Vous êtes sur la page 1sur 29

L’ANTONYMIE

DISCURSIVE
Le plan:

1. Les antonymes – généralités,


définitions.
2. Les types d’opposition
antonymique.
L’antonymie - généralités
• L’antonymie apparaît d’une certaine
façon comme le contraire de la
synonymie.
• ,, Antonyme’’ est l’antonyme de
,, synonyme’’.
• Elle désigne une relation entre deux
termes de sens contraires.
L’antonymie - généralités
• Les mots mis en opposition doivent avoir en
commun quelques traits qui permettent de les
mettre en relation de façon pertinente.
• On ne peut comparer que ce qui est comparable.
• On ne peut pas comparer le nom ordinateur au
verbe chanter.
• Ces deux termes n’ont pas de communauté de
sens.
L’antonymie - généralités
• Les adjectifs grand et beau ne
peuvent pas, non plus, être
considérés comme des antonymes.
• En revanche, blanc et noir, jeune et
vieux, mort et vivant, peuvent être
comparés.
La relation d’antonymie
• Existe surtout dans les mots qui représentent:
• des qualités ou des valeurs (beau/ laid, bon /
mauvais, vrai / faux)
• Des quantités ( peu / beaucoup, aucun / tous)
• Des dimensions ( grand / petit, long / court)
• Des déplacements (haut/ bas, droite/ gauche,
devant / derrière)
• Des rapports chronologiques (jeune /vieux,
avant / après).
Les antonymes – définitions.

