Vous êtes sur la page 1sur 52

IV- EXIGENCES DE LA VIGNE

- La vigne est une plante de plein soleil. Idéalement elle devrait


être exposée a ce dernier de son lever à son coucher. En plus
de stimuler sa croissance et d'augmenter la qualité des fruits, le
soleil assèche le feuillage après une pluie ou une rosée
abondante ce qui diminue les dégâts des maladies à
champignons: Les principales maladies qui s'attaquant aux
vignes.
- Les vignes peuvent croître en situation ombragée mais elles
s'étioleront. Elles seront geliez parce que mal aoûtées et le
rendement en fruits (de mauvaise qualité) sera faible voir nulle.
II faut donc éviter de les planter sous de gros arbres, sur le
flanc nord des montagnes ou encore de les palisser sur les
murs est ou nord d'une maison.
- A l'inverse les vignes seront a l'aise en plaine, idéalement sur
une légère pente vers le sud ou palissées du côte sud ou
sud-ouest des maisons.
- La température est un facteur crucial dans la
culture de la vigne. La quantité de chaleur
disponible durant la saison de croissance
déterminera si les fruits de tel cultivar auront le
temps de mûrir à un endroit donné.
Les températures minimales de l'hiver vont
aussi être déterminantes dans le choix des
cultivars et des méthodes de cultures.
Les cépages issues de Vitis vinifiera sont
endommagés à partir de -15°C.
• II est donc essentiel de les protéger, le plus
commode étant de les buter de 45 centimètre
de sol avant l'hiver. A l'opposé certaines
espèces américaines et vignes hybrides
peuvent tolérer -30°C sans problème. Elles
pourront être conduite en taille haute et
hiverner au-dessus de la neige.
- Comme pour la plus part des plantes, une
bonne circulation de l 'air est favorable au
développement des vignes. Ne pas planter
dans les situations trop protégées et les
terres basses ou l'aire stagne. Souvent ces
sites sont mal égouttés.
- Les risques de gels tardifs sont plus élevés et
les maladies à champignons s'y développent
plus qu’ailleurs.
- Les endroits trop venteux sont aussi à éviter.
Les jeunes pampres sont fragiles et facilement
cassés par des vents violents. De plus lorsque
le sol est gelé, les vignes ne peuvent remplacer
l'eau que le vent retire des tiges et les vignes
se dessèchent durant l'hiver. Souvent les
vignes sont plus affectées par le
dessèchement hivernal que par le gel.
- L'importance de son système radiculaire lui
assure une tolérance pratique aux périodes
sèches que nous subissons parfois.
- La vigne peut se cultiver dans plusieurs types de sol.
L'eau stagnante est mortel pour la vigne. Donc il faut
éviter les sols trop humide et trop salée. L'idéal est un
sol limoneux sablonneux avec un pH aux environs de
6.5.
- La vigne tolère jusqu’à 40 % de calcaire active si le
cultivar est greffé sur une souche résistante comme le
41 B, Millarder et Grasset issue de l’hybridation
specifique entre V.berlandieri V.vinifiera
- les besoins en eaux varie selon la pluviométrie
annuelle de la région, le mode de conduite,la densité
de plantation et le type de cép.
4000 à 12000 m³: cépage tardives, densité élevée; sol
lourd le mode de conduite est le système palissée.
400 à 1200 mm : cépage précoce, densité faible sol
léger le mode de conduite est le gobelet.
V-LA MULTIPLICATION

