de
service
 Droit à l’action en contre façon.
 Il y a une faculté offerte au propriétaire
d’une marque ou d’un droit exclusif
d’exploitation, de faire saisir à l’importation,
en vertu d’une décision judiciaire, des
marchandises présentés en douane sous une
marque constituant une contrefaçon.

12/10/2019 468
Marques de fabrique, de commerce et de
service
 Les peines correctionnelles de l’atteinte des droits du
propriétaire varient entre l’emprisonnement, l’amende et la
destruction des objets contrefais.
 Les droits de propriété peuvent être transmis an totalité ou
en partie.

12/10/2019 469
Qu’est ce qu’une société
?

12/10/2019 470
Qu’est ce qu’une société ?

12/10/2019 471
DEFINITION
 Une société est un contrat spécifique, c’est-à-dire qu’en
plus des règles du droit commun (le droit civil) le contrat
de société est régi par des règles particulières, celles
contenues dans le Code des sociétés (dahir du 30 août
1996 portant code des sociétés anonymes dit également
loi 17/95 et dahir du 13 février 1997 portant loi sur les
autres types de sociétés

12/10/2019 472
Définition donnée par le DOC (article 982).

  La société est un contrat par lequel deux ou plusieurs


personnes mettent en commun leurs biens ou leur travail ou les
deux à la fois, en vue de partager le bénéfice qui pourra en
résulter

12/10/2019 473
Qu’est ce qu’on peut dégager de cette définition ?
 On peut dégager les conditions globales nécessaires à la
validité du contrat de société.

12/10/2019 474
la société doit réunir les conditions spécifiques suivantes :
 La constitution des apports, c’est-à-dire les parts de chaque
sociétaire dans le capital de la société en formation;

 La recherche et le partage des bénéfices, qui constitue la raison


d’être de la société ;

 L’existence de l’affectio societatis, ou la bonne entente qui doit


régner dans les rapports entre les sociétaires.

12/10/2019 475
Mr Faraj Adil
I. Sociétés civiles et sociétés commerciales:
1. Critères distinction
2. Intérêt de distinction
II. Sociétés de personnes et capitaux:
1. Sociétés de personnes:
-Traits fondamentaux des sociétés de personnes
- Différents types de sociétés de personnes
2. Sociétés de capitaux:
-Traits fondamentaux des sociétés de capitaux
-Les différents types de sociétés de capitaux
III. Sociétés particulières:
1. les sociétés particulières par leur statuts juridique
2. Les sociétés particulière par leur objet
 Critère de distinction:
Cette distinction repose sur le genre d’ activités de société:
 Elles sont commerciales :si leurs objectif l’exercice habituel
d’actes de commerce. Il faut ajouter à ces sociétés celle qui sont
obligatoirement commerciales par leur forme .
 Elles sont civiles :par opposition n’ ont ni une forme réputée
commerciales ni objet ayant rapport avec le commerce.
 Intérêt de distinction:
◦ Les sociétés commerciales sont soumise à des formalités de
dépôt et de publicité alors que les sociétés civile ne le sont
pas.
◦ Les sociétés commerciales doivent s’inscrire au registre de
commerce et tenir des livre de commerce alors que pour les
sociétés civiles ces formalités légales n’existent pas.
◦ la solidarité dans les sociétés commerciales existe toujours
tandis que dans le cadre des sociétés civiles cette solidarité n’
a lieu que si les statuts le prévoient .
◦ Réglementées par les articles 982 à 1063 du DOC la société
civile ne bénéficie pas d’une organisation légale très
pointilleuse, Ceci n’est pas le cas de la société commerciale.
Sociétés defondamentaux
Traits personnes des sociétés de personnes :
◦ On qualifie de sociétés de personnes , sociétés dans lesquelles les
associés se groupent en considération de leur personnalités .
C’est pourquoi on dit qu’elle sont conclues.
Les part des associés en nom dans le capital sont représentées par
une part, appelée une part d’intérêt qui librement négociable.
Différents types de sociétés de personnes:
◦ La société à nom collectif
◦ La société en commandite simple
◦ La société en participation
Sociétés de capitaux

traits fondamentaux des sociétés de capitaux:


Les sociétés de capitaux ne sont pas des sociétés dont le régime est
fonde sur la personnalité des associes.
Au point de responsabilités, les actionnaires ne sont pas tenus des
dettes sociales.
La part sociale de chaque associé est représentée par une action .

différents types de sociétés de capitaux:


• La société anonyme
• La société en commandite par action
• SARL
Sociétés à responsabilité limités
 Elle se rapprochent des sociétés de personnes en
raison de la présence des associes qui possèdent des
part sociales.
 Elle se rapproche aussi des sociétés de capitaux parce
que les associés ne sont pas responsables que dans la
limite de leurs apports. D’autre part, le nom de
société n’est pas une raison sociale ,mais une
dénomination commerciale.
 Sociétés particulières par leur statut juridique:
Les sociétés coopératives:
La coopérative est un type de société à objet civil ou commercial,
selon le cas, qui a été crée dans le but d'éliminer le profit
capitaliste, soit par la mise en commun de moyens de
production, soit par l'achat ou la vente de biens en dehors des
circuits commerciaux. Dans ce genre de société il n‘y pas de
distribution de bénéfices. Les membres reçoivent
éventuellement des ristournes sur les résultats bénéficiaires.

Les sociétés à capital variable:


Admise et réglementées par les articles 48 et suivants de la loi
annexée au Dahir du 11Aout 1922, modifiée par celui du
janvier 1955 , les sociétés a capital variable peuvent être des
sociétés en nom collectif , en commandite, anonyme ou a
responsabilité limitée. Ils sont caractérisées par l augmentation
ou la diminution de leur capital . Elle ne sont pas obligées
d’accomplir les formalités indispensable en droit commun.
 Les sociétés d’économie mixte:
Ces sociétés de forme anonyme associent les capitaux privés et les
capitaux de l’Etat.
 Les sociétés marocanisés:

Il s’agit des sociétés anonymes dont le capital devra appartenir pour


la moitie au moins a des ressortissants marocains .
 Sociétés particulières par leur objet:
Les sociétés d’investissement :
 Les sociétés d’investissement sont des sociétés de placement.
Leurs but essentiel, sinon unique est de gérer les divers titres
qu’elles acquièrent en vue d’un maximum de rendement et de
sécurité.
La Société Nationales d’Investissement ( S.N.I):
 l’objet de sa création est ,comme celui des sociétés privées
d’investissement , la gestion d’un portefeuille de valeur
immobilière ou de titre émis par des personnes publiques ou
privées.
Les sociétés de banque:
 Ces sociétés ne représentent pas un modèle sociétaire particulier
puisqu’il leur est permis d’adopter toutes forme sociales réputée
commerciale a exception de la S.A.R.L.
Les sociétés de crédit ;
Les sociétés de construction :
 Ces sociétés ont pour objet la construction ou l’acquisition
d’immeubles en vue de leur division en appartement , même si
elles n’ont pas pour but de partager un bénéfice .
la société en participation (S.E.P).
Il existe une forme juridique de société peu connue et peu
employée : la société en participation (S.E.P). Pour la constituer,
rien de plus simple : il ne faut aucun capital, ni aucune
inscription au registre du commerce. Il faut être deux personnes
au minimum. Elle se crée en 5 minutes sans aucun frais, et se
dissout de la même manière : en quelques minutes, sans aucun
frais non plus.
 L'article 1871 du Code Civil définit la société en participation
comme une société non immatriculée au Registre du
Commerce, sans personnalité morale, et qui peut être prouvée
par tous moyens. Son contenu peut être varié à l'infini. En effet,
l'article 1871 prévoit que : " Les associés conviennent
librement de l'objet, du fonctionnement et des conditions de la
société en participation ".
 Une société en participation peut être composée soit
de personnes physiques, des personnes morales
(SARL, SNC, etc.…), ou les deux (physiques et
morales).
 Le contrat définit précisément les rôles des
intervenants : par exemple, l'un apporte les fonds,
l'autre l'expertise technique, le troisième sa créativité.
Le partage des bénéfices est également libre.
CONSTITUTION
Conditions de fond

La capacité pour créer une société en participation


• Les associés en participation doivent avoir la capacité requise
pour s'obliger s’ils sont gérants (ils le sont tous, sauf stipulation
contraire de la convention), ils doivent, en plus, avoir la
capacité requise pour exercer une activité commerciale (si la
société a un caractère commercial).
• Ne peuvent donc normalement pas être gérant d'une société en
participation : les fonctionnaires, officiers ministériels, etc... ou
les personnes sujet d'une interdiction (faillis non réhabilités,
personnes condamnés pour des faits visés par la loi du 30 août
1947 relative à l'assainissement des professions commerciales -
vol, escroquerie, abus de confiance, etc.....).
Nombre d'associés
 Les associés en participation doivent être au moins
deux.
Apports
• Comme dans toute société, la création de la société en
participation suppose la mise en commun d'apports .En
principe, il s'agit d'apports en jouissance, l'apporteur restant
seul propriétaire du bien.
• Il peut être convenu également que l'un des associés (en
principe ce dernier sera désigné comme gérant) aura seul la
propriété des biens apportés. L'apport des autres prendra dès
lors la forme d'une "créance".
• Une autre solution peut être l'indivision (achats de biens en
commun). Cette indivision s'impose alors aux associés jusqu'à
la liquidation de la société. Rien n'empêche un associé de
n'apporter que son travail (apport en industrie).
• Un droit d'apport fixe (500,- F en 1995) est perçu dans tous les
cas
Durée
 La durée de la société en participation peut être fixée
librement par les associés. Elle peut être limitée à une
opération déterminée.
 Le plus souvent sa durée est illimitée.
CONDITIONS DE FORME

• La SEP n'a pas besoin d'être immatriculée au registre du commerce,


ce qui évite les formalités de constitution (annonce légale, etc.). Elle
n'a pas besoin de capital social, ni de dénomination sociale, ni de
siège social. Conséquence évidente : les modifications au niveau de
l'actionnariat, du capital ou du siège social n'entraînent aucune
formalité, exception faite de la modification des statuts.

