Vous êtes sur la page 1sur 26

Le Contrat de vente électronique

MASTER DE RECHERCHE EN ÉTUDES


I N T E R N AT I O N A L E S E T D R O I T
I N T E R N AT I O N A L

Rédigé par : EL KHALFI Khawla Soumis à l’appréciation du: Pr. EL ARBAOUI


FETOUI Ahlam Mounir

Année universitaire: 2019/2020


Bibliographie
Ouvrages Généraux :
 -VALLE Pierre & ISSAC Henri, E-commerce : De la stratégie à la mise en œuvre
opérationnelle, PEARSON : collect. « Éducation », 3ème édition 2015.
 -DE WASSEIGE Olivier, E-Commerce, E-Marketing, EBay « 3 leviers de croissance
pour lesentreprises ; Belgique : Edi pro e-management 2017.
 -EL HAMMOUMI Driss, « ‫مجلة‬ ‫لمعيار‬JJ‫» ا‬, Fès : 2010 ‫ن‬, ‫لمحامي‬JJ‫ابة ا‬J‫ق‬J ‫ن‬. 
 -P. Thieffry, Commerce électronique : Droit International et Européen, Préface de
Florence Mas, Droit@LITEC 2002, France. 
 -V. SEDALLIEN& J. DUPRE, Contrat d’achat informatique (aspect juridiques et
pratiques), Vuibert édition 2005.
 -Mohammed Drissi Alami Machichi : « droit commercial instrumental au Maroc » ; Ed
Dar AL Kalam, 2015.
 -M SOUAIDI. Droit des affaires au Maroc, collection livre souaidi.com ,5 ème édition
2015,.
 -J.M. JACQUET, Principe d’autonomie et droit applicable aux contrats internationaux,
1983.
 -J. PASSA, Le contrat électronique international : conflit de loi et de juridictions,
Commu. Comm.élec. 05/2005.
-C. GHAZOUANI, LE CONTRAT DE COMMERCE ELECTRONIQUE
INTERNATIONAL, 95 rue de Londres –TUNIS 2011. 

-V.NOTTAMENT thèse E. LAMAZEROLLES, les apports de la Convention


de Vienne au droit français de la vente, , thèse, Poitiers 2001.
-S.GUILLEMARD, le droit international privé face au contrat de vente cyber
spatial, thèse en cotutelle de Paris II et de l’université LAVAL, décembre 2002.

-P.MAYER, V,HEUZE, Droit international privé, Montchrestien, 8é édition


2005.

-ACOURET, J. IGALENS et H, PENAN, la certification, PARIS, PRESSES


universitaire de France, 1995, numéro 3006.
Bibliographie
Textes législatifs :

La
 loi N° 31-08 édictant des mesures de protection du consommateur, du BO n°5932 du 3 Joumada I 1432
(07/04/2011).
- Code de consommation Français.

-Loi promulguée par le dahir n° 1-07-129 du 30 novembre 2007 - 19 kaada 1428 ; B.O. n° 5584 du 6 décembre

2007.
-Loi relative à la protection des personnes physique à l’égard des traitements des données à caractère personnel,

publié au BO n°5.744 du 18 juin 2009. 
-Proposition de Règlement du Parlement Européen et du conseil sur la loi applicable aux obligations

contractuelles (Rome I) présentée par la commission, Bruxelles, 15 décembre 2005.
-CJCE 3 juillet 1997, Francesco Benincasa, J.D.I, 1998.

-La loi 31-08 relative au mesure de protection du consommateur. 

-Dahir du 9 Ramadan 1331 ( 12 aout 1913 ) formant code des obligations et des contrats.

- l’arrêté du 10 janvier 2003.

-Loi n : 90-1170 du 29 décembre 1990, BO du 30 déc. 1990.

