Vous êtes sur la page 1sur 72

Préparé par : Jamal Agouram

INTRODUCTION A LA COMPTABILITE GENERALE

Notions de base sur le fonctionnement d’une entreprise

Personne

Morale Physique

L’entreprise L’être humain

L’entreprise, en tant que personne morale ne peut fonctionner que si elle échange
des biens, des services ou de l’argent avec d’autres personnes physiques ou morales.
INTRODUCTION A LA COMPTABILITE GENERALE

Notions de base sur le fonctionnement d’une entreprise

SCHEMA DES ECHANGES ENTRE L’ENTREPRISE ET


SES PARTENAIRES

Apports en capital
-En numéraire
- En nature

Titres de propriété
L’entreprise Actionnaires
Dividendes
En numéraire
INTRODUCTION A LA COMPTABILITE GENERALE

Notions de base sur le fonctionnement d’une entreprise

SCHEMA DES ECHANGES ENTRE L’ENTREPRISE ET


SES PARTENAIRES

TRAVAIL

Bulletin de salaire

L’entreprise Moyen de Salariés


paiement
En numéraire
INTRODUCTION A LA COMPTABILITE GENERALE

Notions de base sur le fonctionnement d’une entreprise

SCHEMA DES ECHANGES ENTRE L’ENTREPRISE ET


SES PARTENAIRES

BIENS
- Matières premières,
- Bâtiment, Matériels,
- Autres biens

FACTURE
L’entreprise Fournisseurs
Moyen de paiement
En numéraire
INTRODUCTION A LA COMPTABILITE GENERALE

1-2- Notions de base sur le fonctionnement d’une entreprise

SCHEMA DES ECHANGES ENTRE L’ENTREPRISE ET


SES PARTENAIRES

Déclaration des
cotisations sociales

Moyen de
L’entreprise paiement Organismes
En numéraire sociaux
INTRODUCTION A LA COMPTABILITE GENERALE

1-2- Notions de base sur le fonctionnement d’une entreprise

SCHEMA DES ECHANGES ENTRE L’ENTREPRISE ET


SES PARTENAIRES

BIENS

Facture de vente

Titre de paiement
L’entreprise Clients
INTRODUCTION A LA COMPTABILITE GENERALE

1-2- Notions de base sur le fonctionnement d’une entreprise

SCHEMA DES ECHANGES ENTRE L’ENTREPRISE ET


SES PARTENAIRES

Encaissements et décaissements

Emprunt ou découvert bancaires

Intérêts ou agios bancaires

Placements de trésorerie et Banque et


L’entreprise acquisition de titres intermédiaires
financiers
Intérêts financiers
INTRODUCTION A LA COMPTABILITE GENERALE

1-2- Notions de base sur le fonctionnement d’une entreprise

SCHEMA DES ECHANGES ENTRE L’ENTREPRISE ET


SES PARTENAIRES

Paiement des
impôts
En numéraire

Subventions
L’entreprise
accordées Puissance
En numéraire
Publique
INTRODUCTION A LA COMPTABILITE GENERALE

les partenaires de l’entreprise

Propriétaires Banques et établissements


De l'entreprise financiers

FLUX PHYSIQUE (BIEN OU SERVICE)


FLUX FINANCIER
INTRODUCTION A LA COMPTABILITE GENERALE

L’entreprise est un centre de flux


économique
 Flux économique : différents mouvement de biens , de
services et d’argent engendrés par l’activité de
l’entreprise.
 Ils peuvent être classés selon deux optiques:

 Selon leur nature : flux réel , flux financiers.


 Selon leur origine : flux internes, flux externes.
INTRODUCTION A LA COMPTABILITE GENERALE

Analyse des flux économiques en terme


d’emplois / ressources
 Tout flux a un point de départ (origine) et un point d’arrivée
(destination)
Origine Destination

 Les flux économiques sont valorisés. L’unité de mesure est l’unité


monétaire (dirham)
 le flux économique se traduit par l’existence d’une ressource et d’un emploi :
 L’origine du flux implique une ressource
La ressource représente les moyens nécessaires qui ont permis la
réalisation de l’opération économique
 La destination du flux implique un emploi
L’emploi représente l’utilisation qu’est faite de la ressource affectée
à l’opération économique
INTRODUCTION A LA COMPTABILITE GENERALE

