Vous êtes sur la page 1sur 64

DE LA TOUPIE SPHERIQUE A LA

TOUPIE ASYMETRIQUE

HDR Maud Rotger 17/12/2004


Expériences 1990 Théorie

Raman Toupies
Stimulé sphériques
PARS DRASC Hexa-
fluorures

Différence de Toupies
Fréquences asymétriques

Spectroscopie Toupies
Basse symétriques
résolution

Molécules
Absorption piégées
Diode laser

2004
HDR Maud Rotger 17/12/2004
PLAN

• Théorie et analyse des spectres de molécules dérivées


de toupies sphériques

• Expérience d’absorption à diodes laser

• Théorie des molécules piégées dans des zéolithes

HDR Maud Rotger 17/12/2004


1ère partie

L’EXTENSION AUX TOUPIES


ASYMETRIQUES ET SYMETRIQUES …
Généralités
Niveau de base de SO2F2
Triade de SO2F2
SF5Cl
Bases de données
HDR Maud Rotger 17/12/2004
GENERALITES

HDR Maud Rotger 17/12/2004


IDEES DE BASE

Considérer une molécule symétrique ou asymétrique


comme dérivant d’une toupie sphérique.

Exemples :
SF5Cl peut être vue comme dérivant de la molécule SF6.
SO2F2 peut être vue comme dérivant de l’ion moléculaire SO42.

Associer une chaîne de groupes ponctuels à cette


molécule.

HDR Maud Rotger 17/12/2004


CHAINES DE GROUPES
Groupe des rotations dans l’espace : O(3)

Groupe
Orientation directe
intermédiaire

Groupe de la molécule

HDR Maud Rotger 17/12/2004


1000
1000
MODES VIBRATIONNELS 1600
1600
ν3 (F 1u) ν6 (b1)
ν3 (F 1u) ν6 (b1)
ν8 (e)
ν8 (e)
1400
ν1 (a1) 1400
ν1 (a1)

800 ν1 (a1)
800 ν1 (A 1g)
ν1 (A 1g) Diade 1200
1200
ν1 (a1)

ν2 (a1)
ν2 (a1) ν3 (F 2)
ν3 (F 2)
ν2 (F g)
ν2 (F g) ν5 (b1) 1000
ν4 (F 1u) ν5 (b1) 1000 ν1 (A 1)
600 ν4 (F 1u) ν3 (a1) ν1 (A 1)
600 ν (a )
ν9 3(e)1 ν8 (b2)
ν9 (e) ν (b )
ν5 (F 2g) ν2 (8a1)2
ν5 (F 2g) ν7 (b2)
ν7 (b2) 800
800 Diade ν2 (a1)

400
ν10 (e)
ν10 (e)
ν4 (a1)
Pentade
Pentade
400 ν6ν4(b1(a)1) 600 ν4 (F 2)
ν6 (b1) 600 ν4 (F 2) ν3 (a1)
ν6 (F 2u) ν3 (a1)
ν6 (F 2u) ν7 ( b1)
ν9ν(7b(b)1)
ν11 (e) ν9 (2b2)
ν11 (e)
ν2 (E )
ν2 (E ) ν5 (a2)
400 ν5 (a2)
400 ν4 (a1)
ν4 (a1)
200
200

200
200

0 GS GS 0 GS GS
0 GS GS 0 GS GS

2 −
SF SF SO

SO
SO2F
SF5Cl
2
2F2
SF66 SO4 4 2
5Cl
HDR Maud Rotger 17/12/2004
FORMALISME TENSORIEL ET
HAMILTONIEN EFFECTIF
(C i) (C i)
H effectif = ∑ti(R ⊗V )
i
ti : paramètres,

R et V sont les tenseurs rotationnels et vibrationnels.


Développement systématique de tous les opérateurs
à n’importe quel ordre et pour n’importe quelle polyade,

Bien adapté à la programmation,


Extrapolation vibrationnelle des paramètres,

Base reliée à la chaîne de groupes choisie.


