Vous êtes sur la page 1sur 66

Les acteurs de l’immunité :

1- les cellules immunitaires


Classification des cellules immunitaires

• I) Les cellules de la réponse immunitaire innée


– 1) Les phagocytes
• d) Le granulocyte neutrophile
• a) Le monocyte
• b) Le macrophage
• c) La cellule dendritique
– 2) La cellule NK
– 3) Les granulocytes (granulocytes) : l’éosinophile et le basophile, le mastocyte
– 4) Notion des cellules résidentes
• II) Les cellules de la réponse immunitaire adaptative
– 1) Le lymphocyte B
– 2) Le lymphocyte T
• III) Cellules à l’interface entre les deux systèmes
– 1) La cellule NKT
– 2) Le lymphocyte T γ-δ
L’origine des cellules immunes : L'hématopoïèse

• Site de l'hématopoïèse : Sac vitellin foie et rate MO

• À la fin du deuxième trimestre l'hématopoïèse commence à se faire


dans la MO, y deviendra de plus en plus importante de manière à ce
qu'après la naissance elle ne soit plus produite que dans la MO

• La MO est active dans tous les os jusqu'à 4 ans. Après elle se trouve
réservée aux à certains os seulement.

• Le sternum (tête sternale) et le bassin sont les plus utilisés en cas de


ponction de MO car plus facile d'accès et riches.
L’origine des cellules immunes : L'hématopoïèse

• Chaque jour dans l’organisme humain adulte 1011 à 1012


cellules hématopoïétiques sont produites.
• Les cellules souches hématopoïétiques (CSH) sont à l'origine
de toutes les cellules sanguines elles sont produites les 70
premiers jours de gestation
• En réponse à un signal exogène; elles sont à la fois capables
d’auto-renouvellement et de différenciation en progéniteurs
non-multipotents qui à leur tours se différencieront en
cellules sanguines.
Les marqueurs de différenciation des cellules immunitaires
Classification des cellules immunitaires

• I) Les cellules de la réponse immunitaire innée


– 1) Les phagocytes
• d) Le granulocyte neutrophile
• a) Le monocyte
• b) Le macrophage
• c) La cellule dendritique
– 2)Les granulocytes : l’éosinophile et le basophile, le mastocyte
– 3) La cellule NK
– 4) Notion des cellules résidentes
• II) Les cellules de la réponse immunitaire adaptative
– 1) Le lymphocyte B
– 2) Le lymphocyte T
• III) Cellules à l’interface entre les deux systèmes
– 1) La cellule NKT
– 2) Le lymphocyte T γ-δ
1) Les phagocytes
Les granulocytes (polynucléaires)

• Des leucocytes non spécifiques. Caractérisés par un noyau


polylobé et des granulations cytoplasmiques.

• La classification des granulocytes est basée sur leur affinité à


absorber des colorants neutres, basiques, ou acide à base
d'éosine :
• les neutrophiles
• les basophiles
• les mastocytes
• les éosinophiles
1) Les phagocytes
Le granulocyte neutrophile

• Les plus nombreux (70%)

• Demi-vie < 20h


• Circulent dans le secteur vasculaire à l’état quiescent et sont activés dans le secteur
tissulaire après recrutement par des signaux inflammatoires
• Molécules de surface caractéristiques : CMH I, molécules d’adhésion : LFA-1, VLA-4,
récepteur du complément : C3b-R, C5a-R, C1q-R
• Marqueurs d’activation : les récepteurs aux Fc des anticorps : FcαR, FcγRII (CD32), FcγRIII
(CD16)
• Fonction : Éliminent les microorganismes extracellulaires en :

1. Phagocytant les microorganismes

2. Libèrant par dégranulation un assortiment de molécules avec des propriétés


antibiotiques

3. Produisant les cytokines : INFγ, IL1, IL8, TGFβ, ou des médiaturs d’inflammation (Ex :
leukotrienes LTB4)
1) Les phagocytes
Fonction du granulocyte neutrophile :
• La migration trans-endothéliale :