Classification des flux


 Les flux externes concernent deux agents économiques.
L’équilibre des obligations des partenaires fait donc
apparaître deux flux externes.
Exemple :
 obligation du vendeur : livrer la chose vendue (ressource
du flux physique)
 obligation de l’acheteur : payer le prix de la chose
(ressource du flux financier)
 Les flux internes ne concernent qu’un seul agent
économique. Ils se passent à l’intérieur de l’entreprise. Il n’y
a donc qu’un seul flux. Exemple : transfert d’une machine
de l’atelier A vers l’atelier B
INTRODUCTION A LA COMPTABILITE GENERALE

Classification des flux


On distingue les flux physiques (en bleu sur schéma) et les flux financiers (en rouge)
 Les flux physiques (ou flux réels)
Ils correspondent à des mouvements de biens ou de services.

 Les flux financiers (ou flux monétaires)


Les paiements effectués entre l'entreprise et ses partenaires constituent des flux financiers.
Ils correspondent à des mouvements de monnaie ou d’engagement d’argent.
 Les flux monétaires peuvent être classés en :
 flux financiers contrepartie des flux physiques externes
 flux financiers de financement
INTRODUCTION A LA COMPTABILITE GENERALE

Notions de base sur le fonctionnement d’une entreprise

Toutes ces opérations doivent avoir une traduction monétaire car ,


toutes, elles engendrent des flux financiers.

La comptabilité va permettre à l’entreprise de garder la trace monétaire de


toutes ces opérations, permettant ainsi d’établir, en fin de période les états
financiers
(Bilan et compte de résultat).
INTRODUCTION A LA COMPTABILITE GENERALE

Présentation de la comptabilité générale.

Définition de la comptabilité générale

« La comptabilité générale est une technique ayant pour


objectif de représenter, sous forme chiffrée, des évènements
qui résultent de faits matériels, juridiques ou économiques,
et entraînent des conséquences sur le patrimoine de
l’entreprise. »
INTRODUCTION A LA COMPTABILITE GENERALE

Définition de la comptabilité générale

Exemple n° 1 : La SCMB achète au près d’un fournisseur « X » un microscope électronique,


lui permettant de développer de nouvelles activités. Le prix de l’appareil, livré et installé
chez SCMB, est de 21.000 . Le paiement de l’achat se fait à la livraison.

EVENEMENT N° 1 Traduction Conséquences sur


Achat du matériel chiffrée le patrimoine
matérialisé par une Enregistrement de Entrée d’un bien pour
LE FAIT
facture l’achat pour une une valeur de 21.000
MATERIEL valeur de 21.000
Acquisition par la
SCMB de la
propriété d’un EVENEMENT N° 2 Traduction Conséquences sur
microscope Paiement de l’achat chiffrée le patrimoine
électronique matérialisé par Enregistrement du Sortie d’argent pour
émission d’un titre de flux financier d’une un montant de 21.000
paiement valeur de 21.000
INTRODUCTION A LA COMPTABILITE GENERALE

Définition de la comptabilité générale

Exemple n° 2 : Pour créer la Société SCMB, un actionnaire a réalisé un apport d’une somme
d’argent , d’une valeur de 700.000 dh, au capital de cette société.

Traduction Conséquences sur


LE FAIT EVENEMENT
chiffrée le patrimoine
Apport en capital
JURIDIQUE Enregistrement de Entrée d’une somme
d’une somme
La création de la d’argent de 700.oo0
l’apport et du d’argent d’un
SCMB en tant que paiement par montant de
dh versé par chèque
personne morale chèque pour un 700.000 dh
Bancaire
montant de
700.000 dh
INTRODUCTION A LA COMPTABILITE GENERALE

La comptabilité : technique d’enregistrement des flux économiques

L’objectif principal de la comptabilité générale


est l’enregistrement quotidien des flux
économique.

Un outil d’information et de communication à


destination d’utilisateurs internes ou externes à
l’entreprise.