-Promulgation de la loi n° 53-05 relative à l’échange électronique de données juridiques du BO n°5584 du jeudi

6 décembre 2007. 
Webographie 

 Cabinet d’Avocats BASSAMAT ET LARAQUI, www.cabinetbassamat.com.


 http://lavieeco.com/news/debat-chroniques/de-la-notion-de-dommages-et-interets-au-
maroc-15655.html.
 www.radins.com.
 Www.l’expressENTREPRISE.fr/gestionfiscalité/droitdesaffaires.
Introduction

Au début des années 1990, le réseau internet s’est progressivement transformé le


réseau Internet ne permet pas seulement d'échanger des informations et d'offrir
aux entreprises une vitrine nouvelle capable de promouvoir leur activité au-
delà de leur zone traditionnelle d'influence. Il constitue aussi un nouvel outil
permettant de passer des contrats et de créer ainsi des relations juridiques.
Au sens large, le contrat de vente électronique est un contrat conclu à distance
sous forme électronique par lequel un commerçant ou un prestataire de
services propose à un destinataire identifié ou au public un bien, un service ou
des informations contractuelles déterminé moyennant un prix.
Ces dernières sont régies par les règles spéciales prévues par le Dahir n° 1-07-
129 du 19 kaada 1428 (30 novembre 2007)et intégrées au DOC.
.
L'importance théorique du sujet tient au débat que la formation des contrats par
voie électronique avait suscité dans la doctrine et la jurisprudence sur la loi
applicable, le lieu et le moment de cette formation. Un autre point de débat est
l'illusion selon laquelle l'Internet et le commerce électronique constituent une
zone de non droit.
L'intérêt pratique est que le commerce électronique constitue la suite logique dans
l'appropriation des nouvelles technologies de l'information et de la
communication.
Problématique :
L’analyse de ce sujet soulève plusieurs interrogations, alors est-ce que l’absence
physique constitue toujours un obstacle chez les contractants ? Et comment
s’assurer que les parties ont la capacité de conclure un contrat à distance ? Et
quelles sont les conditions de validité concernant l’offre et l’acceptation dans un
contrat de vente électronique ?
Sommaire :

 Introduction 

Partie 1 : La forme du contrat de vente électronique.

Chapitre 1 : Les conditions de formation d’un contrat de vente électronique.


Chapitre 2 : Les étapes de formation d’un contrat de vente électronique.

Partie 2 : L’exécution d’un contrat de vente électronique.

Chapitre 1 : Les obligations du vendeur.


Chapitre 2 : Les obligations de l’acheteur.
 
Conclusion 
 
 
 
 
PREMIERE PARTIE : LA FORME DU
CONTRAT DE VENTE ÉLECTRONIQUE.

Chapitre 2 :Les conditions de formation du


contrat de vente électronique
Section 1: les conditions de fond
A)- Le Consentement

L’offre électronique:

L’article 65-4 de Les principales Les conditions de


DOC précise les caractéristiques du vente du bien ou
Les langues
mentions que cet bien, du service du service ou celles
proposées pour la
offre contenir sinon proposé ou du de cession du fonds
conclusion du
il vaut qu’une fonds de commerce de commerce ou
contrat ;
simple publicité concerné ou l'un de l'un de ses éléments
parmi eux: ses éléments ;
B)-La capacité C)- L’objet
D)- La cause


La capacité: se trouve ●
L’objet: doit être licite et

La cause: c’est à dire les
régie par l’article 210 du conforme à l’ordre public. Le raisons qui ont menés les
code de la famille. Les cybermarchand est obligé de parties à contracter, elle
s’assurer que les produits
moyens d’identification de doit être licite et conforme
proposés sont autorisés par les
la capacité du demandeur lois nationales. à l’ordre public et aux
peuvent être établis soit: ●
A cet égard, l’Art. 57 du bonnes mœurs, selon les

La délivrance d’un numéro DOC dispose que sont dans dispositions de L’Art. 62
de carte de crédit le commerce juridique toutes du DOC : les obligations

La signature électronique les choses au sujet desquelles sans cause ou fondée sur
qui se fait par la la loi ne défend pas une cause illicite est non
technologie du chiffrement expressément de contracter. avenue.
Section 2: les conditions de forme
Aucune forme supplémentaire n’est requise, cependant il y a
quelques manifestations de formalisme et quelques restrictions au
principe de l’autonomie de volonté qui résulte de dispositions légales
impératives imposant un certain contenu au contrat, en vue de
protéger les parties ou l’une d’entre elles, généralement la plus faible.

