Vous êtes sur la page 1sur 27

LA BRUCELLOSE

HUMAINE
Définition
 La brucellose ( fièvre ondulante
méditerranéenne, fièvre de Malte )
est une maladie infectieuse
commune à l’homme et certains
animaux ( bétail) due aux bactéries
du genre Brucella .
 Cette antropozoonoze localisée
primitivement au bassin
méditerranéen, est actuellement
ubiquitaire.
Bactériologie
 Il s’agit d’un coccobacille gram
négatif, aérobie qui pousse
lentement sur des milieux de culture
enrichis
 On distingue:
- Brucella mélitensis: ovins, caprins
( Tunisie +++ ), 80% des cas humains
- Brucella abortus: bovins 15% des
cas humains
- Brucella suis: porcs et lièvre.
Epidemiologie
500 490 Tunisie
Kasserine
450
400 355
350 291 321
300 250
250 206
182 183
200
128
150
100 52 64 70
29 42 28
50 12 7 5
0
1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003

DANS LE MONDE
•Le bassin méditerranéen 1 er foyer,
•L’Amérique latine 2eme foyer
EN TUNISIE
•Le nombre des cas en Tunisie varie entre 200 et 500 cas / an
•C’est un nombre sous estimé par la sous déclaration +++
DANS LA REGION DE KASSERINE
* Le nombre varie entre 10 et 100 cas avec 261 cas lors de l’épdémie
de 1992
Mode de contamination
 La maladie se transmet de l’animal à
l’homme par:
 consommation de lait cru et dérivés
 manipulation des produits
d’avortements et du fumier
 de la mère à l’enfant sous allaitement
 contact de viande et de viscères des
animaux infectés
 contamination de laboratoire
LA CLINIQUE
A - la forme septicémique
1- FORME AIGUE : l’aspect le plus
habituel
a- Phase d’incubation
silencieuse de durée en moyenne
de 2 semaines
b- Le début
insidieux, marqué par un état
fébrile discret, une asthénie tenace
des courbatures,un simple malaise
c – la phase d’état
* La fièvre
est l’expression majeure, amenant le malade
à consulter. Elle ondulante s’élève souvent
l’après midi et le début de la nuit, pouvant
atteindre 39-40°c
* Les sueurs
habituellement profuse et surtout nocturne,
obligeant le malade de changer les draps
* Les douleurs:
mobile et fugace, de siège imprécis
( muscles, os, articulation )
NB: l’association de ces éléments constitut la
triade classique de la fièvre sudoro-algique
* Les signes physiques:
 Splénomégalie, le plus souvent
modérée
 Adénopathies superficielles,
fermes et sensibles à la palpation
 Plus rarement atteinte sacro-
iliaque ( sciatalgies ) et orchite
unilatérale
d- évolution :
 En l’absence de traitement persiste
plusieurs semaines
 Il existe de rares cas de guérison
spontané.
 correctement traitée la guérison est de
principe mais la convalescence est
longue marquée par une asthénie et des
douleurs
 parfois rechutes ou passage à la
chronicité
2 – FORMES CLINIQUES :
a- Forme discrète: forme atténuée
pouvant être inapparente et négligée
b- Forme aigue pseudotyphoîdique
- fièvre en plateau
- signes abdominaux
c- Forme subaigue polyvscérale maligne:
- en cas de contage massif
- sur un terrain immunodéprimé
- nombreuse localisation ( cœur, reins,
foie…)
B - la forme focalisée
Symptomatologie en foyer
pouvant apparaître
 au cours ou au décours de la
phase septicémique initiale non
diagnostiquée ou
insuffisamment traitée
 au cours des formes chroniques
 primitive révélant la maladie
1- BRUCELLOSE OSTEOARTICULAIRE
 Les plus fréquentes : grosses articulations
 mono ou pauci articulaire
 réalise des ostéo-arthrites
a- La sacro-iliite :
 incidence variable:10 à 50%
 évocatrice de la brucellose
 souvent unilatérale ( douleur locale avec
ou sans irradiation sciatique exagérée par
la marche )
 Rx : flou et élargissement de l’interligne
sacro-iliaque, érosions ou condensation
des berges iliaques.
b- Spondilo-discites
 atteinte lombaire surtout
