Vous êtes sur la page 1sur 78

Introduction aux métiers de l ’ Assurance

SOMMAIRE

Généralités sur l'Assurance

IARD

Vie

Santé

Le consulting face aux enjeux du marché

Questions / Réponses

2
1- Généralités

 Qu'est-ce que l'Assurance ?


 Pourquoi l'Assurance existe-t-elle ?
 Comment l'Assurance d'aujourd'hui est-elle née ?
 Classification de l'Assurance
 Les acteurs
 Le point de l’assurance en France
 Les activités connexes à l'Assurance
 Les grands processus assurantiels classiques

3
1.1- Qu'est-ce que l'Assurance ?

 Définition :

C'est l'opération par laquelle une personne,


L'ASSUREUR
S'engage à exécuter une prestation au
profit d'une autre personne,
L'ASSURE
En cas de réalisation d'un événement
aléatoire,
LE RISQUE

En contrepartie du paiement d'une somme,


LA PRIME OU COTISATION

(définition extraite du rapport du Conseil de la concurrence / Rapport du Sénat)

4
1.1- Qu'est-ce que l'Assurance ?

 D'autres définitions…
 De Winston Churchill :
 "Si cela m'était possible, j'écrirais le mot Assurance dans chaque
foyer et sur le front de chaque homme, tant je suis convaincu que
l'assurance peut, à un prix modéré, libérer les familles des
catastrophes irréparables"
 Notion de SOLIDARITE SOCIALE

 D'Elisabeth 1ère d'Angleterre :


 "L'assurance a été établie de sorte que la perte pèse légèrement
sur beaucoup, plutôt que lourdement sur peu"
 Notion de MUTUALISATION
 D'un assuré :
 "Somme importante que vous êtes assuré de débourser tous les
ans, avec l'espoir que vous aurez un jour un accident qui vous
permettra de tout récupérer d'un seul coup"
 Notion de CYCLE ECONOMIQUE INVERSE
(citations extraites de l'aide-mémoire 1999 de la FFSA) 5
1.2- Pourquoi l'Assurance existe-t-elle ?

 Explication sociale :
 Les acteurs économiques courent quotidiennement des risques aux
conséquences insupportables individuellement
 L'assurance est un acte social qui consiste à cotiser collectivement
dans un pot commun, qui servira à indemniser l'individu frappé par le
risque
 L'assurance est donc liée à la notion de SECURITE COLLECTIVE,
SOLIDARITE et de MUTUALISATION.

6
1.2- Pourquoi l'Assurance existe-t-elle ?

 Explication "métier" :
 A partir d'un certain volume de cotisants, la mise en commun de
fonds et l'indemnisation ne sont possibles que si quelqu'un prend en
charge la gestion du système
 C'est la naissance du métier d'assureur. Il sert d'intermédiaire et de
"caisse de compensation". Son objectif : tirer profit de la loi des
grands nombres

 Ambiguïté de la notion de PROFIT : le résultat peut être considéré


comme un profit capitaliste ou comme un surplus qui doit être
redistribué aux cotisants

 D'où l'existence de 2 types de structures juridiques : S.A.


(sociétés capitalistes) et Mutuelles (sociétés de personnes)

7
1.3- Classification par nature de risques

 La vision par branche est historiquement la plus ancienne (exemple :


existence de compagnies uniquement incendie, uniquement
accidents, etc...)
IARD
(Incendie, Accident, Risques Divers)

VIE

Santé

C'est la typologie juridique, comptable et réglementaire qui


classe les produits par branche et qui structure fréquemment
les compagnies. C'est également de cette façon que sont
donnés les chiffres et statistiques sur l'assurance

8
1.4- Classification en fonction de l’objet du risque

 La vision reposant sur la distinction "dommage aux biens / dommage


aux personnes" est aujourd'hui la plus fréquente :

L'assurance de particuliers
Assurance de (Auto, MRH, ...)
Dommages
(22% du CA en 2007) L'assurance de professionnels
(Incendie, RC, Perte d'exploitation, …)

L'épargne - La retraite

Assurance de Personnes La prévoyance


(78% du CA en 2007) (ex : décès, invalidité, …)

La santé

9
1.5- Les acteurs traditionnels

ACTEURS Positionnement Exemples

Généraliste de l'assurance. Tous les produits, tous AGF-Allianz, AXA,


Compagnies d'Assurance
les métiers. Toutes les formes de distribution Generali, CGU

Mutuelles Sans Double positionnement Prix / Distribution,


Intermédiaires (MSI) MACIF, MAAF, MAIF
essentiellement sur l'Auto, puis sur la M.R.H.

Complémentaire Maladie. Un peu de prévoyance.


Mutuelles 45 Positionnement "social" du mode mutualiste. MGEN, MGPTT, Sphéria
Diversification dans les réalisations sociales

Gestion du "deuxième pilier" du système de AG2R, Retraites Unies,


Caisses de Retraite /
retraite (complémentaire, par répartition), et Médéric, Malakoff,
Institutions de Prévoyance
Prévoyance Apicil Agira

10
1.6- Des acteurs plus récents

ACTEURS Positionnement Exemples

Entrée sur le marché par le biais de Predica, Pacifica,


Bancassureurs l'assurance Vie puis diversification vers les Sogecap, Natio-Vie,
autres produits aux particuliers La Poste

Direct Assurances (AXA),


Assureurs novateurs, tirant parti des
Eurofil (Commercial
Assureurs Directs / Internet nouveaux modes d'organisation et des
Union), Nexx (MAAF),
systèmes d'information. Tarif Compétitif
OK Assurance (AGF)

Tirent parti de leurs bases de données


Carma (Carrefour),
Grande Distribution clients. Proposent des produits d'assurance
Calypso (3 Suisses)
ciblés

Constructeurs Auto et autres Jouent le rôle de distributeur. Intègrent


Renault, Peugeot, Ford,...
(Immobilier, etc) l'assurance dans leur offre de service globale

11
1.5- Le poids des entreprises sur le marché français en 2007

12
1.6- Activités connexes à l'Assurance

Augmentation du niveau de
risque à partager entre Coassurance et Réassurance
plusieurs acteurs

Prestation en nature et non en


Assistance
numéraire

Banalisation du risque au profit Convergence des métiers de banquiers


de la gestion des flux financiers et d'assureurs

13
1.7- Les grands processus assurantiels classiques

 La gestion du client et des contrats

Commercial
CRM Production
- Effectuer la démarche - Tarifer
commerciale - Effectuer la souscription
- Préparer la souscription (enregistrement, édition des
(recueil des renseignements) documents contractuels)
- Recueillir les demandes - Passer les avenants
prospects/clients
- Recueillir des infos sur le client Gérer la relation

Client
- Fidéliser
- Favoriser la
Prestations / sinistres multidétention
Recouvrement
- Recueillir les déclarations
- Etudier les droits assurés - Appeler les primes
- Organiser / Délivrer la prestation - Encaisser les fonds
(gestion en 1 temps VS gestion - Relancer
traditionnelle) - Gérer les contentieux

