Vous êtes sur la page 1sur 21

Les techniques de fixation des

prix de transfert
Les méthodes
transactionnelles

RÉALISÉ PAR :
ARHZANE AYOUB
ESSAKHI ADAM
HALLAK AZAR Année universitaire :
2019/2020
JDAINI HAMZA
PLAN

I. Introduction
II. Le lien entre les prix de transfert et la fiscalité
III. La méthode transactionnelle de la marge nette
IV. La méthode transactionnelle de répartition des bénéfices
V. Les règles applicables au Maroc en matière de prix de transfert 
VI. Conclusion
INTRODUCTION

Le sujet de fixation de prix constitue un enjeu d’actualité dans le


monde de la fiscalité international, voir l’importance des volumes
de transactions intra-groupe , qui met la valeur du bien échangé et
quelques caractéristiques liés dans un cercle d’étude et de
recherche à la fois pour les gestionnaires des entreprises, et le fisc.
Le lien entre les prix de transfert et
la fiscalité

 Le prix constitue le premier composant du chiffre


d’affaire, et par conséquent il influence la
détermination du résultat économique de l’entreprise
puis la valeur de l’impôt qui sera verser aux
administration fiscale des Etats concernés par la
transaction.

 Il est aussi la droite d’ étude de la division chargé des


affaires juridiques et contentieux des entreprises en
question afin d’échapper à la double imposition.
La méthode transactionnelle de la marge
nette
Le principe:

 La méthode transactionnelle de la marge nette consiste à


déterminer, à partir d’une base appropriée (par exemple, les
coûts, les ventes ou les actifs) la marge bénéficiaire nette qui
réalise une entreprise, au titre d’une transaction contrôlée.

 Cette méthode revient donc à allouer une marge nette et non


brute, comme pour la méthode du prix de revente,
prédéterminée à l’entreprise considérée, les prix de transfert
constituant la variable permettant d’atteindre cet objectif de
marge nette.
 L’objectif de marge nette sera exprimé comme un
pourcentage d’une grandeur telle que :

 Le chiffre d’affaires, pour des sociétés de distribution, par


exemple,
 Les charges d’exploitation, pour des prestataires de service
 Tout ou partie de l’actif pour des façonniers, par exemple,
ayant un outil de production important et lorsque cela
justifie que leur profit soit proportionnel aux
investissements réalisés.
Mode de détermination de la marge
nette

 Selon le rapport de l’OCDE, la marge nette obtenue


par une entreprise, au titre d’une transaction
contrôlée devrait être déterminée par référence à la
marge nette que cette même entreprise réalise, au
titre de transactions comparables, sur le marché libre.
Lorsque cela n’est pas possible la marge nette
obtenue au titre de transactions comparables par une
entreprise indépendante peut donner des indications.
Exemple:

 Une entreprise de distribution comparable réalise une marge


d'exploitation de 10% (bénéfice d'exploitation/chiffre
d'affaires)
 Prix de vente : 20 €.
 Marge d'exploitation du distributeur issue de l'analyse de
comparabilité: 20 x 10% = 2 €.
 L'attribution au distributeur d'une marge d'exploitation de 2 €
suppose que le total de ses charges d'exploitation (y compris le
prix d'achat auprès du producteur) soit de: 20-2 = 18 €.
 Si le total des charges d'exploitation (hors prix d'achat ) est de 8
€ le prix de transfert devra être de: 18-8 = 10 €.
Avantages Inconvénients

 Les marges nettes sont moins  Peut être influencée par


sensibles aux différences certains facteurs qui n’ont pas
affectant les transactions que les d’incidence ou une incidence
prix tels qu’utilisés dans la
moins marquée sur les prix ou
méthode du prix comparable sur
le marché libre. sur les marges brutes.
 Il n’est pas nécessaire de  Elle donne le plus souvent une
déterminer les fonctions exercées
et les risques assumés par toutes
fourchette de résultats étroite
les entreprises associées.
 Elle permet de justifier de marges
le plus souvent limitées
La méthode transactionnelle de
répartition des bénéfices
PRINCIPE:
 La méthode transactionnelle de répartition des bénéfices
 consiste à déterminer le résultat consolidé pour le groupe sur
l'ensemble des opérations, impliquant différentes entreprises
liées, pour le partager ensuite entre ces mêmes entreprises, en
fonction de critères pertinents, afin d'obtenir une allocation des
bénéfices comparable à celle qui aurait été obtenue dans une
situation de pleine concurrence, compte tenu du contexte
considéré, des fonctions exercées, des actifs et des moyens
utilisés, des risques supportés…
Exemple:
 1ère étape. Détermination du résultat consolidé
pour le groupe qui est lié à la production et à la
vente de la chaussure.
Détermination de la contribution de chaque entreprise

