Vous êtes sur la page 1sur 52

INTRODUCTION A LA

TELEDETECTION

Géoréférencement et mosaïquage

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Principe de la Télédétection
• La télédétection ou détection à
distance (remote sensing)
rassemble toutes les techniques
qui permettent d’obtenir des
informations à propos d’un objet
sans être en contact direct avec
lui.
• Le terme télédétection est utilisé
seulement pour les méthodes qui
emploient, pour recueillir des
informations, les ondes
électromagnétiques (la lumière,
la chaleur et les ondes radio, …).
• Dans la pratique courante, le
terme est réservé aux
observations effectuées au départ
de capteurs installés sur des
vecteurs tels que les avions et les
satellites.

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Produits de la Télédétection

• Le produit de la Télédétection est une image.


• Suivant la méthode d’acquisition, on sera en présence d’une
photographie (analogique) ou d’une image (digitale).

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Principe de la télédétection
• Systèmes passifs imageurs
– Enregistrement de l’énergie (rayonnement électromagnétique) réfléchie
par le sol
– Balayage de la surface du sol pour reconstituer une image
– Enregistrement de chaque portion de la surface du sol sous forme
numérique (tableau de nombres) où chaque cellule est géocodée
– La visualisation de chaque cellule du tableau correspond à un pixel
dans l’image numérique

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Principe de la télédétection
• Systèmes actifs imageur
– la même antenne sert alternativement à l’émission et à la réception de
micro-ondes
– Le radar émet un signal, dans le domaine des hyperfréquences, et
enregistre la réponse renvoyée par les surfaces et les objets observés.

• Avantages
– fonctionne de jour comme de nuit
– indépendamment du couvert nuageux
– Mesure les caractéristiques physiques et géométriques des objets
observés (rugosité, structures, teneurs en eau, biomasse,…)
– Situe les objets en distance par rapport à l’antenne

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Signatures spectrales
• Différentiation de l’occupation du sol à partir des signatures
spectrales

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Apport des images multispectrales
Landsat ETM+ 1 (0,45-0,52µm) – Bleu :
1 2 3 Cartographie bathymétrique, distinction sol-
végétation.
Landsat ETM+ 2 (0,52-0,60µm) – Vert : Etat de
santé et de vigueur des plantes.
Landsat ETM+ 3 (0,63-0,69µm) – Rouge :
Distinction des types de végétation.
Landsat ETM+ 4 (0,76-0,90µm) – Infrarouge
Proche : Évaluation de la biomasse,
cartographie des littoraux (contraste terre-
4 5 6 eau).
Landsat ETM+ 5 (1,55-1,75µm) – Infrarouge
Moyen : Évaluation de l’humidité du sol et
de la végétation, distinction des types de
végétation, pénètre les nuages fins.
Landsat ETM+ 6 (10,40-12,50µm) – Infrarouge
Thermique : Évaluation de l’humidité du sol,
cartographie thermique, images de nuit.
7 321 8 Landsat ETM+ 7 (2,08-2,35µm) – Infrarouge
Moyen : Distinction des types de sol et de
roche.
Landsat ETM+ 8 (0,45-0,90µm) –
Panchromatique : Augmentation de la
précision.

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Numérisation des photographies
• Une photographie aérienne, contrairement à une image, doit être
numérisée avant tout traitement informatique.
• Paramétrer : image en niveau de gris ou en couleur, ainsi qu’une
résolution de 300 dpi (« dots per inch »).
• Lancer le scannage en enregistrant l’image dans le format standard
TIFF non compressé.

la résolution de l’image satellitaire ou la


résolution de l’image scannée est
fonction de l’échelle et du nombre de
dpi.
Echelle 1/20000 scanné à 300dpi :
300px / ~2,5cm = 300px / ~500m
Résolution : ~500m / 300px = ~1,7m

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


ERDAS Lancement du programme
• Le logiciel Erdas Imagine de
LEICA est un logiciel dédié au
traitement de données graphi-
ques et à l'extraction d'informa-
tions à partir d'images. Il vous
permettra de manipuler et
interpréter les photo aériennes
et images satellitaires.
• Lancer Erdas Imagine :
Démarrer > Programmes >
Leica Geosystems > ERDAS
IMAGINE 8.7 > ERDAS
IMAGINE 8.7.