L’écrit Le progrès des technologies nouvelles de communication et



d’information a permis la mise à jour de nouveaux supports


de l’écrit, ce qui consiste une nouvelle modalité de forme
électronique dans la vente

La signature La signature électronique se différencie de la



signature écrite par le fait qu’elle n’est pas visuelle,


électronique mais correspond à une suite de caractères
- Nom
- L’e-

L’identité de l’entreprise:

L'identité de l'e-commerçant:
commercial
Chapitre 2:Les étapes de formation du contrat de
de
l’entreprise  vente
mail ;
: la - Le
dénominati numér
on
o de
Section 1 : Les conditions contractuelles:
complète.
- L'adresse
télépho
géographiq
ue ne ;
complète
du siège - Le
social et lieu de
commercial
, son résiden
numéro de
téléphone,
ce ;
un numéro
de
télécopie
(s’il existe)
et une
adresse de
courrier
électroniqu
e.
- La
description
complète
des
produits ou
services
vendus ;
- Les frais
de livraison
éventuels ;
Ces deux parties doivent se mettre d’accord sur:

A)- Le prix: B)- Le délai et le lieu de livraison:

Le prix est un élément essentiel Cette obligation est parfois difficile


et même caractéristique de la à respecter s’il existe des produits
vente qui va permettre de dont les délais de livraison sont
distinguer la vente d’autres différents, ou si certains sont
façonnés à la demande du client. En
contrats translatifs de propriété
pareil cas, il est intéressant
mais qui n’ont pas de prix
d'expliquer que ce délai peut être
comme la donation ou l’échange différent par produit et que le client
ou encore l’apport en société. Le aura, tout au long de sa commande,
prix s’exprime par une somme l'information précise du délai de
d’argent en contrepartie de livraison de chaque produit
l’acquisition de la chose. séparément
Section 2: la vérification de la commande

La validation de la commande sur Internet passe par


plusieurs étapes :
La première étape consiste à sélectionner l’objet à acheter,
la quantité voulue, et à entrer les coordonnées
personnelles du demandeur tout en indiquant
l’identifiant sur le site.
Une fois cette étape faite, la commande est validée pour
une première fois. Avant de passer au paiement, il faut
vérifier les informations fournies et s’assurer qu’il n’y a
pas d’erreur.
PARTIE 2 : L’EXECUTION D’UN CONTRAT
DE VENTE ELECTRONIQUE

Chapitre 1: Les obligations du vendeur


(cybermarchand)

Les obligations du vendeur sont de nature très diverses. Elles


permettent au cyberacheteur d’entrer en possession des
marchandises vendues, et garantir en deuxième lieu celles-ci.
Section 1: Les principes à respecter

Les principes à respecter par le cybervendeur

Le Le
L’obligatio L’obligatio cybermarcha cybermarcha
Le respect
n de n de nd doit nd doit offrir
de l’ordre
loyauté : transparen présenter un moyen de
public ; une offre paiement
ce 
commerciale  sécurisé 
Section 2: La livraison et La garantie

1. La livraison
Les étapes de la livraison : Service après-vente :


Par une série d’emails envoyés
automatiquement par le vendeur à
l’acheteur, l’informant de l’avancement ●
Le cybervendeur doit mettre
du traitement de sa commande.

Par l’accès à un outil de suivi de en place un ensemble de
livraison : l’acheteur reçoit un numéro services qui garantissent à
de commande et peut visualiser l’acheteur la prise en charge
l’avancement de la livraison.

