Vous êtes sur la page 1sur 105

PRATIQUE DE

LA CONSOLIDATION

M. Omar Issadik

Juin 2009

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 1


SOMMAIRE

MODULE 1 : Introduction à la consolidation des


comptes

MODULE 2 : Principes généraux de consolidation et


notions de base

MODULE 3 : Processus de consolidation

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 2


MODULE 1

INTRODUCTION A LA CONSOLIDATION
DES COMPTES

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 3


Introduction à la consolidation des comptes

 NOTION DE GROUPE
 CARACTÉRISTIQUES
 COMPTABILITE DE GROUPE

 OBJECTIFS GENERAUX DE LA CONSOLIDATION

 ENVIRONNEMENT RÉGLEMENTAIRE EN MATIÈRE DE CONSOLIDATION

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 4


Notion de groupe

 Tendance naturelle des entreprises à la croissance pour leur


développement

 Phénomène de concentration de plus en plus fréquent. Les modalités


économiques, juridiques ou financières sont diverses
 développement interne par la création de départements ou succursales
spécialisés
 établissements de liens économiques avec d ’autres sociétés (accords de
partenariat, contrats de sous-traitance...)
 absorption ou fusion avec d ’autres entreprises, aboutissant à une entité
juridique unique
 développement externe par l ’acquisition ou la prise de contrôle d ’autres
sociétés, ou encore par la création de filiales, entités juridiques distinctes.

 C’est dans ce dernier cas que l’on peut parler de Groupe.

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 5


Notion de groupe

 Définition de l ’OECCA : « Le groupe comprend l ’ensemble des sociétés


dépendantes d’une même unité de contrôle. Dans tous les cas, il s’agit de
combiner les avantages économiques, financiers et parfois fiscaux tirés de ce
contrôle unitaire avec ceux issus de l’autonomie et de la décentralisation
fonctionnelle »

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 6


Notion de groupe
CARACTERISTIQUES D ’UN GROUPE

 existence d’un contrôle centralisé, vecteur de stratégie pour l ’ensemble


des sociétés qui en dépendent

 nécessité d ’une synergie économique et financière (opposition par


rapport à la société de portefeuille dont l’objet n’est qu’un négoce de
participations, sans liens durables et sans objectifs communs)

 permet une décentralisation fonctionnelle par métiers

 autonomie juridique pose le problème du contrôle central sur la stratégie


des filiales et de la traduction comptable de l’activité du groupe qui doit
s’apprécier dans son ensemble et non pas entité par entité.

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 7


Notion de groupe
COMPTABILITE DE GROUPE

 Obstacles juridiques, comptables et fiscaux à la reconnaissance


du groupe:

• La notion de groupe n’existe pas juridiquement, celui-ci n ’ayant


aucune personnalité morale propre

• Les comptes sociaux sont utiles aux actionnaires pour se prononcer sur
la répartition des bénéfices et la rémunération des capitaux investis, et
à l ’Etat pour prélever les impôts.

• Les règles comptables traditionnelles, applicables aux entités


individuelles, seront insuffisantes pour traduire économiquement
l ’activité d ’un groupe.

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 8


Notion de groupe
COMPTABILITE DE GROUPE

 Obstacles pratiques
Il conviendra de trouver des méthodes pour

• uniformiser les comptes des entités et les adapter à la logique du


groupe

• traduire le contrôle de la maison mère sur ses filiales

 Définition « La consolidation est une technique qui permet de transcrire


dans des états financiers uniques la situation financière d’un ensemble de
sociétés apparentées (contrôlées ou sous influence notable), mais gardant
chacune une personnalité juridique autonome.

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 9


Objectifs généraux de la consolidation
OBJECTIFS GENERAUX DE LA CONSOLIDATION

 POUR LE MANAGEMENT
• Disposer d’informations utiles pour harmoniser les méthodes de gestion des
sociétés du périmètre et favoriser la mise en place d’outils de pilotage du
groupe

• Produire et diffuser une information utile aux tiers, notamment les


investisseurs.

 POUR LES TIERS


• Présentation du poids économique réel du groupe

• Vision de l’ensemble du groupe permettant son évaluation financière

• Comparabilité

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 10


Environnement réglementaire
SUR LE PLAN INTERNATIONAL

 SEPTIEME DIRECTIVE EUROPEENNE


• La Septième directive a été rendue progressivement obligatoire dans les états
membres de la CEE (EU)
• La loi du 3 janvier 1985 sur les comptes consolidés correspond à l’application en
France de cette directive
• CRC 99-02 en France

 NORMES AMERICAINES US GAAP (FAS 52, FAS 109,..)

 INTERNATIONAL FINANCIAL REPORTING STANDARDS (IFRS)


• Normes IAS 27, IAS 28, IAS 31de l’IASB sur les comptes consolidés
• Référentiel obligatoire pour les groupes Européens dont les sociétés mères sont
cotées sur un marché réglementé

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 11


Environnement réglementaire
SUR LE PLAN NATIONAL

 Le chapitre 5 du Code Général de Normalisation Comptable traite


sommairement des principes et règles de la consolidation

 Un projet de loi et de méthodologie relative aux comptes consolidés a


été élaboré et transmis au Secrétariat Général du Gouvernement depuis
septembre 1999

 L’article 35* de la loi bancaire de 1993 rend obligatoire la préparation


par les établissements de crédit de comptes consolidés. Le décret
d’application de cet article a été publié en 2000. Le PCEC a réservé un
chapitre à la consolidation traitant des règles et principes en la matière

* Article 47 de la loi 34-03


Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 12
Environnement réglementaire
SUR LE PLAN NATIONAL

 L’article 14 de la loi boursière rend obligatoire la préparation de comptes


consolidés par les sociétés faisant appel public à l’épargne

 L’avis n° 5 du Conseil National de la Comptabilité émis en date du 26


mai 2005 précise les normes applicables en matière de consolidation

 Récemment, une loi imposant aux groupes publics la présentation des


comptes consolidés a été adoptée

* Article 47 de la loi 34-03


Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 13
Introduction à la consolidation des comptes
PREMIER BILAN CONSOLIDE

 PREMIERE APPROCHE DU PROBLEME

 LE PROCESSUS DE CONSOLIDATION VA CONSISTER :


• à prendre en compte la situation nette des participations

• et en contrepartie, à éliminer la valeur des titres de participation


correspondants

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 14


Introduction à la consolidation des comptes
EXEMPLE

Soit une Société A constituée avec un capital de 1.000.000 MAD entièrement financé par des
disponibilités. A souscrit 100% du capital de la Société B qui s’élève à 400.000 MAD.
Le bilan de chacune des deux sociétés se présente de la manière suivante :
SOCIETE A
TITRES DE PARTICIPATION 400.000 CAPITAL 1.000.000
DISPONIBILITES 600.000
TOTAL 1.000.000 TOTAL 1.000.000

SOCIETE B
DISPONIBILITES 400.000 CAPITAL 400.000

TOTAL 400.000 TOTAL 400.000

L’examen de ces deux bilans laisserait à penser que l’actif net total s’élève à 1.400.000 MAD(
1.000.000 MAD chez A et 400.000 MAD chez B), alors que les disponibilités s’élèvent
effectivement à 1.000.000 MAD.

