Vous êtes sur la page 1sur 35

Plan du cours

 Définition généralités.
 Rappels.
 Épidémiologie.
 Clinique.
 Examens complémentaires.
 Formes cliniques
 Complications.
 Traitement.
Définition Généralités
 Atteinte inflammatoire du pharynx et des
fosses nasales.
Rappel anatomique
 Rhinopharynx ou cavum:
 Segment supérieur du
pharynx situé:
 Sous l’étage moyen de la
base du crane.
 En arrière des fosses
nasales d’ont il est séparé
par les choanes.
 Au dessus de l’oropharynx
dont il est séparé du voile
du palais.
Rappel histologique
 Deux types d’épithélium:
 Respiratoire cylindrique pseudo stratifié cilié.
 Pavimenteux pseudo stratifié.
 Tissus lymphoide: amygdale pharyngée de
Lushka qui prend le nom de végétation adénoide
en cas d’hypertrophie.
Rappel physiologique
 Moyens de deffense :
 Tapis mucociliaire.
 Activation des cellules de l’inflammation macrophage
 IgA sécrétoire des muqueuse.
 Immunité hulmorale et cellulaire: AMG de Lushka
Rappel immunologique
 A la naissance, l’enfant est
protégé passivement par les
IgG maternelle jusqu’a l'âge
38 mois.
 Ce n’est que vers 1218 mois
que l’enfant synthétise ses
propres Ig.
 Donc de 6 ,12 18 : trou
immunologique rendant l’enfant
sujet aux infections.
Épidémiologie
 Touche le plus souvent l’enfant moins de 6 ans.
 C’est une affection bénigne et fréquente.
 Première pathologie infectieuse.
 Première cause de consultation en pédiatrie.
 Principalement d’origine virale.
Microbiologie
 Les virus:
 Le plus souvent responsable.
 200 espèces incriminées
 Rhinovirus,coronavirus,adénovirus,virus influenzae.
 Peuvent être mis en évidence(pas de pratique
courante)
 Les bactéries:
 Staphylocoque doré, streptocoque
α ,β hémolitique, pneomocoque,
hemophilus influanzae.
Facteurs favorisants
 Tabagisme parental.
 Pollution de l’air.
 Reflux gastro
œsophagien.
 garderie en crèche.
 Carence martiale.
 Hypertrophie des
végétations adénoïdes.
Facteurs favorisants
 Tabagisme parental:
 Enfant plus sensible aux infections des VAS.
 Double action de la nicotine:
○ Paralysie cillaire.
○ Libération des médiateur de l’inflammation.
 Pollution de l’air:
 Substance irritante: inflammation chronique.
 Reflux gastro oesophagien:
 Entretien de l’inflammation favorise l’infection.
 Mode de garde en crèche:
 Foyer endémique d’infection.
 Carence martiale:
 Déprime la phagocytose et la f(x) lymphocytaire
 Le fer réduit la multiplication bactérienne en se fixant sur la
transferrine.
 Hypertrophie des végétations adénoïdes:
 Obstacle mécanique
 Réservoir de germes
TDD: Rhynopharyngite aigue de
l’enfant non compliquée
 Enfant de 5 mois 08 ans.
 Installation brutale:
 Obstruction nasale bilatérale.
 Respiration buccale bruyante.
 Rhinorrhée claire ou mucoplurulente.
 T° 38,5  39°C
 Le caractère purulent de la rhinorrhée ainsi
que la fièvre ne sont pas des signes de
surinfection bactériennes.
Examen clinique
 Examen ORL:
 Rhinoscopie antérieur:
○ Sécrétion muqueuse ou mucopurulente.
 Cavité buccale:
○ Rougeur de la muqueuse.
○ Jetage postérieur.
 Otoscopie:
○ Tympan congestif.
 Rhinoscopie postérieur, nasofibroscopie:
○ Pas systématique.
○ Inflammation et sécrétion.
 Le reste de l’examen général.
Examens complémentaires
 Ne sont pas utile au diagnostic.
 Le diagnostic est clinique.
 On peut demander certains en cas de:
 Episodes aigue réceidivant.
 Rhinopharyngite chronique.
Examens complémentaires
 FNS: hyperleucocytose.
 VS accélérée.
 Sérologie virales ne sont pas utiles.
 Exploration immunitaire si suspicion de
déficit.
 Exploration mucocillaire.
 Radiographie de profil strict du cavum
bouche ouvert ne se pratique plus
supplantée par la nasofibroscopie.
Formes cliniques
 Rhinopharyngite allergique:
 Allergie inflammation de la muqueuse 
prédispose a l’infection.
 Absence de fievre ,d’ADP, de rhinorrhée
mucopurulente.
 Interrogatoire : atopie familiale et
personnelle.
 Tests cutanés positifs
 Dosage des IgE spécifique.
Formes cliniques
 Rhinopharyngite chronique:
 Une inflammation du rhinopharynx persistant
pendant plus de 5 semaines d’affilée.

