Vous êtes sur la page 1sur 32

LA BOURSE DES

VALEURS DE
CASABLANCA
Présenté par:

• ABOUAOMAR Safaa
• ALOUANE Abdelmalek
• EL HAOUCH Khaoula
• KHEZZANE Ilyasse

Université Ibn-Tofail
Master management audit et contrôle de gestion
PLAN
• INTRODUCTION
• QU’EST CE QUE LA BOURSE ?
• HISTORIQUE DE LA BVC
• PRESENTATION DE LA BVC
• REFORMES REGLEMNTAIRES
• ORGANIGRAMME ET CAPITALISATION
• STRUCTURE DU MARCHE BOURSIER
• MESURE DES PERFORMANCES DU MARCHE BOURSIER
• LA CAPITALISATION BOURSIERE DE LA BVC
• EVOLUTION DU NOMBRE DES SOCIETES COTEES
• CONSEQUENCE DU BAYCOOT SUR LE MARCHE BOURSIERE
• COMPARAISON AVEC D’AUTRES BOURSES
• CONCLUSION
Le marché financier marocain a connu un mouvement de modernisation important, dans le but
de faire passer le Maroc d'une économie d'endettement à une économie des marchés financiers
afin atteindre une situation d'allocation optimale des ressources.

Dans cette optique, les autorités marocaines ont entrepris plusieurs réformes, dont la plus
importante a été celle de 1993.

Cette réforme avait des objectifs l’encouragement de la désintermédiation financière, ainsi ne


jouant auparavant qu’un rôle marginal dans le financement de l’économie .

Aujourd’hui la Bourse de Casablanca assume progressivement son rôle de canalisation de


l’épargne pour le financement des entreprises.

Ainsi, l’introduction en bourse constitue un moyen parmi d’autres qui permet aux entreprises
d’accéder au financement tout en minimisant les frais financiers.
La Bourse est un marché organisé, où s’effectue
l’échange de valeurs mobilières.
Concrètement, la Bourse met en contact les
entreprises à la recherche de fonds pour financer leurs
investissements et les investisseurs disposant d’un
excédent d’épargne qui souhaitent le placer dans des
valeurs mobilières
• La création de la Bourse de Casablanca remonte à 1929. A cette époque, elle
portait le nom d’Office de Compensation des Valeurs Mobilières.

• En 1948, l’Office de Compensation des Valeurs Mobilières devient Office de


Cotation des Valeurs Mobilières.

• En 1967, une loi lui conféra le statut d’établissement public, le dota de la


personnalité morale et lui octroya l’autonomie financière. La bourse se
trouva alors placée sous l’autorité de ministère de finances avec un conseil
d’administration et gérée par un directeur général nommé par dahir.

• 1993 Création de la société anonyme ( Société de bourse des valeurs de


Casablanca), régit par la loi du 21 septembre 1993 ( dahir n° 1-93-211).
Juillet 1994
• création du Conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM).

Octobre
1994
• agrément des douzes premières sociétés de Bourse.

Février
1995
• création de l'Association professionnelle des sociétés de Bourse (APSB).

Août 1995
• création de la société gestionnaire, Société de la Bourse des valeurs mobilières.

Novembre
1995
• création des Organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM).

Décembre
1996
• amendement de la loi de 1993 et création du Dépositoire central Maroclcar.

Août 1998
• publication du Règlement général de la Bourse dans le Bulletin officiel.

Avril 2004
• amendement de la loi de 1993 et création de nouveaux marchés.
• La Bourse des Valeurs de Casablanca (BVC) est le marché officiel des actions au
Maroc.
• La BVC est une société anonyme à Conseil d’Administration et Direction Générale.
M. Hamid TAWFIKI est le Président du Conseil d'Administration depuis le 17 juin
2016.
M. Karim Hajji occupe la fonction de Directeur Général depuis avril 2009.
• La BVC est placée sous la tutelle du Ministère de l'Economie et des Finances, la
Bourse de Casablanca exerce dans le cadre d’un cahier des charges et obéit à des
règles définies dans un règlement général.
• La BVC compte 76 sociétés cotés, et 17 sociétés de bourse.
• Le Capital est de 570 535 439 808,77 MAD (avril 2019).
• Le siège est à Casablanca Maroc.
• Le site web: www.casablanca-bourse.com
Source : Le site web
de la Bourse de
Casablanca
570 535 439 808,77 MAD

