Vous êtes sur la page 1sur 48

ROYAUME DU MAROC

DIRECTION PROVINCIALE DE L’AGRICULTURE


DE TIZNIT-

EPURATION ET REUTILISATION DES EAUX


USEES DE LA VILLE DE TIZNIT A DES FINS
AGRICOLES
( Pour l’irrigation des périmètres de
Doutourgua et Attbane)

Exposé rprésenté par : Mr Oubejja said (Ingénieur à la DPA de Tiznit)

1
ROYAUME DU MAROC
DIRECTION PROVINCIALE DE L’AGRICULTURE
DE TIZNIT-

Plan de l’exposé

1-Bref aperçu sur le contexte de la REUE


2-Rôle de la REUE dans l’économie de l’eau et la
protection de l’environnement.
3-Aspect organisationnel et institutionnel de la
REUE
4-Résultats de l’Etude de REUE de la ville de
Tiznit pour l’irrigation des périmètres (Doutourgua
et Attbane)
2
ROYAUME DU MAROC
DIRECTION PROVINCIALE DE L’AGRICULTURE
DE TIZNIT-

1- CONTEXTE ET JUSTIFICATION DU
PROJET DE REUTILISATION DES
EAUX USEES EPUREES A DES FINS
AGRICOLES

3
ROYAUME DU MAROC
DIRECTION PROVINCIALE DE L’AGRICULTURE DE TIZNIT-

SITUATION DE L’EAU AU MAROC

DESEQUILIBRE QUANTITATIF

2020, Le Maroc en situation de stress hydrique chronique


1990 : 800 m3/hab/an 2020 : 500 m3/hab/an
Pénuries d’eau plus accentuées dans les zones réputées très pauvres
en ressources en eau : Souss Massa
2020

Près de 14 millions d’habitants (35 % de la population


totale du pays) disposeraient de moins de 500 m3/hab/an.
4
ROYAUME DU MAROC
DIRECTION PROVINCIALE DE L’AGRICULTURE DE TIZNIT-

SITUATION DE L’EAU AU MAROC

DESEQUILIBRE QUALITATIF

 Les eaux souterraines, autrefois de bonne qualité, se trouvent


actuellement menacées par diverses sources de pollution.
 Les eaux de surface constituent le milieu récepteur des rejets
polluants de natures diverses.

Détérioration de la qualité
de l’eau
5
ROYAUME DU MAROC
DIRECTION PROVINCIALE DE L’AGRICULTURE DE TIZNIT-

SECTEUR DE L’EAU A TIZNIT

 Aridité du climat.
 Irrégularité du régime des précipitations
 Séquences de sécheresse prolongées.

Potentiel hydrique limité et aléatoire : de


l’ordre de 150 mm /an.

6
ROYAUME DU MAROC
DIRECTION PROVINCIALE DE L’AGRICULTURE DE TIZNIT-

Dans ce contexte de rareté croissante des ressources hydriques de la


zone de Tiznit

La protection de la ressource et l’économie de l’eau devra


être
=
Préoccupation prioritaire dans les programmes de développement

Le traitement et la réutilisation des eaux usées épurées en agriculture


=
7 une nécessité
ROYAUME DU MAROC
DIRECTION PROVINCIALE DE L’AGRICULTURE
DE TIZNIT-

2- Rôle de la REUE dans l’économie de


l’eau et la protection de l’environnement

8
ROYAUME DU MAROC
DIRECTION PROVINCIALE DE L’AGRICULTURE DE TIZNIT-

Rôle de la REUE En Agriculture

 Protéger et conserver les milieux naturels, en particulier la qualité


des eaux.

 Exploiter une ressource en eau additionnelle non négligeable et


disponible en permanence.

 Valoriser les apports en éléments fertilisants (N, P, K, Ca, Mg, oligo-


éléments: Fe, Cu, Zn, Mo, Mn, B).