• Les vignes sont très facile à multiplier. Cependant


quelque soit la méthode utilisée (boutures, greffes,
marcottage etc...) il faut se rappeler que les vignes
(exception faite des méthodes in vitro) sont
incapables de former des bourgeons adventifs. Il faut
donc obligatoirement que la section servant à la
multiplication possède au minimum un bourgeon
pour que la plante développe une tige.
• On peut par exemple faire développer des racines
sur le pétiolé d'une feuille de vigne, empoter cette
feuille et le cultiver plusieurs mois mais jamais elle ne
donnera une plante complète.
• Les méthodes de reproductions végétatives donnent
des plantes plus rapidement et conservent les
caractéristiques génétiques des plants mères.
• Il faut prélever le matériel de propagation sur des
plants saine afin de ne pas produire des vignes
malades.
- La bouture de bols dormant est la méthode la plus
simple et la plus efficace de propager les vignes. On
peut prélever des sarments à n'importe quel moment
entre la chute des feuilles et le débourrement
- Au printemps pour les cultivars peu rustiques, il
vaut mieux les prélever à l'automne avant les grands
froids de Janvier et Février et conserver ce bols au
réfrigérateur jusqu’au printemps.
Quant aux cultivars rustiques, il est préférable
d'attendre l'époque de la taille.
- Les sarments de la taille d'un stylo sont propices à la bouture.
Les sarments très gros, issus d'une croissance vigoureuse
ont probablement mal aoûtés et mal hivernés. Ils sont à rejeter.
Les sarments très petite ont peu de resserves et démarreront
difficilement.
Tailler ces sarments en section de deux, ou trois noeuds selon
la longueur des entre-noeuds. Si on n‘est pas certain de
reconnaître le haut de boutures, on laisse à leurs extrémités
une section de l'entre-noeud à titre d'indicateur.
La coupe à la partie basale doit se faire le plus près possible
sous le noeud. Si l'on ne prend pas cette précaution, les
microorganismes du sol vont envahir la bouture via la moelle
qui est un tissue très facile à recomposer.
Ensuite à l'aide du sécateur, éborgner les boutures, c'est-à-
dire enlever tous les bourgeons à l'exception de celui du
sommet. Si on ne faits pas cette opération, les vignes peuvent
drageonner sous le sol, ce qui nuira à la taille de formation.
• Ceci peut se faire à l'intérieur à la fin du mois de
mars ou on peut replacer nos boutures au
réfrigérateur en attendant de les mettre en pépinière
dés que le sol sera travailler. Le substrat dans lequel
les boutures doivent prendre racine doit être très aéré,
l'oxygène est essentiel à l'enracinement des vignes.
On utilise un mélange qui contient au minimum 50
pour-cent de perlite.
• Lorsque on dispose d'un nébulisateur, on utilise la
perlite pure. Il n'y a aucun avantage à utiliser des
hormones d'enracinement avec les vignes.
• Si les boutures sont parties à l'intérieur, elles sont
enfoncées dans le sol jusqu'au niveau du bourgeon
terminal. A l'extérieur, elles seront de plus recouvertes
de 5 centimètres d'un sol friable. La sortie des tiges
précédé toujours la formation des racines. En butant
les boutures on évite ainsi le dessèchement des tiges
par manque de racines.
Le greffage
• Habituellement les vignes sont greffées et
bouturées sur table en une seule opération.
• Des sarments de porte-greffes et du cultivar
souhaités sont sélectionnes pour avoir un
même diamètre. Ils sont réunis par greffe à
l'anglaise compliquée ou mécaniquement
par greffe oméga, ligaturé et entreposé
quelques temps pour que les deux
composantes se soudent. Par la suite ces
"greffés soudés" sont traités comme des
boutures de bois dormant.
Le greffage sur table s’effectue à l’anglaise ou oméga
Le greffage sur place : en fente et mayorquine
La greffe a l’anglaise:
On réalise une découpe sur la porte greffe et le greffon a l’aide d’une machine spéciale.
L’union de la greffe et de l’extrémité du greffon sont enrobées de cire a greffer a chaud.

Généralement pratique pour les plants de vigne.


