Vous êtes sur la page 1sur 4

Risque industriel

Contexte

Un risque industriel majeur est un événement


accidentel se produisant sur un site industriel et
entraînant des conséquences immédiates graves Chiffres clés
pour le personnel, les populations avoisinantes, les
670 installations de production
biens et/ou l'environnement.
industrielle comportant des risques
Les substances dangereuses utilisées par les
d'accidents "majeurs", classés
industries, mais aussi les processus de fabrication, de
Seveso "seuil haut"
manipulation ou de transport et les conditions de
stockage de ces substances peuvent être à l’origine
de phénomènes dangereux.

Les générateurs de risques sont regroupés en


deux familles :

- Les industries chimiques produisent des produits


chimiques de base, destinés à l'agroalimentaire
(engrais), pharmaceutiques et de consommation
courante (eau de javel, etc.) ;
- Les industries pétrochimiques produisent
l'ensemble des produits dérivés du pétrole (essences,
goudrons, gaz de pétrole liquéfié).

Tous ces établissements sont des établissements fixes qui produisent, utilisent ou stockent
des produits répertoriés dans une nomenclature spécifique.

Causes potentielles d’un accident industriel

• une défaillance du système : mécanique ou liée à un mauvais entretien par exemple


(vanne bloquée, capteur défaillant…)
• une erreur humaine : méconnaissance des risques, erreur de manipulation (mauvais do-
sage, inattention...), défaut d’organisation…
• un emballement réactionnel : une réaction chimique mal maîtrisée peut entraîner un
débordement, une montée en pression, la génération de gaz, la génération de produits
corrosifs ou toxiques…
• des causes externes (séisme , inondation,…) : panne due à un problème d’alimentation
électrique…
• un incident sur une installation voisine ayant des effets sur d’autres installations à risques :
effets dominos entre équipements, etc.
• la malveillance : attentat ou une dégradation volontaire d’un outil de production.
Risque industriel
Contexte
Les conséquences d'un accident dans ces industries sont regroupées sous trois
typologies d'effets :
Les effets toxiques résultent de l'inhalation
Les effets thermiques sont liés à la d'une substance chimique toxique (chlore,
combustion d'un produit inflammable ou ammoniac, phosgène, etc.), suite à une fuite
à une explosion sur une installation

Les effets mécaniques sont liés à une surpression, résultant d'une onde de choc
(déflagration ou détonation), provoquée par une explosion. Celle-ci peut être issue d'un
explosif, d'une réaction chimique violente, d'une combustion violente (gaz), d'une
décompression brutale d'un gaz sous pression (explosion d'une bouteille d'air comprimé) ou
de l'inflammation d'un nuage de poussières combustibles

Le risque industriel fait l’objet d’une information préventive des populations, notamment par
le biais du DDRM et du DICRIM.
Le risque industriel est appréhendé par le biais des outils suivants :
La réglementation relative aux installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE)
soumet à déclaration, enregistrement ou autorisation préfectorale toutes les activités présentant des dangers
pour la santé, la sécurité et la salubrité publiques, et la protection de l’environnement (Art. L.511-1 s. C. env.).
A ce titre, les installations soumises à autorisation font l'objet d'une enquête publique et d'une étude de dangers
(Art. L.512-1 C. env.).
L'instauration de servitudes d'utilité publique est possible autour des installations les plus dangereuses
dites "avec servitudes" (AS). Les servitudes constituent notamment des interdictions de construire ou des
prescriptions techniques imposées aux autorisations d'occupation du sol (Art. L.515-8 s. C. env.).
La mise en place d'un PPRT et d'un PPI est obligatoire pour les installations AS et les stockages souterrains
de gaz, hydrocarbures et produits chimiques (Art. R.515-39 s. C. env. et D. n°2005-1158 du 13 sept. 2005). Le
PPRT vaut servitude d'utilité publique et ses dispositions sont retranscrites dans les documents d'urbanisme
communaux. A l'intérieur du périmètre d'exposition aux risques délimité par le PPRT, il est possible d'instaurer
un droit de délaissement ou d'autoriser l'expropriation pour cause d'utilité publique dans certaines zones, en
fonction de la gravité du risque encouru (Art. L.515-16 C.env.).
La réalisation d'un POI est obligatoire pour les installations AS et le Préfet peut décider de l'imposer pour
toute installation soumise à autorisation qui présente des risques (Art. R.512-29 C.env.).
La création d'un comité local d'information et de concertation (CLIC) est obligatoire pour tout bassin
industriel comprenant une ou plusieurs installations AS et participe à l'information du public sur les risques (Art.
L.125-2 C. env.).