Par l’accès au système interne du de ses questions après
vendeur qui gère lui-même les données l’achat.
de traitement de commande ou de suivi
de livraison.
2 .La garantie 

L'acheteur devenu propriétaire de la chose devient le


seul responsable de la défense de cette chose et de

Le trouble de fait empêche l'acquéreur ses droits. Cependant, le fait d'un tiers est un trouble
Trouble ●
de jouir paisiblement du bien acheté.
Le vendeur ne revendique pas un droit
affectant la jouissance paisible du bien.

de fait : sur le bien vendu mais, emploi des actes


matériels par rapport au bien vendu.

La deuxième hypothèse, est

Garantie du fait Garantie du fait


lorsqu’un tiers revendique une

Lorsque le vendeur se prétend servitude qui va venir grever
Trouble titulaire d'un droit sur le bien, il
porte atteinte au droit de
l’usage du bien ou une
hypothèque ou un droit de gage.

de droit : Dans tous ces cas-là, le vendeur

personnel : des tiers :


l'acquéreur en se prévalant lui- devra la garantie. C’est ce qui
même d'un droit. ressort de l’Art. 534 du DOC, il
faut certaines conditions :
b) La garantie des vices cachés :
La deuxième garantie est celle de la garantie des vices cachés ou rédhibitoires. Cette garantie ne peut être mise en
œuvre que si l’acheteur rapporte la preuve d’un vice caché de la chose. Le vice caché est celui qu’un acheteur diligent
ne pouvait pas déceler. Il s’agit de la garantie de l’usage de la chose ou de la diminution sensible de la valeur de la
chose. L’Art. 549 du DOC.

Les caractères des vices La preuve du caractère caché


cachés : La mise en œuvre de la du vice :
Doivent être inconnus de garantie des vices cachés : L4Art. 569 du DOC. Prévoit
que « Le vendeur n’est point
la part de l’acheteur ; Le vendeur garantit les tenu des vices apparents, ni de
Rendre la chose vices de la chose... ; le ceux dont l’acheteur a eu
impropre à l’utilisation vendeur garantie connaissance ou qu’il aurait pu
normale ; également l’existence facilement connaître. »
La charge de la preuve incombe,
Le défaut de la chose des qualités déclarées
en principe à l’acquéreur quand
doit être antérieur au par lui , ou qui ont été il est profane, le juge se montre
transfert de la propriété stipulées par l’acheteur. relativement indulgent et tend à
pour que l’acheteur en l’Art. 549 du DOC. présumer le caractère caché du
vice.
supporte les charges.
Chapitre 2: Les obligations de l’acheteur (le
cyberacheteur)

L’acquéreur a deux principales obligations, l’Art. 576 du DOC


prévoit : celle de payer le prix de vente et celle de prendre
livraison de la chose, les parties peuvent prévoir quelques
obligations accessoires.

L’Art. 576 du DOC dispose que : « L’acheteur a deux obligations


principales : celle de payer le prix, et celle de prendre la livraison
de la chose ».
Section 1: L’obligation de paiement  Instruments de
Il s’agit de la propres
paiement à

« monnaie
Internet :
électronique »
qui désigne une
valeur
monétaire
stockée dans un
système
Le lieu de paiement : électronique
par divers
moyens qui
peut être
dépensée sur le
L’utilisation des cartes de paiement réseau à tout
est assimilée à un ordre de virement.
Dans la pratique, la carte de paiement moment.
est un instrument de paiement conclu ● Les cartes
entre la banque, le titulaire de la carte
et le commerçant, suivant les prépayées, qui
conditions données. fonctionnent
grâce à des
réseaux de
paiement
comme Visa ou
MasterCard, et
 Le choix du lieu de paiement du montant des achats effectués, relève de la volonté des les soldes de
parties contractantes. compte
administrés par
L’utilisation des chèques qui sont
très adaptés au mode du paiement des
virtuel. La sécurité de cet instrument fournisseurs du
de paiement, chèque électronique,
tient au fait que les renseignements service en ligne
bancaires ne sont pas inscrits sur le comme PayPal
document circulant sur Internet.
constituant des
formes de
monnaie
électronique.
Section 2 :L’obligation de retirement de la livraison