En réalité, seul un bilan d’ensemble dans lequel la participation serait éliminée donnerait la
véritable situation, soit :
BILAN DES SOCIETES A ET B
DISPONIBILITES (du groupe) 1.000.000 CAPITAL (du groupe) 1.000.000

TOTAL 1.000.000 TOTAL 1.000.000

Ce bilan est dit : bilan consolidé

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 15


MODULE 2

PRINCIPES
DE CONSOLIDATION

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 16


Principes de consolidation

 NOTIONS CLES EN CONSOLIDATION


 GROUPE
 PERIMETRE DE CONSOLIDATION
 POURCENTAGE DE CONTRÔLE ET D ’INTERÊT
 LES DIFFERENTS TYPES DE CONTRÔLE
 CHOIX DE LA METHODE DE CONSOLIDATION

 METHODES DE CONSOLIDATION
 INTEGRATION GLOBALE
 INTEGRATION PROPORTIONNELLE
 MISE EN EQUIVALENCE

 ECART DE PREMIERE CONSOLIDATION

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 17


Notion clés en consolidation
NOTION DE GROUPE

De façon très synthétique, la notion de groupe peut être présentée comme


suit :

Société
mère

Sociétés
associées Sociétés Sociétés
au groupe dépendantes multigroupe

Périmètre du groupe

Périmètre de consolidation

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 18


Notion clés en consolidation
PERIMETRE DE CONSOLIDATION

 DEFINITION

 Le périmètre de consolidation est constitué par l’ensemble des entités qui


doivent être incluses dans les comptes consolidés du Groupe:
• entreprise consolidante
• entités contrôlées (de manière exclusive)
• entreprises contrôlées conjointement
• entreprises sur lesquelles est exercée une influence notable

 Il intègre les entités détenues directement par la société mère mais aussi
par ses filiales et sous-filiales dans la mesure où la chaîne de contrôle
n’est pas rompue.

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 19


Notion clés en consolidation
PERIMETRE DE CONSOLIDATION

 OBJECTIF

 La détermination du périmètre constitue la première étape dans le


processus de consolidation

 Elle consiste à sélectionner parmi les participations, celles qui devront


entrer dans le champ de la consolidation compte tenu de la nature du
Contrôle qu’exerce la société mère sur sa filiale

 Elle permet de déterminer les méthodes de consolidation applicables à


chacune des entités

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 20


Notion clés en consolidation
DEFINITION DES TYPES DE CONTROLE
 CONTRÔLE

 Pouvoir de diriger les politiques financière et opérationnelle d'une


entreprise afin d'obtenir des avantages de ses activités

 Présumé lorsque la mère détient, directement ou indirectement par


l'intermédiaire de filiales, plus de la moitié des droits de vote

• Sauf s'il peut être clairement démontré que cette détention ne permet
pas le contrôle

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 21


Notion clés en consolidation
DEFINITION DES TYPES DE CONTROLE

 CONTRÔLE

 Existe lorsque la mère, détenant la moitié ou moins des droits de


vote, dispose
• Du pouvoir sur plus de la moitié des droits de vote (accord avec
d'autres investisseurs)

• Du pouvoir de diriger les politiques financière et opérationnelle

• Du pouvoir de nommer ou de révoquer la majorité des membres du


conseil d'administration ou

• Du pouvoir de réunir la majorité des droits de vote dans les réunions


du conseil d'administration

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 22


Notion clés en consolidation
DEFINITION DES TYPES DE CONTROLE

 INFLUENCE NOTABLE

 Pouvoir de participer aux décisions de politique financière et


opérationnelle de l'entreprise détenue

 Toutefois, pas de contrôle sur ces politiques

 Présumée si détention, directement ou indirectement, de 20% ou


plus des droits de vote

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 23


Notion clés en consolidation
DEFINITION DES TYPES DE CONTROLE
 CONTRÔLE CONJOINT

 Le contrôle conjoint est le partage en vertu d’un accord


contractuel du contrôle d’une entreprise exploitée en commun par
un nombre limité d’associé ou d’actionnaire

 L’accord contractuel qui:


• Prévoit l’exercice du contrôle conjoint sur l’activité économique de
l’entreprise exploitée en commun

• établit les décisions qui sont essentielles à la réalisation des objectifs


de l’entreprise exploitée en commun et qui nécessitent le
consentement de tous les associés ou actionnaires qui participent au
contrôle conjoint

 La notion de contrôle conjoint implique qu’aucun associé ou


actionnaire pris individuellement ne soit en mesure d’imposer ses
décisions

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 24


Notion clés en consolidation
DEFINITION DES TYPES DE CONTROLE

 Cas particulier des entités ad hoc

 Il s’agit d’une structure juridique distincte, créée spécifiquement


pour gérer une opération ou un groupe d’opérations similaires
pour le compte d’une entreprise.

 L’entité ad hoc est structurée ou organisée de telle manière que


son activité n’est, en fait, exercée que pour le compte de cette
entreprise, par mise à disposition d’actifs ou fourniture de biens,
de services ou de capitaux

 Une entité ad hoc doit être consolidée lorsque, en substance, elle


est contrôlée par une autre entreprise

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 25


Notion clés en consolidation
DEFINITION DES TYPES DE CONTROLE

 Principales caractéristiques

 L'entreprise pour le compte de laquelle l'entité ad hoc est créée


transfère fréquemment des actifs à cette entité

 Elle obtient souvent le droit d'utiliser les actifs détenus par


l'entité ad hoc ou réalise des services pour son compte

 Elle conserve généralement une part d'intérêt importante dans


les activités de l'entité ad hoc
• Quand bien même elle ne détient qu'une part faible ou nulle dans les capitaux
propres de cette entité

 L'entité ad hoc fonctionne souvent en "pilotage automatique"


• Clause juridiques imposant des limites strictes voire permanentes à l'organe
de direction quant aux opérations de l'entité ad hoc

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 26


Notion clés en consolidation
PERIMETRE DE CONSOLIDATION

 EXCLUSIONS

 Le périmètre de consolidation doit inclure toutes les entités sur lesquelles


la société mère exerce un contrôle ou une influence
• Quelque soit leur activité et lieu d’implantation

 Seul cas d’exclusion possible en IFRS : Les titres «détenus en vue d’être
vendus» sont comptabilisés selon la norme IFRS 5 si et seulement si des
critères précis sont remplis

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 27


Notion clés en consolidation
PERIMETRE DE CONSOLIDATION

 Entrée

 Date d’acquisition des titres

 Date de prise de contrôle ou d’influence notable, si l’acquisition a eu lieu en


plusieurs fois

 Date prévue par le contrat

 Sortie

 Date de perte de contrôle ou d’influence notable

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 28


Notion clés en consolidation
POURCENTAGE DE CONTROLE

 Définition
 Pourcentage de droits de vote détenus par l'entreprise consolidante
("mère") directement et indirectement

 Mode de calcul
 Addition des pourcentages de droits de vote détenus dans la société
concernée par la maison mère et les sociétés contrôlées exclusivement

 Le pourcentage des droits de vote tient compte


• des droits attachés aux actions émises et en circulation (actions
ordinaires)
• des actions à vote double (cf.art. 257 s.a)
• des certificats d’investissement

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 29


Notion clés en consolidation
POURCENTAGE DE CONTROLE

 Le pourcentage des droits de vote tient compte également des droits de


vote potentiels:

• Prise en compte des droits de vote potentiels pour déterminer le


contrôle ou l’influence

• Consolidation en fonction du pourcentage d’intérêt actuel et


affectation des droits de vote potentiel en intérêts minoritaires

 Permet de déterminer la méthode de consolidation à appliquer

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 30


Notion clés en consolidation
POURCENTAGE D’INTERET

 Définition

 Part de capital détenue par la société mère directement ou indirectement


dans les sociétés consolidées

 Mode de calcul

 Pour chaque chaîne de filiation, on multiplie les pourcentages de


détention de chaque société constituant la chaîne et on additionne les
pourcentages de chaque chaîne

 Permet de déterminer la quote-part de capitaux propres et de résultat


revenant au groupe

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 31


Notion clés en consolidation
POURCENTAGE DE CONTROLE / POURCENTAGE D’INTERET
Ces deux notions peuvent être récapitulées comme suit :

Pourcentage de contrôle Pourcentage d’intérêt

• Traduit le lien de dépendance mère / • Notion financière


DEFINITION fille
• Pourcentage de capital détenu par
• Notion juridique et économique la société
mère (directement ou
• Déterminer : indirectement)
UTILITE - Le périmètre de consolidation • Calculs de consolidation (intérêts
minoritaires, ...)
- La méthode de consolidation
• Pourcentage de droits de vote détenus • Pourcentage de détention du capital

• Addition des pourcentages de contrôle de • Multiplication des pourcentages de


MODE DE CALCUL détentions des sociétés
toutes les sociétés du groupe possédant
des titres de la société concernée
(Rupture de la chaîne de contrôle si le
pourcentage de contrôle tombe en dessous
de 50 %)

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 32


Notion clés en consolidation
POURCENTAGE DE CONTROLE / POURCENTAGE D’INTERET

EXEMPLES :

CAS N°1 CAS N°2 CAS N°3

60 % M 20 % M 60 % M

A 10 % A 40 % A 35 %

20 % B 60 % B 20 % B

Pourcentage d’intérêt de M dans B Pourcentage de contrôle de M dans B

CAS N° 1 CAS N° 2 CAS N° 3 CAS N° 1 CAS N° 2 CAS N° 3


Directement 10 % 40 % 35 % Directement 10 % 40 % 35 %
Par la société A 12 % 12 % 12 % Par la société A 20 % - 20 %
22 % 52 % 47 % 30 % 40 % 55 %

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 33


Notion clés en consolidation
METHODES DE CONSOLIDATION
 La méthode de consolidation à retenir dépend du type de contrôle
qu’exerce la mère sur l’entité à consolider

Contrôle • Intégration globale

Contrôle conjoint • Intégration proportionnelle

Influence notable • Mise en équivalence

 Possibilité d’appliquer la mise en équivalence pour les participations sous


contrôle conjoint. (ED9: proposition de suppression de IP)

 Si elle est retenue, cette méthode doit être appliquée pour toute les
coentreprises à l’intérieur d’un même groupe

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 34


Notion clés en consolidation
METHODE DE CONSOLIDATION
EXEMPLE :
 ENONCE :
Soit la société A ayant les participations suivantes dans les sociétés E et F :

A 20 %

50 % 55 %

B 20 % C D

30 % 10 %
40 % 60 %

E F

Déterminer les pourcentages de contrôle et d’intérêt de A dans E et dans F,


ainsi que la méthode de consolidation des sociétés E et F dans A.

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 35


Notion clés en consolidation
METHODE DE CONSOLIDATION
SOLUTION :
1. Détermination des pourcentages de contrôle
A dans E A dans F
Directement 20 % Directement -
Indirectement 10 % Indirectement 40 %
Indirectement 30 %
Total 60 % Total 40 %

2. Détermination des pourcentages d’intérêt


A dans E A dans F
Directement 20 % Directement
Indirectement Indirectement
50 % x 30 % 15 % 55 % x 40 % 22 %
55 % x 10 % 5,5 % 20 % x 60 % 12 %
Total 40,5 % Total 34 %

3. E sera consolidée dans A selon la méthode de l’intégration globale, le


pourcentage de contrôle de A dans E étant supérieur à 50 %
F sera consolidée dans A selon la méthode de la mise en équivalence, le
pourcentage de contrôle de A dans F étant inférieur à 50 %, mais
cependant supérieur à 20 %.

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 36


Principes de consolidation

 NOTIONS CLES EN CONSOLIDATION


 GROUPE
 PERIMETRE DE CONSOLIDATION
 POURCENTAGE DE CONTRÔLE ET D ’INTERÊT
 LES DIFFERENTS TYPES DE CONTRÔLE
 CHOIX DE LA METHODE DE CONSOLIDATION

 METHODES DE CONSOLIDATION
 INTEGRATION GLOBALE
 INTEGRATION PROPORTIONNELLE
 MISE EN EQUIVALENCE

 ECART DE PREMIERE CONSOLIDATION

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 37


Méthodes de consolidation
INTEGRATION GLOBALE
 DEFINITION
 Substitution des titres de participation de la société mère par l’ensemble des
éléments d’actif et de passif représentatifs des capitaux propres de la société
consolidée
 Mise en évidence des intérêts minoritaires

 EN PRATIQUE, ON PROCEDE DE LA SORTE :


 Cumul poste à poste des états financiers sociaux de la société mère et de la société
consolidée. Ces comptes sociaux ayant au préalable fait l ’objet de retraitements
selon les principes de la consolidation
 Elimination des opérations et soldes réciproques et résultat des opérations internes
 Répartition des capitaux propres et du résultat entre les intérêts du Groupe et des
minoritaires
• sur la base du pourcentage d'intérêt
• lorsque les intérêts minoritaires sont négatifs, ils sont déduits des intérêts majoritaires sauf
si les minoritaires ont une obligation de combler les déficits

 Élimination des titres de participation dans l'entreprise intégrée globalement

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 38


Méthodes de consolidation
INTEGRATION GLOBALE
 Il est possible de schématiser ce qui précède de la manière suivante :
MERE M

Actifs divers CP (Ouverture)


CONSOLIDE
Titres de A Résultat Réserves CP de M
consolidées (ouverture)
Actifs divers Passifs divers Réserves
consolidés
Résultat consolidé
Actifs Part du hors groupe
Substitution divers dans les réserves
de M et consolidées
de A Part du hors
groupe dans les
résultats A
Passifs divers
de M et de A
Part du groupe dans
CP de A
FILIALE A

CP (Ouverture) Part du hors groupe

Actifs divers Résultat


Part du groupe
Passifs divers dans les résultats
de A
Part du hors groupe

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 39


Méthodes de consolidation
INTEGRATION GLOBALE
 EXEMPLE

ACTIF SM F PASSIF SM F
---------------------------------------- ------- ------- ------------------------ ------- -------
Immobilisations 3.500 300 Capital social 2.000 500
Titres de Participations F 400 - Réserves 900 -
Stocks 1.000 160 Résultats 500 50
Autres actifs 2.100 190 Dettes 3.600 100
_____ _____ _____ _____
Totaux 7.000 650 Totaux 7.000 650
==== ==== ==== ====

Etablir le bilan consolidé du groupe SM – F (supposons que SM détient


80% des droits de vote et du capital de F)

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 40


Méthodes de consolidation
INTEGRATION GLOBALE
 Au journal du groupe, les écritures suivantes ont été passées :
REPRISE DU BILAN DE SM
Immobilisations 3.500
Titres de Participations en F 400
Stocks 1.000
Autres actifs 2.100
Capital social 2.000
Réserves 900
Résultats 500
Dettes 3.600

REPRISE DU BILAN DE F
Immobilisations 300
Stocks 160
Autres actifs 190
Capital social 500
Résultats 50
Dettes 100

Nous obtenons le bilan ci-dessous qui ne reflète pas la véritable situation


du groupe, puisqu’il ne peut détenir ses propres actions.

