Vous êtes sur la page 1sur 32

Traitement de la fondation des

barrages: technique de
l’injection
PRÉSENTÉ PAR : Encadré par :
Mr.Abdennaby Toumi
OUMAIMA MAJDOUBI
AFAF MJAHDI
MARWA MERNISSI
Introduction

Qu’est ce que les injections ?

Intérêt de l’injection

Les différents types d’injection


Plan :
Types de coulis

Les caractéristiques du procédé d’injection .

Les méthodes d’injection.

Conclusion
La facilité d'exécution des travaux, donc leur
Introduction : coût final, et la qualité du barrage construit,
donc la sécurité qu'il offre, dépendent
étroitement d'une connaissance précise de la
qualité des fondations et de celle des
matériaux disponibles. Le corps du barrage,
exécuté dans de bonnes conditions, présente
souvent des qualités mécaniques et
hydrauliques bien supérieures à celles du
terrain naturel sur lequel il repose. Il faut donc
bien connaître la fondation, mais aussi
améliorer certaines de ses caractéristiques
(étanchéité à l'amont, perméabilité à l'aval).
Qu’est-ce que les
injections?
Intérêt de l’injection :

 Réduire la perméabilité.

 Réduire la déformabilité.

 Augmenter sa résistance particulièrement envers les forces de

cisaillement.
Les différents types d’injection

 L’injection des roches fissurées.


 L’injection dans les terrains alluvionnaires.
 L’injection de remplissage de cavité.
Les différents types de coulis

 Les suspensions :
 Instables (ciment-eau) :
 Stables (ciment-argile-eau et adjuvant) :

 Les liquides, solutions pures (résines), colloïdales (gels)


et émulsions .
La pression d’injection.
Les caractéristiques Les propriétés du coulis frais
du procédé Le nombre de ligne d’injection
d’injection La profondeur des voiles
d’injection
Orientation des forages
Emplacement entre les forages
Les caractéristiques du procédé d’injection

 La pression d’injection :

La pression d’injection doit permettre l’ouvrage des fissures et l’introduction


du coulis, surtout celle des coulis instables, elle a donc une influence directe
sur la qualité du résultat. Il faut relever l’existence d’une procédure classique
appliquée depuis fort longtemps qui appel à des règles très simples. Elles
consistent à définir la limite de pression d’injection simplement en fonction
de la profondeur sous la surface. Toutefois, il ne faut pas prendre de vue que
non seulement le type de rocher et ses caractéristiques géologiques, mais
également le type de coulis à injecter entrent en ligne de compte.
Les caractéristiques du procédé d’injection

 Les propriétés du coulis frais:

La réalisation correcte d’une compagne d’injection requiert le respect de


certaines propriétés Du coulis frais afin que : Les conditions imposées au
coulis ayant fait prise soient respectées, L’opération d’injection puisse être
réalisée de la façon la plus simple et efficace possible.
Les caractéristiques du procédé d’injection

 Le nombre de ligne d’injection:


Le voile d’étanchéité profond et constitué d’une ou plusieurs lignes
d’injection. Le voile est double ou triple lorsque le terrain n’admet pas une
forte pression et que le rayon d’action des forages risque d’être petit. Les
forages sont alors disposés en quinconce. En règle générale, une seule ligne
d’injection est suffisante pour les barrages en béton. Quant au voile
d’étanchéité sous un barrage en remblai, il comporte en général plusieurs
lignes. Dans le cas d’un barrage en remblai avec noyau il est exécuté soit
avant la mise en place des remblais, éventuellement à partir d’une pâque
en béton. Si le barrage comporte un masque amont, les injections peuvent
être exécutées depuis une galerie située au pied amont.
Les caractéristiques du procédé d’injection

 La profondeur des voiles d’injection :

La profondeur et la géométrie du voile d’injection dépendent de la


géologie et de la hauteur du barrage. Sa profondeur doit être suffisante
pour minimiser les percolations et contribuer à la réduction des sous-
pressions. On peut descendre le rideau jusque dans une où la perméabilité
est moindre que celle de la zone injectée. Généralement, la hauteur du
voile atteint 35 à 100% de la hauteur de barrage. avec une profondeur
maximum de 50m En relation avec la hauteur H du barrage.
Les caractéristiques du procédé d’injection

 La profondeur des voiles d’injection :

l’USBR propose une profondeur du voile


d’injection égale à :
Hvoile =1/3H + C avec C = 8 à 25m
Les caractéristiques du procédé d’injection

 Orientation des forages :

