Vous êtes sur la page 1sur 122

FILTRAGE

BIBLIOGRAPHIE
P. Bildstein : « Filtres actifs - Méthode pratique de réalisation de filtres
actifs » , Ed. Radio
J. Auvray : « Electronique des signaux analogiques » , Dunod
W.M. Siebert : « Circuits, signals and systems » , Mc Graw Hill
J.F. Gazin : « Filtres actifs » , Manuel d’applications CIL
P. Bildstein : « Filtres à capacités commutées » , Techniques de l’ingénieur
Martin Hasler & Jacques Neirynck :
IV - Réseaux de Kirchoff
VIII - Electronique : circuits
XIX - Filtres électriques
EPFL Traité d’électricité éditions (aussi Dunod)

Filtrage - Modulation 1
FILTRAGE

I - Définition d’un filtre


Les filtres sont destinés à sélectionner certaines bandes de fréquence d’un
signal. Ils modifient l’amplitude et/ou la phase des composantes spectrales
du signal. Ce sont généralement des circuits linéaires, dans la mesure où
ils n’introduisent aucune nouvelle fréquence.
Les filtres sont très utilisés dans de nombreux domaines des techniques
électroniques. Citons par exemple :
• Radiocommunications ou télécommunications : pour délimiter le plus
parfaitement possible certaines bandes de fréquences et rejeter certaines
autres. Ils servent également en détection
• Traitement du signal : utilisation en analyse du signal (en particulier
pour extraire du bruit)
• Electronique analogique : circuits oscillants stables et très sélectifs
• Asservissement électronique : systèmes bouclés à bande étroite

Filtrage - Modulation 2
FILTRAGE

Les filtres électroniques sont des circuits qui peuvent atteindre une grande
complexité. Réalisés en technologie analogique, ils nécessitent, en général,
l’emploi de composants de valeur très précise et très stable en fonction de
la température et du temps. Une précision meilleure que 1% et une stabilité
meilleure que 50.10-6/K sont souvent requises. Même avec de telles
performances, un réglage final est souvent nécessaire pour satisfaire les
exigences du gabarit (cahier des charges - spécifications).
De telles contraintes apparaissent a priori incompatibles avec une réalisation
en circuits intégrés, privant ce type de circuits des abaissements de coût dans
les réalisations de très grandes séries. Fin des années 70, la numérisation des
réseaux téléphoniques rendit urgente cette intégration sous peine de rendre
prohibitif le coût d’un poste téléphonique numérique d’abonné.
Une intense compétition s’engagea dès lors pour parvenir à résoudre ce
problème.

Filtrage - Modulation 3
FILTRAGE

Trois solutions furent explorés :


 les filtres numériques
 les filtres intégrés à transfert de charge
 les filtres à capacités commutées

Filtres numériques : très performants, nécessitent des circuits complexes, donc


«relativement» chers.
Filtres à transfert de charges : très prometteurs à l’origine, se sont montrés en
définitive peu aptes à fournir des filtres très sélectifs.

Filtres à capacités commutés : a priori les moins bien placés tant les difficultés
pratiques à résoudre semblaient au premier abord nombreuses et insurmontables.

Mais … cette fameuse loi de Moore!

Filtrage - Modulation 4
FILTRAGE

II - Généralités
Relation de Bayard-Bode
Une fonction réelle causale est entièrement déterminée par sa partie
paire (ou impaire) :
 f ( x)  f ( x)
f
 P ( x ) 
f ( x)  f P ( x)  f I ( x)  2
f ( x)  f ( x)
 f I ( x) 
 2
Si f est causale alors f(x)=0 pour x<0
f ( x)
f P ( x)   f I ( x) pour x>O et f(x)=2fP(x)=2fI(x)
2

F est donc déterminée par Re[F(jw)] ou Im[F(jw)]

Filtrage - Modulation 5
FILTRAGE

f(x) F (jw) = R(w) + jI(w)


 
Avec R(w )   f ( x) cos wx dx et I (w )   f ( x) sin wx dx
0 0

En inverse, on obtient :
 
 f ( x)  0 R(w ) cos wx dw  20 I (w ) sin wx dw

On montre que :
2  y I ( y)  2w  R( y )
R(w ) 
 
0 w 2  y2
dy I (w ) 
 
0 w 2  y2
dy

Relation de Bayard-Bode (R et I sont les transformées de Hilbert)


Même type de relation entre le module et la phase pour un système à
phase minimale.

Filtrage - Modulation 6
FILTRAGE

Un filtre est donc totalement caractérisé par son gabarit (module)!


Problème : Synthèse d’un filtre
En fonction d’une réponse fréquentielle souhaitée (gabarit),
comment construire le circuit électronique qui réalise cette fonction?

1- Circuits LC passifs
Encombrants et coûteux, mais peu sensibles aux variations
des valeurs des composants
2- Utilisation d’éléments actifs
Permet d’éliminer les selfs, mais très sensibles aux variations
des valeurs des composants - Simulation de L : INIC, gyrateurs, ...
3- Autres : Filtres céramiques, SAW, Filtres à capacités commutées, filtres
numériques, ...

Filtrage - Modulation 7
FILTRAGE

Définition générale : Filtre est défini par sa fonction de transfert


S ( p) S ( jw )
H ( p)   H ( jw )   H ( jw ) e j (w )
E ( p) E ( jw )
En terme de tension entrée-sortie, on parle de gain (G=Vs/Ve) ou
d’affaiblissement (ou d’atténuation) (A=Ve/Vs)
En dB : A(w) = - G(w) = -20log|H(jw)|
En général : H(jw) est une fraction rationnelle = rapport de deux polynômes
à coefficients réels :
• pôles et zéros de H(jw) sont réels ou par paires conjuguées
• pôles à gauche de l’axe imaginaire (axe jw exclu) pour stabilité
• degré du numérateur ≤ degré du dénominateur (filtres physiques)
• relation de Bayard-Bode valable (causal et réel)
En raison de ces propriétés, il n’est pas possible de passer d’une façon
discontinue de la bande passante à la bande coupée. Il y a aura une transition

Filtrage - Modulation 8
FILTRAGE

III - Filtre idéal


La réalisation d’un filtre nécessite la connaissance du spectre de fréquences
constituant le signal utile. Le filtre idéal serait alors celui qui transmettrait
toutes ces composantes sans atténuation ni déphasage, tout en éliminant les
autres. Un tel filtre transmettrait le signal utile sans déformation ni retard,
tout en éliminant complètement les signaux indésirables.
Pour chaque filtre à réaliser, il convient de définir certains domaines de
fréquences transmises sans atténuation appelées « bandes passantes » et
d’autres pour lesquelles l’atténuation serait infinie (ou tout au moins très
élevée), appelées « bandes coupées ».
On distingue ainsi 4 types de filtre de base :
- Passe bas - Passe haut
- Passe bande - Coupe bande

Filtrage - Modulation 9
FILTRAGE
A(dB) A(dB)

0 dB f 0 dB f
fC fC
Filtre Passe bas Filtre Passe haut
A(dB) A(dB)

0 dB f 0 dB f
- + - +
fC fC fC fC
Filtre Passe bande Filtre Coupe bande

Filtrage - Modulation 10
FILTRAGE

Attention : Forme plus générale = modifier le contenu fréquentiel d’un


signal, pas uniquement en terme de suppression-conservation!
Remarque sur le passe bas idéal :
A(dB) H(jw)
1

0 dB f w
fC wC wC
Rappel : Phase minimale = phase nulle
x(t-t0) X(jw)e-jw t0=| X(jw) |e j((w)-w t0)
Phase : (w)-w t0  Variation linéaire de phase

Remarque : retard de groupe :  C ste
w

Filtrage - Modulation 11
FILTRAGE

Retard physique  variation linéaire de phase :  C ste
w
H(jw)
Arg[H(jw)]
1
w
w
wC wC
w w t 
Réponse impulsionnelle du filtre passe bas idéal : h(t )  C sin  C 
 
h(t) wC i(t)
 1,09
1

t 1/2
t
2 
wC wC

Filtrage - Modulation 12
FILTRAGE

Problème : Réponse impulsionnelle, h(t), non causale, durée infinie


Transition brusque bande coupée - bande passante
 Irréalisable analogiquement!

 Un des buts du filtrage est d’approximer au mieux le filtre idéal


 Les oscillations parasites peuvent être gênantes
 Les besoins réels ne sont pas toujours aussi draconiens

Filtrage - Modulation 13
FILTRAGE

IV - Filtre réel
En pratique, il est donc seulement possible d’approcher plus ou moins bien
le filtre idéal.
Les circuits réalisables présentent les imperfections suivantes :
 L’atténuation en bande passante n’est pas nulle, elle sera seulement
inférieure à une valeur limite notée AMax
 L’atténuation en bande coupée présente une valeur finie, elle sera
supérieure à une valeur limite notée AMin
 La transition entre la bande passante et la bande coupée ne se fait
pas de façon discontinue mais de manière progressive dans une
bande de transition dont les fréquences frontières seront, pour un
filtre passe bas :
- fa  « première » fréquence coupée (atténuée)
- fp  « dernière » fréquence passante

Filtrage - Modulation 14
FILTRAGE

Gabarit d’un filtre


Plus un filtre réel se rapproche d’un filtre idéal, plus les bandes de transitions
sont étroites, AMax est faible et AMin est élevée. Mais plus il devient complexe
et donc coûteux!
La recherche d’un compromis entre des performances satisfaisantes et un
coût acceptable conduit à définir un gabarit à l’intérieur duquel la courbe
d’affaiblissement (atténuation) doit se situer pour résoudre le problème
donné. Par exemple, un gabarit de filtre passe bas ou passe haut, sera
entièrement défini à partir des 4 grandeurs : AMin, AMax, fa et fp. On notera
qu’il est intéressant d’introduire une autre grandeur, appelée sélectivité et
notée K, qui se déduit des grandeurs précédentes et qui exprime la
raideur de la transition :
fp
Pour un filtre passe bas : K  1
fa

Filtrage - Modulation 15
FILTRAGE
A(dB) A(dB)
AMin AMin

AMax AMax
0 dB f 0 dB f
fp fa fa fp
Filtre Passe bas Filtre Passe haut
A(dB) A(dB)
AMin AMin

AMax AMax
0 dB f 0 dB f
- - + - - +
fa fp f0 fp fa+ fp fa f0 fa fp+
Filtre Passe bande Filtre Coupe bande

Filtrage - Modulation 16
FILTRAGE

Sélectivité
fp
Pour un filtre passe bas : K  1 Plus le filtre réel se rapproche
fa
du filtre idéal, plus k est
fa
Pour un filtre passe haut : K  1 voisin de 1
fp
f p  f p f p
Pour un filtre passe bande : K   1
f a  f a f a
f p  f p f p 1
Largeur de bande relative : B   
f0 f0 
B est faible (B < 0,1)  Filtre à bande étroite
f a  f a f a
Pour un filtre coupe bande : K    1
f p  f p f p
f a  f a f a 1
B   B > 0,5  Filtre à large bande
f0 f0 

Filtrage - Modulation 17
FILTRAGE

Remarque : dans le cas des filtres passe bande et coupe bande, on se


restreint généralement à l’étude des filtres symétriques, c’est à dire
qu’ils vérifient la relation suivante :
f a . f a  f p . f p  f 02

Temps de propagation de groupe d’un filtre


Filtre  Atténuation des différentes composantes spectrales du signal
Mais également un déphasage à chacune de ces composantes
Déphasage pouvant être variable en fonction de la fréquence

Ce déphasage inégal qu’il fait subir aux différentes composantes spectrales


comprises dans la bande passante peut entraîner une déformation gênante
du signal utile.

