Vous êtes sur la page 1sur 85

Université des Sciences et Technologie d’Oran

Master professionnel ‘’Corrosion et Protection’’

Semestre :3

‘’Procédés d’assemblage’’

Année 2019 - 2020

procédés d'assemblage 1
Procédés d’assemblage

I. Généralités:
Le constructeur mécanicien confié toujours à chaque pièce d’une
machine (ou mécanisme) un rôle à remplir et des fonctions à assurer.
Les deux fonctions mécaniques de base sont l’immobilisation relative
et le guidage. Ils se diffèrent par leurs caractères cinématiques.
Tout mouvement relatif est supprimé dans la première, alors que
certains mouvements relatifs (mais jamais tous) sont permis dans le
seconde.
La réalisation de ces fonctions est obtenue par la suppression au
moyen des dispositions mécaniques appropriés, d‘un certain nombre
de possibilités de mouvement entre les pièces. Ces dispositions
mécaniques constituent des liaisons.
procédés d'assemblage 2
Procédés d’assemblage

I. Généralités:

procédés d'assemblage 3
Procédés d’assemblage

I. Généralités:
Le corps supposé libre dans l’espace à 06 mouvements possibles
ou 06 degrés de liberté : 03 mouvements de translation suivant
les 03 axes et 03 rotations autour des 03 axes.
Si l’on supprime ces degrés on dit que la pièce a 06 liaisons.
A 06 liaisons correspond à zéro degré de liberté, à 05 liaisons
correspond à un degré de liberté, etc…

procédés d'assemblage 4
Procédés d’assemblage
I. Généralités:
Classement des liaisons :
Liaison complète - C Liaison partielle - C
Dans une direction au moins, un
Aucun mouvement relatif entre les  
mouvement relatif entre les pièces
pièces liées n’est possible
liées est possible.
Liaison rigide - r Liaison Elastique - r
Dans une direction au moins, le
 
Elle n’est élastique dans aucune déplacement provoque directement ou
 
direction. indirectement, la déformation d’un
élément élastique.
Liaison démontable - de Liaison indémontable - de
Il n’est pas possible de supprimer la
Il est possible de supprimer la liaison  
liaison sans provoquer la détérioration
sans provoquer la détérioration des  
des pièces liées ou des éléments de
pièces liées ou les éléments de liaison.
liaison.

procédés d'assemblage 5
Procédés d’assemblage
I. Généralités:
Classement des liaisons :
Liaison par adhérence - a Liaison par obstacle - a
Un phénomène d’adhérence   La rupture d’un obstacle est
s’oppose à la suppression de   nécessaire pour supprimer la
liaison. liaison.
Liaison par adhérence ou obstacle Liaison par adhérence ou obstacle
direct – di indirect – di
  Elle nécessite un élément ou un
La forme des pièces liées participe   ensemble des éléments
directement à la liaison. intermédiaires pour assurer la
liaison

procédés d'assemblage 6
Procédés d’assemblage
II. Assemblage:
1. Définition :
Procédé permettant de lier entre elles plusieurs pièces pour former
un ensemble.
Le choix d’une solution d’assemblage dépend de :
- Coût ;
- Durée de vie ;
- Maintenabilité ;
- Encombrement;
- Esthétique.
Les procédés d’assemblages se classent en 3 familles :
- Mécanique;
- Thermique;
- Chimique.
Un assemblage mécanique peut être : Rigide ou élastique - Articulé
ou fixe - Démontable ou Permanent.
procédés d'assemblage 7
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.1. But :
Permettre d’obtenir une liaison rigide ou élastique qui sera articulée ou
fixe avec possibilité de démontage sans détruire son mode d’assemblage.
2.2. Les assemblage vissée:
1. Généralités sur les filetage:
Un filetage est obtenu à partir d’un cylindre (quelque fois d’un cône)
sur lequel on a exécuté une ou plusieurs rainures hélicoïdales.
• La courbe tracée par une rainure hélicoïdale est appelée hélice;
• Le pas de l’hélice correspond à une rotation d’un tour,
• La partie pleine restante sur le cylindre est appelée filet,
• On dit qu’une tige est filetée et un trou taraudé écrou,
• Une tige filetée est aussi appelée vis et un trou taraudé écrou.
procédés d'assemblage 8
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.2. Les assemblage vissée:
1. Généralités :

Développement et tracé de l’hélice


procédés d'assemblage 9
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.2. Les assemblage vissée:
1.Généralités :
Les filetages sont d’un emploi très fréquent en construction mécanique, c’est ainsi que le
système vis-écrou permet :
•D’assurer d’une manière démontable deux ou plusieurs pièces; (liaisons des roues d’une
voiture par exemple)
•De transmettre un mouvement ; (vis d’étau par exemple)