C’est une obligation légale pour toute


entreprise.
Application : emplois /ressources
 Le 15 janvier 2011, M.CHOKRI décide de créer une entreprise. À cette
fin, il utilise une somme de 250 000DH.
 Il achète un local pour 130 000 DH, du mobilier pour 45 000 DH, du
matériel et outillage pour 35 000 DH.
 il ouvre un compte bancaire au nom de son entreprise et y dépose la
somme de 25 000 DH ; le reste est déposé en caisse.
 Le même jour, il emprunte 70 000 DH auprès de sa banque pour
acquérir un véhicule utilitaire, et achète Des marchandises à crédit
auprès de KARIM pour une valeur de 50 000 DH.

TRAVAIL A FAIRE
 Relever les moyens de financement (ou ressources) de M. CHOKRI .
 Relever les différentes utilisations (ou emplois) de ces moyens.
 Présenter dans un tableau les ressources et les emplois de l'entreprise
au 15/01/2011
Application : emplois /ressources
 les moyens de financement (ou ressources) de M. CHOKRI .
Apports : 250000 DH
Emprunt auprès de la banque : 70000 DH
Fournisseur KARIM : 50 000 DH.

 les différentes utilisations (ou emplois) de ces moyens.


Un local pour 130 000 DH,
Mobilier pour 45 000 DH
Matériel et outillage pour 35 000 DH.
Un compte bancaire 25 000 DH
Le reste est déposé en caisse.
Véhicule utilitaire : 70000 DH
Des marchandises à 50 000 DH.
Application : emplois /ressources
Présenter dans un tableau les ressources et les
emplois de l'entreprise au 15/01/2011

EMPLOIS MONTANT RESSOURCES MONTANT


un local 130 000 DH, Apports : 250000 DH
mobilier 45 000 DH Emprunt auprès de 70000 DH
matériel et 35 000 DH. la banque
outillage Fournisseur
Banque 25 000 DH KARIM 50 000DH.
caisse. 15000 DH
véhicule utilitaire 70000 DH
Marchandises 50 000 DH.
TOTALS 370000 DH TOTALS 370000 DH
les principes de la comptabilité
générale

 La comptabilité doit refléter une image fidèle du


patrimoine de l’entreprise, de sa situation financière et
de son résultats.

 Pour obtenir cette image fidèle, l’entreprise doit


respecter un certain nombre de règles qui sont : Les
principes comptables fondamentaux.

 Ces principes sont au nombre de sept.


les principes de la comptabilité
générale
1] continuité d’exploitation: Les comptes de l’entreprise
sont tenus dans une perspective de poursuite normale de
l’activité. Il est abandonné si les conditions de cessation
totale ou partielle de l’activité sont réunies.
2] Permanence des méthodes :les mêmes règles sont
appliqués d’un exercice à l’autre.
3] Coût historique: La valeur à laquelle est inscrite un
bien reste fixe.
4] Spécialisation des exercices : Les charges et les produits
de l’exercice doivent être rattachés à l’exercice qui les
concernent effectivement.
les principes de la comptabilité
générale
5] Prudence:Dès qu’une charge est probable, elle doit
être enregistrée en comptabilité. Un produit n’est
enregistré que lorsqu’il est certain.
6] Clarté : Les opérations et informations doivent être
inscrites dans les bonnes rubriques sans compensation
entre elles.
7] Importance significative Les états de synthèse
doivent révéler tous les éléments dont l’importance
peut affecter les évaluations et les décisions.
Les règles de la comptabilité

