Vous êtes sur la page 1sur 13

Système de confort et

sécurité
système anti patinage

Réalise par :
•Khoudari salima
• Rochdi yasmine
•Elmelhaouy asmae
Encadré par : Mrs ELKHATTABI
•Lekhder manal
OMAR
Sommaire

 Introduction.
 Définition & Principe .
 Avec quels dispositifs s’utilisent l’antipatinage ?
 À quoi sert antipatinage  ?
 Comment fonctionne antipatinage ?
 Le rôle du voyant antipatinage.
 Pourquoi le voyant s’allume-t-il  ?
 De quoi se compose l’antipatinage ?
 ABS ou ASR .
Introduction
L’antipatinage, aussi connu sous le nom
de système d’antipatinage des roues, est
un dispositif de sécurité active qui
empêche le véhicule de patiner au
démarrage. Lors de la conception de ce
système, les recherches ont été ciblées sur
le patinage d’une roue ou de plusieurs
roues lors d’une accélération. Le but étant
une nouvelle fois de 
prévenir d’éventuels accidents liés à une
perte de contrôle du véhicule puis une
sortie de route. De fait, un véhicule qui
patine au point de pivoter autour de son
axe vertical sera stabilisé par l’action de
l’ASR, du TCS ou de l’ASC + T, mais
également de l’ABS et de l’ESP
Définition
L'objectif principal de l'antipatinage est d'éviter la perte
d'adhérence au sol d'une voiture lors d'une phase de démarrage
ou d'accélération et/ou lorsque le sol est dégradé. Le terme vient
du mot "patiner" que l'on utilise pour désigner une roue qui
glisse.
Principe
Si on accélère brusquement, les roues avant (dites motrices)
risquent de tourner trop vite par rapport aux roues arrière. C'est là
qu'une auto, en raison de ce déséquilibre, se met à patiner. Un sol
glissant ou meuble (pluie, verglas, sable...) amplifiera ce
phénomène. Via des capteurs et un calculateur, l'antipatinage
détermine lorsqu'il faut intervenir en freinant légèrement les roues
avant, voire en réduisant la puissance du moteur.
Avec quels dispositifs s’utilisent
l’antipatinage ?
. Il faut savoir que l’anti patinage ne s’utilise jamais seul. Il doit
s’accompagner d’autres éléments pour se révéler opérationnel. Ainsi, il
ne fonctionne pas sans ABS ni sans EBD pour la répartition électronique
du freinage.
En effet, l’ABS (Antiblockier System), en tant qu’équipement de sécurité
active, permet l’antiblocage des roues de freinage. En ce qui concerne
l’EBD, appelé aussi EBV ou ECB, il agit sur la puissance de freinage des
roues tout en les modulant au besoin.
Toutes ces fonctionnalités garantissent de meilleures conditions de
conduite et une sécurité renforcée pour les occupants de l’auto
À quoi sert l’antipatinage ?

Actuellement, trois types de systèmes d’antipatinage des roues  équipent les


automobiles récentes : l’ASR, TCS et l’ASC +T.
 Lorsqu’il s’agit d’un système ASR, ce dispositif agit afin de permettre au
conducteur d’accélérer tout en conservant la meilleure adhérence possible.

Le système TCS est un dispositif qui permet, quant à lui, de gérer


l’accélération des roues motrices lorsqu'un véhicule aborde un ou plusieurs
virages. Cela permet de réduire significativement les risques de dérapage.

L’ASC + T combine les avantages des deux précédents systèmes. Cela est
d’autant plus probant lorsqu’il se déplace à grande vitesse sur une voie rapide et
que ses réflexes sont mis à l'épreuve afin de faire face à une situation d’urgence,
ou lorsque les conditions météo sont particulièrement mauvaises.
Comment fonctionne l’antipatinage
?
 Tout comme l’ESP, l’AFU ou encore l’ABS, l’ASR fonctionne grâce à un système de
capteurs positionné au niveau des roues. Ces capteurs électroniques analysent tout au long
de chaque déplacement la vitesse de rotation des roues motrices, et transmettent cette
vitesse à un calculateur électronique. Celui-ci anticipe une situation de dérapage en
agissant sur la roue qui bénéficie de l'appui au sol le plus efficace. Ainsi, la remontée
rapide de cette information permet de redresser plus rapidement la trajectoire du véhicule
en limitant la perte d’adhérence.
C’est pour cette raison que l’on conseille souvent aux conducteurs de désactiver
l’antipatinage lorsqu’ils doivent démarrer sur un revêtement enneigé. Une fois
que le mouvement du véhicule est amorcé, il suffit de le réactiver afin de bénéficier
à nouveau des nombreux avantages qu’il offre.
Le rôle du voyant anti patinage

Vous avez remarqué que le voyant anti patinage s’allume sur le tableau de bord
de votre voiture ? Vous ne devez pas craindre le pire car il s’agit, au contraire,
d’une information rassurante pour l’automobiliste. En effet, l’allumage de ce
voyant signale la mise en route du dispositif. Vous ne perdez pas le contrôle de
votre véhicule.
Cependant, un témoin anti patinage qui s’allume indique au conducteur que la
trajectoire de l’auto peut se trouver hors de son contrôle. D’autre part, le voyant
anti patinage doit s’éteindre dès lors que le mauvais virage est passé. Si cela
n’est pas le cas, soupçonnez un dysfonctionnement. Rendez-vous dans un
garage pour effectuer un contrôle
Pourquoi le voyant s’allume-t-il ?

 Le témoin anti patinage peut s’allumer sans raison, en dehors du


démarrage de la voiture ou de la survenue d’un virage. Dans ce
cas, il s’agit d’un problème de fonctionnement que vous devez
résoudre en consultant un garagiste.

 Les causes de cette anomalie peuvent être diverses : ampoule


grillée, défaillance du capteur… Un mécanicien vous aiguillera sur
l’origine de l’allumage.
De quoi se compose l’antipatinage ?

Plusieurs éléments constituent l’anti patinage, indispensables à son bon


fonctionnement :
un calculateur spécifique ;
un capteur d’angle de braquage de la direction. Cela permet de relever l’angle
de rotation du volant ;
un capteur d’accélération transversale pour détecter une anomalie au niveau des
mouvements latéraux ;
un capteur de lacet qui analyse la rotation éventuelle de la voiture autour de son
axe. Ce capteur sert à détecter le tête-à-queue ;
un témoin anti patinage, utile pour signaler son fonctionnement.
ABS ou ASR ?

 Bien que les deux dispositifs agissent différemment, leurs utilisations


respectives sont liées et elles sollicitent le même calculateur électronique et le
même capteur de vitesse. Si l’ABS élimine l’effet de blocages de roue  lors de
freinages violents et permet de garde le contrôle du véhicule, l’ASR permet,
quant à lui, de réduire la puissance du moteur, afin de limiter la force de
traction (ou couple moteur) sur les roues motrices dès lors que l’une des roues se
met à tourner plus vite que les autres.
 Bien que le système de Contrôle dynamique de Stabilité assure une sécurité
accrue du conducteur, il ne le soustrait pas à ses obligations vis-à-vis du code e
route . Ainsi, une conduite à risque sur des zones dangereuses augmente le risque
de collision. Lorsque les conditions de conduite sont les plus extrêmes, même
l’action des différents dispositifs de sécurité active ne permet pas d’empêcher que
des accidents mortels se produisent.