Vous êtes sur la page 1sur 78

Université d’Oran

Faculté De Médecine
Département De Médecine Dentaire
Service De Pathologie et Chirurgie Buccales

Conduite à tenir devant un


traumatisme alvéolo-dentaire

Présenté par: Encadré par:


-FRANCIS Samarhane. DR.OULD Hammou
HALLOU Nour El Houda
Wahiba.

Année universitaire:2019/2020
Le plan de travail:
I. Introduction
II. Rappel anatomique
III.Définition
IV. Epidémiologie
V. Étiologie
VI.Mécanisme d’action
VII.Physiopathologie
VIII.
Classification
IX.Première consultation d’un patient traumatisé
X. CAT proprement dite
XI.Contention
XII.prévention
XIII.
complication
XIV.Conclusion
XV.Bibliographie
Introduction:
Dans la vie quotidienne, nous avons
tous connu des enfants victimes d’une chute de
bicyclette ou des adolescents victimes d’un
coup dans le cadre d’activité sportive.ces
accidents sont habituels et peuvent se traduire
par des lésions de diverses natures et
notamment dentaire.

Ces patient arrivent au chirurgien


dentiste en urgence , non seulement blessés,
mais souvent aussi en état de détresse
psychologique , choqués et inquiets des futures
répercussions de leur traumatisme.

Nous devons donc être capable de poser


rapidement un diagnostic correct ,et choisir la
meilleure option thérapeutique .
Rappel anatomique sur l’organe dentaire
Définition:
Un traumatisme est l'ensemble des lésions d'un tissu ou d'un organe
provoqué accidentellement par un agent extérieur.
Les traumatismes dentaires , ce sont tous les chocs directs et
indirects qui intéressent le système alvéolo-dentaire, a l’exception
des traumatismes para-physiologique que sont le bruxismes et
troubles de l’occlusion.
Epidémiologie:
1. Fréquence:
Les traumatismes bucco-dentaires sont si courants chez l’enfant et l’adolescent
,différentes études à travers le monde tendent à confirmer que dans un futur proche,
leur fréquence dépassera celle des caries et des parodontopathies et ont montrer que 7
à 50 % de la population infantile ont subi de tels accidents avant l’âge de 15 ans.

Les études rapportent en fonction de l’âge deux pics de fréquence : chez les enfants dont
l’âge est inférieur à 5 ans, l’apprentissage de la marche et la découverte tandis que chez
les adolescents, la pratique sportive et les accidents de la voie publique sont souvent
évoqués.

les garçons représentent 1 a 3 fois de risque plus que les filles et La majorité des
traumatisme alvéolo-dentaire concerne l’enfant:
-64%des patients ont moins de 6ans
-84% des patient ont moins de 11ans
Les dents les plus souvent atteinte: les incisives centrales maxillaire
ETIOLOGIE

traumatisme

Les facteurs favorisant le traumatisme

Les facteurs déterminants


Facteurs locaux Facteurs généraux 

8
Etiologie:
2. Les
1. facteurs
Facteurs de risque :
déterminants:
• Facteurs locaux : se sont les dysmorphoses dento-faciale:
• L’apprentissage
- Incompétence labiale
de marche
et absence de stomion .
- Proalvéolie supérieure qui expose les incisives maxillaire
aux agents vulnérables.
• Les accidents
- Ventilation de la voie publique (AVP)
buccale .
- Dent dévitalisées et/ou très cariées.
• - Parodontolyses
Les chutes évoluées prédisposent aux luxations .

•• Les accidents
Facteurs domestique
généraux :
- Les accidents neurologiques: certaines maladies (le parkinson,epilipsie …) certaines forme
• Lesd’handicap
accidents (syndrome de lesch nyan), certaines situation (coma) peuvent entrainer des
du sports
traumatismes dentaires
- Ostéopathies
• - Ostéoporose
Les jeux
- Les avitaminose (A) et (D)
- L’hypervitaminose (A) :résorption osseuse généralisé
• La violence
• Concentration ou l’émotivité : une étude a montrer que les enfants stressés
présentent plus de traumatisme.
Mécanisme:
Les traumatismes peuvent résulter d’un choc direct ou indirect:

Le choc direct: la dent reçoit le choc directement dans le sens


antéro-postérieur.
Le choc indirect: il résulte d’un choc violent sur la partie
inférieure du menton, transmis au maxillaire par un mouvement
de fermeture violent. Ce type de traumatisme est à l’origine de
fracture coronaire ou corono-radiculaire associé à des fractures
condyliennes ou symphysaires.
PHYSIOPATHOLOGIE:
• En denture temporaire:
Il existe une forte croissance des maxillaires, et le remodelage osseux important aboutit
à la formation d’un os alvéolaire peu dense et peu minéralisé, donc malléable,
favorisant les luxations des organes dentaires plutôt que les fractures.

• En denture mixte:
l’édification radiculaire en cours confère quelques spécificités : la racine courte permet
les luxations, même si l’os alvéolaire devient plus compact et plus résistant aux
déplacements latéraux et axiaux ; le canal radiculaire est large et protège le paquet
vasculonerveux des forces de cisaillement et de la strangulation par l’oedème post-
traumatique ce qui évite le plus souvent la mortification pulpaire.

• En denture permanente:
la denture définitive est édifiée et les conséquences d’un traumatisme alvéolodentaire
sont plus lourdes.

