Vous êtes sur la page 1sur 59

CIMENTATION ET CORROSION

Dr François MVONDO OWONO


696 69 15 43
francois_mvondo@hotmail.com
LA CIMENTATION
OBJECTIFS

- Définir cimentation

- Se familiariser avec quelques techniques de la

cimentation

- Donner l’importance de la cimentation

- Evaluer de la qualité de la cimentation


I. Définition

Tube guide ou cuvelage


C’est le tube qui isole tout le puits des terrains
encaissants et qui durant les opérations contient le fliude
de forage. Il est obligatoire
Tubage intermédiaire
C’est le tubage installé dans un puits après l’installation
et à l’intérieur du tubage de surface et dans lequel les
opérations ultérieures de forage peuvent effectuées à
l’intérieur du puits. Il est facultatif
Tubage de production
Il isole l’encaissant du système du système
d’exploitation (pompes et tiges). Ce tubage est cimenté
dans l’encaissant, du moins dans la partie basse du
forage si un tubage intermédiaire est utilisé
I. Définition

Crépines
Ce sont des tubages possédant des espaces laissant
passer le fluide de l’encaissant

Sabot
Le sabot se trouve à la terminaison du tubage de
production ou des crépines. Il permet la sédimentation
de particules et la mise à l’écart des objets qui
tomberaient malencontreusement dans la colonne.
I. Définition

Tubage
Le tubage est un tube en acier spécial épais qui constitue le revêtement
du trou de forage. Il set à empêcher l’éboulement des parois et à protéger
les nappes phréatiques en évitant toute fuite de la boue qui remonte vers
la surface pendant les opérations de forage.

Le tubage est d’abord posé près de la surface pour guider la tige de forage.
Il est alors fixé par cimentation; un laitier de ciment est injecté dans la tige
de forage et est refoulé vers le haut par l’espace compris entre le tubage
et les parois du puits. Une fois le tubage de surface mis en place, des
obturateurs antiéruption (grosses vannes) sont fixés au sommet du
tubage.

Après la découverte des HC, le tubage est posé au fond du puits pour
empêcher les poussières, les roches et d’autres polluants de remonter
dans le trou et pour servir de conduit permettant la récupération des HC.
I. Définition

Tube guide ou cuvelage


C’est le tube qui isole tout le puits des terrains
encaissants et qui durant les opérations contient le fliude
de forage. Il est obligatoire.
Tubage intermédiaire
C’est le tubage installé dans un puits après l’installation
et à l’intérieur du tubage de surface et dans lequel les
opérations ultérieures de forage peuvent effectuées à
l’intérieur du puits. Il est facultatif.
Tubage de production
Il isole l’encaissant du système du système
d’exploitation (pompes et tiges). Ce tubage est cimenté
dans l’encaissant, du moins dans la partie basse du
forage si un tubage intermédiaire est utilisé
I. Définition

La cimentation est une opération qui consiste à mettre en place un laitier


de ciment approprié à une côte donné de puits ou dans l’espace annulaire
entre le trou foré et le cuvelage en place. Il existe différents types de
cimentation répondant chacun à un problème particulier.

Les buts de la cimentation des cuvelages ou du casing sont multiples :


- Isoler une couche productrice des couches adjacentes ce qui assure la
préservation de la qualité des fluides souterrains et la longévité de
l’installation.
- Protéger ces tubages contre la corrosion due aux fluides contenus dans
les couches traversées.
- Fournir une base étanche aux équipements de contrôle et de sécurité
installés en tête de puits
- isoler les différentes formations ou simplement de protéger la tête de
forage contre les éventuelles pollutions par la surface, il faut procéder
à une cimentation de l’espace annulaire sur une profondeur de qlques
à plusieurs dizaines de mètres.
I. Définition

Exemple de cimentation correcte


I. Définition

Exemple de cimentation incorrecte


I. Définition

Cimentation de tubages en zone de socle, source BRGM


II. Technique de réalisation de la cimentation

La cimentation est généralement réalisée par injection sous


pression par le bas, du ciment durant l’exécution du forage.

