Vous êtes sur la page 1sur 38

THEME 1:LE MONDE

MEDITERRANEEN:EMPREINTES DE
L’ANTIQUITE ET DU MOYEN AGE

CHAPITRE 2:LA MEDITERRANEE


MEDIEVALE:ESPACE D’ECHANGES ET DE
CONFLITS A LA CROISEE DE TROIS
CIVILISATIONS P72-97
INTRODUCTION

DEFINITION DU CADRE SPATIO TEMPOREL


Bataille de San Esteban de
Gormaz pendant la Reconquista
(xe siècle), miniature des Cantigas
de Santa Maria, détail, XIIIe siècle.
Madrid, bibliothèque de l’Escurial.

Marchands latins venus


commercer à Saint-Jean d’Acre
en Orient, miniature des
Cantigas de Santa Maria, détail,
XIIIe siècle. Madrid, bibliothèque
de l’Escurial.
CADRE CHRONOLOGIQUE

Deux siècles

CHRONOLOGIE P 74 A REPRODUIRE
PROBLEMATIQUE

 Quelles civilisations coexistent sur les rives de la Méditerranée au XIIe siècle ?

 Comment la religion a-t-elle justifié la guerre dans la Méditerranée médiévale ?

 Pourquoi les échanges s’intensifient-ils en Méditerranée ?


I TROIS CIVILISATIONS EN
MEDITERRANEE AU XII SIECLE
COMPLETE LE TABLEAU GRACE AUX TROIS TEXTES LECON( feuille polycopiée) ET LIVRE P 76

EMPIRE BYZANTIN MONDE MUSULMAN OCCIDENT CHRETIEN

Dates fondamentales
(apparition et/ou disparition)
Capitale/organisation politique (dirigeants, unité
?division ?)

Evolutionsterritoriales ( conquêtes, pertes ?)

Aspects religieux et linguistiques

Fonctionnement de la société

DYNAMIQUE ?
A) L’OCCIDENT CHRÉTIEN EN AFFIRMATION
B) L’EMPIRE BYZANTIN EN DÉCLIN
C) UNE CIVILISATION MUSULMANE BRILLANTE MAIS DIVISÉE
TROIS CIVILISATIONS
DES CONFLITS
DES CONTACTS
II- CONTACTS ET ECHANGES EN MEDITERRANEE

• A – LA MEDITERRANEE
• , LIEU D’AFFRONTEMENTS
1) L’OCCIDENT CHRÉTIEN EN EXPANSION

Au milieu du XIe siècle, des chevaliers normands conquièrent avec l’appui du


pape les provinces byzantines du sud de l’Italie. Ils envahissent la Sicile
musulmane en 1061 et y fondent un royaume.

En Espagne, les rois chrétiens profitent de l’émiettement politique d’al-Andalus


pour étendre leur royaume vers le sud : c’est la Reconquista. L’alliance des
rois espagnols et portugais permet la victoire de Las Navas de Tolosa en
1212.

En Orient, le temps des croisades dure près de deux siècles (1095 – 1291).
La première croisade (1095-1099) permet la prise de Jérusalem et aboutit à
la création des Etats latins d’Orient : le royaume de Jérusalem, la
principauté d’Antioche, les comtés de Tripoli et d’Edesse.
DOC 2P79 Chronologie des croisades
Les États latins d’Orient 1096-1099
Après l’appel d’Urbain II au concile de Clermont, la première croisade
entraîne la constitution des États latins d’Orient en Palestine et Syrie
(royaume de Jérusalem, principauté d’Antioche, comtés de Tripoli et
d’Édesse).
1145-1148
La deuxième croisade est conduite par l’empereur d’Allemagne Conrad III et
le roi de France Louis VII pour reprendre Édesse. C’est un échec.
1188-1192
À la suite de la prise de Jérusalem par Saladin, la troisième croisade réunit
l’empereur Frédéric Barberousse (qui meurt avant d’arriver sur les lieux
saints), le roi de France Philippe Auguste et le roi d’Angleterre Richard Cœur
de Lion. Elle se termine par la prise de Saint-Jean-d’Acre.
1202-1204
La quatrième croisade est détournée par les Vénitiens sur Constantinople
qui est mise à sac.
1217-1221
La cinquième croisade est dirigée contre l’Égypte.
1228-1229
La sixième croisade est menée par Frédéric II qui reprend Jérusalem,
Nazareth et Bethléem.
1248-1250
La septième croisade est dirigée par saint-Louis qui est fait prisonnier.
1270
La huitième croisade voit la mort de saint-Louis devant Tunis.
1291
DOCUMENT 1P78 La chute de Saint-Jean-d’Acre scelle la fin des États latins d’Orient.
2) GUERRE SAINTE ET JIHÂD AU XIIE SIÈCLE