-Avec l’âge, le vieillissement des tissus parodontaux favorise le retour


des luxations quelle que soit la nature du traumatisme.
EXAMEN CLINIQUE
Urgence:
Il doit être logique et aller du général au particulier . l’évaluation globale du
patient permet de déceler l’existence de chocs ou de traumatismes cérébraux.
lors d’une consultation d’urgence, il faut vérifier le réflexe pupillaire, la tension,
le pouls, l’existence de saignements de nez et/ou d’oreille.

Lorsque le patient arrive au cabinet, le praticien doit pratiquer les premiers


gestes qui sont les suivants:
-Nettoyer les plaies du visage à l’aide d’une éponge imbibée d’un antiseptique et
rincer la cavité buccale afin de visualiser l’étendue réelle du traumatisme.
- Parfois nécessité d’un spray anesthésiant.
- Éliminer les corps étrangers.
- effectuer des points de sutures si nécessaire.
Anamnèse:
Elle est primordiale, doit préciser les circonstances du traumatismes , guider l’examen
clinique et orienter le choix thérapeutique . COM
COM ME
1. Les conditions du traumatisme: OU MNETN?
COMMENT s’est produit l’accident ? : QUA OU? T?
QUNAD ?
 Certains zones sont a examiner plus précisément ?
ND
?
 Si le choc a eu lieu sur la face , latéralement ou encore sur le menton, les atteintes
dentaires et les répercussions ne sont pas les mêmes.
OU s’est produit l’accident ? :
 Evaluer les risques de contaminations des plaies cutanées , muqueuses et alvéole
(en cas expulsion) .
 Instaurer ou non une antibiothérapie et/ou une vaccination antitétanique .
QUAND s’est produit l’accident ? :
 Le temps écoulé entre le traumatisme et examen clinique est un facteur
déterminant dans la prise de décision thérapeutique(trt pulpaire ou
repositionnement après luxation ou expulsion)
 Connaitre les éventuels antérieurs traumatismes importants dans le pronostic.
2. Les symptômes :
 Y a-t-il eu une période d’inconscience? ; si oui, combien de temps ?
 Des maux de tête ?vomissements ? Troubles de vues ?
 Tous ces symptômes peuvent signer un traumatisme crânien.
3. Antécédents :
Troubles sanguins , cardio vasculaire , diabète , et allergies ..
L’age du patient est essentiel .
Examen exobuccal:
Les plaies de la face, des lèvres et du menton sont
inspectées afin de déterminer la nécessité ou non de
points de suture; et désinfecter si cela n’a pas été fait.
Une lèvre oedématiée associé a une fracture
coronaire doit faire penser a l’inculsion d’un fragment
dentaire.
La palpation des rebords osseux(nez, massif sous
orbitaire, symphyse, angle mandibulaire) suggère en
cas de douleur la possibilité de fractures osseuses.
Les hématomes sont également recherchés.
Une limitation, une déviation de l’ouverture buccale
peut indiquer une fracture condylienne .
L’examen endobuccal 
Examen des muqueuses
- Évaluer le type et l’étendue des lésions traumatiques.
- Existence des lacérations des freins ou la présence d’hématomes.
-une Palpation minutieuse des muqueuses permet de déceler la présence de
corps étrangers.
Examen de l’occlusion
des anomalies de la position d’intercuspidation maximale peuvent être
détectées et associées à des déplacements dentaires, des fractures corono-
radiculaires et/ou des fractures osseuses.

Examen des tissus durs


- La recherche d’une atteinte dentinaire avec ou sans exposition
pulpaire ‘’taille, état de la pulpe’’.
- Transillumination pour visualiser les fêlures de l’email
- Évaluation du type de déplacement.
- Effectuer les tests de mobilité, de percussion, de vitalité.

15
L’examen radiologique:
•Complément indispensable à l’examen clinique, les
clichés radiographiques les plus utilisés sont:
- panoramique dentaire
- Des clichés rétro-alvéolaires (incidence
orthocentrée et 2clichés excentrés latéralement de
20° en distal et en mésial.
-Le mordu occlusal.
- Des examens radiographiques complémentaires
adaptés au traumatisme peuvent être prescrits en
cas de doute (radiographie du massif facial,
téléradiographie de profil, tomographie des ATM)
Prise de photographie :

On recommande la prise de
photographies car celles-ci complètent la
documentation du traumatisme et
peuvent servir ultérieurement à d’autres
traitements, ainsi qu’aux formulaires
médico-légaux, à la recherche clinique et
à l’enseignement.