• les boutures greffable de diamètres supérieur à 6 mm
vont être fractionner en portion de 20 à 30 cm à partir
du mois de février, et subir l’élimination de tous les
bourgeons.
• Le premier paraffinage (au niveau de la partie greffé)
traitement avec l’auxine qui facilite la formation du col.
La stratification en chambre chaude va permettre la
soudure à 25 à 38°C avec atmosphère saturé
HR=95%.
• 3 à 4 semaine après les boutures greffés sont
soudés; on effectue le deuxième paraffinage simple
(sans protection avec les hormones) seulement
trempage de la base de la bouture dans l’auxine.
• La mise en pépinière s’effectue pendant le mois de
Mars. Et en hiver on arrachage les boutures greffés
soudés enracinés. Une fois arrachés ils vont subir un
habillage sévère pour laisser au maximum, deux
bourgeons. Suivie d’un troisième paraffinage simple et
la livraison
VI-LA PLANTATION
• La plantation des vignes se fait tôt au printemps dès
que le sol est prêt pour les vignes dormantes et à
n'importe quel moment durant la saison de
végétation pour les vignes produites en contenants.
• Il n'y a rien de spécifique à la vigne en ce qui
concerne la préparation du sol. Celui-ci doit être
ameubli et enrichi si on le juge insuffisamment fertile.
• On évite de trop mettre de matière organique (fumier,
compost, etc..). La décomposition prolongée de cette
dernière retardera l’aoûtement de la plante.
• Un engrais riche en phosphore stimulera la
formation de nouvelles racines. les racines des vignes
ont besoin de beaucoup d'oxygène.
- On conserve le maximum de racines à la plantation.
car la croissance de la vigne la première année est
proportionnelle à la quantité de racine laissée à la
plantation. On enlève les racines malades ou cassées
et faire attention à ne pas raccourcir les autres
inutilement. On referme le trou et on arrose
copieusement. après on Fait un petit remblai de terre
à 30 centimètres tout le tour de la vigne.
Celui ci retiendra l'eau près de la plante lors des
arrosages subséquent. A l'automne la terre de ce
remblai servira à butter légèrement le jeune cep.
On recommande à la plantation de rabattre la partie
aérienne à un ou deux bourgeons afin d'obtenir
des tiges vigoureuses.
• Ce qui importe la première année c'est que la vigne
s'installe dans le sol, que son système radiculaire se
développe bien Pour cela, il faut à la plante beaucoup
de feuillage pour entretenir la croissance des racines.
• Donc, à moins d'un débalancement évident entre la
partie aérienne et souterraine, on ne taille pas ou
très peu la tige pour avoir de nombreux
bourgeons. La formation de la vigne débutera l'année
suivante. Lorsque l'on cultive plusieurs vignes on les
place habituellement en rangées.
• Une distance de 1,50 m sur le rang et entre les rangs
est un minimum pour la distance de plantation. au
dessous de cet espacement, il y aura encombrement
des rameaux de la vigne. La lumière pénétrera peu
cette masse de verdure, l'aération sera moindre tout
ceci favorisant le développement des insectes et des
maladies et les vignes seront faibles.
• La quantité et la qualité des raisins sera diminué.
• Un espacement trop grand sur le rang pourra
facilement être compensé en laissant se développer
plus largement les plantes. Par contre l'écartement
des rangs devra être bien planifié en fonction du
mode d'entretien du sol (mécanique ou manuel).
• Il est aussi très important de bien aligner les ceps afin
de ne pas les abîmer lors des travaux de sarclage.
• Il n'est pas nécessaire de tuteurer les vignes pendant
la première saison de croissance.
• Cependant dés la deuxième année, il faudra installer
un support en fonction du mode de conduite
adopté.
• La densité de plantation adopté par les
viticulteurs Tunisien sont comme suit:
- Pour le Gobelet conduit en irrigué: 3X1 = 3333
Cép par ha; 3X1,25= 2500 Cép à l’ha et pour
l’écartement 3X1,5 = 2222 Cép par ha.
- Pour le Gobelet conduit en pluviales la densité
varie entre 400 et 800 Cép par ha.
- La pergolette: 2X3 m cad 1666 cép /ha.
- La pergolat: 3X3 m cad 1111 cép /ha
2,8X2,8 cad 1275
VII- LA TAILLE DE LA VIGNE
• Deux types de taille: la taille en sec et la taille en vert.
1- La taille en sec:
Les bases de cette taille sont: la vigne est caractérisés par
l’acrotonie qui se traduit par un dégarnissement de la base, il
faut donc maintenir la végétation prés de la base pour limiter
l’allongement du bois afin de retarder le vieillissement et
l’affaiblissement de cep.
Les fruits sont portés par les pampres (pousses de l’année des
sarments de l’année précédente).
La fertilité des bourgeons varient avec les cépages et de leur
rang sur le sarment.
Une taille légère doit se traduire par plusieurs bourgeons latents,
une taille très sévère se traduit par des sarments trop vigoureux
avec plusieurs entre coeur.
• La taille courte: consiste à ne laisser sur la
souche que les coursons(bois de 2 ans à 2 ou 3
bourgeons). Le nombre de coursons dépend de
la vigueur de la souche. Ce système convient
bien pour le cépages fertiles( lorsque les oeils
de la base sont fertiles) exemple Carignon,
Mourvedre, Muscat d’Alexandrie).
• La taille longue: ne laisser sur la souche que
des baquettes; une baguette est un sarment
taillé à au moins 4 bourgeons); le nombre et la
longueur des baguettes varient avec la vigueur
de la souche. Elle est conçue pour les cépages
peu fertiles(les oeils de la base sont ou pas
fertile). Exemple Superior seedless, Sultanine,
Perlette.
La taille mixte: laisser sur la souche des coursonnes et des
bourgeons dont la baguette va fructifier et les coursonnes vont
assurer le renouvellement du bois. Donc la taille mixte est
conçu pour les conduites en palissage simple en palissage
double, en pergolette et en pergolat.
• NB: la taille courte est conçue pour le cépage fertile par contre
la taille longue ou mixte doit être retenue pour les cépages peu
fertile.
Les différentes formes de conduite:Nous avons deux formes :
le gobelet qui est une forme naturelle à tronc court et le
cordon qui va assurer des formes artificielles par des piquets et
des fils de fer
Le gobelet: il est utilisé pour le raisin de cuve et surtout le raisins
de table conduit en sec. cette forme est la plus employée car
elle est simple à manipuler.
Elle s’adapte aux régions sèches et elle permet la protection
des grappes contre l’excès d’insolation. Le cép est constitué
d’un tronc court (20 à 25 cm) d’où partent 3 à 6 bras.
• La première taille correspond au premier hiver après la
plantation: laisser q’un sarment
taille à quatre yeux ou deux sarments