Lorsque la hauteur de cimentation est importante, on procède


en deux passes afin de compléter le niveau qui à tendance à
s’affaisser en raison de la pénétration du laitier dans la
formation. Le temps de prise nécessaire et souhaitable d’une
cimentation est de 48 heures.

Un contrôle de qualité de la cimentation doit être effectué : il


porte sur la vérification du volume du ciment injecté.
II. Technique de réalisation de la cimentation

II.1. Différentes méthodes de cementation

Il existe plusieurs méthodes de cimentation :


1. Cimentation par les tiges
2. Cimentation par le tube ancré
3. Cimentation par le tube suspendu
4. Cimentation par canne dans l’annulaire

Les trois premières méthodes de cimentation


s’appliquent uniquement pour les forages en gros
diamètres et relativement profonds. La quatrième
est utilisée pour les forages de moins de 50 m.
II. Technique de réalisation de la cimentation

II.2. Cimentation par les tiges

Le tubage à cimenter est


muni d’un sabot
destructible équipé d’une
balle plastique (de la
grosseur d’une balle de
tennis) faisant office de
valve.

Le ciment injecté sous


pression par les tiges
pénètre dans l’espace
annulaire par l’orifice du
sabot qui est obturé par
la balle dès l’arrêt de
l’injection.
Dispositif de cimentation par les tiges, source BRGM
II. Technique de réalisation de la cimentation

II.3. Cimentation par tubage ancré

A la base du tubage à cimenter,


des fenêtres ont été
préalablement percées pour
permettre la circulation de boue
puis du ciment.

Le volume théorique de ciment est


introduit dans l’ouvrage et
remonte dans l’espace annulaire
sous la pression d’un point
séparateur poussé par un volume
d’eau ou de boue et qui vient
obstruer les fenêtres de pied de
tubage lorsque la cimentation est Dispositif de cimentation par les tiges,
source BRGM
terminée
III. Importance de la cimentation

La cimentation est importante à plusieurs niveaux,


elle:
1. permet d’éviter les infiltrations d’eau depuis la
surface;
2. vise à obturer l’espace compris entre le cuvelage
et les terrains forés sur toute la partie supérieure
du forage, jusqu’au niveau du terrain naturel;
3. permet de protéger la colonne de tubage contre
la corrosion côté terrain;
4. ancre définitivement le tubage au terrain;
5. doit aboutir à l’extrados des tubages à une gaine
continue, homogène, adhérente au tubage et aux
parois du trou.
IV. Contrôle de la cimentation

Après avoir cimenté, il est nécessaire de vérifier :

- la hauteur de ciment dans l’espace annulaire

- la qualité de la cimentation

- l’étanchéité du tubage et parfois de la cimentation


du sabot.
IV. Contrôle de la cimentation

2- Contrôle de la qualité

La thermométrie ne précise pas si le ciment adhère


correctement aux parois du tubage. L’enregistrement CBL
« Ciment Bond Log » permet de déterminer les zones de
bonne et mauvaise cimentation.

3- Contrôle de l’étanchéité de tubage et de cimentation de


sabot
La vérification de l’étanchéité de la colonne se fait soit après
l’arrivée du bouchon supérieur sur l’anneau, soit après forage
de 1 ou 2m au dessous du sabot.
IV. Diagraphies d’évaluation de la qualité de cimentation

Les mesures de la cimentation concernent les outils de


type CBL/VDL, CET, PET et USIT.

1. Logs de type CBL/VDL


Les logs CBL (Cement Bond Log) et VDL (Variable Density
Log) sont appliqués pour vérifier le bon déroulement des
opérations de cimentation et contrôler les effets de mise
en pression du puits sur la complétion. Plus précisément,
ils ont pour but:
- de localiser le « top » du ciment,
- d’apprécier l’adhérence du ciment au tubage
Les résultats sont sous forme de courbes pour le CBL et de
micro-sismogrammes pour le VDL.
IV. Mesures d’évaluation de la qualité de cimentation