• La répartition des bénéfices et le fonctionnement interne de la société


sont définis librement par les associés qui sont au nombre de deux
minimum. Aucun besoin d'assemblée générale ordinaire ou
extraordinaire, plus de lettre recommandée, ni de registres officiels...
Ce qui suppose plutôt que les décisions soient prises à l'unanimité.
Mais rien n'empêche les statuts de prévoir des systèmes de majorité
simple ou qualifiée...
 Vis-à-vis des tiers, fournisseurs et clients, seul le gérant apparaît : l'activité
est exercée en son nom propre puisque la société ne possède ni
dénomination, ni capital, ni siège social. Mais, là encore, rien n'empêche
d'adopter un nom, de fixer un capital social et de révéler aux tiers l'existence
de la société et l'identité des associés...

 On ne peut véritablement céder les titres, puisqu'il n'y a pas d'actions ou de


parts sociales mais on peut céder ses droits aux bénéfices sociaux selon le
régime de droit commun, applicable aux sociétés en nom collectif.
FONCTIONNEMENT

 La société en participation n'ayant pas de personnalité


morale, il s'ensuit qu'elle ne peut devenir ni
propriétaire, ni créancière, ni débitrice et que ses
droits et obligations ne peuvent être distingués de
ceux des associés.
LA GÉRANCE

 Les associés en participation peuvent désigner un ou


plusieurs gérants. A défaut, tous les associés sont réputés
gérants, chacun agissant en son nom, dans l'intérêt de la
collectivité. A l'égard des tiers le gérant désigné, s'il en
existe un, a les mêmes pouvoirs qu'un chef d'entreprise
individuel.

 A l'égard des associés il est tenu de rendre compte de sa


gestion et de respecter le pacte social. Il est tenu
également d'agir dans l'intérêt exclusif de la société.
Les associés, leurs responsabilités.
 Les associés ne sont pas connus des tiers, ni du
registre du commerce, ni de personne du public, ni des
administrations (sauf fiscales) puisque les statuts ne
sont pas publiés. Ils ne sont connus de personne.
Seul le gérant est connu et doit avoir la capacité à être
commerçant.
Les autres associés peuvent être de n’importe quelle
nationalité. Ils peuvent être des personnes physiques,
ou morales (sociétés).
 Comme dans les autres formes juridiques (en dehors des
SARL, SAS et SA), la responsabilité des associés est
proportionnelle au nombre de parts dont chacun dispose. Les
pertes ou les bénéfices seront donc répartis en fonction du
nombre de parts.
 Une société en Participation est une société occulte, légale,
réglementée par le Code civil, seul le gérant est connu. Les
associés eux ne doivent pas être connus. De ce fait, seul le
gérant devra payer des charges sociales (comme un
entrepreneur individuel ou encore, un gérant de Société en
Nom Collectif (S.N.C). On ne peut pas y échapper.
• Comme la société en participation n'a pas la
personnalité morale, chaque associé contracte en son
nom personnel et est seul engagé à l'égard des tiers.

Toutefois, si les participants agissent en qualité


d'associés au vu et au su des tiers, chacun d'eux est
tenu à l'égard de ceux-ci des obligations nées des actes
accomplis en cette qualité par l'un des autres, avec
solidarité si la société est commerciale, sans solidarité
dans les autres cas.
Ce que l’on ne peut pas faire.
• Cette forme de société particulière permet cependant
d’exploiter à peu près toutes les activités courantes, sauf celles
strictement réglementées, nécessitant un diplôme, ou soumises
à une mesure obligeant une inscription au registre du
commerce.
• Cependant, deux commerçants ou sociétés exerçant une activité
réglementée, de la même « famille » d’activité peuvent
s’associer. Exemple : deux ou plusieurs pharmacies, des
bijoutiers entre eux, etc.…
• Les activités peuvent être civiles ou commerciales. Si elles sont
civiles, c’est les règles des sociétés civiles qui s’appliquent, si
elle est commerciale, ce sont les règles des sociétés en nom
collectif qui s’appliquent.
DISSOLUTION

 La société en participation se termine soit à la date prévue


dans les statuts, soit lorsque son objet est réalisé.
 l’article 1872-2 précise que sa dissolution peut résulter à
tout moment d’une notification adressée par l’un des
associés à tous les autres, pourvu que cette notification
soit de bonne foi et non faite à contretemps. Ensuite, les
opérations de partage renvoient au droit commun des
sociétés.
Les causes de la dissolution
• Les causes de dissolution sont en principe les mêmes que pour
la société en nom collectif, à savoir :
• l'arrivée du terme prévu par le pacte social,
• la disparition de l'objet social,
• la décision (en principe à l'unanimité) des associés,
• la volonté d'un associé (uniquement si la société a été
constituée pour une durée illimitée),
• le décès d'un associé ( sauf clause contraire du pacte social),
• la perte de la capacité civile ou commerciale d'un participant
(sauf clause contraire),
• une décision de justice. La dissolution peut être demandée par
l'un des associés. La demande doit être motivée.
Le partage
 Lors de la dissolution, chaque participant reprend
ses apports en nature s'ils sont restés sa propriété.
 Si la propriété a été transférée au gérant, la reprise
ne peut se faire qu'en valeur. Le boni subsistant
après reprise des apports est réparti selon la
convention des parties (en principe en fonction des
apports). Il en est de même pour les pertes.

CONCLUSION
• La société en participation peut représenter un recours intéressant dans certaines
situations particulières.
• Il permet ainsi d'éviter l'emploi d'un salarié. Dans certain cas, s'associer avec un
autre commerçant peut être moins onéreux que d'embaucher un salarié.
• Il permet éventuellement à de jeunes commerçants de profiter de certains avantages
de la société (mise en commun de capitaux) sans en avoir certains inconvénients
(capital minimum, frais de publicité, d'enregistrement, de notaire...).
• La société en participation peut également jouer le rôle de "société à l'essai".
• Il n'y a pas lieu cependant de recourir systématiquement à ce genre d'association qui
présente des inconvénients importants :
• risque de mésentente entre associés (il est plus facile de rompre un lien de patron à
salarié qu'un lien d'associé à associé),
• charges fiscales plus lourdes : la société sera soumise à la taxe professionnelle,
même si elle ne comporte que deux associés ; la décote spéciale sera généralement
plus faible ou nulle (le chiffre d'affaires étant plus élevé).
Plan
Introduction

A- Généralités
B- Caractères fondamentaux de la S.N.C
C- Les conditions de constitution d’une S.N.C
a) Conditions de formes
b) Conditions de fond et de publicité
D- Fonctionnement de la S.N.C
a) La gérance
b) Les assemblées
c) Le commissaire aux comptes
E- La dissolution

Conclusion
1- L’obligation solidaire et indéfinie
2- La dénomination sociale
3- La qualité de commerçant des associés
4- L’Instuitus personae
Article 3 : « La société en nom collectif est une société dont les
associés ont TOUS la qualité de commerçant et répondent
indéfiniment et solidairement des dettes sociales ».
Article 4 : La société en nom collectif est désignée par une
dénomination sociale, à laquelle peut être incorporé le nom d'un
ou plusieurs associés et qui doit être précédée ou suivie
immédiatement de la mention " société en nom collectif ".
.
 Les indications prévues à l'alinéa précédent, ainsi que
l'énonciation du montant du capital social, du siège
social et du numéro d'immatriculation au registre du
commerce doivent figurer dans les actes, lettres,
factures, annonces, publications ou autres documents
émanant de la société et destinés aux tiers.
 Toute personne, qui accepte, en connaissance de cause,
que son nom soit incorporé à la dénomination sociale
est responsable des engagements de celle-ci, dans les
mêmes conditions applicables aux associés.
Article 15 de la loi 5-96 stipule: Les parts sociales sont
nominatives. Elles ne peuvent être cédées qu’avec le
consentement de tous les associés. Toute clause contraire est
réputée non écrite.
La S.N.C étant commerciale à raison de sa forme, tous les
associés en nom collectif acquièrent la qualité de commerçant.
Conditions de fond:
Conditions relatives au capital social.
Conditions relatives aux associés.

Conditions de forme et de publicité.


La S.N.C n’appelle pas de prescription particulière concernant
son capital .
En effet la loi n’exige aucun capital minimum, étant donné que
les associés sont responsables indéfiniment et solidairement des
dettes sociales
• Pour être valablement constituée, une SNC doit
comprendre au moins deux associés et aucun
maximum n’est fixé .
• Les associés ont tous la qualité de commerçant et
doivent avoir la capacité voulue pour faire le
commerce.
• Cette forme de société est donc interdite aux
mineurs, aux majeurs incapables, aux personnes
soumises à une interdiction , une échéance ou une
incompatibilité.
Les statuts doivent être établis par écrit : L’écrit peut être
sous forme d’un acte authentique ou d’un acte sous seing
privé.
A peine de nullité, les statuts doivent être datés et
indiqués:
1)Les prénoms, nom, domicile de chacun des associés ou, s’il s’agit d’une
personne morale, ses dénominations, forme et siège;
2) La constitution en forme de sociétés en nom collectif;
3) L’objet de la société;
4) La dénomination sociale;
5) Le siège social;
6) Le montant du capital social;
7) L’apport de chaque associé et, s’il s’agit d’un apport en nature, l’évaluation
qui lui a été donnée;
8) Le nombre et la valeur des parts attribuées à chaque associé;
9) La durée pour laquelle la société a été constituée;
10) Les prénoms, nom, domicile des associés ou des tiers pouvant engager la
société, le cas échéant;
11) Le greffe du tribunal où les statuts seront déposés;
12) La signature de tous les associés.
La gérance:
•Désignation
•Cessation des fonctions
•Démission
•Révocation
•Pouvoirs des gérants
En principe, tous les associés sont gérants, mais l’article 6
de la loi 5-96 donne plus de liberté aux associés pour la
désignation du ou des gérants chargés de diriger la société.
 Le ou les gérants peuvent être choisis parmi les
associés ou à l’extérieur du groupement, la seconde
situation est plus rare dans la mesure où les associés
ne tiendront pas, le plus souvent, à voir leur
responsabilité engagé par quelqu’un qui n’étant pas
associé, ne répondait pas aux engagements contractés
par la société.
• Un gérant peut être statutaire ou non: Le gérant statutaire est désigné par les statuts ou non statutaire
désignés par un acte distinct et en principe à l’unanimité.