Filtrage - Modulation 18
FILTRAGE

Pour qu’un réseau électrique transmette un signal sans déformation


il suffit qu’il lui fasse subir un retard constant t0
Pour une composante de pulsation w de ce signal, ce retard se traduit
par un déphasage : f=wt
Condition suffisante pour un filtre passe bande : Phase linéaire : f=wt+K
De manière générale, pour qu’un filtre transmette un signal sans déformation
il suffit que dans toute la bande passante :
d
 C ste  t : temps de propagation de groupe
dw
La régularité du temps de propagation de groupe dans la bande passante
reflète l’aptitude d’un filtre à transmettre les signaux transitoires sans les
déformer (filtres non dispersifs).
Dans la pratique, on choisit la caractéristique (entre atténuation et temps
de propagation) à respecter en fonction du problème posé!

Filtrage - Modulation 19
FILTRAGE

V - Filtre prototype
La connaissance du problème à résoudre permet de définir la gabarit à
l’intérieur duquel doit s’inscrire la courbe de réponse du filtre à construire.
On doit maintenant introduire 2 importantes simplification qui permettent
de ramener la réalisation de n’importe quel filtre à la réalisation :
- d’un filtre passe bas
- de fréquence de coupure unité
appelé «filtre prototype»  filtre passe bas normalisé
Ces simplifications sont :
- Normalisation des fréquences et des impédances
- Transposition en fréquence
Réponse en fréquence : H(p) : 1er degré (réseaux du premier ordre)
2ème degré (fonction biquadratique)
Composition de formes précédentes

Filtrage - Modulation 20
FILTRAGE

Normalisation en fréquence
Cela consiste à choisir une fréquence particulière : fu
Pour les filtres passe bas et passe haut : fu = fp
Pour les filtres passe bande et coupe bande : fu = f0 = f a . f a  f p . f p
f
 Fréquence normalisée : F 
fu
2f w
 Pulsation normalisée :  
2f u wu
p  p 
 Variable de Laplace normalisée : s 
 P  

wu  w u 

as 2  bs  c
Fonction de transfert biquadratique normalisée : H ( s)  2
s  ds  1
Définition : d=1/Q=2z Q : facteur de qualité
z (ou ) : facteur d’amortissement

Filtrage - Modulation 21
FILTRAGE

as 2  bs  c
Fonction de transfert biquadratique normalisée : H ( s)  2
s  ds  1
Différentes configurations possibles :

a b c Nature du filtre
0 0 1 Passe bas
1 0 0 Passe haut
0 1 0 Passe bande
1 0 1 Coupe bande (passe bas et passe haut)

Exemple : Passe bas


1 1
H ( s)   H () 
1   2  jd
s 2  ds  1

Filtrage - Modulation 22
FILTRAGE

1 |H|dB
H () 
 4  2  d 2  2  1 HM M

d H ( )
 0  maximum HM pour  = M 1
d Log()
1 Q
M  1 et HM 
2Q 2 1
1
4Q 2
1
maximum existe si Q 
Remarque si Q >> 1  M # 1 2
 >> 1  Asymptote à -40 dB/dec
1
Q  M = 0  courbe plate : Réponse de Butterworth
2
1
H ( ) 
4  1

Filtrage - Modulation 23
FILTRAGE

Normalisation des unités d’impédance


On prend comme unité d’impédance une valeur particulière de R0 ou de
C0 compatible avec le mode de réalisation du filtre et avec des valeurs
réalistes des composants compte tenu de la fréquence de normalisation.
Par exemple, dans le cas d’un filtre passe haut du premier ordre :

VS RCp
Ve C R VS H ( p)  
Ve 1  RCp
1
On choisira dans ce cas particulier : f u 
2RC
s
La fonction de transfert devient alors : H ( s ) 
1 s
On fixe alors une valeur R0 de R
1 Ve 1 1 VS
et on en déduit C0 
2R0 f u

Filtrage - Modulation 24
FILTRAGE

Transposition en fréquence
Le but de cette opération est de ramener l’étude de tous les types de filtre
à l ’étude d’un filtre passe bas normalisé.
Transformation de base :
1
• Passe bas  Passe haut : s  s
1 1 f p
• Passe bas  Passe bande : s  s   B
B s f0
B
• Passe bas  Coupe bande : s
1
s
s
Ces transformations peuvent s’appliquer soit aux gabarits, soit aux fonctions
de transfert, soit aux éléments du réseau du filtre.
Les résistances et les coefficients d’amplification sont inchangés, une capacité
se transformera en une inductance (ou inductance en série, ou parallèle avec
une capacité!)  transformation du gabarit et de la fonction de transfert.

Filtrage - Modulation 25
FILTRAGE

Transposition Passe bas  Passe haut


1 1 1 s  j 
H ( s)  s  H ( s)   
 H (  )  
1 s s 1
1 1 s  1  j 

s
Le gabarit du filtre passe bas se transforme en un gabarit passe haut, mais
les trois grandeurs caractéristiques sont inchangés : K, AMin et AMax.

AMin AMin

AMax AMax
F F
Fp=1 Fa =1/K K 1

Filtrage - Modulation 26
FILTRAGE

Transposition Passe bas  Passe bande


1 1 1 1 Bs
H ( s)  s s    H ( s)  
1 s B s 1 1  1  Bs  s 2
1  s  
B s
Comment une valeur  ’ de la pulsation du gabarit du filtre passe bande
est obtenue à partir d’une valeur  de la pulsation du gabarit du filtre
passe bas : 1 1  '2 1
j   j' 
  jB
B
 j'  '

•  =0   ’=1 racine positive! donc  ’=1


La fréquence nulle du passe bas est la fréquence centrale du passe bande
•  quelconque et  ’<1 •  quelconque et  ’>1
B B 2 2 B B 2 2
'1    1 '2   1
2 4 2 4

Filtrage - Modulation 27
FILTRAGE

A chaque fréquence du filtre passe bas correspond deux fréquences du passe


bande dont le produit vaut 1  géométriquement symétriques par rapport à
la fréquence centrale normalisée du passe bande où f0=1.

AMin AMin

 F' F

F 1  p


 F '  1 / F p
AMax AMax
F + + + + F
1 1/K 1/Fa 1/Fp 1 Fp Fa
1  F '  Fa
F   
K F '  1 / Fa

B B2  B B2

F   1 Fa   1
p
2 4 2K 4K 2
 1 B B2 Fp  Fp
Fp      1 K'  K : Même sélectivité!
Fp 2 4 Fa  Fa

Filtrage - Modulation 28
FILTRAGE

Transposition Passe bas  Coupe bande


1 B 1 1 s2
H (s)  s  H ( s)  
1 s s
1
1
B 1  Bs  s 2
s 1
s
s
Cette transformation est tout à fait analogue à la précédente.

AMin AMin

AMax AMax
F + F
1 1/K f0 Fa F+p

Filtrage - Modulation 29
FILTRAGE

VI - Fonctions d’approximation
Nous avons montré que la réalisation de tout filtre se ramène à un filtre
passe bas normalisé. Le problème est donc de trouver, pour un gabarit
donné, une fonction de transfert satisfaisante, c’est à dire de construire
un réseau dont la courbe de réponse s’inscrit à l’intérieur du gabarit!
On cherche une fonction mathématique, A() où  est la pulsation
normalisée, exprimant l’affaiblissement du filtre à réaliser. A() est la
fonction d’approximation. Cependant pour que la solution aboutisse à un
réseau physiquement réalisable, A() doit satisfaire un certain nombre de
contraintes.
 Contraintes imposées par la structure du filtre
S ( p)
La fonction de transfert d’un filtre s’exprime sous la forme : H ( p) 
E ( p)
Stabilité du filtre  Les racines de E(p) sont dans D-

Filtrage - Modulation 30
FILTRAGE

Stabilité du filtre  Les racines de E(p) (pôles de H(p) sont à partie réelle
négatives (dans D-) (Polynômes de HURWITZ)
Filtre physique  degré de S(p)  degré de E(p)
1
   H ( j).H (  j)
2
On peut montrer que : H ( )
A()2

a0  a1 ( j)  a2 ( j) 2  ... a0  a1 ( j)  a2 ( j) 2  ...


H ( j).H ( j)  .
b0  b1 ( j)  b2 ( j) 2  ... b0  b1 ( j)  b2 ( j) 2  ...

Dans ce produit, les termes impairs s’éliminent! On pose Ai=ai2 et Bi=bi2.


