Vous êtes sur la page 1sur 54

Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Questions du chapitre

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

2. Préférences vis-à-vis du risque

• Les principes précédents s’appliquent aussi aux


choix du consommateur et sur l’utilité qu’il retire
du choix entre des alternatives risquées.

– Le consommateur retire de l’utilité de son


revenu – ou plus précisément du panier de
biens que son revenu lui permet d’acheter.

– Ses gains sont mesurés en termes d’utilité


plutôt qu’en euros.

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Préférences vis-à-vis du risque :


un exemple (1)

• Une femme reçoit un revenu de 1 500 euros par


mois, qui lui procure 13,5 unités d’utilité.

• Elle étudie la possibilité de changer d’emploi, qui


néanmoins a un risque :
– une probabilité de 50 % de gagner 3 000 euros ;
– une probabilité de 50 % de gagner 1 000 euros.

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Préférences vis-à-vis du risque :


un exemple (1)

• L’utilité d’un revenu de 3 000 euros = 18.

• L’utilité d’un revenu de 1 000 euros = 10.

• Elle doit calculer et comparer l’utilité espérée


de cet emploi risqué avec son utilité effective (de
son emploi sans risque) égale à 13,5.

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Préférences vis-à-vis du risque

• L’utilité espérée est la somme des utilités


associées à tous les événements possibles,
pondérées par la probabilité de réalisation de
chacun de ces événements.

E(u) = Prob.(Utilité 1) *Utilité 1


+ Prob.(Utilité 2)*Utilité 2

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Préférences vis-à-vis du risque :


un exemple (1)

• Dans notre exemple, l’utilité espérée est :

E(u) = (1/2)u(1000) + (1/2)u(3000)


= 0.5(10) + 0.5(18)
= 14

– L’utilité espérée E(u) de ce nouvel emploi est égale


à 14, et supérieure à l’utilité de l’emploi actuel (sans
risque) de 13,5 : donc, elle changera d’emploi.

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Préférences vis-à-vis du risque

• Les individus sont différents dans leur façon


d’appréhender le risque. Ils peuvent :

• être averses au risque ;

• être neutres au risque ;

• avoir du goût pour le risque.

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Aversion au risque
• Aversion au risque :
– Un individu est averse au risque s’il préfère un
revenu donné certain à un revenu risque ayant la
même valeur espérée.
– Une telle personne présente un diminution de
l’utilité marginale du revenu.
– L’aversion au risque est l’attitude la plus commune.
• Par exemple, la plupart des gens ont une assurance-vie
et aiment les emplois stables.

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Aversion au risque

• Un individu a un choix entre :

– un emploi avec un revenu certain de


2 000 euros avec une probabilité de 100 % et
un niveau d’utilité égal à 16 ;
– un emploi avec un revenu de 3 000 euros
avec une probabilité de 50 % (utilité = 18) ou
un revenu de 1 000 euros avec une
probabilité de 50 % (utilité = 10).

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Aversion au risque

• Revenu espéré de l’emploi risqué :


E(R) = (0,5)(3000) + (0,5)(1000)
E(R) = 2000 euros

• Utilité espérée de l’emploi risqué :


E(u) = (0,5)(10) + (0,5)(18)
E(u) = 14

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Aversion au risque

• Le revenu espéré des deux emplois est le même


(2 000 euros), mais le travailleur averse au
risque gardera l’emploi sans risque, car son
utilité espérée (16) est plus grande que l’utilité
de l’emploi risqué (14).

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Aversion au risque

Utilité
E
18
D Le consommateur est
16
C averse au risque parce
14 F qu’il préfère un revenu
certain de 2 000 euros
au revenu espéré mais
incertain de 2 000
A euros.
10

0 Revenu (euros)
1000 2000 3000
1600
Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France
Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Aversion au risque

• Pour un individu averse au risque, les pertes


sont plus importantes (en terme de variation
d’utilité) que les gains :

– Une augmentation de 1 000 euros du revenu (de


2 000 à 3 000 euros) génère une hausse de l’utilité de
2 unités.

– Une diminution de 1 000 euros du revenu (de 2 000 à


1 000 euros) entraîne une perte de l’utilité de 6 unités.

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Neutralité au risque

• Un individu est neutre au risque s’il est


indifférent entre un revenu certain et un revenu
incertain ayant la même valeur espérée.

• L’utilité marginale du revenu est constante pour


un individu neutre au risque.