Des règles de comptabilité sont définies par le Plan


comptable général. Ainsi, certains documents sont
obligatoires. On y retrouve le journal , le grand livre, la
balance des comptes, le bilan ou encore le compte de
résultat.
Le système d’information
comptable
1. L’information comptable
1.1 Les supports de l’information.
 Parmi les documents que l’entreprise manipule,
certains constituent des pièces comptables et d’autres
non.
 Seules les pièces comptables attestent de flux (servent
de preuve) et sont traitées par la comptabilité .
 Les principales pièces comptables sont les factures (doit
et avoir) les documents attestant des paiements
(chèques, souches, pièces de caisse…), les livres de paie.
1. L’information comptable (suite)
1.2 Le traitement des pièces comptables
 Toutes les pièces comptables sont soit émises par
l’entreprise soit reçues par l’entreprise
 Elles sont la preuve d’une opération qui donne naissance à
des flux physiques ou monétaires.
 Ces flux sont enregistrés en comptabilité suivant la
technique de la partie double. Pour une opération, emploi
= ressource (ou débit = crédit)
1. L’information comptable (suite)
1.3 Le plan comptable général
 La présentation et l’évaluation de l’information comptable
font l’objet d’une normalisation.
 C’est le plan comptable général (PCG) qui fixe ces normes.
 Ces normes sont principalement constituées de :
 Règles d’évaluation et de présentation,
 Un plan de compte : une liste de comptes que les comptables
doivent utiliser. Chaque compte est caractérisé par un numéro et un
intitulé.
1. L’information comptable (suite)
La codification des comptes
 Le classement des comptes respecte le mode de codification décimale.
 Le cadre comptable normal prévoit 10 classes (le code comptable simplifié
prévoit seulement 8 classes) numérotées ainsi :
 Comptes de bilan ou de situation :
Classe 1 : Comptes de financement permanent
Classe 2 : Comptes d’actif immobilisé
Classe 3 : Comptes d’actif circulant (hors trésorerie)
Classe 4 : Comptes de passif circulant (hors trésorerie)
Classe 5 : Comptes de trésorerie
1. L’information comptable (suite)

Comptes de gestion

Classe 6 : Comptes de charges

Classe 7 : Comptes de produits

Classe 8 : Comptes de résultats

Classe 9 : Comptes analytiques

Classe 0 : Comptes spéciaux


1. L’information comptable (suite)

 La classe appelée aussi masse, porte un numéro composé


d’un seul chiffre, chaque classe se subdivise en plusieurs
rubriques portant des numéros à deux chiffres :
 Exemple

 -Classe 1 : Financement permanent

 -Rubrique 11 : Capitaux propres

 -Rubriques 14 : Dettes de financement.


1. L’information comptable (suite)

 Chaque rubrique se subdivise, à son tour, en plusieurs postes portant des


numéros à 3 chiffres :
 Exemple :
 -Rubrique 11 : Capitaux propres
 -Postes 111 : Capital social ou personnel
 114 : Réserves légale
 Le poste regroupe plusieurs comptes principaux portant des numéros à 4
chiffres. Ces comptes sont subdivisés en comptes divisionnaires portant des
numéros à 5 chiffres. Ces derniers peuvent être subdivisés en sous-comptes
portant des numéros à 6 chiffres et plus.
1. L’information comptable (suite)
Tableau récapitulatif de la codification prescrite par le P.C.G.E
Nombre Objet Code d’identification Prescription du P.C.G.E
de
chiffres
1 Masse- classe 1er chiffre Les masses, les rubriques et les
2 Rubrique 2 premiers chiffres comptes principaux sont
3 Poste 3 premiers chiffres limitativement prévus par le P.C.G.E et
4 Compte 4 premiers chiffres ont un caractère obligatoire.
principal

5 Compte 5 premiers chiffres Les comptes divisionnaires prévus par


divisionnaire le P.C.G.E sont recommandés pour les
entreprises.