A0  A1 2  A2  4  ... N ( 2 ) 1
H ( j).H ( j)    G (  2
) 
B0  B1 2  B2  4  ... D( 2 ) A()2
En conclusion, [A()]2 est :
 Fraction rationnelle
 Fonction du carré de la fréquence
 Degré 2n en  si H(j) est de degré n en j

Filtrage - Modulation 31
FILTRAGE

 Contraintes imposées par le gabarit


Pour que le graphe de la fonction A() s’inscrive à l’intérieur du gabarit
passe bas, l’amplitude de A() doit répondre aux caractéristiques suivantes :
 Pour les fréquences f<fp (F<1), A() doit être voisin de 1, atténuation
faible en bande passante (proche de 0 dB)
 Pour les fréquences f>fa (F>1/K), A() doit être très élevée, ce qui
veut dire que l’atténuation doit être très importante en bande coupée
 Pour des valeurs de f comprises entre fp et fa, A() doit augmenter
rapidement depuis 1 jusqu’à une valeur élevée
Dans tous les cas, A()1  A()2  1  K ( 2 )  A()  1  K ( 2 )
K(2) est la fonction caractéristique du filtre, elle varie autour de 0 en
bande passante

Filtrage - Modulation 32
FILTRAGE

Propriétés des fonctions caractéristiques


En bande passante, l’atténuation, exprimée en dB, doit être inférieure à Amax :
  A    10
Amax
20 log 1 K  2
max  K  2 10
1   2

En bande coupée, l’atténuation, exprimée en dB, doit être supérieure à Amin :

  A    10
Amin
20 log 1 K  2
min  K  2 10
 1  L2

En conclusion, la fonction caractéristique d’un filtre passe bas doit satisfaire


les propriétés suivantes :
 Fonction paire de la fréquence (c’est à dire fonction de 2)
 Fraction rationnelle en 2(dont le dénominateur est un carré)
 Avoir une faible valeur en bande passante < 2
 Avoir une valeur élevée en bande coupée > L2

Filtrage - Modulation 33
FILTRAGE

Approximation de Butterworth
Les filtres de Butterworth ont la propriété d’avoir la courbe de réponse la
plus plate possible à l’origine :
H  j  
2 1
1  2n
 A 2
 1  2n  n : ordre du filtre

Pour un filtre passe bas idéal, on a les caractéristiques suivantes :


|H(jw)| Arg[H(jw)]
1

w w
wC wC
L’atténuation est nulle (en dB) en bande passante, infinie en bande coupée,
la phase est linéaire en bande passante, aléatoire en bande coupée.

Filtrage - Modulation 34
FILTRAGE

La fonction de transfert Hi(j) est donc de la forme :

e  jk si 0    1
H i  j  
 0 si   1

Comment faire pour approcher au mieux cette fonction de transfert?


On désire que la courbe de réponse réelle soit la plus plate possible au
voisinage de =0 et Fi(0)=1.
N ( 2 )
H ( j)  H ( j).H ( j)  G( ) 
2 2

D(2 )
On résoudra le problème d’approximation en choisissant les coefficients de
G(2) tels que : G(0)=1 et les n premières dérivées de G(2) par rapport à
2 soient nulles.
N ( 2 ) A0  A1 2  A2  4  ...
On a vu que : G ( ) 
2

D ( 2 ) B0  B1 2  B2  4  ...

Filtrage - Modulation 35
FILTRAGE
AO
G (0)  1  A0  B0 Choix possible : A0=B0=1
B0
N ' D  D' N
La dérivée de G(2) par rapport à 2 : G ' ( 2 ) 
D2
A1  B1
G ' (0)  2
0  A1  B1 Choix possible : A1=B1=0
B0
De même pour la dérivée seconde : G' ' (0)  0  A2  B2
On peut également choisir : A2=B2=0
On peut réitérer jusqu’à l’ordre n (n premières dérivées nulles ) :
- Ai=Bi=0 i<n
N ( 2 ) 1  An  n  An 1 n 1  ...
D’où : G ( ) 
2

D( 2 ) 1  Bn  n  Bn 1 n 1  ...

Tous les coefficients qui restent peuvent être choisis arbitrairement, le choix
habituel est : - Ai=0 pour in
- Bi=0 pour i>n

Filtrage - Modulation 36
FILTRAGE

1 1
Finalement : G ( )   A()   1 B 
2 2 2n

1 B  G ( )
2n 2 n
n

Le coefficient Bn est déterminé par la valeur de l’atténuation souhaitée à


=1(w=wc) :  w 2

n

A(w )  1  Bnw c  2   A(w c )  1  Bnw c


2 2n 2 2n

 wc 
1
A(w c )  1  Bnw c2 n  3dB  Bn 
w c2 n
n n
2n  w  w2 
2
On en déduit : A(w )  1  Bnw c  2   A(w )  1   2 
2 2

 wc   wc 
A()  1  2n
2
Finalement :
Les polynômes de Butterworth permettent d’approximer un filtre passe bas
idéal, si l’on admet un affaiblissement de 3dB à la fréquence de coupure,
wc=wp=wu et Amax=3dB.

Filtrage - Modulation 37
FILTRAGE
1 1
Résumé : Butterworth H ()  
2

A()
2
1  2n

Propriétés : - module=1 (0dB) pour =0


- module=1/2 (-3dB) pour =1
- monotone décroissante 20n dB/dec
- plate au voisinage de =0
- n  Passe Bas idéal (meilleure approximation)

Filtrage - Modulation 38
FILTRAGE
1
Butterworth : H () 2   H ( j) H * ( j)
1  2n
Réponse réelle  H * ( j)  H ( j)

On pose j  =s : variable de Laplace réduite

1
 Pôles : sk  j  1
1
H ( s) H ( s)  2n
1 s 2n

  2 k 1 
j  1
sk  e 2 n 
k entier

 
X X X
X 4
3
X X X X
X
X X X
n=1 n=2 n=3

Filtrage - Modulation 39
FILTRAGE

Les pôles de H(s)H(-s) apparaissent en paire symétrique par rapport à l’axe


vertical  répartir les pôles entre H(s) et H(-s)
H(s) doit être stable (et causal)  les pôles de H(s) sont à gauche (D-)

1
n 1 H (s)   pôle :  1 X
1 s

3  5 
j j j j
n2 2 pôles : e 4
 e 4
et e 4
 e 4 X

1 1 X
H ( s)   

 j  j  1 2s  s 2
s e 4  s  e 4 
  
  

Filtrage - Modulation 40
FILTRAGE

 1 X
2 
 j3 j
n3 3 pôles : e  e 3 X
4 
 j3 j
e  e 3 X

1 1
H ( s)  

s  1 s  e 3
j

 j
 s  e 3



 
s  1 s 2  s  1
 
  

1
n4 H ( s) 
 
s 2  0,7654s  1 s 2  1,8478s  1 
Remarque : Les pôles sont réels négatifs ou en paires conjuguées et
racines nième de l’unité.

Filtrage - Modulation 41
FILTRAGE

Choix de l’ordre du filtre de Butterworth :


0 w
0,1
On désire réaliser le filtre ayant le
gabarit ci-contre :
Avec w2=2 w1=2.104 rd/s 0,95
1
w1 w2
AMin=20dB  1
 H (1 )   0,952
2

 1  1 2n

3dB  1
   0,12
2
 H ( )
1  2
2 2n
AMax=0,44dB 
F  w2
1 1 2    2 

2 1
wp

 10 log( 1  12 n )  0,44dB n  4,92#5


  
10 log( 1  (21 ) )  20dB  1 # 0,8
2n

Filtrage - Modulation 42
FILTRAGE

1 1
H 5 ()   H 5 ( jw ) 
2 2

1  10  w
10

1  4 
 1,256.10 
w1
1   0,8
wp
 w p  1,256.104 rd / s

w2 2
2   #1,6
w p 1,256

Filtrage - Modulation 43
FILTRAGE

Approximation de Tchebychev
Les filtres de Butterworth sont optimaux dans le sens où leur réponse est la
plus plate possible à l’origine : A()  1  2 n

Les filtres de Tchebychev sont optimisés de manière à ce que l’atténuation


en bande passante oscille le plus grand nombre de fois possible entre 0 et
AMax  L’imperfection que constitue l’atténuation résiduelle en bande
passante est ainsi répartie sur toute cette bande!

A()  1   2Tn2 () 1


1-
Tn() : Polynôme de Tchebychev
d’ordre n

0 1

Filtrage - Modulation 44
FILTRAGE

Polynômes de Tchebychev
Soit h(x) l’écart en amplitude entre une fonction f(x) et une fonction fi(x)=1
Comment choisir f(x) pour que |h(x)|L pour -1  x 1 ?
Prenons pour h(x) un polynôme de degré n, de sorte que pour -1  x  1, h(x)
atteigne (n-1) fois la valeur extrémale ±L (h(x) atteint (n+1) fois la valeur
extrémale ±L si on compte les extrémités de l’intervalle)
L2-h2(x) aura des zéros pour tous les extremums à l’intérieur de l’intervalle
(-1,1) et ces zéros seront doubles puisque la fonction et sa dérivée s’annulent
De plus, les points x= ±1 sont également des zéros de L2-h2(x) :
2 1 y
2 2
 dh   dy 
2
h( x )
L  h ( x)  K (1  x )  y    
2 2 2 2
Soit
 dx  L  dx  1 x2

dy dx
Soit    Arc cos y   Arc cos x
1 y2 1 x2

Filtrage - Modulation 45
FILTRAGE

Finalement on obtient : h( x)  L cos Arc cos x

h(x) Si on désigne par n le nombre , h(x) oscillera


L
n fois entre les valeurs ±L pour -1  x 1
-1 1 x
-L Soit : h( x)  L cosn Arc cos x
Cette fonction correspond à un polynôme car il est possible d’exprimer cos n
sous la forme d’un polynôme en cos 
Les polynômes h(x) répondant à la question sont ainsi les polynômes de
Tchebychev : Tn ( x)  cosn Arccos x 
Les polynômes de Tchebychev sont :
n  0 T0 ( x)  1  n  1 T1 ( x)  x
n  2 T2 ( x)  2 x 2  1 n  3 T3 ( x)  4 x 3  3 x
n  4 T4 ( x)  8 x 4  8 x 2  1

Filtrage - Modulation 46
FILTRAGE

Tn(x) vérifie la formule de récurrence : Tn ( x)  2 xTn1 ( x)  Tn2 ( x)


Soit : T2 n ()  2Tn ()  1 cos2nx  2 cos 2 nx  1
 Application aux filtres ER (Equal Ripple) : A()  1   2Tn2 ()