• Le chimiotactisme :
Capacité de migration dans la direction du site inflammatoire en réponse à un
gradient de facteurs chimiotactiques (par le sois et/ou par le pathogène)
Fonction du granulocyte neutrophile : 1) Les phagocytes

• La phagocytose :
Etapes de la phagocytose :
1- opsonisation : se fait grâce à l’interaction entre les sucres des
microorganismes et les molécules d’adhésions ou via les opsonines (C3, IgG)
2- phagocyte : l’ingestion aboutit à la formation d’un phagosome
3- bactéricidie : par la synthèse de dérivés oxydants (radicaux libres, NO), ou par
des enzymes (lysozyme, phosphatases ...)
1) Les phagocytes
• La dégranulation :

- Le neutrophile libère par dégranulation un assortiment de molécules dans


trois types de granules. Ce contenu a des propriétés antibiotiques.
- Les granules peuvent fusionner avec les phagosomes ou être libérés à
l’extérieur du neutrophile
Quizzzzz : Quel est le rôle de
chacune de ces molécules ?
Type de granule Protéine

Myeloperoxidase,
Granules primaires (azurophiles) bactericidal/permeability-increasing
protein (BPI), defensins …

Granules secondaires (spécifiques) NADPH oxidase, collagenase, lactoferrin …

Granules tertiaires Cathepsin et gelatinase


1) Les phagocytes
Cycle de vie des neutrophiles

• Leur cycle de vie est court : après qu’ils digèrent et


neutralisent le pathogène; ils sont à leur tour phagocytés par
les macrophages
• Mais étant surnuméraires par rapport aux macrophages; le
pathogène les rencontre en premier
• Ils permettent donc au parasite d’être reconnu et neutralisé
rapidement
• Et limitent les dégâts causés aux tissus de l’hôte grâce à leurs
substances antimicrobiennes et inflammatoires
1) Les phagocytes
Le monocyte

• 2% à 8%
• La moitié est stockées dans la rate
• Ce sont les plus grandes cellules circulant dans le sang. Rondes ou ovales
• Leur durée de vie est variable de quelques jours à quelques mois
• Elles sont plastiques : peuvent se différencier en macrophages ou cellules
dendritiques ou autres cellules en fonction du tissu
• Principales molécules de surface caractéristiques : CMH I, CD14, LFA-1, VLA-
4, FcγR I/III (CD64/CD16)
• Fonctions : Production de cytokines modulateurs de la RI, phagocytose, et
présentation d’Ag
1) Les phagocytes
Le macrophage

• Provient de la différenciation des monocytes au niveau tissulaire


• Leur durée de vie est variable de quelques mois à quelques années
• Fonctions : Phagocytose, la présentation d’Ag, et la production de
cytokines modulateur de la RI.
• Recrutement
‐ Quand un monocyte infiltre un tissu en traversant l’endothélium
vasculaire, il subit sa différentiation terminale pour devenir un
macrophage. Comme la plupart des cellules complètement
différenciées, ils ne se divisent plus.
‐ Les monocytes, puis les macrophages sont attirés vers le lieu d’une
inflammation par chimiotactisme.
1) Les phagocytes
• Fonction : La phagocytose des microbes

‐ Semblable à celle des neutrophiles : opsonisation, phagocyte,


bactéricide
‐ Les macrophages peuvent digérer plus de 100 bactéries avant
de finalement mourir à cause de leurs propres composés
digestifs .
‐ Résistance : Certaines bactéries, telles que Mycobacterium
tuberculosis, sont devenus résistants à la bactéricide. Les
Typhoïde salmonelles induisent leur propre phagocytose par les
macrophages de l'hôte in vivo, et inhibent la digestion utilisant
ainsi les macrophages pour se répliquer
1) Les phagocytes
• Fonction : La phagocytose des cellules
‐ Le macrophage est aussi spécialisé dans la phagocyte des
cellules en fin de vie et notamment des neutrophiles.

