Vous êtes sur la page 1sur 20

L’intelligence

émotionnelle
Daniel GOLEMAN

Fiche de lecture présentée par Estelle NAUROY - Promo 9


Introduction

Cet ouvrage est un voyage au pays des émotions, destiné à éclairer certaines situations. Son but est de
comprendre pourquoi et comment notre intelligence peut être en harmonie avec nos émotions.

Daniel GOLEMAN est un psychologie américain né le 7 mars 1946 à Stockton (Californie).


Diplômé de Harvard, Docteur en psychologie clinique et développement personnel, il est devenu célèbre avec son livre
intelligence émotionnelle . À l'époque de sa parution (1995) il était journaliste au New York Times, où il suivait
particulièrement les sciences du comportement.
Il est membre du conseil d'administration du Mind and Life Institute, qui facilite les rencontres entre la science et le
bouddhisme. Il fait partie de l’Association Américaine pour le Progrès de la Science.
Qu’est-ce que l’intelligence émotionnelle ?
L’émotion, selon l’Oxford English Dictionary, est « une agitation ou un trouble de l’esprit, du sentiment, de la passion, tout état mental
de véhémence ou d’excitation »
Goleman désigne par émotion « à la fois un sentiment et les pensées, les états psychologiques et biologiques particuliers, ainsi que la
gamme de tendances à l’action qu’il suscite »
L’Intelligence Emotionnelle désigne notre capacité à reconnaître nos propres sentiments et ceux des autres, à nous motiver nous-
mêmes et à bien gérer nos émotions en nous même et dans nos relations avec autrui. Elle englobe des aptitudes à la fois distinctives
et complémentaires de celles que recouvre l’intelligence scolaire, les capacités purement cognitives que mesure le QI.
Ces deux sortes d’intelligence, intellectuelle et émotionnelle, traduisent l’activité de zones cérébrales différentes :
• L’activité intellectuelle se concentre entièrement dans le néocortex et les activités cérébrales les plus récentes dans l’évolution de
l’espèce sont basées dans les régions supérieures du cerveau.
• Les centres de l’intelligence émotionnelle, sont situés dans les régions inférieures et plus anciennes du cerveau, dans le sous-
cortex. L’IE englobe ces centres émotionnels et leur coordination avec les centres intellectuels
Une théorie globale de l’IE a été proposée en 1990 par 2 psychologues : Peter SALOVEY et John MAYER. Ils définissent l’IE comme la
capacité de réguler et de maîtriser ses propres sentiments et ceux des autres, et d’utiliser ces sentiments pour guider nos pensées et
nos actes.
Goleman a repris et adapté leur modèle et en propose une version qui comprend 5 compétences émotionnelles et sociales
élémentaires.

Cette conception «élargie » de l’intelligence attribue un rôle de 1er plan aux émotions dans notre aptitude à gérer notre vie
Le cerveau
émotionnel
1ère partie
1. A quoi servent les émotions ?
La valeur de survie
• Nos pulsions et nos désirs guident nos actions, et notre espèce doit sa survie à leur pouvoir
• Lorsque les sociobiologistes cherchent à expliquer pourquoi l’évolution a conféré aux émotions un rôle de 1er plan, ils soulignent la prééminence du
cœur sur le mental. Nos émotions disent-ils, nous aident à affronter des situations et des tâches trop importantes pour être confiées au seul intellect
• Le fait que notre répertoire d’émotions soit inscrit dans notre cœur sous forme de tendances innées et automatiques atteste de sa valeur de survie
• La peur sert à nous protéger du danger.
• Les réactions automatiques de ce genre sont inscrites dans notre système nerveux parce que pendant longtemps, elles nous ont aidé à survivre
• Plus important encore, elles répondaient à la tâche de l’évolution : transmettre à ses descendants des dispositions utiles à la survie

L’incitation à l’action
• Toutes les émotions sont des incitations à l’action. Etymologiquement émotion signifie « mettre en mouvement »
• Dans « émotion » il y a « motere » (mouvoir) et « e » qui indique un mouvement vers l’extérieur.
• Dans notre répertoire d’émotions, chacune joue un rôle spécifique ; chaque type d’émotion prépare le corps à un type de réaction différente.