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 41


Méthodes de consolidation
INTEGRATION GLOBALE

 Le cumul, poste à poste, des états financiers de la société mère SM et de la


société F donne le bilan du groupe suivante :

ACTIF PASSIF
---------------------------------------------------------------- --------------------------------------------------
Immobilisations (3.500 + 300) 3.800 Capital social (2.000 + 500) 2.500
Titres de Participations (400) 400 Réserves (900) 900
Stocks (1.000 + 160) 1.160 Résultats (500 + 50) 550
Autres actifs (2.100 + 190) 2.290 Dettes (3.600 + 100) 3.700
_____ _____
Totaux 7.650 Totaux 7.650
==== ====

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 42


Méthodes de consolidation
INTEGRATION GLOBALE

 Il faut éliminer le compte “Titres de participations” de SM dans F, et en


contrepartie, il faut annuler le poste capital social et indiquer la part des
actionnaires minoritaires

 Ces mouvements comptables se traduisent ainsi au journal :

Capital social de F
(pour solde) 500

Titres de Participations de F
(pour solde) 400

Intérêts minoritaires (part des


actionnaires minoritaires dans
le capital de F : 20 % x 500) 100

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 43


Méthodes de consolidation
INTEGRATION GLOBALE
 Il reste que 80 % des bénéfices réalisés par F reviennent au groupe : il faut
donc, en troisième lieu, faire apparaître dans deux comptes distincts la part du
groupe et celle hors du groupe dans le résultat, soit :

Résultat de F
(pour solde) 50

Part du groupe dans le


résultat (de 50 x 80 %) 40

Part des intérêts minoritaires


dans le résultat (50 x 20 %) 10

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 44


Méthodes de consolidation
INTEGRATION GLOBALE
 En définitive, le véritable bilan du groupe est le suivant :
ACTIF PASSIF
------------------------------------ ------------------------------------
Immobilisations 3.800 Intérêts du groupe :
Stocks 1.160 Capital SM 2.000
Autres actifs 2.290 Réserves SM 900
Résultat SM 500
Part dans le résultat de F 40
____
Capitaux propres du groupe 3.440

Intérêts minoritaires :
dans le capital 100
dans le résultat 10
___
Intérêts minoritaires 110

Dettes 3.700

Total Total

7.250 7.250
==== ====

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 45


Méthodes de consolidation
INTEGRATION PROPORTIONNELLE
 DEFINITION

 Substitution des titres de participation de la société mère par la fraction


représentative des intérêts de la société mère dans les éléments d’actif et
de passif représentatifs des capitaux propres de l ’entreprise consolidée

 Pas de constatation d’intérêts minoritaires

 EN PRATIQUE, ON PROCEDE DE LA SORTE :

 Cumul poste à poste des états financiers de la société mère et de la


fraction détenue représentative d’intérêts du Groupe dans les actifs, les
passifs, les produits et les charges de la société intégrée
proportionnellement. Les comptes sociaux auront fait l ’objet de
retraitement selon les principes de la consolidation

 Elimination des opérations et comptes réciproques

 Elimination de la participation de la société mère dans la société intégrée,


contre la fraction détenue dans les capitaux propres de celle -ci.

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 46


Méthodes de consolidation
INTEGRATION PROPORTIONNELLE
EXEMPLE :
Société M Société F (détenue à 50 % par M)
Titres 200 Capital 1.000 Cash 1.000 Capital 500
Cash 1.100 Résultat 200 Résultat 100
Dettes 100 Dettes 400
_____ _____ _____ _____
1 300 1 300 1 000 1 000

Cumul des retraitements


M+F Retraitements Consolidé

ACTIF
Titres 200 (200) -
Cash 1.600 - 1.600
_____
Total 1.600
PASSIF
Capital 1.250 (250) 1.000
Résultat 250 - 250
Badwill 50 50
Dettes 300 - 200
_____
Total 1.600

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 47


Méthodes de consolidation
MISE EN EQUIVALENCE

 En pratique, on procède de la manière suivante:

 Au bilan consolidé, est substituée à la valeur comptable des titres de


l ’entité consolidée, la part des capitaux propres (y compris le résultat)
qu ’ils représentent

 Cela revient, en pratique, à réévaluer les titres de participation de la filiale


sur la base de la quote-part de la situation nette détenue. La différence
entre la valeur historique et leur valeur réévaluée est comptabilisée en
réserves consolidées

 Éliminations des opérations internes ayant un impact sur les réserves et le


résultat proportionnellement à la quote-part détenue

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 48


Méthodes de consolidation
MISE EN EQUIVALENCE

• On peut schématiser ce qui précède de la façon suivante :

MERE M

Actifs
CP
divers
CONSOLIDE

Réserves CP de M
Titres de A Résultat consolidées Actifs
divers de M Réserves
consolidée
Actifs Passifs s
divers divers
Résultat de M
Titres de A mis
en équivalence Quote part du
Si différence groupe dans
les résultats
FILIALE A de A
Actifs
CP divers de M Passifs
Quote-part du
divers de
groupe dans les CP
M

Actifs Résultat Quote-part du


divers groupe dans les
résultats
Passifs
divers

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 49


Méthodes de consolidation
MISE EN EQUIVALENCE
 EXEMPLE :
Les bilans simplifiés des sociétés SM et A se présentent ainsi :

ACTIF SM A PASSIF SM A
---------------------------------------- ------- ------- ------------------------ ------- -------
Immobilisations 3.500 1.500 Capital social 2.000 700
Titres de participation A 400 - Réserves 900 300
Stocks 1.000 500 Résultat 500 100
Autres actifs 2.100 900 Dettes 3.600 1.800
_____ _____ _____ _____
Totaux 7.000 2.900 Totaux 7.000 2.900
==== ==== ==== ====

Établir le bilan consolidé de SM-F, sachant que SM détient 40% de A et qu’en


conséquence, elle la consolide par mise en équivalence.

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 50


Méthodes de consolidation
MISE EN EQUIVALENCE

L’établissement du bilan consolidé du groupe SM-A se fera de la manière


suivante :
• Réévaluation des titres A sur la base de ses capitaux propres,
résultats compris, soit :

Capitaux propres de la société A 1.100

Capital social 700


Réserves 300
Résultat 100
____
1.100

Part de SM dans A (40 % x 1.100) = 440

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 51


Méthodes de consolidation

MISE EN EQUIVALENCE

• Le poste “Titres de participation A” doit donc figurer à l’actif de SM pour


440, soit une participation de 40 (440 - 400) correspondant à la part
du groupe dans les résultats de la filiale A (100 x 40% = 40).