1.
En principe, les fonctions du gérant prennent fin par
l’arrivée du terme fixé au moment de sa
nomination.
Toutefois, d’autres causes peuvent provoquer la
cessation de ses fonctions, notamment sa démission
ou sa révocation..
Elle est normalement libre
La restriction concerne le gérant statutaire.
• Sa démission suppose l’agrément unanime des autres
associés.
• Faute de cet agrément, la société pourra prétendre à
des dommages intérêts.

4- Révocation

 si le gérant choisi parmi les associés est statutaire , la révocation ne


peut être décidé qu’à l’unanimité des autres associés
 si le gérant , choisi parmi les associés , n’est pas statutaire, la
révocation est prononcé dans les conditions prévues par les statuts
ou ,à défaut , par une décision des autres associés, gérants ou non ,
prise à l’unanimité
 si le gérant n’est pas associé, sa révocation intervient dans les
condition prévues par les statuts ou à défaut par une décision des
associés prise à la majorité
Les pouvoirs des gérants connaissent deux limites :
1/ la société n’est pas engagée par les actes qui
dépassent l’objet social , mais , une fois l’acte
accompli par les gérants , la société et les associés ,
sont tenus , même si ledit acte n’est pas conforme à
son intérêt
2/ les pouvoirs du gérant sont limités par ceux que la
loi attribue à d’autres organes de la société
Des assemblées sont prévues mêmes pour la S.N.C.
Elles interviennent à l’unanimité pour prendre des décisions sur
des points qui excèdent les pouvoirs des gérants.
La mission principale du commissaire aux comptes est celle de certifier la
régularité et la sincérité des comptes.

Les SNC dont le chiffre d’affaire à la clôture de l’exercice social, dépasse


50 000 000,00 de Dhs, sont tenues de désigner un commissaire aux comptes

* Dans le code de commerce français :

En France si 2 de ces 3 seuils sont atteints :


•un effectif de 50 salariés
•un bilan de : 1 550 000 euros
•un chiffre d’affaires de : 3 100 000 d’Euros





Causes de dissolutions communes à toutes les sociétés :
•Arrivée du terme
•La réalisation de l’objet social

Causes spécifiques à la SNC :


•le décès de l’un des associés
•la liquidation judiciaire
•la révocation d’un gérant associé statutaire
•fusion ou motifs prévus par les statuts
PLAN:
Introduction
I- CONSTITUTION DE LA SOCIETE EN COMANDITE SIMPLE
1-Conditions de la constitution
∙ Conditions de fonds
∙ Conditions de forme et publicité
2- Sanctions des règles de la constitution
II- ORGANISATION DE LA SOCIETE EN COMMANDITE SIMPLE
1-Les associés
∙ Obligations des Associés
∙ Droits des associés
2-La gérance
∙ Statut des Gérants
∙ Pouvoirs du Gérant
Conclusion
I- Constitution de la société en commandite simple
1- Conditions de la constitution
∙ Conditions de fonds relatives aux associés

Nombre des associés:


La société en commandite simple est constituée au moins d'un associé commandité et d'un associé
commanditaire, qui peuvent être :
+ Des personnes physiques
+ Des personnes morales

Qualité des associés:


+ Les associés commandités (art 20 al 2) : qui ont le statut d'associés en nom
collectif, doivent être des commerçants ou susceptibles de le devenir dès la
constitution de la société. Ils répondent solidairement et indéfiniment du passif
social.
Par conséquent ils doivent :
+ Avoir la capacité d'exercer le commerce
+ Ne pas être dans une situation d'incompatibilité
+ Ne pas être frappé de déchéances.
+ Les associés commanditaires (art 20 in fine) : ils ne répondent des dettes sociales
qu'à concurrence de leurs apports, aucune capacité particulière n'est exigée.
La dénomination sociale

Comme toute autre société commerciale, la société en commandite simple,


est désignée par une dénomination sociale qui est librement choisie par les
associés (innovation par rapport à l'ancienne loi qui prévoyait obligatoirement
une raison sociale).

Elle peut incorporer le nom d'un ou plusieurs associés commandités, mais


doit être précédée ou suivie immédiatement de l'indication "SOCIETE EN
COMMANDITE SIMPLE, ainsi les tiers ne peuvent pas commettre d'erreur
sur la forme de la société et sur le crédit qu'il convient de lui accorder.

Toute personne qui accepte, en connaissance de cause, que son nom soit
incorporé à la dénomination sociale serait responsable des engagements de
celle-ci, dans les mêmes conditions applicables aux associés (art 4 al 3 SNC)
Capital social et apports

La loi n'impose ni un montant minimum au capital social, ni


l'obligation de libérer immédiatement tout ou partie des apports souscrits.

Cependant, la loi prévoit des règles particulières quant aux apports :


Les associés commandités : en tant qu'associés en nom, ils peuvent effectuer
toutes sortes d'apports, qu'ils soient en numéraire, en nature ou en industrie.
Les associés commanditaires : ils ne peuvent faire que des apports en numéraire
ou en nature à l'exclusion de tous apports en industrie (art 20 in fine).
A l'instar de la SNC, les apports en nature ne sont soumis à aucune procédure de
vérification, la valeur fixée par les statuts est admise comme telle.
En effet les créanciers sociaux sont suffisamment garantis par l'obligation
indéfinie et solidaire au passif qui incombe aux associés commandités.
Nécessité d'un écrit
Les statuts doivent être à peine de nullité de la société :
* Signés par tous les associés ;
* Datés et comprendre certaines mentions (art 5)
En sus des mentions imposées à la SNC, les statuts de la société en commandite simple doivent
comprendre :
* La part du montant ou de la valeur des apports de chaque associé commandité ou
commanditaire dans le capital social
* La part globale des associés commandités et la part de chaque associé commanditaire dans la
répartition des bénéfices et le boni de liquidation.
Dépôt au greffe (art 95 al 1)
Une fois les statuts de la société enregistrés, un certains nombre de documents
doivent être déposés au greffe du tribunal du lieu du siège social, dans les 30
jours de sa constitution (c.à.d la signature des statuts) :
1 / Deux originaux ou une expédition des statuts,
2 / Une copie du document de désignation du gérant lorsque la dite désignation intervient par
acte séparé.
Publicité au JAL et au B.O

Publicité ponctuelle :Dans le même délai de 30 jours prévu pour le dépôt au greffe, un extrait
des statuts doit être publié dans un JAL et au B.O. contenant les
principales mentions de ces derniers. La même publicité doit être effectuée en cas de
modification des statuts.
Publicité permanente: La dénomination ainsi que l'énonciation du montant du capital social,
du siège social et du numéro d'immatriculation au R.C., de la société, doivent figurer
dans les actes, lettres, factures, annonces, publications et autres documents émanant
de celle-ci et destinés aux tiers.

REMARQUE : le défaut d'observation des formalités de dépôt et de


publicité lors de la constitution entraîne la nullité de la société sous
réserve de régularisation, contrairement aux SA.
Après l'accomplissement de ces formalités la société est immatriculée au registre du
commerce et ce dans les 3 mois de sa création.

2-Sanctions des règles de la constitution

Il existe trois sanctions possibles :

+ La nullité de la société.
+ Responsabilité civile des associés fondateurs.
+ Responsabilité pénale des associés fondateurs.

Le régime applicable est celui de la SNC


II-ORGANISATION DE LA SOCIETE EN COMMANDITE
SIMPLE

 L'organisation de cette société est soumise aux mêmes règles


que celles étudiées pour la S.N.C, la loi laissant encore une fois
à la volonté des associés une liberté plus grande que dans les
sociétés de capitaux.
1-Les associés:

Les associés d'une société en commandite simple sont divisés en deux


catégories, les commandités sont nécessairement des commerçants.
S'ils n'avaient pas déjà cette qualité, ils l'acquièrent du seul fait de leur
participation à la société, cette règle qui est sans exemple dans les autres
sociétés commerciales, exerce une influence directe sur leurs obligations et
leurs droits.
∙ Obligations des Associés:
Les règles étudiées pour la SNC s'appliquent aux associés commandités, à savoir :
+ Commerçants : ces associés sont tenus des mêmes obligations qui incombent à
cette catégorie professionnelle (preuve, prescription, redressement etc.).
+ Existence d'une obligation indéfinie et solidaire au passif social : mêmes règles
que la SNC
+ Obligation à la dette : mêmes règles que la SNC
 Quant aux associés commanditaires ils ne sont responsables qu'à concurrence de
leurs mises.

∙ Droits des Associés : Droit à l'information (art 26):

 Les associés ont le droit aux bénéfices ou de profiter des économies réalisées par la
société.
 Les associés commandités ont également le droit de ne pas être exclus de la société
sauf en cas de liquidation ou redressement personnel ou d'impossibilité d'exercer
une activité commerciale d'un associé (art 18).
◦ A / A l'occasion de l'Assemblée Annuelle

+ Communication : 15 jours au moins avant la date de l'assemblée annuelle qui doit se tenir
dans le délai de 6 mois à compter de la clôture de l'exercice écoulé, le rapport de gestion,
l'inventaire et les états de synthèse, établis par la gérance, le texte des résolutions proposées
sont communiqués aux associés.
Pendant le même délai, l'inventaire est tenu au siège social, à la disposition des associés.
Toute délibération prise en violation des dispositions ci-dessus pourra être annulée.

◦ B / Au cours de l'exercice
1 / Les associés commanditaires (art 11)

+ Consultation à tout moment : Ces associés ont le droit à toute époque de prendre connaissance
pour les 3 derniers exercices, des livres, de l'inventaire, des états de synthèse, du rapport de
gestion et, et des procès-verbaux des assemblées.
+ Questions sur la marche de la société : A toute époque, ils peuvent poser des questions écrites
à la gérance sur la gestion sociale, auxquelles il doit répondu par écrit.
2 / Les associés commandités

Ce sont les règles applicables aux associés en nom, à savoir:

+ Consultation des documents : 2 fois par an, les associés commandités non gérants ont le droit de
prendre connaissance au siège social assisté, s'il le désirent d'un conseiller, des livres, de
l'inventaire, des états de synthèse, du rapport des gérants et, le cas échéant, du rapport du C.A.C et
des procès-verbaux des assemblées.
A l'exception des inventaires, l'associé peut prendre copie de ces documents.

