Vous êtes sur la page 1sur 62

Mode d’emploi

Ce power point est conçu pour être regardé


à votre rythme.

Pour avancer dans la présentation, une


seule consigne donc : cliquez toujours une
fois sur le bouton gauche de la souris.
Fiche d’identité de cette
production :

-au point de vue de l’âge concerné


-au point de vue du cadre disciplinaire
-au point de vue du type de résultat attendu
-au point de vue de la priorité donnée en gestion mentale
Une expérience vécue

en deuxième année de
l’enseignement primaire
par Valérie Henrotin.
Plan
Pour découvrir le plan de la
présentation, cliquez une seule fois à
• Les données gauche de la souris et attendez !

• L’histoire
• L’activité de compréhension
• L’activité de lecture orale
• Conclusions
• Remarques
Les données
Ecole Ste Thérèse Classe de 2e primaire :
(Ans, près de Liège) -20 enfants
-confiance des enfants dans leur
enseignant, bonne ambiance .
- 5 enfants en difficulté de lecture,
Public difficile : dont 3 en difficulté partout.
- beaucoup
d’étrangers
- milieu social
souvent défavorisé 2e année primaire
2005-06

Enseignant de la classe : Benoît Zinzen . Il


est dans sa deuxième année d’enseignement Moment : fin de
et ouvert à beaucoup de choses. l’année scolaire (mai)
→ les enfants ont déjà
+ Valérie : accompagne les enfants en atteint un bon niveau
difficulté des classes de 1ère et 2e année de de lecture.
l’école. Elle les prend en dehors de la classe
pour travailler avec eux.
L’histoire

• Les données
• L’histoire
• L’activité de compréhension
• L’activité de lecture orale
• Conclusions
• Remarques
Toute l’activité qui va être décrite a comme
centre d’intérêt une histoire :

Les trois grains

qui est extraite de Grand J, édité par PEMF, et reprise lors


des épreuves de fin de 1ère étape, Ens. Fondamental, 2001.

Pour la lire, cliquez (une fois) sur « lire texte »

Dans la suite de la présentation, si vous voulez relire ce texte, il vous suffira de cliquer sur
l’icône (Lire Texte) qui se trouvera à droite, en bas de chaque diapositive.
LT
L’activité de compréhension

• Les données
• L’histoire
• L’activité de compréhension
• L’activité de lecture orale
• Conclusions
• Remarques
L’activité de compréhension
Au départ : l’instituteur, non formé à la gestion mentale,
fait écouter l’histoire aux enfants; ils entendent deux fois le
récit enregistré sur CD, avec comme intention d’écoute :
déterminer au moins un élément de l’histoire (où? qui ? ...).
Puis, ils reçoivent une photocopie du texte afin de vérifier par
la lecture, si ce qu’ils ont mis en tête est correct.

→ deux perceptions auditives de l’histoire suivies


d’une perception visuelle avec des projets différents.

Compétence visée : savoir écouter à partir d’un texte enregistré sur CD.

Objectif de l’enseignant : à ce stade, l’instituteur considère l’activité de


lecture non comme une finalité, mais comme un moyen de vérification de
l’écoute .

LT
L’activité de compréhension
Ensuite, les enfants demandent à l’instituteur (ce n’était pas prévu
au départ) de pouvoir enregistrer ce texte avec Valérie, en le lisant
eux-mêmes ; ils savent en effet qu’elle a déjà fait ce travail avec
d’autres enfants de 1ère et 2e dans d’autres occasions.

Pour les enfants enregistrer est une façon de se faire plaisir.


Pour les enseignants, cette activité n’est pas anodine : ils
savent qu’elle va permettre d’associer travail en profondeur et
plaisir ... intellectuel.

En fin de présentation vous découvrirez la


finalité pédagogique de l’enregistrement.

LT
L’activité de compréhension
L’enseignant donne donc le texte à Valérie.