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Erdas Interface graphique

• Viewer: crée une nouvelle fenêtre pour afficher les images raster et
vectorielles et les annotations
• Import/Export: Importe ou exporte tout type de données vers ou
depuis Erdas Imagine.
• Data Preparation: Ensemble de fonctions utiles pour la préparation
des données (mosaiquage, découpe, classification non
supervisée,…)
• Map Composer: Prépare les données pour la production
cartographique sur papier
• Image Interpreter: Plusieurs fonctions d’amélioration des images (
rehaussement spectral, radiométrique, spatial) et diverses utilitaires
M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008
Erdas Interface graphique

• Image Catalog : Base de données permettant de gérer les


informations des images raster et de sélectionner les fichiers
géographiquement (système d’archivage automatique)
• Image Classification : Classification supervisée et non-supervisée
d’images spatiales, extraction de signatures spectrales
• Spatial Modeler: outils permettant de créer et exécuter des modèles
de traitement
• Vector: Gestionnaire des données vectorielles
• Radar: outils spécialisés dans l’analyse des données radar
• Help : Aides et tutoriels en ligne en Anglais

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Région de l’application

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Erdas Importation d’une image

Importer les images TIF en image Imagine

• Cliquer : Import/export

• Cocher: Import
• Type: Tiff
• Input: dans …/Etapes/
• Choisir: 1997_1.tif
• Output: dans …/Etapes/
• Encoder : 1997_1.img
• Cliquer: OK > OK

• Idem pour 1997_2.tif

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Erdas Ouverture d’une image
• Ouvrir : Viewer > Classic
viewer.
• File: Open > Raster layer ou
• Choisir: File of Type: Imagine
• Choisir: …/Etapes/
/1997_1.img.

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Erdas Affichage d’une image
Raster options: Options pour l’affichage des données
– Display as:
• Grey scale ( pour une seule bande) : affiche l’image en niveaux de gris
• True Color (pour une image couleur à plusieurs bandes)
• Pseudo color (pour une classification)

•Clear Display: efface


l’image déjà affichée
•Fit to Frame: affiche
l’image au centre de la
fenêtre
•Background Transparent:
n’affiche pas le fond de
l’image

•Cocher Fit to Frame et Clear


Display > ok
M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008
Correction géométrique
• Élimination des distorsions de la prise de vue (angle de vue, rotation de la terre,
mouvement de la plate-forme).
• Élimination des distorsions causées par l’environnement observé (relief, courbure de
la terre).
• Contrôle de l’image dans un nouveau système de coordonnées (géoréférencement)

• Cette transformation peut être effectuée :


1. par des modèles théoriques paramétrés sur base des informations enregistrées lors
de la prise de vue et en recréant ainsi les conditions de la prise. Cette façon de faire
nécessitant une connaissance du système de prise de vue rarement obtenue, nous
ne la présenterons pas dans ce fascicule ;
2. par un modèle empirique qui permet d’ajuster le système de coordonnées sur base
de points de calage pris sur un système de référence.
M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008
Etapes de la correction géométrique
• Prise de points de contrôle

• Estimation de la trans-
formation mathématique
permettant de passer du
système de coordonnées de
l’image vers celui de l’image
de référence

• Line/Row > Line/Row


• Line/Row > Coord. Géog.

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Transformation mathématique

• Une polynomiale du 1er degré impose une simple translation, une


rotation ou un changement d’échelle et nécessite un minimum de 3
points de contrôle.
• Une polynomiale supérieure permet un ajustement non linéaire,
mais nécessité plus de points de contrôle.
• Nombre de points = ((Degré+1) x (Degré+2) / 2).