L’écriture qui solde le compte “Titres de Participation A” en


contrepartie du compte Titres de Participation A mis en équivalence
pour 440 est la suivante :

Titres de Participation A
mis en équivalence 440

Titres de Participation A 400

Quote-part dans le résultat des


sociétés mises en équivalence 40

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 52


Méthodes de consolidation
MISE EN EQUIVALENCE
En définitive, le bilan consolidé se présente ainsi :

ACTIF PASSIF
------------------------------------ ------------------------------------
Immobilisations 3.500 Intérêts du groupe
Titres A mis en équivalence 440 Capital 2.000
Stocks 1.000 Réserves 900
Autres actifs 2.100 Résultat SM 500
Quote-part du groupe
dans le résultat de A 40
_____
Capitaux propres du
groupe 3.440

Dettes 3.600
_____ _____
Total 7.040 Total 7.040
==== ====

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 53


Principes de consolidation

 NOTIONS CLES EN CONSOLIDATION


 GROUPE
 PERIMETRE DE CONSOLIDATION
 POURCENTAGE DE CONTRÔLE ET D ’INTERÊT
 LES DIFFERENTS TYPES DE CONTRÔLE
 CHOIX DE LA METHODE DE CONSOLIDATION

 METHODES DE CONSOLIDATION
 INTEGRATION GLOBALE
 INTEGRATION PROPORTIONNELLE
 MISE EN EQUIVALENCE

 ECART DE PREMIERE CONSOLIDATION

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 54


Ecart de première consolidation
LES RESERVES DE CONSOLIDATION
 DEFINITION

 Techniquement :
Différence entre la quote-part de capitaux propres détenue et la valeur
des titres chez la société mère.
Correspond en quelque sorte à une plus-value ou à une moins-value de
consolidation

 Comptablement :
Permet d’équilibrer l’écriture :

Dt Capitaux propres
Ct Titres
Ct Intérêts minoritaires
Ct Réserve de consolidation

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 55


Ecart de première consolidation
LES RESERVES DE CONSOLIDATION

 Économiquement :

Quote-part de profits (ou de pertes) accumulés par la filiale depuis son


entrée dans le périmètre de consolidation.

 Principe de l ’intangibilité de la situation nette d ’ouverture

Réserves consolidées N-1


+
Résultat consolidé N-1
-
Dividendes versés par l ’entité consolidée
+/-
Variation de capital de l ’entité consolidée
____________________________________
Réserves consolidées N

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 56


Ecart de première consolidation
LA PREMIERE CONSOLIDATION PEUT RESULTER :

 De la consolidation d’une nouvelle société provenant :


• soit de l’acquisition d’une société consolidable,
• soit de l’entrée dans le périmètre d’une société antérieurement détenue par le
groupe, mais qui n’était pas consolidable.

 De l’établissement pour un groupe, pour la première fois, de


comptes consolidés.

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 57


Ecart de première consolidation
DEFINITION :

 Techniquement :

Différence entre le coût d’acquisition des titres et la part de la société


mère dans la situation nette retraitée de la filiale, lors de son entrée
dans le périmètre de consolidation.

 Comptablement :

Permet d’équilibrer l’écriture, lors d’une première consolidation

Dt Capitaux propres
Dt Ecart de première consolidation
Ct Titres
Ct Intérêts minoritaires

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 58


Ecart de première consolidation
ECART DE PREMIERE CONSOLIDATION
D’un point de vue “économique”, cet écart correspond au surprix”
que l’acheteur a accepté de payer ; il se décompose en :
 un montant que la société consolidante a accepté de payer au titre des
plus-values latentes qui pourraient exister chez la filiale au moment de
l’acquisition des titres ; cet écart identifiable est appelé “écart
d’évaluation”.
 un solde non affectable.
• Si ce solde est positif, cas plus fréquent, il constitue l’”écart d’acquisition”
positif (goodwill). Il s’agit d’une prime qui représente :
 des éléments incorporels,
 une prime pour bonne rentabilité de la filiale,
 des éléments de négociation (mauvaise affaire).

• Si le solde est négatif (badwill), il peut être la conséquence :


 de pertes à encourir connues lors de l’acquisition,
 d’une mauvaise rentabilité de la filiale,
 des éléments de négociation.

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 59


Ecart de première consolidation
ECART DE PREMIERE CONSOLIDATION
EXEMPLE 1 :
 ENONCE :
La société M acquiert 60 % de la société F pour 200 au 31/12/N

Société F
Cash 150250 Capital
100 Réserves
----- -----
250 250
 CALCUL DE L’ECART DE PREMIERE CONSOLIDATION :

200 - ( 60 % x (150 + 100) ) = 50

 ECRITURE COMPTABLE :

Dt Capitaux propres 250


Dt Ecart de première consolidation 50
Ct Titres 200
Ct Intérêts minoritaires 100

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 60


Ecart de première consolidation
ECART DE PREMIERE CONSOLIDATION

 Les écarts d’évaluation suivent le même traitement que dans les


comptes sociaux

 Concernant, les écarts d’acquisition :


Il convient de distinguer suivant
que les écarts d’acquisition sont :

POSITIFS NEGATIFS
(Goodwill) (Badwill)

Test de dépréciation Reprise par le résultat

Le goodwill n’est pas amortissable. En cas de goodwill négatif, il y a lieu:


- de revoir les évaluations effectuées
Un test de dépréciation annuel doit être réalisé
- de le comptabiliser en produits
et toute perte de valeur comptabilisée est
irréversible

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 61


Ecart de première consolidation

ECART DE PREMIERE CONSOLIDATION

 L’amortissement des écarts d’évaluation affectés à des éléments d’actifs doivent


être effectués au niveau de la filiale, puisque c’est chez elle qu’ils se trouvent

 Par contre, l’amortissement de l’écart d’acquisition (non affecté) ne doit affecter


que le résultat de la société mère, puisque c’est elle qui accepte de payer plus
ou moins que la quote-part des capitaux propres.

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 62


MODULE 3

LE PROCESSUS DE
CONSOLIDATION

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 63


Processus de consolidation

 SCHEMA DU PROCESSUS COMPLET DE CONSOLIDATION

 ASPECT « ORGANISATION » DE LA CONSOLIDATION

 PRINCIPALES OPERATIONS DE CONSOLIDATION

• Retraitement des comptes sociaux

• Conversion des états financiers des entités étrangères

• Cumul des états financiers

• Elimination des opérations réciproques

• Mise en forme finale

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 64


Processus de consolidation

SCHEMA DU PROCESSUS DE CONSOLIDATION

Définition du périmètre et choix des méthodes


de consolidation Analysé dans le module 2

Retraitement des comptes sociaux Module 3

Conversion Module 3

Cumul des états financiers Analysé dans le module 2

Elimination des opérations réciproques Module 3

Elimination des titres et partage des capitaux


propres Analysé dans le module 2

Mise en forme finale Module 3

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 65


Processus de consolidation

 SCHEMA DU PROCESSUS COMPLET DE CONSOLIDATION

 ASPECT « ORGANISATION » DE LA CONSOLIDATION

 PRINCIPALES OPERATIONS DE CONSOLIDATION

• Retraitement des comptes sociaux

• Conversion des états financiers des entités étrangères

• Cumul des états financiers

• Elimination des opérations réciproques

• Mise en forme finale

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 66


Organisation de la consolidation
La démarche de consolidation est liée au mode organisationnel retenu par

le Groupe:

 Organisation centralisée

 Le service central de consolidation garde la maîtrise des opérations de


retraitement

 Ce mode convient aux groupes de petite taille

 Organisation décentralisée

 Les travaux préparatoires sont délégués à chaque filiale:

• Retraitement d’évaluation et de présentation

 Ce mode est adapté aux groupes ayant plusieurs filiales

 Consolidation directe ou par pallier

 La réussite de la consolidation dans les délais nécessite

 La formalisation de procédures diffusées à l’ensemble des intervenants

 L’élaboration d’un planning de clôture détaillé

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 67


Mise en place des procédures et collecte des données
Collecte et contrôle des données 1/3
PROCEDURES Éléments de la procédure

• Examen de l’analyse des titres de participation et de l’organigramme s’il existe


• Exploitation des documents internes (statuts, procès verbaux, rapports
spéciaux des CAC)

Détermination des pourcentages d’intérêt et des pourcentages de contrôle


PROCEDURE
DE DEFINITION Qualification des participations (contrôle exclusif, contrôle conjoint ..)
DU PERIMETRE
DE
CONSOLIDATION Organigramme Groupe s’il n’existe pas
Périmètre de consolidation
 Méthodes applicables (IG, IP ou ME)
 Fiche signalétique comprenant par entité des informations
• Générales (siège, effectif, activité,..)
• Financières et comptables (principaux agrégats,règles comptables..)
• Juridiques (capital social, répartition des droits de vote,..)

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 68


Mise en place des procédures et collecte des données
Collecte et contrôle des données 2/3
PROCEDURES Informations requises Éléments de la procédure

Élaboration d’un questionnaire


• Marges sur stocks Diffusion du questionnaire
• Coût d’acquisition titre • à toutes les entités lors de la mise en place de
INFORMATIONS • Valeur d’origine consolidation
INITIALES des immobilisations • aux nouvelles entités à l’occasion de leurs entrées
• Informations liées dans le périmètre
aux impôts différés Centralisation et exploitation des retours au niveau
du service financier de la société consolidante

Identification des retraitements


• Règles comptables • prise de connaissance des règles comptables
homogènes applicables (États de synthèse, entretiens,..)
• Écritures à caractère • détermination et évaluation des divergences
Fiscal Saisie des retraitements
RETRAITEMENTS • Éléments nécessaires • au niveau des filiales
à la détermination des • en central
impôts différés de Contrôle des retraitements
la période • vérification des écritures
• contrôle de leur exhaustivité

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 69


Mise en place des procédures et collecte des données
Collecte et contrôle des données 3/3
PROCEDURES Informations requises Éléments de la procédure

Élaboration d’un liste exhaustive des opérations internes


Soldes réciproques
Résultats internes Reconstitution au titre de la première consolidation
IDENTIFICATION • marge sur stocks des
• plus value sur • soldes
INTRAGROUPES immobilisations • flux
• dividendes
• provisions Définition de la nomenclature des comptes
réservés à ces opérations

Rapprochement des opérations intragroupe

Écarts entre les


• soldes réciproques Identification des écarts entre les
RECONCILIATION
• résultats internes soldes réciproques
résultats internes

Réconciliation des écarts identifiés

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 70


Mise en place des procédures et collecte des données
Mise en place de certains outils
Avantages Nomenclature standard limitant les retraitements

PLAN Principes comptables différents


Problème des
COMPTABLE
sociétés étrangères Aspect peu significatif
GROUPE
Tableau de passage Autres secteurs/filiales étrangères

Solution manuelle Adaptation aux groupes de taille réduite


et tableur Limites (détail, report des soldes, édition,..)

Equilibre, Hyperion, As conso


SYSTEME DE Progiciels de Critères de choix:
TRAITEMENT consolidation  Sophistication (quantitatifs, qualitatifs,..)
DE  Coûts (licence, paramétrage, maintenance,..)
L’INFORMATION
Coûts importants des progiciels
Solution mixte
Logiciel comptable traditionnel avec tableaux

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 71


Mise en place des procédures et collecte des données
Collecte et contrôle des données 2/2
Remonter les informations nécessaires à la
consolidation
Objectifs Sous une forme adaptée aux différentes entités
du groupe

Travaux d’alimentation en information assez Importants


Seuil de
LIASSE
signification Nécessité de définir un seuil
DE
États de synthèse des filiales sous format standard
CONSOLIDATION

Contenu Variation des capitaux propres

Éléments intragroupe

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 72


Mise en place des procédures et collecte des données
LIASSE DE CONSOLIDATION

 Nécessité de retranscription des comptes sociaux sous un format


synthétique et homogène: liasse de consolidation

 Cas particuliers :

 sociétés mises en équivalence : la nature et le volume des informations


nécessaires à la consolidation sont plus réduits. Par exemple,
l ’identification des opérations internes se réduit aux opérations ayant un
impact direct sur le compte de résultat consolidé (dividendes internes,
plus et moins values de cessions d ’actifs et provisions sur titres de
participations consolidées)

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 73


Mise en place des procédures et collecte des données
LIASSE DE CONSOLIDATION

 Cas des clôtures décalées

• Comptes intermédiaires nécessaires si la date de clôture de la filiale


est:
 postérieure à la date de clôture des comptes consolidés
 antérieure de plus de 3 mois à la date de clôture des comptes consolidés

• Si l’antériorité est de moins de 3 mois, les comptes intermédiaires ne


sont pas obligatoires, mais il faudra prendre en compte les opérations
significatives de la période

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 74


Processus de consolidation

 SCHEMA DU PROCESSUS COMPLET DE CONSOLIDATION

 ASPECT « ORGANISATION » DE LA CONSOLIDATION

 PRINCIPALES OPERATIONS DE CONSOLIDATION

• Retraitement des comptes sociaux

• Conversion des états financiers des entités étrangères

• Cumul des états financiers

• Elimination des opérations réciproques

• Mise en forme finale

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 75


Retraitement des comptes sociaux
 Préambule

 Le retraitement des comptes sociaux a pour objectif de les adapter à la


logique de la consolidation. La définition des retraitements de
consolidation est la suivante « modifications apportées aux documents
comptables des sociétés à consolider, en vue d ’éliminer l ’incidence de
l’hétérogénéité des évaluations »

 seuls les retraitements de consolidation significatifs devront être


effectués, afin qu’ils contribuent à une meilleure appréhension
économique de l’activité du groupe et de ses performances

 les retraitements concernent toutes les sociétés consolidées, quelle que


soit la méthode de consolidation

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 76


Retraitement des comptes sociaux
 Homogénéisation des comptes du groupe

 Chaque société consolidée doit respecter les principes groupe


définis par la société mère

 Les éléments d'actif, de passif, les charges et produits doivent


être évalués et présentés selon des méthodes comptables
homogènes
• dès qu'une situation se présente de façon similaire dans plusieurs
sociétés consolidées
• quels que soient les pays concernés
• indépendamment de la nature du contrôle ou de l'influence exercé par
la mère
• utilité de la liasse de consolidation

 Un choix des méthodes comptables du groupe est donc nécessaire


selon le référentiel choisi
• Marocain
• IFRS

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 77


Retraitement des comptes sociaux
 Homogénéisation des comptes du groupe (consolidation marocaine)
 La méthodologie des comptes consolidés précise clairement les
méthodes préférentielles:
• Coûts de retraite
• Contrats de crédit bail
• Primes de remboursement des emprunts obligataires
• Contrats à long terme
• Écarts de conversion

 Forte incitation à opter pour les méthodes préférentielles :


• Choix irréversible
• Mention en annexe de la non utilisation d'une méthode préférentielle
(impacts sur le bilan et le compte de résultat )