18
Classification des traumatismes alvéolo-
dentaires :
la classification de l’OMS modifié par J.O Andreasen :
– Les traumatismes des tissus durs et du tissu pulpaire
• Les fêlures
• Fracture de l’email
• Fracture coronaire sans effraction pulpaire
• Fracture coronaire avec exposition pulpaire
• Fractures corono-radiculaires
• Fractures radiculaires
– Les traumatismes des tissus parodontaux
• Concussion - luxation latérale
• Subluxation - intrusion
• Extrusion - expulsion
– Les traumatismes des tissus environnants
• Abrasion
• Contusion
• Lacération
– Fracture de l’os alvéolaire
Les traumatismes des tissus durs et
du tissu pulpaire
Cas clinique n°01:

L’anamnèse : choc direct sur l’émail


Examen clinique ( exo / endo buccal)
•craquelures au niveau de l’email sans perte de
substance
•légère sensibilité au froid
•mise en évidence par transulimination.
Examen radiologique:écarte toute atteinte
radiculaire ou pulpaire

Diagnostic positif : fêlure


Traitement :
• Abstention thérapeutique
• La pose d’un sealant au niveau du
trait de fêlure
• La surveillance de la vitalité pulpaire
s’effectue tous les mois, pendant 6 à
8 semaines
Le pronostic: est excellent
2ème cas de figure:
• L’anamnèse : révèle un traumatisme dentaire
• Examen clinique: d’une perte de substance limitée
au tissu amélaire, peu étendue se situe généralement
au niveau de l’angle mésial ou distal de la dent.
Test de sensibilité pulpaire positif
Test à la percussion indolore
• Examen complementaire:
radiographie retro alveolaire
Le Diagnostic positif : fracture de l’émail

Traitement :
•une coronoplastie des bords d’émail, par souci esthétique la dent
controlatérale pourra être retouchée légèrement.
•Pour éliminer une éventuelle sensibilité postopératoire cet acte est suivie
d’une séance de fluoration
•Dans d’autre cas, il est nécessaire d’effectuer une reconstitution au
composite
*La surveillance de la vitalité pulpaire se fera 1mois plus tard, à 3mois
puis tous les 6mois
Pronostic :
Excellent , les risques de nécrose se limitant a moins de 1 %.
3ème cas de figure:

Examen clinique :
•Perte de substance plus au moins étendue
intéresse l’émail et la dentine sans exposition
pulpaire
•hyperesthésie dentinaire(douleurs liées aux
changement de la températures , aux sucres ,
aux acides)
•douleurs à la mastication
Examen complémentaire :panoramique dentaire
;rétro alvéolaire
(volume pulpaire, rapport pulpe/fracture,dent
mature ou immature.)

Le diagnostic positif :
Fractures amélo-dentinaires non pénétrante
Traitement:
S’effectuera en 2 étapes:
1/traitement immédiat : (d’urgence)
A pour but d ’éviter les dommages secondaires du tissu pulpaire soit par des chocs
thermiques ou surtout par invasion bactérienne via les tubulis dentinaires
ouvertes.
La protection pulpaire est effectuée par hydroxyde de calcium suivi d’une
obturation temporaire ,qui peut être soit :
 Un bandeau de composite collé
 Un verre ionomére photopolymérisant

2/traitement définitif : aura lieu après avoir confirmé la vitalité pulpaire


un collage du fragment récupéré, a condition que le morceau fracturé s’adapte
parfaitement au trait de fracture soit immédiatement, ou être différé dans ce cas;
la conservation se fait dans un sérum physiologique au réfrigérateur (4°c) afin
d’éviter toute déshydratation, la solution est changée tous les 8 jours.
Si le fragment n’as pas pu être récupéré , une restauration au composite sera
réalisé .
Dent temporaire:
Le traitement consiste en une reconstitution coronaire au composite.
4ème cas de figure:
• L’anamnèse: un traumatisme dentaire
• L’examen clinique : Perte de substance
plus au moins étendue intéresse
l’email et la dentine avec exposition
pulpaire
• Le patient se plaint de douleurs très
importantes au passage de l’air, au
froid , au chaud et moindre contact.
• Examen complémentaire:
panoramique dentaire;rétro
alvéolaire; ;mordu occlusale
• Le diagnostic positif :
fracture amélo-dentinaire pénétrante
Conduite thérapeutique:
La décision thérapeutique, vas dépendre de :
 stade d’évolution radiculaire ( dent maure , immature).
De la taille de l’exposition pulpaire.
De laps du temps écoulé entre le moment du traumatisme et la consultation.

1/Dent mature:
• si l’exposition est minime(inferieure a 1 mm)et récente (mois de 3h)(un traitement
d’urgence)
Conserver la vitalité pulpaire par coiffage pulpaire direct :
Rincer la surface exposée et appliquer le matériau de coiffage pulpaire( l’hydroxyde de
calcium ou le MTA)
-la restauration coronaire est faite par le fragment coronaire fracturée si ce dernier a
été conservé si non reconstituer la dent avec un composite .
•Si l’exposition pulpaire est plus étendue et plus ancienne, le traitement
endodontique conventionnel est effectué.
2/dent immature:
L’objectif serait de maintenir la vitalité pulpaire . Pour cela plusieurs procédés sont
décrits:
 coiffage pulpaire direct
Pulpotomie partielle vitale
Pulpectomie partielle vitale
Apexification
1. Le coiffage pulpaire direct:
c’est le traitement du choix :
Trouve son indication devant une exposition minime(1 -2 mm) et récente(-12 h)
• La technique consiste a placer au contact avec la corne pulpaire exposée de
l’hydroxyde de calcium , dans des conditions d’asepsie rigoureuses.
• La reconstitution définitive de la dent sera instaurée 6 a 8 semaines après.
• Une surveillance de la vitalité pulpaire est indispensable .
2. Pulpotomie partielle vitale:
Indiquée en cas d’exposition pulpaire plus importante et si le délai de consultation
est supérieur a douze heures.
La pulpe ne doit présenter aucun signe de nécrose ni d’inflammation .
Protocole opératoire:
sous anesthésie locale, une augmentation de l’ouverture de la chambre pulpaire
est réalisé puis une amputation du tissu pulpaire environ 2 mm sous le niveau de la
plaie.
Hémostase, nettoyage de la plaie au sérum physiologique
Application d’hydroxyde de calcium sous pansement non occlusal
Surveillance de la vitalité pulpaire
Obturation définitive étanche est réalisé après 6 a 8 semaines .
3. Pulpectomie partielle vitale :
Indiquée lorsque l’hygiène est absente .
 Elle consiste en une amputation de la pulpe coronaire et radiculaire mais en
préservant 2 a 3 mm du paquet vaculo-nerveux en de ca de l’extrémité apicale.
 Le canal sera ensuite rincer au sérum physiologique et asséché a l ’aide de cônes
en papier stérile, puis rempli d’hydroxyde de calcium.
 Le contrôle clinique et radiologique est impératif jusqu’au fermeture totale de
l’apex.
4. L’apexification:
C’est le traitement de choix des dents immatures nécrosées.
Son objectif sera l’induction de la fermeture apicale ou la reprise du développement
d’une dent immature par la formation d’ostéocément.
Le protocole opératoire:
 Préparation de la cavité d’accès
 Lavage a l’hypochlorite de sodium , séchage du canal
 Injection inta-canalaire a l’hydroxyde de calcium
 Contrôle radiologique est préconisé après 1,3,6 et 12 mois .
 Le délai moyen d’apexification est de 12 a 18 mois.
 Le moindre résorption de l’hydroxyde de calcium nécessite son renouvellement.
Conduite a tenir