Le Co pilotage
• Nous possédons 2 esprits : l’un pense, l’autre ressent.
• La dichotomie émotionnel / rationnel correspond en gros à la distinction entre le cœur et la tête
• La plupart du temps, l’esprit émotionnel et l’esprit rationnel fonctionnent en parfaite harmonie, associant leurs modes de connaissance très différents
pour nous guider dans le monde qui nous entoure (cf pilote et copilote de la LE)
• Mais quand les passions s’emballent, l’esprit émotionnel prend le dessus
2. Lorsque les émotions prennent le pouvoir
• Nous avons 2 cerveaux, 2 esprits et 2 formes d’intelligence : l’intelligence rationnelle (néocortex) et l’intelligence émotionnelle (amygdale et circuits
limbiques).
• La façon dont nous conduisons notre vie est déterminée par les deux . Sans l’intelligence émotionnelle, l’intellect ne peut plus fonctionner
correctement
• Lorsque le dialogue s’instaure convenablement entre système limbique et néocortex, entre amygdale et lobe préfrontaux, l’intelligence
émotionnelle s’en trouve améliorée, et la capacité intellectuelle aussi
• La conception traditionnelle de l’antagonisme entre raison et sentiment en est bouleversée. Il s’agit donc de trouver le bon équilibre entre les deux
• Le paradigme antérieur avait pour idéal : la raison libérée des émotions
• Le nouveau paradigme nous enjoint d’harmoniser la tête et le cœur
• Pour y parvenir, nous devons au préalable mieux comprendre ce qu’utiliser son intelligence émotionnelle veut dire
La nature de
l’intelligence
émotionnelle
2ème partie
La nature de l’intelligence émotionnelle
La conscience de soi : être toujours La maîtrise de soi : gérer nos émotions de
conscient de nos sentiments et utiliser façon qu’elles facilitent notre travail au lieu
nos penchants instinctifs pour orienter d’interférer avec lui. Etre consciencieux et
nos décisions. S’évaluer soi-même avec savoir différer une récompense dans la
réalisme et posséder une solide poursuite d’un objectif. Récupérer rapidement
confiance en soi d’une perturbation émotionnelle

La motivation : utiliser nos envies les plus L’empathie : être à l’unisson des
profondes comme une boussole qui nous sentiments d’autrui, être capable
guide vers nos objectifs , nous aide à d’adopter leur point de vue et entretenir
prendre des initiatives, à optimiser notre des rapports harmonieux avec une
efficacité et à persévérer malgré les grande variété de gens.
déconvenues et frustrations