L’acquéreur a l’obligation de prendre livraison ou de retirer la chose, cette obligation opère


une sorte de détention de la chose. A partir du moment où l’on a la mise à disposition de
la chose, il faut en prendre livraison. L’Art. 580 du DOC.
Tant que la chose n’est pas retirée, le vendeur est assujetti à une obligation de
conservation de la chose. Si elle est détériorée, sa responsabilité se trouvera engagée.
Lorsque le cyberacheteur ne retire pas la chose, on peut saisir le tribunal pour prononcer
la résolution de la vente. Le vendeur, peut dans le cas où il y a stipulation de délai,
résoudre unilatéralement le contrat de plein droit et sans sommation. Il suffit que le
vendeur déclare informer l’acquéreur qu’il résout la vente.
Les obligations de l’acheteur lié au retirement de la livraison

Le cyberacheteur doit faciliter l’opération de la


Le retirement de la livraison nécessite que le cyberacheteur facilite la livraison et retire la

livraison, et ainsi, lorsque la livraison est


marchandise.
effectuée au pays du Il cyberacheteur,
doit y avoir deux
il est tenu propositions obligatoires :
de donner tous les documents administratifs
nécessaires à l’importation, si le vendeur est
celui qui supporte les charges.


Le cyberacheteur est tenu d’une obligation
de retrait de marchandise. En cas de refus du
retrait, il y a le recours à l’exécution forcée
de la vente ou de faire une demande de
résolution, c’est à dire annulation du contrat.
Les effets de l’obligation  
La libé rationdu
L’obligation durefournisse
tire mentur dedelalachose
garantie ;
faite par le c y be rac heteur a com me
e ff e t :
La pris e d e la liv rais o n du cy b erv en d eu r
Se lon le s dispositions de l’ Ar t . 577
p ar le cy b erach eteu r co n s titu e un e forme
du DOC., le s fr a is de tr a nsport sont à
d e reco n n aiss an ce d e la con fo rmité de la
sa chaanr dgeise.de l’a c he te ur.
march

L’Art.
577
du
DOC
dispos
e que :
« L’ac
heteur
est
tenu
de
payer
le prix
à la
date et
de la
maniè
re
établie
au
contra
t ; à
défaut
de
conve
ntion,
la
vente
est
censée
faite
au
compt
ant, et
l’achet
eur
doit
payer
au
mome
nt
même
de la
délivr
ance.
Les
frais
du
payem
ent
sont à
la
charge
de
l’achet
eur ».
Conclusion

Le contrat de vente à distance constitue le commencement des transactions


commerciales nationales et internationales.
Ceci vaut possibilité de présence de larges et nombreux choix avec une
différence de prix et coûts pour le cyberacheteur, mais aussi, possibilité de
manque d’informations par le cybervendeur ou l’irrespect des obligations
réciproques entre les parties contractantes.
A travers l’étude de ce sujet, on peut faire de nombreuses constatations, à
savoir que les textes législatifs européens sont toujours modifiés en vue de
suivre l’évolution des moyens de vente à distance, alors que la législation
marocaine n’a pas répondu à toutes les questions dans le cadre de cette
matière. Ainsi, La Loi 31-08 et La Loi 53-05 demeure alors insuffisantes.
Il faut donc que le Maroc organise plus le domaine de contrat de vente à
distance et doit mettre de nouvelles règles qui sont plus adaptées aux besoins
de la société marocaine, pour permettre, ainsi, la garantie et la protection de
l’ensemble des droits que possèdent les parties.