Vous êtes sur la page 1sur 13

Association entre les

changements de tour de
taille et l’invalidité chez les
personnes âgées
„Association between changes in waist circumferences
and disability among older adults: WHO-INDEPTH study
on global ageing and adult health (SAGE) in Indonesia”
– Cahya Utamie Pujilestari *, Lennarth Niström,
Margareta Norberg, Nazi Ng
1.1. CONTEXTE – IMPORTANCE

• Atmarita et al. ont constaté que les pauvres consommaient


moins de sucre et de glucides que les riches. Les pauvres
peuvent avoir un choix et une consommation
alimentaires limités, ce qui peut entraîner une
dénutrition et une détérioration de l'état de santé.

• Cette étude démontre la nécessité de différentes


stratégies pour lutter contre l'obésité abdominale et le
handicap sont nécessaires à un niveau socio-économique
différent.
1.2. CONTEXTE – CADRE THÉORIQUE
• La plupart des problèmes de santé de la population âgée sont associés à des
maladies chroniques. Les maladies chroniques telles que le diabète sucré,
l'hypertension et les maladies cardiovasculaires (MCV), qui ont toutes
des effets significatifs sur l'incapacité, sont également fortement liées à
l'obésité, qui est l’un des risques les plus courants facteurs pour NCDS.

• La prévalence de l'obésité augmente à l'échelle mondiale et est devenue un


grave problème de santé publique. Dans le monde, la prévalence de
l'obésité (indice de masse corporelle (IMC)> 30 kg / m²) a doublé entre 1980 et
2014.

• Une augmentation de sa prévalence a également été observée en


Indonésie au cours de la dernière décennie. Entre 1993 et ​2007,
l'obésité chez les personnes âgées de 45 ans et plus est passée de 14%
à 31% chez les femmes et de 8,5% à 17% chez les hommes.
2. DÉFINITION DES CONCEPTS
• Le handicap est un état déterminé à la fois par la capacité
intrinsèque (caractéristiques sous-jacentes des individus) et
contextuelle (les environnements dans lesquels ils vivent et
les facteurs personnels).  
• L’obésité est une maladie causée par un excès de masse
grasse au niveau du corp d’un individu.
• L'IMC (indice de masse corporelle), un indice clé pour relier le
poids corporel à la taille, est le poids d'une personne en
kilogrammes (kg) divisé par sa taille en mètres (m) au carré.
• Étant donné que l'IMC décrit le poids corporel par rapport à la
taille, il est fortement corrélé (chez l'adulte) avec la teneur
3.1 QUESTIONS DE RECHERCHE
• Cetterecherche examine l'association entre les changements de
tour de taille avec un handicap dans les populations plus
âgées d'Indonésie, et si les associations dépendent de la richesse ou
des niveaux d'obésité abdominale de base.

• Vlassopoulos  et al. ont rapporté qu'après 65 à 70 ans, l'IMC avait


tendance à diminuer tandis que le tour de taille continuait
d'augmenter, indiquant ainsi une redistribution de la graisse corporelle
vers la région abdominale.

• Les résultats ont conduit à une discussion sur


la pertinence de l'IMC
pour mesurer l'obésité chez les personnes âgées.
3.2 CONTRIBUTIONS
• L’étude contribue à combler les lacunes dans les
connaissances sur les impacts longitudinaux des
changements de tour de taille sur le handicap - un domaine
de recherche qui n'existait pas en Indonésie.

• Le fait que cette étude ait été menée sur un large


échantillon représentatif de personnes âgées dans un site
démographique bien établi au niveau du district et faisait
partie de l'enquête WHO-INDEPTH SAGE avec un taux de
suivi de plus de 90% était l'un des points forts de cette
étude.
3.2 CONTRIBUTIONS

• L’étude offre des preuves convaincantes pour développer


des programmes d'intervention pour prévenir l'obésité
abdominale chez les personnes âgées dans nos milieux.