Quizzzzz : Quel est le rôle


de chacune de ces
molécules ?
1) Les phagocytes
• Fonction : L’immunité adaptative
1- Présentation de l’Ag
En plus de débarrasser le corps des débris; après leurs digestion,
le macrophage présente les Ag issus de ces débris du pathogène
à la cellule LTh :
‐ La présentation se fait par l’intégration de l’Ag au niveau
membranaire couplé au CMH II
‐ Ceci indique que le macrophage n’est pas pathogenique
même s’il a un antigene à sa surface
1) Les phagocytes
• Fonction : L’immunité adaptative
2. ADCC (antibody dependent cell mediated cytotoxicity)
‐ Le macrophage exprime des FcR, ces récepteurs
reconnaissent et interagissent avec la partie Fc des
anticorps.
‐ L’interaction conduit à la lyse du pathogène par la
libération de cytotoxines ou à sa phagocytose par
opsonisation

Or Macrophage

Or Macrophage
FIN
1) Les phagocytes
La cellule dendritique
• Ce sont des cellules présentatrices d'antigènes
et qui ont dans certaines conditions des
dendrites.

• Principales fonctions
‐ le déclenchement de la réponse
immunitaire adaptative
‐ le maintien de la tolérance centrale au
« soi » dans le thymus, par un processus
impliquant les lymphocytes T dit de
« sélection négative »

Seront vues en détails avant d’aborder les Lymphocytes


Classification des cellules immunitaires

• I) Les cellules de la réponse immunitaire innée


– 1) Les phagocytes
• d) Le granulocyte neutrophile
• a) Le monocyte
• b) Le macrophage
• c) La cellule dendritique
– 2) Les granulocytes (granulocytes) : l’éosinophile et le basophile, le mastocyte
– 3) La cellule NK
– 4) Notion des cellules résidentes
• II) Les cellules de la réponse immunitaire adaptative
– 1) Le lymphocyte B
– 2) Le lymphocyte T
• III) Cellules à l’interface entre les deux systèmes
– 1) La cellule NKT
– 2) Le lymphocyte T γ-δ
2)Les granulocytes
Le granulocyte eosinophile
• Représentent 1-6%

• Situés essentiellement dans le secteur tissulaire

• Leur durée de vie est < 12 heures dans le sang, et environ 10 jours
dans les tissus.
• Principales molécules de surface caractéristiques : même que PNN

• Sont efficaces principalement lors des parasitoses où ils sont attirés


aux sites infectieux grâce aux chimiokines.
• Jouent aussi un rôle dans les allergies car contiennent des granules
histaminiques
• Activés essentiellement par : IgE, IL5
2)Les granulocytes
Fonction du granulocyte eosinophile
En fonction du signal d’activation, l’éosinophile produit un ou plusieurs de ces

molécules :
• Des dérivés oxygénés comme l’hypobromite, le superoxide, et le peroxide
• Des enzymes comme l’elastase
• Des facteurs de croissances comme TGF beta, VEGF, and PDGF
• Des cytokines comme IL-1, IL-2, IL-4, IL-5, IL-6, IL-8, IL-13, et TNFα
• Des RNases (Ex : ribonuclease 3), d’où le rôle dans l’immunité anti-virale
• L’histamine

ADCC de l’eosinophile
2)Les granulocytes
Le granulocyte basophile

• Ils représentent 0.5% à 1%


• Situées essentiellement dans le secteur vasculaire

avec passage possible dans les tissus


• Principales molécules de surface caractéristiques : même que PNN
• Sont impliqués dans les symptômes allergiques. Car contiennent
principalement des granules d’histamine et d’héparine et secrètent
l’IL4
• Comme les eosinophiles, les basophiles ont des récepteurs à IgE
(ADCC)
2)Les granulocytes
Fonction du granulocyte basophile
• L'histamine et l'héparine empêchent la coagulation dans les

vaisseaux sanguins et augmentent la perméabilité des

capillaires sanguins, ouvrant la voie à la diapédèse

• L'histamine active la réaction inflammatoire et intervient

également dans les réactions anaphylactiques

(hypersensibilités de Type I)
2)Les granulocytes
Fonction du granulocyte basophile (suite)