Les aptitudes humaines : bien maîtriser ses émotions dans ses


relations avec autrui et déchiffrer avec acuité les situations et
les réseaux humains. Réagir avec tact. Utiliser ces aptitudes
pour persuader, guider, négocier et régler les différends, pour
coopérer et animer des équipes
Esclave des passions
• La maîtrise de soi, la capacité à résister aux tempêtes intérieures est tenue pour une vertu à l’époque de Platon
• Lorsque les émotions sont trop affaiblies, elles créent ennui et distance
• Non maîtrisées, extrêmes et persistantes, elles deviennent pathologiques, comme la dépression ou l’angoisse
• Contenir ses émotions est donc la clé du bien-être affectif car les émotions trop intenses et durables perturbent notre équilibre
• Pour se sentir bien, il faut non pas éviter les émotions pénibles, mais contenir celles qui mobilisent trop l’esprit
• Pour accroitre notre bien être, l'art de s’apaiser est primordial
• Apaiser la colère
1. Désamorcer la colère en contestant les pensées qui déclenchent sa montée en puissance (évaluation initiale de l’interaction avec la
situation). Plus on le fait tôt, plus c’est efficace. C’est une sorte de recadrage et de réévaluation de la situation
2. Se calmer physiologiquement en laissant passer la poussée d’adrénaline dans un cadre propice : freiner l’escalade en pensant à autre chose,
se distraire, prendre du bon temps, sortir, faire de l’exercice physique ; utiliser des méthodes de relaxation qui permettent la détente
musculaire, écrire ses pensées négatives pour les réévaluer …
• Pour Goleman, laisser libre court à sa colère n’est pas une solution car les explosions de colère excitent encore davantage le cerveau
• Calmer son anxiété
1. Prendre conscience de soi : percevoir les bouffées d’inquiétude dès leur origine, surveiller les signes d’apparition de l’anxiété et identifier les
situations qui la provoquent
2. Adopter une attitude critique vis-à-vis de soi et questionner la réalité du danger
• Cette alliance : attention+ scepticisme agit comme un frein à la stimulation neuronale qui sous-tend l’anxiété
• Vaincre la mélancolie
1. Rester seul
2. Voir du monde, se changer les idées, aller au cinéma …. programme de distractions
3. Contester les pensées négatives et les remplacer par des pensées plus positives
4. Faire de l’exercice physique
5. Se gratifier d’un petit succès facile : s’acquitter d’une obligation, s’atteler à une tâche que l’on remettait depuis longtemps …
6. Pratiquer le recadrage cognitif : s’efforcer de voir les choses autrement
7. Venir en aide à autrui pou se débarrasser de ses propres ruminaitions
L’aptitude maitresse
• Nous avons tous des exemples personnels qui nous montrent l’effet dévastateur exercé par l’angoisse sur la clarté de l’esprit : ces exemples témoignent
du pouvoir que possède le cerveau émotionnel de subjuguer voire de paralyser le cerveau pensant
• Ex : les élèves angoissés, déprimés, ou furieux sont incapables d’apprendre
• Ex : ceux qui s’enferment dans leurs états émotionnels n’enregistrent pas l’information ou n’en tirent pas le meilleur parti
• Considérons par contre le rôle d’une motivation positive, ou ce qui se passe quand l’enthousiasme, le zèle et la confiance se mobilisent pour atteindre un
but
• Dans la mesure où nos émotions bloquent ou amplifient notre capacité de penser, de planifier, d’apprendre en vue d’atteindre un but, de résoudre des
problèmes … elles définissent les limites de notre aptitude à utiliser nos capacités mentales innées et décident donc de notre avenir
• Et dans la mesure où nous sommes motivés par l’enthousiasme et le plaisir que nous procure ce que nous faisons, les émotions nous mènent à la réussite
• C’est en ce sens que l’IE est une aptitude maîtresse qui influe profondément sur toutes les autres en les stimulant ou en les inhibant

• Le test des bonbons

• Le pouvoir de la pensée positive


• Confiance : les étudiants confiants se fixent des objectifs plus élevés et savent travailler avec acharnement pour les atteindre ; à QI équivalent c’est la
confiance en l’avenir qui fait la différence
• Espérance : le fait de croire que l’on possède à la fois l’envie et les moyens d’atteindre les objectifs que l’on se fixe, quels qu’ils soient, favorise la
réussite. Du point de vue de l’IE, espérer, c’est refuser de céder à l’anxiété, la colère, ou la déprime
• Optimisme : le grand motivateur
L’intelligence
émotionnelle
appliquée
3ème partie
Le couple, ennemis intimes
Le couple, ennemis intimes
Le management, une affaire de cœur
Le management, une affaire de cœur
L’esprit et la médecine
• Au pays de la maladie, les émotions règnent en maître et la peur se niche dans la 1ère pensée venue
• SI nous sommes si fragiles psychologiquement quand nous sommes malades, c’est parce-que notre bien-être mental est en partie fondé sur l’illusion de
notre invulnérabilité. La maladie, surtout quand elle est grave, brise cette illusion.
• Le problème est que les médecins, occupés par l’état physique de leurs malades, ignorent trop souvent leurs réactions affectives.
• Or de nombreuses études prouvent que l’état émotionnel de l’individu peut influer considérablement sur sa vulnérabilité à la maladie et sur le
processus de guérison
• Les émotions négatives font planer sur notre santé un danger aussi grave que le tabac … et l’équilibre psychologique contribue à préserver notre santé
et notre bien-être

Esprit du corps : comment les émotions influencent la santé

• En 1974, le psychologue Robert Adler a découvert que comme le cerveau, le


système immunitaire est capable d’apprendre et de modifier son comportement en
fonction de l’expérience. D’autres recherches ont ensuite mis à jour
d’innombrables modes de communication entre le système nerveux central et le
système immunitaire, c’est-à-dire les voies biologiques qui font que l’esprit, les
émotions et le corps ne sont pas séparés mais inextricablement liés.