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Neutralité au risque

• Les valeurs espérées sont les mêmes :


– pour l’emploi risqué…
E(R) = (0,5)(1000) + (0,5)(3000)
= 2000 euros
E(u) = (0,5)(6) + (0,5)(18) = 12

– … et pour l’emploi sans risque :


R= 2000 euros
u = 12

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Neutralité au risque

E
Utilité 18

Le consommateur est
neutre au risque et
C
indifférent entre des
12 événements certains
et incertains, avec le
même revenu espéré.

A
6

Revenu (euros)
0 1000 2000 3000

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Goût pour le risque

• Un individu a du goût pour le risque s’il préfère


un revenu incertain à un revenu certain ayant la
même valeur espérée.
– Exemples : aventuriers, joueurs (au casino, au
loto), certains criminels, etc.

• L’utilité marginale du revenu est croissante pour


un individu neutre au risque.

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Goût pour le risque

• Valeurs espérées pour l’emploi risqué :


E(R) = (0,5)(1000) + (0,5)(3000)
= 2000 euros
E(u) = (0,5)(3) + (0,5)(18) = 10,5

• Valeurs pour l’emploi sans risque :


R= 2000 euros
u=8

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Goût pour le risque

Utilité
E
18
Le consommateur
a du goût pour le risque
parce qu’il préfère
F le revenu risqué au
10.5 revenu sans risque.

8 C

A
3

Revenu (euros)
0 1000 2000 3000

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Prime de risque

• La prime de risque est le montant monétaire


maximal qu’un individu averse au risque paiera
pour éviter de prendre un risque.

• Le montant de la prime de risque dépend des


alternatives risquées auxquelles les individus
font face.

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Prime de risque : un exemple

• Dans l’exemple précédent, un individu a un emploi


risqué dont le revenu est de 3 000 euros avec une
probabilité de 50 % ou de 1 000 euros avec une
probabilité de 50 %.

• Son revenu espéré est de 2 000 euros, avec une


utilité espérée de 14 (point F).

• Cet individu est prêt à payer jusqu’à 400 euros


(=2000-1600) pour éliminer ce risque tout en
obtenant la même utilité (point C).

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Prime de risque: un exemple

Prime de risque La prime de risque est


Utilité égale à 400 euros
car un revenu certain
de 1 600 euros donne
le même niveau
G d’utilité qu’un revenu
20 incertain avec une
18 E
valeur espérée de
2 000 euros.
C
14
F
A
10

Revenu (euros)
0 1000 1600 2000 3000 4000

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Aversion au risque et revenu

• Les individus averses au risque préfèrent des


variabilités de revenu plus faibles.

• Cette variabilité fait augmenter la prime de


risque.

• Nouvel exemple :
– Un(e) employé(e) peut percevoir un revenu de 4 000 euros
avec une probabilité de 50 % (utilité = 20 : point G) ou un
revenu nul avec une probabilité de 50 % (utilité = 0 : point 0).

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Aversion au risque et revenu

• Nouvel exemple (suite) :


– Le revenu espéré est toujours égal à 2 000 euros,
mais l’utilité espérée tombe à :
• E(u) = (0,5)u(0) + (0,5)u(4000)
• = 0 + 0,5(20) = 10

– Le revenu certain est de 2 000 euros avec une


utilité de 16.

– Si un individu choisit le nouvel emploi risqué, son


utilité perd 6 unités (de 16 à 10).

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Prime de risque : un exemple

Prime de risque La prime de risque est


Utilité égale à 1 000 euros
car un revenu certain
de 1 000 euros donne
le même niveau
G d’utilité qu’un revenu
20 incertain avec une
valeur espérée de
2 000 euros.
16

A
10
F

Revenu (euros)
0 1000 2000 4000

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Aversion au risque et revenu

• Nouvel exemple (suite) :

– Il peut recevoir 10 unités d’utilité en


choisissant l’emploi sans risque, qui paie
1 000 euros.

– La prime de risque est donc de 1 000 euros,


car il sera prêt à renoncer à ce montant pour
avoir la même utilité espérée (10) que l’emploi
risqué.

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Aversion au risque
et courbes d’indifférence

• On peut aussi décrire le degré d’aversion au risque d’un


individu en termes de courbes d’indifférence établissant
une relation entre le revenu espéré et la variabilité du
revenu (mesurée par l’écart-type).

• Comme le risque n’est pas désiré, plus le niveau de risque


est élevé, plus le revenu espéré nécessaire pour rendre
l’individu aussi satisfait est élevé.