14
1.8- Les grands processus assurantiels classiques

 Le pilotage de la rentabilité économique

Vison du Passif Vison de l’Actif

Actuariat / Etudes Finance / Immobilier


- Définir les produits - Gèrer les actifs
- Surveiller le portefeuille
- Définir des tarifs spécifiques
- Valider les provisions
mathématiques et réserves
techniques

15
SOMMAIRE

Généralités sur l'Assurance

IARD

Vie

Santé

Le consulting face aux enjeux du marché

Questions / Réponses

16
2- IARD

 Définition et chiffre d'affaires de l'assurance IARD


 L'assurance des particuliers
 La sinistralité
 La gestion des sinistres
 Les encours de placement
 Les risques en portefeuille
 Les principes de tarification

17
2.1- Définition et chiffre d'affaire de l'assurance IARD

 Qu'est ce que l'assurance IARD (Dommages) ?

 L'assurance de Responsabilité Civile (RC) :


Elle garantit la réparation des dommages corporels ou matériels
causés à autrui par l'assuré, lorsqu'ils lui sont imputables.
 L'assurance de biens :
Elle garantit la réparation des conséquences matérielles d'un accident,
d'un incendie, d'une intempérie ou d'un vol sur les biens de l'assuré ou
sur ceux dont il a la responsabilité.

18
2.2- L'assurance des particuliers

Cotisation 2007 Mds d ’euros

Automobile 17,3
Multirisques habitation 7.7

 L'assurance de particuliers - automobile & multirisque habitation (MRH) -


représente près de 70% du marché de l'IARD contre 60% il y a 10ans

 Les nouveaux entrants sont de plus en plus nombreux à pénétrer ce


secteur touchant aux assurances de "monsieur tout le monde". La position
des compagnies traditionnelles s'effrite chaque année un peu plus

 La rentabilité de l'assurance auto est assez cyclique (sur une période de 5


à 10 ans)
 L'assurance multirisque habitation était souvent la vache à lait des
compagnies traditionnelles

19
2.3- La sinistralité

 L'assurance des particuliers :


 pour un contrat auto, survenance d'un sinistre tous les 4 ans
 pour un contrat MRH, survenance d'un sinistre tous les 10 ans

Sinistres / Primes

20
2.4- La gestion des sinistres

 Gestion traditionnelle :
 Back-office, avec dossiers de sinistre papier et délais importants
 ouverture et provisionnement
 mandatement des experts
 règlement partiel ou total
 clôture du dossier de sinistre

 Nouveaux modes de gestion :


 CRM, plate-forme d'indemnisation, avec dénouement rapide
 traitement en un temps, avec contrôle a posteriori
 suivi de tous les événements liés au dossier (fax, relation avec les
sinistrés, les experts, documents reçus ou transmis…)
 tractations de gré à gré pour les affaires en multirisque habitation,
évitant l'expertise

 Les acteurs sollicités :


 Experts, médecins, carrossiers, garagistes, corps du bâtiment
(vitriers, serruriers, plombiers), avocats

21
2.5- Les encours de placements

 Les placements sont la contrepartie des engagements pris envers les


assurés :
 ils représentent principalement les provisions liées aux sinistres en
cours, (et plus marginalement celles liées aux primes reportées)

 Ces placements étaient constitués :


 à plus de 66,4% d'obligations,
 à plus de 26% d'actions,
 à plus de 4,4% d'immobilier

22
2.6- Les risques en portefeuille

 Face aux risques proposés, l'assureur a plusieurs possibilités :

a- mobiliser une assise financière suffisante pour venir en couverture


du risque accepté : fonds propres et plus values latentes
mesurés par la marge de solvabilité

b- partager le risque avec d'autres assureurs : coassurance

c- sous-traiter une partie du risque accepté auprès de tiers :


réassurance

23
2.6- Les risques en portefeuille

 La marge de solvabilité

 la marge minimum de couverture s'obtient en prenant la plus grande


valeur entre :
 18% des cotisations annuelles
 26% du coût moyen des sinistres des trois dernières années

 Les sociétés d'Assurance dommages ont-elles une bonne solvabilité ?

24
2.6- Les risques en portefeuille

 La coassurance

 elle ne concerne que les affaires présentant des risques potentiels


importants :
 transport, aéronautique, spatial
 sites industriels comme des raffineries, des sites de production, ...
 l'assureur (apériteur) accepte un risque couvert par un contrat unique
 l'apériteur partage avec d'autres assureurs le risque, qui interviendront
chacun en proportion de la valeur totale assurée

25
2.6- Les risques en portefeuille

 La réassurance

 la réassurance est une technique permettant de lisser les pics de


risques que pourrait rencontrer un assureur
L'assureur sous-traite ce pic de risque à un réassureur dont la
vocation est de se constituer un portefeuille réparti au mieux dans
le temps et dans l'espace géographique
 malgré la réassurance, l'assureur initial (la cédante) reste
intégralement responsable des engagements souscrits auprès de
son assuré

 le réassureur s'engage à lui rembourser tout ou partie des


sommes dues ou versées à l'assuré, en cas de survenance des
clauses liées au sinistre

26
2.6- Les risques en portefeuille

 La réassurance (suite)

 les deux grandes catégories de contrats de réassurance :

 le traité de réassurance - concerne l'ensemble des risques souscrits


par un assureur (branche auto RC par exemple)
 proportionnels :
 primes et sinistres sont partagés entre assureurs et réassureurs
 traité en "quote part" par exemple
 non proportionnels :
 les réassureurs s'engagent à prendre en charge une partie du
sinistre dépassant un seuil fixé en commun, moyennant un prix
négocié de gré à gré
 traité en "excédents de sinistres" par exemple

 la facultative - concerne le risque lié à une affaire importante souscrit


par un assureur

27
2.7- Les principes de tarification

 Un produit est un ensemble de garanties, sur lesquelles sont calculés


un tarif
COTISATION = prix de vente

1 Prime technique pure = coût moyen sinistre X fréquence

2 Chargement d'acquisition = commission + frais d'établissement

3 Frais de gestion = salaires + frais généraux

4 Taxes & Marge

28
SOMMAIRE

Généralités sur l'Assurance

IARD

Vie

Santé

Le consulting face aux enjeux du marché

Questions / Réponses

29
3- Vie
 Généralités sur l'assurance Vie
 Les opérations d'Epargne Assurance
 Les contrats d'assurance en cas de vie
 Les opérations d'épargne : 3 types de contrats
 Les opérations de Prévoyance
 Les contrats en cas de dècès
 Les contrats combinés
 La solvabilité de l'activité assurance Vie
 Les acteurs du marché de l’assurance vie en France
 Les éléments clés de l'activité assurance Vie

30
3.1- Généralités sur l'assurance Vie
Quelques dates clés ...