2 2
A()  1   T ()  1   Tn ()
2 2 2
Soit n
2 2
Ainsi l’atténuation variera entre 1 et 1+2 lorsque 0   1

20 log A()  10 log 1   2Tn2 () 
Lorsque 0   1  Tn() varie entre -1 et 1, donc Tn2() varie entre 0 et 1
0  20 log A()  10 log 1   2   
20 log A(  0)  10 log 1   2 
0 
20 log A()  10 log 1   2 
si n est impair 

 20 log A()  0 dB si n est pair

Filtrage - Modulation 47
FILTRAGE

Soit AMax l’atténuation maximale en bande passante (exprimée en dB)


0   1  0  A() AMax avec AMax =10log(1+2)
D' où   10 A Ma x
1

Ainsi les fonctions d’approximation dépendent du paramètre , elles sont


tabulées pour différentes valeurs de  correspondant à des affaiblissements
AMax de 0,1 ; 0,5 ; 1,0 ; … dB en bande passante :
A

• AMax = 0,1 dB   =0,15262 AMa x

• AMax = 0,5 dB   =0,34931


• AMax = 1,0 dB   =0,50884

Courbes de Tchebychev en
bande passante AMax=1dB

Filtrage - Modulation 48
FILTRAGE

Détermination des fonctions de transfert des filtres de Tchebychev


Elles s’obtiennent comme précédemment en recherchant les racines de A(),
c’est à dire les racines de l’expression 1+2Tn2() :
Soit 1   2 cos 2 n Arccos  0
 Pk  j
Si Pk (P=j ) sont les racines recherchées, on a : cos n Arccos   
 j  

cosnU k  jnVk   
Pk j
En posant U k  jVk  Arccos 
j 
j
Soit cos nU k .ch nVk  j sin U k .sh nVk  

 cos nU k .ch nVk  0  cos nU k  0


D' où

sin U .sh nV   1 

sh nV   1
ch x  0 x 


k k
 

k

Filtrage - Modulation 49
FILTRAGE

 
nU k  ( 2 k  1)
2
On en déduit :  1
 sh nVk  
 
Il convient d’en déduire l’expression des pôles : Pk  j. cosnU k  jnVk 

 ( 2k  1) 1 1
Pk  j. cos  j Arg sh    k  jw k
 2n n 

On peut alors montrer que k et wk vérifient :


 k2 w k2
 1
1 1 1 1
sh  Arg sh 
2
ch  Arg sh 
2

n  n 

C’est l’équation d’une ellipse!

Filtrage - Modulation 50
FILTRAGE

Remarques sur les filtres de Tchebychev


Tchebychev : A()  1   2Tn2 ()

Pour avoir une fréquence de normalisation à -3dB, prenons =1.


Tchebychev d’ordre 3 (Taux d’ondulation 3dB) : A()  1  (43  3) 2
Butterworth d’ordre 3 : A()  1  6
2  A()  30dB A()  18dB

Tcheb Butte

  10  A() Tcheb
 72dB A() Butte
 60dB
Les filtres de Tchebychev présentent un grand intérêt pratique car de tous les
filtres polynomiaux, ce sont ceux qui présentent la coupure la plus raide.
Toutefois, ils n’ont pas une très bonne régularité du temps de propagation de
groupe en bande passante et leur comportement en transitoire n’est pas aussi
bon que celui des filtres de Butterworth.

Filtrage - Modulation 51
FILTRAGE

Autres types de filtres polynomiaux


Filtres de Legendre (Papoulis) : A()  1  Ln ()
Ln polynôme de Legendre d’ordre n
Les filtres de Legendre correspondent à une tentative permettant de concilier
l’aspect non ondulé en bande passante des filtres de Butterworth, et la
rapidité d’atténuation en bande coupée des filtres de Tchebychev.
Ainsi, ces filtres présentent comme les filtres de Butterworth une courbe
d’atténuation croissante monotone, mais au lieu d’être la plus plate possible
à l’origine, elle a une pente la plus forte possible à la fréquence de coupure.
* L1   2 * L2   4
* L3  36  3 4   2 * L4  68  86  3 4
Les fonctions de transfert des filtres de Legendre s’obtiennent selon la
méthode utilisée pour Butterworth et Tchebychev.

Filtrage - Modulation 52
FILTRAGE

Autres types de filtres polynomiaux


Filtres de Bessel (Thomson) :
Ce sont des filtres polynomiaux ceux pour lesquels le critère d’optimisation
est la régularité du temps de propagation de groupe en bande passante.
La fonction de transfert d’un filtre ayant un temps de propagation de groupe
de t=1s s’écrit : tp p 1
H ( p)  e e 
ch p  sh p
p2 p4 p3 p5
En posant : ch p  1    ... et sh p  p    ...
2! 4! 3! 5!
1
On obtient : H ( p)  3
p  6 p 2  15 p  15
Le dénominateur, ainsi obtenu, est un polynôme de Bessel d’ordre n
* B1  1  p * B2  p 2  3 p  3
* Bn  (2n  1) Bn 1  p 2 Bn  2

Filtrage - Modulation 53
FILTRAGE

* B1  1  p * B2  p 2  3 p  3
* Bn  (2n  1) Bn 1  p 2 Bn  2
Ces polynômes ont été calculés en prenant t=1s, donc pour les courbes de
réponse en amplitude, l’atténuation à =1 sera quelconque. En fait, les
fonctions de transfert sont tabulées en prenant une atténuation de 3 dB à
=1.
Par exemple, pour n=5, t est constant jusqu’à 1,5 fois la fréquence de
coupure à 3dB. Mais à cette fréquence l’atténuation n’est que de 7,5 dB

Filtrage - Modulation 54
FILTRAGE

Filtres non polynomiaux


Filtres elliptiques : Filtres de Cauer
Les filtres polynomiaux, étudies précédemment, ont tous une fonction
caractéristique qui est un polynôme en 2 (Dénominateur D(2)=1).
Par conséquent, pour une valeur finie de la fréquence, l’atténuation
présente une valeur finie.
Si on utilise une fonction caractéristique pour laquelle le dénominateur est
un polynôme en 2, on introduit des fréquences d’atténuation infinie ou
zéros de transmission (racines de D(2)=0).
L’introduction de ces zéros de transmission présente les avantages suivants :
 Supprimer les fréquences particulièrement indésirables, comme par
exemple la porteuse dans un filtre de démodulation.
 Rendre la coupure d’un filtre beaucoup plus raide en plaçant un zéro
de transmission immédiatement après la fréquence de coupure, sans
augmenter l’ordre du filtre.

Filtrage - Modulation 55
FILTRAGE

Les principaux filtres, ayant des zéros de transmission, sont les filtres de
Cauer, dont les principales caractéristiques sont les suivantes :
 Ils possèdent la plus grand nombre possible de zéros de transmission
pour un ordre n donné (n/2 zéros si n est pair, (n-2)/1 si n est impair).
 Ils ont une atténuation uniformément répartie aussi bien en bande
passante qu’en bande coupée, de sorte que leur comportement se
rapproche de celui d’un filtre de Tchebychev.

1 |A|dB
1-1
AMin

2 AMax
w
0 1 w01 w02 w1
0
w2
wa
w01 w1= w02 w2 = w0k wk =Cste wp

Filtrage - Modulation 56
FILTRAGE
N ( 2 )
A( j)  1  K ( )  1 
2 2
Filtres de Cauer :
D( 2 )
Les fréquences wi sont les racines de l’équation D(2)=0
Les fréquences w0i sont les racines de l’équation N(2)=0
Toutes ces racines sont des racines doubles :
N (w 2 ) (w 2  w O2 1 ) 2 (w 2  w O2 2 ) 2 ...(w 2  w Ok
2
)2
K (w ) 
2

D(w 2 ) (w 2  w 2 1 ) 2 (w 2  w 2 2 ) 2 ...(w 2  w 2 k ) 2
n
avec k si n est pair
2
N (w 2 ) w 2 (w 2  w O2 1 ) 2 (w 2  w O2 2 ) 2 ...(w 2  w Ok
2
)2
K (w ) 
2

D(w 2 ) (w 2  w 2 1 ) 2 (w 2  w 2 2 ) 2 ...(w 2  w 2 k ) 2
n 1
avec k  si n est impair
2
Ces relations montrent que la connaissance des w0i et wi définit entièrement
la fonction caractéristique, donc le filtre de Cauer.
Rappel : w01 w1= w02 w2 = … = w0k wk =Cste

Filtrage - Modulation 57
FILTRAGE

Fonctions de transfert des filtres de Cauer :


Atténuation : A()  1   2 K ( 2 )

 est déterminé pour que l’atténuation soit égale à AMax pour =1et la
normalisation du passe bas est effectuée par rapport à la fréquence fp limite
de la bande passante à un taux d’ondulation donné (comme Tchebychev) :
AMa x
1
AMax  10 log 1   2 K (1) 
10
10
  
K (1)

Contrairement aux filtres polynomiaux, il est difficile de donner des tables


de fonctions de transfert car elles dépendent de 3 paramètres : n, AMax et K,
ou n, AMax et AMin (K : sélectivité). Il existe donc une infinité de filtres de
Cauer d’ordre n ayant une ondulation en bande passante <AMax
Pour chacun de ces filtres, AMin aura une valeur différente!

Filtrage - Modulation 58
FILTRAGE

VI - Circuits fondamentaux pour la synthèse de filtres actifs


Lorsque l’on utilise des montages à base d’amplificateurs opérationnels, au
vue des valeurs des composants discrets, on peut considérer ces A.Op.
comme parfaits (Ze  , Zs  0 et AV  )
 Synthèse directe d’un filtre actif à partir d’un A.Op.
Structure à contre réaction simple : [Y2]
C.R. en courant
On peut montrer que : Ve [Y1] -
Av VS
VS ( p ) Y )
H ( p)    21 1 +
Ve ( p ) Y21 ) 2

Le problème devient alors, comment calculer des quadripôles ayant les


valeurs de Y21 permettant d’obtenir la fonction de transfert désirée?

Filtrage - Modulation 59
FILTRAGE

 Synthèse directe d’un filtre actif à partir d’un A.Op.


