Vous êtes sur la page 1sur 18

THÈME 1 : LA TERRE, LA VIE

ET L’ORGANISATION DU
VIVANT
1A : TRANSMISSION, VARIATION ET EXPRESSION DU
PATRIMOINE GÉNÉTIQUE

CHAPITRE 2 : LA RÉPLICATION DE
L’ADN
Introduction : Durant l’interphase, les cellules se sont
préparées à la division cellulaire, en procédant à la
fabrication de la deuxième chromatide de chaque
chromosome. C’est la phase S du cycle cellulaire.
Comment s’effectue cette étape de réplication du matériel
génétique ?
I. OBSERVATIONS DU COMPORTEMENT DE L’ADN EN INTERPHASE
Activité 1 :

Document 1 : Filament d’ADN d’une cellule


eucaryote en phase S (x28 000)

Document 2 : La structure observée, décrite


historiquement comme un « œil » s’agrandit au
cours du temps. Le filament observé correspond
à une molécule d’ADN, c’est-à-dire une
chromatide. Tout semble se passer comme si la
molécule d’ADN se dédoublait, pour finir par en
former 2.
Bilan : A l’issue de la phase S, la cellule contient des
chromosomes doubles (ayant chacun deux
chromatides). La deuxième chromatide est formée à
partir de la première.
II. LES MÉCANISMES DE RÉPLICATION DE L’ADN
A. ÉTUDE DES EXPÉRIENCES HISTORIQUES DE MESELSON ET STAHL

Meselson et Stahl sont des scientifiques des années 1950, qui ont
identifié le type de réplication que subit l’ADN. Il existe deux modalités
possibles :
- La réplication conservative de l’ADN qui veut qu’on fabrique une
copie entièrement nouvelle de la double hélice à partir du modèle de
double hélice
- La réplication conservative de l’ADN qui veut qu’on fabrique une copie entièrement
nouvelle de la double hélice à partir du modèle de double hélice
- La réplication semi-conservative de l’ADN qui veut qu’on fabrique une copie
possédant un brin ancien appartenant à la molécule d’ADN de départ, et un brin
nouveau, néosynthétisé.
Activité 2 : A partir de l’étude des résultats expérimentaux de
Meselson et Stahl, identifier le mode de réplication de l’ADN.
Bilan : Les expériences réalisées par Meselson et Stahl
ont permis de mettre en évidence que l’ADN se
réplique suivant le mode semi-conservatif. Cela
signifie que chaque chromatide (double hélice d’ADN)
est composé d’un brin ancien et d’un brin néoformé.
B. LA RÉPLICATION DE L’ADN À L’ÉCHELLE MOLÉCULAIRE

Étape 1 : Arrivée des


complexes enzymatiques
de réplication contenant
l’enzyme ADN
polymérase, et fixation
sur une molécule d’ADN.
Étape 2 : Ouverture de la
double hélice d’ADN au
niveau de chaque
complexe enzymatique.
L’ADN polymérase
synthétise sur le brin
matrice par
complémentarité des
bases le brin néo-
synthétisé et progresse le
long de la molécule
d’ADN à la vitesse
d’environ 50 nucléotides
par secondes.
Étape 3 : Lorsque
l’œil de réplication
rejoint l’œil de
réplication suivant,
on obtient deux
molécules d’ADN,
dont la séquence
en nucléotides est
rigoureusement
identique à la
molécule d’ADN de
départ.
Bilan : La réplication semi-conservative de l’ADN
assure la synthèse de deux copies qui conservent
exactement la même séquence en nucléotides que
la molécule initiale, grâce au respect de la règle de
complémentarité des nucléotides. Cette copie est
réalisée grâce à un complexe de plusieurs
enzymes, dont la principale est l’ADN polymérase.
III. CONSÉQUENCES DE LA RÉPLICATION SUR LE CONTENU
DES CELLULES ISSUES DE MITOSE
ACTIVITÉ 3 : COMPRENDRE L’IMPORTANCE DE LA RÉPLICATION DE L’ADN AVANT UNE
ÉTAPE DE MITOSE

En utilisant vos connaissances sur la mitose, mais également sur la


réplication de l’ADN, démontrer que la mitose est une reproduction
cellulaire conforme, c’est-à-dire donnant naissance à des clones
cellulaires, parfaitement identiques en termes d’information génétique.
Votre raisonnement sera étayé par un schéma de mitose pour une cellule
2n=4.
III. CONSÉQUENCES DE LA RÉPLICATION SUR LE
CONTENU DES CELLULES ISSUES DE MITOSE

La mitose permet de donner naissance à deux cellules filles à


partir d’une cellule mère. Au cours de la mitose, le caryotype
des cellules est maintenu, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de variation
du nombre de chromosomes d’une génération de cellule à la
suivante.
La mitose est précédée d’une étape de réplication de l’ADN
(pendant la phase S de l’interphase), pendant laquelle la
deuxième chromatide de chaque chromosome est répliquée, en
conservant strictement la séquence en nucléotide de la
chromatide initiale. On obtient donc des chromosomes à deux
chromatides parfaitement identiques.
Lors de la mitose, les cellules filles héritent d’une chromatide de
chaque chromosome double. L’information génétique est donc
répartie en deux lots parfaitement semblables, tant en termes
de nombre de chromosomes que de qualité de l’information.
Les cellules obtenues sont alors appelées des clones et la
reproduction est dite conforme.
Conclusion : La réplication de l’ADN, à travers des mécanismes
enzymatiques complexes, assure aux cellules, une duplication
parfaite du matériel génétique. La mitose assure quant à elle
une division cellulaire avec une répartition égale du matériel
génétique au sein des deux cellules filles. Ainsi l’association de la
réplication et de la mitose, permet l’obtention de clones parfaits,
possédant rigoureusement la même information génétique de
génération de cellules en génération de cellules. Comment dans
ce cas peut-il y avoir des variations génétiques au cours du
temps ?