Vous êtes sur la page 1sur 16

LA RÉFLEXION

    
Réflexion provient du mot latin reflexio qui signifie "action
de tourner en arrière, de retourner".
Inspirée de Legault (2004), nous définissons le concept
de la réflexion chez l’enseignant comme le retour de la
pensée sur elle-même pour faire l’étude d’une situation et
déclenchant ainsi une distanciation par rapport à cette
dernière afin de produire une nouvelle connaissance.
L’enseignant dialogue avec lui-même sur ses croyances et sur
ses perceptions afin de faire évoluer ses connaissances et son
action pédagogique.
Dans le langage courant, la réflexion porte sur une
question ou sur un problème. Si la réflexion peut
précéder l’action ("Réfléchir avant d’agir"), elle la
guide aussi pendant qu'elle se déroule, c'est la cognition.
Elle peut également être sollicitée après l'action, a
posteriori dans un retour réflexif. Je préfère le terme
réfléchissement, dans ce cas.
Réfléchir en cours d'action consiste à se demander
ce qui se passe ou va se passer, ce qu'on peut faire, ce
qu'il faut faire, quelle est la meilleure tactique, quels
détours efficients, quelles précautions il convient de
prendre, quels sont les risques encourus...
     Réfléchir sur l'action est autre chose. C'est prendre sa propre
action comme un objet de réflexion, soit pour la comparer à un
modèle restrictif c'est-à-dire à ce qu'on aurait pu ou dû faire
d'autres, ou bien à ce qu'un autre praticien aurait fait, soit pour
l'expliquer ou en faire la critique.
LE PRATICIEN RÉFLEXIF
     La notion de praticien réflexif n'est pas aussi limpide qu'elle
peut le paraitre. En effet, il est évident qu'un être humain pense
assez souvent à ce qu'il fait, avant de le faire, en le faisant et
après l'avoir fait.
D'autant que par certains égards, on peut dire que l'on pense
comme on respire. Si l'on entend penser à quelque chose, avoir
une activité mentale quelconque. Dans de nombreux contextes
les deux mots penser et réfléchir paraissent interchangeables.
L’ATTITUDE ET LA POSTURE
RÉFLEXIVE

C’est tourner son regard vers soi-même, pour mieux se


connaître et mieux connaître sa manière d’agir dans des
circonstances données. C’est une posture qu’on adopte
quelquefois spontanément, quand on ne retrouve plus ses clés
ou ses lunettes, par exemple : "qu’est-ce que j’étais en train
de faire quand je les avais à la main il y a cinq minutes ?
LA PENSÉE RÉFLEXIVE

     Inspirée
de Dewey (1933), nous définissons
le concept de la pensée réflexive chez
l’enseignante et l’enseignant comme une
manière de penser consciente de ses causes et
de ses conséquences qui l’amène à rechercher
des solutions afin de résoudre une situation
particulière ou problématique.
L’ILLUSTRATION DES CONCEPTS
Pratique réflexive
 
     Situation 1              Situation 2      Situation…
 Action – démarche réflexive    Action – démarche réflexive 
   Pensée réflexive                           Pensée réflexive 
      Réflexion …                                   Réflexion
       Situation 1 : Pratique réflexive « un ensemble
de gestes professionnels qui comporte
l’intervention de ces derniers auprès des
apprenants ainsi que la réflexion sur leurs gestes
pédagogiques posés dans le cadre de cette
intervention.
Situation 1 : Pensée réflexive: Une manière de penser
consciente de ses causes et de ses conséquences qui
l’amène à rechercher des solutions afin de résoudre une
situation particulière ou problématique (Inspiré de
Dewey, 1933).
    Situation 1 : Réflexion : Le retour de la pensée
sur elle-même pour faire l’étude d’une situation et
déclenchant ainsi une distanciation par rapport à
cette dernière afin de produire une nouvelle
connaissance. (Inspiré de Legault, 2004).
LA MÉTACOGNITION 
    Décomposition du terme
     Pour commencer, voyons de quels termes le mot
"métacognition" se compose.
Cognition : faculté de connaître, acte mental par
lequel on acquiert une connaissance, opération
cognitive relative à la connaissance.
Méta : du grec méta – au delà de – après – qui
indique la postérité, le dépassement.
    La cognition est l'ensemble des processus par 
lequel s'acquiert la connaissance chez un sujet. 
Action visant à connaître.
La métacognition est la  connaissance qu'a le 
sujet de ses propres processus d'acquisition, la 
prise de conscience de leur modalité, de leurs 
limites éventuelles, etc. Action de connaître la 
façon dont on parvient à connaître..
   Gagné, résume en disant :
   La métacognition permet à l’élève d’être plus actif 
dans son apprentissage, c’est­à­dire de mobiliser 
l’ensemble de ses ressources pour vivre des 
expériences d’apprentissage réussies. Pour y 
parvenir, il doit connaître sa façon d’apprendre, 
être conscient des étapes suivies et des moyens 
utilisés pour acquérir des connaissances, résoudre 
des problèmes et exécuter des tâches. (2009, p.2)
EXEMPLES DE LA VIE
QUOTIDIENNE
           Voici un exemple de la vie quotidienne impliquant la métacognition:

Monter un meuble implique de regrouper les éléments à


        

assembler, de planifier les tâches (s'occuper d'abord de mettre les


vis sur chaque élément, respecter ou pas l'ordre de la notice de
montage, mettre toutes les étagères ou juste un certain nombre (s'il
y en a), etc). La métacognition est ici sollicitée pour faire appel à
l'expérience qu'on a du montage de meubles ou du bricolage en
général, planifier les tâches à effectuer, respecter son emploi du
temps de la journée, réguler les différentes tâches, juger du résultat
général et des résultats intermédiaires, etc.
 LES DIFFÉRENTES COMPÉTENCES
MÉTACOGNITIVES
Les élèves doivent apprendre et utiliser tout au 
long de leur parcours scolaire les compétences 
métacognitives suivantes :
 savoir observer

 savoir être attentif

 savoir gérer ses émotions

 savoir utiliser ses mémoires

 savoir raisonner

 savoir comprendre et apprendre