Structure à contre réaction multiple ou Structure de Rauch :

Y5
Y4

VS ( p )
Ve Y1 Y3 - H ( p) 
Av VS Ve ( p )
+
Y2

Y1Y3
H ( p)  
Y3Y4  Y5 (Y1  Y2  Y3  Y4 )

Remarque : Produit d’impédances (admittances) au numérateur et au


dénominateur, il sera possible de réaliser des fonctions de transfert au
second ordre. Le numérateur ne présente pas de somme, il sera donc
impossible de réaliser une fonction « réjecteur de fréquences ».

Filtrage - Modulation 60
FILTRAGE

 Synthèse directe d’un filtre actif à partir d’un A.Op.


Structure de Sallen & Key :
C’est la structure de base des filtres
Z2 polynomiaux. Sa fonction de transfert
est donnée par :
Ve Z1 Z3 K VS ( p )
VS H ( p) 
Ve ( p )
Z4

Z2Z4
H ( p) 
Z1 Z 3  Z 4 (1  K )   Z 2 ( Z1  Z 3  Z 4 )

Remarque : Produit d’impédances (admittances) au numérateur et au


dénominateur, il sera possible de réaliser des fonctions de transfert au
second ordre. Le numérateur ne présente pas de somme, il sera donc
impossible de réaliser une fonction « réjecteur de fréquences ».

Filtrage - Modulation 61
FILTRAGE

Z2

Ve Z1 Z3 K Cas où K=1 :
VS

Z4
Z2Z4
H ( p) 
Z1 Z 3  Z 2 ( Z1  Z 3  Z 4 )

Remarque : Amplificateur K (source commandée)

R2
K 1
R1
VS
Ve +
VS
R Ve +
K  1 2
R1

Filtrage - Modulation 62
FILTRAGE

 Convertisseur d’impédance négative : NIC


C’est une forme de transformateur idéal :

1
-kZL NIC ZL ZL NIC ZL
k

Les caractéristiques du convertisseur d’impédance négative sont définies


par la matrice de transfert :
ie is
Ve   A B  Vs 

i 
 
i  NIC ZL Vs
D  Ve
 e  C  s 

Ve=AVs-Bis or Vs=-ZLis  Ve=-(AZL+B)is  Ve  AZ L  B


   kZL
De même ie=-(CZL+D)is  ie  CZ L  D

Filtrage - Modulation 63
FILTRAGE

Ve  AZ L  B Pour satisfaire cette équation (avec k>0), il


   kZL
ie  CZ L  D suffit de prendre B=C=0 et A=-kD

On peut envisager toutes les formes de convertisseur d’impédance négative


suivant les valeurs respectives de A et D. On s’intéressera aux 2 types de
convertisseurs suivants :
 Convertisseur d’impédance négative en tension : VNIC

Dans ce cas : ie=is et VeVs Ve   K



0  Vs 
i 
 
 1i 

(d ’où la conversion de tension) :  e  0  s 

 Convertisseur d’impédance négative en courant : INIC

Dans ce cas : ie  is et Ve=Vs : Ve   


1 0  V 

i   0  1  s

 e   
  i 
s 
k 

Filtrage - Modulation 64
FILTRAGE

Le schéma suivant réalise un montage INIC :


 Ve  V0   R1ie
on peut écrire : 
Vs  V0   R2is
ie is

is R
R2 or Ve  Vs   1 k
R1

Ve Vs ie R2

Ve   
1 0
 R2
 V 
 s 
V0 Soit 
i   0   is 
 e   R1  
ie is
Impédance négative :
R1

R2

Ve Vs Ve  Vs   RLis  kRLie
RL

Ve R
V0 Ze    kRL   1 RL
ie R2

Filtrage - Modulation 65
FILTRAGE

Stabilité d’un montage INIC :


Ve  V0  RG  R1 ie
ie is
RG

e  kRLie  Ve  RG ie
R1

R2
Ve Vs

RL
RG  R1
Soit Ve  V0  Ve
V0 RG  kRL
R2
1
 RG  R1  V0 R  kRL RL G
Ve 
 1  
  V0   1  
 kRL  RG  Ve kRL  RG R R
1 2 G 1  GH
R1 RL
R2 R2 RG
G  1 et GH   Instable si 1+GH<0 (pôle dans D+)
RL R1 RL

GH  
R2 RG
 1 
R2 R
 1 si R1  R2 RG  RL 
R1 RL RL RG

Filtrage - Modulation 66
FILTRAGE

Stabilité d’un montage INIC : Remarque


R2 R RL RG
1  1 1  
RL RG RL  R2 RG  R1

RG RL
R1

R2

RL RG
e  V0 et e  V0
RL  R2 RG  R1
V0

Stable si contre réaction sur l’entrée > contre réaction sur l’entrée plus
RL RG
e  e  
RL  R2 RG  R1

Filtrage - Modulation 67
FILTRAGE

 Synthèse directe d’un filtre actif à partir d’un INIC


 Méthode de Linvill :
Cette méthode utilise un INIC placé entre 2 quadripôles caractérisés par
leurs matrices impédances :
ie i i’ is
Le second quadripôle
étant à vide, son
Ve [Za] V INIC k V [Zb] Vs impédance d’entrée
vaut Z11b (V=- Z11bi’)

Par conséquent, l’impédance d’entrée du montage INIC vaut -kZ11b


ie i
V  Z 21a ie  Z 22a i  V kZ11b Z 21a
Ve [Za] V -kZ11b  
V  kZ11bi  ie kZ11b  Z 22a

Filtrage - Modulation 68
FILTRAGE

Le second quadripôle étant à vide : V=- Z11bi’ et Vs=- Z21bi’


La fonction de transfert de transimpédance est donc :
V kZ11b Z 21a Vs kZ21a Z 21b
  Z ( p)  
ie kZ11b  Z 22a ie kZ11b  Z 22a

 Méthode de YANAGISAWA :
Cette méthode utilise la structure ci-dessous :

Si on ne tient pas compte du quadripôle


[Yb] Yb  on obtient :
ie i i’

Ve [Ya] INIC k Vs
Ve [Ya] V INIC k V

Filtrage - Modulation 69
FILTRAGE

Si on ne tient pas compte du quadripôle ie i i’


Yb  on obtient : Ve [Ya] INIC k V
V
On peut donc écrire :
 ie  Y11aVe  Y12aV   ie  Y11aVe  Y12aV
 
 i  Y V  Y V   i '   


21a e 22 a
k 
 i '   kY21aVe  kY22aV

 Y Y12a 
On en déduit la matrice admittance équivalente :   kY 
11a

 21a  kY22a 

La fonction de transfert du système complet s’écrit donc :


Vs Y Y  kY21a
H ( p)    21T   21b
Ve Y22T Y22b  kY22a

Cette relation est plus simple que celle obtenue pour la structure de Linvill

Filtrage - Modulation 70
FILTRAGE

Structure de Yanagisawa simplifié :


On obtient :
- Y21a=-Y1a
Y1a Y1b
- Y22a=Y1a +Y2a
Ve Y2a INIC k Y2b Vs - Y21b=-Y1b
- Y22b=Y1b +Y2b

La fonction de transfert s’écrit alors :


Vs Y1b  kY1a
H ( p)  
Ve Y1b  kY1a  Y2 b  kY2 a

Filtrage - Modulation 71
FILTRAGE

 Gyrateurs
C’est un élément actif non réciproque qui a la propriété de présenter une
impédance d’entrée proportionnelle à l’inverse de l’impédance de charge
ie is Rg

Ve Rg2
ZL 
Ve Rg V Ve ZL Vs Ze  
s ie ZL

Ve   A B  Vs 
La matrice de transfert s’écrit : 
i 
 
i 
 e  C D s 

Rg2
Or Ve  ie et Vs  Z Lis
ZL

On en déduit la relation suivante : AZ L2  BZ L  CZ L Rg2  DRg2

Filtrage - Modulation 72
FILTRAGE

Cette relation est vraie : Z L  AZ L2  B Z L  C Z L Rg2  D Rg2

On en déduit : A=0, D=0 et B=CRg2


 1
i
 e  Vs
Ve   0 Rg  Vs   Rg
On obtient ainsi : 
i 
 0 

i  
1
 e  1 / Rg  s  is   Ve

 R g

Le courant d’un port est proportionnel à la tension de l’autre port


Réalisation d’un gyrateur :
Rg Rg
L’impédance de charge de l’INIC :
ie is
INIC k -Rg ZL 1 Rg2
Ve Vs Rg  
1 1 ZL

Rg  Z L Rg
Ve Rg2
D’où : Ze  k
ie ZL

Filtrage - Modulation 73
FILTRAGE

Réalisation d’un gyrateur, pour réaliser la résistance -Rg, on utilise un


INIC avec k=1 (R1=R2) :
Rg Rg
R

R
Ve R
Vs

Rg
Pour réaliser un gyrateur, on peut également utiliser le montage suivant :
Rg 1 Rg2

Impédance 1 1 ZL
-Rg -(Rg//ZL) 
d’entrée : Rg 
Rg Z L Rg
Rg  Z L

Filtrage - Modulation 74
FILTRAGE

Réalisation du gyrateur :
Rg
-Rg -(Rg//ZL)

Rg
R R

Ve R R
Vs
Rg

ZL
Rg

Filtrage - Modulation 75
FILTRAGE

 Synthèse directe d’un filtre actif à partir d’un gyrateur


Les méthodes proposées s’appuient sur un circuit constitué d’un gyrateur
placé entre 2 quadripôles RC, le premier est caractérisé par ses paramètres
admittance, le second par ses paramètres impédance :
ie i Rg i’ is

Ve [Ya] V V’ [Zb] Vs

Pour calculer la fonction de transfert : Le second quadripôle est en circuit


ouvert, son impédance d’entrée est donc Z11b. Cette impédance correspond
à la charge du gyrateur, par conséquent l’impédance de charge du premier
quadripôle est donc Rg2/ Z11b. Rg2
On peut donc écrire : V  i
Z 11b

Filtrage - Modulation 76
FILTRAGE

ie i Rg i’ is
Rg2
Ve [Ya] V V’ [Zb] Vs V  i
Z11b

V Y21a Rg2
Or -i=Y21aVe+ Y22aV  
Ve Z11b  Y22a Rg2

D’autre part la matrice impédance du gyrateur, déduite de sa matrice de


transfert nous donne :
V   0  Rg  i 
 
V '   0 

 i' 
  V '   Rg i '
   Rg  

Le second quadripôle étant à vide, on peut écrire : V’=-Z11bi’