 L'assurance Vie fait ses premiers pas vers 1650 en Angleterre et en


Hollande

 En 1762, nait la première véritable compagnie d'assurance Vie en


Angleterre : l'Equitable Society for assurance on Lines and
survivorships

 Au début du XXe siècle, l'assurance Vie prend un nouvel essor avec


le développement de la capitalisation

 Les banque-assureurs prennent leur essor dans les années 80

31
3.1- Généralités sur l'assurance Vie

 L'assurance Vie recouvre deux domaines :

1- Les opérations d'épargne-assurance reposant sur la capitalisation


financière et/ou viagère de l'épargne constituée, assortie d'avantages fiscaux
A- L'assurance en cas de vie
B- L'épargne

2- Les opérations de prévoyance offrant des garanties de versements de


prestations en cas de survenance d'un risque (décès, invalidité, incapacité de
travail ou maladie) et permettant la transmission du capital constitué
A- L'assurance en cas de décès
B- Les opérations combinées vie-décès

32
3.1- Généralités sur l'assurance Vie

 Les produits d'assurance Vie sont la combinaison de 3 facteurs :

En cas de vie/Epargne
Type
En cas de décès/Invalidité

Temporaire
Garanties à durée
Viagère

Immédiat
à effet
Différé

Uniques
Primes
Périodiques

Rente
Prestations
Capital

33
3.2- Les opérations d'épargne assurance

 Pourquoi souscrire un contrat d'épargne assurance ?

 Pour se constituer un capital en vue de financer un projet :

Etudes des enfants


Acquisition d'un logement
...

 Pour préparer sa retraite :

Reversement du capital valorisé sous forme de rente

34
3.2- Les opérations d'épargne assurance

 A- Les contrats d'assurance en cas de vie

 Définition : Contrat par lequel la compagnie d'assurance s'engage à


verser un capital ou une rente à un assuré s'il est encore vivant au
terme du contrat. Aucune prestation n'est versée en cas de décès

 Ce type de contrat est aujourd'hui tombé en désuétude et remplacé


par les contrats combinés, qui permettent la transmission de l'épargne
même en cas de décès

35
3.2- Les opérations d'épargne assurance

 A- Les contrat d'assurance en cas de vie : Exemples


Capital différé sans contre- M. Dupont a 50 ans et signe un contrat de 8 ans
assurance
- Si au bout de ces 8 ans il est toujours vivant, il
Versement d'un capital : recevra le capital pour lequel il a cotisé
• au terme du contrat - S'il meurt avant le terme du contrat, ses ayants
• si l'assuré est encore en vie
droit ne pourront rien toucher

Rente viagère différée M. Dupont a 50 ans et signe un contrat de 8 ans


- Si au bout de ces 8 ans il est toujours vivant, il
Versement d'une rente :
• au terme d'une période appelée percevra un rente jusqu'à sa mort
"différée" - S'il meurt avant le terme du contrat, ses ayants
• si l'assuré est toujours vivant droit ne pourront rien toucher

Rente viagère immédiate M. Dupont a 50 ans et verse un capital à son


assureur.
Versement d'une rente dès le dépôt du Dès le versement effectué, il va toucher une rente
capital appelé "capital constitutif de la jusqu'à sa mort
rente"

36
3.2- Les opérations d'épargne assurance

 B- Les opérations d'épargne : 3 types de contrats

A échéance, le
Versement client Intérêt du
par : récupère : contrat :

Bon historiquement
Les bons de anonyme donc facilement
Prime unique Son capital + intérêts
capitalisation transmissible, aucun risque
financier pour le client

Prime unique, Son capital ou une rente


Les contrats en versements libres ou + intérêts minimums Le risque est supporté par
euros prime périodique en garantis + participation l'assureur
francs au bénéfice

Les contrats en Prime unique, Son capital +/- les


Le risque est à la charge du
versements libres ou revenus liés à la
Unités de Comptes prime périodique en performance des
client, l'assureur n'offre en
général aucune garantie
(UC) parts de fonds supports financiers

37
3.3- Les opérations de prévoyance

 Pourquoi souscrire un produit de prévoyance ?

 Pour assurer la subsistance de ses proches en cas de décès sous la


forme de :
 versement d'un capital
 rente viagère
 rente d'éducation

 Pour effectuer une donation à une personne qui n'est pas de la famille
 Si cette personne est déclarée comme bénéficiaire, elle ne paiera
que 20 % de droit de succession au-delà de 1 MF au lieu de 60 %
(si le contrat a été souscrit avant 70 ans)

 Ce type de contrat est obligatoire dans le cadre d'un emprunt ou du


financement d'un projet professionnel

38
3.3- Les opérations de prévoyance

 A- Les contrats en cas de décès

 Définition : Contrat par lequel la compagnie d'assurance s'engage à


verser au(x) bénéficiaire(s) désigné(s) un capital ou une rente, en cas
de décès de l'assuré, avant une certaine date (assurance temporaire),
ou à n'importe quel moment (assurance Vie entière)

 L'assurance-décès peut être complétée par :


 une assurance-décès par accident (capital doublé ou triplé en cas
de décès dû à un accident de circulation)
 une assurance invalidité-incapacité (capital, rente, Indemnités
Journalières (IJ),…)

39
3.3- Les opérations de prévoyance

 A- Les contrats en cas de décès : Exemples


M. Dupont a signé un contrat Vie entière.
Vie entière
A sa mort ses ayants droit percevront un capital
Versement d'un capital :
• au décès de l'assuré
• quelle que soit la date à laquelle
survient ce décès

M . Dupont a 50 ans et signe un contrat Vie


Vie entière à effet différé
entière à effet différé de 8 ans.
Versement d'un capital : Ses ayants droit pourront percevoir le capital
• au décès de l'assuré uniquement si le décès survient après cette
• mais uniquement si ce décès survient période incompressible de 8 ans (et donc après
après une période déterminée les 58 ans de M. Dupont)

Temporaire décès M . Dupont a 50 ans et signe un contrat


Temporaire décès de 15 ans.
Versement d'un capital : Ses ayants droit recevront l'intégralité du
• au décès de l'assuré capital uniquement si le décès survient pendant
• si ce décès survient dans une période ces 15 ans (et donc avant les 65 ans de M.
déterminée
Dupont)

40
3.3- Les opérations de prévoyance

 B- Les contrats combinés

 Lorsque le contrat en cas de vie est assorti d'une contre-assurance-


décès, le capital est versé à le ou les ayants droit, ou au(x)
bénéficiaire(s), si l'assuré décède avant l'échéance du contrat

Ces opérations permettent la transmission de l'épargne constituée


aux ayant droits

41
3.3- Les opérations de prévoyance

 B- Les contrats combinés : Exemples de contrats

Capital Différé Contre-Assuré M. Dupont a 50 ans et signe un contrat de 8 ans.