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 78


Retraitement des comptes sociaux
 Homogénéisation des comptes du groupe (consolidation IFRS)

 Identification des normes qui présentent un impact sur les comptes de


chacune des entités du groupe

 Chiffrage des retraitements pour passer des comptes sociaux évalués


selon les normes marocaines aux comptes sociaux IFRS

 Présentation des comptes retraités selon les IFRS

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 79


Retraitement des comptes sociaux
Exemple des provisions réglementées
• provisions constituées non pas pour faire face à de véritables risques
mais en application de dispositions fiscales. Elles sont déductibles
fiscalement
• elles sont éliminées en consolidation
• l’effet ID doit également être pris en compte

Provisions Compte de résultat IDP


Comptes individuels 20 20
Retraitement de conso 20 20
ID 7 7
Solde consolidé 0 7 7

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 80


Retraitement des comptes sociaux
 Prise en compte de l ’imposition différée

 Objectif : enregistrer l ’ensemble des dettes et des créances vis-à-


vis du Trésor non comptabilisées dans les comptes individuels
(soumis à la règle comptable de l ’impôt exigible)

 L'impôt différé est une correction apportée à la charge d'impôt


et/ou à la situation nette de la période dans le but de gommer
l'effet des différences temporelles d'imposition

• Impôt différé actif : le groupe détient une créance d ’impôt sur l ’Etat
• Impôt différé passif : le groupe a une dette d ’impôt envers l ’Etat

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 81


Retraitement des comptes sociaux

 Une différence temporaire implique un retournement


• dans un contexte de continuité d'exploitation

Rattacher, à toute opération passée et appelée à se traduire à


l'avenir par une différence entre résultats comptable et fiscal, son
effet fiscal présent ou différé
• traduction économique de "l'enrichissement net après impôt" de
l'entreprise au cours de chaque période

Obtenir un taux d'imposition comptable dit "économique", en


théorie proche du taux d'impôt théorique (analyse de la charge
d'impôt réelle par rapport à la charge d'impôt théorique - tax
proof)

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 82


Retraitement des comptes sociaux
 Prise en compte de l ’imposition différée

 Ils résultent :

• des différences temporelles: écarts entre les bases fiscales et


comptables des actifs et passifs

• des retraitements et écritures de consolidation, par nature non


fiscalisées, qui introduisent un décalage entre le résultat brut consolidé
et la charge d ’impôt correspondante

• des déficits fiscaux reportables des entreprises comprises dans la


consolidation, dans la mesure où leur imputation sur des bénéfices
fiscaux futurs est probable

• des crédits d’impôts (excédent de la cotisation minimale sur l’IS)

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 83


Retraitement des comptes sociaux
 Exemple : Amortissement d'un matériel
 Soit un matériel acquis le 1er janvier 2001, d'une valeur de 90 000
DH. Il est amorti :
- sur 3 ans dans les comptes sociaux et dans les comptes
consolidés,
- sur 2 ans fiscalement,
 Le taux d’impôt applicable à l’entité s’élève à 35% sur l’ensemble
de la période.
 Le résultat comptable avant amortissement et impôts s’élève à
60 000 DH chaque année.

 Déterminer le montant d’impôt différé à constater dans les comptes


consolidés en 2001

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 84


Retraitement des comptes sociaux
 Exemple : Amortissement d'un matériel (suite)
 En 2001, le résultat fiscal s’élève à 15 000 [60 000 – 45 000] soit un impôt
exigible de 5 250
 Écart entre la valeur fiscale de l’actif et sa valeur dans les comptes
sociaux et consolidés :
• [90 000–45 000] – [90 000–30 000] = - 15 000 => impôt différé passif
de 5 250 (charge)

 En consolidation, le résultat avant impôt s’élève donc à 30 000 et l’impôt


(exigible et différé) à 10 500 [5 250+5 250] => taux effectif d’impôt de 35
%

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 85


Retraitement des comptes sociaux
 Exemple : Amortissement d'un matériel (suite)

2001 2002 2003 2004 Cumul

Résultat avant impôt et amortissements 60 000 60 000 60 000 60 000 240 000
Amortissement comptable -30 000 -30 000 -30 000 0 -90 000
Amortissement fiscal -45 000 -45 000 0 0 -90 000
Résultat fiscal 15 000 15 000 60 000 60 000 150 000
Impôt (35 %) -5 250 -5 250 -21 000 -21 000 -52 500
Résultat net comptable 24 750 24 750 9 000 39 000 97 500
Taux d'impôt effectif (comptes sociaux) 17,5% 17,5% 70,0% 35,0% 35,0%
ID sur écart fiscal / conso -5 250 -5 250 10 500 0 0
Résultat net consolidé après ID 19 500 19 500 19 500 39 000 97 500
Taux d'impôt effectif (comptes consolidés) 35,0% 35,0% 35,0% 35,0% 35,0%

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 86


Retraitement des comptes sociaux
 Exemple : Amortissement d'un matériel (suite)
 Charges réparties comptablement mais déduites fiscalement
immédiatement

• La différence de traitement entre la comptabilité et la fiscalité aboutit à


reconnaître immédiatement une économie d'impôt exigible, alors que les
charges sont étalées comptablement

• La fiscalité différée a pour objectif de "corriger" ce décalage pour rétablir


une charge d'impôt en ligne avec le résultat comptable dégagé

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 87


Retraitement des comptes sociaux
 Impôt différé actif

 les IDA sont déterminés à chaque arrêté mais non comptabilisé tant
que la probabilité de leur récupération ne dépasse pas 50%. Une
entité comptabilise les IDA lorsque les résultats futurs permettent
de les utiliser

 Les actifs et passifs d’impôts différés ne doivent pas être actualisés

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 88


Processus de consolidation

 SCHEMA DU PROCESSUS COMPLET DE CONSOLIDATION

 ASPECT « ORGANISATION » DE LA CONSOLIDATION

 PRINCIPALES OPERATIONS DE CONSOLIDATION

• Retraitement des comptes sociaux

• Conversion des états financiers

• Cumul des états financiers

• Elimination des opérations réciproques

• Mise en forme finale

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 89


Conversion des états financiers

 Les comptes des entreprises consolidées établis en devises étrangères


doivent être convertis dans la monnaie de présentation* des comptes
de l'entreprise consolidante

 Conversion du bilan

 Tous les éléments d'actifs et de passifs sont convertis au cours de change


en vigueur à la date de clôture de l'exercice

 Conversion du compte de résultat

 Le résultat et les éléments du compte de résultat sont convertis au cours


moyen de la période

* Les comptes sont déjà exprimés en monnaie fonctionnelle

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 90


Conversion des états financiers

 Comptabilisation des écarts de conversion constatés sur les éléments


du bilan d'ouverture et sur le résultat

 Pour la part groupe, dans les capitaux propres, sur une ligne distincte
«écarts de conversion»

 Pour la part revenant aux minoritaires, au poste «intérêts minoritaires»

 Reprise de l'écart de conversion en résultat consolidé uniquement en cas de


cession ou de liquidation

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 91


Processus de consolidation

 SCHEMA DU PROCESSUS COMPLET DE CONSOLIDATION

 ASPECT « ORGANISATION » DE LA CONSOLIDATION

 PRINCIPALES OPERATIONS DE CONSOLIDATION

• Retraitement des comptes sociaux

• Conversion des états financiers des entités étrangères

• Cumul des états financiers

• Elimination des opérations réciproques

• Mise en forme finale

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 92


Cumul des états financiers

Les états financiers retraités et convertis dans la devise de présentation seront cumulés*
selon la méthode de consolidation arrêtée au niveau de la phase 1.