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Erdas Image de référence

• Pour effectuer la correction géométrique de la première


image, il faut ouvrir une image de référence et l’afficher

•Ouvrir et afficher l’image


1997_2.img dans une
nouvelle fenêtre en
cliquant sur ‘Viewer’ de
la barre principale (idem
précédent)

•Placer les l’une à côté


de l’autre

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Erdas système de projection

• Assigner un système de projection


à l’image de référence (viewer 2 =
1997_2.img)

• Utility > Layer Info ou


• Edit > Change Map Model

Units = meters
Projection = Lambert Conformal Conic
Encoder la valeur 1.00 comme
dimension en X et Y du pixel

• Confirmer en cliquant OK > Oui

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Erdas système de projection
• Edit > Add Change Projection >
Custom
• Paramétrer la projection Lambert
Nord Maroc sur base des
éléments fournis par l’institut de
cartographie > OK > Oui
.

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Erdas système de projection

• Ces valeurs s’affichent au niveau


de « Map Info » et de « Projection
Info ».
• Sauvegarder l’image (viewer2)
• File > Save > Top Layer
• Fermer et Ouvrir à nouveau
l’image

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Erdas Points de contrôle
• Dans le Viewer de l’image à géoréférencer (viewer1 = 1997_1.img):
Lancer : Raster > Geometric correction
• Choix des paramètres de la correction

• Type de transformation:
Polynomial > OK
• Ordre de la
polynomiale: 1
• Pas nécessaire de
paramétrer la projection
(elle est déjà été
précisée dans le
« Layer Info »)
• Cliquer Close

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Erdas Points de contrôle
• Mode d’introduction des coordonnées des points de référence:
– Existing Viewer: prise de points de contrôle sur l’image à corriger et sur une image
de référence
– Keyboard Only: prise des points de contrôle sur l’image à corriger et encodage au
clavier des coordonnées de référence lues sur une carte papier.
– ASCII File : Coordonnées déterminées sur le terrain à l’aide d’un « GPS » et
encodées via un fichier ascii

•Existing Viewer > OK


•Cliquer dans le viewer 2
•Confirmation des paramètres de correction: OK

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Erdas Points de contrôle
Ecran préalable à la collecte des points de contrôle
Zoom

Image à corriger Image de référence


boîte de dialogue
correction
géométrique

Points de contrôle

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Erdas Points de contrôle
Repérer des points correspondants sur les deux images à l’aide des outils de
visualisation et de déplacement

« Select » - Sélectionner et Déplacer des points de calage


« Zoom in » - Augmenter le zoom
« Zoom out » - Diminuer le zoom
« Pan » - Déplacer la vue

•Identifier une zone commune sur les deux images


•Centrer le rectangle de cadrage sur cette même zone dans l’image 1 et
l’image 2 à l’aide du pointeur.
•Si nécessaire ajuster la taille des rectangles de cadrages ainsi que des
petites fenêtres (Zoom1 et Zoom2)

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Erdas Points de contrôle

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Erdas Points de contrôle
Sélectionner le point en cliquant sur le bouton « Create » et en cliquant sur un pixel
similaire sur la première image. Répéter l’opération sur la seconde image.
« create » - Insérer des points de calage
Clic droit souris : colonne « Color » Modifier la couleur d’affichage d’un point de calage

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Choix des points de contrôle
• Le choix des points de contrôle
doit se faire en respectant des
règles de sécurité. Ainsi, les
éléments mobiles, les éléments
déportés par l’effet de la parallaxe,
les éléments trop peu contrastés
sont à éviter.
• De même, L’accumulation des
erreurs est inévitable dans les
zones avec moins de points.
• Disperser au maximum les points
de contrôle dans la zone à
corriger.
• Dès que suffisamment de points
ont été encodés, le logiciel calcule
la transformation. (minimum trois
points pour une transformation du
premier ordre) Il ne reste plus qu’à
déplacer légèrement le point
proposé pour lui imposer la
localisation précise.
M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008
Erdas Gestion des points de contrôle
Les coordonnées des différents points de contrôle s’affichent dans la liste
(GCP tool) située en dessous de l’écran