CDCA
Si au bout de ces 8 ans il est toujours vivant, il
 Versement d'un capital au terme du recevra le capital pour lequel il a cotisé.
contrat, si l'assuré est vivant à ce S'il meurt avant le terme du contrat, ses ayants
terme
droit pourrons récupérer l'ensemble des primes
 Ou Remboursement des primes
versées ou de l'épargne au décès de versées par M. Dupont jusqu'à la date de son
l'assuré s'il survient avant le terme décès

Mixte M. Dupont a 50 ans et signe un contrat de 8 ans.


Si au bout de ces 8 ans il est toujours vivant, il
recevra le capital pour lequel il a cotisé.
Versement d'un capital :
• ou bien au terme du contrat si S'il meurt avant le terme du contrat, ses ayants
l'assuré est toujours vivant, droit recevront l'intégralité du capital
• ou bien au décès de l'assuré si celui-
ci survient avant le terme du contrat

42
3.4- La solvabilité de l'activité assurance Vie

 La solvabilité en attendant Solvabilité 2

 la marge minimum de couverture s'obtient en prenant


 4% des provisions mathématiques des contrats en euros
 1% des provisions mathématiques des contrats en Unités de
Comptes

 Conséquences :
 Une compagnie 50% en UC
 Arbitrage de 50% des UC vers Euros
 Entraîne un besoin de solvabilité de 30%

(Source FFSA)

43
3.5- Les acteurs du marché de l'assurance Vie (Ep Particuliers)

44
3.6- Les éléments clés sur l'activité de l'assurance vie

 Foisonnement de l'offre et innovation sur les produits


 garantie simple, puis produits mixtes, puis produits en UC ...

 Concentration des acteurs et place prépondérante des


bancassureurs sur ce marché

 Marché encore en croissance malgré la baisse d'année en année des


avantages fiscaux (succès des contrats en UC)

plus de 21 % de l'épargne financière des ménages est


placée dans des contrats Vie

45
SOMMAIRE

Généralités sur l'Assurance

IARD

Vie

Santé

Le consulting face aux enjeux du marché

Questions / Réponses

46
4- Santé

 Historique et principaux régimes


 Le marché du complémentaire :
 généralités
 acteurs
 produits & garanties
 Les échanges d'information entre les acteurs
 Les enjeux

47
4.1- Historique et principaux régimes

 Ordonnances du 4 et du 19 octobre 1945 : mise en place du système


français de Sécurité Sociale :
 harmonisation des législations sociales déjà existantes à travers un
régime unique pour les salariés
 généralisation de la protection sociale à de nouvelles catégories de
bénéficiaires
 Loi du 22 mai 1946 : assujettissement obligatoire de tous les français
salariés à la Sécurité Sociale (principe de solidarité)

 Janvier 1961 : loi instituant l'assurance maladie - maternité des


exploitants agricoles

 Janvier 1969 : loi instituant l'assurance maladie - maternité des


professions non salariés non agricole (TNS : Travailleurs Non Salariés)

48
4.1- Historique et principaux régimes

 Aujourd'hui, il existe 3 principaux régimes

Régime "général" Régime des


(Salariés) Régime des
Travailleurs
exploitants
Non Salariés
dont régimes "spéciaux" : fonctionnaires, agricoles
SNCF, RATP, EDF-GDF, ... (TNS)

Couverture de plus de 3,5 millions de 5 millions de


80% de la population : personnes protégées personnes protégées
environ 50 millions de
personnes protégées
 sous la responsabilité de :
la CNAMTS la CANAM la MSA

49
4.1- Historique et principaux régimes

 Les 3 principaux régimes couvrent des prestations de base allant de


la maladie à la vieillesse

Régimes Maladie Maternité Incapacité Invalidité Décès Vieillesse

"Général"
(dont spéciaux)
X X X X X X

Exploitants
agricoles
X X X

TNS X X

50
4.2- Le marché du complémentaire

 Un désengagement constant de la sécurité sociale (plafonnement puis


diminution de la prise en charge des dépenses de Sécu), alors que les dépenses
augmentent
 Un marché du complémentaire en croissance régulière jusqu'en 94
sous l'effet d'une demande des ménages, qui ralentit
 Un engagement timide des compagnies et mutuelles jusqu'en 90
mais beaucoup plus dynamique depuis

 Au final, 83% des ménages (contre 69% en 1980) bénéficient d'une


assurance maladie complémentaire souscrite auprès de :
 Mutuelles (62% du marché)
 Société d'assurance (29% du marché)
 IP et CR* (9% du marché) *IP et CR : Institutions de Prévoyance et Caisses de Retraites

(Source : rapport du sénat)


51
4.2- Le marché du complémentaire

 La Couverture Maladie Universelle (loi du 27 juillet 1999) a institué, à dater du


1er janvier 2000, une couverture complémentaire santé gratuite pour les
personnes dont les ressources sont les plus faibles*
 prise en charge intégrale du ticket modérateur
 prise en charge du forfait journalier hospitalier
 suppléments en prothèse dentaire, optique médicale et audioprothèse
 dispense d'avance des frais sur tous les actes (tiers payant)

 Les personnes susceptibles de bénéficier de cette couverture ont été


estimées à 6 millions, pour un coût estimé à environ 9 Mrds F financé par :
 les dotations d'aide médicale des départements : 5 Mrds F
 les organismes complémentaires maladie : 1,75 Mrds F
 l'état : 2,25 Mrds F

* 3500 F pour une personne seule, 5250 F pour 2 personnes ...

52
4.2- Le marché du complémentaire – Les acteurs

 Les acteurs traditionnels du marché du complémentaire sont les


mutuelles 45 :

Sociétés Institutions de
Mutuelles 45 : d'assurance, Prévoyance,

• Mutuelles Nationales
(MGEN, MGPTT, MNEF, …) • AXA, AGF-Allianz,
Groupama-Gan, • AG2R, APICIL
• Mutuelles d'entreprises ...
(Michelin)
AGIRA, Médéric,
• Des nouveaux Malakoff,
• Mutuelles territoriales entrants : Retraites Unies,
dépendant de la FNMF* Pacifica, CMB, La ...
(Mutuelle du Loiret, Mutuelle de Loire
Atlantique, …soit environ 3 000 Poste ...
mutuelles)

FNMF : Fédération Nationale de la Mutualité Française


IP et CR : Institutions de Prévoyance et Caisses de Retraites

53
4.2- Le marché du complémentaire - exemple

 Le contrat d’une société couvre, par exemple, les garanties suivantes


:
 Remboursement des frais médicaux
 Décès / Décès accidentel (capital versé de 3 ans - célibataire, à 5 ans - marié, de
Prévoyance

salaire brut annuel + rente d'éducation si enfant à charge)

 Incapacité de travail ou invalidité permanente (rente de 54 à 100% du salaire


selon les degrés d'invalidité / incapacité sous déduction de la rente sécu)

 Rente du conjoint : 1% * Salaire * (65 - âge du participant au décès)

54
SOMMAIRE

Généralités sur l'Assurance

IARD

Vie

Santé

Le consulting face aux enjeux du marché

Questions / Réponses

55
5- Grands thèmes du marché consulting dans l ’assurance

 Concentration des acteurs

 Création de nouvelles activités

 Optimisation des réseaux de distribution

 Mise en place de call center / reengineering

 E-business

 Pilotage d'activités

56
5- Grands thèmes du marché consulting dans l ’assurance
Et les problématiques de demain ...
 Interpénétration de plus en plus forte des métiers "banque" et
"assurance"
 exemple :

 Problématique de gestion des fonds de pension

 banquier (P.E.E.) ou assureur ?

