Vous êtes sur la page 1sur 11

LES

LES MARGES
MARGES ACTIVE
ACTIVE
Bouaraar
Bouaraar ines
ines
Djedouani
Djedouani fatma
fatma
Les
Les marges
marges active
active
C’est une limite de plaques lithosphériques convergentes
Zone de subduction : Une plaque lithosphérique plonge sous une autre
plaque dans l’asthénosphère
: Subduction océanique•
Océan/Continent (67%): subduction andine -
Océan/Océan (15%): subduction des Mariannes, arc des Antilles -
:Subduction continentale•
Continent/Continent (17%) = subduction se prolonge après la-
collision (Himalaya)
Continent/Océan (1%)-
Activités sismique et volcanique Importantes
Lieu d’épaississement de la lithosphère + création de reliefs
Morphologie
Plateau continental: Étroit, inexistant-
Pente continentale: Pente forte (10-20°) et étroite-
: On peut rencontrer
La morphologie des marges actives est fonction du type de
subduction
Classification des subductions est fonction de l’âge de la
plaque plongeante, nature de la plaque chevauchante; importance du
...couplage entre les deux plaques etc
Grand nombre de critère Grande diversité
:Deux exemples
Subduction forcée : Subduction du Chili
Continent/Océan -
Plaque océanique jeune et peu dense -
Panneau plongeant faiblement pentu -
Fort couplage entre les plaques -
Forte séismicité -
Développement d’un prisme d’accrétion -
Subduction spontanée: Subduction des Mariannes
Océan/Océan -
Plaque océanique inférieure vieille et dense -
Panneau plongeant fortement pentu -
Faible couplage entre les plaques -
Faible séismicité -
Pas de prisme d’accrétion -
Corrélation entre pendage de la plaque plongeante et le régime
.tectonique dominant observable dans la plaque supérieure
Différentiation des marges
: Marge en accrétion tectonique
Présence d’un prisme d’accrétion sédimentaire plus ou moins-
.développés
Préférentiellement au pied des subductions océan-continent, le-
.continent servant de source de sédiments
Fosse peu développée-
Bassin avant-arc-
Marge en érosion tectonique : Le passage de la plaque
plongeant opère un effet de rabot sur la base de la plaque
chevauchante et lui arrache du matériel qui est entraîné dans le
.manteau
Présence de tectonique extensive et de subsidence au sein de la -
plaque chevauchante: Bassin Avant-arc
Prisme d’accrétion peu développé-
Fosse profonde-
L’architecture sédimentaire d’un prisme d’accrétion
Prisme d'accrétion désigne l'accumulation de matériel sédimentaire à
l'avant d'une zone de subduction. Il peut atteindre 20-40 km
.d'épaisseur
Prisme d'accrétion = structure tectonique générée par l'imbrication
d'écailles sédimentaires. Cet écaillage est lié à l'existence d'un butoir
rigide (C.C., C.O., ancien prisme) qui racle sur les sédiments
.pélagiques de la croûte océanique plongeante
: Deux ensembles au sein du prisme d'accrétion
partie superficielle formée par accrétion frontale -)A(
partie profonde formée par sous-placage de sédiments -)B(
.pélagiques
Différentes géométries de prisme d'accrétion, contrôlées par
différents facteurs : forme du butoir rigide, quantité de matériel
,sédimentaire, l'angle du plan de subduction
:A noter
Circulation de fluides (sources froides) et de gaz volcans de boue
Propriétés thermiques particulières : T°C faibles (< 450°C en base de prisme;
.faciès schiste bleu)
L’architecture sédimentaire d’un prisme
d’accrétion : Prisme de Nankai