Coordonnées Coordonnées estimées Erreur moyenne

[Edit]  [Set Point Type]  [Control]


Utiliser le point de calage dans le calcul de la transformation
[Edit]  [Set Point Type]  [Check]
Ne pas utiliser le point de calage dans le calcul de la transformation
[Clic gauche souris : colonne « Point # »]
Sélectionner des points de calage
[Clic droit souris : colonne « Point # »]
Supprimer les points de calage sélectionnés
M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008
Erdas Gestion des points de contrôle

• Prendre une petite vingtaine de points pour une transformation du


premier ordre jusqu’à ce que l’ajout de nouveau point n’apporte plus
rien de significatif

Sauvegarder les coordonnées des points de l’image à corriger


GCP tools : File > Save Input
Dans …/Etapes Encoder: 1997_1_input

Sauvegarder les coordonnées des points de l’image de référence


GCP tools: File > Save Reference As
Dans …/Etapes Encoder: 1997_1_output

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Erdas Gestion des points de contrôle

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Erdas Gestion des points de contrôle

Remarque:
Il est possible de modifier l’ordre de la polynomiale:
’Display Model Properties ’
La boîte de dialogue des propriétés de la transformation se réaffiche.
Modifier et appliquer ‘Apply’

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Etapes du rééchantillonage

• Superposition d’une grille


sans valeur dans le
même système que
l’image de référence

• Transfert des valeurs de


l’image nouvellement
transformée dans la grille.

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Rééchantillonage de l’image

• Au plus proche voisin : valeur du plus proche.


• Interpolation bilinéaire : valeur fonction des quatre pixels
les plus proches.
• Interpolation cubique : valeur fonction des seize pixels
les plus proches.
M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008
Erdas Rééchantillonage de l’image
• Cliquer : Resampling (boîte de
dialogue de l’outil correction
géométrique)
• Paramétrer la procédure : nom
de l’image, méthode de
rééchantillonage (Au plus
proche voisin) , résolution,…
• Output File: Ouvrir
• Dans …/Etapes
Encoder: 1997_1_cor
• Confirmer en cliquant OK

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Erdas Fermeture des fenêtres
• Une fois l’opération terminée, fermer les fenêtres en sauvant le
modèle géométrique
• Save changes: Yes
• Encoder le nom du modèle: correction.gms > OK

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Erdas Vérification de la correction
géométrique
• Visualiser la nouvelle image corrigée et vérifier la correction
géométrique en la superposant à l’image de référence

•Ouvrir dans un viewer


l’image ‘1997_1_cor’

•DANS LE MEME
VIEWER :
ouvrir la deuxième
image en décochant
l’option ‘Clear To
Display’ de l’onglet
‘Raster Option’

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Erdas Vérification de la correction
géométrique
• Pour comparer: cliquer: Utility > Swipe

Une barre peut être déplacée de


gauche à droite ou de bas en haut et
permet de modifier le taux de
recouvrement des deux images

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Erdas Mosaïquage des images

Cliquer sur l’icône:


Data Prep > Mosaic Images
Mosaic Tool…
Ajouter les images à
Mosaïquer en débutant par
celle qui sera en dessous
Edit > Add Images
1997_1_cor.img
1997_2.img
Choisir la zone de l’image à utiliser dans les options ‘image area options’
Use Entire Image :entièreté de l’image prise en compte
Individual AOI en paramétrant via « Set… » pour ne prendre que la zone
incluse dans une aire d’intérêt préalablement déterminée
M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008
Erdas Mosaïquage des images