• Les courbes d’indifférence ont donc une pente croissante.

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Aversion au risque
et courbes d’indifférence
Revenu U3 Individu fortement
espéré averse au risque :
U2 une augmentation de
l’écart-type requiert
U1 une forte hausse du
revenu pour maintenir
son niveau de
satisfaction.

Écart-type du revenu

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Aversion au risque
et courbes d’indifférence
Revenu Individu faiblement
espéré averse au risque :
une augmentation de
l’écart-type requiert
une faible hausse du
revenu pour maintenir
son niveau de satisfaction.
U3

U2

U1

Écart-type du revenu

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

3. Réduire le risque

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Réduire le risque : diversification

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Diversification financière
• La diversification est particulièrement importante pour les
investisseurs en Bourse.

• Si un individu investit tout son argent dans une seule action, le


risque est élevé.

• Si un individu investit son argent dans un portefeuille d’actions


diversifiées (dont les rendements sont négativement ou
faiblement corrélés), le risque diminue.
– Exemple : fonds commun de placement (FCP).

• Mais les prix des actions sont souvent positivement corrélés et


il reste un risque non diversifiable (fluctuations du marché
boursier).

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

4. La demande d’actifs risqués

• La plupart des individus sont averses au risque.


Cependant, ces mêmes individus investissent
dans des actifs risqués.
– Pourquoi ?
– Comment décident-ils du risque à prendre ?

• Pour répondre à ces questions, on doit examiner


la demande d’actifs risqués.

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

La demande d’actifs risqués

• Un actif est ce qui fournit un flux monétaire ou un flux


de services à son détenteur :
– Exemples : maison, compte épargne, bon du trésor, action
en Bourse…

• Le flux monétaire associé à la propriété d’un actif


(par ex. une action en Bourse) peut être explicite
(par ex. dividendes) ou implicite (par ex. gain ou
perte réalisée en capital = variation positive ou
négative de la valeur de l’actif à la vente).

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Les actifs risqués et sans risque

• Un actif risqué fournit un flux monétaire au


moins en partie aléatoire.
– Exemples : location d’un appartement, gains en
capital, pour bons ou actions…

• Un actif sans risque fournit un flux monétaire


connu avec certitude.
– Exemples : bon du trésor gardé jusqu’à maturité,
certificat de dépôt à court terme…

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

La demande d’actifs risqués

• Les individus détiennent des actifs en raison des


flux monétaires que ceux-ci génèrent.

• Pour comparer un actif à un autre, on peut


penser à ce flux monétaire en terme de prix ou
de valeur d’un actif.

• Le rendement d’un actif est le rapport du flux


monétaire total qu’il rapporte (en incluant les
gains/pertes en capital) à son prix.

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

La demande d’actifs risqués

• Un individu détenant un actif risqué espère que


le rendement de cet actif sera supérieur au taux
d’inflation (pour augmenter son pouvoir d’achat).

• Le rendement corrigé de l’inflation (réel) d’un


actif est le rendement nominal moins le taux
d’inflation.

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

La demande d’actifs risqués

• Puisque les rendements ne sont pas connus


avec certitude, les investisseurs prennent des
décisions sur la base de rendements espérés.

• Le rendement espéré d’un actif est la valeur


espérée de ce rendement.
– Certaines années le rendement effectif sera
supérieur au rendement espéré, et d’autres
années il sera inférieur.

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

Investissements : risque et rendements


(1926-1999)

• Common stocks = actions en Bourse (indice S&P 500).


• Long-term corporate bonds = obligations de long terme.
• U.S. Treasury bills = bons du Trésor américains.
• Real rate of return = taux réel de rendement.
• Risk (Standard Deviation) = risque (écart-type).
Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France
Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

La demande d’actifs risqués

• Plus le rendement espéré d’un investissement


est important, plus le risque qu’il induit est
également important.

• Un investisseur averse au risque doit donc


choisir entre un rendement espéré plus élevé
(risque plus élevé) et un risque moins élevé
(rendement espéré moins élevé).

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

L’arbitrage entre
risque et rendements

• Un investisseur a le choix entre des actifs


risqués (par exemple des actions en Bourse) et
des actifs sans risque (par exemple des bons
du Trésor), ou une combinaison des deux.

• Pour déterminer le montant que l’investisseur


mettra dans chaque actif, on calcule le
rendement RP et le risque σP de son
portefeuille.

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

L’arbitrage entre
risque et rendements

• Rf = rendement certain d’un bon du Trésor.