HDR Maud Rotger 17/12/2004
1er EXEMPLE :
LE SPECTRE DE ROTATION
PURE
DE SO2F2

HDR Maud Rotger 17/12/2004


HAMILTONIEN EFFECTIF DU NIVEAU
DE BASE
Degré
Hamiltonien tensoriel :
%
Ω(K ,nΓ,Γ) %
Ω(K ,nΓ,Γ)
H Moret-Bailly = ∑ t βR
touslesindices Chaîne de groupes
K (K )
Ω(K ) Ω−K (0)
=R × RM ,
K (K )
R M RM = (R K −1(K −1) × R1(1))(MK ),
où R Ω−K (0) = ((R1(1) × R1(1))(0))(Ω−K )/2,et R = 2J .
1(1) (1)

Hamiltonien de Watson :
2
H Watson = B200 J2 + B020 JZ2 + T400 (J2 ) + T220 J2 JZ2 + T040 JZ4
3 2 1
+ Φ 600 (J2 ) + Φ 420 (J2 ) JZ2 + Φ 240 J2 JZ4 + Φ 060JZ2 + [B002 + T202 J2 + T022 JZ2
2
2 1
+ Φ 402 (J2 ) + Φ 222J2 JZ2 + Φ 024 JZ4 ,J+2 + J−2 ]+ + [T004 + Φ 204 J2 + Φ 024 JZ2 ,J+4 + J−4 ]+
2
+ Φ 006 (J+6 + J−6 ).
HDR Maud Rotger 17/12/2004
TENSEURS ROTATIONNELS ET
BASE ORIENTEE

Chaîne de groupes : O(3) ⊃ Td ⊃ C2v

Ω(K ,nΓ) (K ) M Ω(K ) %


R σ =∑ G nΓσ R M R Ω(K ,nΓ,Γ)
=∑ G R
(Γ) 'σ
Γ%
Ω(K ,nΓ)
σ
M σ

G et G’ sont des coefficients d’orientation.

La base est dérivée de la base sphérique et orientée dans la


chaîne de groupes, kets du type J, nC, C% .
HDR Maud Rotger 17/12/2004
COMPARAISON A L’ORDRE 0

⎛ 2 ⎞ 2 ⎛ 2 ⎞ 2 ⎛ 2 ⎞ 2
H Moret-Bailly = ⎜t1 −2 t2 ⎟ Jx + ⎜t1 −2 t2 ⎟ Jy + ⎜t1 + 4 t2 ⎟ Jz
⎝ 3 ⎠ ⎝ 3 ⎠ ⎝ 3 ⎠
+ 2 2t3 (JxJy + JyJx )+ L

H Watson = ( B200 + 2B002 ) J X2 + ( B200 − 2B002 ) JY2 + ( B020 + B200 ) J Z2 + L

HDR Maud Rotger 17/12/2004


CHOIX DES AXES
⎧ 1
J
⎪x = (JX −JY ),
2

Moret-Bailly ⎪ 1
⎨Jy = (JX + JY ),
(Oxyz) ⎪ 2
⎪Jz = JZ .


ou
⎧ 1
J
⎪X = (Jx + Jy ),
2

Watson ⎪ 1
J
⎨Y = − (Jx −Jy ),
(OXYZ) ⎪ 2
⎪JZ = Jz,


HDR Maud Rotger 17/12/2004
FORMULES DE CORRESPONDANCE
⎧ 4 6 38 30 38 42 2496 462
⎪A = t
1 + t2 + t7 − t8 − t16 +L
⎪ 3 15 21 77
⎪ 2 6 4 30 4 42 640 462
⎪B = t
1 − t2 −2 2t3 − t7 + t8 + t16 +L
⎪ 3 5 7 77
⎪ 2 4 4 640 462
⎪C = t1 − 6t2 + 30t7 + 42t8 + t16 +L
⎪ 3 5 7 77
⎪ 8 2 2 16 10 16 14 1280 462
T
⎪ 400 = − D J = t4 + 2t5 + 30 t7 − 42 t8 + t13 − t
14 − t16 +L
3 5 7 5 7 231