1.2. Caractéristiques :
a)Le diamètre nominal :
Pour la vis : c’est le diamètre d au sommet des filets;
Pour l’écrou : C’est le diamètre D au fond des filets;
Pour assembler une vis et un écrou il faut qu’ils aient le même diamètre nominal : d =D

procédés d'assemblage 10
Procédés d’assemblage
2.2. Les assemblage vissée:
1.2. Caractéristiques:
a) Le diamètre nominal

procédés d'assemblage 11
Procédés d’assemblage
2.2. Les assemblage vissée:
1.2. Caractéristiques:
b) Le pas :
C’est la distance de deux points consécutifs de l’hélice situés sur une même
génératrice; (distance séparant deux sommets appartenant au même filet).
c) Le nombre de filets :
Habituellement un filetage ne comporte qu’un filet. Si pour un diamètre
nominal d donné, on veut avoir un pas important, (plus grand que le pas gros
normalisé), et conserver une section suffisante, on creuse dans l’intervalle
d’un pas plusieurs rainures hélicoïdales identiques. La vis à plusieurs filets
permet d’obtenir pour un tour de vis un grand déplacement de l’écrou.

procédés d'assemblage 12
Procédés d’assemblage
2.2. Les assemblage vissée:
1.2. Caractéristiques:
d) Sens de l’hélice:

A droite ou à gauche; une vis à droite pénétré dans l’écrou immobilisé


en tournant vers la droite; ( à gauche pour une vis à gauche).

procédés d'assemblage 13
Procédés d’assemblage
•   Les assemblage vissée:
2.2.
1.2. Caractéristiques:
e) Le profil du filetage:

Profil métrique I.S.O; (International System Organisation)


C’est le filetage le plus utilisé ; il est caractérisé par :
• La hauteur théorique du filet :
• La hauteur du filet en contact :
• La hauteur du filet de la vis :
• Le diamètre nominal : D=d,
• Le diamètre moyen :
• Le Diamètre intérieur de l’écrou:
• Le diamètre du noyau de la vis :
procédés d'assemblage 14
Procédés d’assemblage
2.2. Les assemblage vissée:
1.2. Caractéristiques:
e) Le profil du filetage:
 Profil métrique I.S.O; (International System Organisation)

procédés d'assemblage 15
Procédés d’assemblage
2.2. Les assemblage vissée:
1.2. Caractéristiques:
e) Le profil du filetage:

 Profil spéciaux :
Il existe divers autres profils spéciaux, leurs prix de revient sont toujours
plus élevés que celui du profil ISO. Ils ne doivent être utilisés qu’en cas de
besoin réellement justifié. Leur emploi étant peu fréquent, il est conseillé
de rappeler leurs caractéristiques à l’aide d’un dessin du profil à grande
échelle; Fig 2.5.

procédés d'assemblage 16
Procédés d’assemblage
2.2. Les assemblage vissée:
1.2. Caractéristiques:
e) Le profil du filetage:
 Profil spéciaux :

procédés d'assemblage 17
Procédés d’assemblage
2.2. Les assemblage vissée:
1.3. Représentation normalisée des filetages :

procédés d'assemblage 18
Procédés d’assemblage
2.2. Les assemblage vissée:
1.3. Représentation normalisée des filetages :

Une pièce filetée se représente comme une pièce non filetée, avec
l’adjonction du cylindre passant à fond de filets en traits fins ou
interrompus-courts, selon que celui-ci est vu ou caché. La longueur du
filetage utilisable est indiquée par un trait fort (ou interrompu court si
elle est cachée). Les filets incomplètement formés sont représentés par
deux traits fins inclinés à 30° (ou interrompus couts s’ils sont cachés).
Pour les pièces filetées vues en bout, le chanfrein d’extrémité n’est pas
représenté.

procédés d'assemblage 19
Procédés d’assemblage
2.2. Les assemblage vissée:
1.4. Désignation normalisée des filetages :
a) Filetage ISO :
Symbole M; (filetage métrique), suivi du diamètre nominal et du pas
séparés par le signe de multiplication ; Exemple : M10x1,5: diamètre
nominal 10 dont le pas est :1,5. L’indication du pas est facultative pour le
pas gros ; Exemple : M8; le pas est 1,25 (pas usuel).

