Vous êtes sur la page 1sur 27

École Nationale d’Ingénieurs de Sfax

Exposé de CND

Le contrôle non destructif


par magnétoscopie

Réalisés par: Anis BRADAI


Med Ali BECHA
Aymen GRAGOURI
Amal GARGOURI
Chiraz BEN MEFTAH
Année universitaire 2008 –12009
Rania JMAL
Plan:
1. Introduction générale
2. Le principe
2.1. Principe magnétique
2.2. Le poudre magnétique
3. Les méthodes d’aimentation
3.1. Aimentation longitudinale
3.2. Aimentation transversale où circulaire
4. Mode d’examen
5. Appareillage d’aimentation
6. Vérification des conditions d’aimentation
7. Les avantages et les inconvénients
7.1. Les avantages du contrôle par magnétoscopie
7.2. Les inconvinients du contrôle par magnétoscopie
8. Interprétation
2
1. Introduction générale:
L'examen par magnétoscopie consiste à soumettre une pièce ou une partie d'une
pièce ferromagnétique à l'action d'un champ magnétique, continu, alternatif ou
redressé de valeur importante et définie en fonction du produit.

Il faut rappeler qu'un matériau est dit ferromagnétique si lorsqu'il est soumis à
un champ magnétique de 2400 A/m il présente une induction d'au moins 1 tesla

Parmi les matériaux courants on peut considérer comme étant ferromagnétique :


- le fer pur ;
- la fonte ;
- le nickel ;
- le cobalt ;
- les aciers moulés, forgés, les soudures, tôles, tubes ;
- les aciers ordinaires au carbone, au silicium et faiblement alliés ;
- les aciers à 3,5 - 6 et 9% de nickel (martensitique et ferritique -martensitique) ;
- les aciers ferritiques au chrome,…
et globalement tous les matériaux sensibles à l'action d'un aimant.
3
D'une façon générale, il est préférable que la valeur du champ magnétique
permette d'atteindre la saturation magnétique. Dans ce cas les défauts
superficiels de la pièce provoquent à leur endroit des "fuites magnétiques"
constituant une sorte de mini aimant sur les pôles duquel peut s'accumuler une
poudre ferromagnétique appelée indicateur ou révélateur. Le contrôle est donc
possible dans ces conditions.

4
On peut visualiser avec cette méthode les défauts débouchant en surface ou
situés immédiatement sous la surface à examiner (jusqu'à environ 3mm au
maximum). En outre la profondeur de détection dépend aussi de nombreux
paramètres.

Les défauts sont d'autant mieux détectés que leur orientation est voisine d'une
direction perpendiculaire au champ magnétique, donc parallèle aux lignes de
courant.
"L'image" magnétique obtenue est observée dans des conditions qui dépendent
du produit indicateur utilisé mais le procédé ne permet pas de déterminer avec
précision les dimensions d'un défaut sous cutané mais il est possible avec
beaucoup d'habitude d'en définir la nature.

5
2. Le principe:

Le contrôle magnétoscopique permet de détecter des défauts débouchants


(obstrués ou non) et sous-jacents (de 1 à 2 mm environ) sous la surface des
matériaux métalliques ferromagnétiques (les aciers inoxydables, les alliages de
cuivre et les alliages d'aluminium sont exclus de cette application). Un champ
magnétique important (> 2400 A / m) traverse la pièce à contrôler jusqu'à
saturation magnétique avec l'application simultanée en surface d'une liqueur
magnétique colorée ou fluorescente constituée de traceurs comme produit
indicateur.

En présence d'un défaut plan ou volumique, les lignes de force du champ


sont déviées et accumulent la poudre magnétique au endroit du défaut pour
le rendre visible à l'œil nu. La perpendicularité du défaut par rapport aux
lignes du champ magnétique accentue la sensibilité de détection du contrôle.
6
2.1. Principe magnétique:
Cette différence de potentiel magnétique est matérialisée par l'application, par
saupoudrage, pendant la période d'aimantation, soit d'une poudre magnétique
(grains entre 30 et 300m m) constituée de fer ou de la magnétite ; soit d'une
liqueur magnétique constituée d'un liquide porteur (eau additionnée d'un liquide
mouillant ou produit pétrolier) contenant en suspension une poudre magnétique
à grains fins (< à 30m m pour une concentration de 5 grammes par litre).

