Vous êtes sur la page 1sur 15

Gestion Budgétaire

Chapitre 5
Contenu
Introduction
Processus budgétaire;
Approches budgétaires
Budget des ventes;
Budget d’approvisionnement;
Budget de production;
Budget d’investissement;
Budget de trésorerie;
Considérations diverses.
Introduction
La performance de l’Ese repose essentiellement sur les
compétences des gestionnaires à manager les affaires en
cours et futures de l’entreprise;

La préparation au future passe par une identification des


principaux faits prévus et imprévus qui affectent la
situation et la survie de l’entreprise;

L’incertitude de l’avenir peut étre atténué suite à


l’élaboration de scénarii plausibles (stress test);
La prévision est un acte par lequel le gestionnaire essaye
d’approcher la situation future de l’entreprise;
Introduction
La gestion prévisionnelle / budgétaire rentre dans le cadre
d’appréhension du future;
Le budget est un document comptable qui recense
annuellement les produits et les charges éventuels
La GP se veut plus au moins objective et reflète la
perception du gestionnaire sur les conditions internes et
externes futures de l’entreprise;
Le budget est utile en amont et en avale à l’entreprise:
amont: rationaliser les ressources, en aval: comparaison
avec le concrétisable et le budgétisé pour dégager l’ècart
et le justifier.
Processus budgétaire
Étape 1: diffusion de la lettre d’orientation du top
management ou président;
Étape 2: élaboration des budgets provisoires par département
conformément aux directives qui figurent dans la lettre
d’orientation;
Etape 3: les budgets provisoires sont premièrement discutés
(entre directeurs, collaborateurs, comptables..etc) au sein de
chaque département en fonction de l’objectif fixé par chaque
directeur;
Étape 4: transmission des budgets départementaux à l’organe
qui centralise les budgets( département financier);
Étape 5: réunion du conseil de direction pou discuter la
cohésion entre budgets départements en premier temps, et en
deuxième temps avec les orientations de la lettre d’orientation;
Processus budgétaire
 Etape 6: révision des budgets départements pour plus
d’efficience et de rationalisation;

 Etape 7: approbation des budgets;

 Etape 8: exécution des budgets;

 Etape 9: suivi, contrôle et évaluation de l’exécution

 Etape 10: amélioration de la procédure budgétaire


Approches budgétaires
 Approche classique: la prévision s’effectue sur la base du
budget de l’année dernière incrémentée par un pourcentage
constant( par ex: 5%);

 Budget à base 0: le budget de chaque année ne dépend pas


du budget de l’année dernière, mais plutôt selon les besoins
de chaque département dans sa totalité;

 Budget basé sur l’activité: le budget s’effectue selon les


besoins et les conditions de chaque activité( complexe mais
plus précise);
Budget des ventes
 L’élément capital qui détermine tous les autres budgets
c’est l’évolution des ventes, autrement dit plus il y’a des
ventes plus seront les couts et charges (variables et semi-
variables);
 La prévision des ventes peut se faire avec la régression
linaire, exponentielle, quadratique…etc;
 Selon la régression linéaire
 Vente = a .dépenses de marketing + b
 Avec a = ∑XiYi/(∑Xi^2)
 b = moyenne des ventes – a moyennes des dépenses
marketing
 La prévision des ventes peut suivre d’autres méthodes:
séries chronologiques par exemple
Budget d’approvisionnement
 La fonction d’approvisionnement est une fonction support à la
production;
 Toute interruption d’approvisionnement entraine des couts
supplémentaires préjudiciable à la profitabilité de l’Ese;
 L’approvisionnement a aussi un cout : transport, stockage,
assurance, sécurité, risque de d’endommagement…etc
 La valorisation de stock peut appliquer différentes approches:
FIFO, LIFO, cout moyen;
 La gestion de l’approvisionnement peut suivre l’approche de
la quantité économique de commande.
 On constate le stock de sécurité, le stock de
réapprovisionnement( niveau qui déclenche une nouvelle
commande) et le stock actif( totalement utilisé).
Quantité économique
 Q= √(2.C.S)/P.t
 Avec Q: quantité de commande économique;
 C: quantité à réapprovisionner( prévue annuellement)
 S: cout d’une commande
 P: cout unitaire d’achat
 t:frais moyens des stockages.
 La gestion de stock dépend de: niveau du stock de
sécurité, évolution de la demande, délai de réception de
la commande et cout de stockage.
Exercice d’application
Soient les prévisions d’achat annuelles de
40000 unités, le cout unitaire d’achat 10dh,
avec un cout par commande de 30dh. Etant
donné que le frais de stockage de 0.50dh,
calculez la quantité d’approvisionnement?
Quelle sera la période qui sépare entre deux
commandes?
Budget de production
 La production concerne: la disponibilité de la matière
première, la main d’oeuvre, les charges accessoires à la
production;

 La budgétisation de la production est liée au budget des


ventes et la politique de stockage de l’Ese et les
conditions actuelles et prévisionnelles de la demande;

 Voire exercice d’application


ESTIMATIONS DES
VENTES/MOIS
mois Estimations de
ventes(unités)
Janvier 1000
Février 1300
Mars 1700
Avril 2300
Mai 2800
Juin 3500
Juillet 4700
Aout 6000
E.A
 La politique de l’Ese:
 Le stock initial est de 10% des ventes du mois en cours
 le cout de production est estimé constant de 200dh(HT)/unités, le prix
de vente est de 300dh(HT)/unités;
 Les créances s’effectuent selon le calendrier : 50% mois en cours,
le reste est repartie équitablement sur les deux mois suivants;
 Le remboursement des achats est effectué comme suit:
 20% mois en cours, 35%, 45%.
 Les soldes respectifs de la trésorerie et du compte banque sont de
8000Dh et 20000dh;
 Trésorerie de sécurité 3000dh
 Qu’est ce que vous pouvez envisager en cas de détérioration de la
trésorerie de l’Ese
Budget de trésorerie
 Le budget de trésorerie s’effectue en observant les
encaissements et les décaissements par période( quotidienne,
hebdomadaire, mensuelle,.etc;)
 La constatation d’une trésorerie minimale est essentielle;
 La trésorerie minimale est tributaire de l’historique des soldes
de trésorerie, l’intensité des décaissements et encaissements
prévues, le cout et la facilité de financement.
 La cash manager doit toujours prévoir des alternatifs en cas de
pénurie de liquidité.
 Le cash manager doit fixer un plafond de solde de trésorerie au
delà de ce niveau l’exédent est investi dans des placements
rentables( produits offerts par la banque, remboursement
anticipés des achats moyennant des escomptes, avance au
fournisseur, placement sur le marché monétaire, l’achat de
matières premières à cout réduit..etc)