⎨T220 = −D JK = −8 2t5 −4 30t7 + 20 42t8 − 40 10t13 + 200 14t14 + 800 462t16 +L
⎪ 7 3 21 11
⎪ 1120 14 10
T
⎪ 040 = − D K = − 462 t 16 + 30 t7 − 42t8 +L
⎪ 11 3 3
⎪ 4
T
⎪ 202 = d1 = 6t6 +L
3

⎪T = d = −1 30t − 1 42t +L
⎪ 004 2
3
7
3
8

⎪T = 0
⎪ 022
⎩H J ,H JK ,H KJ ,H K ,h1,h2,h3,Φ 222 ,Φ 042,Φ024 .

HDR Maud Rotger 17/12/2004


FORMULES DE CORRESPONDANCE
⎧ 1 1 1
t
⎪1 = B 200 + B 020 − T040 + HKL
3 15 21

⎪ 6
⎪ 2 84 (7B020 −5T040 + 7H K )+L
t =

⎪t = −1 2B +L
⎪3 2
002

⎪ 1 1 1 1
⎪t4 = T040 + T220 + T400 − H KJ − H K +L
⎪ 5 3 15 7

⎪t = − 2 (6T + 7T −5H −10H )+L
⎨5 112
040 220 KJ K

⎪ 6
t
⎪6 = T202 +L
8

⎪ 30
t
⎪7 = − (110T004 −11T040 + 35H K )+L
2640

⎪t = 42 (−154T + 35H −11T )+L
⎪ 8 3696 004 K 040


⎪t9 = 0
⎩t10 ,t11,t12,t13,t14 ,t16,t17,t18 ett19.

HDR Maud Rotger 17/12/2004
DETAILS DE L’ANALYSE (v = 0 )

Réduction S Réduction 6† t9 = 0 t9 opt.

RMS
(kHz) 102.85 79.27 72.85 69.87


(kHz) 26 21 23.47 23.29
1071 raies attribuées (J jusqu’à 99).
 : déviation standard calculée à partir de la médiane des résidus
absolus.

K. Sarka et al., Journal of Molecular Spectroscopy, 200, 55 – 64, (2000).
HDR Maud Rotger 17/12/2004
VUE D’ENSEMBLE - NIVEAU DE BASE
Simulation

Expérience

0 200 400 600 800 1000


Fréquence / GHz
HDR Maud Rotger 17/12/2004
ZOOM DANS LA REGION Q
Simulation

Expérience

8.36 8.38 8.40 8.42 8.44


Fréquence / GHz
HDR Maud Rotger 17/12/2004
ZOOM DANS LA REGION R(37)
Simulation

Expérience

384.2 384.4 384.6 384.8


Fréquence / GHz
HDR Maud Rotger 17/12/2004
RESIDUS (v = 0)
800

600

400

200

-200

-400

-600 Précision exp. :  1 MHz

-800
0 20 40 60 80 100
J
HDR Maud Rotger 17/12/2004
ENERGIES 15
Energies calculées
10
REDUITES (v = 0)
5

-5

E red = E (J,α˜ , C˜ ) -10


0 20 40 60 80 100
−t 2(0,0A1 ,a1 )J(J + 1) J
15
4(0,0A1 ,a1 ) 2 2 Energies observées
−t J (J + 1) 10

−t 6(0,0A1 ,a1 )J 3 (J + 1) 3 . 5

-5

-10
0 20 40 60 80 100
HDR Maud Rotger 17/12/2004 J
2ème EXEMPLE :
LA TRIADE (3, 7, 9) DE
SO2F2

HDR Maud Rotger 17/12/2004


DETAILS DE L’ANALYSE
Modèle Modèle tensoriel
« classique » † (en cours)

Nbre de paramètres 79 (3 interactions) 42 (10 interactions)


Degré du
8 6
développement
JMAX 86 79
Nbre d’attributions
4806 2331
IR
Nbre d’attributions
499 384
MW
RMSIR(mk) 0,553 1,244

RMSMW(.10-6 cm-1) 5,2 3,9


H. Bürger et al., Journal of Molecular Structure, 612, 133 – 141, (2002).
H. Bürger et al., Journal of Molecular Structure, 612, 133 – 141, (2002).