Dix meilleurs capitalisations : Capitalisation sectorielle :

Capitalisation sectorielle

Autres
27% Banques
34%

Télécommunication
s
Agroalimentaire 19%
et Production
7% Bâtiment et
Matériaux de
construction
13%

Source : Le site web de la Bourse de Casablanca Avril 2019


La Bourse joue le double rôle d'être à la fois un lieu de financement pour les
Entreprises mais également un lieu de Placement .
Le marché boursier est scindé en deux sous marchés qui sont respectivement

Le marché Le marché
Primaire Secondaire
Le Conseil Déontologique
Les intervenants du La société gestionnaire des Valeurs Mobilières

La protection des
marché boursier (CDVM)

investisseurs
Le fonds de garantie
Les sociétés de bourse
clientèle

Le Conseil Déontologique Le système de garantie


des Valeurs Mobilières de bonne fin des
(CDVM) opérations

Le dépositaire central La déclaration de


Maroclear franchissement de seuil

Intervenants qui rythment la vie du Sont instaurés pour protéger l’épargne


marché boursier. investie.
LES INDICES BOURSIERS
L’indice MASI : L’indice MADEX : L’indice CFG25

• (Moroccan All Shares Index) est • (Moroccan Most Active Shares • Dénomination complète : Casablanca
un indice large qui a pour Index) indice compact, est Finance Group 25.
objectifs de présenter l’évolution composé des valeurs les plus
• C’est un indice calculé et diffusé par
du marché dans son ensemble et actives de la côte, en terme de
la société « CASABLANCA FINANCE
de fournir une mesure à long liquidité mesurée sur le semestre
GROUP ». Il permet de mesurer la
terme pour la gestion des précédent. (BCM, BMCE, CIOR,
variation moyenne des cours des
portefeuilles des actions. Managem, ONA, La Samir, SNI;
valeurs composant son échantillon.
• C’est un indice global de Sonasid, Wafa Assurance,
Wafabank). • L’échantillon de l’indice est composé
capitalisation composé de toutes
de 25 actions choisies
les valeurs de type "actions" • La révision de cet échantillon est
rigoureusement en respectant les
cotées à la Bourse de décidée chaque semestre sur la
trois critères suivants :
Casablanca ,calculé sur la base base des éléments suivants :
1000 au 31-12-1991 . • La comptabilisation boursière ;
• le volume de transactions
• Donc on peut dire que le MASI est enregistrées ; • La liquidité ;
un indice général de la Bourse de • Nombre de contrats ; • La représentation sectorielle.
Casablanca. Il permet de mesurer • La fréquence de cotation.
l'évolution globale de la bourse
• MADEX un indice boursier qui
sur la base d'un volume d'affaires
constitue seulement une partie de
réalisé pendant une période
l'indice Masi. Son calcul consiste
déterminée. Le Masi se calcule
à mesurer l'évolution boursière
chaque jour, à l'issue de chaque
d'une sélection de titres les plus
séance de cotation.
liquides du marché.
• En l’espace de dix ans, le MASI n’a gagné que 6,90%, en passant
de 10.576,98 points au 2 janvier 2009 à 11.306,19 points pendant
la même période de l'année 2019;
• Entre 2009 - 2014 : Après la forte tendance haussière entamée
depuis 2003, l’indice global de la bourse de Casablanca s’est
engagé dans une phase de correction baissière, affichant
une baisse de 22%
• Cette régression s’explique par :
 La conjoncture économique difficile causée en grande partie
par la crise financière;
 La régression de la capacité bénéficiaire de la place;
 L’aggravation du déficit budgétaire qui a atteint près de 7% en
2012, suite à la hausse des prix de pétrole à l’international et
l'explosion qui s'en est suivie des charges de la compensation.
• Entre 2014 – 2018 : Un léger redressement de l’économie, suivi par
des cycles de correction à la bourse.
• La conjoncture économique s’est légèrement redressée, le déficit Source :
budgétaire s’est amélioré en passant de 6,8% en 2012 à 3,4% en www.leboursier.ma
2017. Aussi, la masse bénéficiaire globale s’est appréciée en 2016
et 2017 après cinq années consécutives de baisse.’’
LA CAPITALISATION BOURSIERE