• Une intervention par la promotion de l'activité physique et un


apport nutritionnel adéquat pour maintenir un tour de taille
sain devrait être recommandée pour atteindre une santé optimale
et prévenir les incapacités parmi la population âgée non obèse.
4. MÉTHODES
• En 2007, l'étude WHO-INDEPTH sur le vieillissement global et
la santé des adultes (SAGE) a été menée auprès de 11 753
personnes âgées de 50 ans et plus dans le district de
Purworejo, province du centre de Java, Indonésie.
• Parmi ceux-ci, 8 089 au total ont été suivis en 2010. Dans
les deux cas, le tour de taille des individus a été mesuré et la
version en 12 éléments du Plan OMS d'évaluation des
incapacités version 2 (WHODAS - mise en œuvre pour les
personnes handicapées).
• Ainsi, 8 089 répondants avec des données complètes (85% de
tous les répondants) ont été inclus dans l'analyse.
4. MÉTHODES
• Les questionnaires ont été traduits en indonésien, mis à l'essai
et traduits en anglais. Les informations ont été collectées lors
d'entretiens en face-à-face avec des enquêteurs qualifiés.

• Après un entretien, le tour de taille du participant a été mesuré à mi-


chemin entre la dernière côte palpable et le sommet de la crête iliaque
à l'aide d'un ruban à mesurer non élastique.

• On a analysé les données sur les changements du répondant en ce qui


concerne le tour de taille, les caractéristiques sociodémographiques
(l'âge, le niveau de scolarité, la profession, l'état matrimonial, la
résidence) et les maladies chroniques autodéclarées en tant que
variables indépendantes et l'incapacité en fonction de WHODAS-II en
tant que variable dépendante.
5. RÉSULTATS
• Une association positive significative a été observée entre le tour de taille et
l'incapacité au stade précoce (B-0,066; p <0,001), et entre l'augmentation du
tour de taille et le niveau d'incapacité au cours de la période de suivi de 3
ans (B- 0,094: p <0,001) après ajustement pour les variables de référence.
• La plupart des hommes (64%) et des femmes (52%) avaient moins de 6 ans de
scolarité.
• 80% des hommes et 62% des femmes avaient un travail physique, tandis que 11%
des hommes et 29% des femmes ne travaillaient pas.
• La plupart des hommes et des femmes étaient en couple, mais le pourcentage de
ceux du groupe célibataire / veuf était plus élevé chez les femmes que chez les
hommes (38% vs 11%).
• Les maladies chroniques autodéclarées étaient plus élevées chez les
femmes que chez les hommes (18% contre 15%).
• L'obésité abdominale était sept fois plus fréquente chez les femmes (37%
contre 5,4%).
5. RÉSULTATS
• Le tour de taille a diminué et l'invalidité a augmenté avec le temps chez
les deux sexes.
• L'invalidité a augmenté avec un changement global de 4,3 et 4,9 unités de score
chez les hommes et les femmes, respectivement.
• Les hommes et les femmes pauvres avaient des scores d'incapacité
significativement plus élevés par rapport à leurs homologues riches, à la
fois au départ et au suivi.
• Ils ont également connu une augmentation plus importante de leur score
d'incapacité (5,3 cm vs 3,4 cm chez les hommes; p <0,001 et 5,7 cm vs 3,9 cm
chez les femmes; p <0,001, respectivement).
• Aucune différence significative dans les changements de score d'invalidité n'a été
observée entre les hommes obèses et non obèses.
• Les femmes non obèses avaient une augmentation significativement plus
importante de leurs scores d'invalidité par rapport aux femmes obèses.
5. RÉSULTATS

• L'invalidité
était significativement plus élevée chez les
femmes que chez les hommes et augmentait considérablement
avec l'âge.

• Le handicap était plus élevé parmi ceux qui avaient un niveau


d'éducation inférieur, ceux sans emploi, ceux qui étaient
célibataires / veufs, ceux qui vivaient dans l'intérieur des terres,
ceux qui avaient des maladies chroniques et ceux qui étaient
pauvres.
6. CONCLUSIONS ET APPLICATIONS
• L'étude a révélé une forte association entre le tour de taille et le
handicap chez les hommes et les femmes âgés de 50 ans et plus
dans le district de Purworejo, en Indonésie.
• Cette constatation est cohérente avec une récente étude transversale chez
des adultes brésiliens plus âgés de 60 ans et plus qui a montré que
l'obésité abdominale était un facteur de risque important de
handicap.
• Chez les riches, où les personnes âgées obèses étaient plus répandues, les
stratégies de promotion de la santé devraient se concentrer sur la
réduction du tour de taille pour diminuer le niveau et la gravité des
handicaps.
• Pour les pauvres, le maintien d'un apport nutritionnel adéquat pourrait
être plus important dans la prévention des handicaps.