HDR Maud Rotger 17/12/2004


VUE D’ENSEMBLE

Simulation

1.0

0.5

Expérience

ν9(b2) ν7(b1) ν3(a1)


0.0
510 520 530 540 550 560 570 580
-1
Nombre d'onde / cm
HDR Maud Rotger 17/12/2004
BANDE 7

Simulation

1.0
R(14) R(15) R(16)

0.5

Expérience

0.0
549.0 549.2 549.4 549.6 549.8 550.0
-1
HDR Maud Rotger 17/12/2004 Nombre d'onde / cm
BANDE 9

P(45) P(44) P(43)


Simulation
1.0

0.8

0.6

Expérience
523.6 523.8 524.0 524.2 524.4
HDR Maud Rotger 17/12/2004 Nombre d'onde / cm-1
BANDES 7 et 3
Simulation (Watson)

1.0
Simulation (état actuel)

0.5

Expérience
0.0
555.6 555.8 556.0 556.2 556.4 556.6
-1
Nombre d'onde / cm
HDR Maud Rotger 17/12/2004
ENERGIES 560
Energies calculées

REDUITES (triade) 555

550

545

540

E red = E (J,α˜ , C˜ ) 535

0 20 40 60 80

−t 2(0,0A1 ,a1 )J(J + 1) 560


J

Energies observées
4(0,0A1 ,a1 ) 2 2
−t J (J + 1) 555 ν3

550
6(0,0A1 ,a1 ) 3 3
−t J (J + 1) . ν7
545

ν9
540

535

0 20 40 60 80
J
HDR Maud Rotger 17/12/2004
3ème EXEMPLE :

LA DIADE 1/8 DE SF5Cl

HDR Maud Rotger 17/12/2004


BANDE 1 de SF535Cl

 Données procurées par H. Bürger


à Wuppertal (Allemagne),
précision exp. : qq mk
Simulation
 Analyse de 1346 raies jusqu’à Jmax=
1.0
79, rms = 0.00082 cm-1.
0.8

1.0
0.6 Simulation

Expérience 0.8
0.4

0.2 0.6
P(20) P(19) P(18) P(17)
Expérience
845 850 855 860 865
-1
Nombre d'onde / cm 852.9 853.0 853.1 853.2 853.3 853.4 853.5
Nombre d'onde / cm-1
HDR Maud Rotger 17/12/2004
BANDE 8 de SF535Cl

 Spectre plus
Simulation dense. Simulation
 Seulement 351
1.0
raies attribuées
1.0
0.8 pour Jmax= 19
0.6
avec un rms de 0.8

0.00011 cm-1.
0.6 Expérience
0.4
Expérience
0.2 0.4

900 905 910 915 920 0.2


Nombre d'onde / cm-1

M. Rotger et al., JMS 208, 169-179 (2001) 910.2 910.3 910.4 910.5
-1
910.6
Nombre d'onde / cm
HDR Maud Rotger 17/12/2004
BASES DE DONNEES

HDR Maud Rotger 17/12/2004


ORGANIGRAMME (Para.
modèle
(base
(calcul
) et
Spectre
V.P.
Ener.
Para.
Polyade
Transition
spect
tra
trm
dipmat
dipmod
hdi
hmatri
rovbas
hmodel de
(diagonalise
(modèle
(matrice
(momt.
(freq. rovib.)
du
de

Pn' → PPPnnn'
H)
m.tr.)
de
H)
despectre)
trans.)
H)
MD)
MD)
H)
calculé
inférieure
supérieure