b) Filetages Spéciaux :
• Filetage trapézoïdal : Tr 20x3
• Filetage rond : Rd24x 3

procédés d'assemblage 20
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.2. Les assemblage vissée:
2. But :
Permettre d’obtenir une liaison rigide ou élastique qui sera articulée
ou fixe avec possibilité de démontage sans détruire son mode
d’assemblage.
Ces assemblages sont réalisés à l’aide d’une vis et d’un écrou.
Lorsque l’on fait de la petite série et que le couple de serrage ne doit
pas être très précis, on réalise le montage à l’aide de :
- boulonneuses portatives
- de clés à chocs
- tournevis
- visseuses portatives électriques ou pneumatiques
procédés d'assemblage 21
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.2. Les assemblage vissée:
Par contre, si on souhaite que le couple de serrage soit précis, on
utilise : des clés dynamométriques.
Lorsque l’on fait de la grande série, on réalise des assemblages sur
des machines complètement automatisées comme : les machines à
boulonner, les machines à visser mono ou multibroches, avec ou
sans contrôle du couple de serrage.

procédés d'assemblage 22
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.2. Les assemblage vissée:
Exemple de vis

procédés d'assemblage 23
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.3. Définition et utilisation des vis :
Une vis est une tige filetée présentant une tête dont la forme
permet le serrage de la vis avec une clef, un tournevis ou à la
main.
Les vis servent à réunir deux (ou plusieurs) pièces par pression
de l’une sur l’autre ( des unes sur les autres). Elles ont deux
modes d’actions :
- La pression est exercée par la tête; la vis est dite d’assemblage,
- La pression est exercée par l’extrémité, la vis est dite de
pression.

procédés d'assemblage 24
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.4. Vis d’assemblage:
a) Fonction mécanique :
Une vis d’assemblage permet la réalisation d’une liaison complète
entre deux (ou plusieurs) pièces, en exerçant un effort de serrage sur
les pièces; elle traverse la première (les premières) et s’implante
dans la deuxième.

procédés d'assemblage 25
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.4. Vis d’assemblage:
a) Fonction mécanique :
Une vis d’assemblage est caractérisée par la forme de sa tête qui a
un double rôle :
- Elle forme une surface d’appui,
- Elle permet le blocage de la vis.

procédés d'assemblage 26
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.4. Vis d’assemblage:
b) Réalisation d’assemblage :

procédés d'assemblage 27
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.4. Vis d’assemblage:
b) Réalisation d’assemblage :

procédés d'assemblage 28
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.4. Vis d’assemblage:
c) Condition de fonctionnement:
L’implantation J doit vérifier la condition suivante :
•J >= d; pour les métaux durs (fontes, acier…)
•J >=1,5 d; pour les métaux tendres (alliages d’aluminium, de cuivre…).
Les jeux JA et JB doivent être positifs

d) Différents types de vis d’assemblage :


Vis à tête prismatique :
–Vise à tête hexagonale de symbole H,
–Vise à tête carrée de symbole Q.
Vis à tête cylindrique :
•Vis à tête cylindrique fendue de symbole C;
•Vis à tête cylindrique à six pans creux de symbole CHc;
•Vis à tête cylindrique bombée fendue de symbole CB;
•Vis à tête cylindrique large fendue de symbole CL;
•Vis à tête cylindrique large bombée de symbole CBL.

procédés d'assemblage 29
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.4. Vis d’assemblage:
d) Différents types de vis d’assemblage :
Vis à tête tronconique :
– Vis à tête fraisée plate fendue de symbole F/90 (ou F/60);
– Vis à tête fraisée bombée fendue de symbole FB/90 (ou FB/60);
– Vis à tête fraisée à six pans creux de symbole FHc/90 (ou FHc/60).

e) Désignation normalisée d’une vis d’assemblage :


Une vis d’assemblage est désignée par les symboles de la forme de sa tête, suivi de la lettre M,(filetage ISO), du diamètre
nominal, (et éventuellement du pas), de la longueur nominale L, (et éventuellement de la longueur filetée X ), et la classe de
qualité s’il y a lieu;

Organe, forme de la tête, diamètre nominal, longueur nominale, classe de qualité.


VIS H M10(x1,5) 30 (/26) classe 5.6
pas longueur filetée

• L’indication du pas est facultative dans le cas du pas gros.


• L’indication de la longueur filetée est facultative .

Exemple :
Vis H M10x1,5- 30/26. Classe 5.6; peut être désignée tout simplement par : Vis H M 10-30

procédés d'assemblage 30
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.5. Vis de pression :
a) Mode d’action :
Une vis de pression permet de réaliser une liaison complète entre deux pièces par
implantation dans la première et en exerçant un effort de serrage par son
extrémité sur la deuxième. La tête d’une vis de pression sert uniquement (quand
elle existe) à manœuvrer la vis.
Une vis de pression est caractérisée par la forme de l’extrémité de la tige et la
forme de sa tête.