La capitalisation boursière représente la valeur marchande d'une société


cotée. Elle est obtenue en multipliant le nombre de ses actions par leur
valeur boursière

La capitalisation boursière correspond théoriquement à la somme que


devrait payer un acheteur afin d'acquérir 100 % des parts d'une entreprise.
Dans les faits, ce dernier doit souvent accepter de débourser plus cher que le
cours du marché. Pour inciter les actionnaires à lui céder leurs parts, il leur
offre alors une prime de contrôle. Cette dernière varie généralement entre 20
% et 30 % de la valeur de l'action.

Capitalisation boursière = cours de l'action x nombre d'actions en circulation


Evolution de la capitalisation boursière ( en milliards de DH )
626 628
586 579 583 570
532 509 516
484
445 451 453
417

252
207
116
87

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019

Source : Casablanca-bourse.com
(Rapports annuels)

• Durant la période des publications des résultats des sociétés cotées, la capitalisation
boursière globale de la cote avait connu des fluctuation entre 2002 et 2019 .
• Cette dernière avait atteint un pic de 672,56MMDH en 2017 avant de chuter pour
s’établir à 584,86 MMDH en 2018, soit une perte d’à peu près 90 MMDH .
• Cette baisse traduit le "mouvement vendeur" qui s’est installé sur la cote
LE FLOTTANT

Flottant:

• la part du capital d'une société cotée, détenue


par le public et composant la partie circulante
de son capital
• Du 01 décembre 2004 la Bourse de Casablanca a adopter une
nouvelle méthodologie de calcul de ses différents indices, basée
sur le principe du flottant.
• Ce mode de calcul, retenu par les principales bourses
internationales, vise à apporter une plus grande cohérence entre la
réalité boursière des sociétés cotées et la traduction de cette
réalité dans les indices.
• C’est un changement de pondération des valeurs dans l’indice qui
doit aboutir à une meilleure adéquation entre le poids du titre dans
l’indice et son " poids " dans le marché.
Exemple de détermination du facteur de plafonnement

Supposons une capitalisation flottante totale de l’indice est de 100 milliards de dh et qu’une seule
valeur dépasse le poids maximal de 20%.
La capitalisation flottante de cette valeur est de 24 milliards correspondant à 24 millions de titres
avec un prix de 1000 dh et un facteur flottant de 0.5. Son poids théorique est de 24/100 = 24%.
L’application du plafonnement de 20% va réduire le nombre de titres de cette valeur pris en compte
tout en maintenant celui des autres valeurs non soumises au plafonnement.
La capitalisation flottante des valeurs non soumises au plafonnement est alors 100 - 24 = 76
milliards. Elle doit représenter 100% - 20% = 80% de la capitalisation retenue.
On déduit :
1 - la capitalisation flottante totale retenue : 76 milliards / 80% = 95 milliards
2 - la capitalisation flottante retenue pour la valeur soumise au plafonnement :
95 milliards x 20% = 19 milliards soit 19 000 000 titres retenus.
3 - le facteur de plafonnement est alors : 19 milliards / 24 milliards = 0.79166
Capi flot Poids flot Capi flot Coef de Poids effectif
plafonnée plafonment
24 24% 19 0.79166 20%
Total 100 100% 95 100%
Le Price Earning Ratio
Le Price Earning Ratio C’est le rapport entre le cours boursier d’une entreprise et son
bénéfice après impôt, ramené à une action. Il suffit pour l’obtenir de diviser l’un par l’autre.