 Dérégularisation du système de santé

 tentative échouée de C. Bébéar de créer une sécurité sociale


"privée"

57
SOMMAIRE

Généralités sur l'Assurance

IARD

Vie

Santé

Le consulting face aux enjeux du marché

Questions / Réponses

58
ANNEXES

SOMMAIRE
 Lexique assurance
 Définition assurance collective / individuelle
 Fiscalité des produits d'assurance Vie
 Règles prudentielles
 Typologie des entreprises d'assurances
 Compte de résultat des sociétés Dommages
 Compte de résultat des société Vie
 Répartition du chiffre d'affaires Dommages
 Répartition du chiffre d'affaires Vie

59
ANNEXE : Lexique (1/9)
 Actif (général, cantonné) : Les fonds recueillis au titre des contrats d'assurance Vie sont adossés à des supports financiers
ou immobiliers. Ils constituent l'actif. L'actif est dit général lorsque les contrats sont adossés à l'ensemble des actifs détenus
par l'assureur. On parle d'actifs cantonnés lorsqu'ils sont gérés par catégories de contrat
 Apériteur : Premier signataire en tête des coassureurs, avec lequel sont discutées les clauses et conditions du contrat
d'assurance
 Arbitrage : Possibilité pour le souscripteur d'un contrat d'assurance Vie multi-support de modifier la répartition des
investissements
 Assuré : Personne sur laquelle repose le risque garanti (vie, décès, santé, …)

 Assurance dommage : elle garantit la réparation des conséquences matérielles d'un accident , d'un vol, d'un incendie ou
d'une intempérie

 Assurance invalidité-incapacité : elle garantit en cas :


 d'invalidité permanente totale, un capital et/ou une rente, voire l'exonération de paiement des primes,
 pendant toute la période d'incapacité temporaire de travail, des indemnités journalières, voire l'exonération de paiement des primes.

 Avance : Prêt consenti par l'assureur en fonction de l'épargne disponible sur un contrat d'assurance Vie. Il ne s'agit pas
d'un rachat. L'avance a donc un coût et doit être remboursée avant le terme du contrat
 Bénéficiaire : Personne désignée par le souscripteur pour recevoir au terme du contrat ou après le décès de l'assuré, le
capital acquis (ou la rente)

 Bons de capitalisation (peu ou plus utilisés) se caractérisent par :


 le versement d'une prime unique
 la garantie d'un capital à échéance (risque pour l'assureur)
 le réinvestissement des intérêts

60
ANNEXE : Lexique (2/9)
 Branche : Catégorie homogène d'assurance : Vie, Incendie, Grêle, Crédit-caution, Risques Divers, Responsabilité Civile
Générale, Automobile, Transport, Aviation. Sur les marchés anglo-saxons, on distingue les casualty (assurance de
responsabilité) et Property (assurance de bien)

 CANAM : Caisse Nationale d'Assurance Maladie des professions indépendantes


 Cédante : Compagnie d'assurance qui cède au réassureur une partie des risques qu'elle a souscrits
 CETIP : Centre d'Exploitation du Titre Interbancaire de Paiement ; traitement des flux de tiers payant entre les officines et les
assureurs complémentaires
 CETELIC : Centre de Traitement Electronique Inter-Caisse d'assurance maladie : centres informatiques communs à
plusieurs CPAM ; 33 CETELIC en France
 CIDRE (Convention) : La convention CIDRE (Convention d'indemnisation directe et de recours) poursuit le même objectif
que les conventions IDA et IRSA. L'objet de cette convention qui intervient en cas de dégâts de eaux est l'indemnisation
rapide des lésés par leur assureurs respectifs, et l'abandon des recours entre les sociétés d'assurances. Le principe (simple)
est de faire supporter les dommages aux embellissements par l'assureur de l'occupant (qui que soit le responsable), et les
dommages aux bâtiments (à partir de 1500 Frs HT) par l'assureur de l'immeuble
 CMU : Couverture Maladie Universelle
 CNAMTS : Caisse Nationale d'Assurance Maladie des Travailleurs Salariés
 Coassurance : Division d'un même risque couvert par un contrat unique entre plusieurs assureurs qui interviennent chacun
pour un pourcentage déterminé de la valeur totale assurée. La tête de file des coassurés s'appelle l'apériteur
 Conditions générales : Clauses communes à l'ensemble des contrats d'un même type décrivant les caractéristiques
principales du contrat

61
ANNEXE : Lexique (3/9)
 Cotisation : nouveau nom donné à la prime - voir Prime
 Conditions particulières : Clauses spécifiques d'un contrat
 CPAM : Caisse Primaire d'Assurance Maladie : 129 CPAM en France
 CPS : Carte des Professionnels de Santé (projet Sesam Vitale)
 Contrat en francs : contrat dont le capital est exprimé en francs (ou euro) et fonctionnant selon le mécanisme de la
capitalisation. Les intérêts sont acquis annuellement et ajoutés au capital. Contrairement aux contrats en UC, les intérêts
sont définitivement acquis chaque année et les moins values éventuelles enregistrées par les supports ne peuvent être
répercutées sur le contrat. Le capital ne peut donc jamais diminuer. Le risque est pris par l'assureur
 Contrat en unités de compte (UC) : contrat dont le capital est exprimé en unité de compte : part de SICAV, SCI ou FCP.
Ces contrats sont dits à capital variable, la valeur du contrat évoluant en fonction du nombre de parts qui servent de
référence, et de leur valeur liquidative. Le capital peut donc varier à la hausse comme à la baisse, sauf s'il existe une
garantie plancher exprimée par l'assureur. Le risque est pris par l'assuré
 Contrat DSK (D Strauss-Kahn) : Contrat répondant aux critères de l'article 21 de la loi de Finances 1998 en vertu duquel les
produits (intérêts) des contrats en unités de compte, dont l'actif est constitué pour 50% au moins d'actions française et titres
assimilés, dont au moins 5% de placements à risques, sont exonérés d'impôts sur le revenu au-delà de la huitième année
 Contrat multisupport : Contrat dont l'actif peut être réparti sur plusieurs supports (plusieurs unités de compte, unités de
compte + fonds en francs) en opposition au contrat mono-support
 Dépendance : contrat d'assurance qui garantit une rente mensuelle à l'assuré âgé, incapable d'effectuer seul des actes
ordinaires de la vie quoitidienne (se laver, s'habiller, s'alimenter, …) et nécessitant l'assistance d'une tierce personne
 Epave (véhicule) : lorsque le coût des réparations suite à un sinistre automobile garanti dépasse la valeur du véhicule au
jour du sinistre, le véhicule est déclaré épave (VEI = Véhicule Economiquement Irréparable) par l'expert qui plafonne son
évaluation à la valeur à dire d'expert