Après la sélection de chacune des images

• Cliquer sur l’icône ‘set mode for intersection’

• Cliquer sur l’icône ‘Automatically Generate


Cutlines for Intersections’

• Selectionner ‘Weighted Cutline Generation’


> OK > OUI

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Erdas Mosaïquage des images

Lancer le processus de
mosaïquage

• Process > Run Mosaic


• Encoder : 1997_mos
• Confirmer en cliquant OK

Visualiser le résultats (viewer)

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Mosaïquage des images

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Erdas Géoréférencement

• Encodage des coordonnées de référence suivant des


points de contrôle pris sur une image géoréférencée
(carte topographique, autre image, …) : Suivre la
procédure précédente

• Encodage au clavier des coordonnées de référence


(fournies par lecture d’un graticule, par prise de points
GPS,…) : Suivre la procédure qui suit

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Erdas Géoréférencement
• Ouvrir l’image scannée de la carte à
géoréférencer
• Ne pas ouvrir de seconde image (les points étant
encodés au clavier)

• Lancer : Raster > Geometric correction


• Choisir les paramètres de la correction (idem
précédent, polynomiale d’ordre 1) > Close
• Mode d’introduction des coordonnées des points
de référence: choisir : Keyboard only > OK
• Lui assigner un système de projection :
Add/Change Map Projection
Encoder les paramètres de projection (même
projection que précédemment) > OK > OK

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Erdas Géoréférencement
• Encoder des points de contrôle au moyen du pointeur
sur l’image à géoréférencer et du clavier pour les
coordonnées de référence en suivant la démarche
expliquée précédemment pour l’encodage des points
de contrôle

• Terminer par le rééchantillonage de l’image à


géoréférencer

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Séquence du géoréférencement

• Les images ont été


acquises à des dates fort
différentes (1977-1997), il
est donc plus facile de
géoréférencer l’image la
plus proche temporelle-
ment de la carte topogra-
phique de référence et,
ensuite de géoréférencer
l’autre sur l’image nouvel-
lement géoréférencée.

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Choix des points de contrôle
• Entre 1977 et 1997, l’
affectation du sol s’est
énormément modifié.
• Des points de contrôle ne
peuvent être pris sur des
éléments ayant pu être
modifiés (sentiers, dunes,
arbres). Seuls certaines
infrastructures sont des
points fiables.
• Une répartition homogè-
ne des points doit néan-
moins être respectée.
M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008
Erdas Vérification
• Ouvrir deux images nouvellement géoréférencées
(1997_mos_georef et 1977_georef2) dans le même
viewer en désélectionnant ‘clear display’
• 1997_mos_georef : mosaïque d’images de 1997
géoréférencée suivant une polynomiale de 1er degré.
• 1977_georef = image de 1977 géoréférencée suivant
une polynomiale de 1er degré.
• 1997_georef2 = image de 1977 géoréférencée suivant
une polynomiale de 2ème degré.
• Lancer Utility > Swipe

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Erdas Digitalisation du trait de côte

• Sur Erdas, il est possible de digitaliser le trait de côte en


utilisant les fonctions données dans le menu ‘Vector’.

• Cette étape est également possible sur ArcGIS.

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Digitalisation du trait de côte
1 3

1
3
2
2 4

M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008


Discussion sur les erreurs
• Erreur 1 : L’erreur sur la position lors de la collecte des
points de contrôle

• Erreur 2 : La correction géométrique et le


géoréférencement estiment l’erreur résultant du calcul
de la polynomiale en utilisant l’erreur quadratique
moyenne (RMS). Cependant, cette valeur est une
moyenne et ne représente pas la variation spatiale de
l’erreur

• Erreur 3 : L’erreur d’interprétation et de localisation des


éléments constitutifs de la plage lors de la digitalisation
M. Salmon – C. Bodart Université de Liège Oujda, 04/03/2008