taille à 4 yeux 1 éliminer


Pendant le printemps: la taille en vert consiste à éliminer 2
pampres inférieur.
La deuxième taille: 2 sarments qui vont être tailler à 2 yeux pour
donner 2 coursons. Le printemps suivant laisser les 4 pampres.
La troisième taille les 4 sarments qui sont taillés à 2 yeux pour
donner 4 coursons qui vont former les quatre bras.
NB: Le nombre de bras à retenir dépend de la vigueur on va
retenir 4 bras (si la vigueur est moyenne) ou 3 bras (si la
vigueur est faible) par contre on doit former d’autre bras
pendant la quatrième taille: qui est une taille de fructification
de 3à 4 bras dont chaque bras renferme 2 sarments.
le sarment supérieur est éliminé et le sarment inférieur est taillé
en courson.
• Une fois le gobelet est formé la taille de
fructification consiste à laisser à chaque bras
1 courson taillé à 2 yeux qui résulte de la taille
courte du sarment inférieur. Le sarment
supérieur le plus éloigné est supprimé avec une
portion du courson; c’est une taille courte sur
un tronc court conçu pour les cep fertiles.
• Quand le gobelet s’allonge, les cep se trouve
trop chargé de vieux bois avec plusieurs plaies
de taille et de cicatrise ce qui l’affaiblit
énormément, dans ce cas on va procéder par
une taille sévère pour favoriser le
développement d’un gourmand pour remplacer
Taille en gobelet: taille courte sur tronc courte
Le cordon
La taille en Guyot :
On donne à la cép une direction horizontale; la taille en guyot est une combinaison des
tailles à court et à long bois, c’est une taille mixte(taille longue pour la fructification et
taille courte pour le renouvellement du bois).
Cette taille peut s'employer tant pour les vignes européennes et américaines ainsi que
les vignes hybrides. Beaucoup d'autres méthodes ne vent que des variations de
cette taille.
Formation de Guyot simple:
il faut conserver 2 éléments:
- le premier est une baquette constitué par un sarment long comportant 4 à 5 bourgeons
ou plus et c'est le bols fruitier qui portera l'essentiel de la récolte. Ce sarment est fixé
à la broche horizontale. Les pampres issus de cette tige seront palissés sur des
broches au-dessus et parallèles à la première. Les broches sont distantes de 30 ~ 40
centimètres.
-Le deuxième élément:courson qui est un sarment taillé à deux bourgeons. C'est le bois
de remplacement. De ce bois naîtront deux pampres qui eux aussi seront palisses
sur les fils du haut. Il est important que le bois de remplacement soit plus près du
tronc de la vigne que le bois fruitier afin de réduire au minimum l'allongement annuel
de la charpente.
Principe de la taille en Guyot simple
• Au printemps suivant le bois fruitier est enlevé au
complet. Des deux sarments issus du bois de
remplacement, le plus éloigné du tronc sera taillé
long afin de devenir le nouveau bois fruitier. Le
sarment restart sera taillé à deux yeux et sera le
nouveau bois de remplacement. Procédez ainsi
année après année.
• Avec le temps la charpente s'épaissit, elle peut
donc accumuler plus de réservé à l'automne et le
départ de la végétation le printemps suivant en est
que plus facile.
• Au sommet de la charpente, il se formera une
"corne" de plus en plus tordue.
• Parfois, un bourgeon latent inclus dans l'écorce de
ce bois depuis plusieurs années s'éveille et produit
une pousse près du tronc. Profitez de cette
événement pour rapprocher la production du tronc et
utilisant ce gourmand comme bois de
renouvellement à la prochaine taille.
Guyot double
• Pendant le premier hiver La taille se pratique de la même
façon que le Guyot simple
• En deuxième hivers on conserve 3 sarments de part et
d’autre du fil de fer: une taille longue des 2 sarments supérieur
(2 baguettes) et une taille courte de l’inférieur(courson).
• Au cours de la troisième taille on élimine de la branche
fruitière supérieur; une taille Longue des deux sarments
supérieur et puis on effectue le palissage. La taille courte est
pratiqué sur les deux sarments inférieur.
Dés la quatrième saison on parle de la taille de fructification.
Qui consiste à éliminer les deux baguettes fructifères et à
former 2 nouvelles baguettes sur les deux sarments supérieur.
Tandis que sur les 2 sarments inférieur on va former les deux
coursons.
Cordon Royale
• C’est une taille courte sur charpente longue.
Le palissage simple avec 2 à 3 fils de fer, au
niveau de chaque cép on va former une partie
pendant 2 à 3 saisons c’est-à-dire: après un
certaine temps on va former un cordon sur
chaque cordon on laisse deux sarments. On
élimine le sarment supérieur et on pratique
une taille courte sur le sarment inférieur.
• Conduite conçu pour les cépages fertiles.
Principe de la taille en Cordon Royal:
taille courte sur charpente longue
Principe de la taille en Cordon Royal:
taille courte sur charpente longue
Principe de la taille en Cordon Royal:
taille courte sur charpente longue
La taille en vert
L’éclaircissage ou taille en vert des fruits ou grappe a pour objectif
de :
- corriger les erreurs de taille en sec et préparer une taille future.
- Permet une meilleur aération et un meilleur ensoleillement pour
limiter les maladies cryptogamiques
- Elle permet d’orienter les éléments nutritifs vers les parties
essentielles de la souche(grappe+sarment)
- Permet d’améliorer la qualité des grappes.
1- L’Ébourgeonnage: tout simplement l’élimination des
bourgeons inutiles(non fructifère) au moment du
débourrement.( laisser le bourgeon dormant sur bois âgées)
cette opération doit être réaliser le plus tôt possible afin que la
sève disponible soit dirigée vers les rameaux à conserver.
- L’Épamprage: élimination des pampres inutiles
provenant des bourgeons inutiles, au niveau du bois
âgés au niveau de l’empattement. Cette opération
s’effectue pendant le mois de Mai lorsque les jeunes
rameaux ont 10 à 15cm de long.