Calcul de l’Hamiltonien

Calcul des Moments de Transition

Calcul du Spectre
HDR Maud Rotger 17/12/2004
BASE DE DONNEES C2vTDS

 C2vTDS pour les molécules de type XY2Z2.

http://www.u-bourgogne.fr/LPUB/c2vTDS.html

HDR Maud Rotger 17/12/2004


BASE DE DONNEES C4vTDS

 C4vTDS pour les molécules de type XY5Z.

http://www.u-bourgogne.fr/LPUB/c4vTDS.html

HDR Maud Rotger 17/12/2004


PERSPECTIVES CONCERNANT
LES MOLECULES QUASI-
SPHERIQUES …

HDR Maud Rotger 17/12/2004


Analyse de la diade 5(a2)/4(a1) qui pose
problème avec l’hamiltonien de Watson,
Analyse globale des premiers niveaux
vibrationnels : état de base, diade et
triade,
Autres molécules quasi-sphériques : IOF5 (C4v),
H2SO4 (C2), …
Réf. : - M. Rotger, V. Boudon et M. Loëte, J. Mol. Spectrosc., 216, 297–307, (2002).
- M. Rotger, V. Boudon, M. Loëte, L. Margulès, J. Demaison, H. Mäder,
G. Winnewisser et H.S.P. Müller, J. Mol. Spectrosc., 222, 172–179, (2003).
- Ch. Wenger, M. Rotger et V. Boudon, JQSRT, accepté, (2004).
HDR Maud Rotger 17/12/2004
2ème partie

TRAVAIL EXPERIMENTAL :
SPECTROMETRE A DIODE LASER

HDR Maud Rotger 17/12/2004


SCHEMA SYNOPTIQUE

HgCdTe HgCdTe
Cuve

Fabry-Pérot

Acquisition
Séparatrice KBr
Résolution  1 mk
Puiss. : qq 10 mW
Monochromateur Diode laser Régions : 750 cm-1,
920 cm-1, 2200 cm-1.

HDR Maud Rotger 17/12/2004


QUELQUES VUES DU
SPECTROMETRE …
Réf. : - W. Raballand, N. Benoit, M. Rotger et V. Boudon, Spectrochimica Acta A,
60, 3403-3412, (2003).

HDR Maud Rotger 17/12/2004


SPECTRES DIODE LASER DE SF5Cl
1.0 Spectre TF (T = 203 K, P = 0.2 mbar, l = 20 cm) Raies de SiH4 (calibration)

0.8
0.6
0.4
0.2
T =241 K, P = 0.15 mbar, l = 50 cm
0.15
910.50 910.60 910.70 910.80
Nombre d'onde / cm-1 0.10

0.8 0.05
Spectre Diode Laser (T = 293K, P = 0.15 mbar, l = 50 cm)
0.6 0.00
0.4 907.0 907.1 907.2 907.3 907.4
-1
Nombre d'onde / cm
0.2 Raies de SiH4 (calibration)

0.0
910.50 910.60 910.70 910.80
Nombre d'onde / cm-1

Spectre Diode Laser (T = 241 K, P = 0.15 mbar, l = 50 cm)


0.06 T =241 K, P = 0.15 mbar, l = 50 cm

0.8
0.04
0.4
0.02
0.0
0.00
910.50 910.60 910.70 910.80
Nombre d'onde / cm-1 918.2 918.3 918.4 918.5 918.6
Nombre d'onde / cm-1
HDR Maud Rotger 17/12/2004
PERSPECTIVES

HDR Maud Rotger 17/12/2004


• Mise en place d’un jet fente supersonique du même
type que celui de l’ETH pour :
Invitation de M.
Loroño Pour l’analyse de bandes complexes,
(Vénézuela)

• Apport indispensable de la spectroscopie FTIR :

Manips faites à l’ETH de Zürich.

