Vous êtes sur la page 1sur 22

L’analyse des pratiques professionnelles de

l’enseignant ( APP)
Animée par :

Mr Mohamed Habib Hattab


Inspecteur de la langue française
ANALYSE (grec décomposition). Une première définition est :

Décomposition d’un corps, d’une substance en leurs éléments


constitutifs (Analyse de l’air, analyse bactériologique).
Une deuxième définition est :
Opération de l’esprit qui consiste à décomposer un tout en
ses éléments afin de déterminer leur nature et leur structure.
Ou encore :
Étude faite en vue de discerner les différentes parties d’un
tout, de déterminer ou d’expliquer les rapports qu’elles
entretiennent les unes avec les autres (Analyse d’une œuvre
littéraire).
.
PRATIQUE
Plusieurs définitions à ce vocable, et de manière générale :
Au singulier, fait d’avoir, d’exercer une activité
concrète, historiquement déterminée, des hommes (La pratique
de la navigation) ou expérience, habitude approfondie (Avoir
la pratique des affaires) ou encore Application d’une doctrine,
de préceptes, observation des devoirs du culte (Pratique
religieuse)
En ce qui concerne la pratique, nous retiendrons qu’elle est
souvent opposée à pensée, à théorie alors que de fait elle leur
est intiment liée.
PROFESSIONNEL(LE)

Cet adjectif est relatif à une profession (Secret professionnel).