Exemple d’enregistrement de cimentation de type CBL et VDL


IV. Mesures d’évaluation de la qualité de cimentation

La mesure VDL permet souvent de lever les ambiguïtés


décelées sur le log CBL en soulignant les arrivées de
tubage. Il est le seul à pouvoir fournir des informations
sur la zone ciment/réservoir.
IV. Mesures d’évaluation de la qualité de cimentation
IV. Mesures d’évaluation de la qualité de cimentation
IV. Mesures d’évaluation de la qualité de cimentation
IV. Mesures d’évaluation de la qualité de cimentation

2. Logs de type RCB


Ces mesures ont pour but:
- D’analyser par secteur, la répartition de la cimentation,
- De détecter et localiser les canaux et chenaux dans la
cimentation
IV. Mesures d’évaluation de la qualité de cimentation

Exemple d’enregistrement de cimentation de type RCB: micro-sismogramme


IV. Mesures d’évaluation de la qualité de cimentation

3. Logs de type CET (cement evaluation tool)


Ces mesures ont pour but:
- d’estimer la répartition et la qualité de la cimentation
(perméabilité);
- de détecter la présence de fluides derrière le tubage;
- d’évaluer les micro-annulaires présents
- de vérifier l’étanchéité du cuvelage vis-à-vis des fluides
de formation.

4. Logs de type PET (cement evaluation tool)


Cet outil est l’équivalent du CET
IV. Mesures d’évaluation de la qualité de cimentation

Exemple d’enregistrement de cimentation de type PET: micro-sismogramme


IV. Mesures d’évaluation de la qualité de cimentation

5. Logs de type USIT (ultrasonic imaging tool)


Ces mesures ont pour but:
- D’estimer la qualité de la cimentation avec une plus
grande précision que le CET;
- De distinguer la nature et la répartition des fluides
présents derrière le tubage, dans le ciment et les
annulaires;
- De vérifier les zones d’isolation hydraulique
Ces mesures sont appliquées pour vérifier l’étancheité du
cuvelage vis-à-vis des fluides de formation.
IV. Mesures d’évaluation de la qualité de cimentation
IV. Mesures d’évaluation de la qualité de cimentation

Exemple d’enregistrement combiné CAST-V (CBL/VDL/PET)


CORROSION ET DIAGRAPHIES DE
CORROSION
I. Définition

Les diagraphies de corrosion


Ou corrosion well logging en anglais correspondent à
des activités d’acquisition des données par
transmission câblée (wireline) qui s’effectue sur des
puits pétroliers ou gaziers (oil and gas wells)
intéressant spécifiquement le cuvelage et parfois son
environnement immédiat.
Il s’agit des logs concernant l’intégrité des
constituants de la colonne de production (well
integrity). Elles appartiennent au domaine des
diagraphies différées (wereline logging) effectuées
après la foration et la complétion.
I. définition

Place des diagraphies de corrosion dans l’industrie plus large du logging.


I. définition

La corrosion
C’est une interaction physico-chimique entre un métal et son
environnement entrainant la modification des propriétés du
métal et souvent une dégradation fonctionnelle du métal, de
son environnement ou du système technique constitué par les
deux facteurs.
On peut avoir:
• une corrosion externe des tubes due à l’altération du ciment
• une corrosion interne de l’acier, mettant en cause
l’étanchéité des colonnes
• plusieurs dizaines de milliers de puits concernés par les
fuites de pétrole et de gaz
•une contamination des nappes phréatiques.
I. définition

Des enjeux majeurs

• identifier les sources de perte d’huile et de gaz


• limiter la pollution croissante
• réhabiliter les puits abandonnés ou recyclés
• inventer des systèmes de complétion efficaces
II. Importance

Ces investigations ont pour but:

- La détection des dommages mécaniques du tubage


concomitants à la pose de la complétion ou à la réparation
de la colonne;
- Le contrôle de l’état et de la qualité de la cimentation
derrière le tubage;
- L’adhésion du ciment à la formation géologique;
- La localisation, la répartition et la différenciation des
fluides circulant à l’extérieur du tubage;
- La reconnaissance des corrosions interne et externe;
- La localisation des fuites;
II. Importance

- la localisation et la répartition de dépôts;


- L’évaluation et l’étendue des détériorations
galvaniques
- L’optimisation des procédés de sauvegarde
- la localisation et la répartition de dépôts;
II. Importance
II. Diagraphies de corrosion

Ces diagraphies concernent essentiellement les mesures


d’épaisseur et de diamètre du tubage, de la cimentation,
le contrôle de la production cathodique (PC) et la
détection des fuites.