Z11b Z11bY21a Rg
Soit : V '  V  V '  Ve
Rg Z11b  Y22a Rg2

Filtrage - Modulation 77
FILTRAGE

ie i Rg i’ is

Ve [Ya] V V’ [Zb] Vs

Z11b Z11bY21a Rg
Soit : V '  V  V '  Ve
Rg Z11b  Y22a Rg2

Le second quadripôle étant à vide, on peut écrire : Z11bVe=Z21bV’


Finalement, la fonction de transfert du système complet s’écrit :
Vs Z 21bY21a Rg
H ( p)  
Ve Z11b  Y22a Rg2

Filtrage - Modulation 78
FILTRAGE

VII - Synthèse en cascade d’un filtre actif


Le principe de la méthode consiste à réaliser un certain nombre de filtres
actifs élémentaires très simples dont la mise en cascade permettra d’obtenir
n’importe quel filtre.
 Décomposition de la fonction de transfert Passe Bas
Si on considère la fonction de transfert des filtres passe bas polynomiaux,
le numérateur est égal à 1. De plus, les racines du dénominateur de la
fonction de transfert (pôles) se situent sur une courbe continue dans D- :
demi cercle unité pour Butterworth, demi-ellipse pour Tchebychev.
Ces racines sont toutes imaginaires conjuguées (si n est pair, si n est
impair  il existe une racine réelle négative -p0)
On peut donc regrouper les racines complexes conjuguées pour donner un
un polynôme du second ordre : p1=-1+jw1 et p1*=-1-jw1

Filtrage - Modulation 79
FILTRAGE

On peut donc regrouper les racines complexes conjuguées : p1et p1*

 p  p1  p  p1*   p 2  2 1 p   12  w12 p 2
1   12  w12 
L’expression de la fonction de transfert d’un filtre polynomial peut donc
se mettre sous la forme :
K
H ( p) 
p 2
 2 1 p  p12   
p 2  2 2 p  p22  p 2  2 k p  pk2 
n
k (n pair )
2
K
H ( p) 
p  
p0  p 2  2 1 p  p12   
p 2  2 2 p  p22  p 2  2 k p  pk2 
n 1
k (n impair )
2
Cette fonction de transfert nécessite donc la mise en cascade de 2 types de
filtres élémentaires

Filtrage - Modulation 80
FILTRAGE

Mise en cascade de deux types de filtres élémentaires :


• Un ou plusieurs filtres du second ordre :
K
H ( p) 
p 2  2 i p  pi2
1
• Un filtre du premier ordre, si n est impair : H ( p) 
p  p0

Comme il s’agit de filtres passe bas H(j w)=1 pour w =0, on écrira donc les
fonctions de transfert élémentaires sous la forme :
1 1 1 1
H ( p)   et H ( p)  
p2 2 i ap 2  bp  1 p
1 ap  1
 p 1
pi2 pi p0

Filtrage - Modulation 81
FILTRAGE

 Signification physique de la décomposition des fonctions de transfert


Prenons comme exemple la réalisation d’un filtre passe bas de Tchebychev
d’ordre 7, avec un taux d’ondulation de 1 dB dans la bande passante et une
fréquence de coupure f0=1kHz
Prenons comme cellule de base la structure de Sallen et Key :

q1C0
La fonction de transfert de cette
Ve R0 R0 1 cellule s’écrit :
VS

m1 C 0 1
H ( p) 
1  2m1 R0C0 p  m1q1 RO2 C02 p 2

1
La pulsation caractéristique de cette cellule est : w1 
R0C0 m1q1

Filtrage - Modulation 82
FILTRAGE

La fonction de transfert normalisée de cette cellule :


1 1 m1
H ( p)  2 avec w1  et 1 
p p R0C0 m1q1 q1
1  21 
w1 w
2
1

La pulsation de normalisation du filtre de Tchebychev d’ordre 7 (pour


l ’ensemble des cellules) : 1
w 0  2f 0 
R0C0
p jw
Normalisation en fréquence : p  jw  s 
w0 w0

La pulsation caractéristique de la première cellule devient :


1 w1 1
w1   s1  
R0C0 m1q1 w0 m1q1

Filtrage - Modulation 83
FILTRAGE

La fonction de transfert de la première cellule devient :


1 1 1
H ( s)   
1  2m1s  m1q1s 2
s s2 1  b1s  a1s 2
1  21  2
s1 s1
Par identification, on obtient :
b1 a1 a
m1  q1  2 1
2 m1 b1
w1 f 1 b1 b1
s1   1  1  s1 
w0 f0 a1 2 2 a1
1
Rappel : Vm  Fm  f p 1  2 2
2 1   2

Les abaques donnent pour la première cellule : 4,3393 p 2  1,6061 p  1


Il faut traduire par : 4,3393s 2  1,6061s  1  a1s 2  b1s  1

Filtrage - Modulation 84
FILTRAGE

Première cellule : a1 = 4,3393 et b1 = 1,6061


On en déduit : m1 = 0,803 et q1 = 5,403
s1 = 0,480 (f1 = 480 Hz) et 1 = 0,3855
1
V   1,406
2 1
m1 2
1 1

F  f
m1 1
1  2  402 Hz (0,402)
1
2

D’un point de vue pratique, il est important de vérifier chaque cellule


avant de les cascader. Il est important de placer les cellules dans l’ordre
croissant du coefficient de surtension. Ces filtres étant très sensibles aux
dispersions sur les valeurs des composants, il est plus aisé de calibrer
chaque cellule : Vm, Fm et fi (caractéristiques fondamentales)
1ère cellule : 4,4493s2+1,6061s+1  Vm1=1,40
2ème cellule : 1,5303s2+0,3919s+1  Vm2=3,19

Filtrage - Modulation 85
FILTRAGE

Réalisation de la première cellule :


1ère cellule : 4,4493s2+1,6061s+1  m1 = 0,803 et q1 = 5,403

q1C0

Ve R0 R0 1
VS

m1 C 0

Pour calculer les différents éléments, on fixe R0 (1k  R0 100k)


Prenons R0 = 10k. On en déduit :

1 m C  12,78nF
C0   15,92nF  1 0
2f 0 R0  q1C0  86,02nF

Filtrage - Modulation 86
FILTRAGE

Tchebychev d’ordre 7 d’ondulation 1 dB :


1ère cellule : 4,4493s2+1,6061s+1
2ème cellule : 1,5303s2+0,3919s+1
3ème cellule : 1,0073s2+0,0920s+1
4ème cellule : 4,868s+1

On en déduit :
1ère cellule : m1=0,803 q1=5,403
2ème cellule : m2=0,196 q2=7,808
3ème cellule : m3=0,046 q3=21,878
4ème cellule : m4=0,046
1 = 0,3855 2 = 0,1585 3 = 0,046
f1= 480 Hz f2= 808 Hz f3= 996 Hz
Vm1= 1,40 Vm2= 3,19 Vm3= 10,91

Filtrage - Modulation 87
FILTRAGE

Réalisation de la dernière cellule :


Ve R0 VS
4ème cellule : 4,868s+1  m4 = 0, 046
m4 C 0
1 1
H ( p)   H ( s) 
m4 R0C0  1 m4 s  1

1 1 1
H ( s)   
4,868s  1 a4 s  1 s
1
s4
1 w
On en déduit que m4 = a4 et s4   4  0,673
a4 w0

Finalement f4 =s4f0 =673 Hz

Filtrage - Modulation 88
FILTRAGE

Réalisation d’un filtre de Tchebychev d’ordre 7 d’ondulation 1 dB, f0=1kHz :

m1C0  12,78nF  m2C0  2,48nF m3C0  0,732nF


   m4C0  77,5nF
 1 0
q C  86,02nF  2 0
q C  123 ,3nF  3 0
q C  348,3nF

86,02nF 124,3nF 348,3nF


10k
- - - VS
Ve + + +
10k 10k 10k 10k 10k 10k 77,5nF
12,78nF 2,48nF 0,73nF

-1dB
log f

Allure de la réponse

Filtrage - Modulation 89
FILTRAGE

VIII - Sensibilité des filtres actifs


Les circuits élémentaires du second ordre réalisés à partir de différents
éléments actifs : A.OP., convertisseurs d’impédance, gyrateurs, permettent
de réaliser des filtres d’ordre élevé par mise en cascade. La question se pose
de savoir quel type de circuit conviendra le mieux à réaliser
Hormis les questions de coût, les critères de choix porteront essentiellement
sur les facilités de réglage du filtre et sur la stabilité de ses performances
lorsque l’un ou l’autre des éléments qui le constituent varie. En effet, en
raison de l’importance des coefficients de surtension mis en jeu, une légère
variation de l’un des composants peut entraîner une variation considérable
de la courbe de réponse.
 Stabilité des caractéristiques d’un filtre actif
Les études de stabilité portent sur les points suivants :
- Effet de l’A.OP. : stabilité par rapport à ses caractéristiques

Filtrage - Modulation 90
FILTRAGE

 Stabilité des caractéristiques d’un filtre actif


Les études de stabilité portent sur les points suivants :
- Effet de l’élément actif : stabilité par rapport aux caractéristiques
de l’A.OP. et stabilité par rapport aux composants passifs associés
à l’A.OP. pour réaliser l’élément actif
- Effet des éléments passifs : stabilité par rapport aux composants
passifs associés à l’élément actif pour réaliser le filtre
• Grandeurs caractéristiques des filtres du second ordre :
La courbe de réponse d’un filtre passe
bas du second ordre est représentée sur Vm’
la figure ci-contre. Une variation de l’un Vm
des composants peut entraîner une légère
fm fm’
variation de la fréquence de résonance (peu
d’influence), mais une grande variation sur
de la valeur de surtension.