6 Sous-comptes 6 premiers chiffres Les sous –comptes sont laissées à


l’initiative des entreprises.
2. L’organisation du traitement de
l’information comptable
2.1 L’organisation générale de la comptabilité.
 Tri des documents : pièces comptables ? (sinon, mise de
côté).
 Classement par ordre chronologique.
 Analyse des pièces comptables: achats, ventes…?
 Enregistrement au journal : partie double.
 Report dans les comptes du grand-livre.
 Vérification par la balance des comptes.
 Elaboration des documents de synthèse : bilan et compte
de résultat.
2. L’organisation du traitement de
l’information comptable (suite)
2.2 L’enregistrement des pièces comptables au
journal et dans le grand-livre
 Pièce comptable = une écriture.
 Écriture = respect de la partie double.
 Le journal décrit les opérations une par une et chaque écriture met en
jeu plusieurs comptes.
 Les comptes à utiliser sont listés par le plan comptable général (PCG) et
portent un numéro et un intitulé. Ils appartiennent en outre à une
classe de comptes (classes 1 à 7).
 Le grand livre présente les comptes un par un et chaque compte
contient une partie de plusieurs opérations.
2. L’organisation du traitement de
l’information comptable (suite)
2.3 La vérification de la partie double
 Pour vérifier qu’aucune erreur de partie double n’a été
commise, les entreprises établissent périodiquement une
balance des comptes.
 La balance est un document qui présente pour chaque
compte classé par numéro du PCG : le total débit, le total
crédit et le solde.
 Si aucune erreur de partie double n’a été commise, on doit
vérifier les égalités : total débit = total crédit et total des
soldes débiteurs = total des soldes créditeurs.
2. L’organisation du traitement de
l’information comptable (suite)
2.4 L’établissement des documents de synthèse.
 Le bilan et le compte de résultat sont établis à
partir d’une balance à une date donnée.
 Le résultat est reporté au bilan dans les capitaux
propres, si c’est une perte, il est précédé du signe
« - ».
Le bilan
Le Bilan
Introduction
Le plan comptable marocain privilégiait la présentation
classique de l’actif et du passif par ordre de liquidité
et d’exigibilité croissantes et distinguait les créances
et les dettes à plus et moins d’un an.
LE BILAN
Définition
 Le bilan est un tableau en deux parties qui recense
à une date donnée:
les emplois de l’entreprise appelé, Actif du bilan.
 les ressources qui ont permis de les financer
appelé Passif du bilan.
 Le bilan est donc un tableau donnant la
photographie de la situation financière d’une
entreprise à un moment donné.
LE BILAN
Description du bilan
Le bilan se compose de deux parties :
 Actif : Ensemble des emplois de l’entreprise.
 Passif : Ensemble des ressources de l’entreprise
ACTIF ( EMPLOIS) PASSIF ( RESSOURCES

M2 Actif immobilisé M1 Financement permanent

M3 Actif circulant hors M4 Passif circulant hors


trésorerie trésorerie

M5 Trésorerie – Actif M5 Trésorerie -Passif


LE BILAN
C’est une « photographie » à une date
donnée du patrimoine de l’entreprise.
Les actifs sont des biens Le passif regroupe les
dont l’entreprise est ressources externes de
propriétaire. P l’entreprise.
Les matériels, les stocks, A Ces ressources
les créances et les A proviennent des associés
C
liquidités sont les S (capital), des banques
principaux actifs d’une T (emprunts) et des
S
entreprise. I fournisseurs (dettes).
I
F
F
L’ACTIF
L’actif immobilisé regroupe
les biens destinés à servir de
façon durable à l’activité
ACTIF
de l’entreprise : bâtiment,
matériel, mobilier, etc ….. P
IMMOBILISE
A
S
L’actif circulant comprend S
les biens destinés à changer ACTIF I
de nature au cours de
l’activité de l’entreprise : CIRCULANT F
stocks, créances clients,
trésorerie, etc …
L’ACTIF IMMOBILISE
Ce sont des biens sans
I
substance physique : fonds incorporelles
M
M
commercial, logiciels, etc … O
B

Ce sont des biens avec une


I
L
P
I
substance physique : terrains,
corporelles S A
A
bâtiments, matériel, mobilier, T
I
S
etc … financières
O
N
S
S
I
Actifs monétaires destinés à F
être conservés durablement : ACTIF
CIRCULANT
dépôt de garantie, etc …
L’ACTIF CIRCULANT
ACTIF