Exemple:
-Une société cotée à 600 Dhs.
-Nombre d’actions composant son capital : 15 millions d’action.
-Sa valeur en bourse est donc de 9 milliards de Dhs ( 600 dh*15 m )
-Les analystes prévoient pour ce groupe un bénéfice net de 450 millions dh
-Le PER de la société est donc de 20 (9 milliards/ 450 millions)

les investisseurs sont prêts a débourser 20 dirhams pour


chaque dirham de bénéfice que l’entreprise génère.
EVOLUTION DU NOMBRES DE
SOCIETES COTEES
Evolution du nombre de sociétés cotées au Maroc
74 74 76
70 71 72
67 69
65 64
La Bourse de Casablanca a
vécu 12 introductions entre
2010 et 2019!!
44

crise

1993 1995 2006 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018

Source :casablanca-bourse.com
FACTEURS INFLUANTS L’EVOLUTION DU
NOMBRE DE SOCIETES COTEES
1.Manque de culture boursière
L'un des facteurs déterminants qui expliquent les réticences des entreprises marocaines de la place est le manque et même
l'absence d'une culture boursière chez les dirigeants
les chefs d'entreprises marocaines ne sont pas conscients de tous les avantages que peut procurer une introduction en bourse
2.Caractère familial des entreprises
Les chefs d'entreprises refusent de s’introduire en bourse puisque cette opération n'est rien d'autre qu'une ouverture du capital
au public et l'intégration de nouveaux actionnaires qui peuvent éventuellement contrecarrer leur liberté de décision et d'action,
ce qui n'a qu'une seule signification pour les actionnaires initiaux : la perte de contrôle.
3.Conditions jugées contraignantes à l'introduction
La plus part des entreprises marocaines jugent les principales conditions relatives à la cote en bourse, telles que la publication
régulière des comptes et la communication financière sur les événements de l'entreprise de contraignant.
En fait, la qualité des informations transmises au public doit se plier aux obligations d'informations exigées par la loi en matière
de publication financière. Elle doit être fiable et transparent.
4.Existence d'autres sources de financement
En effet, la plus part des dirigeants marocains recourent en premier lieu à l'autofinancement en cas de besoin de fonds c'est
donc encore une fois, le souci de l'autonomie et de l'indépendance financière qui prime dans les décisions des chefs d'entreprise
5.Manque de produits dérivés
6.Fiscalité peu initiative
Évolution de l’indice MASI pendant la période du boycott

Source : le boursier

Le MASI, le principal indice, a perdu plus de 10 % de sa valeur


depuis le début de l’année 2018, se stabilisant à moins de 11 200
points.
Globalement, la capitalisation boursière globale de la place
casablancaise a fondu de 10 % depuis le début de l’exercice.
Source : le boursier
Performances des 16 principales bourses arabes au titre de Ratio de liquidité des 16 principales bourses
l’année 2018 ( évolution des indices généraux)
arabes au titre de l'année 2018
Fin 2018 Fin 2017 % Volume échangés en 2018 Capitalisation Liquidité
(Millions $) (Millions $)
Khartoum 12478,33 3802,42 228,2
Khartoum 1996,1 369,42 540,3%
Qatar 10299,01 8523,38 20,8
Algérie 1295,5 2482,83 52,2%
Tunis 7271,65 6281,83 15,8
Arabie Saoudite 232322,2 496287,01 46,8%
Abu Dhabi 4915,07 4398,44 11,7
Egypte 19256,8 41791,08 46,1%

Source : www.leboursier.ma
Arabie Saoudite 7826,73 7226,32 8,3
Dubai 16098,8 93469,91 17,2%