62
ANNEXE : Lexique (4/9)
 Excédent de sinistres (excess loss) : traité de réassurance non proportionnelle où les réassureurs s'engagent à prendre en
charge la portion de chaque sinistre qui dépasse un seuil fixé en commun, moyennant un prix négocié de gré à gré
 Facultative (réassurance) : l'assureur ne peut accepter un risque qu'en en cédant une partie à un réassureur, qui l'accepte
au cas par cas, après l'avoir examiné, ainsi que les conditions de souscription. Ces contrats sont en général annuels
 FSE : Feuille de Soin Electronique, replaçant la feuille de soins traditionnelle en papier
 Fonds de Garantie Automobile : Le FGA a été créé le 31.12.51. Ce n'est pas un organisme d'assurance. Il a pour but de
dédommager les victimes d'accidents corporels causés par des véhicules terrestres à moteur lorsque l'auteur responsable
est inconnu, non assuré ou insolvable. Il ne dispense pas pour autant les responsables des conséquences de leur
responsabilité, car ceux-ci doivent rembourser au FGA les sommes avancées pour leur compte
 Franchise : Part des dommages qui reste à la charge de l'assuré en cas de sinistre. La franchise est contractuellement
prévue aux conditions particulières ou générales. Elle s'exprime soit en pourcentage du montant du sinistre, soit en indice
(pour les contrats habitation, entreprise...), ou encore en chiffres
 Groupe ouvert : Association ou groupement formé en vue de la souscription de contrats d'assurance de personnes ouverts
aux adhésions individuelles, à la différence des assurances collectives, qui s'adressent à des groupes fermés
d'adhérents (comme les salariés d'une entreprise ou d'une profession)
 IARD : Incendie, Accidents, Risques Divers ; cette abréviation est couramment employée sur les documents qui sont
adressés à l'assuré, elle désigne une branche, une catégorie d'assurance dommage et, généralement, la branche à laquelle
appartient le contrat. La branche VIE est une autre branche regroupant les contrats de placements, de retraite, de
prévoyance et de manière plus générale tous les contrats attachés à la protection de la personne

63
ANNEXE : Lexique (5/9)
 IDA (Convention) : Indemnisation Directe des Assurés ; il s'agit d'une convention signée entre la majorité des compagnies
d'assurances qui est destinée à accélérer et simplifier les opérations d'indemnisation. La part de responsabilité incombant à
chaque assuré est déterminée à partir du constat amiable ainsi, sans se concerter les deux assureurs appliquent le même
cas de barème.Cette convention fonctionne lorsque deux véhicules sont impliqués et que le montant des dommages
matériels ne dépasse pas 25 000 Frs HT (Ce plafond est modifié tous les ans) et a pour but d'éviter les discussions sur les
partages de responsabilité
 Incapacité temporaire (IT) : état du lésé pendant la maladie ou le traumatisme, qui va de l'accident à la consolidation. Elle
correspond à la période d'indisponibilité pendant laquelle l'assuré ne peut plus exercer son activité professionnelle habituelle
ou ses activités régulières s'il ne pratique pas d'activité professionnelle

 Individuelle Accident : Elle garantit l'assuré contre les dommages corporels subis en cas d'accident, dans la vie privée
et/ou professionnelle :
 versement d'un capital en cas de décès ou d'invalidité,

 et, parfois, remboursement des frais médicaux et pharmaceutiques.

En sont généralement exclus les accidents dus à certains comportements (alcoolisme), maladies (épilepsie), activités
dangereuses (course automobile), ainsi que les dommages provenant d'une tentative de suicide
 Invalidité permanente (IP) : atteinte présumée définitive des capacités physiques ou mentales de l'assuré
 IRSA (Convention) : Inter sociétés de Règlements des Sinistres Automobiles. A la différence de la convention IDA, la
convention IRSA intervient en cas de carambolage c'est à dire lorsque plus de deux véhicules sont impliqués (ou lorsqu'un
véhicule de plus de huit places est concerné). Elle regroupe, sous un même titre, un ensemble de conventions antérieures.
Par cette convention les assureurs en présence décident de renoncer au caractère contradictoire de l'expertise, et de la
confier à l'assureur le plus proche du lésé : l'assureur "Responsabilité civile" du lésé de préférence à l'assureur "Protection
juridique".

64
ANNEXE : Lexique (6/9)
 Marge de solvabilité réglementaire : elle est déterminée en fonction des engagements pris par les entreprises
d'assurance.
 en dommages et responsabilité : 16% du montant des cotisations annuelles ou 23% du montant moyen des
sinistres des trois derniers exercices, si ce montant est plus élevé
 en vie : 4% des provisions mathématiques, réduites à 1% pour les contrats en unités de comptes
 Médecin Référent : possibilité d'adhésion du médecin à la charte du médecin référent ; celui-ci assure le suivi à long terme
du patient selon une charte prédéfinie (tenue d'un dossier médical, prescription significative d'équivalents thérapeutiques et
de génériques, …) ; le patient s'engage à consulter en premier lieu son référent ; il est dispensé de l'avance de frais de
consultation
 MRH : Multi-Risque Habitation. Contrat habitation couvrant les garanties classiques (vol, dégâts des eaux, incendie, …) et la
responsabilité civile vie privée

 MSA : Mutualité Sociale Agricole


 NOEMIE : Norme Ouverte d'Echange pour la Maladie avec les Intervenants Extérieurs : Norme informatisée d'échange des
décomptes de sécurité sociale et des fichiers des assurés entre les CETELIC et les organismes complémentaires
 Participation aux bénéfices : Mécanisme selon lequel les entreprises d'assurance Vie font participer leurs assurés aux
bénéfices techniques et financiers qu'elles réalisent. Selon le code des assurances, les compagnies d'assurance doivent
distribuer 90% de leur bénéfices techniques et 85% de leurs bénéfices financiers
 PMSS : Plafond Mensuel de la Sécurité Sociale = 14 700 F au 01/01/2000
 Prime : Somme à payer pour bénéficier des garanties du contrat (périodique ou unique)