7
2.2 Les poudres magnétiques :
Les poudres magnétiques employées sont de deux types :

- les poudres magnétiques dont on utilise la coloration propre telles que spinelle
de fer de couleur grise ou granulés de fer oxydé de couleur grise ou blanche ;

- les poudres à grains composites à noyau ferromagnétique, enrobé d'une


pigmentation observable soit à la lumière blanche, soit en lumière fluorescente à
l'aide d'une lampe ultraviolette.

Les révélateurs qu'ils soient pulvérisés par voie sèche ou par voie humide peuvent
s'appliquer au pinceau, par arrosage, au pistolet, en bombe aérosol ou par immersion.

8
3. Les méthodes d‘amantation:

On distingue essentiellement deux méthodes d'aimantation qui sont :

L'aimantation longitudinale.

L'aimantation circulaire ou transversale.

9
3.1.Aimantation longitudinale:
a) Par un circuit magnétique fermé:

Par aimant:

En reliant les pôles d'un aimant à un matériau ferromagnétique, le champ de cet


aimant est canalisé. Il présente l'inconvénient de déceler difficilement les défauts
fins et sous cutanés, à cause de la faiblesse du champ magnétique. Son principal
avantage est qu'il permet de faire le contrôle de zones difficiles d'accès.

10
Par électroaimant:

L'alimentation est assurée en courant alternatif ou redressé.


Un électro-aimant fixe ou portatif à pièces polaires fixes ou articulées est
utilisé au contact de la pièce à contrôler. L'aimantation est longitudinale et
l'induction B est parallèle à l'axe Nord-sud des pôles et à la direction de
l'examen. Des défauts transversaux sont détectés.

11
Par solénoïde ou spires enroulées:

Dans ce cas, on enroule un câble de forte section autour de la pièce à


contrôler. Le champ magnétique ainsi créé est concentré dans la pièce.
Compte tenu de la répartition du champ à l'extérieur du solénoïde, la partie
examinée sera limitée à la région située à l'intérieur du solénoïde et un peu
en dehors de celui-ci (200mm maximum).

12
b) Par un circuit magnétique ouvert:

Par bobine:

Une bobine fixe ou mobile est utilisée. La pièce à contrôler est placée au
centre de cette bobine et forme le noyau. L'aimantation est longitudinale et
l'induction B est parallèle à la direction de l'examen. Des défauts transversaux
sont détectés.

13
Par solénoïde:

Un solénoïde est utilisé et traversé par un courant électrique. La pièce à


contrôler est placée à l'intérieur du solénoïde et elle constitue le noyau.
L'aimantation est longitudinale et l'induction B est parallèle à la direction de
l'examen. Des défauts transversaux sont détectés.

14
3.2.Aimantation transversale
où circulaire:
Par passage direct de courant:

L'aimantation est réalisée par passage direct de courant dans la pièce à


contrôler soit avec un appareil fixe ou banc d'aimantation, soit avec un
système à deux électrodes (contrôle à la touche). L'aimantation est
transversale et l'induction B est perpendiculaire à la direction de l'examen.
Des défauts transversaux sont détectés.
Ce procédé est pratique car il s'adapte très
bien à des pièces de géométrie complexe.

15
 Par passage indirect de courant:

Un conducteur central traversé par un courant est placé au centre de la pièce


annulaire à contrôler. L'aimantation est transversale et l'induction B est
perpendiculaire à la direction de l'examen. Des défauts transversaux sont
détectés.

16
4. Mode d'examen:

Le contrôle par magnétoscopie est réalisé :

soit en lumière blanche (500 lux minimum à la surface de la pièce) en utilisant


des traceurs colorés et des fonds blancs contrastants (en bombe aérosol).

soit en lumière ultraviolette avec lampe de Wood (100 à 150 Watts) en utilisant
des traceurs fluorescents (l'intensité lumineuse U.V. doit être supérieure à 8 W/
m2).

17
5.APPAREILLAGE D'AIMANTATION:

Il existe de nombreux appareils qui permettent de produire une aimantation sur une
pièce ferromagnétique dont voici les principaux :

Le magnétoscope articulé portatif:


Il produit à l'aide d'un solénoïde un champ magnétique qui se ferme par la culasse
articulée et la pièce à contrôler. Seuls les défauts orientés à 90° ± 30° par rapport à
la direction du champ magnétique sont détectables.