• Les polynucléaires basophiles ont également la propriété de

libérer un facteur chimiotaxique l'ECFA (Eosinophils Chemotactic

Factor of Anaphylaxis) qui attire les éosinophiles capables de

moduler la réaction allergique

• Les basophiles peuvent aussi être retrouvés dans des sites

d’infection par des ectoparasites Ex : tics, vers …


2)Les granulocytes
Le mastocyte

• Cellule mononuclée, de forme variable (ronde,

ovalaire, polygonale ou fusiforme) et un cytoplasme

basophile ou incolore rempli de très nombreuses

granulations

• L'identification du mastocyte repose essentiellement sur la mise en évidence

de la métachromasie de ses granulations, colorées en violet par le bleu de

toluidine. Cette identification est difficile en cas de dégranulation spontanée

ou provoquée par une agression mécanique. La mise en évidence de certaines

activités enzymatiques par des réactions cytochimiques, comme celle de la

tryptase, peut aider à l'identification du mastocyte


2)Les granulocytes
Le mastocyte

• Situé essentiellement dans les tissus conjonctifs jamais dans le


sang
• Caractérisé par les marqueurs de surface : CD34, KIT, CD13, et
FcεRI
• Contient des granules chargés d’histamine, de protéase, et de
TNFα
• Libère des médiateurs qui recrutent d’autres cellules
immunitaires : PGD2, LTC4, IL2, 3, 4, 5, 6, 8, 13, MIP1-α, -β
2)Les granulocytes
Le mastocyte

• Souvent associé aux allergies et à l’anaphylaxie, mais jouent aussi un


rôle dans la cicatrisation et dans la défense contre les pathogènes
La cellule Natural Killer (tueuse naturelle)

• 12% des leucocytes circulants


• Une origine lymphocytaire
• Essentiellement circulante pas concentrée dans les organes
lymphoïdes secondaires
• Caractérisée par les marqueurs de surface : CD16 (FcγRIII)
+/dim, CD56 (N-CAM) +/dim, CD54 (ICAM-1) +, mais CD3- (non
T) et CD19- (non B)
• Importante fonction de sécrétion de cytokines, IFNγ et TNFα en
particulier (pour les NK CD56+)
• Importante cytotoxicité (pour les CD16+)
La cellule Natural Killer
La cellule Natural Killer (tueuse naturelle)

• Les NK sont spontanément lytiques envers toutes les cellules.


Cependant, de nombreux mécanismes de régulation empêchent les
NK de s'attaquer aux cellules saines
• Les NK neutralisent les cibles potentielles de deux façons :
1. Récepteur de surface : Lyser toutes cellules dépourvues des
CMH I (donc théoriquement tous parasites extracellulaires) et
aussi les cellules infectées qui exposent des Ag de surface
2. ADCC : Les antigènes exposés activent une réponse par des
anticorps. Ces anticorps liés à leurs récepteurs (FcγRIII)
conduisent à une ADCC
• La lyse des cellules cibles se fait principalement par les voies :
perforine / granzyme, Fas / FasL, TRAIL / TRAIL-R Quizzzzz : expliquer
comment ?
La cellule Natural Killer
Les récepteurs du NK