Filtrage - Modulation 91
FILTRAGE

La variation de l’amplitude maximale sera d’autant plus importante que le


coefficient de surtension sera élevé (Q=1/2)
En conclusion, la sensibilité d’un filtre élémentaire d’ordre 2 à une variation
d’un élément est d’autant plus importante que son coefficient de surtension
est élevé.
• Définition de la sensibilité :
La fonction de transfert d’un filtre passe bas normalisée s’écrit :
Vs 1 1
H ( p)   
Ve p p2 1 p p2
1  2  1 
w0 w 02 Q w 0 w 02
S’il y a surtension (fréquence de résonance) :
Vs Q 1
Vm   et wm  w0 1 
Ve 1 2Q 2
m
1
4Q 2

Filtrage - Modulation 92
FILTRAGE

Dès que Q dépasse quelques unités, on aura : Vm#Q et wm# w0


On aura une bonne estimation de la sensibilité d’un tel filtre en fonction de
la variation de l’un de ses composants X en mesurant quelle variation de Q
est provoquée par une variation de X.
D’où la définition de la sensibilité :
Q
Q
S XQ  : Sensibilité du coefficient de surtension à la variation
X
d’un élément X (grandeur indépendante des unités)
X

w 0 w m
w0 wm
Sw
X
0

X
#
X
: Sensibilité de w0 (wm dès que Q dépasse qq.
X X
unités) à la variation d’un élément X

Filtrage - Modulation 93
FILTRAGE

 Sensibilité des filtres du second ordre aux variations des éléments actifs
Les grandeurs caractéristiques de l’élément actif susceptible de varier sont :
- le gain K des sources commandées
- le gain K des convertisseurs d’impédance négative
- la résistance de gyration Rg pour les gyrateurs
- le gain A des A.OP.
En pratique, il peut naître une variation d’amplitude et de phase, en
particulier si la température varie. Nous ne nous intéresserons qu’aux
variations d’amplitude qui donnent une bonne idée de la sensibilité du
montage.
Toutefois il est difficile de comparer par exemple SKQ et SRgQ. Cependant,
tous les éléments actifs étant constitués à l’aide d’A.Op. il est possible
d’établir une comparaison valable en calculant les sensibilités par rapport à
une variation du gain en boucle ouverte A du ou des A.OP.

Filtrage - Modulation 94
FILTRAGE

Si l’élément actif est réalisé par des A.Op. associés à des éléments passifs,
une variation de ces derniers se traduira par une variation de l’élément actif.
Par exemple pour un INIC où k=R2/R1, si R1 et/ou R2 varient alors k varie!
Il convient alors de considérer 2 sensibilités par rapport aux variations de
l’élément actif.
• Calcul de la sensibilité d’un filtre à source commandée à gain positif

C1
La fonction de transfert d’un tel
Ve R R K filtre s’écrit :
VS

C2 K
H ( p) 
1  R2C2  1  K C1  p  R 2C1C2 p 2

1 C1C2
On définit : w0  et Q
R C1C2 2C2  1  K C1 

Filtrage - Modulation 95
FILTRAGE

Q K C1 C1C2 K 2C2  1  K C1 


On définit : S KQ  
K Q 2C2  1  K C1 2
C1C2

KC1 C1
Soit : S KQ   KQ
2C2  1  K C1  C2
1 C1
Dans le cas d’un ampli de gain unité : Q   S KQ  2Q 2
2 C2

Cette valeur peut paraître énorme, mais il faut tenir compte du gain de
boucle ouverte, A, de l ’A.Op. et étudier : Q
SA Q
Q
S A  SK S A
K

1 A
Dans le cas d’un montage suiveur : K  
1
1 A 1
A
K A 1 1 2Q 2
S K
  #  S Q

A K A 1 A
A A
A

Filtrage - Modulation 96
FILTRAGE
2Q 2
On obtient : S Q
A 
A
Pour utiliser ce montage, il convient de vérifier : A>>2Q2
1
De même : w 0   Sw
A
0
0
R C1C2

Si K1, montage non inverseur avec R1 et R2 : K  R1  R2


R1
Il faut alors calculer : S RQ 1
et S RQ2

C1 K  R2 1 K
S RQ1  S KQ S RK1  KQ SR S RK1  
C2 1 R1  R2 K
C
On en déduit : S Q
R1
 1  K Q  S1 Q
R2
C 2

Par exemple si Q=50 avec K=2 alors S RQ  2500 1

 Si R1 varie de 0,01% alors l ’amplitude de résonance, Q, variera de 25%!

Filtrage - Modulation 97
FILTRAGE

• Filtre utilisant un A.Op.

C2
La fonction de transfert d’un tel filtre
R
s’écrit :
Ve -
R R A VS 1
C1 + H ( p) 
1  3RC 2 p  R 2C1C2 p 2

Si on tient compte du gain A de l’A.Op., on obtient :


1
H ( p) 
2   1 C   1
1  R 3C2 1    1  p  R 2C1C2 1   p 2
A   A A  A

C1C2 (1  A)( 2  A) 2C1C2  3 AC1C2  A2C1C2


Avec : Q 
3C2 1  A  C1 3 AC2  3C2  C1

Filtrage - Modulation 98
FILTRAGE

Or A est très élevé (gain en boucle ouverte d’un A.Op.) :


A2C1C2 1 C1
Q# 
3 AC2 3 C2

Q A 1 1 3Q 2
On définit : S Q
  # 
A Q 1  3 A C2 3 A C2
A
A
C1 C1

2  2  1 1
1 1  1   1
A  A  A A
De même : w 0  # #
 1 R C1C2 R C1C2
R C1C2 1  
 A
1
1
1   A 
Soit : w 02  2 A  2w 0 w 0   
R C1C2 R 2C1C2  A2 

Filtrage - Modulation 99
FILTRAGE

  A  w 0  w 0
On obtient : 2w 0 w 0 # w 02  2 
 #
 A  A A2
w 0 A 1
On définit de même : S wA  0
 #0
A w 0 2A

• Filtre utilisant un INIC


R2

Ve R1 C1 INIC k Vs
La fonction de transfert C2
d’un tel filtre s’écrit :
1  R1  kR2 C1 p
H ( p) 
1  R1  kR2 C1  R2C2  p  R1 R2C1C2 p 2

R1 R2C1C2
Avec : Q 
R2C2  ( R1  kR2 )C1

Filtrage - Modulation 100


FILTRAGE

Q k kR2C1
On définit : S kQ  
k Q R2C2  ( R1  kR2 )C1

C1
En prenant k=1 et R1=R2=R : S kQ   Q2
C2

On réalise le montage INIC de la façon suivante :


ie is
V0  A(Vs  Ve )
 Vs V  V0
is   s
A

R2
RL
R1

Ve Vs RL R2
V  V0
ie  e
R2
La résolution de ce système nous donne :
Ve R  1  RL R2 
 Z e   1 RL 1    

ie R2  A  2
R RL 

Filtrage - Modulation 101


FILTRAGE

Dans ce cas la valeur rigoureuse du gain d’impédance négative est :


R1  1  RL R2  
k  1     
R2  A  R2 RL 

2
Prenons pour fixer les ordres de grandeur R1=R2=R= RL : k  1 
A
k A 2 A 2 2 2
S Ak   2   #
A k A k kA A2 A
2Q 2
Finalement, on obtient : S Q
A S S Q
k
k
A 
A
Toutefois, il convient de tenir compte de la sensibilité due aux dispersions
sur les résistances R1 et R2 :
k R1
S Rk1   1  S Rk 2
R1 k

Soit : S RQ  SkQ S Rk  S RQ  Q2
1 1 2

Filtrage - Modulation 102


FILTRAGE

 Sensibilité des filtres du second ordre aux variations des éléments passifs
Le calcul des sensibilités SAQ et SAw0 montre qu’il est toujours possible de
réaliser ces grandeurs à volonté par un choix judicieux des schémas et du
gain en boucle ouverte A de l’A.Op.
Il n’en sera pas de même pour les sensibilités SZQ et SZw0. En pratique, il ne
faudra utiliser que des montages pour lesquels ces grandeurs sont
raisonnablement faibles!
En particulier, les condensateurs sont des éléments passifs plus coûteux et
moins stables que les résistances. Une faible sensibilité à une variation de
l’un d’entre eux sera une qualité appréciable.
Attention, pour évaluer ces sensibilités, il faut prendre la précaution
d’effectuer les calculs avant de simplifier les termes qui s éliminent
par différence!

Filtrage - Modulation 103


FILTRAGE

Par exemple, prenons le cas du filtre à INIC suivant :


R2

La fonction de transfert R1
Ve C1 INIC k C2 Vs
d’un tel filtre s’écrit :
1  R1  kR2 C1 p
H ( p) 
1  R1  kR2 C1  R2C2  p  R1 R2C1C2 p 2

C’est la somme d’une fonction passe bas et d’une fonction passe bande.
Pour obtenir la fonction passe bas, on devra éliminer le passe bande.
Les caractéristiques du passe bas sont :
R1 R2C1C2 1
Q et w0 
R1  kR2 C1  R2C2 R1 R2C1C2
1 R1C1
On obtient : S RQ  
1
2 R2C2  R1  kR2 C1

Filtrage - Modulation 104


FILTRAGE

Si maintenant on fait R1=kR2 afin d’obtenir le filtre passe bas :


1 R1C1 1 RC
S RQ1     1 1
2 R2C2  R1  kR2 C1 2 R2C2

Soit : S RQ  0,5  Q2
1

Cette valeur peut devenir énorme dès que Q dépasse quelques unités et il
est très différent du résultat qu’on aurait obtenu en faisant le calcul sur la
fonction simplifiée en posant R1=kR2 au départ!
• Filtre à très faible sensibilité : cas d’un passe bande :

C1 La fonction de transfert
VS
Ve K1 K2 d’un tel filtre s’écrit :
R1 C2
R2 K1 K 2 R2C2 p
H ( p) 
1  R1C1  R2C2  p  1  K1 K 2 R1 R2C1C2 p 2

Filtrage - Modulation 105


FILTRAGE

K1 K 2 R2C2 p
H ( p) 
1  R1C1  R2C2  p  1  K1 K 2 R1 R2C1C2 p 2

K1 K 2 RCp
Si on pose R1=R2=R et C1=C2=C : H ( p ) 
1  2 RCp  1  K1 K 2 R 2C 2 p 2