Stocks de marchandises, de IMMOBILISE


matières premières, etc … P
A
STOCKS
S
Sommes dues par les clients, S
l’Etat, les organismes sociaux, CREANCES I
etc …
F
Comptes bancaires positifs et TRESORERIE
argent liquide en caisse.
LE PASSIF
C’est la valeur comptable nette
du patrimoine de l’entreprise.
FONDS Ils proviennent des apports des
PROPRES associés et des bénéfices
accumulés.
A
C DETTES
FINANCIERES Ce sont les emprunts souscrits
T et les découverts bancaires.
I
F DETTES D’ Ce sont les sommes dues aux
EXPLOITATION fournisseurs, organismes
sociaux, Etat, etc …..
L’actif du bilan
L’actif exprime l’emploi qui a été fait des ressources ; on
distingue :
Actif immobilisé( classe 2) : Les emplois
durables
Représentés par les biens permanents de l’entreprise
L’ensemble de ces biens reste à la disposition de
l’entreprise pour une durée dépassant un an.
 Les immobilisations en non valeur (21)
Frais préliminaires : ce sont des frais relatives à la
constitution ; à l’augmentation du capital ; à la
publicité, à la prospection…
Ces frais peuvent être répartis sur plusieurs exercices
exemple : droit d’enregistrement, frais de notaire, frais
de publicité…
L’actif du bilan
 Les immobilisations incorporelles (22)
 Elles sont constituées des éléments de l’actif immobilisé qui n’ont pas
d’existence physique.
 Exemple : fonds commercial ; la clientèle, le nom commercial,
l’enseigne, immobilisation en recherche et développement (221).
 Les immobilisations corporelles (23)
 Les immobilisations corporelles sont tous les éléments ayant une
existence physiques sur lesquels s’exerce un droit de propriété,
 Elles ne se consomment pas par le premier usage exemple : terrain,
construction, installations techniques, matériel et outillage, matériel
de transport…
 Les immobilisations financières (24/25)
 Ce sont les prêts d’une durée supérieure à 1 an, accordés par l’entreprise
à des tiers.
L’actif du bilan
Actif circulant hors trésorerie :emplois
temporaires (classe 3)
stocks, créances sur les clients et créances diverses. Ce
sont des emplois temporaires car destinés à se
transformer par la suite.
Trésorerie (classe 5)
Celle-ci est ventilée en :
o Trésorerie Actif ( rubrique 51) : qui comprend les
disponibles financières de l’entreprise en banque ou en caisse ….
o Trésorerie Passif ( rubrique 52): correspond à des
facilités de trésorerie inscrites au passif du bilan (découverts,
emprunts à moins d’un an, crédits d’escompte).
Passif du bilan
Le passif exprime à la date de l’établissement du
bilan l’origine et le montant des capitaux se trouvant à
la disposition de l’entreprise. Les ressources peuvent
être constituées par :
Financement permanent
(classe 1) :
 Il s’agit des ressources stables de l’entreprise
constituées essentiellement par :
 Les capitaux propres : apports des associés, bénéfices
conservés dans l’entreprise.
 Les dettes de financement : c à d emprunts d’une
durée supérieure à 1 an à l’origine.
Passif du bilan
Passif circulant hors
trésorerie (HT) (classe 4).
 Il se compose :
 Des dettes liées au financement de l’exploitation de
l’entreprise : dettes vis- à-vis des fournisseurs
d’exploitation, de l’Etat, des organismes sociaux, du
personnel.
 Des dettes d’une durée inférieure à 1an liées aux
acquisitions d’immobilisations.
Le passif est constitué également de la trésorerie
passif déjà précitée.
Application :
Le 01/ 01/ 2003, deux personnes, se sont associées pour créer
une société « SOTAREX », elles ont apporté un capital de
800.000 DH et ont emprunté une somme de 200.000 DH.
Ensuite, elles ont utilisé cet argent pour faire les emplois
suivants :
-Acquisition d’un fond commercial : 300.000 DH
-Acquisition d’un local : 350.000 DH
-Acquisition de mobilier de bureau : 50.000 DH
-Acquisition d’un matériel de transport : 120.000 DH
-Acquisition d’un stock de marchandises : 160.000 DH
-Dépôt en banque : 20.000 DH.

 T .A .F : Etablir le bilan société « SOTAREX », au 01/ 01/


2003.
Application :
Au 01/ 01/ 2005, l’entreprise « INFO » vous remet les éléments suivants et vous
demande d’établir son bilan.
- Frais de constitution 5.000 DH
-Fonds commercial 425.000 DH
- Immeuble 600.000 DH
- Matériel industriel 400.000 DH
-Matériel de transport 150.000 DH
- Matériel de bureau 70.000 DH
- Mobilier de bureau 30.000 DH
- Stocks de matières premières 250.000 DH
- Créances clients 50.000 DH
-Banque 180.000 DH
- Caisse 20.000 DH
- Capital à déterminer
-Emprunt auprès des EC 300.000 DH
- Dettes fournisseurs 180.000 DH
 T.A.F
Etablir le bilan de l’entreprise « INFO » au 01/ 01/ 2005 ; tout en déterminant le
montant du capital.
Les mouvements des comptes de bilan
 Les comptes d’actif augmentent de valeur du côté du débit et
diminuent de valeur du côté du crédit.
 Les comptes du passif augmentent de valeur du coté du crédit et
diminuent de valeur du coté du débit.
 Ceci peut se résumer de la manière suivante :