Dent mature Dent immature

Pulpe vivante Pulpe nécrosé

Traitement endodontique Pulpotomie


Apéxifaction Ca(OH)² MTA

Apéxogénese

1semaine,4 semaine, tout


les 6 mois pendant 3ans

En cas de dent temporaire :


Stade I : coiffage pulpaire directe
Stade II et III : pulpectomie et traitement
endodontique
Le suivi est primordiale
5ème cas de figure :

• L’examen clinique:
-le trait de fracture est oblique, débute en
supra-gingival de la partie coronaire
vestibulaire et s’étendre en direction
apicale pour finir en position sous-
gingivale au niveau de la partie
linguale/palatine de la dent.
•La symptomatologie clinique est peut
importante. Seule la mastication mobilise
les morceaux: la douleur n’est pas
spontanée mais fonctionnelle.
•L’exposition pulpaire est inconstante.

Examen complémentaires: panoramique


dentaire; retro alvéolaire ; mordu
occlusale
• Le diagnostic positif : fracture corono
radiculaire simple ou fracture corono
radiculaire compliqué
Fractures corono radiculaire simple

Trait de fracture plus profond


Trait de fracture superficielle (3 à 4 mm sous le bord gingival)

-Retrait du fragment mobile -Trait de fracture dégagé par g ingivoplastie et/ou ostéotomie
-polissage de la dent -polissage
-conseil d’hygiène parfaite -protection de la dentine au verre ionomére
-restauration au composite après une semaine -2 semaines après ; la cicatrisation ging ivale est obtenue , et la dent est reconstituée définitivement.
Fracture corono-radiculaire complexe:
Dans de tels cas, il faut traiter individuellement le problème pulpaire, le prblème
parodontal, et réaliser dans les meilleures conditions possibles, une restauration
prothétique.
Anesthésie locale.
Retrait du fragment coronaire.
Thérapeutique endodontique classique(pour les dents immatures,
thérapeutique pulpaires adéquates sont réaliser).
Phase orthodontique (traction) pendant 4 a6 semaines pour obtenir une
extrusion (d’environ 2mm).
Après la contention, la restauration a l’aide d’un composite ou d’une prothèse
est réalisé.

Extraction de la dent:
S’impose quand le trait de fracture s’étend trop base et qu’après extrusion , le
ratio racine/couronne clinique n’est pas favorable a la réalisation prothétique .
*S’il s’agit d’une dent temporaire :
la pulpe est impliqué et dans la plus part des cas l’avulsion s’impose
6ème cas de figure :

•L’examen clinique :
•légère extrusion de la dent qui est déplacée en direction
palatine/linguale, comme elle peut garder une position
normale .
•Les fractures coronaires peuvent être associées a une
fracture de l’os alvéolaire(40%).
•Si le trait de fracture est situé au 1/3 coronaire, la
mobilité est importante.
•Si le trait est situé au 1/3 apical, la dent présente peu ou
pas de mobilité.
•Le test de vitalité peut être +ou- ( dans le dernier cas
attendre 3 semaines voire 1 mois avant d’instaurer un
traitement endodontique).
•Le test a la percussion peut donner un son métallique
marquant une luxation latérale.
•Dyschromie coronaire.
Examen complémentaire :panoramique dentaire ;retro
alveolaire ;mordu occlusale

Diagnostic positif : fracture radiculaire


La conduite a tenir :

*trait de fracture situer au 1/3 apical :


Þ Abstention et surveillance
Þ Elimination chirurgicale du fragment
apicale
obturation a retro du fragment
coronaire avec le MTA
suivie d’une obturation canalaire a la
gutta percha
Dent temporaire : abstention thérapeutique

Trait de fracture au 1/3 moyen :


-le traitement d’urgence consiste dans le
repositionnement du fragment déplacé ,
suivi de la pose d’une contention flexible
pendant 4 semaines permettant la
guérison du ligament parodontal .
*Trait de fracture du 1/3 coronaire:
-Élimination du fragment coronaire et dépulpation du fragment apical
-Restauration prothétique
Dent temporaire : avulsion
Suivie : 3 semaines ,6 semaines ,puis 3 mois après
Les traumatismes des tissus parodontaux
Cas clinique n°01

Signe clinique:
•aucun signe clinique n’est observé.