 Réduire les dépenses de l’exploitation en minimisant les apports


d’engrais chimiques

9
Les sous – produits de l’Epuration
des eaux usées

Eaux usées : Réutilisation des eaux usées


épurées en agriculture

Boues : Apports des éléments fertilisants aux sols

Biogaz : Récupération du méthane(Cas de


STEP de Ben Sergaw)

10
ROYAUME DU MAROC
DIRECTION PROVINCIALE DE L’AGRICULTURE
DE TIZNIT-

3- Aspect Organisationnel et
Institutionnel de la REUE

11
ROYAUME DU MAROC
DIRECTION PROVINCIALE DE L’AGRICULTURE DE TIZNIT-

Schéma Organisationnel et Institutionnel opérationnel pour la réutilisation


des eaux usées épurées à Tiznit

- Atelier du 10 et 11 décembre 2003


- Réunion de travail janvier 2005
•Ministère de l’Aménagement du Territoire de l’Eau et de
l’Environnement
•Département de l’Environnement
•Secrétariat d’État Chargé de l’Eau
•Ministère de la Santé
•Ministère de l’Agriculture et des pêches maritimes
•Haut Commissariat aux Eaux et Forêts
•Direction Générale des Collectivités Locales (DGCL)
•Agences de Bassins Hydraulique
•ONEP, Régies, concessionnaires (LYDEC, REDAL, AMENDIS)
•Quelques ONGs et associations d’agriculteurs

12
ROYAUME DU MAROC
DIRECTION PROVINCIALE DE L’AGRICULTURE DE TIZNIT-

Résultats des travaux du comité interministériels pour


l’élaboration du schéma organisationnel et institutionnel

Volet institutionnel
 Attribuer la fonction de coordination et de pilotage des projets de réutilisation des
eaux usées épurées au Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural .

 Faciliter, par le biais des communes, les procédures d’acquisition du terrain pour
l’implantation de la STEP en concertation avec les institutions concernées.

 Intégrer le volet des eaux usées dans les schémas directeurs

 Mettre en place une charte - qualité relationnelle responsabilisant tous les


intervenants en matière de réutilisation des eaux usées épurées

13
ROYAUME DU MAROC
DIRECTION PROVINCIALE DE14 L’AGRICULTURE DE TIZNIT-

Résultats des travaux du comité interministériels pour


l’élaboration du schéma organisationnel et institutionnel

le suivi de la qualité des eaux usées épurées par le biais des


Assurer
communes et/ou les régies, l’ONEP et les concessionnaires.

Sensibiliser les usagers en matière de réutilisation des eaux usées


épurées

 Assurer l’encadrement technique des usagers d’eaux usées épurées et


les organiser en AUEA

Suivi de la qualité des produits agricoles irrigués par les eaux usées
épurées

14
ROYAUME DU MAROC
DIRECTION PROVINCIALE DE L’AGRICULTURE DE TIZNIT-
Proposition du Schéma Organisationnel et institutionnel simplifié

Institutions Fonction de base Fonctions spécifiques

Ministère de l’Agriculture Etudes et gestion de la composante


(AGR, DPV, Vulgarisation Coordination et pilotage « Réutilisation »
etc.. Traitements complémentaires selon
la nature de l’usage des EUE

Communes
Assainissement
Traitement générant des
Production d’eaux usées effluents conformes aux normes
ONEP de rejets
Concessionnaires
Régies

Produits agricoles
Ministère de l’Agriculture Qualité des eaux et des sols

Agence de Bassin Qualité des EUE


Dép. Env Contrôle, Suivi et surveillance Contrôle de rejets
Ministère de l’Intérieur Évaluation d’impact sur la
Producteurs d’EUE qualité des eaux

Ministère de la Santé
Institut d’Hygiène Suivi et contrôle sanitaire des
BMH eaux, des produits agricoles et
15 des opérateurs
ROYAUME DU MAROC
DIRECTION PROVINCIALE DE L’AGRICULTURE DE TIZNIT-

Plan d’action pour la mise en place du projet de


réutilisation des eaux usées épurées à Tiznit

1ère étape : Création d’un comité de suivi (sera piloté par la DPA ) : C’est fait

2ème étape : Réalisation d’une station d’épuration avec un objectif de réutilisation : C’est fait

3ème étape : Création d’une AUEA : (Encadrement par la DPA) : C’est fait

4ème étape :Élaboration d’une convention liant tous les intervenants dans le projet de réutilisation
(Commune, AUEA, ONEP, DPA, ABH, Délégation de la Santé) et définition du rôle et la responsabilité
de chacun : Pas encore