La direction des forages est soit verticale soit inclinée vers l’amont en
fonction des propriétés géométriques de la fondation. L’objectif étant de
remplir les fissures avec un marteau, il s’agit de rechercher la ligne ou le plan
qui recoupe le maximum de fractures et de fissures verticales ou inclinées.
L’établissement d’un diagramme polaire permet de déterminer les différents
systèmes de discontinuités existants et de fixer au mieux l’orientation des
forages.
Les caractéristiques du procédé d’injection

 Emplacement entre les forages:

Le voile d’injection est exécuté en différentes phases, réduisant à chaque


phase la distance entre les forages. En général, les premiers forages (forages
primaires) sont les plus longs et espacés de 10 à 12m. Ils sont carottés afin
d’obtenir des indications supplémentaires relatives à la géologie et des
essais des perméabilités peuvent être réalisés. Puis des forages
intermédiaires moins profonds que les premiers sont exécutés, réduisant
successivement l’espacement de moitié. Dans la majorité des cas, la
distance finale, qui dépond du rocher et du degré d’imperméabilité
recherché, varie entre 2,5 et 3 mètres. Pour des barrages de plus faibles
hauteurs, l’intervalle entre forages peut être inférieur à 3 mètres.
1. DSM
Les différents 2. Injection solide : Compactage
types d’essais Horizontal Statique CHS
3. Le jet Grouting .
4. Procédé Soilfrac .
Les différents types d’essais
1- DSM

Principe :

Son usage augmente sans cesse dans le monde, aussi bien en


renforcement de sol qu’en étanchéification de terrains mous et/ ou
perméables. Le procédé permet une amélioration significative des
propriétés mécaniques et physiques des sols traités, appelés soil-mix (ou
sol-ciment) après mélange avec du ciment ou d’autres liants.
Les différents types d’essais
1- DSM

Avantages de la DSM:

• économie
• absence de vibrations
• variété d’utilisations
• rapidité d’exécution
Les différents types d’essais
1- DSM

Le DSM en voie humide :


DSM en voie humide – malaxage mécanique
Les différents types d’essais
1- DSM

Le DSM en voie sèche :


Le malaxage mécanique du sol avec un liant
Les différents types d’essais :
Les différents types d’essais
2- Injection solide : Compactage Horizontal Statique CHS

Principe:

Le compactage statique horizontal (ou injection solide) consiste à introduire


sous pression dans le sol un mortier de consistance raide. Réalisée à partir
d’un forage, l’injection de mortier n’imprègne, ni ne claque le terrain. Elle
refoule le sol environnant et peut ainsi en améliorer les caractéristiques
géotechniques. C’est donc une méthode d’amélioration, pour laquelle les
inclusions de mortier ainsi formées sont réparties suivant un maillage qui
apporte une amélioration supplémentaire, voire un renforcement.
Les différents types d’essais
2- Injection solide : Compactage Horizontal Statique CHS
Les différents types d’essais
2- Injection solide : Compactage Horizontal Statique CHS
Les différents types d’essais
3-Le jet Grouting

Principe:

Le compactage statique horizontal (ou injection solide) consiste à introduire


sous pression dans le sol un mortier de consistance raide. Réalisée à partir
d’un forage, l’injection de mortier n’imprègne, ni ne claque le terrain. Elle
refoule le sol environnant et peut ainsi en améliorer les caractéristiques
géotechniques. C’est donc une méthode d’amélioration, pour laquelle les
inclusions de mortier ainsi formées sont réparties suivant un maillage qui
apporte une amélioration supplémentaire, voire un renforcement.
Les différents types d’essais
3-Le jet Grouting

Principe:

Le jet grouting est un procédé de traitement des sols par une injection à
grande vitesse et pression, de fluides et coulis. Effectué de manière continue
ou discontinue, il permet la réalisation de colonnes, demi-colonnes, lamelles
ou parois. Il est applicable à tous les terrains meubles, hormis les sols très
organiques.
Les différents types d’essais
3-Le jet Grouting

Principe:

Le traitement par jet grouting conduit à réaliser des éléments rigides d’un
mélange de sol ciment, dont la mise en œuvre fait appel à trois phénomènes
distincts intervenant indépendamment ou en combinaison :
■ une déstructuration des terrains en place sous un jet à très grande vitesse,
■ une extraction d’une partie des éléments constitutifs du sol en place,
additionnée de coulis (rejets de découpage ou spoil),
■ une incorporation de matériaux d’apport sous la forme d’un jet de coulis de
composition adaptée à la résistance recherchée.
Les différents types d’essais
3-Le jet Grouting
Les différents types d’essais
3-Le jet Grouting
Les différents types d’essais
4-Procédé Soilfrac :
Conclusion :
Merci pour votre attention

Vous aimerez peut-être aussi