Il n’a pas l’impression de demander une tâche difficile aux enfants. C’est ici
que la gestion mentale intervient : elle fait prendre conscience de la
complexité de l’activité mentale requise par la compréhension d’une histoire.

Valérie prend connaissance de cette histoire. De prime abord elle


trouve le texte difficile pour des enfants de deuxième année.

C’est pourquoi elle propose de faire d’abord un travail de


compréhension approfondie du texte avec tous les enfants , en
classe et avec l’instituteur : elle veut en effet s’assurer que les
enfants ont bien compris l’histoire avant de la lire pour
l’enregistrer.

LT
L’activité de compréhension
En proposant de travailler d’abord la compréhension pour faciliter
ensuite le déchiffrage chez les enfants en grande difficulté de lecture,
Valérie s’appuie sur son expérience : si vous souhaitez écouter ses
explications à ce propos, cliquez sur « expérience » (2 minutes 30)

Si nécessaire, tapez sur Escape


pour arrêter avant la fin.

Valérie a aussi une grille qui lui permet d’analyser les difficultés de
lecture d’un texte; elle a élaboré cette grille à partir de la formation aux
albums que donne Anne Moinet et à partir d’un livre dont la référence est
en fin de présentation.
Elle estime qu’avant de travailler le texte avec les enfants, elle doit
l’avoir analysé en profondeur elle-même et avoir repéré toutes les
difficultés qu’il recèle. Elle relit son texte et note toutes les
difficultés qu’elle y repère. Si, comme illustration, vous voulez voir
un extrait de sa feuille annotée, cliquez sur « aperçu ».
LT
L’activité de compréhension
Si vous souhaitez dès maintenant prendre connaissance de cette grille
d’analyse, vous pouvez :

- la voir en cliquant sur « voir grille d’analyse ».

- entendre les explications de Valérie en cliquant sur


« entendre grille d’analyse » (7 minutes 30)
Pour arrêter
- voir la grille et entendre le commentaire de Valérie l’audition
en cliquant sur « voir et entendre grille d’analyse» avant la fin ,
tapez sur la
touche
Esc(ape)

Si vous préférez y venir après le récit de cette activité, vous pourrez


encore le faire à la fin de cette présentation.

LT
L’activité de compréhension
Valérie et l’instituteur de la classe découpent le texte en unités de sens, en
s’appuyant sur le schéma narratif :

Situation Élément
Événement 1 Ev. 2 Ev. 3 Ev. 4 Ev.5
initiale déclencheur

Situation Elément
Ev.6 Ev.7 Ev.8 Ev. 9a Ev. 9b Epilogue
finale stabilisateur

Pour visualiser le découpage, cliquez sur


l’icône en bas à droite; cette fois le texte y
apparaît avec le signe // qui indique ces unités
de sens.

LT
L’activité de compréhension
Puis, les deux enseignants demandent aux enfants de lire morceau par
morceau, en respectant les unités de sens mentionnées ci-dessus.

Vous lisez de la ligne 1 à la ligne 7 : vous


devez comprendre l’histoire que l’auteur a
inventée. C’est comme si c’était un
message : c’est à nous, grâce aux mots,
d’aller découvrir ce que l’auteur nous
raconte.

LT
L’activité de compréhension

Vous lisez, puis vous cachez ; vous


vérifiez ce qu’il y a dans votre tête,
vous relisez et vous essayez qu’il y
ait le plus possible dans votre tête,
que le message soit vraiment passé
dans votre tête.

Peut-être que vous allez entendre dans votre tête les mots du texte, ou
alors vous allez les redire avec vos mots à vous. Peut-être que vous allez
avoir dans votre tête des images qui vont bien avec le texte, ce sera peut-être
comme un petit dessin animé, ou comme si c’était en vrai dans votre tête, ...
Ou peut-être qu’il va se passer encore autre chose dans votre tête.
L’important c’est que ce qui se passe dans votre tête aille bien avec le texte.