L'activité d'une cellule NK est la résultante de l'intégration de l'ensemble


des signaux transmis par ses récepteurs transmembranaires inhibiteurs et
activateurs :
1. Les Récepteurs Inhibiteurs :
• KIR (Killer Immunoglobulin-like Receptors) inhibiteur : NKG2A a pour
ligand HLA-E, une molécule HLA de classe I non classique, peu
polymorphe
2. Les Récepteurs Activateurs :
• KIR activateurs : NKG2 et NKG2D ont pour ligands les MICA et MICB
(molécules MHC class I-related Chain A /B), et les ULBP (UL16-binding
proteins); des ligands surexprimés en cas de stress cellulaire (infection
virale ou transformation tumorale)
• NCR (les récepteurs de la cytotoxicité naturelle) : NKp30, NKp44 et
NKp46; capables d'enclencher la cytotoxicité ou la production de
cytokines en l'absence d'autre stimulation. Des ligands viraux ont été
décrits pas encore de ligand cellulaire
La cellule Natural Killer

NCR
La cellule Natural Killer

• L'activation d'un seul type de récepteur KIR inhibiteur suffit à empêcher


l'activation du NK alors qu'il faut toujours plusieurs signaux activateurs
différents pour activer le NK et provoquer la mort de la cellule non reconnue.
= Lorsqu'un NK rencontre une autre cellule, la lyse de cette cellule ne se produira
que si les signaux d'activation surpassent les signaux d'inhibition.
La cellule Natural Killer

Exemples de signaux
activateurs de la toxicité des NK
La cellule Natural Killer

À travers leurs cytotoxicité naturelle et leur ADCC, ainsi que la


sécrétion des cytokines; les NK sont des cellules médiatrices
importantes de l’immunité innée et acquise impliquées dans :

1. La reconnaissance du sois et la destruction du non-sois


2. La surveillance tumorale et l’immunité anti-tumorale
3. La tolérance immune in utero
FIN
Classification des cellules immunitaires

• I) Les cellules de la réponse immunitaire innée


– 1) Les phagocytes
• d) Le granulocyte neutrophile
• a) Le monocyte
• b) Le macrophage
• c) La cellule dendritique
– 2) Les granulocytes (granulocytes) : l’éosinophile et le basophile, le mastocyte
– 3) La cellule NK
– 4) Notion des cellules résidentes
• II) Les cellules de la réponse immunitaire adaptative
– 1) Le lymphocyte B
– 2) Le lymphocyte T
• III) Cellules à l’interface entre les deux systèmes
– 1) La cellule NKT
– 2) Le lymphocyte T γ-δ
Les cellules résidentes (CR)
Notion : Les cellules résidentes (CR)

• Les cellules du système immunitaire résidant dans les


tissus sont des mastocytes (éosinophiles en moindre nombre),
macrophages et cellules dendritiques
• Les CR jouent le rôle de cellules "sentinelles" puisqu'elles
réagissent immédiatement suite à la détection d'un danger.
• Elles expriment récepteurs de type TLR (Toll-like receptors :
interviennent au cours des mécanismes de l’immunité innée en
reconnaissant des motifs moléculaires PRR conservés chez de
nombreux pathogènes)
Les cellules résidentes (CR)
Notion : Les cellules résidentes (CR)

• Les motifs reconnus déclenchent l’activation des CR qui sécrètent


des médiateurs de l’inflammation (histamine, cytokines pro-
inflammatoires, chimiokines, etc.) responsables de l’activation des
cellules endothéliales et de l’initiation de la phase vasculaire de
l’inflammation

• Les CR exercent aussi des fonctions "d'entretien"; de clairance des


cellules apoptotiques lors du remodelage de la matrice
extracellulaire et de la néoangiogenèse
Les cellules résidentes (CR)
Exemples de C. résidantes : 1/ Les C. de Langerhans
• Sont des C. dendritiques issus de la même
lignée que les monocytes
• Situées dans le tissu cutané, entre les
kératinocytes, dans les ganglions lymphatiques
et quelques organes concernées par la réponse
immunitaire (muqueuse malpighienne de la
cavité buccale et de la cavité vaginale, muqueuse
vésicale)
• Comportent des dendrites qui forment un réseau entourant les kératinocytes
• Constituent une des premières défense immunitaire : captent les Ag parvenant
à traverser l'épithélium cutané puis migrent vers les tissus lymphoïdes
secondaires, pour présenter les Ag aux lymphocytes à l'aide de leur CMH de
classe II
Les cellules résidentes (CR)