Damascus 6190,12 5982,74 3,5


Kuwait 13691,8 94339,18 14,5%
Bahrain 1337,26 1331,71 0,4
Amman 3268,9 22724,02 14,4%
Palestine 529,35 574,58 -7,9
Qatar 18811,2 161686,35 11,6%
Casablanca 11364,31 12388,82 -8,3 Palestine 353,1 3724,53 9,5%
Amman 1908,81 2126,78 -10,2 Casablanca 4831,9 60461,7 8,0%
Kuwait 5555,66 6310,44 -12,0 Abu Dhabi 10771,5 137591,25 7,8%
Egypte 13035,77 15019,1 -13,2 Beirut 633,6 9675,18 6,5%
Beirut 90,3 105,93 -14,8 Bahrain 858,9 21746,76 3,9%
Muscat 4323,74 5099,28 -15,2 Damascus 50,3 1295,65 3,9%
Dubai 2529,75 3370,07 -24,9 Tunis 88,7 9830,79 0,9%
Algérie 1431,45 - - Muscat 1980,4 47210,81 0,04%
• Par rapport aux indices locaux, la performance la plus
importante a été enregistrée par la Bourse de Khartoum
(Soudan) dont l’indice principale a progressé de 228%,
accompagnée d’un ratio de liquidité de 540% (le marché le plus
liquide parmi les 16 places boursières). Celle-ci a été suivie par
le marché de Qatar puis de Tunis qui ont enregistré des
performances respectives de 20,8% et de 15,8%

• Dans ce sillage, le Maroc affiche la 7e plus forte baisse


parmi les bourses arabes susmentionnées puisque le Masi a
reculé, en 2018 de 8,3%. En termes de profondeur, la place
Casablancaise affiche un ratio de liquidité de 8%.
• En termes de capitalisation, le marché boursier de l’Arabie
Saoudite s’accapare plus de 41% de la capitalisation globale des
places arabes avec un montant de 496 milliards de dollars à fin
2018. Arrive en deuxième rang le Qatar Stock Exchange avec
un poids de 13,42% suivi d’Abu Dhabi Securities Market dont
la part s’élève à 11,42%.
• Pour la capitalisation de la Bourse des Valeurs de Casablanca,
elle ne représente que 5,02% de la totalité en 2018.
• Par ailleurs, selon les calculs de BMCE Capital, la BVC reste la
2e place plus chère après le marché tunisien, avec des P/E
(Price to Earning ratio) respectifs de 17,9 et 18,9 fois
La Bourse de Casablanca est la deuxième place la plus
chère de la région MENA

• Le marché marocain est survalorisé comparativement à


d’autres pays de la région MENA ,et cela est justifié par
plusieurs éléments, notamment l’illiquidité de certains
valeurs, le manque d’alternatives ..
• D’apres CDG capital bourse, le masi affiche un PER
de 20,6 en 2017, calculé sur la base des bénéfices de
l’année écoulée et des cours boursiers au 31 mars 2018.
PER DE LA REGION MENA- avril 2018

capital bourse
Source : CDG
20.9 20.7
17.1
15.2 14.9
13 12.3 11.8 10.7
6

TUNISIE MASI SAUDI ARABIE EGYPT EGX30 KUWAIT SE QATAR DSM OMAN MS DHABI SE DFM GI BEIRUT BLQM
TUNIDEX ALL SHARE WGT INDEX MABU

• Le secteur Télécom, représenté par Maroc Télécom uniquement, se


place au premier rang des P/E des secteurs en 2018, en affichant
un P/E de 22,9.
La bourse de Casablanca évolue dans le bon sens. Tous les indicateurs du changement sont
là et la modernisation a touché tous les domaines:
-Déménagement vers des locaux plus modernes et plus adaptés à l’activité boursière,
-Mise en place d’un système de cotation électronique,
-Une reforme juridique visant à mieux organiser le métier,
-les Sociétés de Bourse se sont multipliées
-Les projets de privatisation se font de plus en plus ambitieux.
Si le système boursier est de nos jours l’instrument privilégié d’échange sur le marché
financier, les placements en bourse restent toujours des actifs à risque.
La bourse devrait constituer un bon baromètre de l’état de l’économie tributaire de la
rentabilité des entreprises et de la restauration des sociétés à y introduire.
Force est de constater que ce n’est pas toujours le cas et que les grands mouvements de
hausse et de baisse de la bourse n’ont souvent pas grand chose à voir avec la réalité des
grandes tendances de l’économie nationale.

Vous aimerez peut-être aussi