+ Questions sur la marche de la société : 2 fois par exercice, tout associé commandité non gérant
peut poser des questions écrites à la gérance sur la gestion sociale, auxquelles il doit être répondu
par écrit.
Ce droit intéresse seulement les associés commandités non gérants puisque ces derniers savent
nécessairement comment la société est gérée.
Remarque:

L'associé commanditaire ne peut faire aucun acte de gestion


engageant la société vis-à-vis des tiers, même en vertu d'une procuration.

Tous les commandités sont gérant sauf stipulation contraire des


statuts qui peuvent désignés un ou plusieurs gérants commandités ou non,
ou en prévoir la désignation par un acte ultérieure.
2-La gérance:

La société en commandite simple est gérée exclusivement par


les associés commandités, à cet effet les règles relatives à la
gérance de la SNC s'appliquent à cette forme de société
∙ Statut des Gérants

A / Désignation : la personne du gérant

- Le principe (art 6)

En principe, TOUS les associés commandités sont gérants, c'est à dire que
chacun d'eux dispose de la signature sociale et peut engager la société.
Cela se justifie car ces associés sont des commerçants indéfiniment et solidairement
tenus du passif et réputés par conséquent actifs et conscients de leurs intérêts.
Mais, cette règle n'est pas d'ordre publique, elle a un caractère supplétif
-Les stipulations statutaires contraires

Deux possibilités sont offertes aux associés , qui concernent :

+ La personne du gérant : le ou les gérants peuvent être choisis parmi les


associés commandités ou non. De plus le gérant peut être une personne
morale.

+ Le mode de désignation : la loi accorde aux associés la faculté de nommer


leur gérant soit dans :
* Les statuts,
* Ou en prévoir leur désignation par acte ultérieur (art 6 al 1)
- L'immixtion d'un associé commanditaire

L'associé commanditaire ne peut en aucun cas accomplir des actes de gestion


engageant la société vis à vis des tiers, même en vertu d'une procuration.
En cas de contravention à cette prohibition, ces actes sont valables à l’égard des
tiers, mais l'associé commanditaire sera tenu solidairement avec les associés
commandités des dettes et des engagements de la société qui résultent des actes
prohibés.
Suivant le nombre ou de l'importance de ceux ci, il peut être déclaré solidairement
obligé pour tous les engagements de la société ou pour quelque uns seulement.
Cependant, l’associé commanditaire peut accomplir des actes de gestion internes
et par là intervenir dans le fonctionnement de la société, notamment concourir à la
nomination, la révocation et au remplacement des gérants.
B / Cessation des fonctions des gérants (art 14)

Les fonctions du gérant prennent fin par la démission, le décès, l'arrivé du terme, la
révocation.
Les règles de la SNC s'appliquent quant à la révocation du gérant, en distinguant la
situation du gérant associé qui peut être statutaire ou non et celle du gérant non
associé.

∙ Pouvoirs du Gérant

Quelque soit son mode de désignation, le gérant représente la société dans la vie
juridique, à condition d'agir au nom de celle-ci, c'est à dire sous la raison sociale
La Société en commandite par action

12/10/2019 556
Définition :
 Selon l’article 31 du dahir du 13 février 1997, est SCA
toute Société constituée par ou entre une ou plusieurs
personne(s) en qualité de commandité (s), qui sont des
commerçants et qui sont indéfiniment et solidairement
responsable(s) des dettes sociales, et des
commanditaires qui ont qualités d’actionnaires et dont
la responsabilité est limitée à leurs apports respectifs.

12/10/2019 557
 Le nombre de ces derniers ne peut être inférieurs à
trois. Enfin, le capital social est divisé en action
librement négociables et dont la valeur ne peut être
inférieur à 100 DH.

12/10/2019 558
 La SCA est désignée, à l’instar de la SCS, par une
dénomination commerciale où peut figurer le nom
d’un ou de plusieurs commandités et qui doit être
précédée ou suivie immédiatement par la mention
« SCA ».

12/10/2019 559
D’une façon générale
Les règles juridiques qui régissent la SCA sont, sous
réserve de certaines dispositions particulières qui
sont propres à la SCA, celles qui sont applicables
soit à la SCS (pour tout ce qui concerne les
commandités), soit à la Société anonyme ou SA
(pour les commanditaires, pour les actions, etc.) ; à
l’exception cependant des dispositions relatives à
l’administration et à la direction (article 31).

12/10/2019 560
Constitution :
 Les formalités de Constitution d’une SCA sont celles-
là mêmes qui s’imposent en cas de Constitution d’une
SA et dont sont chargés les fondateurs.

12/10/2019 561
Ces formalités consistent en :

 La rédaction des statuts sous la forme authentique


 La signature de ceux-ci par tous les associés

12/10/2019 562
 La libération du ¼ des actions en numéraire (les parts sociales
des commandités ne sont pas concernées) ainsi que la libération
de la totalité des apports en nature après leur évaluation par le
ou les commissaires aux apports;

12/10/2019 563
 L’accomplissement des formalités de publicité .

12/10/2019 564
 Cette dernière formalité exige de son côté que le ou
les fondateurs effectuent les deux actes de publicité
suivants

12/10/2019 565
L’insertion d’un avis établi et signé par le notaire, par un fondateur, par un
gérant ou par un membre du conseil de surveillance. Cet avis doit
contenir des informations telles que la dénomination sociale, la forme de
la Société, l’objet social, la durée pour laquelle elle a été créée, le siège
social, le montant du capital, les coordonnées du ou des gérants, etc.
(article 30 du dahir du 30 août 1996 portant Code des sociétés
anonymes).

12/10/2019 566
 L’immatriculation au registre du commerce pour
laquelle la loi exige le dépôt au greffe du tribunal du
commerce dont dépend le siège social de la Société en
formation des documents suivants :

12/10/2019 567
Les procès-verbaux des réunions et des opérations
effectuées en vue de la Constitution de la Société;
Un extrait des statuts ;
Un extrait du certificat de souscription et de versement ;

12/10/2019 568
 Une liste des souscripteurs comprenant leurs noms,
prénoms, adresses, nationalités, etc.;
 Le rapport du ou des rapports des commissaires aux
apports, s’il y a lieu;
 Une copie des décisions désignant les premiers
gérants, surveillants ou CAC (article 31 du dahir du
30 août 1996).

12/10/2019 569
Gestion :
 La gestion d’une SCA est assurée par trois organes
principaux : le (les) gérant(s), le conseil de
surveillance et l’assemblée générale des actionnaires.

12/10/2019 570
Le ou les gérant(s)

 Ceux-ci sont désignés soit dans les statuts (s’il s’agit


du ou des premiers gérants), soit par l’assemblée
générale ordinaire des actionnaires (AGO) avec le
consentement de tous les commandités.

12/10/2019 571
 Qu’il s’agisse des uns ou des autres, leurs pouvoirs
sont les mêmes que ceux du conseil d’administration
d’une SA tels qu’on les verra ultérieurement.

12/10/2019 572
 Ainsi, le gérant détient des pouvoirs très étendus pour
agir au nom de la Société et il peut même engager
celle-ci par des actes qui dépassent l’objet social …
Toute limitation de ses pouvoirs est inopposable aux
tiers. Ses obligations sont également les mêmes que
celles du conseil d’administration (article 35).

12/10/2019 573
 Les gérants sont révocables selon les dispositions des
statuts. En outre, tout associé, où la Société elle-
même, peut demander au tribunal de révoquer un
gérant pour cause légitime ; toute disposition contraire
est nulle (article 32).

12/10/2019 574
Le conseil de surveillance
 Celui-ci est composé de trois actionnaires au moins
élus par l’Assemblée Générale Ordinaire dans les
conditions fixées par les statuts.

12/10/2019 575
 Un commandité ne peut pas en faire partie, ni
participer à son élection, sous peine de nullité. En cas
de silence des statuts à ce sujet, la loi prévoit que ce
sont les mêmes règles relatives à la désignation et à la
durée de mandat des administrateurs d’une SA qui
doivent être appliquées. (Article 33)

12/10/2019 576
 Le conseil de surveillance assure le contrôle
permanent de la gestion sociale. Pour cela il dispose
des mêmes pouvoirs que ceux des CAC.

12/10/2019 577
 Il doit rendre un rapport à l’AGO annuelle dans lequel
il doit révéler toute irrégularité et toute inexactitude
relevées par lui dans les états de synthèse de
l’exercice. De même que ce rapport doit porter un
jugement sur la gestion de la société.

12/10/2019 578
 En plus, le conseil de surveillance est habilité à
recevoir les mêmes documents mis à la disposition des
CAC.

12/10/2019 579
 Il donne les autorisations prévues à l’article 38.
 Il peut convoquer l’Assemblée Générale.
 Enfin, ses membres sont civilement responsables des
délits commis par les gérants si, en en ayant eu
connaissance, ils ne les ont pas révélé à l’AG ; comme
ils sont responsables de leurs propres fautes
personnelles commises au cours de leur mandat
(article 42).

12/10/2019 580
Les assemblées générales
 Elles regroupent tous les associés, commandités et
commanditaires. Il en existe trois types : les assemblées
constitutives, les assemblées ordinaires et les assemblées
extraordinaires.

12/10/2019 581
Dissolution
 Les règles applicables à la dissolution de la SCA sont
les mêmes que celles applicables à la SCS.

12/10/2019 582
Plan
Introduction
I. Fonctionnement de la S.A.R.L
A. Constitution
a. Condition de fond
 Conditions relatives aux associés
 Conditions relatives au capital social
b. Condition de forme et de publicité
B. Parts sociales
Plan
II. Organisation de la S.A.R.L
A. Fonctionnement
1. La gérance
a. Statuts des gérants
b. Pouvoirs des gérants
c. Responsabilité des gérants
2. Les associés
3. Les commissaires aux comptes
B. Dissolution
Conclusion
Définition
la SARL est une société hybride qui emprunte ses
principaux caractères tant à la société de personnes qu’à la
société de capitaux.
 C’est une société constituée par une (ou
plusieurs)personne(s).