2/ Les C. dendritiques en fonction de leur localisation :

• Les C. dendritiques interdigitées (IDC) :


- Migrent par les canaux lymphatiques afférents vers le cortex
des ganglions (cellules voilées), et présentent les Ag
pénétrants par la peau aux LTh via le CMH II (issus de la
différenciation de C. de Langerhans par Ex)
• Les CPA du thymus sont aussi des IDC, concentrées dans la zone
médullaire; et participent dans la sélection négative des LT
Les cellules résidentes (CR)
2/ Les CD en fonction de leur localisation (suite) :

• Les C. folliculaires dendritiques (FDC):


- n’ont aucune parenté avec les autres CD.
- Sédentaires, en réseau, localisées dans les zones follicules des zones T-
indépendantes des ganglions, rate, MALT, dépourvues de CMH II et
présentent les Ag T-indépendants aux LB (plusieurs mois), via les
récepteurs du complément CD21 et CD35 ou via le FcR. La réponse est à
IgM
• Les GCDC sont des FDC localisées aux centres germinatifs secondaires
pourvues de CMH II, ont la capacité de migrer et présenter l’Ag aux LT
ganglionnaires
Les cellules présentatrices d’Ag (CPA)

Notion : Les cellules présentatrices d’Ag (CPA)

• Les CPA sont une population hétérogènes


• Expriment presque toutes le CMH II
• Différenciées à partir des C. résidantes, de monocytes ou autres
• Présentent l’Ag exogène aux LT CD4 via le CMH II
• Présentent l’Ag endogène aux LT CD8 via le CMH de I
• Expriment des molécules de co-stimulation, qui modulent la
réponse T. Trois types : médiateurs de la réponse inflammatoire
(Ex : l'IL-1), molécules de costimulation (Ex : B7), cytokines
régulatrices (Ex : IL-4, IL-12)
Les cellules présentatrices d’Ag (CPA)

Notion : Les cellules présentatrices d’Ag (suite)

• Les cellules dendritiques


• Les monocytes et les macrophages
• Les LB deviennent après activation d’excellentes CPA, et
expriment le CMH II en forte densité
• Les C. de l’épithélium cutané ou thyroïdien et les C.
endothéliales peuvent exprimer le CMH II et devenir CPA
transitoirement sous l’effet des IFNγ ou TNFα
Les cellules présentatrices d’Ag (CPA)
Les cellules présentatrices d’Ag (CPA)

Quizzzzz : qui sont ces CD ?


Classification des cellules immunitaires

• I) Les cellules de la réponse immunitaire innée


– 1) Les phagocytes
• d) Le granulocyte neutrophile
• a) Le monocyte
• b) Le macrophage
• c) La cellule dendritique
– 2) La cellule NK
– 3) Les granulocytes (granulocytes) : l’éosinophile et le basophile, le mastocyte
– 4) Notion des cellules résidentes
• II) Les cellules de la réponse immunitaire adaptative
– 1) Le lymphocyte B
– 2) Le lymphocyte T
• III) Cellules à l’interface entre les deux systèmes
– 1) La cellule NKT
– 2) Le lymphocyte T γ-δ
II) Les cellules de la réponse immunitaire adaptative

Les lymphocytes circulants

• 20% des leucocytes sanguins


• En microscopie, les L sont majoritairement lisses : 0% des LB, 5%
des LTh et 50% des LTc sont granuleux
• LB représentent 5 à 15% des L. circulants
• LT représentent 85 à 95% des L. circulants
• les L. activés sont éliminés à la fin de la RI et les L. mémoires ont
une durée de vie en année
Les cellules de la réponse immunitaire adaptative

