Vous êtes sur la page 1sur 57

Champ

Opératoire
Presenté par: chelbi imene
Encadré par: Dr merabet
 Il s’agit d’un ensemble de matériel et de
matériaux
permettant un acte opératoire clinique conforme
aux données acquises de la science.

 - L’objectif principal est d’assurer l’asepsie


(lutte
contre l’infection), mais ce n’est pas le seul intérêt.
 assure un champ opératoire sec et propre
 protection de l’opérateur et de patient
 un accès et une visibilité optimale
 l'efficacité opérationnelle
 la salive déforme l’image de la surface
dentaire, masque les lésions de l'émail
 la salive infecte la dentine et augmente sa
sensibilité durant la préparation chirurgicale
1. Rouleaux de coton
 hautement absorbants et de longue durée
 disponible en trois diamètres (8, 10 et 12mm)
 ils ont différentes longueurs et épaisseurs
 fournit un champ opératoire sec pendant de
courtes périodes de temps
 à maxillaire sont placés dans le vestibule de la
cavité orale
 à mandibule sont placés dans le vestibule et
paralingual et à l’orifice du canal parotidien de
Sténon
 Parotisroll
 - multifonctionnel – avec tige à ressort intégrée
 - Parotisroll est un rouleau de coton unique en
 raison de sa tige à ressort intégrée.
 - Cette tige à ressort génère la pression nécessaire
pour une fixation automatique de Parotisroll.
 -La pression exercée sur la glande parotide réduit
le flux de salive.
 - En application buccale, linguale ou labiale, il
maintient la bouche ouverte et retient la langue et
les lèvres.
 2.Compresses de gaze hydrophile
de coton
- forme standardisée de carrés
- sont mieux tolérées par les tissus buccaux fins
- ils ont toujours s'asseoir paramédiane pour
éviter d'être déplacés par les freins labiaux
 DÉSAVANTAGES
- irritation mécanique des tissus
- irritation chimique par ses composantes
- peuvent être capturés accidentellement par les
instruments rotatifs
 La digue peut être posée dans tous les domaines
 de la médecine dentaire restauratrice, endodontie et
traitements sous anesthésie narcotique inclus
 - l’application de fluorure
- écartement d’obturation à amalgame
- détartrage /curetage dentaire
- scellement des puits et fissures
- restaurations directes en résine composite
- blanchiment des dents
- cimentation adhésive
- traitements endodontiques
 LOCALES
- allergie au latex (feuille de digue)
 - allergie à l’acier (cadre) ou au nickel ou chrome (crampon)
 - dents courtes, dent insuffisamment évoluée
- dents en malposition
- dents bombées, certaines dents de sagesse
- dents très délabrées
- dents permanentes en évolution chez l’enfant
- macroglossie, faibles ouvertures buccales
 GÉNÉRALES
- patients souffrant d’asthme
- patients souffrant de maladie mentale
- patients avec des végétations adénoïdes
 1- Boite de feuilles de digue
 2- Pince à perforer
 3- Clamps ou crampons
 4- Pince à clamper
 5- Cadre
 6- Guide de perforation
 7- Produit pour étanchéifier le champ
 8 - Serviette
 9 - Wedjets
 - en caoutchouc , élastomères ou silicone
 - commercialisée en rouleau ou en carrés
prédécoupés de
 dimensions variables (15x15 cm, 13x13 cm,…).
 - commercialisée en épaisseurs variables : fine,
moyenne, épaisse
- commercialisée en poids variables : légère,
moyenne, lourde, extra-lourde, spécial lourde
 - commercialisée en couleurs variables : verte,
bleue, noire, brune, toujours foncée > effet de
contraste
 - en forme de U, ovale
 - il permet d’étendre la feuille de digue en
jouant sur l’élasticité de celle-ci.
 - Il peut être métallique ou plastique, articulé
ou non
 - peut être posé derrière ou devant de la feuille
de digue
 - permet de réaliser des perforation de diamètres
variables
- comporte un plateau de perforation avec cinq ou
six alésages de tailles différentes (d'environ 0,5 mm
à 2 mm de diamètre) et poussoir pointu
- En tournant le plateau de perforation, chacun des
alliages peut être fixé en face du poussoir.
- En serrant la poignée,les branches se ferment et le
poussoir s'enchâsse dans la perforation
- un trou est ainsi poinçonné dans le latex intercalé.
 - Permet une perforation adaptée à la position
anatomique de la dent
 - permet le maintien de la feuille de digue au
niveau du collet de la dent, de formes
variables, avec ou sans ailettes
 Crampons avec ailettes