Est aussi employé au sujet d’une activité pratiquée comme une
profession (Le cyclisme professionnel).
Par contre quand il s’agit d’un nom, il est question d’une Personne qui
a une expérience particulière dans un métier, une activité (c’est un
professionnel) ou qui exerce régulièrement une profession, un métier (Un
professionnel de l’informatique).
Familièrement au féminin, il s’agira d’une personne aux mœurs légères
(une professionnelle).
Nous retiendrons ici le sens relatif à tout ce qui est lié à l’exercice du
métier.
Définition de l’analyse des pratiques
La capacité à se remettre en question dans le but d’analyser
et d’évaluer nos actes en lien avec notre pratique pédagogique
tout au long de notre carrière professionnelle.
ANALYSER (à présent) pour COMPRENDRE
(du passé et à partir du passé)
afin de DISCERNER pour DÉCIDER puis AGIR
(dans l’avenir)
John Dewey est le premier a souligner que l’intervention
de l’enseignant devait être le fruit d’un processus de
réflexion qui puisse lui permettre de justifier et de prévoir
les conséquences de son action. Schön (1983) soutient que
les enseignants expérimentés et compétents s'engagent
souvent dans une analyse réflexive sur leurs actions; cela
leur permet de faire face à des situations non familières ou
problématiques de différentes façons.
Cette approche favorise le développement de la pensée analytique et
de l'esprit critique. Il identifie deux niveaux de réflexion : le premier
s'identifie à l'analyse réflexive en cours d'action qui consiste à penser
dans l'action. L'enseignant professionnel sait modifier son action au
moment même où il agit selon la situation réelle, il fait alors preuve de
créativité.
Puis, le second niveau de réflexion conduit l'enseignant à prendre une
distance vis-à-vis de sa pratique quotidienne et à s'interroger sur le
contenu et les raisons de son enseignement.
Bref, l'analyse réflexive exige une réflexion en cours d'action et sur
l'action et elle demeure le cœur du processus.
Un professeur des écoles est seul avec ses élèves et il se trouve
engagé dans la complexité inhérente aux métiers de l'humain.
Comment peut-il avoir un regard lucide sur sa pratique de classe
pour l'améliorer ou pour débloquer des situations professionnelles
difficiles ?
Schön (1983) a conçu un modèle comprenant deux
processus mentaux de la pratique réflexive :
1) la réflexion dans l’action;
2) la réflexion sur l’action.
Il y a deux types d'APP qui répondent à deux besoins:
La première, une volonté spontanée d'améliorer sa pratique,
la rendre plus efficace et plus facile.
La deuxième, pour aider l'enseignant à comprendre et à se
sortir de situations qui lui posent problème.
L’AP, dans ces deux cas, est considérée comme sans danger
pour la personne en formation puisqu’elle est censée lui
permettre de construire et/ou adapter ses compétences
professionnelles
Tout comme Doyle (1990), Lang (1996) souligne l’importance
de l’analyse réflexive dans la construction d’une telle identité
professionnelle : « La construction de la professionnalité doit à
la fois prendre en compte cette spécificité de la formation
pratique et, outre les savoirs disciplinaires, didactiques et
pédagogiques, s’ouvrir à de nouveaux champs de connaissance,
développer un habitus réflexif, en s’appuyant sur des dispositifs
d’analyse des pratiques, prendre en compte la dimension
collective de l’exercice professionnel.
L’analyse réflexive est une composante importante dans
la profession enseignante. Elle permet au stagiaire de
réfléchir à sa pratique d’enseignement dans une perspective
de résolution de problème. En fait, c’est en posant un regard
sur les expériences vécues, les interventions appliquées et
les résultats de ces dernières qu’elle ou il pourra réajuster ou
modifier ses stratégies pour mieux accompagner les élèves
dans leurs apprentissages
L’analyse de pratiques professionnelles devient l’un des
moyens susceptibles d’éviter au professionnel de caractériser
seul les composantes de son métier. Dans ce cas, nécessairement
groupale, elle permet d’interroger essentiellement le rapport entre
l’analyse de l’activité de chacun d’une part, et la définition de
l’activité professionnelle et sa validation par le groupe (Patrick
Mayen)
Pour Patrick Mayen, l’analyse de pratiques permet de rencontrer
ses pairs novices, pour un partage de l’expérience par la parole.
Elle permet de travailler à la perception de sa pratique
professionnelle, de jeter sur soi-même et sur les autres un regard
de sujet libre et responsable. C’est donc bien une formation à
l’éthique professionnelle, mieux comprendre sa posture dans le
travail pour la transformer, par la validation de ses manières de
faire, en partant de l’analyse de l’activité de chacun et de
contribuer ainsi à la construction du métier.
Peut-être convient-il alors de s’interroger sur le comment on
s’y prend pour mener ce type d’analyse et sur ce que l’on
entend par
« savoir analyser sa pratique professionnelle », et par
« savoir analyser la pratique des autres », deux démarches qui
correspondent à des visées et postures différentes.
La mise en œuvre de ces séquences participe d’une
manière de penser autrement les situations d’apprentissage
professionnel. Ces séquences peuvent s’organiser selon la
modalité suivante: être intégrées explicitement dans les cours
dispensés au sein de l’institution universitaire .
Elles cherchent à répondre principalement à trois défis :
1 Préparer au mieux les futurs professionnels aux réalités des
postes de travail.
2 Favoriser une synergie entre les différents savoirs
nécessaires à l’action professionnelle et une complémentarité
entre les différents porteurs de savoirs.
3 Encourager les formés à une approche réflexive et critique
de leurs pratiques professionnelles.
Bien entendu participer à une séance démonstrative d’APP
après des apports théoriques ne suffit pas. L’expérience montre
que pour des novices plusieurs séances d’analyse réparties dans le
temps, quelle que soit la modalité, sont nécessaires avant de « se
sentir » autonome, « à l’aise » dans ce processus.
Savoir analyser nécessite donc de s’inscrire, de préférence
volontairement, dans un processus de « formation
accompagnante » (Robo, 2001) ancré dans les principes de la
formation-action et de l’alternance.
Cette méta-compétence s’acquiert également par des lectures
théoriques et pratiques liées à l’APP
Le type d’AP auquel il est fait référence ici, s’appuie, en effet,
essentiellement sur un échange de parole et sur la confiance dans
la capacité d’un groupe de pairs à rendre plus intelligibles les
situations auxquelles l’un ou l’autre des participants est
confronté. Mais pour que la parole circule et pour que les
membres du groupe co-construisent du sens, des conditions sont
requises qui devront être énoncées et garanties par l’animateur.