• Sont les acteurs de l’immunité secondaire (spécifique, adaptative)


• Circulants et transmigrants rarement tissulaires
• Origine :
Les cellules de la réponse immunitaire adaptative

1) Le lymphocyte B

– Acteur principal de l’immunité à médiation humorale (par les anticorps)


– Il est DC19+ et CD20+
– Exprime un Ig spécifique par clone
– L’Ig membranaire : BCR (B Cell Rceptor). Souvent des IgM ou IgD, ou
encore des IgA dans le cas des MALT
– Le BCR signale via ses interacteurs intra-cytoplasmiques CD79a (Igα) et
CD79b (Igβ)
– Le BCR sécrété est l’anticorps !
Les cellules de la réponse immunitaire adaptative
La différenciation du lymphocyte B :
1) phase
1) phase centrale centrale

– Avec 4 étapes de différenciation : pro B,


Pré B, B immature et B mature (CD40 +)
– Les gènes des Ig se réarrangent de
manière aléatoire pour aboutir à plus de
1010 d’Ig spécifiques différents
– Chaque cellule exprime à sa surface un
IgM et/ou IgD spécifique à un Ag donné
– Les LB qui reconnaissent des Ag du soi
sont éliminés (apoptose) ou inactivés
(anergie) = Tolérance centrale (du soi) par
sélection négative
Les cellules de la réponse immunitaire adaptative

La différenciation du lymphocyte B (suite) :

2) phase périphérique
– Dans les organes lymphoïdes secondaires (zones B et zones T)
– Fin de la différenciation : Une 2eme étape de tolérance dite périphérique
– Subissent une activation lors de la rencontre des Ag
– Les LB coopèrent avec les LT auxiliaires

3) phase terminale
– Les LB se différencient en LB mémoires ou en plasmocytes puis
rejoignent le site d’inflammation via la circulation
La différenciation du lymphocyte B : Les cellules de la réponse immunitaire adaptative
Circulation
Vers les ganglions

2. périphérique 3. terminale
Les cellules de la réponse immunitaire adaptative

Étapes moléculaire d’activation du LB :

Hypermutation
Lors de la prolifération clonale, des mutations dans les régions variable des
Ig permettent d’obtenir des clones avec une meilleurs affinité pour l’Ag
Sélection
Les LB sont testés au niveau des ganglions grâce aux cellules dendritiques
folliculaires FDC, puis subiront une sélection positive
Commutation (classe switch)
Après la sélection, les LB se différencient en plasmocytes secrétant une
and selection
classe donnée d’anticorps de haute affinité ou en LB mémoires, après une
coopération avec LTh2 permet la survie puis la prolifération
Les cellules de la réponse immunitaire adaptative

Les deux signaux d’activation du lymphocyte B :


1er : La reconnaissance de l’Ag par le BCR
• Indépendante du CMHII
• Directe : si Ag petit et soluble (toxine, LPS, flageline, etc.)
• Via CPA : si Ag lié aux molécules d’adhésion et au complément
(protéines)
2ème : La coopération LB-LTh2
• Le LB présente l’Ag-CMH II au LTh2
• Le LTh2 préalablement sensibilisé à cet Ag via une autre CPA; va agir
sur le LB via le CD40L et des cytokines (IL4, 5, 6)
• Le LB se transforme en plasmocyte de faible affinité ou subira
d’autres étapes de maturations : hypermutation, sélection,
commutation
FIN
Les cellules de la réponse immunitaire adaptative

2) Le lymphocyte T (Tαβ)
• Acteur de l’immunité à médiation cellulaire
• Participe à l’immunité à médiation humorale
• Il est CD2+, CD3+, CD4+/CD8+
• Exprime un TCR composé de chaine α et β, spécifique par
clone
• Différentes population de LT, principalement :
– LT CD8+ cytotoxique
– LT CD4+ helper (auxiliaire) Th1 favorisant une RI
cytotoxique, Th2 favorisant une RI humorale, et Th17
favorisant l’inflammation
Les cellules de la réponse immunitaire adaptative