 Le nombre de celles-ci ne doit pas être supérieur à 50


sinon la société doit, selon l’article 47 du dahir du 13
février 1997, se transforme en SA dans un délai de 2 ans.
Comme les sociétés de personnes, la S.A.R.L repose assez
largement sur la considération des qualités personnelles de ses
membres.
Ceci est dû à trois raisons:
 La société est généralement composée d’un petit nombre
d’associés qui se connaissent bien.
 les parts sociales qui représentant les droits des associés
ne sont pas librement cessibles.
 la gestion est assurée par une gérance comme dans les
sociétés en nom collectif.
La parenté de la S.A.R.L avec les sociétés de capitaux se
révèle par plusieurs traits:
 D’abord les associés ne sont pas des commerçants.
 En seconds lieu, si les parts sociales ne sont pas librement
cessibles, elles peuvent quand même être cédées plus
facilement que sous l’empire d’une société en nom
collectif.
 De plus, la responsabilité des associés est limitée au
montant des apports faits par eux pour la formation du
capital social: ils ne répondent donc pas sur leur fortune
personnelle des dettes de la société.
La constitution
Une SARL n’est valablement constituée qu’en conformité des
conditions de fond et forme prescrites par la loi, mais ne peut
être adoptée pour les activités de banque, de crédit,
d’assurance, de capitalisation ou d’épargne.
Les conditions de constitution
d’une SARL
 Les conditions de fond:
 Conditions relatives aux associés
 Conditions relatives au capital social

 Les conditions de forme


Conditions relatives aux associés
 S’il faut en principe deux associés pour constituer
une société, la SARL peut n’en comporter qu’un
« associé unique », et ne peut comprendre plus de
cinquante. Au-delà de ce chiffre, la société doit,
dans un délai de deux ans, être transformée en
société anonyme. A défaut, elle est dissoute, à moins
que pendant ledit délai, le nombre des associés
n’atteigne le nombre autorisé légalement.
Art. 47
Conditions relatives aux associés
 L’entrée dans la SARL ne conférant pas la qualité de
commerçant, il n’est donc pas nécessaire que les
associés aient la capacité de faire des actes de
commerce. Ainsi un mineur peut être associé d’une
SARL.
Conditions relatives au capital social
 Le montant du capital a été fixé à un minimum de
cents mille dirhams (100.000Dhs).
 Il est exigé à la constitution que si le capital devient
inférieur à ce montant cours de la vie sociale, la
société dispose d’un délai d’un an soit pour
l’augmenter soit pour se transformer en une autre
forme de société.
Conditions relatives au capital social
 Les apports peuvent être en numéraire en nature et
exceptionnellement en industrie.
 Il faut préciser que le législateur a pris des
précautions importantes à propos de l’évaluation des
apports en nature, et ceci selon l’article 53 de la loi
n° 5-95 :
Conditions relatives au capital social
 La valeur des apports en nature ne peut être fixée par
les associés qu’au vu d’un rapport établi par un
commissaire aux apports. Ce commissaire est désigné
soit à l’unanimité des associés, soit par le président du
tribunal à la demande de l’associé le plus diligent.

 Toutefois les associés peuvent exclure à l’unanimité le


recours à un commissaire quand aucun apport en
nature n’excède 100.000 dirhams et si leur valeur
totale n’excède pas la moitié du capital.
Conditions relatives au capital social
 Les parts sociales ne peuvent pas représenter des apports en
industrie. Toutefois, lorsque l'objet de la société porte sur
l'exploitation d'un fonds de commerce ou d'une entreprise
artisanale, apportés à la société ou créés par elle à partir
d'éléments corporels ou incorporels qui lui sont apportés en
nature, l'apporteur en nature peut apporter son industrie lorsque
son activité principale est liée à la réalisation de l'objet social.
 La quote-part de l'apporteur en industrie dans sa contribution
aux pertes est déterminée par les statuts sans qu'elle puisse être
supérieure à celle de l'associé qui a le moins apporté. Les
statuts déterminent les modalités selon lesquelles ces parts
sociales sont souscrites.
Art 51
Les conditions de forme et de
publicité
Les statuts doivent être rédigés, datés et indiquer:
1) Les prénoms, nom, domicile de chacun des associés ou, s’il
s’agit d’une personne morale, ses dénominations, forme et
siège;
2) La constitution en forme de SARL
3) L’objet de la société;
4) La dénomination sociale;
5) Le siège social;
6) Le montant du capital social;
7) L’apport de chaque associé et, s’il s’agit d’un apport en
nature, l’évaluation qui lui a été donnée;
8) Le nombre et la valeur des parts attribuées à chaque
associé;
9) La durée pour laquelle la société a été constituée;
10) Les prénoms, nom, domicile des associés ou des tiers
pouvant engager la société, le cas échéant;
11) Le greffe du tribunal où les statuts seront déposés;
12) La signature de tous les associés.
B. Parts sociales
Les parts sociales attribuées aux associés d’une S.A.R.L
en représentation et à concurrence de leurs apports
respectifs, ne sont pas librement cessibles: c’est en quoi
elles se différencient des actions émises par les sociétés de
capitaux.
 Cependant la loi n’a pas voulu qu’un associé demeure
prisonnier de la société. Aussi lui permet-elle toujours de
céder ses parts, mais dans des conditions qui varient selon
la qualité du cessionnaire.
 À cette égard, trois hypothèses valent d’être distinguées:
 La cession à un associés