D Comptes d’actif C D Comptes de passif C

+ - - +

Les comptes d’actif présentent généralement un solde débiteur,


les comptes de passif un solde créditeur.
Le compte de produits et charges
(CPC)
 I Définition
 il retrace l’activité de l’entreprise et indique comment le résultat a été formé.
Il constitue un instrument privilégié d’informations de gestion permettant
d’orienter l’activité de l’entreprise.
 Le résultat est obtenu par différence entre les produits et les charges de
l’entreprise au cours d’une période déterminée.
 Résultat = Produits - charges
 -Les produits et les charges sont présentés dans le CPC sous forme de
rubriques et de postes classés selon la nature de ces éléments.
 -La structure du CPC présente 3 niveaux partiels (exploitation, financier,
non courant), complétée par un niveau global (impôt sur les résultats).
Charges (HT) Produits (HT)
61 Charges d’exploitation 71 Produits d’exploitation
63 Charges financières 73 Produits financiers
65 Charges non courantes 75 Produits non courants
67 Impôts sur les résultats
Bénéfice net ou perte nette

Total Total
LE COMPTE DE RESULTAT
Les charges et produits
d’exploitation relèvent de
l’activité courante de
Charges l’entreprise : ventes et achats
d’exploitation Produits de biens et services, charges
d’exploitation de personnel, etc ...

Les charges et produits


Charges financiers relèvent de la
financières structure financière de
Produits l’entreprise : intérêts des
financiers emprunts, agios, escomptes
Charges
obtenus ou accordés, etc ...
exceptionnelles Produits
Résultat exceptionnels Tout le reste : cession
d’immobilisation, pénalité et
amende, etc …
Charges ≠ dépenses
 Les matières achetées mais non
consommées figurent en stock à l’actif du
bilan
 Les machines achetées figurent en
immobilisation à l’actif du bilan,
 Seule leur usure figure en charge au
compte de résultat (dotation
aux amortissements).
De plus, le CPC fait apparaître différents niveaux de résultats obtenus en
cascade.
- Résultat d’exploitation = Produits d’exploitation - charges d’exploitation

- Résultat financier = Produits financiers - charges financières

- Résultat courant = Résultat d’exploitation + résultat financier

- Résultat non courant = Produits non courants - charges non courantes

- Résultat avant impôt = Résultat courant + résultat non courant

- Résultat net = Résultat avant impôt - Impôt sur les résultats


Application :Au 31/12/2010, le cumul des charges et des produits de l’entreprise XYL fait
ressortir les soldes suivants :
Achat de marchandises : 675.220 DH
Achat non stockés de matières et fournitures :12.730DH
Locations :32.800 DH
Entretien et réparation :25.400 DH
Primes d’assurances :18.600 DH
Transports :8.700 DH
Frais postaux et frais de télécommunications :31.400 DH
Impôts et taxes : 12.220 DH
Salaires et traitements : 396.800 DH
Intérêts / Emprunts : 10.740 DH
Pénalités fiscales : 4.240 DH
Ventes de marchandises : 1.420.600DH
Ventes de produits accessoires : 4.750 DH
Escomptes obtenus : 2.340 DH
Produit de cession d’une immobilisation : 2.875 DH
Etat des stocks de marchandises :
Au 31/12/2003 :92.500 DH
Au 31/12/2004 :105.400 DH
Impôt sur le résultat : 11.600 DH
 T.A.F : Présenter le CPC au 31/12/ 2010.
Les mouvements des comptes de CPC
 Les comptes de charges augmentent de valeur du côté du débit et diminuent
-

de valeur du côté du crédit.


 -Les comptes de produits augmentent de valeur du coté du crédit et
diminuent de valeur du coté du débit.
 Ceci peut se résumer de la manière suivante :

 D Comptes de charges C D Comptes de produits C

+ - - +

Les comptes de charges présentent généralement un solde débiteur, les


comptes de produits un solde créditeur.