Vous êtes sur la page 1sur 20

La Corse est une île en mer

Méditerranée et une région


française, composée de deux
départements , surnommée l'ile
de Beauté.
• Langue locale: corse
• Départements: Corse-du-Sud et Haute-Corse
• Préfecture: Ajaccio
• Population totale: 279 000 hab.
• Superficie: 8 680 km²
• Arrondissements: 5
• Cantons: 52
• Communes: 360
est une commune française, préfecture
du département de la Corse-du-Sud et la
région Corse. Les habitants d'Ajaccio
sont appelés les Ajacciens.
Le drapeau corse représente sur fond
blanc une tête de Maure dont le front
est ceint d'une bande de tissu blanc
nouée derrière la tête. La signification
de la présence de cette tête est encore
inexpliquée, les références aux
Sarrasins tenant plus de la légende.
D'origine aragonaise, il fait écho au
drapeau de la Sardaigne qui présente
lui quatre têtes de maure avec une
croix rouge sur fond blanc. On peut
noter que sur l'armorial de Gelre en
1370, les armes de la Corse et de la
Sardaigne comprenaient des bustes de
Maure et non des têtes, et que les
bandeaux étaient absents sur l'écu
sarde. Le bandeau était déjà relevé sur
le front pour les armes corses.
La cuisine corse à elle seule justifie la venue sur l'île. Même quelque peu mythifiée,
il y a quelques éléments que l'on ne peut rejeter tel:

• les herbes
• la charcuterie
• le gibier
• les viandes
• les soupes
• les pâtes
• les poissons et les fruits de mer
• les fromages
• le brucciu, prononcé "broutchiou"
• les desserts
• les miels
• les vins et les liqueurs
Époque préhistorique Antiquité

Epoque Chrétienne La Corse "Moderne"


Les premières traces d'une présence humaine en Corse remontent à 70 000 ans.
Dans les années 1970, messieurs De Lanfranchi et Weiss mettent au jour aux alentours
de Bonifacio un gisement anthropique massif (le plus important gisement découvert en
Corse), estimé à 8 000 ans avant J.C. (époque mésolithique). Ce qui prouve qu'à cette
période correspond l'omniprésence d'une population dans cette zone.
On pense, au vue des informations disponibles sur l'environnement ainsi que la faune de
l'île à cette époque, que cette population était principalement axée sur la pêche ainsi que
sur l'élevage d'un tout petit mammifère, le Prolagus (sorte de lapin pas plus gros qu'un
rat), dont les ossements sont également retrouvés en grande quantités dans la zone.
Tout porte à croire qu'en 6 000 avant J.C. (époque néolithique), une population venant
d'Italie aurait débarqué sur les rivages du sud de la Corse avant de s'installer
durablement, important céréales et animaux domestiques et d'élevages.
Les premiers rites funéraires semblent être apparus vers 4 000 avant J.C., comme en
témoignent les mégalithes (dolmens et menhirs).

Le retour
En 564 avant J.C. les Phocéens vinrent "coloniser" la partie Est de la Corse, et
construisent l'ancienne Alalia (maintenant appelée Aleria) ainsi qu'un gigantesque
comptoir commercial.
Il n'existera pas, pendant plusieurs siècles de contacts proprement dits ni de rivalités
entre les "indigènes" présents depuis des millénaires sur l'île (pour la plupart occupant
les montagnes et la partie ouest de l'île) et les peuples Phocéens, Etrusques, puis
Syracusains installés sur les côtes est. Seule une petite partie de la population déjà
présente sur l'île est exposée à ces colonisations successives ;
Les Romains qui envahirent l'île en 250 avant J.C. jouèrent un rôle prépondérant dans le
développement économique de la Corse. Alèria devient une grande capitale
économique, dotée de thermes, de forums et d'une importante base navale. Leur
occupation de plus de 700 ans eut le temps d'étendre le latin à toute l'île, qui devint la
langue officielle Corse.

Le retour
La première basilique est édifiée au IVe siècle. A partir du XIe siècle surgissent une
multitude d'édifices religieux.
Les anciens évêchés de Mariana, Sagona, Aiacciu, Aleria et Nebbiu, sont restaurés et on y
bâtit des sanctuaires imposants dont deux sont encore en état, Mariana et Nebbiu.
À partir des églises principales, des églises de moindre dimension voire de petites
chapelles, apparaissent dans les moindres recoins de l'île. De nos jours, certains de ces
édifices qui ne sont accessibles que par de longues heures de randonnées pédestres voire
équestres.

Le retour
En 1768, la Corse devient Française suite au traité de Versailles, signé entre Gènes et le
Roi de France.
Les Corses ne se soumettent pas aussi facilement à la royauté française, des
mouvements de "résistance" sont organisés, à leurs tête : Pasquale Paoli, ancien général
de Corse. Celui-ci bénéficie d'étroites relations avec l'Angleterre qui lui apporte soutien et
exil. En 1794, la Corse rompt tout lien politique avec la France et devient anglaise mais ne
le restera que deux ans. En effet, en 1796 les Anglais se retirent de Corse et abandonnent
sa gestion, craignant une guerre contre Napoléon Bonaparte qui ne peut tolérer la
présence de ceux-ci sur son île natale, celle-ci redevient française.
À partir de cette date, la Corse restera française malgré les tentatives de l'État Italien pour
la récupérer.
Un des plus grand évènements du XXe siècle sur l'île est l'ouverture de Université de
Corse Pascal-Paoli à Corté (Università di Corsica Pasquale Paoli).
Cette petite île de méditerranée porte encore les marques profondes de ses richesses
historiques et culturelles ; ses habitants fiers et de tous temps indépendants portent en
eux l'amour de leur culture et de leurs traditions.

Le retour
Organisation
En 1991, la Région de Corse est devenue la Collectivité territoriale de Corse (CTC) et est dotée
depuis cette date d'un statut politique particulier qui lui donne une autonomie politique et administrative
renforcée par rapport aux Régions françaises.

L'Assemblée
L'Assemblée territoriale de Corse est l'organe délibératif de la Collectivité. Elle est constituée de 51
conseillers élus pour six ans au suffrage universel direct. Les dernières élections se sont déroulées les 21
et 28 mars 2004.
Elle vote le budget et les actes réglementaires entrant dans les compétences de la collectivité. Elle peut en
outre proposer au Gouvernement français de modifier des dispositions législatives et/ou réglementaires
relatives à l'île.
Elle élit son Président en son sein pour six ans.
Camille de Rocca Serra (UMP) est l'actuel Président de l'Assemblée.

Le Conseil exécutif
Le Conseil exécutif de Corse est l'organe exécutif de la collectivité. Il comprend 9 membres élus par
l'Assemblée parmi ses membres pour six ans.
C'est cet organe qui fait la particularité de la Corse. Alors que dans les autres Régions françaises, c'est le
Président du Conseil Régional qui exerce à la fois l'exécutif et la présidence de l'assemblée délibérante, ces
deux fonctions sont séparées en Corse.
L'Assemblée peut cependant renverser le Conseil en votant contre lui une motion de censure par 26 voix
(majorité absolue).
C'est actuellement l'UMP Ange Santini qui préside le Conseil.
Castellu de Cucuruzzu

La cathédrale d'Ajaccio
La citadelle de Bastia
La citadelle de Calvi

Chapelle Saint-Michel

Cathedrale Saint Jean


Napoleon a habité à Ajaccio.