La première croisade (1095-1099) avait abouti à la prise de


Jérusalem et à l’établissement des Etats latins d’Orient. La
reconquête d’Edesse par les Turcs en 1144 pousse le pape Eugène III
à lancer une deuxième croisade. Bernard de Clairvaux est chargé
de la prêcher en Europe.

Bernard de Clairvaux
1090-1153
Abbé de Clairvaux, théologien et
prédicateur de talent, c’est à lui
que le pape Eugène III demande
de prêcher la croisade en 1146.

Le roi de France Louis VII recevant la croix à Vézelay en 1146


après un prêche de Bernard de Clairvaux. Miniature de Jean
Colombe ornant un manuscrit sur parchemin de Sébastien
Mamerot intitulé Les passages d’outremer faits par les Français
contre les Turcs et autres Sarrasins, xve siècle. Paris, BnF.
Bernard favorise l’approbation du jeune ordre militaire lors du concile de
Troyes (1129), et influence la rédaction de sa règle.
Bernard de Clairvaux « Pour les chevaliers du Christ, au contraire, c’est en toute sécurité
justifie le recours à la qu’ils combattent pour leur Seigneur, sans avoir à craindre de pécher
violence. en tuant leurs adversaires, ni de périr, s’ils se font tuer eux-mêmes.
Que la mort soit subie, qu’elle soit donnée, c’est toujours une mort
pour le Christ : elle n’a rien de criminel, elle est très glorieuse. […]
DOC 2 P 87
Quand il met à mort un malfaiteur, il n’est pas un homicide, mais, si
j’ose dire, un malicide. Il venge le Christ de ceux qui font le mal ; il
défend les chrétiens. S’il est tué lui-même, il ne périt pas : il parvient à
son but1. […]
Pourtant, il ne convient pas de tuer les païens si l’on peut trouver un
autre moyen de les empêcher de harceler ou d’opprimer les fidèles.
Mais, pour le moment, il vaut mieux que les païens soient tués, plutôt
que de laisser la menace [qu’ils] représentent […]. Qu’ils soient
rejetés loin de la cité du Seigneur, […] ceux qui s’efforcent d’enlever
les inestimables richesses que Jérusalem réserve au peuple chrétien,
ceux qui veulent souiller les Lieux saints et s’approprier le sanctuaire
de Dieu. Que les deux glaives2 des fidèles soient levés sur la tête des
ennemis […]. »
1. Le paradis Bernard de Clairvaux, De l’éloge de la nouvelle milice, vers 1136.
2. La parole et l’épée.
En 1095, le pape Urbain II lance à Clermont
l’appel à la croisade pour libérer le Saint-
Sépulcre de Jérusalem. C’est la première d’une
série d’expéditions présentées comme des
guerres saintes. Cette idée est théorisée par
Bernard de Clairvaux lors de la deuxième
croisade. Les croisés qui répondent à l’appel du
pape partent venger le Christ. Ils reçoivent une
indulgence : leur faute sont pardonnées et ils
gagnent leur salut.

