Vous êtes sur la page 1sur 14

Université des sciences et de la

technologie (Houari BOUMEDIENE )

faculté des sciences biologiques

Le Chimiotactisme
fait par :
• Balamane rania

A remettre à : Mme ABDELLAZIZ


Le plan
1. Introduction
2. Définition
3. Les types du chimiotactisme
4. tactisme chez les bactéries
A-Le comportement
B-La protéine de chimiotaxie méthyl-
acceptante (MCP)
5. Importance clinique
6. mesure de phénomène
7. Conclusion
Les types du
chimiotactism
e
Deux types de substances sont ainsi désignées selon
leurs effets sur le chimiotactisme : les substances
attractives (chimiotactisme positif) et les substances
répulsives (chimiotactisme négatif). Le chimiotactisme
peut être démontré par l’utilisation de milieux
permettant le mouvement des bactéries (géloses,
bactéries en suspension) et par l’utilisation de blocs
d’agars imprégnés de solutions de molécules testées
chimiotactisme
positif chez Escherichia coli: Chimiotactisme négatif chez E.
Sur gélose, on dépose 2 acides coli:
aminés (sérine à droite et aspartate à
gauche). Les bactéries sont déposées
Dépôt de blocs d’agar imprégnés
au niveau de la tâche la plus petite. La
d’acétate (en rouge). La
migration est forte vers l’aspartate,
concentration d’acétate est variable
qui donne une forte colonie (en noir).
(0 à 3 M). Les bactéries se
La migration plus faible vers serine
déplacent beaucoup plus si
(tache moyenne à droite) peut être
l’acétate est très concentré et
attribuée à des mutants mobiles mais
forment en conséquence des halos
non chimiotactiques. Les mutants non
de plus en plus larges
mobiles sont restés sur le dépôt
Chimiotactisme bactérien
• Certaines bactéries, dont Escherichia coli, ont
quelques flagelles (en général 4-10 par cellule). Ces
derniers peuvent tourner dans deux sens :
• La rotation dans le sens inverse des aiguilles d’une
montre (sens trigonométrique +) arrange les flagelles
dans un seul faisceau synchrone ; en résulte la
natation rectiligne de la bactérie. (Phase appelée
« run » en anglais.)
• Lors de leur rotation dans le sens des aiguilles d'une
montre (sens trigonométrique −), les flagelles se
désolidarisent les uns des autres, ainsi la bactérie
bouge de manière erratique et tourne dans tous les
sens mais ne peut pas se déplacer. (Phase appelée
« tumble » en anglais.)
• Le sens de la rotation est toujours observé en dehors
de la cellule, en regardant les flagelles en face de la
Le
comportement
à l’alternance des deux phases (« run » et
« tumble »). Si on observe le mouvement d’une
bactérie dans un environnement homogène on
trouve une trajectoire aléatoire due aux phases de
natations rectilignes relativement courtes,
interrompues par des phases de « tumble »
aléatoires qui réorientent les bactéries. Les
bactéries telles qu'Escherichia coli sont incapables
de choisir la direction dans laquelle elles nagent et
ne sont pas capables de nager longtemps suivant
une ligne droite à cause de la diffusion
 rotationnelle. Autrement dit, les bactéries
« oublient » la direction dans laquelle elles vont.
Compte tenu de ces contraintes, il est remarquable
que les bactéries sont capables de diriger leur
mouvement afin de trouver des lieux favorables de
concentration élevée en attractants (en général en
nourriture) ainsi que d’éviter les substances
À la présence d’un gradient chimique les bactéries vont répondre
avec la chimiotaxie, elles vont diriger donc leur mouvement en
fonction du gradient chimique. Si la bactérie sent qu’elle bouge
dans la bonne direction (c’est-à-dire elle va vers l’attractant ou
bien elle s’éloigne du repellant) elle continue de nager tout droit
pour plus longtemps avant la phase « tumbling ». Dans le cas
contraire, elle va arrêter de nager plus tôt et essayer une
nouvelle direction choisie au hasard. Autrement dit, les bactéries
comme E. coli utilisent une perception temporelle pour décider si
la vie commence à devenir meilleure ou pire. De cette façon,
elles trouvent assez bien les lieux où la concentration des
attractants est la plus élevée (en général la source). De plus,
même en cas de concentrations très élevées, elles sont capables
de distinguer des différences très faibles de concentration. La
détection des reppellants fonctionne avec la même efficacité.
Il paraît remarquable que cette marche aléatoire soit le résultat
d’un choix simple entre deux formes de mouvement aléatoire,
notamment entre la natation et le « tumbling ». En effet, les
réponses chimiotactiques telles qu’oublier la direction et choisir
le type du mouvement ressemblent à la capacité de prendre des
décisions des êtres vivants plus évolués possédant un cerveau
 avec lequel elles sont capables de traiter les 
La protéine de
chimiotaxie
méthyl-
acceptante (MCP)
La protéine de chimiotaxie méthyl-acceptante (MCP) est
une protéine transmembranaire de détection de 
bactéries . L'utilisation du MCP permet aux bactéries de
détecter les concentrations de molécules dans la 
matrice extracellulaire afin que les bactéries puissent
nager ou dégringoler en conséquence. Si la bactérie
détecte des niveaux croissants d'attractifs ( nutriments )
ou des niveaux décroissants de répulsifs ( toxines ), les
bactéries continueront à nager vers l'avant ou à nager en
douceur. Si la bactérie détecte des niveaux décroissants
d'attractifs ou des niveaux croissants de répulsifs, les
bactéries s'effondreront et se réorienteront dans une
nouvelle direction. De cette manière, une bactérie peut
nager vers les nutriments et loin des toxines 
Structure des
MCP
Les MCP partagent une structure et un mécanisme de signalisation
 similaires . Les MCP forment des dimères . Trois dimères de MCP
forment spontanément des trimères. Les trimers sont complexés
par CheA et CheW en réseaux hexagonaux. Les MCP se lient
 directement aux ligands ou interagissent avec les protéines de 
liaison au ligand , transduisant le signal en protéines de
signalisation en aval dans le cytoplasme . La plupart des MCP
contiennent:
1. (a) un peptide signal N-terminal qui est une 
hélice alpha transmembranaire dans la protéine mature;
2.  (b) un domaine de récepteur périplasmique (liaison au ligand )
mal conservé ;
3.  (c) une hélice alpha transmembranaire; 
4. (d) généralement un ou plusieurs domaines HAMP et
5. (e) un domaine cytoplasmique C-terminal hautement conservé
 qui interagit avec les composants de signalisation en aval
•  Le domaine C-terminal contient les résidus de glutamate 
méthylé .
Les MCP subissent deux modifications covalentes : la désamidation
et la méthylation réversible dans un certain nombre de résidus de 
glutamate . Les attractifs augmentent le niveau de méthylation,
tandis que les répulsifs le diminuent. Les groupes méthyle sont
ajoutés par la méthyl-transférase CheR et sont éliminés par la