•La dent garde sa position et sa


mobilité physiologique.
Diagnostic positif: concussion.
•Un léger œdème /saignements
peuvent parfois être observer .

•Les tests de sensibilité pulpaire sont


positifs, le système vasculo-nerveux
n’étant pas lésé.

•Cet examen clinique doit être


compléter par une radio retro-alv
Traitement:
•Ce traumatisme ne nécessite ni
traitement d’urgence, ni de contention.

•L’abstention thérapeutique avec


surveillance de la vitalité pulpaire pdt un
ou deux mois semblent être suffisantes .

•En cas de douleur a la mastication une


prescription d’une alimentation molle
est conseiller pdt 1 semaine.

•Pour les malades hypersensibles un


traitements anti-infl et antalgique peut
être justifié.

Pendant les séances de rappel, le


praticiens doit effectuer les tests et
prendre un cliché radiographique afin de
contrôler pour les dents immatures la Pronostic: il est généralement excellent
vitalité pulpaire et l’édification
radiculaire.
Cas clinique n°02
Signe clinique :
•La dent reste dans sa position originelle après le
choc, mais le patient se plaint d’avoir une sensation
de dent plus « longue » ainsi qu’un gène a la
mastication.

•Une mobilité dans le sens vestibulo-lingual

•On a un saignement gingival au niveau du sulcus et la


palpation vestibulaire peut être sensible.

Diagnostic positif subluxation


• le test a la percussion émet un: sont plutôt sourd et .
peut être douloureux, Les tests de sensibilité pulpaire
sont exacerbés par rapport aux dents controlatérales.

Signe radiologique :

•il n’y a pas ou peu d’élargissement du ligament


parodontal.

•il est difficile lorsqu’une dent immature est


traumatisée de faire la différence entre un
épaississement ligamentaire et la zone d’édification
radiculaire .
Traitement:
•La cavité buccale est nettoyée avec une
compresse imbibée de chlorhexidine.

•Seul un suivi est nécessaire.

•En effectue une contention pour le confort


du patient si il se plaint de gène due a la
mobilité dentaire pdt 2 semaines.

•En cas de douleur à la mastication, il est


possible de décharger l’occlusion en ajoutant
des plots de composite sur les dents
postérieures et de recommander au patient
d’avoir une alimentation molle pdt 8j.

Un traitement endo s’avère nécessaire en


cas d’apparition de symptôme de nécrose
pulpaire.

•Pour une subluxation d’une dent temporaire


une surveillance tant clinique que
radiologique est désirable a l’intervalle d’1
mois, 2 mois, 6 mois puis tout les 6 mois
Pronostic: bon
jusqu’à l’éruption du germe successionnel .
Cas clinique n°03
Signe radiologique:
clinique:
• la dent est plus ou moins déplacée hors
de son alvéole et paraît donc plus longue
par
•Lesrapport aux dents controlatérales
clichés radiographiques et
permettent
l’occlusion
d’objectiverpeut etre perturbée.
un élargissement plus ou moins
important de l’espace desmodontal au niveau
• la racine
des peut être
faces mésiale et en partie
distale dedénudée
la racine,etainsi
la dent présente
qu’une généralement
vacuité dans une prouvant
la région apicale
mobilité
le augmentée.
déplacement de la dent.
Diagnostic positif: Luxation extrusive
• les tests de vitalité pulpaire sont le plus
souvent négative.

•Test de percussion est déclenche une


légère douleur et émet un son sourd.

•Un saignement cervical plus ou moins


important
Traitement
Dent permanante Dent temporaire
• Repositionnement: le facteur une dent extrusée peut être soit:
essentiel de la guérison d’un • Repositionée : la dent est replacée
traumatisme d’extrusion dépend du
doucement dans son alvéole, sans la
repositionnement optimal et
forcée pour ne pas créer un dommage
atraumatique de la dent afin de
au germe sous-jacent et dans le cas
permettre cicatrisation du d’un enfant coopérant .
desmodonte, la revascularisation et la
ré innervation du tissu pulpaire.
• Extraite: si la dent crée des
• Contention: afin de maintenir la interférences occlusales, si des
dent dans sa position physiologique résorptions apparaissent lors des
et évité la re-extrusion visites de contrôle et si pendant la
séance d’urgence le patient ne
montre aucun signe de coopérance
les différentes étapes de repositionnement et la mise en place de contention:

•Repositionnement atraumatique de
la dent : Lors de la manœuvre, il faut
•L’anesthésie locale est nécessaire uniquement
veiller à faire glisser délicatement le
caillot le long des parois radiculaires. dans les situations où le déplacement est
sévère. Dans ce cas, il semble préférable de ne
• Le patient maintient la dent avec un pas utiliser de vasoconstricteur qui pourrait
rouleau salivaire, mordançage. retarder la revascularisation pulpaire et
parodontale.
•. La dent traumatisée est positionnée
la dernière sur la contention.
Le pronostic: Dépend de 2 paramètres: le
•La contention est maintenue 2 repositionnement et le stade d’évolution
semaines, 4 semaines si association
radiculaire
avec une fracture alvéolaire.