LT
L’activité de compréhension

Trois minutes sont chaque fois laissées aux


enfants pour effectuer la tâche. Cette
démarche est familière à ceux qui ont
travaillé avec Valérie ; ils l’ont pratiquée
souvent pendant l’année scolaire.

Il s’agit véritablement d’une invitation à faire des évocations de


compréhension fidèles au message donné, grâce à une nouvelle
perception visuelle ou auditive (voir dia suivante) du texte. Le temps
nécessaire est chaque fois donné aux enfants.

LT
L’activité de compréhension
Les deux enseignants vont près de ceux qui sont en difficulté de
lecture et proposent : « Veux-tu que ce soit moi qui lise ? » Si
oui, ils se mettent à côté de l’enfant et lui lisent le morceau de texte,
en répétant :

L’important, c’est que tu comprennes ce qui est


écrit. Le déchiffrage et savoir lire tout seul, on
s’en occupera après quand on enregistrera.

Parfois Valérie propose aussi à ceux qui le souhaitent de


venir autour du bureau et elle leur lit le paragraphe demandé.
Jamais elle n’a constaté la moindre réticence d’un enfant par
rapport à cette démarche.
LT
L’activité de compréhension
Tout le monde cache alors le texte en retournant sa feuille
et on échange :

Qu’est-ce que vous avez gardé dans votre tête ?


Qu’est-ce qui y est resté ?

Nous sommes bien en situation de restitution où les enfants vont répondre en


s’appuyant sur les évocations qu’ils viennent de faire.

Au fur et à mesure, l’instituteur dessine sur une feuille


A3 placée sur le tableau ce que disent les enfants.

Ce sont donc les enfants qui disent ce qu’il faut dessiner en


fonction de ce qu’ils ont évoqué. Ce travail en groupe avec toutes les
interactions que cela amène permet aux enfants de se rendre compte
qu’ils doivent modifier des éléments dans leur tête et/ou en ajouter.
LT
L’activité de compréhension
EXEMPLE :

Ça se passe en Chine !

OK ! Alors qu’est-ce que je mets sur le panneau ?


Qu’est-ce que je dessine ?

On va mettre des personnages avec des


petits chapeaux pointus .

LT
L’activité de compréhension
Les deux instituteurs posent beaucoup de questions :
est-ce bien cela qu’il faut dessiner ? Dans quel sens ? etc.

Certains enfants disent des choses très concrètes, d’autres parlent


des personnages, d’autres redisent quasiment par cœur la ou les
phrases du morceau de texte, ….

Les enfants sont ainsi amenés à redire l’histoire en d’autres


mots. Une petite, par exemple, garde dans l’oreille exactement
les mots du texte : le fait de demander ce qu’il faut dessiner l’oblige
à redire la même chose en d’autres mots (puisque le point de vue
a changé). La traduction est obligatoire !

La richesse de cette activité est dans l’échange afin d’essayer que tout le
monde s’accorde pour arriver à une restitution qui convienne au groupe entier.
Parfois on ne dessine pas tout de suite car les enfants ne sont pas d’accord; il
faudra donc relire le texte pour vérifier.
LT
L’activité de compréhension
Une fois le panneau dessiné, les enfants retournent de nouveau leur feuille
et relisent le morceau de texte avec le projet :

- de vérifier s’il n’y a pas d’ éléments à dessiner en plus.

LT
L’activité de compréhension
Et quand tout le monde est d’accord,

on passe au morceau de texte suivant en respectant la même procédure.

LT
L’activité de compréhension
Quelques observations :

1.Tous les enfants ont demandé la parole, même ceux qui étaient en
grande difficulté. C’est un des éléments qui a le plus frappé et même ému
l’instituteur de la classe.

2. Lorsqu’un enfant demandait la parole et que les mots ne venaient pas aussi
vite qu’il le voulait, les deux enseignants ont constaté que les autres enfants
ont respecté ces temps de silence à la recherche d’ évocations … parfois
lentes à revenir !