5ème étape : Préparation du dossier d’autorisation de la réutilisation par l’AUEA (Assistance par l’ABH)
: En cours

6ème étape :Réalisation d’une étude de la réutilisation en fonction du niveau de la qualité de l’eau
épurée, des cultures et des pratiques agricole dans la zone par la DPA (objet de l’exposé) : études
achevées

7ème étape : Suivi de la qualité de l'eau, qualité du sol, produits agricoles : ONEP, DPA, Délégation de
16 la Santé et l’ABH.
ROYAUME DU MAROC
DIRECTION PROVINCIALE DE L’AGRICULTURE
DE TIZNIT-

4-Résultats de l’Etude de REUE de


la ville de Tiznit pour l’irrigation
des périmètres (Doutourgua et
Attbane)

17
ROYAUME DU MAROC
DIRECTION PROVINCIALE DE L’AGRICULTURE DE TIZNIT-

6ème étape : Réalisation d’une étude de la réutilisation des eaux usées


épurées pour l’irrigation des périmètres « Doutourgua » et « Attbane »
sur une superficie de 340 ha

MISSIONS DE L’ETUDE :

 Mission 1 : Caractérisation de la zone du projet et enquête d’accueil à


l’irrigation

 Mission 2 : Travaux topographiques

 Mission 3 : Avant projet détaillé (APD) des aménagements hydro


agricoles proposés.

 Mission 4 : Projet d’exécution de la variante retenue

18
SCHEMA SYNOPTIQUE DE LA STEP
Lits de séchage Prétraitement

A1 A2 A3 A4

Facultatif 1.1 Facultatif 1.2

Facultatif 2.1 Facultatif 2.2

Maturation 1

Ouvrage de sortie
Maturation 3 Maturation 2 19
 Au voisinage de la
ville de Tiznit.

Subdivisé en 3 zones :
Targa N’Zit, Doutourga &
Attbane

21
Bassins de la nouvelle STEP
sortie des eaux épurées à l’aval
des bassins
Evaluation du
débit des eaux
épurées à l’ouvrage
de sortie en
présence des
cadres de la DPA

• A noter le faible
débit (Novembre
2006)
ENTRETIEN AVEC UN USAGER PRES DU SITE DE
LA PRISE ENVISAGEE DU PROJET DE REUE
STRUCTURES FONCIERES

Nombre de parcelles : 665

Superficie des parcelles : 433 ha

Superficie moyenne des parcelles : 0,65 ha

26
RESSOURCES EN EAU

Capacité nominale de la station d’épuration


de Tiznit

1ère phase 2ème phase


Caractéristiques Unité
2010 2015

Capacité nominale EH 65 700 78 850


m3/j 4 900 5 800
Débit moyen annuel l /s 56,70 67 ,10

Débit moyen journalier de


pointe saisonnière
l/s 73 ,70 87,30
Débit maximal hors pointe
l/s 113,40 134,20
saisonnière
Débit maximal de pointe
l/s 147,40 174,40
saisonnière
27 Source (ONEP TIZNIT)
RESSOURCES EN EAU

Eaux usées traitées:

 Evaluation quantitative :

 Débit d’entrée STEP 2309 m3/j ou 27 l/s (campagne du 14


au 20/05/2007)

 Evaluation qualitative: (Conclusions ONEP)


 L’EUE peut être réutilisée dans l’irrigation pour les cultures
des catégories B et C.

 Qualité conforme à la norme marocaine fixant les valeurs


limites spécifiques du rejet domestique.
28
Recommandations relatives à la qualité microbiologique pour
l’utilisation des eaux usées en agricultures

Nématodes 'Intestinauxb Traitement des eaux usées


Coliformes fécaux
Conditions de Groupe (moyenne arithmétique du devant permettre
Catégorie (moyenne géométrique
réutilisation exposé nombre d’œufs viables par d’atteindre la qualité
par 100 ml)
litrec) microbiologique requise.