•Une radiographie rétro-alvéolaire


permet de vérifier le bon
repositionnement de la dent.
Cas clinique n°04
Signe clinique:
• la dent
Signe radiologique:
est déplacée en direction linguale
Onoua lavestibulaire
combinaison et fermement
de plusieursbloquée
dans(occlusal
clichés sa nouvelle position.
, latéral , rétro-
alvéolaire) : épaississement plus
• L’occlusion
au est souvent
moins important perturbé.
de l’espace
desmodontale dans la région
apicale
• Un saignement au niveau du sulcus est
Diagnostic
observé. positif : Luxation latérale
• La palpation digitale du sillon vestibulaire
peut mettre en évidence l’apex de la
dent .

• Le teste de percussion donne un son


métallique et parfois douloureux.

• Les testes de vitalité pulpaire sont souvent


négative.
Traitement:
Le traitement a pour objectif de repositionner la dent, de réduire la
fracture osseuse, de poser une contention le plus rapidement
possible afin d’obtenir une cicatrisation des structures
endommagées.

Le protocole:
• Anesthésie.

• Le repositionnement: après nettoyage de la partie radiculaire


exposé a l’aide de sérum physiologique le positionnement peut
être fait manuellement ou par le davier (seulement si la dent est
mature) ou même orthodontique si le patient consulte après 48h.

• Contention pdt 4 sem

• Si la gencive présente une déchirure des sutures sont alors mise


en place .

• Contrôle radio

• Des antalgique sont prescrits.

SUIVI : Un suivi régulier est mis en place afin de contrôler la survie


pulpaire et la poursuite de l’édification radiculaire pour les dents
immatures.
Cas clinique n°05
• Signe
Signeradiologique:
clinique:

• •On Ila consiste


une différence de hauteur
en la prise de trois clichés : un
entre le bord
cliché libre de
occlusal la dent
et deux clichés rétro-
traumatisée
alvéolaires.et celui de la
controlatérale, Dans certaines
situations, en particulier pour les
•dents
Le mordu occlusal
permanentes objectivelala disparition
immatures,
du ligament
couronne alvéolo-dentaire
peut totalement être sur la totalité
ou une partie de la racine( surtout au
enfouie.
niveau de l’apex) .
Diagnostic positif: impaction
• La mobilité est le plus souvent
• Dans parfois
normale, le cas d’un déplacement
la dent est non axial, la
radiographie
immobile, bloquéelatérale peut
dans son révéler une
alvéole.
fracture de l’os alvéolaire.
• Le test à la percussion est douloureux
• donne
et un son
Une dent métallique. plus courte sur un
apparaissant
cliché occlusal indique un déplacement de
• Les l’apex
tests deensensibilités
vestibulairepulpaire sont
le plus souvent négatifs mais ils ne
doivent conduire en aucun cas a un
trt endo immédiat.
Traitement
Dent immmature Dent mature
• Il est possible d’attendre la réeruption • Si le deplacement est minime
spontanée dans les cas de déplacements
inférieurs à 7 mm,Si la dent ne se déplace (inferieure a 3mm): la
pas au bout de quelques semaines ou si le réeruption peut se faire et la
déplacement initial lié au traumatisme est vitalité pulpaire doit être surveiller
plus important, les autres solutions sont
envisagées.
• Si le deplacement est
• La traction orthodontique est indiquée en important (sup a 3mm) : la
l’absence de déplacement de la dent dans réeruption physiologique est
les 2 à 4 semaines après l’accident ou en
aléatoire d’où l’intéret du
présence de déplacements plus sévères
(plus de 7mm), les forces orthodontiques repositionnement de la dent par
seront contrôlées et la vitalité pulpaire des moyen chirurgicaux ou
surveillée régulièrement. orthodontique avant qu’une
ankylose s’installe
Traction orthodontique:
Le traitement orthodontique
permet d’initier rapidement un
traitement pulpaire pour la dent
mature, évitant ainsi la
résorption inflammatoire
radiculaire, et l’ankylose ou la
résorption de remplacement,
Traction chirurgical:
Il peut être aussi envisagé lorsque
le temps entre le traumatisme et la
consultation est long.
Protocole:
• la dent est luxée a l’aide d’un
davier en faisant attention a ne pas
endommager le ligament
parodontale davantage.

• puis elle est bien repositionnée


par rapport aux dents adjacentes
et controlatérales.

• la gencive est adaptée et suturée


au collet de la dent repositionner.

• Une contention est laissée en place


pdt 4 a 8 semaine .
Suivie:
Les dents sont contrôlées à 3 semaines, 6 semaines, 2 mois, 6 mois puis tous
les 6 mois pendant 5 ans, certaines dents pouvant montrer une ankylose 5 à
10 ans après le traumatisme.