3. Un seul enfant est resté en retrait; nous en reparlerons dans quelques


instants.

4. Au cours des échanges, Valérie a aussi pratiqué de petits dialogues


pédagogiques, destinés à savoir quels types d’évocations les enfants ont
fait et également, à les rendre conscients de tout ce travail mental.

LT
L’activité de compréhension
Sur le tableau de la classe, les feuilles qui dessinent l’histoire s’ajoutent les
unes aux autres :

……

Les dessins reproduits ici sont


fictifs ! Pour voir quelques
dessins faits en classe, cliquez
sur « dessins ». Ils illustrent le
début de l’histoire.
LT
L’activité de compréhension

Après avoir lu et dessiné au tableau quelques paragraphes du texte, les


enseignants ferment le tableau et donnent aux enfants une feuille A3.

Qu’est-ce que vous avez déjà gardé dans


votre tête de l’histoire ?
Dessinez au moins trois choses sur votre
feuille.

L’objectif n’est pas d’être complet et de reproduire toutes les évocations


sur la feuille, mais de vérifier que chacun ait bien gardé quelque chose dans
sa tête et qu’il en prenne conscience.
LT
L’activité de compréhension
Tous les enfants, sans exception, se mettent à dessiner. C’est
bien différent de bon nombre d’exercices faits en classe où il faut
pousser pour qu’un travail soit fourni.

Certains redessinent, com- points de l’histoire, certains


me au tableau, des tas de commencent avec une
choses, les unes à côté des phrase ou un mot et
autres, successivement; continuent avec un dessin,
d’autres font une généralité, ……
d’autres prennent un des

Les deux enseignants passent dans les bancs et demandent aux enfants
de verbaliser ce qu’ils ont dessiné.

LT
L’activité de compréhension
Un seul enfant est resté en retrait : en passant dans les
bancs, Valérie constate qu’il a dessiné beaucoup de choses,
mais apparemment sans lien avec l’histoire des « Trois
grains ». Ses dessins font écho à ses lectures, aux dessins
animés qu’il a vus, etc.

En l’écoutant, elle découvre que ce qui intéresse cet enfant, c’est


d’inventer son histoire à lui dans sa tête et certainement pas de
découvrir ou encore moins de reproduire fidèlement une histoire
racontée par quelqu’un d’autre.

Elle lui demande s’il a mis dans sa tête l’histoire des


« Trois grains » et l’enfant la lui raconte sans hésitation. Il
n’est donc pas du tout en difficulté d’évocations, les gestes
d’attention, de mémorisation et de compréhension ont été
effectués correctement, mais cet enfant est animé par un
projet de sens différent.
LT
L’activité de compréhension
Elle lui explique alors que son objectif comme enseignante est de vérifier s’il
comprend l’histoire. Alors l’enfant accepte et se met à dessiner en fonction de
celle-ci.

Moi, je veux que tu ailles plus loin que ça : si tu


t’arrêtes là, il n’y a pas besoin de venir en classe
avec moi, tu peux faire ça tout seul chez toi.

Rebelle au départ, il est reconnu dans ce qui fait


sens pour lui, dans son originalité, et dès lors, il
peut s’ouvrir à un autre projet.

LT
L’activité de compréhension
L’activité continue jusqu’à la fin du texte de la même
manière que décrit plus haut.

La fin du texte suscite beaucoup de discussions :


- « le père de Ding Yun cherche longtemps un travail à la ville » : qu’est-ce
c’est « longtemps »? Est-ce une semaine, un mois, des mois, … Le temps que
germent des pousses de riz. Mais combien de temps faut-il pour que germe ce riz
… au point d’en remplir une vallée …
- pourquoi Ding Yun pleure-t-elle ?
- pourquoi la dame donne-t-elle le buffle à Ding Yun ?
- pourquoi est-il blanc ?
- en quoi le buffle va-t-il apporter de la richesse ? etc.