 Rhinopharyngite récidivante:
 6 épisodes de rhinopharyngites répétées
avec au moins un épisode compliqué
Evolution
 Maladie bénigne.
 Evolution spontané favorable en 710j.

 Réévaluation si:
 Fièvre >3j.
 Symptômes >10j.
 Changement de comportement.
Complications
 Complications otologiques:
 OMA.
 OSM.
 Complications sinusiennes:
 Ethmoïdite aigue du nourrisson:
 Sinusite maxillaire aigue.
 Complications bronchiques:
 Complications neurologiques:
 Méningite
 Adénophlegmon:
Complications
 Complications otologiques:
 Otite moyenne aigue , 6 mois 2 ans.
 Otite seromuqueuse
 Complications sinusiennes:
 Ethmoïdite aigue du nourrisson:
○ Urgence médicale hospitalisation.
 Sinusite maxillaire aigue.
 Complications bronchiques:
 Diffusion du germe aux voies aérienne inferieures.
 Terrain immunodeficient; pathologie muccocilaire.
 Complications neurologiques:
 Méningite lié au tropisme du germe.
 Adénophlegmon:
 évolution défavorable d’ADP cervicale devient
volumineuse, signes inflammatoire contexte infectieux
Traitement
 Guérison spontané en 4 à 5 jours.
 Prise en charge ambulatoire.
 Hospitalisation en cas de complications
graves.
 Aucune mesure d’isolement n’est requise.
 Pas d’éviction des collectivité d’enfants.
Traitements symptomatique
 Désobstruction rhinopharyngée:
 Aspiration des sécrétions nasales/ mouchage.
 Lavage des fosses nasales au SSI 0,9%.
 Antipyrétique.
 Vasoconstricteurs:
 Voie générale: CI < 12 ans , évité >12 ans, autorisé
>15ans
 nasale : >12ans. « rhinoflumicil: AMM 312 ans »
 AINS et CTC par voie générale non indiqués.
Traitements
 Antibiotique non justifié.
 Efficacité non démontrée:
 Sur la durée des symptômes.
 Sur la prévention des complications.
 Expose a des effets indésirables clinique et
biologiques.
 Rares indications des antibiotiques:
 Complications bactériennes:
○ OMA purulente.
○ Conjonctivite purulente.
○ Sinusite maxillaire. >3 ans
Traitements
 Prise en charge préventive des récidives:
 Adénoïdectomie.
 Mesures environnementales:
○ Arrêt du tabagisme passif.
○ Reconsidérer le mode
de garde de l’enfant.
 Traitement martial.
 Traitement anti RGO.
 Traitement anti histaminique.
 Désensibilisation.
Rhinopharyngites de l’adulte
 Inflammation avec ou sans infection du
cavum.
 Signes fonctionnels:
 Douleur a type de cuisson au dessus du voile
du palais, aggravée par la déglutition et la
phonation.
 Sensation d’oreille bouchée.
 Obstruction nasale, rhinorrhée muqueuse.
 Toux sèche irritative.
 Signes généraux:
 Asthénie , fièvre a 39 39,5°C ,état général
conservé.
Rhinopharyngites de l’adulte
 Signes physiques:
 Rhinoscopie antérieure: congestion
modérée.
 Rhinoscopie postérieure:
○ érythème diffus.
○ Muqueuse recouverte de sécrétion.

 Examen complémentaire:
 Ne sont pas utiles.
Rhinopharyngites de l’adulte
 Formes cliniques:
 Cryptolymphoidite:
○ Inflammation puis infection d’un foyer localisé.
○ Céphalée et fièvre a 39°C
○ Nasofibroscopie: foyer cryptique contenant du
caseum.
○ Trt: nettoyage des crypte + antibiothérapie.
 Forme inflammatoire chronique:
○ Inflammation chronique du cavum.
○ Facteur favorisant: fumée ,poussière
,climatisation. Allergie.
Rhinopharyngites de l’adulte
 Formes cliniques:
 Forme inflammatoire chronique:
○ Inflammation chronique du cavum.
○ Facteur favorisant: fumée ,poussière
,climatisation. Allergie.
○ Symptomatologie:
 brulure au niveau du voile  raclement.
 Céphalée participation sinusienne.
○ Nasofibroscopie:
 Muqueuse congestive recouverte d’enduit
blanchatre.
Rhinopharyngites de l’adulte
 Traitement:
 Antibiothérapie probabiliste.
 AINS
 Traitement antalgique.
 Traitement anti allergique.
 Eviction des agents irritants.
Idées reçues
 Rhinorrhée purulente et fièvre :
 Pas une surinfection bactérienne.
 Otite congestive:
 Accompagne la rhinopharyngite et non CPC.
Merci de votre attention