 La cession à un parent

 La cession à un tiers
La cession à un associés
En principe, la cession de parts entre associés est libre;
mais les statuts peuvent prévoir une clause d’agrément. La
cession obéira alors à des conditions identiques à celle
prévus pour la cession de parts à un tiers, sauf stipulations
statuaires plus favorables.
Art. 60
La cession à un parent
Qu’elle intervienne au profit du conjoint d’un associé, ou
d’un de ses parents ou alliés au deuxième degré, la cession
est encore et en principe libre; mais les statuts peuvent
également prévoir une clause d’agrément dans cette
hypothèse.
La cession à un tiers
Une telle cession n’est pas normalement libre. Elle doit
être autorisée par la majorité en nombre des associés,
représentant au moins ¾ des parts sociales.
Art. 58
La rigueur de ces conditions montre l’importance de la
considération accordée à la personne des associés dans la
S.A.R.L.
Cependant la différence de ce qui se passe dans la société
en nom collectif, le législateur a veillé à ne pas rendre
l’associé prisonnier de la société.
Dans l’hypothèse où les associés refusent d’agréer la
cession envisagée, ils peuvent recourir à trois solutions:
 Acquérir dans les 30 jours les parts dont la cession est
désirée par le cédant.
 Trouver un autre cessionnaire qui ait leurs agrément.
 Il est aussi possible que la société rachète elle-même
ses parts et réduit d’autant son capital social.
Art. 58
Les condition de validité de la
cession
Les conditions formelle de validité et d’opposabilité de la
cession sont celle prévues pour la cession de part de la
société en nom collectif.
a. Statut des gérants
Il peut être désigné un ou plusieurs gérant soit parmi les
associés, soit parmi les tiers, mais ce doit être
impérativement des personnes physiques.
Art. 62
Le gérant peut être nommé soit par les statuts soit par acte
séparé.
Dans le premier cas, le gérant est désigné à l’unanimité
lors de la constitution de la société, puis à la majorité des
¾ du capital en cours de vie sociale.
Son mandat est de 3 ans, sauf stipulation contraire.
b. Pouvoirs des gérants
Dépositaire de la signature sociale, le gérant ne peut en
user que conformément à ses pouvoirs tels qu’ils sont
définis dans ses rapports avec les associés ou les tiers.
Art. 63
Vis-à-vis des associés
 Les pouvoir des gérants sont aménagés par les statuts de la
société.
 Comme dans la société en nom collectif, les statuts
peuvent subordonner certains actes à une autorisation de
l’ensemble des associés.
Au cas de pluralité de gérants, les statuts pourraient
prévoir une répartition des taches, des fonctions et des
pouvoirs entre eux: chacun ayant alors la charge d’une
responsabilité particulière.(ex: gestion financière, gestion
du personnel commercialisation,approvisionnement
En l’absence de stipulation particulière dans les statuts, la
loi autorise chaque associé à accomplir « tout actes de
gestion dans l’intérêts de la société »
Vis-à-vis des tiers
A l’égard des tiers, les pouvoirs du gérant sont plus
importants. En effet, le législateur a voulu assurer la
protection des tiers, tout en évitant de se faire justifier
l’étendue des pouvoirs des gérants avec lesquels ils
contractent.
 Comme dans la société en nom collectif, les limitations
des pouvoirs du gérant sont réputées inopposables aux
tiers.
 Mais à la différence de ce qui se qui est admis dans la
société en nom, les gérants de la S.A.R.L engagent la
société même par les actes qui excéderaient les limites de
l’objet social.
 Ainsi la S.A.R.L ne peut être délivré d’un acte quelconque
souscris en son nom que si la mauvaise foi du tiers qui est
a contracté avec le gérant est établie.
c. La responsabilité des gérants
Les gérants sont responsables, individuellement ou
solidairement, envers la société et les tiers, des infractions
aux règles légales applicables aux S.A.R.L, des violations
des statuts et des fautes commises dans leurs gestion.
Les associé peuvent poursuivre contre les gérants l’action
personnelle en réparation de leurs préjudices individuel,
mais aussi, s’ils représentant au moins le ¼ du capital
social, l’action sociale en responsabilité pour la réparation
du préjudice subi par société.
Ces actions se prescrivent par 5 ans à compter du fait
dommageable ou de sa révélation; par 20 ans si ce fait est
qualifié crime.
Art. 68
d. La cessation de la fonction
Le gérant cesse normalement d’exercer ses fonctions au
terme de son mandat. Mais cette cessation peut intervenir
de manière anticipée par l’effet d’une révocation ou suite à
une démission.
La révocation
 La révocation quelle que soit sa situation, le gérant de la
S.A.R.L peut être révoqué à tout moment par les associés
représentant les ¾ des parts sociales. Cette disposition est
d’ordre public.
 Si le décision de révocation n’est pas fondée sur de justes
motifs, le gérant peut prétendre obtenir des dommages et
inserts pour répare le préjudice injustement causé par son
éviction.
 La révocation pourrait aussi être prononcée en justice,
pour cause légitime, à la demande des associés. Cette
possibilité d’en référer au juge s’explique par le souci
d’éviter qu’un gérant majoritaire ne puisse jamais être
révoqué.
La démission
Le gérant est admis à cesser ses fonction en donnant sa
démission. Encore faut-il qu’il ne le fasse pas à
contretemps et de façon préjudiciable pour la société, sous
peine résultant de sa défaillance inopinée.
 Tous les associés, même non gérants, sont appelés à
intervenir plus ou moins directement dans la vie sociale.
 La forme normal de leur intervention est la réunion en
assemblée. Cependant cette modalité n’est imposée que
pour l’approbation des comptes de fin d’exercice. Pour
les autres décisions, les statuts peuvent prévoir une
consultation des associés par voie de correspondance.
Art. 71
 Tout associé a le droit de participer aux délibérations
collectives quel que soit le nombre de part qu’il
détient, et le nombre de ses voix est égal au nombre
de ses parts.
 La représentation est admise, de droit, par le conjoint
ou un associé; elle n’est possible par une autre
personne que si les statuts le permettent
Art.72
En principe, les délibérations collectives deviennent
exécutoires lorsqu’elles sont agréées par le vote d’un ou
plusieurs associés représentant plus de la moitié des parts
sociales. Si ce quantum n’est pas atteint, la décision
pourra néanmoins intervenir, lors d’une délibération
ultérieure, à la majorité simple des votes exprimés.
Art.74
C’est dans ces conditions et selon ces modalités que les
associés non gérants exercent leur pouvoir collectif de
décision et de contrôle de la gestion sociale.
A l’instar de la compétence des associés d’une société en
nom collectif, le pouvoir de décisions des associés d’une
S.A.R.L s’applique principalement à:
 la nomination et à la révocation des gérants
 la modification des statuts
 l’habilitation des gérants pour l’accomplissement des
actes dont les statuts subordonnent la réalisation à une
autorisation des associés.
L’activité sociale étant conduite par les gérants au nom
et dans l’intérêt de tous les associés, ceux-ci sont
admis, en retour, à contrôler la gestion et les actes de
leurs représentants.
Ce pouvoir de surveillance connaît trois applications
principales :
 Dans les 6 mois de la clôture de chaque exercice social,
une assemblée générale doit de prononcer sur le rapport
de gestion, l’inventaire et les états de synthèse, dressés
par les gérants et communiqués aux associés, avec le
texte des résolutions et le rapport du commissaire aux
comptes, 15 jours au moins avant la date de la réunion.
(Art 70)
Tout associé peut interroger par écrit le gérant, qui est
tenu de répondre au cours de l’assemblée.
 les associés peuvent, à tout moment de la vie sociale,
prendre connaissance et copie, au siège de la société,
des documents et pièces diverses relatifs aux trois
derniers exercices écoulés, et deux fois par exercice
poser par écrit des questions au gérant sur tout fait de
nature à compromettre la continuité de l’exploitation;
la réponse est communiquée au commissaire aux
comptes.
Art.81
 Un ou plusieurs associés représentant le dixième du
capital social peuvent demander en justice la
désignation d’un ou plusieurs experts chargés de
présenter un rapport sur un ou plusieurs opérations
de gestion.
Ce rapport est annexé à celui du commissaire aux
comptes à la prochaine assemblée générale.
Art.82
L’institution du commissariat aux comptes est
empruntée au régime de la société anonyme. Son
étude relève donc des développement consacrés à
l’examen de ce type de société.
Néanmoins, il est nécessaire de préciser ici que la
nomination d’un ou plusieurs commissaire aux
comptes est toujours possible dans une S.A.R.L, à la
majorité des ¾ du capital social, et qu’elle est même
rendue obligatoirement dans deux cas:
 Lorsque le chiffre d’affaire, à la clôture d’un exercice,
dépasse cinquante millions de dirhams.
 Lorsque la nomination est demandée en justice par un
ou plusieurs associés représentant au mois le ¼ du
capital.
Art.80
La S.A.R.L est menacée des causes de dissolution
communes aux sociétés commerciales. IL en est
cependant certaines qui la concernent plus
particulièrement.
Elles sont au nombre de trois principales:
 Augmentation du nombre des associés au-delà de 50.
 Réduction du capital au-dessous du minimum légal.
 Perte des trois quarts du capital social.
Augmentation du nombre des
associés au-delà de 50
L’introduction de nouveaux nombres en cours de vie
sociale peut aboutir à porter le nombre des associés au-
delà de 50. Dans ce cas, la loi impose à la société un délai
de deux ans pour régulariser sa situation soit en ramenant
le nombre des associés à 50 ou moins,soit en adoptant la
forme anonyme. A défaut la S.A.R.L est,au terme du
délai,réputée dissout.
Art.47
Réduction du capital au-dessous du minimum
légal
Si la capital se trouverait ramené au-dessous du seuil légal,
la société doit régulariser la situation; à défaut par elle de
porter son capital au montant minimum. La loi précise
que «tout intéressé peut demander en justice la dissolution
de la société ».
Art.46
La dissolution n’est donc pas ici, comme dans le cas
précédents, automatique.
Perte des trois quarts du capital social.
Lorsque du fait des pertes constatées dans les documents
comptables de la société, l’actif net social devient
inférieur au quart du capital social,les associés doivent
décider s’il y a lieu de dissoudre ou non la société.
A défaut tout intéressé peut solliciter la dissolution en
justice,sauf au tribunal à accorder un délai de
régularisation de six mois.
Si la dissolution n’est pas décidée, la société doit, au plus
tard à la clôture du second exercice suivant celui au cours
duquel la constatation de la perte est intervenue, réduire
son capital d’un montant au moins égal à celui des pertes
enregistrées, sauf reconstitution des capitaux propres à
concurrence d’une valeur au moins égale au quart du
capital social
Art.86
En revanche la S.A.R.L n’est pas dissoute par la
réunion de toutes ses parts en une seule main (art 48)
ni par la liquidation judiciaire, interdiction de gérer
ou l’incapacité prononcée à l’égard d’un associé. Le
décès d’un associé n’entraîne pas davantage
dissolution de la société sauf clause contraire des
statuts (art 85).
Sociéte Anonyme
Dispositions générales
1- Constitution de la SA
- Établissement des statuts
- Souscription des capitaux
- Dépôts des fonds à la banque et constatation des versements
- Formalités de publicité
2- Fonctionnement
SA avec conseil d’administration
Composition du CA
Fonctions et pouvoirs des organes d’administration et de
direction
SA avec directoire et conseil de surveillance
Directoire
Composition du directoire
Nominations et révocations
Pouvoirs du directoire
Conseil de surveillance
Composition
Nominations et révocations
Fonctionnement

samedi 12 octobre 2019 654


3- Les assemblées
Assemblées ordinaires
Assemblées extra-ordinaires
4– Contrôle de la SA
Le commissaire aux comptes
5- Transformation de la SA
Modification du capital
6-Fusions et scissions
7-Dissolution et liquidation

samedi 12 octobre 2019 655


Dispositions générales
Définition de la S.A ?

la S.A est une société commerciale à raison de sa


forme et quel que soit son objet. Elle est régie par le
Dahir n°1-96-124 du 30 Août 1996.

samedi 12 octobre 2019 656


 le capital d’une S.A est constitué d’apports en :

 numéraire
 nature
 industrie

samedi 12 octobre 2019 657


Précision :

 Son capital est divisé en actions négociables


représentatives d’apports en numéraire ou en nature à
l’exclusion de tout apport en industrie.

samedi 12 octobre 2019 658


 Quel est le nombre minimum d’actionnaires pour la
création d’une
S.A ?

réponse : 5 actionnaires

samedi 12 octobre 2019 659


 Est-ce qu’un mineur peut être actionnaire ?

Réponse : un mineur peut être actionnaire par


l’intermédiaire de son représentant légal.

samedi 12 octobre 2019 660


 Est-il nécessaire d’avoir la capacité commerciale
pour devenir actionnaire d’une S.A ?

Non, ceci n’est pas obligatoire

samedi 12 octobre 2019 661


Responsabilité
 jusqu’à quel degré les actionnaires d’une S.A sont-ils
responsables ?

réponse : les actionnaires ne supportent les pertes


qu’à concurrence de leurs apports et leurs
engagement ne peuvent être augmenté si ce n’est de
leur propre consentement.

samedi 12 octobre 2019 662


 Que doit comporter un document émanant d’une S.A à l’égard
d’un tiers ?
Réponse : les actes et documents émanant de la société et
destinés aux tiers, notamment les lettres, factures, annonces et
publications diverses doivent indiquer la dénomination sociale,
pré cédée ou suivie immédiatement et lisiblement de la
mention société anonyme ou des initiales S.A, de l’énonciation
du montant de capital social et du siège social, ainsi que la
numéro d’immatriculation au registre de commerce.

samedi 12 octobre 2019 663


 Quel doit être le capital social minimum d’une S.A si
celle-ci fait appel public à l’épargne ?

 300.000 DH
 1.000.000 DH
 3.000.000 DH

(Article 6)

samedi 12 octobre 2019 664


 Quel doit être le capital minimum d’une S.A si celle-ci
ne fait pas appel public à l’épargne ?

 300.000 DH
 1.000.000 DH
 3.000.000 DH

samedi 12 octobre 2019 665


 Quelles sont les sociétés réputées faire publiquement
appel à l’épargne ?
 Réponses :
 toute société dont les titres sont inscrits à la cote de la
bourse des valeurs, à dater de cette inscription.
 toutes sociétés qui, pour le placement des titres qu’elle
émet à recours, soit à des sociétés de bourse, à des banques
ou à d’autres établissements financiers, soit au démarchage
ou à des procédés de publicité quelconques.
 toute société qui compte plus de 100 actionnaires.

samedi 12 octobre 2019 666


Dispositions

la durée

la dénomination
générales
 l’objet de la S.A
 le montant du capital
 le nombre d’actions émises et leur valeur nominale
 la forme des actions
 l’identité des apporteurs en nature
 l’identité des apporteurs en numéraire
 l’identité des bénéficiaires d’avantages particuliers
 les clauses relatives aux pouvoirs des organes de la société
 les dispositions relatives à la répartition des bénéfices
 la part de chaque actionnaire
 le nombre d’actionnaires

samedi 12 octobre 2019 667


Précisons :

 la forme d’une action est soit exclusivement


nominative, soit nominative soit au porteur.
La nature des avantages particuliers doit être
mentionnée avec l’identité des avantagés.

samedi 12 octobre 2019 668


1-La constitution de la S.A
Établissement et signature des statuts
 Les statuts sont établis par les fondateurs.