• On appelle antonymes deux mots de


sens contraire.
• Le mot antonyme vient du grec ant(i)
signifiant ,, en face de, contre’’ et de
onoma signifiant ,, nom’’ ou ,, mot’’.
• L’antonymie est logiquement
indispensable et joue un rôle essentiel
dans toutes les langues.
Les antonymes- particularités
• Le sens général d’une phrase change du
tout lorsqu’on remplace un ou plusieurs
mots par un antonyme:
• C’est un gentil garçon. / C’est un mauvais
garçon.
• Elle travaille beaucoup. Elle travaille peu.
Les antonymes- particularités
• Avant de remplacer un mot par un antonyme, il
faut analyser le contexte:
• Un vieux buffet, une vieille personne
• L’adjectif vieux a pour antonymes nouveau, neuf,
jeune, mais s’il est convenable de parler d’un
buffet neuf ou d’une personne jeune, l’inverse
est impossible:
• Une personne neuve / un jeune buffet.
Les antonymes- particularités
• L’antonyme appartient généralement à la même
catégorie grammaticale que le mot qu’il
remplace.
• Un nom a pour antonyme un autre nom: beauté/
laideur; gentillesse/ méchanceté…
• Un adjectif a pour antonyme un autre adj.: riche /
pauvre; grand / petit…
• Un verbe a pour antonyme un autre verbe:
monter/ descendre; croitre/décroitre…
Les types d’antonymes
• Un même mot peut avoir, selon son
contexte, des antonymes différents.
• Lorsq’un mot est monosémique et il a
pour contraire un autre mot
monosémique, on parle d’ antonymie
absolue: avant / après, croitre /
décroitre…
Les types d’antonymes
• La plupart des mots sont polysémiques, c’est-à-
dire qu’ils peuvent avoir plusieurs sens. Dans ce
cas, un même mot aura, selon son contexte, des
antonymes différents. On parle d’antonymie
partielle:
• Défense : 1) Lorsqu’il fait référence à une
stratégie dans le domaine de la guerre, du
football, il peut être remplacé par l’antonyme
attaque .
Défense - exemple
• Ils ont joué en défense pendant tout le match.
• L’équipe adverse a joué en attaque tout au
long du match.
• 2) Lorsqu’il désigne une interdiction, il a
pour antonymes autorisation,
permission:
• Défense de fumer.
• Vous avez l’autorisation de fumer dans la salle.
Les antonymes sont formés de
différentes façons:
• L’opposition de sens se fait entre:
• Deux mots de racine différente –
• Monter / déscendre; jeune / vieux; chaud /
froid.
• Deux mots de même racine avec des
suffixes de sens opposé – anglophile (qui a
de la sympathie pour les Anglais)/
anglophobe (qui déteste les Anglais)
Les antonymes sont formés de
différentes façons:
• Deux mots de même racine avec des
préfixes de sens opposé.
• Les principaux préfixes permettant de
former des antonymes sont:
• In, il, im, ir placés devant un nom, un
adjectif – capable/ incapable; lettre/
illettré; prudence/ imprudence; réel/
irréel…
La structure des antonymes
• Mal, mé, dis, a, an placés devant le nom,
l’adj. – aimé/ malaimé; courtois/
discourtois, normal/ anormal
• Dé, des, mé, mes placés devant le verbe
– faire/ défaire; s’intéresser/ se
désintéresser; connaître / méconnaître…
Les types d’opposition antonymique
• Si on examine les antonymes, on s’aperçoit
qu’ils sont reliés de diverses manières.
• La relation d’opposition n’est pas toujours de
nature identique: mort et vivant entretiennent
entre eux un rapport d’exclusion, alors que
grand et petit sont dans une relation
modulable.
• On distingue 4 possibilités de sens contraire:
1. Les antonymes complémentaires
ou non gradables:
• Présent / absent
• Homme / femme
• Mâle / femelle
• Célibataire / marié
• Ces termes entretiennent entre eux un
rapport d’exclusion en divisant l’univers du
discours en deux sous-ensembles
complémentaires.
Les antonymes complémentaires ou
non gradables:
• Entre ces antonymes il n’y a pas de degrés
intermédiaires. On ne peut être que présent ou
absent, mâle ou femelle.
• Le trait caractéristique de ce type de paires de
mots est que la négation de l’un implique
l’affirmation de l’autre, de même l’affirmation de
l’un implique la négation de l’autre:
• Jean n’est pas marié implique Jean est célibataire.
2. Les antonymes gradables
• Grand / petit
• Chaud / froid
• Riche / pauvre
• Beau / laid
• Dans ce cas, les antonymes désignent
seulement, aux extrémités d’une échelle, des
points de référence entre lesquels on peut
intercaler d’autres termes par gradation:
Les antonymes gradables
• Ex. Froid – frais – tiède – chaud
• Grand – moyen – petit
• La gradation repose sur la comparaison.
• Contrairement aux antonymes complémentaires
ou non gradables, un adjectif appartenant à
cette classe peut être employé au comparatif ou
au superlatif:
• Jean est plus grand que Marc.
• Patrick est moins beau que Charles.
Les antonymes gradables
• La proposition Cet homme est riche
implique Cet homme n’est pas pauvre et
Cet homme est pauvre implique Cet
homme n’est pas riche; mais Il n’est pas
riche n’implique pas nécessairement Il est
pauvre, car l’homme peut n’être ni riche,
ni pauvre, sa fortune se situait à un degré
intermédiaire.
3. Les antonymes réciproques
• Acheter / vendre
• Mari / femme
• Père / fils
• Prêter / emprunter
• Supérieur / inférieur
• Ces couples de termes expriment la même
relation (contraire), mais ils se distinguent par
l’inversion de l’ordre de leurs arguments. Le
terme acheter est le terme réciproque de vendre.
4. Les termes incompatibles
• Rouge, bleu, vert, gris, blanc ou dimanche, lundi,
mardi… samedi – c’est une relation
d’incompatibilité.
• Ces ensembles peuvent être ordonnés
sériellement ou cycliquement.
• L’ensemble de termes que l’on utilise pour
désigner les grades en armée est un exemple
d’un ensemble ordonné sériellement: maréchal,
général, caporal, simple soldat.
Les termes incompatibles
• Les exemples d’ensembles cycliques nous
sont fournis par les mots qui dénotent
des unités ou des périodes de temps:
• Printemps, été, automne, hiver
• Janvier, février…. décembre
• Tous ces termes sont ordonnés en
termes de successivité.
• L’antonymie se présente comme un
phénomène qui transgresse le niveau de
la composante phrastique, en s’installant
dans la composante discursive.
• Elle nous apparaît comme une relation
qui se manifeste à plusieurs niveaux de
structuration du langage, depuis le
niveau lexical jusqu’au texte, en passant
par la phrase et par le discours
(l’énoncé).
• La problématique de l’antonymie dans les
langages de spécialité consiste dans le fait
que le niveau de la langue actualise assez
rarement des oppositions dans ce domaine.
• La difficulté de la découverte de
l’antonymie au niveau terminologique
consiste dans le fait que les oppositions ne
sont pas immédiatement repérables en
surface, mais au niveau des concepts qui
définissent les termes.
• On peut dire qu’on a affaire à une
antonymie conceptuelle qui subit
une série de contraintes imposées
par le domaine de fonctionnement
de l’unité terminologique, par son
contexte d’actualisation qui oblige à
une sélection rigoureuse de l’axe
sémantique sur lequel s’établissent
les oppositions.
• la composante discursive permet
l’apparition des oppositions antonymiques,
pas toujours actualisées en surface par des
lexèmes, mais justifiables au niveau des
prédicats sémantiques/concepts.
• Les divers mécanismes qui peuvent
engendrer cette relation (négation
polémique, oxymore, antiphrase) facilitent
la production des antonymes entre des
termes de spécialité.