Correspondance entre l'ampleur du risque et le classement ICPE ou Seveso


Nature du risque
Classement ICPE Classement Seveso
ou de la nuisance
Nuisance ou risque assez
Déclaration -
important
Nuisance ou risque important Autorisation -
Risque important Autorisation Seuil bas
Autorisation avec servitude
Risque majeur Seuil haut
d'utilité publique
Risque industriel

Prévention
L'approche française de la prévention dur risque industriel est basée sur des principes
communs européens. La sécurité est assurée selon le principe de la défense en profondeur,
associant plusieurs "couches" de prévention et de protection indépendantes. La sécurité doit,
en outre, intégrer tous les aspects du risque : production et utilisation de matières
dangereuses, transport, installations nouvelles et anciennes et faire participer tous les
acteurs.

L'information préventive des populations


Le droit à l'information générale sur les risques majeurs s'applique (site prim.net, mairie,
services de l'État).
Les populations riveraines des sites classés Seveso AS doivent recevoir tous les cinq ans
une information spécifique financée par les exploitants, sous contrôle du préfet. Cette
campagne, généralement appelée campagne PPI, doit notamment porter sur la nature du
risque, les moyens de prévention mis en place, ainsi que sur les consignes à adopter.

Le Barpi
Le Bureau d'analyse des risques et des pollutions industrielles (Barpi) est un service de l'État
chargé de recenser l'ensemble des accidents industriels en France. Ce bureau peut
donc apporter des informations à toute personne désirant connaître l'historique des accidents
industriels.

La maîtrise du risque à la source


L’exploitant se doit en effet de trouver et de mettre en place des solutions d'amélioration de
la sécurité de ses procédés.
Les principales composantes de la maîtrise du risque à la source sont :
• l'étude de dangers : identifier les risques liés à l'installation pour mettre en place des me-
sures de réduction de l'aléa (évaluer l'intensité des effets des phénomènes dangereux ,
probabilité, effet domino). Elle est analysée par les services de l'inspection des installations
classées,
• la politique de prévention des accidents majeurs : organisation et la formation du
personnel, identification et évaluation des risques d'accidents majeurs, maîtrise des
procédés et de l'exploitation des installations, gestion des situations d'urgence, du retour
d'expérience, contrôle du SGS, les audits internes;
• le système de gestion de la sécurité (SGS) pour les sites Seveso AS ;
• d'autres composantes qui ne sont pas du ressort de l'exploitant comme l'inspection
régulière par la direction régionale de l'industrie, de la recherche et de l'environnement
(DRIRE, autorité de contrôle) pour les installations Seveso AS, ou la mise en place d'un
programme d'inspection pluriannuel par la DRIRE pour toutes les ICPE.
Risque industriel
Protection
La concertation - CLIC
La loi prévoit la création de comités locaux d'information et de concertation autour des
installations Seveso à hauts risques définies au IV de l'article L 515-8 du code de
l'environnement, pour permettre au public d'être mieux informé et d'émettre des observations.
Elle renforce également les pouvoirs des CHSCT et la formation des salariés pour leur
permettre de participer plus activement à l'élaboration et à la mise en œuvre de la politique
de prévention des risques de l'établissement.

La maîtrise de l'urbanisation
L'objectif de la maîtrise de l'urbanisation est d'éviter d'augmenter, voire de réduire la densité
de population autour des sites industriels présentant des risques majeurs. Elle dépend de
l'État et des collectivités territoriales. Elle intervient dans un second temps, quand toutes les
mesures possibles de maîtrise du risque sur le site ont été prises par l'industriel.

Le « porter à connaissance » : les informations et études techniques en matière de risques


majeurs, qui devront être prises en compte pour l'élaboration des documents d'urbanisme.
Le projet d'intérêt général (PIG) : projet de protection destiné à limiter les conséquences de
risques existants, et présentant un caractère d'utilité publique - prise en compte d'intérêts
dépassant le cadre des limites territoriales d'une commune.

Centres d'intérêt liés