HDR Maud Rotger 17/12/2004


PHOTOS DU JET

Face avant : fente


Largeur: qq 100 m
Longueur : qq cm

Partie interne : réglages

HDR Maud Rotger 17/12/2004


3ème partie : Nouvelle thématique

MOLECULES PIEGEES DANS DES


ZEOLITHES …

Objectifs de l’étude
Molécule d’éthylène isolée
Effet Stark

HDR Maud Rotger 17/12/2004


OBJECTIFS DE L’ETUDE

HDR Maud Rotger 17/12/2004


ADSORPTION DANS LES
ZEOLITHES
Zéolithes = solides poreux micro-structurés
 Capture de polluants industriels
présents dans les rejets gazeux
 Processus d’adsorption réversible
 Synthèse de zéolithes adaptées aux
substances à piéger
 Choix d’une molécule test :

L’éthylène (C2H4)
Double liaison C=C : 1,33 Å

Equipe «Adsorption sur Solides


Poreux» du LRRS
HDR Maud Rotger 17/12/2004
ADSORPTION DANS LES
ZEOLITHES ZSM-5
La spectroscopie infrarouge est utilisée comme outil de diagnostic :

I. Canaux sinusoïdaux
Dimensions : (5,1 5,5 6,6) Å3
I
II. Canaux longitudinaux
Dimensions : (5,4 5,6 4,5) Å3 III
II
III. Intersections
Dimensions : (5,4 5,4 5,6) Å3

Champs électriques très intenses.

HDR Maud Rotger 17/12/2004


MOLECULE D’ETHYLENE
ISOLEE

HDR Maud Rotger 17/12/2004


MODELE

 Chaîne de groupes : O(3)  D2h

 Mêmes méthodes théoriques que pour les groupes


C2v (SO2F2) et C4v (SF5Cl),

 Ecriture de l’hamiltonien et des moments de transition


pour la molécule C2H4 isolée,

 Analyse des bandes rovibrationnelles 2 et 12.


Réf. : - W. Raballand, M. Rotger, V. Boudon et M. Loëte, Journal of Molecular Spectroscopy,
217, 239-248, (2004).
HDR Maud Rotger 17/12/2004
SPECTRE RAMAN DE LA BANDE 2
DE C2H4
Spectre calculé Ajustement de Nous obtenons :
23 paramètres - v0 = 1626,176 24(61)
- 141 - A = 4,830 12(10)
Spectre expérimental attributions - B = 0,994 80(10)
- Déviation - C = 0,823 457(70)
standard (rms): en cm-1
1623.5 1624.0 1624.5 1625.0-1
Nombre d'onde / cm
1625.5 1626.0
2,3 10-3 cm-1
Spectre Raman enregistré par D. Bermejo,
Instituto de Estructura de la Materia , Madrid,
Espagne, précision exp. : qq mk

1625.6 1625.8 1626.0 1626.2


-1
Nombre d'onde / cm

1624.2 1624.4 1624.6 1624.8


-1
Nombre d'onde / cm
HDR Maud Rotger 17/12/2004
SPECTRE INFRAROUGE DE
LA BANDE 12 DE C2H4
Spectre calculé
Ajustement de 20 Nous déduisons :
paramètres - v0 = 1442,440 13(22)
- 822 données - A = 4,924 85(27)
Spectre Expérimental - Déviation - B = 1,007 52(27)
standard (rms) : - C = 0,826 54(18)
1,9 10-3 cm-1 en cm-1
1380 1400 1420 1440 1460 1480 1500
Nombre d'onde / cm
-1
Spectre IR enregistré par J. Vander Auwera,
Université Libre de Bruxelles, Belgique, précision
exp. : qq mk

1442 1443 1444 1445 1446


-1
1447 1448
Nombre d'onde / cm

1458.0 1458.5 1459.0 1459.5 1460.0


-1
1460.5 1461.0
Nombre d'onde / cm
HDR Maud Rotger 17/12/2004
EFFET STARK

HDR Maud Rotger 17/12/2004


L’HAMILTONIEN STARK
Direction
Directionduduchamp
champélectrique
électrique
selon
selonl’axe
l’axeZZdu
durepère
repèredu
dulabo
labo::