 - La digue est articulée sur les ailettes du crampon,


à l’extérieur
 de la bouche du patient.
 - La digue dentaire, le crampon et le cadre sont
positionnés simultanément dans la bouche du
patient.
 Crampons sans ailettes

 - Le crampon est d’abord positionné en bouche,


puis la digue dentaire est déployée sur le crampon
et la dent.
 - Pour faciliter leur identification, les crampons
sans ailettes sont marqués d’un « W » (pour «
wingless», soit « sans
 ailette » en anglais).
 Les crampons à code couleur

 -Chaque crampon porte un repère coloré pour


une identification immédiate.
 permet la pose du clamp (crampon) au
 niveau de la dent
 - fil spécial épais, il permet de faire passer la
 feuille de digue au niveau des espaces inter-
dentaires
 (sous les points de contact) et de la bloquer
Facilite l’application et la fixation des
digues dentaires.
Une véritable alternative pour les
crampons.
Disponible en latex ou sans latex.
 Les étapes suivantes sont communes à toutes
techniques de pose de digue.
 1. Information du patient (explication sur le matériau et le procédé).
 2. Evaluation de la situation clinique, préparation des matériaux
 nécessaires.
 3. Choix de la digue (latex).
 4. Définition de la position et de la taille de la (des) perforation(s),
poinçonnage.
 5. Choix du (des) crampon(s) et essai.
 6. Application (éventuelle) du lubrifiant sur la face interne de la digue
 Il peut arriver que les crampons se
 détachent des dents à cause de mouvements
 inattendus et que ceux-ci peuvent être avalés
 ou aspirés
- il est indispensable que tous les crampons soient toujours assurés dans la bouche
à l'aide de fil dentaire par une des méthodes suivantes
 Méthode 1 : "boucle autour de l'arceau”
 - Cette méthode permet un assurage très rapide du crampon.
 - Elle n'offre cependant qu'une protection contre l'aspiration ou la
déglutition du crampon entier.
 - En cas de fracture de celui-ci, les parties non assurées peuvent être
avalées ou aspirées.
 Méthode 2 : “boucle autour de l'arceau et à travers la perforation”
- elle offre un maximum de protection contre
 l'aspiration et la déglutition, également
 en cas de fracture du crampon.
 Méthode 3 : "entourer l'arceau”
- le fil dentaire doit être enroulé plusieurs
 fois autour de l'arceau.
 Différentes manières d'assurer le crampon avec
le fil dentaire
 Exemples d'indication pour l'isolation d'une
seule dent :

 - restaurations occlusales

 - scellements de fissures

 - traitements endodontiques
• La perforation est tendue avec l'index en sens
vestibulolingual et tirée par-dessus la dent jusqu'à
ce que la gencive soit visible.
• La digue est maintenue dans cette position.
• Ensuite, le crampon est placé par une deuxième
personne et la digue peut alors être libérée.
• La position correcte de la digue doit être vérifiée.
• Il faut faire spécialement attention à ce que la
respiration nasale soit libre et que le cadre ne gène
pas les yeux.
• Finalement, l'étanchéité de la digue est contrôlée
Extension de la digue jusqu’à ce que
la gencive soit visible

Pose du crampon
 Les inconvénients sont :
 - qu'une pose rapide exige une équipe
soignante de deux personnes expérimentées
 - qu'un manque de place intraoral ainsi que des
réflexes vomitifs constituent souvent des
limites à cette méthode
 - L'arceau du crampon est d'abord enfoncé dans la
perforation.
 - La feuille de latex est ensuite pliée et tenue à la main
 pendant que le crampon est fixé sur la dent.
- Par la suite, la feuille de latex est dépliée et le cadre est
mis en place.
- Le bord de la perforation est alors soulevé au-dessus
des bras du crampon.
- L'adaptation inter-dentaire et un contrôle (position
 correcte et étanchéité) finissent la procédure.
 - La technique dite du parachute reste la plus indiquée
 pour obtenir rapidement la mise en place du champ
individuel.
1. Insertion des mors dans la perforation
2. Chargement du crampon garni sur la
pince
3. Insertion cervicale du crampon garni
4. La digue est rabattue et glissée sous les
mors avec les index
5. Passage des points de contact à l’aide
d’un fil ciré
6. Champ individuel en place.
Préparation de la mise en
place, caoutchouc replié au-dessus de
l’arceau du crampon