Passage par une série de


Irrigation des cultures
Travailleurs bassins de stabilisation
susceptibles d’être
'Consommate conçus pour atteindre la
A consommées crues,
des terrains de sports
urs public
=<1 =<1000d
qualité microbiologique
indiquée ou traitement
ou des parcs publics.
équivalent

Irrigation des cultures


B céréalières,
industrielles ou
Retenue en bassins de
stabilisation pendant 8-10
Aucune norme jours ou traitement
fourragères, des Travailleurs =<1
recommandée équivalent; élimination
paturages et des
c des helminthes et des
arbres fruitiers
coliformes fécaux.
Irrigation localisée des Pré-traitement dicté par la
C cultures de la
catégorie B, en
seule technologie
d’irrigation, sous réserve
Aucun Sans objet Sans objet
l’absence d’exposition qu’il soit au moins
des travailleurs et du équivalent à la
public. sédimentation primaire.
a
Il conviendra dans certains cas d’adapter ces directives pour tenir compte des facteurs environnementaux,
socioculturels et épidémiologiques locaux.
b
Ascarts, Trichuris et ankylostomes.
c
Durant la période d’irrigation.
29 d
e
S’agissant de produits comestibles toujours bien cuits,29 cette recommandation peut être assouplie.
Dans le cas des arbres fruitiers, l’irrigation doit cesser deux semaines avant la cueillette, et aucun fruit tombé ne
doit être ramassé. Il convient de ne pas utiliser l’irrigation par aspersion.
Résultats pédologique
 Sols de bonne qualité : Environ 261 Ha
 Sols irrigables avec des aménagements fonciers : 112 ha
 Sols de mauvaise qualité : Environ 60 Ha

CONCLUSION : Potentiel en sol irrigable : 373 ha

Classe Superficie Ha % du total

I 39 9
II 222 52
III 112 26

I + II + III 373 87
IV 60 14
Total 433 100
30
DONNEES DE BASE DU PROJET D’AMENAGEMENT
Situation actuelle
 Irrigation est pratiquée par des puits de 0,5 à 1 Lls

 Nouvelle STEP : Irrigation d’une dizaine ha de façon traditionnelle

Cultures Superficie %
Occupation culturale
Fourrage 14 26 actuelle du sol
Maraîchage 2 4
Céréales 1 2
Arboriculture 36 68
Total 53 100

31
CULTURES PRATIQUEES (POMPAGE)

32
Assolement proposé par
l’Etude

%
Sole Assolement Culture SAU

Sole 1 Arboriculture Olivier 50

Sole 2 Culture céréalières Blé/Orge 25


Cultures fourragères Luzerne/Mais fourrager
Sole 3 Légumineuses Fève/Haricot 25

33
Confrontation des
APPORTS / BESOINS
Pour Le G à G

Janvier …… Juillet ….. Décembre


B.Brut (L/S/HA) 0,06 0,26 0,05
Apport 2010
54 74 54
(L/s)
Sup. Irrigable
(HA) 288
Apport 2015
63 87,3 63
(L/s)
Sup. Irrigable
(HA) 340
34
CONFRONTATION DES
SYSTÈMES D’IRRIGATION

Système Apports Apports Besoins maladie


2010 (l/s) 2015 (l/s) pour hydrique
(l/s) 340 ha

GRAVITAIRE 74 87 234 Risque fort


ASPERSION 74 87 166 Risque fort

LOCALISE 74 87 87 Risque faible

35
CONCLUSION
L’irrigation localisée est la technique la plus
appropriée lors de la REUE, ceci compte tenu :

 De la qualité de l’eau (REUE) qui limite les


techniques d’irrigation et qui préconise le localisé.

 Du volume en eau disponible permettant d’irriguer


en 2015 environ 150 ha en irrigation gravitaire et
presque le double en irrigation localisée.

36
DETERMINATION DES SUPERFICIES A IRRIGUER
POUR CHACUN DES PERIMETRES

Doutourga Attebane Total

Superficie brute 207 (47%) 226 (53%) 433

Auparavant, eaux épurées de


l’ancienne station. Actuellement Il est dominé par les
Ressources en eau uniquement quelques puits. La eaux d’épandage et 87,30 l/s
source Regada ne fournit plus rien dispose de puits.
au périmètre.

