Vous êtes sur la page 1sur 6

Maladie de Parkinson

TD PATHOLOGIE MOTRICITÉ
JEAN LUZA
L3 NEUROSCIENCES 2019-2020
Maladie de Parkinson - Introduction

▪ Maladie neuro-dégénérative du système nerveux central


▪ 2e après la maladie d’Alzheimer

▪ Décrite par James Parkinson en 1817

▪ Affecte les fonctions motrices


▪ Tremblement
▪ Lenteur
▪ Trouble de la coordination des mouvements

▪ Due à une perte de neurones dopaminergiques de la substance


noire (mésencéphale)
Ganglions de la base
Voie nigrostriée
Voie indirecte Voie directe

Boucle motrice des ganglions de la base en condition normale

Purves D. et al (2015), Neurosciences


Maladie de Parkinson - Physiopathologie

Maladie de Parkinson Normal

Mésencéphale : modification pathologique


de la substance noire

Boucle motrice des ganglions de la base en condition pathologique


Purves D. et al (2015), Neurosciences
Maladie de Parkinson - Syndromes

Trois signes moteurs de l’atteinte de la voie nigro-striatale :


▪ Akinésie
▪ Hypertonie
▪ Tremblement
+ complications motrices

Syndrome comportemental hypodopaminergique :


▪ Apathie
▪ Anxiété Liées à la dénervation dopaminergique mésolimbique

▪ Dépression
Maladie de Parkinson - Synthèse
Fonction neurophysiologique normale Maladie de Parkinson - Physiopathologie
Þ Voie nigro-striatale réduite
Ganglions de la base
Dégénérescence des Þ Equilibre des signaux inhibiteurs des voies directe
• Groupe fonctionnel de noyaux et indirecte altéré
profonds : Noyau caudé et putamen
neurones
dopaminergiques de la Þ Inhibition tonique du thalamus augmentée,
(dans striatum), globus pallidus, noyau excitation du cortex diminuée
sous-thalamique (thalamus ventral), substance noire
substance noire (mésencéphale) Þ Défaillance des actions de désinhibition et de
modulation du mouvement par les ganglions de la
• Boucle sous-corticale de modulation base
des mouvements, intervenant avant et
pendant l’activité motrice volontaire
Conséquences
• Substance noire : projections
dopaminergiques sur le striatum Maladie de Parkinson - Symptômes moteurs
(excitatrices (D1), inhibitrices (D2))
Déclenchement et arrêt des mouvements difficiles
• Voie directe : lancement, renforcement Troubles moteurs hypokinétiques :
du mouvement • Akinésie : ralentissement
• Voie indirecte : modulation des actions • Hypertonie : augmentation contractions
désinhibitrices de la voie directe musculaires => raideur
• Tremblement de repos
Troubles consécutifs ou atypiques de la marche, posture,
parole, déglutition, …