Vous êtes sur la page 1sur 16

Realizat de Dumitraș Denisa

O La Première Guerre mondiale (surnommée la


Grande Guerre) est un conflit majeur qui eut lieu
de 1914 à 1918, surtout en Europe de l'ouest et
en Europe orientale et balkanique.

O C'est une guerre qui a concerné la plupart des


pays de l'époque ( Allemagne, France, Royaume-
Uni, Russie, Japon, États-Unis et colonies), et a
mérité le nom de guerre mondiale à partir du
début de 1918.
Les origines de la guerre
O De 1905 à 1914, toutes les grandes puissances européennes se militarisent et forment des systèmes d'alliance militaire .

Les systèmes d'alliance à la veille de la Première Guerre Mondiale


● 70 millions de soldats
O Quelque 20 millions d'hommes sont mobilisés par les belligérants au début de la guerre en 1914, mais ce chiffre
va croître régulièrement, pour arriver à un total de 70 millions sur l'ensemble du conflit.
O
O TRAGIQUE DÉCOMPTE DES MORTS DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE
O Le nombre des pertes humaines de la Première Guerre mondiale militaires et civiles s'élève à plus de 40 millions,
20 millions de morts et 21 millions de blessés. Ce nombre inclut 9,7 millions de morts pour les militaires et près
de 10 millions pour les civils. Les Alliés de la Première Guerre mondiale perdent plus de 5 millions de soldats et
les Empires centraux près de 4 millions.
Le front de l'ouest

O Les Allemands pénètrent vite en France (en passant par la Belgique et en utilisant le
plan Schlieffen), mais ils sont arrêtés lors de la bataille de la Marne en septembre 1914,
pendant laquelle les soldats français se déplacent grâce à des taxis parisiens et arrivent
donc vite sur le champ de bataille. La Belgique en veut à l'Allemagne et lui déclare la
guerre.

O À partir de 1915, le front se stabilise : la guerre des tranchées commence.

O Les soldats français, dits Poilus, et les Britanniques s'opposent aux Allemands, mais en
s'abritant dans des conditions extrêmes à l'intérieur de grandes lignes creusées dans la
terre : les tranchées.

O Septembre 1914 : les taxis de la Marne

O Dans les tranchées, les soldats mangent les mains pleines de boue, les rats mangent les
morts sur le champ de bataille et mordent les soldats vivants. Certains se font
surprendre lorsqu'ils se réveillent avec un rat sur eux qui tente de les manger.
Le front de l'est
O La Russie se mobilise plus vite que l'Allemagne ne le croyait. Elle
envahit cette dernière avec une armée très nombreuse, mais très
mal équipée (le « rouleau compresseur russe »).

O Cependant, l'Allemagne, ayant des soldats bien équipés et


entraînés, repousse la Russie hors du territoire allemand en
quelques semaines, mais n'arrive pas à détruire l'armée russe qui
tiendra, au prix de grands sacrifices, jusqu'au début de 1917.

O Débarquement des troupes françaises dur l'île de Lemnos

O L'armée russe a plus de succès militaires contre l'Autriche. Mais


celle-ci, aidée par l'Allemagne, bat les Russes.

O En janvier 1915, les Britanniques et les Français, qui veulent


porter secours aux Russes, ne parviennent pas à franchir le détroit
turc des Dardanelles qui relie la mer Méditerranée à la mer Noire.

O Ils maintiennent cependant sur place des soldats qui combattent


les Turcs, puis les Bulgares qui sont les alliés des Allemands.

O À l'est, la Russie quitte la guerre en 1917 après les deux


révolutions russes. Le 15 décembre 1917, c'est la signature de
l'armistice germano-russe.

O La jeune république russe bolchevique , issue de la révolution


d'octobre, signe finalement le traité de Brest-Litovsk le 3 mars
1918, qui met un terme définitif au conflit à l'est.
Dans l'enfer de Verdun
O Le 25 février 1916, les Allemands, qui veulent "saigner à blanc" l'armée
française et amener Paris à demander la paix, lancent une grande
offensive au nord de Verdun.

O Dès juin, l'avancée allemande est contenue. Les forts emblématiques de


Douaumont seront repris en octobre et décembre, tout comme la majeure
partie du terrain perdu au début de la bataille.

O En décembre 1916, quand la bataille se termine, les lignes n'auront


presque pas bougé de leur point de départ, illustrant l'absurdité de ce
combat.

O Les pertes humaines sont énormes, réparties assez également entre les
deux camps: 770.000, dont plus de 300.000 morts.

O LE SACRIFICE DES POILUS

O Presque tous les poilus ont participé à la bataille de Verdun. Une noria
incessante de camions les emmène au plus près du front, par la « voie
sacrée » , la seule route qui relie encore Verdun à l’arrière.

O L'historien Pierre Miquel revient sur l'origine du mot « poilu », les idées
reçues sur les tranchées et évoque la condition des soldats français
pendant la Grande Guerre.
O Verdun est un revers pour l’armée allemande et, surtout, une catastrophe
humaine sans précédent.
Origine et sens du mot « poilu »
O Si le mot « poilu » est peu utilisé par les soldats français pour
se désigner entre eux, en revanche il fait largement recette
dans la presse et à l’arrière.
O Se référant à la bravoure et au courage des combattants, mais
aussi à leur pilosité liée aux conditions de vie erratiques des
tranchées, ce vocable connaît une extraordinaire popularité.
O Il semble provenir des guerres napoléoniennes où l’on s’en
servait pour désigner les militaires expérimentés, par opposition
aux jeunes recrues

Le « poilu » moustachu…
O Les officiers généraux
arborent bien sûr eux
aussi leur moustache.
Exemple, Ferdinand
Foch, photographié ici
en avril 1918 :
Les tranchées
Des photos
O Dans les tranchées
O Les chars de combat

Les avions de combat


1400 hôpitaux auxiliaires sont aménagés
dans des écoles, hôtels ou châteaux.
FIN