Comment doivent ils être établis ?

 Réponse: Ils doivent être établis par écrit soit sous


forme authentique, soit sous seing privé.

samedi 12 octobre 2019 669


Souscription

 Définition :
La souscription est un acte juridique par lequel
une personne s’engage à faire partie de la société en
apportant une somme d’argent ou un bien en nature
d’un montant égal au montant de ses actions

samedi 12 octobre 2019 670


 Comment est constatée la souscription ?

La souscription est constatée par un acte écrit appelé


Bulletin de souscription

samedi 12 octobre 2019 671


 Le capital social doit être partiellement souscrit?

le capital social doit être intégralement souscrit :c'est-


à-dire que toutes les actions composant le capital
doivent être réparties entre les souscripteurs

samedi 12 octobre 2019 672


 Quelle est la valeur nominale minimum des actions ?

La valeur nominale des actions ne peut être inférieur à


100 DH

samedi 12 octobre 2019 673


Chaque souscripteur d’apport doit verser en espèces
au moins du montant des actions , la libération du
surplus doit intervenir en une ou plusieurs fois dans
un délai de 15 à compter de l’immatriculation de la
société au registre de commerce .Pour les apports en
nature, la libération doit

3 ans

être intégrale.

samedi 12 octobre 2019 674


Dépôt de fonds à la banque et constatation des versements

Les fonds correspondants aux apports en numéraire doivent être déposés au


nom de la société en formation, dans un compte bancaire bloqué. Quel est le
délai maximum ?

 8 JOURS à compter de la réception des fonds accompagnés d’une liste de


souscripteurs indiquant les sommes versées par chacun d’eux.
 Les fondateurs reçoivent en contrepartie de ces apports un certificat de la
banque dépositaire des fonds.

samedi 12 octobre 2019 675


 La loi oblige les fondateurs à déclarer soit devant un
notaire, soit au greffe de tribunal du lieu du siège
social :
 que l’intégrité du capital a été souscrite.
 de présenter la liste des souscripteurs indiquant les sommes
versées par chacun d’eux.
 que les versements exigés par la loi ont été effectués.

samedi 12 octobre 2019 676


Retrait des fonds

 Quand le retrait de fonds peut être effectué ?

Après l’immatriculation de la société au registre de


commerce.

samedi 12 octobre 2019 677


 Il est des
Retrait effectué
fondspar un mandataire de la SA sur
présentation d’un certificat du secrétaire greffe attestant
l’immatriculation de la société au registre de
commerce.
 Remarque :
En cas de non souscription de la société dans un
délai de 6 mois après le dépôt des fonds , les
souscripteurs peuvent exiger la restitution des sommes
versées.

samedi 12 octobre 2019 678


Formalités de publicité :
 Après la signature des statuts , il y a lieu de procéder aux
formalités suivantes :
 Insertion d’un avis dans un journal d’annonces légales
 Insertion de la liste indiquent les parts de chaque actionnaire
 Insertion dans le bulletin officiel
 Immatriculation au registre de commerce
 Dépôt au secrétariat greffe des actes relatifs à la
constitution.
 L’enregistrement

samedi 12 octobre 2019 679


FONCTIONNEMENT

samedi 12 octobre 2019 680


S.A avec Conseil d’Administration
Composition
 1) La SA est administrée par un conseil d’administration
composé au moins de :
 1 membre
 2 membres
 3 membres
 … et au plus de :
 12 membres
 15 membres
 20 membres

samedi 12 octobre 2019 681


 2) Les administrateurs sont nommés par l’assemblée
générale ordinaire :

 Précision : Les premiers administrateurs sont nommés


par les statuts ou dans un acte séparé faisant corps
avec lesdits statuts.
Vrai Faux

samedi 12 octobre 2019 682


 3) Les administrateurs d’une SA peuvent être :
 exclusivement des personnes physiques.
 des personnes physiques ou morales.

 Précision : une personne morale peut être nommée


administrateur. Lors de sa nomination, elle est tenue
de désigner un représentant permanent qui est soumis
aux mêmes conditions et obligations et qui encourt les
mêmes responsabilités civile et pénale que s’il était
administrateur en son propre nom, sans préjudice de la
responsabilité solidaire de la personne morale qu’il
représente.

samedi 12 octobre 2019 683


4) La durée des fonctions des administrateurs ne doit
pas excéder combien de temps ?

Réponse : elle ne peut pas excéder 6 ans en cas de


nomination par les assemblées générales, et 3 ans en
cas de nomination par les statuts.

samedi 12 octobre 2019 684


5)Le conseil d’administration ne délibère valablement
que si de ses membres au moins sont effectivement
présents. A moins que les statuts n’exigent une
majorité plus forte, les décisions sont prises à
des membres présents ou représentés et, sauf
disposition contraire des statuts, la voix du président
est prépondérante en cas de partage égal des voix.
Les délibérations du conseil d’administration sont
constatées par des rapports établis par le secrétaire du
conseil sous l’autorité du président et signés par
et par
procès-verbaux

ce dernier au moins un administrateur.

samedi 12 octobre 2019 685


 6) Le président du conseil d’administration peut être
une personne morale

 Réponse : à peine de nullité de sa nomination, le


président du conseil doit être une personne physique.
Il est nommé pour une durée qui ne peut excéder celle
de son mandat d’administrateur et il est rééligible. Le
conseil d’administration peut le révoquer à tout
moment. Toute disposition contraire est réputée non
écrite.

samedi 12 octobre 2019 686


7) Que se passe-t-il en cas d’empêchement temporaire ou de décès
du président du conseil ?

Réponse : en cas d’empêchement temporaire ou de décès du président,


le conseil d’administration peut déléguer un administrateur dans les
fonctions du président. Cette délégation est donnée pour une durée
limitée ; elle est renouvelable. En cas de décès, elle vaut jusqu’à
l’élection du nouveau président.

samedi 12 octobre 2019 687


Fonctions et pouvoirs des organes d’administration et de
direction
 Le conseil d’administration est investi des pouvoirs les plus
étendus pour prendre en toutes circonstances toutes décisions à
la réalisation de son objet social au nom de la société et sous
réserve des pouvoirs attribués par la présente loi aux assemblées
d’actionnaires.
 Il convoque les assemblées d’actionnaires, fixe leur ordre du
jour, arrête les termes des résolutions à leur soumettre et ceux du
rapport à leur présenter sur ces résolutions.

samedi 12 octobre 2019 688


 8) Le conseil d’administration est convoqué par :
 les administrateurs
 le président du conseil
 les commissaires aux comptes
 Dans quels cas n’est-il pas convoqué par celui-ci ?
En cas d’urgence, ou de défaillance du président, la
convocation peut être faite par le ou les commissaires aux
comptes. En outre, le conseil peut être convoqué par des
administrateurs représentant au moins le tiers de son effectif
s’il ne s’est pas réuni depuis trois mois.

samedi 12 octobre 2019 689


A Directoire et Conseil de Surveillance
 La SA n’est décidée de Conseil d’Administration ou
bien de Directoire et Conseil de Surveillance que lors
de sa création.

samedi 12 octobre 2019 691


L’introduction ou la suppression de cette stipulation
peut même être décidée bien après la constitution par
une révision statutaire. Dans ce cas la dénomination
sociale doit être suivie ou précédée par la mention «
société anonyme à directoire et conseil de
surveillance ».

samedi 12 octobre 2019 692


Composition du Directoire
Le nombre des membres du directoires est :
 Fixé par les statuts
 De 5 au maximum
 De 7 au maximum
 Sans restrictions

samedi 12 octobre 2019 693


Précisions

 Le nombre est fixé par les statuts avec un maximum


de 5. Cette limite est portées à 7 si la société est cotée
en bourse.
 Le directoire peut même être réduit à une seule
personne appelée Directeur Général Unique si le
capital social est inférieur à 1,5 million de MAD.

samedi 12 octobre 2019 694


Les membres du directoire sont :
 Nommés par les statuts
 Nommés par le conseil de surveillance
 Personnes physiques
 Personnes physiques et morales
 Obligatoirement actionnaires

samedi 12 octobre 2019 695


Nomination et Révocation

Que se passe-t-il en cas de vacance d’un siège du


directoire ?

samedi 12 octobre 2019 696


Précisions
En cas de vacance d’un siège du directoire le conseil
de surveillance doit y pourvoir dans un délai de 2
mois. Sinon toute personne intéressée peut demander
au président du tribunal statuant en référé de procédé
à cette nomination.

samedi 12 octobre 2019 697


Quelles sont les modalités de la révocation des
membres du Directoire ?

samedi 12 octobre 2019 698


Précisions
La révocation est faite par l’assemblée générale sur
proposition du conseil de surveillance et doit être
basée sur un juste motif à défaut duquel des
dommages et intérêts peuvent être versés.

samedi 12 octobre 2019 699


Précisions
 La durée du mandat du Directoire est déterminée par

les statuts dans une limite comprises entre 2 et 6 ans.

 A défaut de dispositions statutaires, la durée du

mandat est de 4 ans.

samedi 12 octobre 2019 700


Question

En cas de vacances, quelle est la durée du mandat du


remplaçant ?
 déterminée par les statuts.
 est de 4 ans.
 dure jusqu’au renouvellement du Directoire actuel.

samedi 12 octobre 2019 701


Les pouvoirs du Directoire

Quelles sont les limites aux pouvoirs du Directoire ?

samedi 12 octobre 2019 702


Les pouvoirs du directoire ne sont limités que par l’objet social,
les attributions du CS et celles réservées par la loi aux AG.

Exemples :
 Établissement des comptes de fin d‘exercice.