Attache du crampon à la dent


 Cette méthode de pose de la
digue est supérieure
surtout à cause de la visibilité
excellente de la zone où
le crampon sera posé.
 - Ici, le crampon est d'abord fixé sur la dent
 - La perforation du latex est ensuite étirée et la
digue est enfoncée en une fois au-delà du
crampon et de la dent
 - Cette méthode aussi donne une vue excellente
sur la dent
 clampée
 - L'assurage du crampon est ici
particulièrement important
 Dans ce cas, la digue, le crampon et le cadre sont
appliqués en une fois.
 - La digue perforée est d'abord fixée sur le cadre et le
crampon est ensuite passé dans la perforation.
 - L'ensemble est tenu avec la pince à crampon et fixé à
la dent.
 - La digue doit alors encore être tirée sur les ailes , afin
que la feuille de latex se trouve complètement sous le
crampon
Crampon fixé au caoutchouc de la digue

Pose du crampon sur la dent

Le latex est tiré par-dessus les


ailerons du crampon
 Dans cette technique, la digue peut très bien
être posée par le médecin-dentiste seul.
 -Si la digue est perforée à l'avance par
l'assistante et pourvue de son crampon, la pose
est rapide.
 -Dès le début, la tension par laquelle la digue
destabilise
 le crampon peut être estimée et seuls les
instruments nécessaires sont appliqués en
bouche.
Isolation de
plusieurs
dents
 ".

 Le groupe à isoler étant déterminé, les perforations de


la digue sont effectuées
 -soit à partir d’un guide de perforation
 -soit par traçage au crayon-feutre établi directement
sur l’arcade.
 Le champ chargé sur un crampon est porté en bouche
et inséré sur la dent la plus distale puis successivement
sur les autres dents, en s’aidant éventuellement de fil
de soie pour passer les points de contact.
 La digue est maintenue en situation mésiale
 - soit par un crampon
- soit par une ligature
- soit par un wedjet
 Isolation du bloc incisivo-canin supérieur :
- afin de dégager l’espace palatin nécessaire aux
passages des instruments,
- il est recommandé même pour le traitement
d’une seule dent, d’isoler l’ensemble des 6
dents.
- Remarquez la position des crampons de
maintien qui sont placés par-dessus la
prémolaire
 Isolation du bloc inférieur
 - même schéma
- les ligatures fixées au cadre sont actives car
tendues par l’élasticité de la digue
- elles permettent, outre le maintien cervical
du champ,
 - l’abaissement de la lèvre inférieure
 Isolation des secteurs latéraux. :
 - un crampon puissant est placé en distal
 - tandis que le maintien antérieur du champ
est assuré par un crampon de contention
 - Ce crampon pouvant être remplacé par une
ligature ou un « wedjet ».
 l'administration d’anticholinergiques
- sont rarement utilisées
- chez les patients avec la sécrétion surabondante de salive et du
fluide muqueux buccal
 - Effet ► Sécheresse de la bouche par arrêt de salivation
 L'atropine - 5 mg /30 minutes avant le traitement
 Contre-indications
- les femmes qui allaitent
- glaucome
- problèmes cardio-vasculaires
 2. Les anesthésiques locaux
- ils éliminent l'inconfort
- ils réduisent la salivation
- ceux avec vasoconstricteur réduisent le flux sanguin
 ► réduisent les hémorragies
 Produit d’étanchéité de la digue:

 - Lorsque le champ opératoire n’est pas


complètement étanche, on peut utiliser des
produits ou ciments afin d’assurer un
isolement total de la dent par rapport à la
cavité buccale.
 - Le produit se place au niveau du collet et doit
être de prise rapide.
 ex. Oraseal, IRM
 LA MINI-DIGUE
 (EX : OPTIDAM DE KERR-HAWE)
 C’est un caoutchouc épais, préformé et perforé,
il isole 3 à 4 dents.
- Il est maintenu par des ligatures qui assurent
la rétraction gingivale.
- Il est pratique, relativement facile à manipuler
mais réservé au secteur maxillaire antérieur.
 MINI DIGUE HAWE