La différenciation du lymphocyte T
Se fait au niveau du thymus

1) phase centrale
– Prolifération des progénitures doublement négatifs CD4- CD8-

– Réarrangement aléatoire des gènes du TCR (1010 clones)


– Sélection positive des thymocytes aux TCR qui reconnaissent
le CMH II ou le CMH I (maintenant CD4+ et CD8+)
– Sélection négative des thymocytes auto-réactifs
(reconnaissent des peptides du soi)
– 2 fois plus de LT CD4 + sont produits / aux LT CD8+
Les cellules de la réponse immunitaire adaptative
La différenciation du lymphocyte T
Les cellules de la réponse immunitaire adaptative
La différenciation du lymphocyte T (suite) :

2) phase périphérique
– Les LT CD4 et CD8 (matures mais naïfs) quittent le
thymus vers les organes secondaires
3) phase terminale
Les LT prolifèrent et se différencient en LT effecteurs
ou mémoires grâce à 2 signaux :
– Le 1er : interaction du complexe TCR-CD3-CD8 /
CD4 avec le complexe Ag-CMH I / CMH II d’une
CPA
– Le 2 ème : de costimulation par l’interaction
CD28-B7. En absence de ce 2ème signal les LT
devient anergiques
Classification des cellules immunitaires

• I) Les cellules de la réponse immunitaire innée


– 1) Les phagocytes
• d) Le granulocyte neutrophile
• a) Le monocyte
• b) Le macrophage
• c) La cellule dendritique
– 2) La cellule NK
– 3) Les granulocytes (granulocytes) : l’éosinophile et le basophile, le mastocyte
– 4) Notion des cellules résidentes
• II) Les cellules de la réponse immunitaire adaptative
– 1) Le lymphocyte B
– 2) Le lymphocyte T
• III) Cellules à l’interface entre les deux systèmes
– 1) La cellule NKT
– 2) Le lymphocyte T γ-δ
• IV) Cellules à l’interface entre les deux systèmes

Les LT γδ :

– 2% des LT
– Sont des LT CD4-, CD8 low / -

– Reconnaissent des Ag présentés par le CMH I ou


indépendamment du CMH
– Ne subissent pas de sélection Pos ou Neg dans le thymus car
ont une spécificité antigénique restreinte
– Concentrés au niveau des épithéliums (peau et intestins, 1ere
ligne de défense)
– Actifs dans l’immunité innée et l’immunité anti-tumorale
• IV) Cellules à l’interface entre les deux systèmes

Les LT Reg (régulateurs ou suppresseurs)

– Des régulateurs négatifs qui mettent fin à la RI


– Sont présents naturellement : les Treg CD4+, CD16+ et Foxp3+
– Ou induits en périphérie après une stimulation par un Ag :
Treg 1 (CD4+, sécrètent +++ l’IL10), Th3 (CD4+, secrètent +++
la TGFβ)
– certains LT Reg sont CD8+ ou LTγδ
• IV) Cellules à l’interface entre les deux systèmes

Les NKT :
– 0,2 % des LT

– Expriment le TCR αβ et le CD3 come les LT, CD16 et CD56 comme le NK,
sont CD4 +/- et CD8 +/-
– Ne reconnaissent pas le complexe CMH-Ag, mais plutôt CD1-Ag

– Reconnaissent des Ag glycolipidiques

– Peuvent exercer une cytotoxicité directe comme les NK


– Ont une forte production de IL4 et INFγ et sont donc aussi régulateurs de
la réponse immune (Th1 / Th2)
– Leur déficience est constatée dans les maladies auto-immunes (diabète)
et inflammatoires (athérosclérose)
FIN