 La contribution de chaque entreprise est déterminée sur la base


d’une analyse fonctionnelle et évaluée, dans la mesure du
possible, sur la base de données externe fiable relative au
marché qui est disponible.
 Le bénéfice consolidé pour le groupe pour la fabrication et la vente de la chaussure
est de 60 € (100-10-30).
 2e étape. Répartition du résultat consolidé entre les deux entreprises de production
et de distribution liées, selon une clé de répartition appropriée prenant en compte :
Par exemple, les charges d'exploitation (charges d'exploitation de chaque entreprise
liée / charges d'exploitation de toutes les entreprises liées) :
 contribution du producteur aux charges d'exploitation : 10 / 40 = 25 %,
 contribution du distributeur aux charges d'exploitation : 30 / 40 = 75 %.
Avec cette clé de répartition, le résultat revenant à chaque entreprise est le suivant :
 producteur : 60 € x 25 % = 15 €
 distributeur : 60 € x 75 % = 45 €
Avantages Inconvénients
 Fondée sur un mode logique  Le calcul basé sur le résultat
de répartition lié aux global peut conduire à une
fonctions de chacune des répartition subjective.
parties prenantes de toutes
les transactions réalisées.
Les règles applicables au
Maroc en matière de prix de
transfert 

La Note la Loi de
L’article 213 L’article 214
Circulaire finances pour
II du CGI  III du CGI
n°717 2015
L’article 213 II du CGI

 prévoit ainsi que lorsqu’une entreprise a directement ou


indirectement des liens de dépendance avec des entreprises
situées au Maroc ou hors du Maroc, les bénéfices
indirectement transférés, soit par voie de majoration ou de
diminution des prix d’achat ou de vente, soit par tout autre
moyen, sont rapportés au résultat fiscal et/ou au chiffre
d’affaires déclarés.
L’article 214 III du CGI
 dispose quant à lui que l’Administration peut demander à
l’entreprise imposable au Maroc communication des
informations et documents relatifs :
- à la nature des relations liant l’entreprise imposable au
Maroc à celle située hors du Maroc
- à la nature des services rendus ou des produits
commercialisés
- à la méthode de détermination des prix des opérations
réalisées entre lesdites entreprises et les éléments qui la
justifient
- aux régimes et aux taux d’imposition des entreprises
situées hors du Maroc.
La Note Circulaire n°717

 les transferts indirects de bénéfices entre sociétés dépendantes


peuvent résulté de pratiques variées, telles que :
 - la majoration des prix d'achat de biens et services importés ou
acquis localement
- la minoration des prix de vente des biens et services exportés
ou vendus localement
- la pratique de taux d'intérêts réduits ou majorés
- la pratique des prix excessifs pour les redevances et autres
rémunérations
- la prise en charge des frais de gestion excessifs ou fictifs.
la Loi de finance 2015

 l’article 6 de la loi de finance pour 2015 a introduit la possibilité


pour le contribuable d’engager avec l’administration des impôts
une « Procédure d’accord préalable sur les prix de transfert ». En
d’autres termes, il est désormais possible de solliciter de manière
officielle un rescrit sur cette question de la part des autorités
fiscales marocaines.
Conclusion
 Les prix de transfert occupent une place importante
au sein des groupes de sociétés. Cette importance
trouve son origine dans la nécessité de fixer des prix
pour les divers échanges intra-groupe, et d’autre part,
dans les différentes opportunités offertes par les prix
de transfert en matière de gestion et de mesure des
performances des sociétés du groupe.
 Une mauvaise détermination des prix de transfert
représente des risques réels pour les groupes et leurs
dirigeants.