1  K1 K 2 1
Dans ces conditions : Q et w0 
2 RC 1  K1 K 2

K
Si K1=-K2=K et pour les grandes valeurs de Q : Q #  S kQ  1
2
R2
A
R1  R2 K A K 2Q
K   K1 K 2   S AK   #
R1  R2 A K A A
1 A
R2
2Q
Finalement : S AQ  S KQ S AK 
A

Filtrage - Modulation 106


FILTRAGE
2Q
On obtient : S AQ  S KQ S AK 
A
1 1
De plus : w0   S Kw10  S Kw20 
RC 1  K1 K 2 2

1
Soit : S Kw 0 
2
K Q
Finalement : Sw
A
0
 S Kw 0 S AK  
2A A

De même, la sensibilité du montage par rapport aux variations des


résistances qui constituent la source commande (montage inverseur
et montage non inverseur) :
1
S RQ2   S RQ1 
2

Filtrage - Modulation 107


FILTRAGE

 Conclusion sur la sensibilité des filtres actifs

Sensibilité
wO
S AQ Sw S Zw O
Q
Nature de S ZA S CQ S RQ A
O
S ZA
l’élément actif
Amplificateur 3Q 2 1 2 2 1
0  #0 0
Opérationnel A 2 3 A 2
Source commandée 2Q 2 C1 1 1
(1  K )Q 0 0 0
de gain >0 A C2 2 2
Amplificateur 2Q 2 1 1
de gain unité 0 2
0 0 0 2
A
2Q 2 1 1
NIC Q2 0,5  Q 2 0 0
A 2 2
Source commandée 9Q 2 1 1 9Q 2 1 1
de gain <0 2A 2 6
0 2 2
2A
Circuit faible sensibilité 2Q 1 Q 1 1
double source
A 2
0 0 A 2 2
commandée

Filtrage - Modulation 108


FILTRAGE

Des résultats rassemblés dans le tableau précédent, on peut tirer un certain


nombre de conclusion :
• Les filtres utilisant des INIC ont une sensibilité prohibitive ~Q2 aux
variations des éléments passifs, ainsi qu’aux variations des résistances
associées à l’A.Op. pour réaliser le INIC
• Les filtres à source commandée de gain positif (>>1) ont une sensibilité
prohibitive aux variations des résistances associées à l’A.Op. pour réaliser
les éléments actifs : ~QK (Q(1-K)C1/C2)
• Leur emploi, dans les 2 cas précédents, est à éviter lorsque Q dépasse
quelques unités!
• Les filtres utilisant une source commandée à gain unité ont une sensibilité
aux variations des éléments actifs qui est faible (A>>Q2). On pourra aller
aller jusqu’à des valeurs de Q dépassant 100, suivant le domaine de
fréquence et l ’A.Op. utilisé!

Filtrage - Modulation 109


FILTRAGE

• La sensibilité par rapport aux variations des éléments passifs, réalisant le


filtre, sont comparables à celles des filtres passifs :
Considérons le filtre RLC passe bas suivant :

1 1 L
w0  et Q
Ve Vs LC R C

1
S  S 
1
S RQ  1 S Rw 0  0 S Lw 0  S Cw 0  
Q Q
L C 2
2
• Les filtres utilisant une source commandée à gain négatif ont une sensibilité
très faible par rapport aux variations des éléments aussi bien actifs que
passifs (A>>Q2) surtout en BF. Toutefois, ils ont un médiocre rapport
signal/Bruit!

Filtrage - Modulation 110


FILTRAGE

 Autres critères de choix

Sensibilité aux Sensibilité aux Possibilité


Nombre Facilité de Stabilité
variations des variations des de mise en
d’A.Op. réglage électrique
éléments actifs éléments passifs cascade
Amplificateur
faible faible 1 oui moyenne très bonne
Opérationnel
Source commandée
très forte faible 1 oui bonne bonne
de gain >0
Amplificateur
faible faible 1 oui bonne très bonne
de gain unité
Source commandée
très faible faible 2 oui bonne très bonne
de gain <0

NIC très forte très forte 1 non moyenne mauvaise

Gyrateur faible faible 2 non médiocre mauvaise

Filtrage - Modulation 111


FILTRAGE

 Pour les filtres polynomiaux et Cauer (zéros de transmission)

Bessel Butterworth Legendre Tchebychev Cauer

Raideur de
très médiocre médiocre moyenne bonne très bonne
la coupure (n)
Régularité du
excellente bonne moyenne médiocre très médiocre
temps de groupe
Déformations du
très faible faible faible forte très forte
régime transitoire
Nombre de
très élevé élevé moyen faible faible
composants (K)
Coefficients de
très faibles faibles moyens moyens élevés
surtension
Difficultés de
faibles faibles faibles moyens élevés
réglage (sensibilité)

Filtrage - Modulation 112


FILTRAGE

IX - Filtres à capacités commutées


Il est très difficile d’implanter sur un circuit intégré des résistances de forte
valeur, une des solutions consiste à remplacer ces résistances par des circuits
à capacités commutées :
R f1 f2

 C

 Etude préalable : Transfert de charge entre C1 et C2

f2 L’interrupteur est initialement ouvert, et les capacités


C1 et C2 sont respectivement chargées sous les tensions
C1 C2
E1 et E2. On suppose que E1>E2
L’interrupteur fermé à une résistance : Ron

Filtrage - Modulation 113


FILTRAGE

On note V1, la tension aux bornes de la capacité C1 et V2, la tension aux


bornes de la capacité C2 :
V1(t) V2(t) C1 se décharge dans C2 (constante de temps :
E1 Ron"C1//C2").
UO t
Conservation de charge :
E2
C1E1+C2E2=( C1+C2)U0
C1 E1  C2 E2 C1C2  E1 E2 
Soit : U 0   
C  

C1  C2 C1  C2  2 C1 

 Etude du circuit à capacités commutées


Pour calculer la résistance équivalente du circuit à f1 f2
capacités commutées, considérons le montage C1 C2
E
suivant et montrons qu’il se comporte comme un
circuit RC passe bas.

Filtrage - Modulation 114


FILTRAGE

Cherchons à déterminer la constante de temps t=RappC2 de ce circuit :


Le circuit est alimenté par un générateur de tension continue E. A t=0, on a
V1(0)=V2(0)=0. Les deux interrupteurs sont commandés par le même signal
d’horloge, de période Tc et de rapport cyclique 1/2, mais sur les phases, f1 et
f2, opposées. Un interrupteur fermé est équivalent à une résistance Ron, un
interrupteur ouvert est considéré comme parfait.
On suppose que les constantes de temps RonC<<Tc/2. Pendant la première
1/2 période, le premier interrupteur (f1) est fermé (on ferme E sur C1), alors
que le deuxième reste ouvert. A Tc/2, on ouvre f1 et on ferme f2. On appelle
U1 la tension d’équilibre à Tc, U2 la tension d’équilibre à 2Tc, …
U0=0 et on obtient la formule de récurrence :
C1C2  E U n 1  C1 C2
Un      E U n 1
C1  C2  2
C C1  C1  C 2 C1  C2

Filtrage - Modulation 115


FILTRAGE

C1C2  E U n 1  C1 C2
U0=0 et U n      E U n 1
C1  C2  2
C C1  C1  C 2 C1  C2

C1
U1  EA
C1  C2
C1 C2 C2
U2  E U1  A  aA  A(a  1) avec a 
C1  C2 C1  C2 C1  C2

C2
U3  A  U 2  A  aA( a  1)  A( a 2  a  1)
C1  C2

1 an  C2 
U n  A(1  a  a  a    a
2 3 n 1
) A  a   1
1 a  C1  C2 
n
 C2 
1   
 n

Remarque : U n  A 1  a  E C1  C1  C2   E 1   C2 
n

  
1 a C1  C2 C2   C1  C2  
C1  C2

Filtrage - Modulation 116


FILTRAGE
  C 
n

Remarque, on veut un passe bas : U n  E 1   2
 
  C1  C2  
V1(t) V2(t)
E

f1 f2

E C1 C2

C1 << C2

t
Tc/2 Tc 3Tc/2 2Tc 5Tc/2 3Tc 7Tc/2 4Tc

 nT
 C    C 
n

Soit : U n  U (nTc )  E1  e t   E 1  

2
C C  
    1 2  

Filtrage - Modulation 117


FILTRAGE

 nT
 C    C 
n

On veut : V2 (t )  U (nTc )  U n  E 1  e t   E 1  
 
2
 
    C1  C2  
n

nTC
 C2  C1  C2 T
Soit : e t
    ln  C
 C1  C2  C2 t

 C  C1
Or C1 << C2  ln 1  1 #
 C2  C2

 C  C T Tc
On en déduit : ln 1  1 # 1  c  t  C2  RappC2
 C2  C2 t C1

Tc 1
Finalement, on obtient : Rapp  
C1 f c C1

Filtrage - Modulation 118


FILTRAGE

Filtrage - Modulation 119


FILTRAGE

 Etude d’un filtre passe bas à capacités commutées


Considérons le filtre suivants :

Les données constructeur nous donnent :


fc C2C3 CB C2C3 C1
f0  Q G
2 C ACB C4 C AC B C2

Filtrage - Modulation 120


FILTRAGE

Ce filtre peut-être ramené au filtre suivant :

R2 R4
1
CA
CB Avec Ri 
R1
_ -R3 f c Ci
Ve _
+ VS
VI +

VI Vs 1  R4C B p
On peut donc écrire :   VI  R3 Vs
 R3 R4 // C B R4
Ve V Ve  1 1  R4CB p 
De même :   s  VI C A p   Vs   R3 C A p 
R1 R2 R1  R2 R4 
Ve R1 R4  R1 R2 R3C A p  R1 R2 R3 R4C ACB p 2
Soit : 
Vs R2 R4

Filtrage - Modulation 121


FILTRAGE
R2

Ve R1 G
On en déduit : H ( p )   
Vs 1  R2 R3 C p  R R C C p 2 1 p p2
1 
Q w 0 w 02
A 2 3 A B
R4
R2 C
D’où : G   1
R1 C2

1 f c2C2C3 fC C2C3
w 
2
  f0 
2
0
R2 R3C ACB C ACB C ACB

1 R R C2C3 C ACB C C2C3


 2 3 CA  Q  B
w 0Q R4 C4C A C2C3 C4 C ACB

Filtrage - Modulation 122