En réponse, certains princes musulmans


utilisent la notion de Jihâd qui désigne la
« guerre légale », autorisée contre les
incroyants ou pour défendre une terre
musulmane. Le Jihâd devient une guerre sainte
Bataille de San Esteban de Gormaz pendant la
voulue par Dieu à la fois pour réunifier le Reconquista (xe siècle), miniature des Cantigas de
monde musulman et pour contrer les croisés. Santa Maria, détail, XIIIe siècle.
Madrid, bibliothèque de l’Escurial.
B-DES CONTACTS
FRUCTUEUX,COMMERCIAUX ET
CULTURELS
• 1 - POINT DE PASSAGE:VENISE GRANDE PUISSANCE
MEDITERRANEENNE P 88_89
Un site
privilégié
Plan de la ville de Venise, gravure, 1588
Une cité devenue une République
L'Arsenal de Venise

L’ancien Arsenal de Jacopo de Barbari,


détail,1500, Musée municipal Correr.
Le transport des croisés, miniature, XIIIe siècle.
DOC 2 P 88

Venise,
une ville de
riches
marchands

Départ de Marco
Polo de Venise en
1271, miniature,
vers 1400, Oxford,
Bodleian Library.
Au premier plan : navire à coque large, utilisé
pour le transport de marchandises et derrière
elle une galère, navire à rames et armé.
A l’arrière-plan :
Palais Ca’da Mostro, XIIIe s.
Basilique San Marco ;
la place Saint-Marc et le
1er palais des doges.

Le Grand Canal bordé par les palais entrepôts des riches marchands.
Une procession sur la place Saint-Marc, Giovanni Bellini, 1496
Vidéo 2m22’ Venise (des racines et des ailes,
INA)
4
Venise acquiert de nombreux comptoirs (territoire en pays étranger destiné à
favoriser le commerce avec ce pays) tout autour de la Méditerranée par exemple
Tunis, Rhodes ou Beyrouth. Elle bâtit un véritable empire commercial grâce aux
dépendances, et Etats conquis sur l’Empire byzantin après la prise de
Constantinople en 1204 (4e croisade).
Ses routes sillonnent toute la Méditerranée et la mer Noire et permettent aux
Mude (convois de galères ou navires à coques construits à l’Arsenal) d’acheminer
des produits luxueux d’Orient comme les épices, la soie, les pierres précieuses,
les esclaves.
Venise devient la principale puissance marchande et un des Etats les plus riches
d’Europe.
3
Les privilèges que Venise obtient des empereurs byzantins lui
permettent de s’imposer dans les échanges, et les relations entre
Constantinople et Venise se détériorent. En 1202,Venise
détourne la 4e croisade à son profit, elle transporte les troupes
des croisés (à gauche sur la miniature) qui, en échange,
assiègent et pillent la capitale de l’Empire romain d’Orient
(Constantinople au centre de la miniature) en 1204,
permettant à Venise d’obtenir d’importants gains territoriaux sur
l’Empire byzantin (carte 4).
2-LES CONTACTS CULTURELS

• a- la coexistence religieuse
• Dans le monde musulman, les chrétiens et les juifs sont tolérés
( DHIMMI)
• Dans l’Espagne reconquise les minorités juives et musulmanes
sont tolérées mais quartiers séparés ( quartier juif)
• En Sicile : tolérance des souverains normands
LA CIRCULATION DES SAVOIRS

• Les arabes ont traduit et copié beaucoup de manuscrits


de l’antiquité grecque et ont découvert des savoirs
orientaux (les chiffres, l’irrigation, les techniques
médicales)
• Le transfert se fait essentiellement d’orient vers l’occident
• La cathédrale saint Front à Périgueux
PLAN EN CROIX GRECQUE
CONCLUSION
• REPONSE A LA PROBLEMATIQUE:
• Trois civilisations l’occident chrétien en affirmation, l’empire byzantin
en déclin et la civilisation musulmane divisée se partagent la
méditerranée. Les rivalités religieuses y expliquent les nombreux
conflits mais la Méditerranée est aussi un lieu d’échange commercial
et culturel majeur de la planète
• OUVERTURE
• A la fin du Moyen Age en Méditerranée, quels nouveaux
équilibres géopolitiques après la chute de Constantinople?

Vous aimerez peut-être aussi