Superficie maximale
proposée en étude 180 (53%) 160 (47%) 340 Ha
(2015)

Superficie irrigable 154 130 284 Ha

37
VARIANTES D’AMENAGEMENT ETUDIEES

Station de pompage 1 ou 2
Tracé du réseau 2 Tracés

Nombre de variantes Etudiées 4


Une SP Deux SP
commune Autonomes
Tracé 1 V1 V3

Tracé2 V2 V4

38
VARIANTES D’AMENAGEMENT
RESEAU R1/ATTBANE

39
VARIANTES D’AMENAGEMENT

RESEAU R2 / ATTBANE

40
Comparaison financière des VARIANTES
D’AMENAGEMENT

Variantes avec une Variantes avec deux


station commune (Prix HT) stations autonomes (Prix HT)

V1 V2 V3 V4
Composante
SPC/Tracé 1 SPC/Tracé 2 SP1 et SP2/Tracé 1 SP1 et SP2/Tracé 2

Equipement
2 461 524,00 2 427 833,00 1 736 626,00 1 686 948,00
Electromécanique
Génie civil des SP 720 000,00 720 000,00 720 000,00 720 000,00
Génie civil de la
248 100,00 248 100,00 248 100,00 248 100,00
bâche d'aspiration
Station de filtration 215 000,00 240 000,00 215 000,00 215 000,00
Réseau de distribution 3 397 284,00 3 753 889,00 3 397 284,00 3 753 889,00
Total 7 041 908,00 7 389 822,00 6 317 010,00 6 804 765,00
41
Avantages et inconvénients des variantes
d’aménagement
(station de pompage commune)

Avantages Inconvénients

Variante V1 : Coût d’exploitation élevé


station Coût moins élevé gestion de la SP compliquée
commune et que V2 Variante non réalisable immédiatement
Tracé 1

possibilité de
Variante V2 :
réaliser le Variante plus chère
station
réseau en gestion de la SP compliquée
commune et
fonction du Variante non réalisable immédiatement
Tracé 2
débit
42
Avantages et inconvénients des VARIANTES D’AMENAGEMENT
Avec stations autonomes

Avantages Inconvénients

Variante non
Variante V3 : Variante la moins chère
réalisable
deux SP et Possibilité d’équiper la SP en
immédiatement
Tracé 1 fonction du débit

Adaptation aux débits


Coût légèrement plus
Réalisation par tranches
élevé
Autonomie de gestion
(écart = 3,4%)
Variante V4 : Souhait de l’AUEA
deux SP et Facilité de gestion
43 Tracé 2
VARIANTES D’AMENAGEMENT

Critères principaux retenus pour la sélection des variantes

Variante Variante
Critère Variante 1 Variante 4
2 3
Prix
- + + +
Souplesse
de gestion - - + +
Souplesse
de programmation - - - +

44
Programme d’aménagement

Aménagement de 2 secteurs (Doutourgua et Attebbane)


L’aménagement comprend :
 Une bâche de réception des EUE et une bâche
d’aspirassion
 Un bâtiment d’abri de la station de tête
 Une station de pompage
 Une station de filtration et de mise en pression
 L’électrification de la station
 Le réseau d’irrigation jusqu‘en tête de parcelles.

45
POINTS FORTS DU PROJET

 Le périmètre est limitrophe à la ville


 Surface apte à l’irrigation suffisante pour une production des EU
pour 2030
 STEP localisée au milieu du périmètre
 Le périmètre souffre d’un manque d’eau d’où une forte adhésion au
projet
 La REUE n’est pas nouvelle, les eaux brutes étaient utilisées ;une
ancienne STEP existait auparavant.
 Pointe saisonnière de production en été (forte consommation en eau
due au retour des RME) qui coïncide avec la pointe des besoins en
eau des cultures.
 Possibilité d’une REUE toute l’année sans recourir à un stockage (
Faible pluviométrie et température élevée )
 Qualité d’eau répondant à l’assolement actuel.
POINTS FAIBLES DU PROJET

 Retards dans le programme de branchement au réseau


d’assainissement d’où un débit faible de REUE.
 Absence d’un suivi de mesures du volume à l’entrée et
sortie de la STEP afin d’évaluer les pertes (lagunage en
zone à forte évaporation) et qui pourraient se situer entre
30 et 40% de la production.
 La rentabilité du projet est affectée par le retard de mise
en eau en cas d’un aménagement sur la totalité du
périmètre.
MERCI DE VOTRE
AIMABLE ATTENTION

48