65
ANNEXE : Lexique (7/9)
 Prélèvement Forfaitaire Libératoire (PFL) : en cas de rachat de son contrat d'assurance Vie, l'adhérent peut choisir entre
l'intégration des produits (intérêts) réalisées au revenu imposable, ou le prélèvement d'office par l'assureur d'un pourcentage
forfaitaire versé directement au fisc (voir fiscalité de l'assurance Vie)
 Prestations : indemnisations versées par l'assureur lors de la survenance d'un sinistre / à l'échéance du contrat en
assurance Vie
 Provisions mathématiques : estimation, à un moment donné, des engagements de l'assureur vis-à-vis de ses assurés,
pour les contrats Vie ou capitalisation
 Provisions techniques : provisions réalisées par les assureurs dans le cas de la réalisation des risques IARD (appelé
Provisions mathématiques en Vie)
 Quote-part (traité en quote-part) : traité de réassurance proportionnelle où l'assureur cède un pourcentage déterminé des
risques qu'il a souscrits à un réassureur, qui s'engage en contrepartie à lui rembourser le même pourcentage des sinistres
enregistrés
 Rachat : Possibilité offerte à l'assuré de se faire rembourser tout ou partie de l'épargne disponible dans le cas d'un contrat
Vie comportant une valeur de rachat
 Ratio S/P (Sinistres à Primes) = (Prestations versées + dotations aux provisions) / total du chiffre d'affaires. Ce ratio est
aujourd'hui appelé S/C (Sinistres à Cotisations)
 Ratio combiné = (Prestations versées + dotations aux provisions + frais généraux et commissions) / total du chiffre
d'affaires
 Réassurance : Opération pour laquelle un assureur s'assure lui-même auprès d'un tiers (le réassureur) pour une partie ou la
totalité des risques qu'il a garantis, moyennant le paiement d'une prime
 Renonciation : faculté offerte à l'assuré de résilier dans un délai de trente jours son contrat d'assurance Vie ou de
capitalisation et de se faire rembourser l'intégralité des sommes versées
 Rentes : c'est la consommation du capital. La rente peut être viagère, réversible sur la tête du conjoint, d'éducation ou
temporaire. Dans ce cas, elle sera attribué selon un calendrier fixé à l'avance

66
ANNEXE : Lexique (8/9)
 Responsabilité Civile : est civilement responsable, la personne physique (vous) ou morale (une entreprise par exemple)
obligée, par la règle de droit, de réparer tout ou partie d'un dommage qu'elle a causé à un tiers. Le contrat habitation couvre
votre responsabilité civile vie privée, celle de votre conjoint, de vos enfants, mais aussi celle des animaux dont vous êtes
responsable pour les dommages qu'ils pourraient causer à des tiers. Pour l'automobile, la responsabilité civile (ce que l'on
appelle "le tiers") est obligatoire depuis le 27.02.1958. Vous êtes obligé de vous assurer pour les dommages que vous
pourriez causer à des tiers
 Risque : événement incertain contre la réalisation duquel on s'assure. Par extension, les assureurs appellent risque, le bien
sur lequel porte l'assurance.

 RSS (1) : Réseau Santé Social (cf Projet Vitale SESAM)


 RSS (2) : Réalisations Sanitaires et Sociales : ensemble des établissements médicaux, para-médicaux et sociaux gérés
par les mutuelles (centre d'optique, pharmacie, centre dentaire, centre médicaux, centre d'audioprothèse, …)
 Santé Pharma : association créée à l'initiative des membres de la F.F.S.A. pour gérer un système de tiers-payant pharmacie
: gestion de la communication entre pharmaciens, organismes complémentaires et assurés
 SESAM Vitale : à l'origine, remplacer la feuille de soins en papier par une feuille de soins électronique, télétransmise
directement par le professionnel de santé vers la Caisse d'Assurance Maladie
 Vitale 1 : version actuelle => vocation administrative ; 2 cartes : celle de l'assuré (une carte par famille) et la Carte du
Professionnel de Santé (CPS)
 RSS (Réseau Santé Social) : intranet officiel du monde socio-sanitaire en France, exploité dans le cadre d'une
concession de service public donnée à Cegetel
 Vitale 2 : carte délivrée à chaque bénéficiaire de plus de 16 ans et comportant des informations médicales

67
ANNEXE : Lexique (9/9)
 Sinistre : réalisation d'un événement mettant en jeu une ou plusieurs garanties (incendie, vol, accident, …) ; c'est pour se
prémunir de leurs conséquences qu'une personne (physique ou morale) souscrit une assurance
 Tacite reconduction : la majorité des contrats prévoit cette clause qui permet de voir renouveler, chaque année, les contrats
sans avoir à en faire expressément la demande. En revanche, il faut faire une demande de résiliation pour mettre fin à un
contrat

 TC : Tarif de Convention = Tarif fixé par la sécurité sociale pour le calcul de ses remboursements (exemple : 115 F pour un
généraliste au 01/01/2000)
 Terme : échéance du contrat. Il faut différencier le "terme fiscal" (8 ans), date à partir de laquelle les produits sont
défiscalisés et "terme du contrat" qui correspond à la durée contractuelle
 TM : Ticket Modérateur = part des dépenses de santé non remboursée par la sécu, donc à la charge de l'assuré (TC - TR)
 TR : Tarif de Remboursement de la sécurité sociale (exemple : 70% du TC pour un généraliste)
 Traité de réassurance : Convention de réassurance selon laquelle l'assureur s'engage à céder au réassureur, qui est tenu
d'accepter, tous les risques souscrits par cet assureur dans une catégorie d'affaires déterminée moyennant des conditions
techniques et financières fixées par cette convention. S'oppose à la facultative
 Tiers-Payant :
 Pharmaceutique : prise en charge des frais de médicaments directement par l'assureur (l'assuré ne fait pas l'avance
de frais)
 Hospitalier : l'établissement hospitalier envoie directement la facture à l'assureur qui règle en fonction de la garantie
choisie

68
ANNEXE : Définition assurance collective / individuelle

Association ou groupement formé en vue de la


Assurance collective
groupe ouvert souscription de contrats d'assurance de
individuel personnes ouverts aux adhésions individuelles
 Exemple : les retraités anciens salariés d'une
entreprise

Elle s'adresse à des groupes fermés


Assurance collective
groupe fermé d'adhérents
 Exemple : salariés d'une entreprise, membres
d'une collectivité…

Elle regroupe les contrats souscrits à titre


Assurance individuelle
individuel par des particuliers

69
ANNEXE : Fiscalité des produits d'assurance Vie
 Fiscalité des rachats d'un contrat d'assurance Vie :
 Imposition de la plus value : choix entre le PFL ou l'IR ….
Durée de vie du Prélèvement
contrat Forfaitaire
Libératoire (PFL)
1 an
35 % des Ou imposition
bénéfices au titre de
l'impôt sur le
4 ans revenu (IR)
des produits
15 % des versés
bénéfices