Pronostic:
Les trois facteurs les plus importants sont le stade de développement
radiculaire, le degré d’impaction et l’âge
Cas clinique n°06
Signe clinique:
• L’alvéole est entièrement
déshabitée
• La palpation des rebords alvéolaires
vestibulaires peut mettre en
Diagnostic
évidence positif: expulsion.
une fracture alvéolaire
associée
Signe radiologique:
une radiographie occlusale et deux
clichés rétro-alvéolaires:
• L’alvéole est vide
• une fracture alvéolaire peut être
associée
Traitement:
TRAITEMENT D’URGENCE

Sur le site de l’accident: le chirurgien dentiste peut Au cabinet dentaire: Le praticien


donner des instruction par téléphone afin de facilité la peut avoir à faire face à 2 situations :
mise en ouvre des gestes d’urgence , les instruction
sont:
• la dent a été réimplantée sur le
• rechercher la dent et la mettre sans un milieu de site de l’accident
conservation si possible

• vérifier qu’il s’agit bien d’une dent permanente (la


•la dent non réimplantée sur le site
réimplantation d’une dent temporaire est contre- d’accident
indiquée)

• la tenir par la couronne en évitant de toucher la


racine

• si elle est souillée, la rincer brièvement (10


secondes maximum) sous un filet d’eau froide

• la remettre en place délicatement

• faire mordre sur une compresse pour maintenir la


dent en place le temps d’arriver au cabinet dentaire
DENT RÉIMPLANTÉE SUR LE SITE DE L’ACCIDENT

• Contention de fortune

• Après la dépose de la contention le patient


mord sur une compresse

• Une contention avc un fil d’odf est réalisée


DENT NON RÉIMPLANTÉE SUR LE SITE DE L’ACCIDENT
1. Le milieu de conservation est évalué :si nécessaire, la dent
est mise dans une solution plus appropriée pendant
l’interrogatoire médical et l’examen clinique

2. Si la dent est souillée, la nettoyer

3. Vérifier l’intégrité de l’alvéole: Rincer délicatement et


brièvement (10 secondes) l’alvéole avec du sérum
physiologique afin d’éliminer d’éventuels débris ainsi que le
caillot, substrat de bactéries et favorisant le risque
d’ankylose

4. Inspecter les dents adjacentes et antagonistes

5. La préparation de la racine dépend du stade de maturité


de la dent expulsée et du temps extraalvéolaire
5,1)Temps extra-alvéolaire à sec (TEAS) inférieur à 60 minutes :

A. Dent mature (apex fermé)


• La dent est replacé doucement dans l’alvéole .

• Contention flexible pendant 1 à 2 semaine .

• trt endodontique après 7js a 10jrs

B. Dent immature (apex ouvert)

• L’immersion de la dent pendant 5 mn dans une solution de doxycycline .

• Réimplantation de la dent.

• Contention pendant 1 à 2 semaine

5,2) Temps extra-alvéolaire à sec supérieur à 60 minutes :


Dans ce cas, que la dent soit mature ou immature, la prise en charge est identique. Le ligament parodontal est
nécrosé et aucune réparation n’est envisageable. Dans ces cas, l’objectif est de limiter et de ralentir le
processus de résorption radiculaire.

• Traitement endodontique extra alvéolaire

• immersion dans la solution de NaF à 2 % pendant 20 mn .

• Rincer la dent durant 2min avec du sérum physiologique .

• Réimplantation de la dent.

• Contention flexible semi-rigide pendant 1 à 2 semaine


6. Les sutures muqueuses :sont ensuite réalisées si nécessaires.

7. La prescription:

• Une antibiothérapie systémique après la réimplantation a été recommandée


pendant 7 à 10 jours

• Une brosse à dents chirurgicale et un bain de bouche biquotidien à la


chlorhexidine (0,1 %) sont prescrits jusqu’à la dépose de la contention.

• Une prescription d’antalgique classique peut être donnée au patient en


évaluant sa réelle nécessité.

• La validité du vaccin antitétanique est recherchée

8. Réalisation d’un Certificat Médical Initial.


Les milieux de conservation: L’utilisation d’un milieu de conservation inapproprié
augmente potentiellement le risque de nécrose des cellules du
ligament parodontal et donc le taux de complication.
• Lait: Il permet de conserver la vitalité cellulaire pendant 2 à 3 heures à température ambiante.

• Le blanc d’œuf : jusqu’au 10 h

• Salive: Ce milieu est donc compatible avec la survie cellulaire, mais pour une courte durée
( micro-organisme)

• Sérum physiologique: c’est le meilleur milieu de conservation

• L’eau: ce milieu est hypotonique, mais il faut éviter le dessèchement de la dent alors si aucun
autre moyen et possible on la met dans un sac plastique remplie d’eau ou dans un verre d’eau.

Le pronostic: dépend de 3 facteurs :


• le temps extra-alvéolaire

• Le milieu de conservation

• Le stade de développement radiculaire


Exemple sur la réimplantation tardive chez un adolescent:
Les traumatismes des tissus environnants
1er cas de figure :
Examen clinique :
-une blessure superficielle de l’épithélium gingival
Le diagnostic positif: abrasion
La conduite a tenir :
-nettoyage des plaies
-prescription de bains de bouche C.Naulin Ifi traumatismes
2ème cas de figure : dentaire du diagnostic au
traitement 2005
Examen clinique:
- une hémorragie du tissus sous cutané
-suite à un choc par un objet contondant
Le diagnostic positif : contusion
La conduite a tenir :
-une excellente hygiène bucco dentaire
3ème cas de figure:
Examen clinique:
- une blessure des tissus due à un objet tranchant
-la palpation confirme l’étendue ,la profondeur du traumatisme et
le degré de saignement
-la radiographie des tissus mou peut mettre en évidence la
présence de fragments dentaires ou des corps étrangers enfoui
Le diagnostic positif : lacération
La conduite a tenir :
-anesthésie locale
-Détersion avec le sérum physiologique stérile C.Naulin Ifi traumatismes
dentaire du diagnostic au
-sutures des plaies traitement 2005

