Vous êtes sur la page 1sur 13

Conduite à tenir devant

un sujet diabétique

- TD de pathologie et chirurgie buccales -


Le diabète ..
• Chez une personne saine, le pancréas secrète deux hormones :
 l'insuline,  hormone hypoglycémiante;
 Le glucagon  hormone hyperglycémiante

 elles régulent le taux de glucose dans le sang

• Le diabète est une maladie métabolique, se caractérisant par une


hyperglycémie chronique ; suite à une production inadaptée en insuline.
On dénombre 2 grands types de diabète:

Le diabète de type I : Le diabète de type II


• Anciennement appelé « diabète insulino- • anciennement appelé "diabète non
dépendant »
insulino-dépendant" (DNID),
• 10% des patients
• environ 90 % des cas
• les jeunes +++
• apparaît généralement après l'âge de
• l'origine de cette affection  destruction 50 ans
progressive des cellules bêta du pancréas qui
sécrètent l'insuline.
• Résulte d’une dysfonction de l’insuline
• Le seul traitement du patient diabétique de type I :
des injections quotidiennes d'insuline. • Facteurs de risque: obésité, stress,
tabagisme …

• TRT: glucophages +/- insuline


Manifestations buccales
Les infections +++:
Infections bactériennes :
 Maladies parodontales
 Caries dentaires (caries cervicales)

Infections fongiques :
 candidose +++ : glossite médiane, stomatite prothétique et chéilite angulaire.

Retard de cicatrisation :
• L’altération de la cicatrisation (en termes de qualité et de délais)

Sécheresse buccale

Ces manifestations sont d’autant plus marquées chez les diabétiques mal
équilibrés !!
Quels sont les risques rencontrés
chez le patient diabétique dans
notre pratique quotidienne ??
1. Risque infectieux et retard de
cicatrisation
Diabétique  sujet immunodéprimé !!

• La fonction des leucocytes est altérée (altération du chimiotactisme,


diapédèse et phagocytose

• La paroi vasculaire est modifiée  réduction du flux sanguin, de la teneur


en oxygène et de la mobilisation des granulocytes.

• Accélération de la dégradation des fibres de collagène ce qui à un effet


défavorable sur la cicatrisation.

Diabète mal
Infection +++
équilibré
2. Risque de l’hypo/hyperglycémie
L’hypoglycémie :

• Plus fréquente +++

• Due à un surdosage au traitement, mal nutrition ou jeûne prolongé, effort


physique important

• Non pris en charge à temps: l’état général se dégrade rapidement : malaise


hypoglycémique  coma hypoglycémique

Le coma hyperglycémique:

• précipité par l’infection ou un éventuel état de déséquilibre prolongé de la


glycémie du patient.
Quelle sera notre conduite à
tenir face à ces risques??
Vis-à-vis du risque infectieux :

interventions seront pratiqué sous antibioprophylaxie


 Les
pour lutter contre l’infection locale susceptible de se produire.

 Modalité: une prise d’ATB 1heure avant l’acte et poursuivie jusqu'à


cicatrisation

Selon L’AFSSAPS 2011, L’ATB de choix est :


 l’amoxicilline 2g 1h avant puis 1g 2x/j jusqu’à cicatrisation
 ou la clindamycine 600 mg puis 600 mg 2x/j jusqu’à cicatrisation (en cas
d’allergie au beta-lactamines)

 Il
est également nécessaire de respecter les mesures d’hygiène et
d’asepsie du champs opératoire.
Vis-à-vis du malaise hypoglycémique :

• Il faut contrôler la glycémie le jour de l’acte

• Il ne faut jamais intervenir à jeun XX

• Il faut s’assurer que le patient a pris un bon petit déjeuné ainsi que son
traitement habituel 

• avoir reconnaitre les signes précoces du malaise hypoglycémique en cas de


survenue
Précautions spécifiques
Le stress !!
• la réduction du stress et de l'anxiété  une excellente mise en confiance du patient

• Une éventuelle prémédication sédative peut être envisagée.

• Les séances doivent être courtes, le matin

l’anesthésie :
• Dans le cadre de l’anesthésie locale et/ou loco-régionale : l'usage des vasoconstricteurs n'est pas contre-
indiqué du fait des concentrations faibles d'adrénaline qui ne permettent pas d'augmenter
significativement le taux de glucose sanguin

• En cas d’un patient mal-equilibré on préfère s’absetenir de l’usage du vasoconstricteur

Les prescriptions :
• Prendre ses précautions vis-à-vis les interactions médicamenteuses !!!

• Les AINS sont à eviter X X par leur effets potentialisant l’hypoglycémies

• Les corticoides sont eviter X X à cause de leurs effets hyperglcemiants

• Les Atb sulfamide , cloramphénicole et cyclines potentialisent les hypoglycémiants.


Précautions spécifiques
• à reporter
Si le diabète est mal équilibré  tout geste est jusqu’à la
stabilisation de la pathologie, sauf les soins urgents

 En cas de survenue d’une d’infection bucco-dentaire, le contexte médical


général ne doit pas retarder la prise en charge chirurgicale et/ou médicale de
l’urgence infectieuse. En particulier, un abcès doit être drainé (SFCO 2012).