18
le magnétoscope mobile :

Il est destiné au contrôle des pièces à grandes dimensions (arbres, roues de


turbines,…)

Appareil à touches :

Il est composé essentiellement d'un générateur de courant et de deux électrodes


en cuivre. Cet appareil travaille par passage direct du courant dans la pièce.
L'intensité de ce courant dépend de l'écartement des touches et de l'épaisseur de la
pièce à contrôler. En règle générale on choisit un écartement de 100 à 250mm pour
une intensité de 4 à 5A/mm.

La magnétisation obtenue est du type circulaire et permet toujours la détection


des défauts parallèles aux lignes de courant.

19
Appareil à câble enroulé:

Il est composé d'un générateur de courant et d'un câble enroulé autour de la

zone à contrôler.

20
le magnétoscope fixe (banc de magnétoscopie) : Ces appareils
fixes sont utilisés en général pour assurer simultanément une
magnétisation transversale par passage direct de courant et une
magnétisation longitudinale par électro-aimant, solénoïde,…

Il est alors possible de détecter en une seule manipulation de la


pièce des défauts orientés de façon quelconque. Ils sont utilisés
pour les examens en série de pièces manipulables.

21
Si de telles lignes apparaissent nombreuses et fines, on peut
conclure à l'existence de criques superficielles résultant de tapures
de rectification ou de traitement thermique.
Toutes les images magnétiques ne correspondent pas
nécessairement à des défauts. Des images "fausses" peuvent
avoir pour origine une déformation du champ magnétique, lié à
la géométrie de la pièce, à une modification locale de la
perméabilité magnétique de la pièce, ou à une aimantation
rémanente suite à un contact avec un objet aimanté.

22
6. VÉRIFICATION DES CONDITIONS
D’AIMANTATION:

Une vérification globale de l'application de la méthode peut être effectuée à


l'aide de témoins d'aimantation. L'inconvénient est que ces moyens succincts et
grossiers ne valent pas la précision d'un mesureur de champ magnétique
tangentiel, constitué d'une sonde à effet Hall qui intègre directement la forme
d'onde utilisée.

L'opérateur contrôleur peut éventuellement


utiliser un témoin d'aimantation pour
vérifier la qualité de la détection
magnétique.

23
7. Les avantages et les inconvenients:

7.1. Les avantages du contrôle par magnétoscopie:

Méthode de mise en oeuvre plus rapide que le contrôle par ressuage

Facilité de détection des défauts débouchants et sous-jacents (à 2 mm maxi).

Les défauts peuvent être matés ou obstrués.

Rapidité relative d'obtention des résultats.

Bonne sensibilité de détection des défauts perpendiculaires au champ.

24
7.2 les inconvénients du contrôle par
magnétoscopie:
Méthode de contrôle exclusivement réservée aux matériaux ferromagnétiques.
Impossibilité de détecter des défauts en profondeur (> 2 mm de profondeur).
Les opérateurs doivent être formés et expérimentés
Risque d'interprétation d'images fallacieuses (sur filetage de vis par exemple)
Risque électrique par passage direct de courant.
Risque de micro fissuration sur certains aciers sensibles.
Démagnétisation obligatoire après contrôle.
Limitation du contrôle pour les grandes dimensions de pièces.

Méthode de contrôle très salissante pour les opérateurs (produit pétrolier à base
d'huile légère)

25
8.interprétation:

La définition et la forme de l'image magnétique sont d'autant plus nette que la


discontinuité est proche de la surface. Après aimantation et application du
produit indicateur, des précautions doivent être prises pour éviter l'altération de
l'image magnétique.
L'interprétation reste donc dans le cas général qualitatif.
Lorsque l'indication obtenue est due à l'existence d'un défaut, avec de l'habitude,
on peut tirer de l'image magnétique les renseignements suivants :
- les concentrations de poudre qui présentent des contours bien nets traduisent
des défauts débouchant à la surface ;
- la hauteur de l'amas de poudre dépend de l'étendue du défaut en profondeur ;
- les lignes à contours flous correspondent à des défauts situés plus profond
sous la surface ;
- des lignes continues orientées parallèlement à la direction de laminage ou de
l'étirage traduisent des fils d'inclusions ;
- des lignes brisées d'allures irrégulières sont à rattacher à l'existence de criques ;

26
Mercie pour vos
attention

27