 douleurs rachidiennes, syndrome de
compression médullaire,
 abcès qui migrent
 Rx : pincement discale, atteinte de la face
antéro ou latéro-supérieure de la vertèbre,
ostéophytose précoce, pott mélitococcique
c- Pseudococcalgie méditerranéenne
 homme
 unilatérale
 douleurs et limitation des mouvements
 Rx : déminéralisation et irrégularité de
l’articulation coxo-fémorale
2- NEUROBRUCELLOSE
- méningite
- méningo-encéphalite
- méningo-meylo-radiculite
3- FORME HEPATIQUE ET SPLENIQUE
- hépatite et spléno-hépatite
hémorragique
4- FORME GENITALE
a – Orchiépidydimite :
- unilatérale
b – mammite et ovarite
c – avortement : peut survenir chez la
femme enceinte en période aigue
5- FORME RESPIRATOIRE
6- FORME CARDIAQUE:
- endocardite,
- péricardite, méo cardite :
exceptionnelles
7- FORME RENALE :
- pyélonéphrite
C - la Brucellose chronique
1- GENERALE
- asthénie ( physique, psychique et
sexuelle )
- sueurs et polyalgies lors des
activités physiques
2- FOCALE
- foyers quiescents ou peu évolutif
( osseux, neuroméningés ou
viscéraux )
DIAGNOSTIC POSITIF
1 – HEMOCULTURES
- ensemencement sur milieu
déphasique ( gélose et bouillon )
enrichi à 10% de CO2
- brucella pousse en 1 à 2 semaines,
mais il faut attendre le délai de 1 mois
- ces hémocultures sont rarement
positives le germe peut être isolé au
début de l’infestation
1 – LES METHODES SEROLOGIQUES
a - Séro-agglutination de Wright :
- méthode de référence, fidèle,
spécifique, rarement faussement
négative
- seuil de positivité > 1/80
- positif à partir de la 2 eme semaine
de l’évolution, le titre augmente
ensuite rapidement, dégraisse en 4 à
6 mois jusqu’à la négativité ou titre
trés faible pendant 1 à 2 ans
b - test rose Bengale ou card. test :
- méthode spécifique et sensible
- technique simple et lecture immédiate
- met en évidence des IgG
- se positive un peu plus tardivement
que le SDW et demeure plus longtemps
- souvent positif dans la brucellose
chronique
- méthode intéressante dans le
diagnostic positif, la surveillance et les
enquêtes épidémiologiques
PRISE EN CHARGE
Conduite a tenir devant un cas
Déclaration de la maladie au
SRSSB et au niveau centrale
Information des services
vétérinaires
Enquête épidémiologique pour
identifier la source de l’infection,
le mode le plus fréquent de
contamination , et rechercher les
cas non encore diagnostiqués.
Traitement : Standardisation de la
conduite thérapeutique
( recommandations du séminaire
national sur la Brucellose Douz les
27-28 Septembre 1991 )
Schémas thérapeutiques :
Nous nous intéressons à la forme
aigue sans foyer secondaire ( forme
épidémique ).
* Rifadine : 10 à 20 mg/kg/j
pendant 3 semaines
+
*Tetracycline : 1.5 à 2g/j pendant
6 semaines
Alternative :
* Rifadine :
pendant 3 semaines +
* cotrimoxazole :
pendant 6
semaines ( 6 cp/j 2
semaines, 4 cp/j 4
semaines )
Situation particulières
Femme enceinte et enfant :
Rifadine seul x 6 semaines .

Suivi du patient
Tous les 15 jours jusqu’à
l’arrêt du traitement puis à 3
mois et à 9 mois . Ce suivi vise
essentiellement à s’assurer de
l’absence de l’apparition de
foyers secondaires
PREVENTION
Prophylaxie animale
- vaccination: ovins,
caprins, bovins
- diagnostic et
abattage des
animaux atteints ?
Mesures d’hygiène
Ces mesures sont à
promouvoir auprès des
populations exposées au
risque par la manipulation et
le contact avec les animaux. Il
s’agit notamment de l’hygiène
corporelle et de la nécessité
de porter des gants, des
bottes lors de la manipulation
des animaux et surtout des
produits d’avortements
Education pour la santé

auprès de la population
générale : insister surtout
sur le rôle du lait cru et de
ses dérivés dans la
contamination et les
mesures d’hygiène.