– Le rendement espéré d’un actif sans risque est
égal à son rendement effectif.

• Rm = rendement espéré d’une action représentative


de la Bourse.

• On suppose que Rm > Rf : sinon aucun investisseur


averse au risque n’achèterait d’actions.

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

L’arbitrage entre
risque et rendements

• b = part de l’épargne placée en Bourse.

• (1-b) = part de l’épargne placée en bons du Trésor.

• Le rendement espéré RP d’un portefeuille est la moyenne


pondérée du rendement espéré des deux actifs :

RP = bRm + (1 - b) Rf
Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France
Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

L’arbitrage entre risque et rendements : un


exemple

• Exemple : Rm = 12 %, Rf = 4 %, et b = 1/2

RP = bRm + (1 - b) Rf
RP = (1 / 2)(12%) + (1 - 1 / 2)(4%)
RP = 8%

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

L’arbitrage entre
risque et rendements

• Dans quelle mesure ce portefeuille est-il risqué ?


• Une mesure du risque est l’écart-type :

– Écart-type de l’actif risque = m


– Écart-type du portefeuille = p
– Alors, on peut montrer (puisque f=0) que :

 p = b m
Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France
Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

L’arbitrage entre
risque et rendements

• Pour déterminer comment l’investisseur choisit les


parts b et (1-b), on peut montrer qu’il fait face à un
arbitrage rendement-risque analogue à la droite de
budget du consommateur :

Rp = bRm + (1 - b) Rf
et  p = b m
( Rm - Rf )
==> Rp = Rf + p
m
Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France
Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

L’arbitrage entre
risque et rendements

( Rm - Rf )
Rp = Rf + p
m
• Cette droite de budget décrit l’arbitrage entre le
risque p et le rendement espéré Rp.

• Le rendement espéré du portefeuille Rp augmente


lorsque l’écart-type p de ce rendement augmente.

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

L’arbitrage entre
risque et rendements

• La pente de cette droite de budget est le prix du


risque. Elle nous dit quel risque supplémentaire
un investisseur est prêt à encourir pour obtenir
un rendement plus grand :

Pente = (R m - R f )/ m

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

L’arbitrage entre
risque et rendements

• Si l’investisseur ne veut pas prendre de risque, il


investit tous ses fonds dans les bons du Trésor (b=0) et
reçoit un rendement espéré Rf.
• Si l’investisseur veut recevoir un rendement qu’il
espère plus élevé, il peut investir tous ses fonds dans
les actions boursières (b=1), qui rapporte un rendement
espéré Rm, mais avec un écart-type de m.
• Enfin, il peut investir un partie de ses fonds dans
chaque type d’actif, rapportant un rendement espéré
entre Rf et Rm, avec un écart-type inférieur à m, mais
supérieur à zéro.

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

L’arbitrage entre
risque et rendements

• On peut tracer des courbes d’indifférence qui


montrent les combinaisons de risque et de
rendement qui donnent la même satisfaction à
l’investisseur.

• Comme pour le consommateur, l’investisseur


optimise son portefeuille d’actifs en tenant compte
de ses préférences et de sa droite de budget.

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

L’arbitrage entre
risque et rendements
Rendement Le point de tangence (*) entre U2 et la droite de
espéré Rp budget est le choix optimal puisqu’il donne le
rendement le plus élevé pour un risque donné.
U3
U2
Droite de budget
U1
Rm

R*

Rf

 * m Ecart - type p
Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France
Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

L’arbitrage entre
risque et rendements

• Les individus diffèrent dans leurs comportements vis-à-vis


du risque.

• Un individu très averse au risque (A) investira presque


toute son épargne dans des bons du Trésor et obtiendra
un rendement espéré à peine plus grand que Rf.

• Un individu peu averse au risque (B) investira beaucoup


moins dans des bons du Trésor et plus dans des actions
en Bourse et obtiendra un rendement espéré plus élevé,
mais avec un plus grand écart-type.

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France


Chapitre 5 – Incertitude et comportement du consommateur

L’arbitrage entre
risque et rendements
UB
Rendement
espéré Rp
UA Droite de budget
Rm Avec la même droite
de budget,
RB l’investisseur A
choisira un
rendement et un
risque faibles, alors
RA que l’investisseur B
choisira un
rendement et un
Rf risque plus élevés.

A B m Ecart - type p

Microéconomie, 7e éd. – R. Pindyck, D. Rubinfiled, M.Sollogoub ® 2009 Pearson Education France