- Le Pincement:( début floraison)- l’écimage( pleine


floraison)- le rognage(fin floraison,mécanisé): il faut
faire l’un de ses opérations; car ce ils représentent la
mêmes opération culturale mais à différente époques
et avec une intensité variable. il s’agit de la
suppression de l’extrémité des pampres afin de
concentrer la sève vers les grappes supérieur au
moment de la floraison.
Laisser au moins 10 feuilles après la dernière grappe.
- L’Effeuillage: c’est une opération de
suppression des feuilles surtout les plus âgés
dans l’environnement proche des grappes (2 à
3 semaines avant la vendange).
- Le Rebiolage: c’est l’élimination des première
entre cœur qui se développe à la base des
pampres( au niveau des première vrilles)
- Le Ciselage: l’éclaircissage des grappes; il
s’agit d’éliminer les grappes en sur nombre
juste après la nouaison pour permettre aux
grappes restantes un meilleur développement.
VIII- Ferti-irrigation et traitement
Exercice 1:
• A Sfax un viticulteur a planté en intercalaire avec des
oliviers de tables1000 ceps conduits en gobelet. Chaque
cep est équipé de deux goutteurs avec un débit moyen
de 4 litres/heure. Sachant que le besoin total de vigne
précoce sont estimés à 5000 m³/hr et par an. La
pluviométrie moyenne est de 200 mm/an
1- Calculer les besoins net en eau d’irrigation par an et par
mois selon le tableau suivant
2- calculer les doses D’azote à apporter par mois et par an
selon le tableau suivant, sachant que le besoin total des
1000 ceps est de 60 Kg pendant mars, Aout et
septembre et 150 Kg pendant mai juin et juillet