A toutes ces questions, les enseignants n’ont pas toujours réponse. Il faudra
mener une recherche ultérieure pour en trouver une (ou plusieurs).
LT
L’activité de compréhension

Grâce à ces discussions, les enfants ont très vite compris


qu’à la fin du texte, un paragraphe décrit des événements
qui se passent en même temps que ceux des paragraphes
précédents, mais dans un autre lieu .

En effet, pendant que le récit accompagne le père


qui cherche longtemps du travail à la ville, il se passe
beaucoup de choses à la maison de Ding Yun. Ces
événements nous sont racontés après dans l’avant-
dernier paragraphe « En vérité, une plante … ».

LT
L’activité de compréhension
Et les enfants comprennent que les dessins au tableau doivent donc à un
moment donné être placés l’un au-dessus de l’autre puisqu’il y a simultanéité dans
des espaces différents :

……

Les dessins reproduits ici sont


fictifs ! Pour voir quelques dessins
faits en classe, cliquez sur
« dessins ». Ce sont des dessins
illustrant la fin de l’histoire.
LT
L’activité de lecture orale

• Les données
• L’histoire
• L’activité de compréhension
• L’activité de lecture orale
• Conclusions
• Remarques
L’activité de lecture orale
Maintenant que le texte est bien compris et que cette
compréhension a été vérifiée, le texte va être lu par les
enfants pour être enregistré.

La confiance règne même chez les lecteurs en difficulté :

On connaît l’histoire, elle ne nous pose


plus de problème, on ne va pas bégayer
ou hésiter !

LT
L’activité de lecture orale
Puisqu’il y a 20 enfants en classe, les instituteurs partagent le texte en 20
morceaux, certains un peu plus longs, d’autres un peu plus courts. Ils attribuent
les morceaux en fonction des difficultés repérées dans le texte et chez les
enfants. Les enfants en difficulté ne reçoivent pas nécessairement les
morceaux les plus faciles.

LT
L’activité de lecture orale
Dans chaque morceau quelques mots ont été effacés: ce
sont ceux qui vont revenir de manière quasi automatique
car ils s’enchaînent tout seuls.

Exemples
Exemples: :
« Pour
« Pour nourrir
nourrir sa famille,
sa famille, le père
le père partpart
un un
jour … mendier
mendier sur le sur le grand
grand …
chemin.
« Elle
« Elle creuse
creuse pourpour le sortir,
le sortir, maismais
plusplus
elleelle creuse,
creuse, plus…le grain s’enfonce
le grain au au
s’enfonce
fondfond
du trou. » »
du trou.
« Tout
« Tout le … s’endort
le monde avec
s’endort un creux
avec à l’estomac.»
un creux à … .»

temps

LT
L’activité de lecture orale
A partir d’ici commence un travail spécifique au niveau du code :

Les enfants sont invités à colorier dans le morceau qu’ils vont lire, tous les
mots qu’ils connaissent déjà parce qu’ils se trouvent dans leur tiroir à mots.
Ce sont des mots pour lesquels ils sont certains de ne pas hésiter puisqu’ils les
connaissent bien. Il s’agit bien ici d’un appel aux acquis automatisés.

Salvatore, par exemple, a colorié en vert tous les mots. C’est effectivement un
bon lecteur.

LT
L’activité de lecture orale
Les enfants doivent aussi repérer les mots qui ne sont pas encore dans leur tiroir
à mots ; pour lire correctement ces mots, ils vont devoir utiliser les ciseaux afin
de les découper pour les déchiffrer correctement.

Yunus a colorié en bleu les mots connus, mais il a aussi dessiné des ciseaux
pour les mots qui ne sont pas dans son tiroir à mots : très, tristes, s’en, quand,
cherche, longtemps.

LT
L’activité de lecture orale
Et voici les feuilles de Mélanie et Ruslan :

LT
L’activité de lecture orale
Andrew a colorié peu de mots. Il devra donc utiliser souvent ses ciseaux même
s’il ne les a pas dessinés !

