Vous êtes sur la page 1sur 20

Lors des forages pétroliers, la traversée des formations argileuses

n'est pas une opération facile étant donné les problèmes qui se
posent de gonflement /dispersion /délitage, et dont la résolution est
étroitement liée à la compréhension des interactions argile-fluide de
forage. Malgré de nombreuses études fondamentales sur l’hydratation
des argiles, il reste encore beaucoup à comprendre sur les
mécanismes qui en sont à l’origine. Plusieurs approches ont été
développées afin d’expliquer le fondement des problèmes observés.
Les phénomènes physico-chimio-mécaniques liés à la stabilité des
argiles ont été longuement débattus dans la littérature pétrolière,
particulièrement sur la capacité des systèmes de type
polymère/électrolyte à inhiber l’hydratation et le gonflement des
argiles. En parallèle, les systèmes de fluides émulsionnés ont donné
une grande satisfaction.
1. c'est une particule dont la dimension est inférieure à 4 micromètres et ce quelque
soit sa nature minéralogique.

2. c'est un minéral (plus exactement une famille de minéraux) de la famille des


*silicates*, plus précisemment des phyllosilicates (silicates en feuillets). Il est
généralement issu de l'altération par l'eau des autres silicates (sauf le *quartz*). C'est
pour cette raison qu'on le trouve systématiquement dans les sols et les formations
superficielles. Minéral *détritique* ultrafin on le trouve aussi très fréquemment dans les
*roches sédimentaires*. Mélangé à un autre minéral comme la *calcite* il formera de la
*marne*. Si l'argile est seule présente on désignera la roche sous le nom d'*argilite*.
Souvent les 2 définitions se rejoignent : le minéral argile est très souvent cristallisé très
finement.
Selon sa variété, l'argile se révèle être un minéral très utile. On peut ainsi faire des tuiles
et briques, des poteries en jouant sur sa capacite de modelage lorsque mélangé à l'eau.
Sa capacité d'absorption est utilisée pour la réalisation des cosmétiques et de
médicaments (Smectite du Smecta, Attapulgite). L'argile sert aussi à la fabrication du
ciment.
Peaux grasses et normales. En plus des propriétés citées plus haut, l’argile verte est
riche en magnésium et silice. Elle absorbe les impuretés et est régénérant. Elle
régularise les excès de sébum. Très bon traitement externe contre l’acné

Peaux sèches et sensibles. L’argile rouge est riche en fer et oligo éléments.
Elle est rééquilibrant et améliore la circulation sanguine. Elle redonne de la luminosité
au teint.

Peaux fragiles, sèches et irritées. Douce et reminéralisante, c’est une argile riche en
silice (cicatrisant). Donne un coup d’éclat à la peau. Très bien pour les cheveux secs et
dévitalisés.
Peaux matures, grasses, très sensibles. Riche en manganèse, l’argile jaune est
stimulante , réoxygénante des cellules et tonifiante. Très bien pour les cheveux fragiles.

Peaux délicates, sensibles et irritées. C’est le mélange de l’argile rouge et blanche.


Elle est adoucissante et redonne de l’éclat à la peau.

Peaux grasses et normales.

C’est une argile qui absorbe les impuretés et les graisses. On l’utilise pour nettoyer les
cheveux et le corps. Nettoie en douceur sans enlever le film protecteur de la peau. Très
bons résultats pour les eczémas du cuir chevelus, les psoriasis….
- Une des manières de reconnaître les argiles est l'analyse par diffraction de
rayons X.
Une simple analyse de diffraction ne donne pas de résultat intéressant : les
phases cristallines en elles-mêmes ne sont pas différentes d'une argile à l'autre et
du fait de la structure en feuillets, l'argile s'oriente lorsqu'on la dépose sur une
lame de verre ; cette orientation préférentielle gêne l'analyse.
Pour différencier les argiles, on effectue divers traitements visant à modifier
l'espace inter-feuillets : chauffage, acidification... En regardant l'évolution des
pics de diffraction aux faibles angles selon le traitement, on peut reconnaître
l'argile. Cette analyse se fait sur une fraction granulométrique donnée, obtenue en
mettant l'argile en suspension dans l'eau, en agitant et en prélevant à une
profondeur donnée après un temps de repos donné.
Outre en géochimie, cette technique est également utilisée par la police
scientifique pour essayer de déterminer l'origine des traces de terre qui peuvent
constituer un indice lors d'une enquête.
Les particules d'argile ne sont nullement responsables de la couleur du sol. La
couleur rouge, orange, jaune, vert, bleu d'un sol (argileux ou non) est due à l'état du
fer dans le sol (oxydé dans les 3 premiers cas et réduit dans les deux derniers).
Lorsque le sol est de couleur tendant vers le blanc, c'est que cet élément a été
dissous et évacué hors du profil.
Par ailleurs, argile (nom masculin) est le nom d'une couleur d'un gris neutre très pâle
tirant sur le blanc.