procédés d'assemblage 31
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.5. Vis de pression :
b) Forme de la tête :
• Vis à tête hexagonale réduite de symbole Hm;
• Vis à tête carrée : - Ordinaire de symbole QP,
- Réduite de symbole Qm,
• Vis à tête cylindrique réduite de symbole Cm;
• Vis sans tête fendue, sans symbole;
• Vis sans tête à six pans creux de symbole Hc.
c) Forme de l’extrémité :
Les vis de pression peuvent être : à bout plat, à bout pointu, à cuvette, à téton court ou à téton long.
d) Désignation normalisée :
Une vis de pression est désignée par le symbole de la forme de sa tête, suivi de la forme de son
extrémité, du diamètre nominal et de la longueur nominale.
Exemple : Vis Hm, à cuvette, M10-50.
e) Remarque :
Indépendamment de leur usage en vis de pression, ces vis peuvent servir de vis d’arrêt ou de guidage.
Ces dernières applications sont surtout valable pour des petits mécanismes, faiblement sollicités et
peu précis.
procédés d'assemblage 32
Procédés d’assemblage
• ,

procédés d'assemblage 33
Procédés d’assemblage
• ,

procédés d'assemblage 34
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.6. Les écrous :
2.6.1. Définition:
Un écrou est une pièce taraudée, complémentaire d’une tige filetée de même
caractéristiques, utilisée comme pièce mobile d’assemblage. Un écrou doit satisfaire
deux fonctions :
• Avoir une surface d’appui normale à l’axe du trou taraudé,
• Avoir une forme qui permet sa manœuvre soit à la main ou avec une clef.
2.6.2. Formes normalisées:
a) Formes prismatiques :
 Ecrous hexagonaux :
 Ecrou hexagonal usuel de symbole Hu (h=0,8d)
 Ecrou hexagonal bas de symbole Hm (h=0,5d)
 Ecrou hexagonal haut de symbole Hh (h=d)
 Ecrou à embase, sans symbole
 Ecrous à créneaux :
 Ecrou à créneaux ordinaire de symbole Hk
 Ecrou à créneaux dégagé de symbole Hk dégagé
procédés d'assemblage 35
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.6. Les écrous :
2.6.2. Formes normalisées:
• Ecrou à portée sphérique sans symbole,
• Ecrou carré de symbole Q.
b) Formes cylindriques :
• Ecrou cylindrique de symbole C.

c) Ecrous serrés à la main :


 Ecrou à oreilles de symbole O
 Ecrou moleté sans symbole
 Ecrou à croisillon sans symbole
 Ecrou à quatre bras sans symbole

2.6.3. Désignation normalisée :


– Exemples : Ecrou Hu M10
Ecrou à croisillon M12
procédés d'assemblage 36
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.7. Les boulons :
2.7.1. Définition et rôle :
Un boulon est composé d’une vis et d’un écrou de même caractéristiques. Il
réalise un effort de serrage entre deux pièces par pression de l’une sur l’autre;
pour obtenir un serrage efficace, les vices doivent être immobilisées en rotation.
2.7.2. Mode d’action :
L’assemblage est réalisé par pression de la tête du boulon et de l’écrou sur les
pièces à assembler.

procédés d'assemblage 37
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.7. Les boulons :
2.7.3. Principaux types de boulons:
a) Boulons à têtes prismatiques :
• Boulons à tête hexagonal de symbole H,
• Boulon à tête carré de symbole Q.
b) Boulons à têtes cylindriques :
• Boulon à tête cylindrique avec ergot brut de symbole CE,
• Boulon à tête cylindrique avec ergot rapporté tourné de symbole CET.
C) Boulons à têtes sphériques :
• Boulon à tête sphérique (ronde) avec ergot brut de symbole RE,
• Boulon à tête sphérique (ronde) avec ergot rapporté tourné de symbole RET.
d) Boulons à têtes fraisées :
• Boulon à tête fraisée plate avec ergot brut de symbole F/90 E,
• Boulon à tête fraisée plate avec ergot rapportée de symbole F/90 ET,
• Boulon à tête fraisée bombée avec ergot brut de symbole FB/90 E,
• Boulon à tête fraisée bombée avec ergot rapportée de symbole FB/90 ET,
procédés d'assemblage 38
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.7. Les boulons :
2.7.3. Principaux types de boulons:

procédés d'assemblage 39
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.7. Les boulons :
2.7.4. Désignation normalisée :
La désignation d’un boulon se fait par l’indication de l’organe (boulon), la forme de sa
tête, suivie du symbole du filetage métrique ISO (M), suivi du diamètre nominal, de la
longueur nominal et le symbole de la forme de l’écrou du boulon.
Exemple : - boulon FB/9OE M12-50, écrou Hu
- Boulon Q M16-60, écrou Q
2.8. Les goujons :
2.8.1. Définition :
Un goujon est composé d’une tige cylindrique dont les deux extrémités sont filetées et
d’un écrou de même diamètre. Les deux extrémités filetées sont séparées par un
tronçon lisse.
Un goujon permet de réaliser une liaison complète entre deux pièces en s’implantant
dans l’une et en traversant l’autre. Cette dernière est bloquée contre la première par le
serrage d’un écrou. L’extrémité libre du goujon est bombée, l’autre extrémité est
chanfreinée à 45°.
procédés d'assemblage 40
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.8. Les goujons :
2.8.2. Montage :
L’implantation J prend les valeurs suivantes :
– J = 1,5d : pour les métaux durs
– J= 2d : pour les métaux tendres
2.8.3. Emplois des goujons :
Les goujons sont utilisés en remplacement des vis lorsque le métal de la pièce est
peu résistant, ou lorsqu’il est nécessaire de faire des démontages fréquents. Ils
peuvent remplacer les boulons lorsque les pièces à assembler sont très épaisses.

2.8.4. Désignation normalisée :


Exemple : Goujon M10-50/26, j=15; goujon de diamètre d=10, filetage ISO,
longueur libre L=50, longueur filetée x=26, implanté dans l’acier (j=1,5d =15).

procédés d'assemblage 41
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.8. Les goujons :

procédés d'assemblage 42
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.9. Les clavettes :
2.9.1 . Définition :
Une clavette est une pièce qui permet de lier partiellement ou totalement, d’une
façon démontable deux pièces mécaniques.
La liaison réalisée au moyen d’une clavette est appelée clavetage.
On distingue deux types de clavettes :
• Les clavettes longitudinales
• Clavettes transversales.

procédés d'assemblage 43
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.9. Les clavettes :
2.9.1 . Définition :

procédés d'assemblage 44
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.9. Les clavettes :
2.9.1 . Définition :

procédés d'assemblage 45
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.9. Les clavettes :
2.9.1 . Définition :

procédés d'assemblage 46
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.9. Les clavettes :
2.9.1 . Définition :

procédés d'assemblage 47
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.9. Les clavettes :
2.9.1 . Définition :

procédés d'assemblage 48
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.9. Les clavettes :
2.9.2 . Clavettes longitudinales :
Les clavettes longitudinales sont parallèles à l’axe des pièces à immobiliser.
Suivant leur emploi; on distingue les clavetages forcés et les clavetages libres.
a) Clavetages forcés :
La liaison est obtenue par coincement des faces inférieures et supérieures sur ses
portées. L’effort radial ainsi engendré a pour inconvénient de désaxer légèrement
le moyeu par rapport à l’arbre, ( solution valable pour faibles vitesses de rotation),
par contre on obtient une liaison complète en rotation et en translation. On
distingue deux types de clavettes inclinées:
• Les clavettes inclinées sans talon;
• Les clavettes inclinées à talon.

procédés d'assemblage 49
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.9. Les clavettes :
2.9.2 . Clavettes longitudinales :
b) Clavetages libres :
La liaison est partielle, le moyeu n’est lié qu’en rotation, il peut coulisser sur
l’arbre.
Du fait du léger jeu entre la clavette et la rainure dans le moyeu, ces clavetages ne
convient pas pour des assemblages précis soumis à des mouvements circulaires
alternatifs ou à des chocs. On préfère dans ce cas l’utilisation des cannelures.
On distingues :
• Les clavettes parallèles ordinaires : elles sont utilisées pour les clavetages
courts (longueur de la clavette l <1,5d )

procédés d'assemblage 50
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.9. Les clavettes :
2.9.2 . Clavettes longitudinales :
b) Clavetages libres :
• Les clavettes parallèles fixées par vis: elles conviennent pour les clavetages
longs; d< l <2,5d, et en particulier s’il y a, pendant la rotation, n déplacement
relatif du moyeu par rapport à l’arbre.

procédés d'assemblage 51
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.9. Les clavettes :
2.9.2 . Clavettes longitudinales :
b) Clavetages libres :
• Les clavettes bateau : elles remédient aux inconvénients des clavettes parallèles à
bouts droits ( grandes longueur, mauvais maintien de la clavette).
La longueur de la clavette ne dépasse pas habituellement 1,5d (d, diamètre de
l’arbre).
Exemples de désignation :
• Clavette parallèle, forme A, de 10x8x40, (a=10, b=8, l=40)
• Clavette fixée, forme A, de 10x8x63