Petite parenthèse : l’état de la feuille montre bien que le travail n’a pas
été de tout repos !

LT
L’activité de lecture orale
Enfin les enfants ajoutent les mots effacés comme vous en avez
vu quelques exemples précédemment. Ce sont des mots familiers
dont l’anticipation immédiate est facile et peut rendre la lecture
plus fluide. Un geste de réflexion très rapide permet de trouver
ces mots.

Dans les exemples qui suivent, ce sont les mots écrits à la


main par les enfants et, parfois, avec les fautes
d’orthographe originales !

LT
L’activité de lecture orale

LT
L’activité de lecture orale
Si vous souhaitez entendre Valérie expliquer l’usage des pictogrammes
cités :

cliquez sur « pictogrammes » (2 minutes)


Si nécessaire, tapez sur Escape
pour arrêter avant la fin
LT
L’activité de lecture orale
Les enfants s’entraînent alors à lire tout haut : les mots coloriés sont censés
aller tout seul, ainsi que les mots complétés. Restent les mots non coloriés : ils
prennent le temps de les déchiffrer calmement avant de venir enregistrer.

Les enfants qui n’ont pas de difficulté prennent du temps pour


repérer les virgules, les points, et ils anticipent ainsi les endroits
où ils feront des pauses dans leur lecture.

C’est le cas d’Inès qui a bien indiqué ses points en rouge :

LT
L’activité de lecture orale
Idem pour Ilham, déjà rencontrée plus haut, ainsi que pour Océane :

LT
L’activité de lecture orale
4 conseils élémentaires sont donnés aux enfants qui sont
invités à les mémoriser.

LT
L’activité de lecture orale
Ensuite, les enfants viennent par groupes de 3
ou 4 dans le local de Valérie pour enregistrer.

L’un d’eux rappelle les conseils de lecture. On vérifie


s’ils sont bien dans la tête, prêts à l’emploi pour
l’exercice de lecture et les enregistrements
commencent.

Après l’enregistrement, les enfant critiquent, de


manière positive et négative, avec comme critères
les 4 grands conseils donnés au départ. Le lecteur
même peut se critiquer et réagir aux commentaires
des autres.

Chaque enfant peut être réenregistré une 2ème fois,


une 3ème fois, ou plus . Ce sont les enfants qui
décident s’ils veulent recommencer ou non.
LT
L’activité de lecture orale

Ils réécoutent les différents enregistrements (toujours en


fonction des 4 grands conseils) et choisissent celui qu’ils
veulent garder.

Si vous le désirez, vous pouvez entendre l’histoire lue par les


enfants.
Vous pourrez ainsi vous rendre compte du travail accompli par
Valérie ! C’est magnifique et charmant !
Pour entendre l’histoire lue par les enfants, cliquez « ici ».

LT
Conclusions

• Les données
• L’histoire
• L’activité de compréhension
• L’activité de lecture orale
• Conclusions
• Remarques
Conclusions
Le travail de Valérie avec ces enfants montre combien elle essaie
de les faire travailler dans leur tête, de les faire évoquer et donc de
les rendre actifs mentalement . Non seulement elle les incite à
comprendre , mais elle crée le contexte favorable pour susciter les
évocations de compréhension. Et puis, elle vérifie cette
compréhension de manière très concrète.

Il est étonnant de constater combien les enfants ont été


heureux de cette activité. Aucun n’a refusé de travailler, aucun
n’a contesté. Tous ont été actifs et consciencieux! Or ce sont
des enfants comme tous les autres, qu’il faut souvent stimuler
pour obtenir une production !

Les plus faibles en lecture ont exprimé leur satisfaction : « L’auteur ne nous a
pas eus ! On y est arrivé. » Il y avait chez eux de la fierté !
Conclusions
La gestion mentale y est omniprésente, en filigrane ou de manière évidente :
Conclusion
Cette expérience amène à quelques constats :

- Donner du sens au texte permet de le déchiffrer beaucoup mieux.