Les argiles désignent de très fines particules de matière arrachées aux roches par
l'érosion. Observées au microscope, elles ont la forme de plaquettes, ce qui explique
leur plasticité. La plupart de ces particules proviennent de la désagrégation de
roches silicatées : du granite (mica et feldspath), du gneiss ou encore des schistes.
Ces particules sont transportées par le vent ou l'eau sous forme de limon ou de
vase. Les fleuves véhiculent des argiles qui finissent par se déposer en alluvions,
dans le cours d'eau lui-même, à son embouchure, dans un lac ou dans la mer. Les
dépôts peuvent alors sédimenter et former une roche argileuse par diagenèse :
déshydratation et compactation. En tant que roches sédimentaires, les affleurements
argileux présentent une succession de strates empilées les unes sur les autres, qui
ressemblent à un feuillet.
L’argile est un des plus anciens matériaux utilisés par l’homme. Pétrie avec de l’eau, elle
donne une pâte plastique qui peut être facilement moulée ou mise en forme. Après
cuisson, elle donne un objet résistant et imperméable. Ces propriétés remarquables
sont à l’origine de son utilisation très ancienne pour réaliser des objets en céramique, en
porcelaine... Briques et tuiles sont également fabriquées à partir d’un mélange d’argile et
d’eau moulé sous pression et cuit à température suffisamment élevée (1000 à 1200 °C).

Terre cuite
L'argile hydratée est malléable, elle peut être mise en forme ; mise au four (« cuite »)
elle prend une consistance solide. Ces propriétés en font un matériau de choix pour la
fabrication d'objets.

Une terre argileuse destinée à la cuisson est souvent appelée glaise ou terre glaise.

Terre crue
La terre-papier est une argile contenant des fibres de cellulose, qui présente une
grande résistance lorsqu'elle est sèche. La terre-papier est un matériau de création et
de décoration qui adhère sur toute surface poreuse et peut recevoir des peintures,
pigments et patines.
Autres utilisations

Des chercheurs en science des matériaux travaillent sur l'intégration d'argile dans des
polymères. Les plaquettes d'argiles peuvent produire un renforcement (déviation des
fissures dans les polymères « choc », c'est-à-dire devant résister aux chocs). Par
ailleurs, elles peuvent gêner la diffusion de gaz, et notamment de gaz combustibles
issus de la pyrolyse lors d'un feu, améliorant ainsi la résistance au feu du polymère.
Certaines argiles kaolinites très pures permettent de rendre la pâte à papier blanche,
toutefois ce procédé est de moins en moins utilisé, elle est remplacée, par le carbonate
de calcium précipité.
Dans les peintures, l'ajout de charges minérales comme la bentonite permet d'obtenir la
rhéologie souhaitée et améliore aussi la stabilité des suspensions.
Cataphorèse
Certaines argiles sont utilisées en fonderie, pour réaliser les moules.
L'argile était utilisé par la civilisation summéro-akadienne (les Sumériens de
Mésopotamie). De petites boules d'argile étaient aplaties pour former un rectangle
approximatif afin de pouvoir y inscrire de l'écriture cunéiforme. Les Sumériens utilisaient
des sortes de sceau-cylindre. Ces cylindres étaient gravés à l'intaille, et lorsqu'on les
faisait rouler en appuyant sur l'argile, ils laissaient une empreinte en relief.
Ce sont des phyllo silicates d'aluminium dont les feuillets sont constitués de couches
d‘octaédres Al(OH)6 et de couches de tétraèdres SiO4 reliées par les atomes O et OH
mis en commun. La distance inter-réticulaire d sépare 2 feuillets successifs.

Les substitutions d'atomes sont fréquentes dans les feuillets. L' édifice cristallin peut
être désorganisé (la cristallinité est moins bonne). D'autre part, il y a des déséquilibres
au niveau des charges; ce déséquilibre est compensé par adsorption de cations dans
l'espace interfoliaire (capacité d'échange des argiles).

D'après la structure du feuillet, on distingue principalement les argiles 1/1 (1 couche


tétraédrique+1 couche octaédrique) et les argiles 2/1 (2 tétra. pour 1 octaédrique).
a) la Kaolinite ( 1/1, d=7A°).
Pas de substitution dans les couches. Le feuillet est neutre. La kaolinite se forme dans
les sols bien drainés, par pH acide, surtout en climat subtropical et tropical. Ses cristaux
sont souvent grand (jusqu'à 15 µm).

b) les Illites (2/1, d=10A°)


Association d'une CO (alumineuse) et deux CT (siliceuses). Mais il peut y avoir des
substitutions (remplacement de Si par Al). Des cations (K+)

sont adsorbés dans l'espace interfoliaire afin de compenser le déséquilibre des charges.
C'est le minéral ubiquiste par excellence. Sa structure est proche de la muscovite (plus
d'eau, moins de K+).

c) les Smectites (2/1, d= 14 A°)