 Présentation des rapports trimestriels sur la marche de la


société.
 Présentation des rapports annuels.

samedi 12 octobre 2019 703


Répartition des Pouvoirs
 Les pouvoirs du Directoire peuvent-ils être répartis
entre ses membres ?
 OUI
 Non
 Quelles en sont les conditions ?
 Accord des statuts
 Autorisation du CS

samedi 12 octobre 2019 704


La Représentation

Elle est assurée par le Président-Directeur Général. Néanmoins


le CS peut l’attribuer à un ou plusieurs autres membres du
Directoire qui portent dans ce cas le nom de Directeur Général.

samedi 12 octobre 2019 705


Président
 Le président du Directoire est nommé :

 par les membres du Directoire


 par les membres du Conseil de Surveillance
 par les statuts

samedi 12 octobre 2019 706


Président

 Le président du Directoire a un pouvoir de décision ?

samedi 12 octobre 2019 707


 Il est nommé et révoqué par le CS parmi les membres
du Directoire.
 Le Président du Directoire représente la société à
l’égard des tiers.
 Cependant le Président du Directoire n’a légalement
aucun pouvoir de décision, il se contente d’exécuter les
décisions prises par les autres organes.

samedi 12 octobre 2019 708


Composition du CS
 Le conseil de surveillance doit comporter:

 Le même nombre de membres que le directoire


 Entre 3 et 12 membres
 Entre 3 et 15 membres
 C’est aux associés d’en juger sans restrictions.

samedi 12 octobre 2019 709


 Si une société cotée en bourse fusionne avec une autre

SA non cotée, quelles seraient les répercussions sur le

nombre de membres du conseil de surveillance ?

samedi 12 octobre 2019 710


 En cas de fusion, le nombre des membres est porté à
24 en cas normal, à 27 si l’une des SA est cotées en
bourse, et à 30 si les deux sociétés sont cotées en
bourse.

 Sachant que par la suite aucune nomination ou


remplacement d’un membre n’est permis tant que le
nombre n’est pas réduit à 12 ou 15.

samedi 12 octobre 2019 711


 Afin de faire partie du conseil de surveillance il est
nécessaire de :
 Être salarié
 Être actionnaire
 Être détenteur d’un nombre d’actions fixé par les statuts
 Être éligible à faire partie de l’AG
 Être une personne physique

samedi 12 octobre 2019 712


 Précisions :
Le nombre d’actions minimale est fixé par les
statuts et ne peut être inférieur au nombre d’action
nécessaire afin d’assister à l’A.G.
De plus, ces actions de garantie sont nominatives,
inaliénables, et inscrites au registre des transferts de la
société

samedi 12 octobre 2019 713


 Les membres du Conseil de Surveillance peuvent très
bien siéger au Directoire (cumul des deux fonctions)

le cumul est strictement interdit car on ne peut être à la


fois juge et partie.

samedi 12 octobre 2019 714


Nomination et Révocation
 Les membres du CS sont nommés par les statuts pour
une durée n’excédent pas 6 ans renouvelable sauf
stipulation statutaire contraire.

 A savoir que la révocation de membres du CS est du


ressort de l’AGE et peut intervenir à tout moment.

samedi 12 octobre 2019 715


 Comment sont élus le président et vice-président du
conseil de surveillance ?

Ce sont des personnes physiques élues par le conseil


lui-même pour la durée de son mandat.

samedi 12 octobre 2019 716


Fonctionnement du CS

Quel est le nombre minimal de membres pour une


délibération valable du conseil ?

samedi 12 octobre 2019 717


Précisions

Le conseil délibère valablement avec la moitié de ses


membres, les décisions sont donc prises à la majorité
présente avec prépondérance de la voie du président

samedi 12 octobre 2019 718


 Les membres du conseil de surveillance sont rémunérés:

 A salaire fixe par la société

 A raison de jetons de présence

 Primes et rémunérations spéciales

samedi 12 octobre 2019 719


Les assemblées d’actionnaires
 les assemblées générales sont :
 ordinaires
 extraordinaires

 les assemblées générales représentent :


 tous les actionnaires

samedi 12 octobre 2019 720


Les assemblées d’actionnaires
 Précisions : les décisions des assemblées générales
s’imposent à tous, même aux absents, incapables,
opposants, ou privés du droit de vote.

samedi 12 octobre 2019 721


 L’assemblée générale ordinaire n’ est pas habilitée à
modifier les statuts :

samedi 12 octobre 2019 722


Les assemblées d’actionnaires

 Précisions :
l’assemblée générale extraordinaire est seule habilitée à
modifier les statuts dans toutes leurs dispositions. Toutefois elle
ne peut augmenter les engagements des actionnaires ni changer
la nationalité de la société.
Les assemblées spéciales sont compétentes pour statuer
sur toute décision intéressant la catégorie d’actions dont leurs
membres sont titulaires dans les conditions prévues par la
présente loi.

samedi 12 octobre 2019 723


 l’assemblée générale ordinaire peut être convoqué par :
 le ou les commissaires aux comptes
 le conseil d’administration
 les liquidateurs
 un mandataire désigné par le président du tribunal en
référé à la demande

samedi 12 octobre 2019 724


 Quelles sont les conditions que peuvent exiger les
statuts pour ouvrir le droit de participer aux
assemblées générales ordinaires ?

Réponse : les statuts peuvent exiger un nombre


minimum d’actions, sans que celui-ci puisse être
supérieur à dix, pour ouvrir le droit de participer aux
assemblées générales ordinaires.

samedi 12 octobre 2019 725


 Précision : les actionnaires qui ne réunissent pas le

nombre requis peuvent se réunir pour atteindre le


minimum prévu par les statuts et se faire représenter
par l’un d’eux.

samedi 12 octobre 2019 726


Contrôle des S.A
Il doit être désigné dans chaque société anonyme un ou
plusieurs commissaires aux comptes chargés d’une mission
de contrôle et de suivi des comptes sociaux dans les
conditions et pour les buts déterminés par la présente loi.
Les sociétés faisant appel public à l’épargne sont tenues de
désigner au moins 2 commissaires aux comptes.

samedi 12 octobre 2019 727


 Les commissaires aux comptes sont nommés par
l’assemblée générale ordinaire des actionnaires pour
une durée de :
 2 exercices
 3 exercices
 5 exercices

samedi 12 octobre 2019 728


 Les vérifications et les contrôles qu’opèrent les commissaires
aux comptes et qu’ils jugent opportuns se font :
 à la fin de chaque exercice
 2 fois par an
 à toute époque de l’année

 Précisions :a toute époque de l’année, ils peuvent se faire


communiquer sur place toutes les pièces qu’ils estiment utiles à
l’exercice de leur mission et notamment tous contrats, livres,
documents comptables et registres de procès-verbaux

samedi 12 octobre 2019 729


Transformation des S.A
 Quand est ce que la SA peut se transformer en une
société d’une autre forme ?

Réponse : toute société anonyme peut se transformer


en société d’une autre forme si, au moment de la
transformation , elle a au moins un an d’existence et si
elle a établi et fait approuver par les actionnaires les
états de synthèse de l’exercice

samedi 12 octobre 2019 730


 Précision :
 La transformation de la société anonyme ne peur être décidée
que par une délibération prise aux conditions requises pour la
modification des statuts.
 Les formalités de constitution de la forme de société adopté
par suite de transformation doivent être observées .
 La décision de transformation est publiée dans les conditions
prévues au cas de modification des statuts.

samedi 12 octobre 2019 731


Modification :

 Le capital peut être augmenté par tous modes et de toutes les


manières autorisées par la loi.

 L’assemblée est seule compétente pour décider de


l’augmentation du capital

samedi 12 octobre 2019 732


 L’ASG peut aussi le cas échéant, sous réserve , des
droits des créanciers , autoriser ou décider la
diminution du capital social .Mais set ce que cette
réduction peut modifier l’égalité des actionnaires ?
 NON, L’ASG ne peut ,en aucun cas, porter atteinte à
l´égalité entre actionnaires.

samedi 12 octobre 2019 733


Fusions et scissions :
 La fusion entraîne la dissolution sans liquidation de la
société qui disparaît et la transmission universelle de son
patrimoine à la société bénéficiaire

samedi 12 octobre 2019 734


 Qui décide la fusion ?

 La fusion est décidée par l’assemblée générale extraordinaire


de chacune des sociétés qui participent à l’opération .
 La fusion est soumise , le cas échéant ,dans chacune des
sociétés qui participent à l’opération ,à la ratification des
assemblées spéciales d’actionnaires.

samedi 12 octobre 2019 735


 Quand est ce que la fusion ou la scission prend effet ?
 Elle prend effet :
 -en cas de création d’une ou plusieurs sociétés
nouvelles, à la date d’immatriculation au registre de
commerce de la nouvelle société ou de la dernière
d’entre elles ;
 - dans tous les autres cas à la date de la dernière
assemblée générale ayant approuvé l’opération sauf si
le contrat prévoit que l’opération prend effet à une
autre date, laquelle ne doit être ni postérieure à la date
de clôture de l’exercice en cours de la ou des sociétés
bénéficiaires ni antérieure à la date de clôture du
dernier exercice clos de la ou des sociétés qui
transmettent leur patrimoine.

samedi 12 octobre 2019 736


Dissolution

 Quels sont les causes de dissolution de la SA ?


 Les causes de dissolution peuvent être classées en deux types :
 Causes de dissolution communes à toutes les sociétés
 -Terme convenu : Expiration du terme fixé dans les statuts (99 ans)
 - Dissolution anticipée :les associés peuvent parfois mettre fin à la société
avant le terme fixé dans les statuts .
 -Dissolution judiciaire : dissolution par voie de justice pour cause la
disparition de l’esprit sociétaire(affectio societatis)
 -Disparition de l’objet social
 Causes spécifiques à la SA
 Perte des 3-4 du capital social
 -Réduction du nombre d’associés au dessous du minimum légal(5 associés)
 Réduction du capital social au dessous du minimum légal (3 000 000 dh
pour la société qui fait appel à l’épargne publique et 300 000 dh pour la SA
qui ne le fait pas)
samedi 12 octobre 2019 737
Liquidation
 Elle consiste à la vente de l’actif de la société pour
rembourser ses dettes et les actions de associés.
 La nomination du liquidateur est publiée dans un délai
de 30 jours dans un JAL et dans le bulletin officiel(si
la société fait appel public à l’épargne)
 Ensuite, les actionnaires sont convoqués à la fin de
liquidation et la décharge de son mandat et pour
constater la clôture de la liquidation. L’avis de cette
dernière est publiée dans un JAL ou au BO (si la
société fait appel public à l’épargne).

samedi 12 octobre 2019 738