Etats financiers retraités

CUMUL

Etats financiers consolidés


(avant élimination des opérations réciproques)

* Hors mise en équivalence

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 93


Processus de consolidation

 SCHEMA DU PROCESSUS COMPLET DE CONSOLIDATION

 ASPECT « ORGANISATION » DE LA CONSOLIDATION

 PRINCIPALES OPERATIONS DE CONSOLIDATION

• Retraitement des comptes sociaux

• Conversion des états financiers des entités étrangères

• Cumul des états financiers

• Elimination des opérations réciproques

• Mise en forme finale

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 94


Elimination des opérations internes
 Définition des opérations internes

 Opérations entre entreprises consolidées, qui ont une incidence sur les
bilans et comptes de résultat des entreprises concernées

 Il s’agit des transactions, soldes réciproques et marges internes

 Pourquoi éliminer les opérations internes?

 Pour donner une image fidèle de l'ensemble formé par les entreprises
comprises dans le périmètre de consolidation, il convient de ne retenir
que les seules transactions et résultats des opérations réalisées avec des
tiers

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 95


Elimination des opérations internes
 Sociétés concernées

 Toutes les entités retenues dans le périmètre de consolidation

 Les écritures d'élimination sont différentes selon :


• que ces opérations internes ont un impact ou non le résultat et les
réserves consolidées

• la méthode de consolidation des sociétés concernées (IG, IP, MEQ)

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 96


Elimination des opérations internes
OPERATIONS SANS INCIDENCE SUR LES RESERVES CONSOLIDEES

 Sociétés concernées
• suite logique de ce qui précède : sociétés consolidées par intégration
globale et par intégration proportionnelle

• rappel : la mise en équivalence consistant uniquement à réévaluer les


titres de participation, les opérations réciproques sans incidence sur les
capitaux propres consolidés n ’ont aucun impact sur la présentation des
états financiers consolidés. Elles ne sont donc pas éliminées en
consolidation

 Opérations à éliminer
• Comptes réciproques de dettes et de créances

• Comptes réciproques de charges et de produits

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 97


Elimination des opérations internes
OPERATIONS SANS INCIDENCE SUR LES RESERVES CONSOLIDEES

 Illustration
• Deux sociétés A et B sont intégrées globalement.
P/L A P/L B
Commissions versées à B 50
Commissions reçues de A 50
Commissions versées aux tiers(B) 40
Commissions reçues des tiers (A) 70
Résultat individuel 20 10

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 98


Elimination des opérations internes
OPERATIONS SANS INCIDENCE SUR LES RESERVES CONSOLIDEES
 Élaboration du compte de résultat consolidé

Com. Versées Com. Reçues


Compte de A 50 70
Compte de B 40 50
Soldes individuels 90 120

Elimination des op. réciproques (50) (50)


Soldes consolidés 40 70

 Présentation exacte du compte de résultat consolidé


P/L conso

Commissions versées 40 Le bénéfice consolidé = somme


des bénéfices individuels de A et B.
Commissions reçues 70
L ’élimination des opérations
Bénéfice 30 réciproques n’a théoriquement pas
Totaux 70 70 d’effet sur le résultat consolidé

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 99


Elimination des opérations internes
OPERATIONS AVEC INCIDENCE SUR LES RESERVES CONSOLIDEES
 Nature des opérations
• toutes les opérations pour lesquelles un produit ou une charge réalisé
avec une autre entité du groupe n ’a pas de contrepartie sur le résultat
de la société partenaire. L’opération a conduit à un auto-enrichissement
ou auto-appauvrissement du groupe sans qu ’il y ait eu véritable
création de richesse vis-à-vis des tiers
• Trois grandes catégories d’opérations internes sont ainsi retraitées :
 les cessions internes d ’actif pour lesquelles la plus ou moins-value réalisée par la
société cédante n’a pas de contrepartie sur le résultat de l ’acquéreur
 les dividendes versés ou reçus pour lesquels le produit financier du bénéficiaire a pour
contrepartie une diminution des capitaux propres de la filiale ou une autre entité du
Groupe
 Les provisions internes sur titres, sur créances ou pour risques

 Sociétés concernées
• toutes les sociétés consolidées sont concernées, même celles mises en
équivalence. Ces opérations ont en effet un impact direct sur le résultat
de la société mise en équivalence, donc sur sa quote-part de situation
nette et donc sur sa valeur de mise en équivalence

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 100


Elimination des opérations internes
OPERATIONS AVEC INCIDENCE SUR LES RESERVES CONSOLIDEES
 Plus ou moins-values de cession interne

• Illustration :

A et B sont deux sociétés consolidées. Au cours de l ’exercice N, A cède un immeuble de


VNC 100 pour 150 à B
Immobilisations nettes P/L
Compte de A
en N 100
opération de cession 100 150
Comptes de B 150
Soldes individuels 150 50
Elimination de la cession interne 50 50
Soldes consolidés 100 0

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 101


Elimination des opérations internes
OPERATIONS AVEC INCIDENCE SUR LES RESERVES CONSOLIDEES
 Dividendes internes

• Exposé de la situation : les dividendes distribués l ’année N par une


filiale à sa mère proviennent de l ’affectation du résultat social réalisé
au cours d ’exercices antérieurs par la filiale et déjà inclus dans le
résultat consolidé des exercices précédents

• Retraitements à effectuer :
 le produit financier constaté chez la mère est redondant avec la prise en compte de ce
même résultat dans le bénéfice consolidé des exercices antérieurs

 s’agissant de résultats antérieurs, les dividendes versés devraient être inscrits en


réserves consolidées

 pour le groupe, les dividendes internes ne sont que des reclassements de trésorerie
entre les différentes entités

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 102


Elimination des opérations internes
OPERATIONS AVEC INCIDENCE SUR LES RESERVES CONSOLIDEES
 Provisions internes
• Les provisions constituées par une société consolidée en raison des
pertes subies par une autre société consolidée doivent être éliminées
en totalité

• Les provisions constituées (en central) pour couvrir une dépréciation


ou un risque affectant une entreprise consolidée mais non pris en
compte au niveau de cette dernière , doivent être maintenues dans les
comptes consolidés

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 103


Processus de consolidation

 SCHEMA DU PROCESSUS COMPLET DE CONSOLIDATION

 ASPECT « ORGANISATION » DE LA CONSOLIDATION

 PRINCIPALES OPERATIONS DE CONSOLIDATION

• Retraitement des comptes sociaux

• Conversion des états financiers des entités étrangères

• Cumul des états financiers

• Elimination des opérations réciproques

• Mise en forme finale

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 104


Mise en forme finale

 Présentation des comptes consolidés comprenant:


• Le bilan
• Le compte de résultat
• Le tableau des flux de trésorerie
• Le tableau de variation des capitaux propres
• L’annexe

 Discussion finale avec les Commissaires Aux Comptes

 Enregistrement éventuel de corrections au niveau des états


financiers consolidés

 Edition du rapport final des comptes consolidés et publication

Pratique de la consolidation  Juinl 2009  Omar Issadik 105