2.9.3. Clavettes transversales :


Une clavette transversale immobilise en rotation et en translation deux pièces
généralement coaxiales. La liaison obtenue peut transmettre de grands efforts axiaux
et des couples assez importants.
procédés d'assemblage 52
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.9. Les clavettes :

procédés d'assemblage 53
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.9. Les clavettes :

procédés d'assemblage 54
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.10. Les goupilles:
2.10.1. Définition :
Une goupille est une pièce cylindrique ou conique qui sert :
• Soit à immobiliser une pièce par rapport à une autre (goupille d’arrêt),
• Soit à assurer la position relative de deux pièces (goupille de position).

procédés d'assemblage 55
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.10. Les goupilles:
2.10.2. Principaux types de goupilles :
a) Goupille conique :
Deux types :
• Goupille conique rectifiée de symbole R,
• Goupille non rectifiée de symbole NR.
Emplois : immobilisation sur un arbre de bagues, d’écrous , de poignées…

procédés d'assemblage 56
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.10. Les goupilles:
2.10.2. Principaux types de goupilles :
a) Goupille conique :
Remarque : le trou de goupille est alésé conique après assemblage des deux
pièces.
Exemple de désignation : Goupille conique rectifiée de cotes d =5 et L = 50 :
goupille R5x50.
b) Goupille cylindrique fendues :
Emplois : Ces goupilles sont surtout utilisées comme freins d’écrous.
Elles permettent également l’immobilisation en translation d’axes lisses.
Exemple de désignation : Goupille cylindrique fendue, dénomination g=6,3 et
L=71: Goupille V6,3 – 71.

procédés d'assemblage 57
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.10. Les goupilles:
2.10.2. Principaux types de goupilles :
b) Goupille cylindrique fendues :

Symbole : V

procédés d'assemblage 58
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.10. Les goupilles:
2.10.2. Principaux types de goupilles :
c) Goupille de position conique :
Emplois : Ces goupilles assurent avec haute précision la position relative de deux
pièces.
Type A : goupille habituelle ( démontage par écrou).
Type B : pièces soumises à des vibrations (blocage par écrou)

procédés d'assemblage 59
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.10. Les goupilles:
2.10.2. Principaux types de goupilles :
c) Goupille de position conique :
Exemple de désignation : Goupille de position, type A, de cotes d=10 et L= 75 :
goupille de position A10 – 75

d) Goupille non normalisées :


• Goupilles cylindriques : elles sont également appelées « pieds de centrage ».
Elles sont utilisées soit en goupille d’arrêt, soit en goupille de position.

procédés d'assemblage 60
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.10. Les goupilles:
2.10.2. Principaux types de goupilles :

d) Goupille non normalisées :


• Goupillages économiques :
Les goupille cylindriques précédentes exigent des ajustements très précis .
Afin d’obtenir des goupillages plus économiques et suffisamment précis pour un
grand nombre d’applications, on réalise des goupilles qui se maintiennent par
déformation élastique. Il est ainsi possible d’obtenir des goupillages à partir de
trous de perçage (diamètre de perçage = diamètre nominal de la goupille)

procédés d'assemblage 61
Procédés d’assemblage
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.11. Calcul des éléments d’assemblage:
• Détermination du couple de serrage:
Pour réaliser un assemblage, par élément fileté, on applique en général à l’écrou
ou à la tête de la vis un couple moteur de serrage C à l’aide d’une clé. Le couple
résistant égal et de signe contraire résulte des actions sur l’écrou des forces de
contact des filets de la vis et des pièces assemblées.

procédés d'assemblage 62
Procédés d’assemblage
• Les
2.   assemblages mécaniques amovibles
2.11. Calcul des éléments d’assemblage:
• Détermination du couple de serrage:
On peut écrire :
Avec :
• C1 : Couple dû aux forces de contact des filets de la vis sur l’écrou;
• C2 : Couple dû aux forces de contact de la pièce ( ou de la rondelle) sur l’écrou.

a) Expression de C1:
(, avec :

– : force de serrage des pièces ;


– : rayon moyen des filets;
– : angle moyen de l’hélice;
– 1: angle de frottement fictif tel que : tg 1 ,
avec : : coefficient de frottement vis / écrou,
: demi angle au sommet du filet de la vis

procédés d'assemblage 63
Procédés d’assemblage
• Les
2.   assemblages mécaniques amovibles
2.11. Calcul des éléments d’assemblage:
• Détermination du couple de serrage:
b) Expression de C2:
, avec :

– : Coefficient de frottement pièce / écrou (ou rondelle / écrou);


– (҄𝜌m
– : valeur moyenne équivalente à :

𝜌1, 𝜌2 : rayons limites de la surface d’appui de l’écrou


Pc : pression de contact

procédés d'assemblage 64
Procédés d’assemblage
•  
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.11. Calcul des éléments d’assemblage:
• Détermination du couple de serrage:
c) Expression du couple de serrage:

Le couple e serrage s’exprime donc sous la forme suivante :

– sont des petits angles ; ҄


– Pas : P ҄ = P/(
– =f1= f/

On obtient :

+
+

+
procédés d'assemblage 65
Procédés d’assemblage
• Les
2.
  assemblages mécaniques amovibles
2.11. Calcul des éléments d’assemblage:
• Détermination du couple de serrage:
c) Expression du couple de serrage:
Cette expression met en évidence les trois composante du couple de serrage ;
• : couple qui produit la mise sous tension de l’élément fileté et assure le
serrage des pièces assemblées;
• : couple qui sert à vaincre le frottement des filets de l’écrou sur la vis;
• : couple qui sert à vaincre le frottement de l’écrou (ou tête de vis) sur la
rondelle (ou sur les pièces).

d) Exemple :
Détermination du couple de serrage pour un filetage triangulaire ISO à pas fin
M10x1,25. En admettant que toutes les surfaces de contact acier sur acier
soient sèches et faiblement rugueuses : f = 0,12 à 0,15
procédés d'assemblage 66
Procédés d’assemblage
•  
2. Les assemblages mécaniques amovibles
2.11. Calcul des éléments d’assemblage:
• Détermination du couple de serrage:
d) Exemple :
Détermination du couple de serrage pour un filetage triangulaire ISO à pas fin M10x1,25. En admettant que
toutes les surfaces de contact acier sur acier soient sèches et faiblement rugueuses : f = 0,12 à 0,15

Solution :
On prend f = 0,14

=f1= f/
Donc f1 =30° =0,161
f2 = 0,14; P=1,25; d=10; = =4,513
; = = 5; = 1,5d/2 = 7,5 (a clé)
=
Donc :
+
+
C = 1,81

procédés d'assemblage 67
Procédés d’assemblage
• Les
2.   assemblages mécaniques amovibles
2.11. Calcul des éléments d’assemblage:
e) Détermination du couple de desserrage:

Le couple de desserrage sera de même forme, les forces


tangentielles de frottement change de sens, on aura dans ce
cas :
+
+
Le couple de desserrage pour l’exemple précèdent est :
+
Cd = 1,4
procédés d'assemblage 68
Procédés d’assemblage
•2.  Les assemblages mécaniques amovibles
2.11. Calcul des éléments d’assemblage:
d) Irréversibilité :
Les vis à filets triangulaires et trapézoïdales
sont irréversibles si :

procédés d'assemblage 69
Procédés d’assemblage
3. Les assemblages inamovibles :
• Définition:

On appelle assemblage inamovible (permanent) tout


moyen d’assemblage qui, pour sa désolidarisation,
nécessite la destruction de la liaison ou d’une des
pièces assemblées.

1.Assemblage par rivet :


Le rivetage utilisé en carrosserie, permet d’assembler
des pièces dont un seul côté est accessible. Ils sont
pour cette raison appelés « rivets aveugles ».
procédés d'assemblage 70
Procédés d’assemblage
3. Les assemblages inamovibles :

1.Assemblage par rivet :


Plusieurs types de rivets sont utilisés selon la
résistance attendue et la nature des pièces à
assembler. 
Rivet ouvert Rivet multigrip Rivet étanche Rivet pétale Rivet éclaté

procédés d'assemblage 71
Procédés d’assemblage
3. Les assemblages inamovibles :
1.Assemblage par rivet :

• Rivetage auto-poinçonneur
Le rivetage auto-poinçonneur est un procédé permettant d’assembler des tôles. Un
rivet tubulaire creux est déformé plastiquement et donne ainsi un assemblage
permanent et inamovible. 

• Principes :
– Aucune préparation de surface nécessaire
– Pas de zone affectée thermiquement
– Permet d’assembler des tôles d’épaisseurs différentes
– Permet l’assemblage de matériaux différents
– Peut être exécuté après une peinture ou autres traitements
• Applications :
– Automobile
– Chauffage/climatisation
procédés d'assemblage 72
Procédés d’assemblage
3. Les assemblages inamovibles :

1.Assemblage par rivet :


Les rivets de plaques d’immatriculations sont teints ou
possèdent des capuchons pour assurer l’esthétique et
la bonne lecture de la numérotation.

procédés d'assemblage 73
Procédés d’assemblage
3. Les assemblages inamovibles :
2. Assemblage par brassage :
Tout comme le soudage, le brasage permet d’assembler des pièces métalliques.
Il se pratique avec un outil produisant de la chaleur, comme un fer à souder, un
chalumeau ou une lampe à souder.  
La différence entre les deux procédés tient à la nature du métal utilisé pour
assembler les pièces.
Avec le soudage, on n’est pas obligé d’utiliser un métal d’apport : on chauffe
directement le métal des pièces et, lorsque l’on utilise un métal d’apport, il doit être
le même que celui des pièces.

