Vous êtes sur la page 1sur 14

II – Les étapes du contrôle des comptes

Il peut être suffisant de faire une revue


RT succincte des comptes.
FO
CONT¨RÔLE
INTERNE
FA
IBL il est nécessaire de renforcer ces tests, c'est-
E
à-dire de multiplier les pointages afin de faire
un examen détaillé des comptes et d’obtenir
une mesure des risques.

L’auditeur doit compléter son information en


L’examen des utilisant des outils de confirmation et de
comptes contrôle comptable.
L’examen des Permet à l’auditeur de vérifier et de compléter les
comptes présomptions qu’il a tirées de l’évaluation du
contrôle interne.

Il en résulte tout naturellement que c’est sur


la base du document de synthèse que
l’auditeur complète et prévoit la nature de
son intervention.

L’intervention
Comprendra :

1 - L’élaboration 2 - La réalisation 3 - La réalisation


du programme des tests de des tests de
de contrôle cohérence validation
1 – L’élaboration du programme de contrôle :

On élabore le programme de
contrôle des comptes sur la base
des résultats de l’évaluation
du système de contrôle interne
qui a permis de
dégager :
Des points Des points
forts faibles

Pour lesquels un programme Pour lesquels les contrôles


de contrôle allégé sera seront plus approfondis
appliqué

 Déterminer les conséquences que


 L’objectif de l’auditeur après
chacun d’entre eux peut avoir sur la
est d’acquérir des éléments de
régularité et la sincérité des comptes.
preuves directes qui les
complètent et les confirment.
 D’en déduire l’action qu’il faut
entreprendre pour pouvoir se faire
une opinion.
2 – La réalisation des tests de cohérence :

Les tests de cohérence permettent de s’assurer que les


Objectif : informations vérifiées sont homogènes et cohérente entre
elles.

LES TECHNIQUES

Les contrôles
La revue analytique contradictoires

Il s’agit d’une étude Donner un rapprochement entre la


indiciaire interne de comptabilité et les informations à
base caractère extracomptable 
3 – La réalisation des tests de validation :
Les tests de validation permettent de vérifier la réalité des
informations comptables qui apparaissent sur la balance
Objectif :
s’agissant de l’existence et l’exactitude du solde du
compte client et du compte TVA sur ventes.

Contrôle sur pièces L’observation physique

LES TECHNIQUES

La confirmation directe L’examen analytique


Il s’agit généralement de la vérification des pièces
justificatives internes :
Le contrôle sur pièces
Les factures ; Les bons de commande ; Les devis ;
Les relevés bancaires ; Les avoirs ; etc.

Demander directement aux clients de l’entreprise


La confirmation directe auditée soit la confirmation soit la justification des
Soldes trouvés.

C’est une technique qui consiste à vérifier


L’observation physique physiquement l’existence matérielle d’un actif
(généralement pour l’audit des stocks).

Appelé aussi contrôle indiciaire est un ensemble de


procédures d’audit qui consiste à :
L’examen analytique
-Faire des comparaisons entre les données ;
-Analyser les fluctuations et les tendances ;
-Étudier et analyser les éléments inhabituels.
4 - EXEMPLES DE « TEST DE VALIDATION » :

Le travail de vérification consiste à :


 Récapituler les soldes à partir du bilan et faire des
rapprochements avec la balance auxiliaire et le
grand livre ;

 Analyser les créances anciennes et les créances en


litige et vérifier celles qui sont provisionnées et voir
si la provision est suffisante ou exagérée ;

 Vérifier le principe de séparation des exercices


(vérifier que les dernières livraisons de l’exercice
sont sorties des stocks et facturées ou elles ont fait
l’objet d’écriture de régularisation.
 Vérifier le conversion des créances libellés en
monnaie étrangère.

 Rapprochement CA et déclaration de TVA:

l’objectif est de s’assurer de l’adéquation du CA figurant au compte de


résultat avec l’état de déclaration. Par exemple :
- Distinction à faire entre opérations imposables et non
imposables.
- Assiette de la TVA, régime des ventes.
- Fait générateur à retenir (débits, encaissements).
- Liste de taux applicables.

 Vérifier que le montant total des ventes au journal


des ventes correspond au CA comptabilisé.
 …
5 - L’appréciation générale de la régularité de la
sincérité et de l’image fidèle : le seuil de signification

L’appréciation du caractère significatif d’une constatation


est l’une des tâches les plus délicates de la mission
du commissaire aux comptes.

Erreur dans le calcul d’une donnée


(par exemple un lot a été compté
2 fois à l’inventaire) ;

Les constatations peuvent Divergence d’appréciation dans l’évaluation


porter sur l’évaluation d’un d’une donnée (par exemple : le réviseur
élément déterminé : estime devoir provisionner à 90% une créance
que l’entreprise n’approvisionnée qu’à 60% ;

Application d’une procédure comptable


non conforme aux principes généralement
admis (par exemple : les stocks sont évalués
au prix de vente).
Utilisation de rubriques trop générales (par exemple:
les éléments de charges exceptionnelles sur
opération de gestion ne sont pas distingués
des éléments des charges exceptionnelles
sur opérations de capital).

Les constatation peuvent Mauvais classement d’une information (par exemple:


porter également sur les dettes sur immobilisations sont classées avec
la présentation de : les autres dettes fournisseurs) ;

Omission d’une information (par exemple,


l’indication d’une garantie relative à une dette
ne figure pas dans l’annexe).
Conséquences de l’existence de
constatations significatives :

Lorsque le réviseur estime que les constatations faites sont


significatives, il doit, selon la gravité des faits relevés :

 Soit formuler des réserves (ces réserves doivent


être précises quant à leur objet et si possible
quantifiées quant à leur incidence sur les états
financiers) ;

 Soit constater qu’il lui est impossible de formuler un


avis, s‘il juge que l’entreprise ne lui a pas fourni sur
tout ou partie des états financiers soumis à son
contrôle des éléments suffisants ;

 Soit refuser de certifier.


6 – Finalisation des travaux et rédaction du
rapport général :
Le rapport général constitue un acte essentiel de l’exercice des
fonctions du CAC. Il décrit l’ensemble du travail effectué et exprime
clairement sa position sur les comptes en question. Celui-ci comprend
deux volet :

 L’opinion sur les comptes : trois types d’opinions possibles ;

- Certification sans réserve


- Certification avec réserve
- Refus de certification

 Les vérification spécifiques : elles prennent la forme d’observations


qui peuvent être : soit des précisions concernant la sincérité des
comptes, soit la relation d’irrégularités ou inexactitudes.
Conclusion :
La mission de révision est une mission qui implique :
 La connaissance et la compétence dans le cadre des
opérations à entreprendre;
 La conscience et le sens moral des conclusions établies.
En conséquence, le réviseur doit :
- Avoir le sens critique des opérations;
- Distinguer l’essentiel du futile;
- Disposer une faculté de compréhension des situations;
- Posséder une bonne connaissance des
réglementations.