-Nous sommes souvent préoccupés de résultats; nous devons


nous attarder aussi aux procédures pour y arriver.

- Dans ces procédures, il est impératif de distinguer ce qui est


obligatoire de ce qui est possible (par exemple, je dois
évoquer, mais je peux le faire de différentes manières).
- Pour mener à bien ce travail, il faut que l’intervenant ait bien
conscience des difficultés de la tâche demandée et de ce qui
peut apparaître comme un obstacle pour certains enfants.

- Connaître son propre fonctionnement mental permet à l’interve-


nant de vivre beaucoup de situations d’apprentissage avec plus
de confiance. Il en va de même pour l’apprenant.

-…
Conclusions
Cette expérience amène également à se poser des questions :

- Valérie propose d’inverser les habitudes : d’abord


comprendre et puis déchiffrer. A quel rythme alterner
ces tâches ? Et avec quels enfants ?

- Les enfants ont été placés dans l’action, c-à-d en situation


authentique de lecture, ici grâce à l’enregistrement . Comment
reproduire cela plus souvent en classe ?

- Comment éviter dans les classes la répétition de situations


d’entraînements à trop long terme ou sans terme du tout ? En
d’autres mots, n’y a-t-il pas dans les classes trop de situations
où l’on entraîne les enfants sans buts (ou sans les expliciter, ou
en les explicitant mais sans les faire évoquer par les enfants).
……
Conclusions
Le récit de cette expérience a comme objectif d’inviter
- à découvrir une expérience de terrain très intéressante
- à mieux comprendre les mécanismes de l’apprentissage
- puis à traduire, adapter ou transposer dans sa pratique les éléments qui sont
transposables
- à pousser plus loin sa formation en gestion mentale

Cette expérience n’est pas un modèle, mais un exemple. A chacun d’y


réfléchir et d’en tirer le meilleur parti !

A chacun d’inventer d’autres pratiques.


Remarques

• Les données
• L’histoire
• L’activité de compréhension
• L’activité de lecture orale
• Conclusions
• Remarques
Remarques

Enregistrer l’histoire : oui, mais pour quoi ?

Les enfants ont enregistré l’histoire pour la donner (sous forme de CD) à
l’institutrice de 3e année :

- afin que les élèves de cette classe puissent eux aussi entendre
une belle histoire.

- mais également pour que l’institutrice puisse en quelque sorte


déjà faire connaissance avec ses futurs élèves et découvrir à
l’avance leur aptitude à la lecture (« On va lui montrer comme on
lit bien »)
Remarques
Si vous voulez consulter la grille de Valérie pour analyser les difficultés de
lecture, cliquez sur votre choix
- la revoir
- entendre les explications de Valérie
- revoir la grille et entendre les explications

Cette grille s’appuie entre autre sur le livre de :


Annick MAUFFREY et Isdey COHEN, Lecture, Eléments pour une
pédagogie différenciée, Bordas Pédagogie, 2004.

Sachez aussi que depuis lors, Valérie a modifié sa grille !


Remarques

Si vous souhaitez entendre ou réentendre


pourquoi Valérie propose d’abord de comprendre,
puis de déchiffrer, cliquez sur « expérience ».

Si vous désirez entendre ou réentendre les explications de Valérie sur


l’usage des trois pictogrammes , cliquez sur « pictogrammes »

Si non, cliquez toujours à gauche de la souris !


Remarques
Si vous désirez revoir une partie de cette
présentation, cliquez sur celle de votre choix dans
la table des matières ci-dessous :

• Les données
• L’histoire
Pour mettre fin à cette
• L’activité de compréhension présentation, faites un
simple clic sur le
• L’activité de lecture orale bouton gauche de la
souris.
• Conclusions
• Remarques
Expérience racontée par Valérie Henrotin

recueillie et mise en forme Microsoft


power point 2003
par Hélène Delvaux d’IF Belgique

Photos : PP. Delvaux 2006


Images : clipart sur
http://office.microsoft.com