Le brasage est quant à lui un assemblage hétérogène, qui nécessite l’ajout d’un
métal d’apport dont le point de fusion est inférieur à celui des pièces.
L’assemblage créé, appelé «brasure », simule une continuité entre les pièces, sans qu’il y ait de
pénétration du métal d’apport dans celles-ci.
La fameuse « soudure à l’étain », utilisée pour assembler de petites pièces en électronique, est
donc en réalité un brasage.

procédés d'assemblage 74
Procédés d’assemblage
3. Les assemblages inamovibles :
2. Assemblage par brassage :
Le résultat d’une opération de brasage s’appelle une
brasure.
• Brasage par induction
Le chauffage par induction consiste à faire parcourir un
courant électrique dans un inducteur créant ainsi un champ
magnétique. Une pièce, en un matériau conducteur
d’électricité, est placée dans le champ, ou à proximité du
champ. Des courants induits vont être générés dans la
pièce dissipant ensuite la chaleur dans la pièce par effet
Joule.
procédés d'assemblage 75
Procédés d’assemblage
3. Les assemblages inamovibles :
2. Assemblage par brassage :
• Brasage par induction
• Principe :

procédés d'assemblage 76
Procédés d’assemblage
3. Les assemblages inamovibles :
2. Assemblage par brassage :
• Brasage par induction

procédés d'assemblage 77
Procédés d’assemblage
3. Les assemblages inamovibles :
2. Assemblage par brassage :
• Brasage par induction
• Principe :
– Permet une montée rapide en température
– Permet de chauffer localement
– Adaptable à chaque forme à chauffer ou à braser
• Applications :
– Mécanique industrielle
– Electronique

procédés d'assemblage 78
Procédés d’assemblage
3. Les assemblages inamovibles :
3. Assemblage par soudage :

Le soudage est un procédé qui consiste à assembler des métaux ou


des matériaux plastiques par chauffage ou par effet de fusion.
Le soudage consistant à réunir deux ou plusieurs parties
constitutives d’un assemblage, de manière à assurer la continuité
entre les parties à assembler soit par chauffage, soit par
intervention de pression, soit par l’un et l’autre, avec ou sans
emploi d’un produit d’apport dont la température de fusion est du
même ordre de grandeur que celle de matériau de base.
Un procédé de soudage est un assemblage définitif et irréversible.

procédés d'assemblage 79
Procédés d’assemblage
3. Les assemblages inamovibles :
2. Assemblage par soudage :
• Soudage par point
Les pièces à souder sont superposées et serrées localement
entre deux électrodes en alliage de Cu.
Le chauffage nécessaire au soudage est obtenu par l’effet
Joule d’un courant électrique de forte intensité traversant
l’ensemble pièces/électrodes.

procédés d'assemblage 80
Procédés d’assemblage
3. Les assemblages inamovibles :
2. Assemblage par soudage :
• Soudage par point
• Principe

procédés d'assemblage 81
Procédés d’assemblage
3. Les assemblages inamovibles :
2. Assemblage par soudage :
• Soudage par point
• Principe :
– Aucun matériau d’apport sauf dans le cas du brasage par
résistance
– Intensité allant jusqu’à 25 kA
– Assemblage allant jusqu’à 8mm
– Permet de souder principalement: Aciers doux, Inox et alliages
d’aluminium

procédés d'assemblage 82
Procédés d’assemblage
3. Les assemblages inamovibles :
2. Assemblage par soudage :
• Soudage par point

procédés d'assemblage 83
Procédés d’assemblage
3. Les assemblages inamovibles :
3. Le collage:

Le collage est une technique d’assemblage qui consiste à assembler les différents


éléments d’une pièce au moyen d’une colle.

Avantages
• Permet d’assembler les éléments d’une pièce de matériaux et de dimensions
différents.

• Technique simple et propre car elle évite tout autre procédé avec des fixations
nécessitant de l’enlèvement de matière (vis, clous…), ce qui rend la structure
légère.

procédés d'assemblage 84
Procédés d’assemblage
3. Les assemblages inamovibles :
3. Le collage:

Inconvénients:
• Faible efficacité dans le temps et en conditions difficiles (chaleur,
humidité... ).
• L’assemblage est irréversible, il est difficile de démonter les
éléments sans les abîmer.
• La surface de collage doit être nettoyée au préalable pour assurer
une meilleure adhérence.
• La plupart des colles résistent très peu à la chaleur.
• Il faut un temps de prise assez long pour assurer un assemblage
efficace.

procédés d'assemblage 85

Vous aimerez peut-être aussi