• Les chercheurs ont découvert que :


• Les messagers chimiques qui opèrent essentiellement dans le cerveau et le
système immunitaire sont particulièrement abondants dans les aires qui
commandent les émotions.
• L’existence d‘une voie physique directe permettant aux émotions d’exercer une
influence directe sur le système immunitaire
L’esprit et la médecine
11. Esprit et médecine
• Introduire l’IE dans la pratique médicale
• Des études ont montré qu’en moyenne, un patient a 3 questions qui le tracassent et il n’obtient la réponse qu’à 1,5.
• Cela montre que la pratique médicale actuelle ne répond pas aux besoins psychologiques des patients.
• Les questions restées sans réponse entretiennent la peur et la propension à voir tout en noir. Les patients hésitent à suivre les traitements dont ils ne
comprennent pas pleinement la nature et la fonction.
• Si on accompagne les patients (réponse aux questions, relaxation …) ils mettent 2 à 3 jours de moins pour se rétablir

• Il existe bien des façons dont la médecine peut élargir sa mission afin de prendre en considération les réalités émotionnelles de la maladie
• Fournir aux patients une formulation plus complète, indispensable aux décisions qu’ils doivent prendre concernant leur traitement
• Apprendre aux patients à mieux interroger leur médecin pour que celui-ci réponde à toutes les questions qui les préoccupent
• La période précédant une intervention est particulièrement anxiogène et se prête à la prise en compte de la dimension émotionnelle de la maladie :
• Apprendre aux patients à calmer leur appréhension et atténuer leur malaise, apprendre des techniques de relaxation
• Donner la possibilité à un parent ou ami de rester dans la chambre pendant l’hospitalisation
• La relaxation permet de mieux supporter la souffrance , mais aussi de maîtriser les émotions susceptibles d’exacerber les symptômes. Il y a un effet
« réaction de relaxation » l’inverse physiologique du stress, qui est la source de problèmes de santé les plus variés
• Le Stress Reduction Clinic de Jon KABAT-ZINN au centre médical de l’université du Massachusetts est un modèle dans ce domaine. Les patients y suivent des cours de yoga
(+ méditation pleine conscience je crois) sur 10 semaines qui insistent sur la nécessité d’être attentif à l’enchainement de ses émotions et s’accompagne d’une séance
quotidienne de relaxation profonde
• La relaxation et le yoga sont aussi au centre d’un traitement contre les maladies cardiaques (résultat ; inversement du processus d’obturation des artères)
• L’attitude empathique des médecins et soignants, sachant écouter et se faire entendre
• Favoriser une pratique médicale centrée sur les relations humaines (avec un enseignement de certains aspects essentiels de l’IE : conscience de soi,
empathie, art de savoir écouter)

→ Pousser le corps médical à « prendre soin » autant qu’à « prodiguer des soins »
IE / LE
amies ou
ennemies ?
Conclusion
Conclusion
Définition & Valeur
Les émotions sont prises en compte comme un élément essentiel de notre vie
Les émotions sont reconnues comme une Valeur Biologique
IE et LE sont basées, entre autres, sur les travaux de la biologie et des neurosciences
Elles expliquent les émotions en lien avec le fonctionnement du cerveau
IE et LE attribuent les mêmes fonctions aux émotions : valeur de survie, incitation à l’action

Approche & Moyens


L’IE propose souvent des moyens pour gérer/maîtriser ses La LE ne préconise pas de maîtriser mais bien au contraire de
émotions pour réussir sa vie porter attention et de reconnaitre la côté positif de l’émotion

L’IE propose des moyens pour progresser et développer son IE La LE préconise davantage de regarder ce que je fais déjà et
mais cela sous-tend une injonction à changer et du coup peut d’ajouter une petite nouveauté (petit pas, nouveau
créer davantage de stress comportement, nouvelle expérience …)

Dans les conseils qui sont donnés, la formulation est souvent La formulation positive systématique de la LE favorise la bonne
négative (ne pas faire, de pas dire, éviter de …) action ou la bonne pensée puisque le cerveau ne conçoit que
des choses positive
Finalité
IE et LE proposent sans doute 2 façons différentes ou des moyens différents de se « dépatouiller » avec ses émotions, mais la
finalité pour moi reste la même : prendre en compte et mieux vivre avec ses émotions