8 ans Sortie en capital :7,5 % des bénéfices, après abattement de 30 KF


(célibataire) ou 60 KF (couples mariés)
Sortie en rente : imposition au régime des pensions
 Contributions sociales : mode de prélèvement variable selon la nature du contrat
 CRDS : 0,5%
 CSG : 7,5% 10 % de prélèvements sociaux
 Prélèvement social : 2%

70
ANNEXE : Fiscalité des produits d'assurance Vie
 Fiscalité des rentes viagères :
 Les rentes viagères sont soumises à l'impôt sur le revenu pour une
fraction de leur montant variant selon l'âge du bénéficiaire ...
Fraction du
montant

70%
50%
40%
30%

Age du bénéficiaire
< 50 ans 50 à 59 ans inclus 60 à 69 ans inclus > 69 ans

 Cette fraction est également soumise aux prélèvements sociaux


(CSG, CRDS, …)

71
ANNEXE : Règles prudentielles

 Le contrôle des sociétés d'assurance


 Le ministère de l'Economie et des Finances est responsable de la
réglementation
 Le ministère de l'Economie et des Finances délivre les agréments
 La Commission de contrôle des assurances effectue le contrôle
prudentiel
 Les règles prudentielles
 Les provisions techniques représentent le montant des engagements
des sociétés d'assurance à l'égard des assurés - au passif du bilan,
représenté à l'actif par des placements suffisants
 La sécurité des placements concerne leur répartition entre différents
types, leur dispersion, leur congruence, leur localisation. Le code des
assurances fixe les différents types d'actifs retenus

72
ANNEXE : Règles prudentielles

 Les règles prudentielles (suite)

 Des dispositions comptables imposant :


 le taux utilisé pour le calcul des provisions technique vie
 l'inscription des actifs au bilan pour leur valeur d'acquisition
 la nécessité de constitution de provision en cas de moins-values
constatées sur les actifs au bilan
 Des marges de solvabilité, en fonction du niveau des engagements,
représentées par les fonds propres et les plus values latentes

73
ANNEXE : Typologie des entreprises d'assurance

 Outre les filiales et succursales de sociétés étrangères, 574 sociétés


de l'Espace économique européen (EEE) sont autorisées à opérer en
libre prestation de services (LPS) en France

74
ANNEXE
 Compte de résultat des sociétés dommages de l'assurance française
1998 1999  Poids relatif
(Mrds de FF) (Mrds de FF) 99/98 1999
Pour 100FF de CA
Comptes techniques
Primes acquises 227,0 229,6 1,1% 100,0%
Produits de placements alloués 25,3 35,5 40,3% 15,5%
Autres produits techniques 2,8 3,1 10,7% 1,4%
Sous-Total A 255,1 268,2 5,1% 116,8%
Charges de sinistres 185,7 201,1 8,3% 87,6%
Frais d'acquisition & d'administration 48,6 49,1 1,0% 21,4%
Autres charges techniques 14,5 12,0 -17,2% 5,2%
Sous-total B 248,8 262,2 5,4% 114,2%
Résultat technique A - B 6,3 6,0 -4,8% 2,6%

Comptes non techniques


Produits nets de placements 8,1 10,8 33,3% 4,7%
Autres éléments du compte non technique -11,9 -12,7 6,7% -5,5%

Résultat net comptable 2,5 4,1 64,0% 1,8%

Net de réassurance - Source FFSA & commission de contrôle des assurances


75
ANNEXE
 Compte de résultat des sociétés vie, capitalisation & mixte de
l'assurance française
1998 1999  Poids relatif
(Mrds de FF) (Mrds de FF) 99/98 1999
Pour 100FF de CA
Comptes techniques
Primes acquises 424,7 493,5 16,2% 100,0%
Produits de placements alloués 231,4 313,5 35,5% 63,5%
Autres produits techniques 1,6 2,3 43,8% 0,5%
Sous-Total A 657,7 809,3 23,1% 164,0%
Charges de sinistres 243,6 271,4 11,4% 55,0%
Charges de provisions techniques 190,4 292,7 53,7% 59,3%
Participation aux résultats 174,4 186,7 7,1% 37,8%
Frais d'acquisition & d'administration 35,4 38,9 9,9% 7,9%
Autres charges techniques 4,4 4,3 -2,3% 0,9%
Sous-total B 648,2 794,0 22,5% 160,9%
Résultat technique A - B 9,5 15,3 61,1% 3,1%

Comptes non techniques


Produits nets de placements 4,2 4,1 -2,4% 0,8%
Autres éléments du compte non technique -3,7 -4,0 8,1% -0,8%

Résultat net comptable 10,0 15,4 54,0% 3,1%

Net de réassurance - Source FFSA & commission de contrôle des assurances


76
ANNEXE
 Répartition du chiffre d'affaires dommage en 1999

Poids Milliards de Milliards Taux de croissance


relatif Francs d'Euro 1999/1998
Automobile 46,6% 92,7 14,1 +1,5%
Multirisque Habitation 14,9% 29,7 4,5 +1,3%
Biens professionnels 12,4% 24,7 3,8 -1,0%
Biens agricoles 2,7% 5,3 0,8 -2,3%
Catastrophes naturelles 2,7% 5,3 0,8 +2,0%
Construction 3,2% 6,4 1,0 +13,5%
Responsabilité Civile Générale 5,7% 11,3 1,7 +1,2%
Protection juridique 1,1% 2,2 0,3 +0,0%
Transports 3,7% 7,4 1,1 +7,2%
Crédit-Caution 2,4% 4,7 0,7 +7,0%
Assistance 2,2% 4,3 0,7 +7,5%
Autres 2,5% 4,9 0,8 +2,5%

TOTAL DES AFFAIRES DIRECTES 100,0% 198,9 30,3 +1,8%

Acceptations en réassurance et étranger 17,1% 34,1 5,2 -3,0%

(Source : FFSA)

77
ANNEXE
 Répartition du chiffre d'affaires Vie en 1999
Poids Milliards de Milliards Taux de croissance
relatif Francs d'Euro 1999/1998
OPERATIONS D'EPARGNE-ASSURANCE 83% 456,1 69,5 +16%
Assurances en cas de Vie 438,8 66,9 +17%
- contrats individuels 138,9 21,2
- contrats groupes ouverts 266,7 40,6
- contrats groupes professionnels 33,2 5,1
Les bons de capitalisations 17,3 2,6 +4%

OPERATIONS DE PREVOYANCE 17% 93,3 14,2 +2%


Assurances en cas de décès 34,0 5,2 +5%
- contrats individuels 6,7 1,0
- contrats groupes ouverts 3,3 0,5
- contrats groupes professionnels et 24,0 3,7
emprunteurs
Assurances en cas de dommages corporels 59,3 9,0 +1%
- garanties de prestations en nature 27,7 4,2
- garanties de prestations en espèces 31,6 4,8

TOTAL ASSURANCES DE PERSONNES 100% 549,4 83,8 +13%


(Affaires réalisées en France)
(Source : FFSA)
78