Hamiltonien Stark
1
H S = H 0 − α ZZ EZ2
2
z
H0 : Hamiltonien à champ nul
aZZ : tenseur de polarisabilité

• C représente les cosinus

α ZZ = ∑t S [C { }⊗ (R{ }⊗V { })]


{iC ,iR ,iV } iC iR iV
directeurs de l’axe OZ dans
le repère (O, x y z).
{iC ,iR ,iV } • tS : paramètres de
l’Hamiltonien Stark
HDR Maud Rotger 17/12/2004
LA MATRICE STARK
Représentation des couplages entre les états de la matrice Stark :

Déplacement et éclatement
des niveaux d’énergie :

Etat haut

Etat bas

 Logiciel D2hTDS E=0 E>0

 Calcul des transitions et des intensités Stark


 Calcul ab initio des paramètres de la polarisabilité par J. Breidung
(Mülheim, Allemagne)
HDR Maud Rotger 17/12/2004
EFFET DU CHAMP ELECTRIQUE
SUR LE SPECTRE DE LA BANDE 12
9
3.0 10 V/m

9
2.5 10 V/m

9
2.0 10 V/m

9
1.5 10 V/m

9
1.0 10 V/m

9
0.5 10 V/m

Sans champ
éléctrique
W. Raballand, LPUB,
T = 100 K, Jmax = 15

1420 1430 1440 1450 1460 1470


-1
Nombre d'onde / cm
HDR Maud Rotger 17/12/2004
PERSPECTIVES

HDR Maud Rotger 17/12/2004


BANDE DE CISAILLEMENT : 12
87
Ethylène gazeux
Zéolithe seule
Ethylène piégé (7 moléc. /maille)

Exp. : V. Bernardet, LRRS


86 T = 300 K

85

84

83
1350 1400 1450 1500 1550
-1
Nombre d'onde / cm
HDR Maud Rotger 17/12/2004
 Comparisons avec les spectres expérimentaux dans une
zéolithe,

 Extension du modèle à un champ électrique multipolaire,

 Extension du modèle au confinement,


 Calculs ab-initio (champ électrique, confinement, … ),
 Complèter le modèle avec le moment dipolaire pour les
études en polyades.

HDR Maud Rotger 17/12/2004


ANIMATION SCIENTIFIQUE

• Collaboration avec le LRRS (chimie),

• Journée thématique,
Réseau SpecMo
• Ecole d’été,

• Projet : mise en place d’un GDR ?


Physico-chimie de molécules piégées dans des
nano-matériaux.

HDR Maud Rotger 17/12/2004


BILAN

• Initier des voies nouvelles tant théoriques qu’expérimentales,

• 26 publications, 29 posters, 9 communications orales


dans des congrès, 2 conférences invitées, …

• Participation à l’organisation du congrès HRMS, d’une journée


thématique, d’une école d’été, …

• Mettre en place de nouvelles collaborations nationales


et internationales avec des théoriciens et des expérimentateurs,

HDR Maud Rotger 17/12/2004


COLLABORATIONS
Dijon Lille
Bruxelles Wuppertal
J.-M. Simon J. Demaison J. Vander
G. Weber H. Bürger
L. Margulès Auwera

Kiel
Clermont-Ferrand
LPUB H. Mäder
D. Avignant

Cologne
Jérusalem H.S.P. Müller
Zürich H. Selig G. Winnewisser
M. Quack
Mülheim
Madrid
J. Breidung
D. Bermejo W. Thiel
HDR Maud Rotger 17/12/2004
INVITATION

Je vous invite tous à un pot cet après-midi en salle


du Conseil, bâtiment Mirande, à partir de 16 heures / 16 heures 30 …

HDR Maud Rotger 17/12/2004