L'empilement des feuillets est désordonné; chaque feuillet est tourné dans son plan par
rapport au précédent. Les substitution d'atomes sont importantes. Ce désordre et la
faible charge des feuillets facilitent leur écartement et l'adsorption des molécules variées
(eau, cations, molécules organiques) au niveau de l'espace interfoliaire qui s'écarte (d =
18 A°). Les smectites, ou montmorillonites, sont généralement calciques, plus rarement
sodiques. Elles sont formées dans les sols mal drainés plutôt alcalins. Les feuillets de
smectites peuvent s'intercalés régulièrement ou irrégulièrement avec d'autres feuillets
argileux, souvent illitiques. L'ensemble forme des interstratifiés.
d) la Glauconie
minéral vert ferrifère proche de l'illite exclusivement formé en milieu marin peu profond.

e) les Chlorites (2/1, d= 14 A°)


L'espace interfoliaire est garni par une couche composée de Mg et OH. L'Al est
remplacé localement par le Fe. Les chlorites existent en plus grands cristaux dans les
roches magmatiques; elles sont également formées pendant la diagénèse des roches
sédimentaires. On les retrouvent en éléments détritiques dans les sols sous climat peu
agressif.
Un aperçu sur la variation minéralogique des formations de quelques puits pétroliers
algériens est donné afin de relier la minéralogie de ces argiles aux choix des systèmes
de fluides de forage inhibiteurs correspondants. Dans le cadre des puits déjà forés, la
lithologie et la description géologique couplées aux paramètres physico -chimio-
mécaniques des zones argileuses ont permis d’établir une cartographie de ces
gisements

Cette carte sert de base aux programmes de forages ultérieurs puisqu’elle renseignera
sur les formations traversées et éventuellement sur les problèmes rencontrés. Cette
approche est rationnelle puisqu’il s’agit de collecter des informations sur la base
d’expériences acquises sur les boues utilisées dans des puits voisins et de les corréler
avec des données de laboratoire.
Les argiles sont issues de plusieurs niveaux géologiques (crétacé, jurassique, trias,
carbonifère, dévonien, silurien, ordovicien). Les argiles gonflantes sont ainsi concentrée
s principalement dans les formations évaporites du lias et du sénonien, mais la
composition minéralogique n'est pas nécessairement variable en fonction du type
d'argile.
Nombre 50/ 315/ 150/ 388/ 55/
d'échantillons/ Hassi R’mel In Salah HMD Brides Touggourt
puits algérien

Minéralogie K, I, Chl I, I-Mt, K, Chl I, Chl, K, I-Mt I, Mt, I-Mt, K I, Chl, I-Mt

Type d’argile Gonflante, Feuilletée Dispersible, Gonflante Fluante


dispersible fluante

Problèmes de Pertes Pertes, Coincements, Coincements Coincements


forage de cavages et pertes
circulation coincements

Tableau : Quelques problèmes de forage sur les champs algériens


Composition minéralogique
Les compositions minéralogiques de quelques échantillons prélevés dans les
formations traversées sont présentées dans le tableau les cuttings de Hassi Messaoud,
l’illite est prédominante jusqu'à 90% et présente une tendance à la dispersion .
La kaolinite se trouve en moindre proportion avec la chlorite, dans certains échantillons
à l'état de traces. Le fort pourcentage en interstratifiés illite-montmorillonite surtout dans
le lias est généralement expliqué par le fait que les argiles sont présentes dans le sel qui
préserve leur humidité et les rend plastiques donc plus aptes à amortir les contraintes.
-Le problème posé par le gonflement des argiles lors du forage dans les formations
argileuses semble étroitement lié aux phénomènes d’interactions argile -fluide de
forage. L’instabilité des formations argileuses varie selon la nature (eau, autre solvant)
et l’état physique de ces fluides

Lors du contact argile-eau. Malgré de nombreuses études fondamentales sur


l’hydratation des argiles, il reste encore beaucoup à comprendre sur les mécanismes qui
en sont à l’origine.
Van Oort (2003) a proposé de classer les problèmes liés aux argiles selon la teneur en
eau, la pression de gonflement et la pression de pore en considérant une quantification
du phénomène de transport sur le changement chimique et sur la stabilité mécanique de
la roche
Les sels minéraux (KCl, NaCl, CaCl2, …) et organiques

- La salinité de la phase aqueuse est choisie en fonction des caractéristiques de la


formation traversée. En effet a montré que la force ionique de la phase aqueuse du
fluide doit être égale à celle de l’eau présente dans les argiles de la formation afin
d’éviter toute réact ion d’échange. Une diffusion de molécules d’eau vers la formation
pourrait conduire à un gonflement des argiles

Le KCl est certainement le sel le plus couramment utilisé pour l'inhibition du gonflement
des argiles.

Chaux et gypse
Les systèmes de fluides à base de chaux ont un effet bénéfique pour le développement
de la cimentation des argiles
Les additifs à base d’asphaltes modifiés, de gilsonite ou de graphite
Ces additifs n'ont pas d'effet sur la pression de gonflement. Leurs effets sont liés
principalement à leur taille permettant le blocage des pores et par conséquent le
retardement de l'invasion du filtrat. Ce type d'additifs est aussi recommandé pour le
forage des formations microfracturées.