Ces diagraphies sont : mécanique, acoustique,


magnétique, électromagnétique.
CARACTERISTIQUES DESFLUIDES:
ETUDE DES DIAGRAMMES PVT
Diagrammes PVT

Petroleum reservoirs are broadly classified


as oil or gas reservoirs according to:

• the composition of the reservoir hydrocarbon


mixture,

• the initial reservoir pressure and temperature


Pressure-température diagram

pressure-temperature diagram
Pressure-température diagram
Pressure-Temperature Diagram
These multicomponent P-T diagrams are
essentially used to:

• classify reservoirs,

• classify the naturally occurring hydrocarbon


systems,

• describe the phase behavior of the reservoir


fluid,
RESERVOIRS

Three points are very significant in this diagramm:

1- Critical point
The critical point (point C) for a multicomponent mixture
is referred to as the state of pressure and temperature
at which all intensive properties of the gas and liquid
phases are equal.
At the critical point, the corresponding P and T are
called the critical pressure Pc and critical temperature
Tc of the mixture.
Pressure-température diagram

2- Bubble-point curve
The bubble-point curve (line BC) is defined as
the line separating the liquid-phase region from
the two-phase region.

3- Dew-point curve
The dew-point curve (line AC) is defined as the
line separating the vapor-phase region from the
two-phase region.
Pressure-température diagram
Pressure-température diagram

Pressure-Temperature Diagram permits to


distinguish:

• Oil reservoirs
If the reservoir temperature T is less than the
critical temperature Tc of the reservoir fluid,
the reservoir is classified as an oil reservoir.

• Gas reservoirs
If the reservoir temperature is greater than the
critical temperature of the hydrocarbon fluid,
the reservoir is considered a gas reservoir.
Pressure-température diagram

Gas Reservoirs

In general, if the reservoir temperature is


above the critical temperature of the
hydrocarbon system, the reservoir is
classified as a natural gas reservoir. On the
basis of their phase diagrams and the
prevailing reservoir conditions, natural gases
can be classified into 3 categories:
• Retrograde gas-condensate
• Wet gas
• Dry gas
Pressure-température diagram

Retrograde gas-condensate reservoir


If the reservoir temperature T lies
between the critical temperature Tc
and cricondentherm Tct of the reservoir
fluid, the reservoir is classified as a
retrograde gas-condensate reservoir.
• the gas-oil ratio for a condensate
system increases with time due to the
liquid dropout and the loss of heavy
components in the liquid.
• Condensate gravity above 50° API
Pressure-température diagram

Wet-gas reservoir

Temperature of wet-gas reservoir is


above the cricondentherm of the
hydrocarbon mixture. Because the
reservoir temperature exceeds the
cricondentherm of the hydrocarbon
system, the reservoir fluid will always
remain in the vapor phase region as the
reservoir is depleted isothermally, along
the vertical line A-B.
Pressure-température diagram
Dry-gas reservoir

The hydrocarbon mixture exists as a


gas both in the reservoir and in the
surface facilities.
P-V diagram
P-V diagram
P-V diagram
P-V diagram
TYPES D’ECOULEMENT

On distingue plusieurs types d’écoulement;

- monophasique,

- biphasique,

- polyphasique
TYPES D’ECOULEMENT

En écoulement dynamique, un effluent poly-


phasique connaît différents régimes
d'écoulement.

On définit ainsi les quatre principaux de la


manière suivante :
- Écoulement monophasique,
- Écoulement bulle,
- Écoulement bouchon,
- Écoulement annulaire
TYPES D’ECOULEMENT

Types d'écoulement