-prescriptions de bains de bouche à la chlorhexidine pendant 4 à 5


jours après le retrait des points
Fracture de l’os alvéolaire
Cas clinique
Signe clinique: Signe radiologique:
• Un déplacement des dents et du • Une ligne de fracture est
fragment osseux qui est détecter
généralement lors de la palpation nettement visible sur les
clichés radiographiques
• La palpation avec un doigt placé intrabuccaux et
sur le processus alvéolaire peut extrabuccaux,
percevoir la rupture corticale en
Diagnostic positif: fracture de l’os
marche d’escalier.
alvéolaire.
• une perturbation de l’occlusion

• Existante d’un hématome

• Mobilité notable :lorsque on


teste la mobilité d’une dent la/ou
les dents adjacentes bougent en
même temps

• Le teste de percussion émet un


son sourd
Traitement: Le pronostic: dépend de 2 facteurs:
il consiste en la réduction de la -la situation du trait de fracture
fracture avec une pression -le laps de temps écoulé entre le
digitale suffisante pour débloquer traumatisme et la pose de contention
l’apex des dents luxées.
L’anesthésie locale est
nécessaire , il faut vérifier
l’occlusion, et radiologiquement
la position des dents dans leur
alvéole
Une contention est laissée pdt 4 à
8 semaines
Les contentions: Devant le large éventail de techniques
d’immobilisation, le praticien se pose la question du choix de la
plus adaptée au cas particulier à prendre en charge.
Les différents types de de contentions:
• Souple: gouttière

• Semi-régide: -collage dento-dentaire


-fil orthodontique
-ligature métallique
-ligatures avec
boitiers d’orthodontie

• Régide: arc métallique ligaturé


La durée de contention:

Type Traumatisme durée

Souple Concussion 1à2 semaines (pas


subluxation toujours
nécessaire)

Semi-régide Extrusion 1à3 semaines


Luxation 1à3 semaines
réimplantation 1à2 semaines
Fracture radiculaire 3à6 semaines
Fracture alvéolaire 3à4 semaines
La prévention:
• Concernant le patient
Elle se limite à la pratique des sports. Beaucoup d’entre eux ne requièrent pas de
protection dentaire, même en compétition : c’est le cas du cyclisme, du patinage
ou de l’équitation où le casque ne protège que le crâne et pas la face. Dans les
sports de ballon ou de combat, le port de protège-dents est préconisé voire
obligatoire, et les différentes études mettent en évidence la nette supériorité des
protections personnalisées réalisées par des odontologistes sur les protections
thermoformées du commerce.

• Concernant l’entourage
Il s’agit plutôt d’une prévention des complications, c’est-à-dire d’une
prévention secondaire alors que le traumatisme est survenu.
Le but est donc de former les catégories de population susceptibles d’être
confrontées aux traumatismes dentaires(les professeurs des écoles ,les
moniteurs sportifs …)
Enseigner aux parents serait l’idéal mais paraît illusoire devant le trop grand
nombre. Enfin, le personnel des professions paramédicales et tous les
médecins devraient connaître les principes de traitement d’urgence
Complication:
Le traumatisme alvéolo-dentaire négligé ou mal pris en charge se compliquera
par :
A- les complications pulpaires:
1-La nécrose pulpaire: les réponses du système vasculaire face à un
traumatisme de moyenne intensité sont celle d’une hémorragie intra pulpaire,
une inflammation et une dissection tissulaire.
2-Dégénérescence calcique: considérée comme dépôt anarchique de la
dentine dans l’endodonte conduisant à une oblitération totale de l’endodonte.
3-Résorption interne: les trauma peuvent engendrer une résorption radiculaire
interne, le facteur causal semble être une inflammation pulpaire chronique
irréversible

B. LES COMPLICATIONS PARODONTALES:

1- Résorptions radiculaires externes : de type inflammatoire caractérisé par des


résorptions de dentine et de cément associé à des modifications importantes
du tissu parodontal.

2-Résorption de surface : il s’agit de résorptions lacunaires siégeant sur les


surfaces radiculaires se limitant au cément elles sont non évolutives.

3-Ankylose : représente la fusion entre la racine dentaire et l’os alvéolaire par


disparition de l’espace desmodontal
On ne soigne jamais un
traumatisme mais un patient
traumatisé physiquement et
psychologiquement au quel il
faut offrir le meilleur traitement
possible en vue de
maintenir ou restaurer par
ordre d’importance la vie,
l’équilibre physiologique,
émotionnel et finalement
l’apparence esthétique.
Bibliographie:

1/Traumatismes dentaires « du diagnostic au traitement »


Chantal NAULIN-IFI 2005
2/Traumatologie clinique de la théorie a la pratique
3/D. CAPRIOGLIO, P. FALCONI, B. VERNOLE
Les traumatismes des dents antérieures en pédodontie 1990
4/treatment planning for traumatized teeth
5/essentials of traumatic injuries to the teeth